Navigation – Plan du site

42 | 2015
Zones humides et pouvoirs territoriaux

Wetlands and territorial power
Sous la direction de Raphaël MORERA

Issu d’une journée d’études organisée en association entre le RUCHE (Réseau de Chercheurs en Histoire Environnementale) et le GHZH (Groupe d’Histoire des Zones Humides), le dossier « Zones humides et pouvoirs territoriaux » interroge les jeux de pouvoirs noués autour de la gestion des zones humides dans des territoires aussi différents que la Russie soviétique, les Îles Shetland et la France moderne. Comment les pouvoirs territoriaux administrent-ils les zones humides ? Observe-t-on des pratiques spécifiques ? En effet, les modalités d’exploitation, qu’elles soient intensives ou extensives, mais aussi la volonté de préserver des espaces fragiles, révèlent les logiques de pouvoir à l’œuvre sur un territoire donné. Les projets d’aménagement des marais et tourbières participent pleinement de l’affirmation d’une autorité politique dont relèvent les droits et les outils nécessaires pour les mener à bien. Plus avant, ce dossier montre comment les zones humides pouvaient être instrumentalisées par les pouvoirs. Ce questionnement historique s’ancre dans les dynamiques environnementales actuelles. Au cours des quarante dernières années, les zones humides sont passées du statut de territoires répulsifs à celui de rempart de la biodiversité. Ce changement mobilise toute une chaîne de pouvoirs : de celui que détiennent encore les propriétaires à celui des États et des institutions internationales. 

Notes de la rédaction

La mise en ligne de ce numéro a été effectuée par Isabelle Langlois et Claude Tardif.

  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • OpenEdition Journals