Navigation – Plan du site

Eau et salubrité dans le Midi de la France à l’époque moderne

Patrick Fournier et Dominique Massounie

Entrées d’index

Mots-clés :

eau, salubrité

Index géographique :

France, Midi

Index chronologique :

Époque moderne
Haut de page

Texte intégral

1Le Petit Robert définit la salubrité publique comme 1’« état d’une population préservée des maladies endémiques et contagieuses » et la salubrité comme le « caractère de ce qui est favorable à la santé des hommes ». Ces significations sont-elles anciennes ou ont-elles évolué au cours des siècles ? Dans les dictionnaires de l’Ancien Régime, les termes de santé et de salubrité sont également étroitement liés. Si la santé désigne l’état auquel aspire une population, la salubrité est le moyen d’y parvenir. Le Dictionnaire de l’Académie française, publié en 1684, définit comme salubre, synonyme de sain, ce « qui sert à la santé. L’air de cette ville est fort sain. L’exercice est sain. Les lieux marécageux ne sont pas sains». Le même ouvrage, tout comme le Dictionnaire universel de Furetière (1690), ne retient comme exemple de ce qui est salubre, à la définition du mot lui-même cette fois, que les eaux minérales qui « guérissent plusieurs maladies». Le terme « salubrité » apparaît en 1765 dans L'Encyclopédie pour désigner la « qualité qui rend une chose saine et salubre : on dira la salubrité de l’air, de l’eau, des lieux ». S’inspirant de cette première définition, l’édition de 1771 du Dictionnaire dit de Trévoux distingue « la qualité de ce qui est salubre » et la « qualité qui rend une chose saine et salubre » qui semble désigner non plus simplement un état permanent mais renferme l’idée d’assainissement, d’action en faveur de la salubrité d’une chose et peut-être d’un lieu. Tout comme l’adjectif salubre, la salubrité s’applique tout particulièrement à la qualité des eaux, saines lorsqu’elles sont pures et minérales, malsaines lorsqu’elles stagnent et croupissent. Ce dernier dictionnaire évoque « la salubrité des eaux de la Seine, la salubrité des eaux de Bourbon ».

  • 1 Marie-Joseph Peyre, Œuvre d’architecture, Paris, Jombert et Prault, 1765, p. 25.

2Effectivement, pour tous ceux qui entendent préserver la salubrité publique, l’eau joue un rôle de premier plan, ce qui ne contredit pas les conceptions aéristes ni l’importance accordée au sol et au pavé. Relativement à la salubrité, l’eau doit être examinée sous deux aspects, l’un qualitatif et l’autre utilitaire. Une eau saine est une eau pure qui n’est pas vecteur de maladies ou une eau minérale utilisée à des fins thérapeutiques. Mais l’on doit également considérer l’eau comme favorable à la salubrité d’un lieu lorsqu’elle est utilisée comme instrument de la propreté : laver les rues et les égouts contribue à l’évacuation des immondices dont la stagnation, trop fréquente, provoque des exhalations pestilentielles et favorise le développement des miasmes. En ce sens, l’écoulement des eaux garantit la salubrité de l’air. Par exemple, le jaillissement des fontaines présente, selon l’architecte Marie-Joseph Peyre, un avantage plus précieux encore que celui d’embellir les villes : il contribue à la santé des habitants en purifiant et rafraîchissant l’air1. Non seulement les eaux sont multiples, salubres ou malsaines avec des degrés divers, mais elles peuvent donner lieu à divers usages en matière d’assainissement de la ville.

Qualité et salubrité de l’eau

  • 2 P. Fournier, Eaux claires, eaux troubles dans le Comtat Venaissin (XVIIème – XVIIIème siècles), Per (...)

3À l’époque moderne existe la plus grande confusion dans la manière dont l’eau est considérée relativement à la santé et toutes les affirmations des historiens semblent pouvoir être justifiées par des exemples, tant les différences de comportement et d’explication de ces comportements sont grandes d’un lieu à un autre. Dans le Comtat Venaissin, les habitants de Carpentras et de Monteux (pour ne donner que deux exemples où la situation est claire) disposent à la fois d’eaux de puits et d’eaux de sources qui alimentent des fontaines. Dès le début du XVIIIème siècle, ils affirment nettement leur préférence pour les secondes au point de considérer que les premières ne sont pas consommables et mettent en danger leur santé. Or à quelques lieues seulement, les habitants d’Avignon, de L’Isle et de Cavaillon continuent à boire de l’eau de puits ou de rivière sans réclamer la construction de fontaines publiques et la dérivation de sources2. Comment expliquer ces différences ?

  • 3 E. de La Poix de Fréminville, Traité général du gouvernement des biens et affaires des communautés (...)
  • 4 J.-P. Peter, « Les mots et les objets de la maladie : remarques sur les épidémies et la médecine da (...)

4Les représentations sont pourtant simples. Si l’on en croit Fréminville ou Pierre Patte3, il existerait une gradation de la qualité des eaux, les meilleures étant celles de pluie qui devraient être utilisées le plus souvent possible pour la boisson, puis celles de sources, ensuite celles des puits. Les plus mauvaises seraient celles des rivières et, pire encore, celles des mares stagnantes. Le jugement de L’Encyclopédie, fondé sur les connaissances scientifiques du temps, est beaucoup plus nuancé. « L'eau la plus pure est la meilleure pour la boisson », ce qui justifie la préférence accordée à l’eau de pluie. En revanche, il n’existerait pas de différence fondamentale entre l’eau de source et l’eau de puits, sauf que la seconde, stagnante, est plus chargée de matières dissoutes qui peuvent être dangereuses, surtout en surface. Ce constat fondé sur de simples observations et le bon sens, n’est pas partagé par tout le monde, y compris dans le monde médical. Jean-Pierre Peter a montré la naïveté de certains médecins de la fin du XVIIIème siècle et leur incapacité à utiliser des instruments de mesure appropriés4. L’idée de la salubrité des eaux de la Seine est un lieu commun à la fin du XVIIIème siècle. Des théories mal assimilées peuvent conduire à des interprétations divergentes. La consultation des archives de la Société Royale de Médecine montre que la qualité de l’eau est encore peu étudiée par les médecins qui ne disposent pas d’instruments d’analyse fiables.

5Tous les auteurs sont en revanche d’accord sur le danger des eaux croupissantes. Les jugements appuyés sur l’autorité d’Hippocrate sont concordants. L’Encyclopédie fournit un texte précis : « Les eaux croupissantes, palustres, causent aux hommes qui les boivent les maux suivans, qu’Hippocrate a très bien observés et décrits dans son traité, De aere, aquis et locis : toute eau qui croupit, dit ce père de la Médecine, doit être nécessairement chaude, lourde, et puante en été, froide et troublée par la neige et la glace (surtout par le dégel) en hyver. Ceux qui la boivent ont des rates amples et engorgées et les ventres durs, resserrés et chauds, les clavicules, les épaules et la face déprimées ; ils sont maigres, mangeurs, et altérés ; leurs ventres ne peuvent être évacués que par les plus forts médicamens ; ils sont sujets en été à des dissenteries, des cours de ventre et des fièvres quartes. Ces maladies étant prolongées disposent de pareils sujets à des hydropisies mortelles. En hyver, les jeunes gens sont sujets à des péripneumonies et à des délires, et les vieillards à des fièvres ardentes à cause de la dureté de leur ventre. Les femmes sont sujettes à des tumeurs œdéma­teuses. Elles conçoivent difficilement et accouchent avec peine de fœtus grands et bouffis : les enfans de ces pays sont sujets aux hernies, les hommes aux varices et aux ulcères des jambes. Il est impossible que des sujets ainsi constitués puissent vivre longtems et, en effet, ils vieillissent et meurent de bonne heure ». L’eau stagnante et croupissante est donc pensée comme un facteur d’insalubrité essentiel, qu’elle agisse de façon interne (lorsqu’elle est bue) ou externe (par les émanations qui s’en dégagent). La distinction entre eaux vives et eaux mortes est un des fondements des représentations traditionnelles : l’eau se purifie par le mouvement.

6Trouver une origine à ces représentations bien ancrées au XVIIIsiècle est difficile : même lorsque la documentation le permet partiellement, il faut souligner l’extraordinaire complexité des relations entre les théories et les faits, les représentations savantes et populaires. Il n’en reste pas moins que quelques jalons peuvent être fournis à partir d’exemples de villes du Midi de la France.

  • 5 E. J. Letallec, Histoire de l’eau à Marseille, Comité du Vieux Marseille, 1985, p. 14-15 et passim.
  • 6 Dans tous les systèmes traditionnels d’adduction, les réservoirs servaient en fait aussi de bassin (...)

7L’ancienneté des politiques d’adduction d’eau dans le Midi de la France est attestée dans quelques cas. Marseille, grande ville tournée vers le commerce méditerranéen, se dote d’un aqueduc et de fontaines dès le milieu du XIIIème siècle5. L’eau semble avoir d’abord été dérivée de sources mais comme leur débit était insuffisant, l’Huveaune, une petite rivière, fut utilisée au XVIème siècle. Carpentras dérive des sources du terroir voisin de Caromb dès le XIVème siècle et préserve ses droits au cours des siècles suivants. Il est difficile de savoir qu’elle était la part des préoccupations de salubrité et de simple commodité. Des bassins de décantation furent construits à Marseille au XIVème puis au XVIème siècle, preuve de l’intérêt que l’on portait à l’apparence de l’eau destinée à la boisson6. Mais il semble que c’est avant tout une forme de confort que recherchaient les édiles à travers ce type de réalisation. Les puits étaient utilisés parallèlement aux fontaines.

  • 7 C. Calvet, Histoire de l’adduction et de la distribution d’eau à Carcassonne, maîtrise, université (...)

8Lorsqu’en 1598, Jehan de Cépède fait remarquer au conseil de ville de Marseille que les eaux qui alimentent les fontaines sont « crasses, immondes et limoneuses [et] ont engendré et excité plusieurs maladies », exprime-t-il une sensibilité nouvelle ? Il est impossible de répondre à cette question à partir d’un exemple isolé. Il faudrait pouvoir rassembler le plus d’informations possible exprimant la même idée et étudier leur lieu d’énonciation (ville, date, milieu social, contexte politique...), mais même dans ce cas, il serait très difficile d’apprécier la représentativité du corpus. Dans le cas de Marseille, l’échec de la tentative faite entre 1598 et 1605 pour remplacer l’eau des rivières de l’Huveaune et du Jarret par celle de sources dérivées montre que la population et les édiles étaient de toute façon réalistes et résignés à accepter la moins mauvaise des solutions. À Carcassonne, l’eau de l’Aude est consommée tout au long de la période moderne mais en 1622, le conseil de ville se montre favorable à la dérivation d’une source, « vu l’incommodité qui résulte journellement de la rivière, pour être presque toujours trouble et malsaine ». L’idée est reprise en 1643 puis en 1669, les eaux de l’Aude étant « bourbeuses, sableuses ». Mais la faiblesse du débit des sources a la même conséquence qu’à Marseille : dès 1675, la ville reconnaît qu’il vaut mieux dériver l’eau de la rivière vers des fontaines que continuer à puiser directement dans son lit7. C’est par nécessité que l’on boit l’eau des rivières et des puits, non par choix. Les moyens manquent pour dériver une eau claire et pure.

9La recherche d’une amélioration de la qualité de l’eau de rivière ne fait pas l’objet de beaucoup de travaux. Sans doute entrepreneurs et médecins ne parviennent-ils même pas à imaginer ce qu’ils pourraient faire. Si l’analyse est à la mode au XVIIIème siècle, la transformation des caractéristiques de l’eau est à peine tentée. À Carcassonne, la dérivation de l’Aude entreprise dans les années 1740 et 1750 est l’occasion de créer un système de filtration par des cailloux de rivière et par un ensemble de cinq bassins de décantation : il s’agit seulement de retenir la boue et le sable le long du parcours de l’eau. L’acquisition d’une source en 1780 ne permet d’alimenter que les deux fontaines de la rue des Jacobins. Au XVIIIème siècle, quelques particuliers et des couvents dérivent aussi des sources qui leur assurent une eau de qualité supérieure à celle dont dispose le reste de la population. Ces sources étaient souvent la propriété de couvents depuis le Moyen Âge.

  • 8 Dans l’actuel département de l’Hérault, près de Clermont-L’Hérault.

10L’attention portée à la préservation de la qualité de l’eau s’accroît au cours des XVIIème et XVIIIème siècles si l’on choisit comme critère le nombre de règlements qui défendent de salir l’eau des fontaines et prennent en considération les substances nocives que l’eau peut contenir. La conception des édifices de distribution trahit elle aussi dès la fm du XVIIème siècle le souci d’éviter la pollution de l’eau : quelques villages se dotent d’édifices à usages multiples. Dans la cité ouvrière de Villeneuvette en Languedoc8, des robinets servent à l’alimentation des hommes auxquels il est interdit de plonger des récipients dans le bassin de la fontaine afin de ne pas souiller l’eau. Un second bassin en contrebas, alimenté par le premier, sert d’abreuvoir tandis qu’un troisième dans lequel l’eau termine sa course fait office de lavoir.

11Tout aussi significatif est l’effort effectué pour doter les villes d’hôpitaux plus modernes, plus spacieux et mieux équipés. L’alimentation en eau claire fait partie des améliorations attendues dans des établissements destinés désormais principalement aux soins. Il en est ainsi à Carpentras et à Carcassonne dans les années 1750. Les consuls et l’évêque sont à l’origine de ces nouvelles réalisations.

  • 9 Arch. Mun. Marseille, BB 3.

12La sensibilité des couches populaires à la qualité de l’eau est cependant beaucoup plus faible que celle des élites. Lorsqu’on a la chance de disposer de documents précis pour la fin du Moyen Âge comme le rapport d’un co-syndic marseillais sur la situation dans le sixain des Accoules en 14469, on ne constate aucune différence fondamentale avec les comportements du XVIIIème siècle. Seul augmente le nombre de règlements et on constate sur de courtes durées une intention plus ferme de les faire appliquer en multipliant les inspections et les amendes.

  • 10 Arch. Mun. Marseille, DD 276 (24 visites le 21 septembre 1706, 13 visites entre le 10 juillet et le (...)

13La nécessité fait loi et dans la plupart des villes où existent des conduites alimentant des fontaines, les fraudes consistant à y puiser directement de l’eau, à y laver du linge ou même à y rejeter des eaux usées sont fréquentes. Les fabricants d’amidon et de colles animales, les tanneurs, les teinturiers sont particulièrement incriminés. À Marseille, les visites organisées sur ordre de la ville et de l’intendant entre 1703 et 1719 chez les habitants de la rue Bernard-du-Bois (située au-dessus ou à proximité immédiate de l’aqueduc) montrent l’ampleur du phénomène10. En 1719, la crainte de maladies qui seraient dues à la corruption de l’eau de boisson et à la puanteur qui se dégage de certaines conduites est très clairement exprimée. La boue, la crasse laissée par les vêtements lavés, le blé mouillé et pourri dont on extrait l’amidon sont les plus sérieux sujets d’inquiétude. Mais les sanctions sont faibles ou mal appliquées. Il est impossible de mesurer précisément le moindre progrès au cours du XVIIIème siècle mais des indices laissent cependant supposer que les exigences sont en train d’évoluer et que des mutations plus importantes se préparent.

Laver la ville : une exigence renforcée au milieu du XVIIIème siècle

  • 11 J. Teyssot, « L’eau propre, l’eau sale à la fin du Moyen Âge : le cas des égouts de Riom en Auvergn (...)
  • 12 M.-C. Lascar, Urbanisme et architecture privée au XVIIIème siècle à Perpignan : reflet d’une sociét (...)

14Un des moyens de préserver la qualité de l’eau est de créer un double réseau d’adduction en eau claire et d’évacuation des immondices et ordures par des eaux troubles. Lorsque la rivière sert à la fois d’égout et de source d’alimentation, on en reste évidemment au degré zéro de la salubrité. Or cette situation est encore majoritaire au XVIIIème siècle, aussi bien au nord qu’au sud du pays. Le schéma idéal créé dès le XIIème siècle par les abbayes cisterciennes ou clunisiennes n’a pu être réalisé que rarement en milieu urbain à cause d’une double difficulté. La première tient à l’insuffisance de la quantité d’eau dérivable par des sources. Les réussites sont rares (Aix, Antibes, Carpentras, Montpellier, les villes auvergnates, Limoges) et tiennent à des conditions naturelles exceptionnellement favorables. La seconde vient de l’incapacité à créer dans les villes de véritables réseaux d’évacuation. Lorsque des égouts existent, il s’agit presque toujours de quelques tronçons mal reliés entre eux et mal alimentés en eau qui servent en fait surtout de dépotoirs. Certes, il existe des exceptions. Riom possède des égouts depuis le Moyen Âge, désormais bien connus grâce aux travaux de Josiane Teyssot11. À Perpignan12, le canal qui sert d’égout est devenu nuisible au début du XVIIIème siècle car il est en grande partie obstrué et déborde en cas de grandes pluies, ce qui provoque des inondations d’eau sale. Le nettoyage et les réparations menés progressivement à partir de 1718 permettent une amélioration de la situation. La construction d’un conduit reliant l’écorchoir à un égout et la liaison faite entre des latrines et des égouts, surtout après 1780, témoignent d’un souci d’assainissement nouveau par sa cohérence.

  • 13 Extraits du projet publié par Georges Costa, « Louis de Mondran, économiste et urbaniste », Urbanis (...)
  • 14 Arch. Dép. Hérault, C 7962, Projet pour conduire de l’eau de sources dans la ville de Toulouse, pré (...)

15Durant les années 1760-1770, plusieurs projets trahissent une prise de conscience de l’indigence des installations modernes en matière d’assainissement. Le Projet pour le commerce et les embellissements de Toulouse proposé en 1765 par Louis de Mondran13 contient un long développement sur la question de l’eau : non seulement il plaide pour l’installation de nombreuses fontaines, nécessaires pour la santé des habitants et la propreté des rues, mais il suggère aussi la construction de plusieurs aqueducs pour « l’écoulement des eaux usées et des eaux mortes ». Dans son Projet pour conduire de l’eau de sources... dans cette même ville, vraisemblablement présenté à l’Académie des Sciences et Belles-Lettres en 1763, le frère cordelier François Le Fèvre évoque la possibilité nouvelle d’« arroser les rues pendant les chaleurs » et de les nettoyer14. Mais c’est la publication en 1769 du fameux Mémoire sur les objets les plus importants de l’architecture du théoricien Pierre Patte qui fait l’effet d’un « pavé dans la marre ». Alors que L’Encyclopédie s’offrait en 1753 une longue dissertation sur la magnificence des cloaques romains, en ayant pris soin de rappeler que « le mot [...] n’est guère du bel usage que pour les ouvrages des Anciens », l’architecte de renommée internationale n’hésite pas à proposer un système global de gestion des eaux de toutes natures plus performant encore. L’affreux tableau qu’il dresse des villes modernes (affreux mais somme toute classique) justifie le radicalisme des transformations qu’il suggère tout au long des trente-cinq pages du premier des huit chapitres de son ouvrage, exclusivement consacrées à la manière d’opérer la salubrité de la ville.

  • 15 P. Patte, op. cit., pl. I et II.

16Trois propositions principales visent à opérer l’assainissement de la cité : rejeter les activités artisanales salissantes et bruyantes dans les faubourgs ; éviter la construction de portiques et de trottoirs qui, s’ils mettent le piéton à l’abri, favorisent l’abandon de la chaussée aux voitures et aux bêtes indifférentes au fait de circuler dans de véritables ruisseaux ; enfin et surtout établir dans les carrefours des lieux communs avec robinets de propreté pour l’écoulement immédiat des matières et des eaux de fontaines dont le trop-plein lavera en permanence un tout-à-l’égout généralisé. L’eau des fontaines serait exclusivement destinée à la propreté des rues et à l’alimentation des bêtes car chaque maison serait désormais terminée par une terrasse vers laquelle seraient dirigés les chenaux des toitures et qui alimenterait une fontaine domestique filtrante. La coupe et le plan du carrefour type montrent que les ruisseaux formés entre le pavé de la chaussée et celui des circulations piétonnes s’écouleraient dans l’égout central, de même que les latrines dotées d’une véritable chasse d’eau (voir figure ci-dessous)15.

Profil d’une rue

Profil d’une rue

Pierre Patte, Mémoire sur les objets les plus importants de l’architecture, Paris, Rozet, 1769

« La planche [...] fait voir en profil la largeur d’une rue, avec la construction des bâtimens qui la bordent.
A. Profil de la chaussée, au-dessus duquel on apperçoit dans le lointain une fontaine placée au milieu d’un carrefour [...]
B. Profils des chemins destinés pour les gens de pied.
C. Bornes avec des doubles colliers de fer, 1, 2, dans lesquels sont passées des perches 3 pour soutenir une banne 4 de toile cirée lors des mauvais tems.
D. Profil d’un des cloaques ou aqueducs souterrains. Il est construit par le bas en forme d’arc renversé et assis sur un massif de maçonnerie : sa voûte supérieure est percée d’un trou E en forme de puits pour recevoir toutes les ordures des rues.
F. Banquettes à droite et à gauche de l’aqueduc soutenant les tuyaux 5, 6, de fer fondu pour conduire l’eau dans les maisons.
G. Direction d’un des conduits des ruisseaux dans l’aqueduc D.
H. Profil d’une maison construite sans bois de charpente.
I. Terrasse couverte de dalles de pierre.
K. Caniveau servant de chenau.
L. Planchers en briques et en voûte plate.
M. Cheminée [...]
O. Cave dont l’aire est couverte de dalles posées sur un petit massif de maçonnerie : au milieu est une pierre recreusée P en forme de bassin que l’on entretiendroit toujours propre afin de recevoir dans un besoin le vin d’un tonneau qui viendroit à crever ou à s’échapper.
Q. Profil d’une autre maison [...]
R. Coupe des latrines.
S. Siège de commodité.
T. Fosse peu profonde et disposée en pente.
V. Petit réservoir à l’usage des latrines et pouvant se remplir de lui-même par le moyen de l’eau des toits.
X. Tuyau des latrines disposé en pente sur un petit massif de maçonnerie aboutissant d’une part dans l’aqueduc au-dessous des banquettes F et de l’autre dans le bas de la fosse T.
Y. Autre tuyau dirigeant toutes les eaux des ruisseaux de la cour à travers la fosse T à dessein de laver continuellement cet endroit.
Z. Fontaine domestique destinée à rassembler l’eau de pluie pour la boisson : elle est sablée, faite en bois cerclé de fer et couverte d’un bon enduit, avec une petite porte vers le bas dans laquelle est une cannule de bois.
& Tuyau de conduite dirigeant l’eau des toits vers la fontaine pour la remplir quand on le jugeroit à propos ».

17Si le texte de Pierre Patte remporte un vif succès auprès des architectes et des ingénieurs, aucune municipalité n’ose entreprendre de tels travaux. À demi utopique, ce projet annonce pourtant certains des aménagements réalisés au XIXème siècle. Jusqu’à la fin du XVIIIème siècle, les rues restent donc presque partout sales et les plaintes sont nombreuses. Lorsque des adductions d’eau existent, les liaisons des égouts sont insuffisantes ou inexistantes. C’est surtout la pluie qui permet le déversement hors des remparts des immondices, au terme d’un trajet souterrain ou dans les rues. Les définitions des dictionnaires le confirment. Si dans L'Encyclopédie (1754), « l’égout est distingué du cloaque en ce que [...] les eaux et immondices s’écoulent » et si dans l’édition de 1771 du Dictionnaire de Trévoux, l’égout désigne « l’écoulement des eaux qui viennent de quelques endroits », il n’est jamais précisé d’où cette eau est censée provenir, si ce n’est occasionnellement du ciel. Encore cela concerne-t-il les égouts privés, c’est-à-dire les canaux en bordure des parcelles « où s’égouttent les eaux pluviales pour les jeter loin du mur de face » (Dictionnaire de Trévoux).

  • 16 Arch. Dép. Puy-de- Dôme, 3 E 113 DEP, DD1.

18Rare exemple d’un égout véritable, au sens contemporain du terme, celui de Paris établi en 1739 est doté d’un réservoir alimenté par une conduite indépendante de celle des fontaines. D’après L'Encyclopédie, il présente trop peu de pente pour être véritablement efficace et selon le Dictionnaire de Trévoux, il ne fonctionne pas en hiver à cause de la montée des eaux de la Seine. À Clermont, la situation est pire encore. Le Mémoire d’un citoyen patriote adressé le 9 janvier 1789 au corps de Ville16 confirme qu’alimentation en eau et évacuation des immondices demeurent alors deux problèmes distincts. Les égouts, souvent appelés « canaux », sont pour l’essentiel périphériques et terminent leur course dans ou hors de la ville. Le zélé citoyen suggère non pas de créer de véritables égouts sous le pavé des rues principales mais simplement de poser des conduites d’un diamètre suffisant pour contenir et évacuer le trop-plein des fontaines. Cette solution présenterait trois avantages : éviter la formation de glaces qui occasionnent de fortes dépenses et altèrent la salubrité de l’air au moment du dégel ; éviter que les eaux ne remplissent les caves des particuliers et ne ruinent les fondements des maisons ; laver les égouts situés à l’extrémité de plusieurs rues et conduire ainsi les immondices au-delà du boulevard. Veiller à la salubrité publique consiste donc encore et principalement à préserver la ville d’une eau destructrice et, seulement en fin de parcours, à l’utiliser pour laver des égouts encore rares.

Réussites et échecs : un essai d’explication

  • 17 G. Vigarello, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Seuil, 1985 ; Le (...)
  • 18 L. Teisseyre-Sallmann, « Urbanisme et société : l’exemple de Nîmes aux XVIIème et XVIIIème siècles  (...)

19Le décalage entre le discours et la pratique est donc très grand : lorsqu’on évoque les mutations du XVIIIème siècle, on ne fait souvent que mesurer l’écart croissant entre un idéal affirmé de façon plus forte par les pouvoirs urbains et une réalité inchangée, voire aggravée par la concentration accrue de la population dans des villes en forte croissance et par le développement d’activités artisanales qui exigent de plus en plus d’eau. La question du rapport des populations au propre et au sale, au sain et au malsain, étudiée de façon magistrale par Georges Vigarello à travers des sources normatives, médicales et littéraires17, ne nous semble donc pas susceptible d’une compréhension simple lorsqu’on se penche sur les comportements quotidiens. Le renforcement de la législation et de la répression aux XVIIème et XVIIIème siècles traduit l’effort mené dans le domaine de la police urbaine, c’est-à-dire de la gestion du territoire urbain et de sa population et du contrôle des activités qui y sont pratiquées, de façon à ce qu’elles soient organisées de la manière la plus rationnelle possible, sans occasionner de nuisance trop visible. Cette rationalité administrative peut se traduire dans certaines villes par des formes de partage social de l’espace ou de répartition réfléchie des activités18 ; elle peut aussi pousser les consulats urbains à réaliser des équipements spectaculaires et utiles comme les aqueducs de Montpellier et de Carpentras au XVIIIème siècle. Mais en faire un tournant général des sensibilités serait illusoire.

  • 19 À Montpellier, les progrès sont tardifs puisque l’adduction d’eau de source, une des plus spectacul (...)

20La preuve qui peut en être apportée est une preuve par l’absurde. En effet, comment expliquer que des villes aussi peuplées, aussi actives et aussi riches que Bordeaux, Toulouse et Nîmes aient pu se passer d’un système efficace d’adduction d’eau jusqu’au XIXème siècle alors que par de nombreux aspects (rôle manufacturier, commercial, politique...) elles comptent à des degrés divers parmi les cités françaises les plus modernes du XVIIIème siècle ? Leur population est diversifiée et rien ne permet de penser que leurs élites soient moins ouvertes aux innovations que celles de villes beaucoup mieux dotées en eau de qualité comme Aix-en-Provence, Marseille et Montpellier19. On ne peut même pas opérer de regroupement par types d’activités puisque des villes de grand commerce comme Bordeaux et Marseille n’entretiennent pas du tout le même rapport à l’eau, tout comme des villes de Parlement et d’aristocratie telles que Toulouse et Aix ou comme des villes de manufactures telles Nîmes et Carcassonne.

21Faut-il alors préférer des regroupements géographiques qui tiendraient compte de traditions culturelles et techniques (ce qui serait une autre façon de retrouver des différences de sensibilité mais en les liant cette fois à un héritage historique sur la longue durée) ? Faut-il même aller jusqu’à faire de la facilité à se procurer de l’eau de source un critère fondamental en admettant que joue partiellement un déterminisme géographique ? La seconde hypothèse est souvent avancée. L’abondance de l’eau souterraine en Provence et en Auvergne expliquerait l’avantage dont jouiraient des villes aussi diverses qu’Aix, Carpentras, Clermont et Riom. À Clermont, les concessions se font en demi-pouce d’eau alors qu’à Nancy ou Paris, on vend une, deux ou trois lignes tout au plus, une ligne représentant soixante-douze fois moins qu’un demi-pouce. Il est possible effectivement que la précocité des systèmes d’adduction que l’on trouve dans les villes les mieux dotées du Midi s’explique par la facilité avec laquelle on pouvait se procurer de l’eau de source. Mais cette explication a ses limites. Même dans les régions aux sources nombreuses, les fontainiers doivent accomplir des prouesses pour réaliser un réseau d’adduction pourtant insuffisant. Les aqueducs médiévaux de Marseille et Carpentras montrent qu’il faut aller chercher l’eau à des distances importantes. Toutes les sources ne sont pas de même valeur : les eaux sont très calcaires en Provence et les conduites s’entartrent très vite ; les débits sont souvent faibles ce qui oblige à réunir plusieurs sources et parfois à préférer la dérivation d’une rivière comme à Marseille. En outre, quand la nappe phréatique est abondante, la solution de facilité n’est pas de construire des canalisations et des conduites mais de creuser des puits.

  • 20 P. Fournier, op. cit., p. 285-296 ; D. Massounie, Les monuments de l’eau : aqueducs, châteaux d’eau (...)

22Les traditions techniques sont un autre facteur explicatif mais qui risque de conduire à une interprétation tautologique. Les équi­pements hydrauliques seraient en avance là où existent les compétences techniques pour les créer. Comment expliquer alors les différences de capacité autrement que par une tradition qui dépendrait elle-même des équipements existants, donc de la formation d’un personnel pour l’entretien et la réfection ? On constate effectivement que les fontainiers sont plus nombreux en Provence, Comtat et Auvergne que dans le Sud-Ouest et le Languedoc20 où les édiles éprouvent des difficultés à trouver un personnel qualifié. Il est en revanche impossible de dire s’il s’agit de la cause ou de la conséquence du faible nombre de villes équipées. À l’époque moderne, architectes et ingénieurs circulent. Lorsque la volonté politique est suffisamment forte, toute ville d’importance doit être capable de mettre à son service les personnes compétentes. Au XVIIIème siècle, le Languedoc ne manque d’ailleurs pas d’ingénieurs aux talents d’hydraulicien reconnus et utilisés comme Jean de Clapiès et Jacques-Philippe Mareschal. L’explication des différences régionales n’est donc pas seulement technique.

23Il reste à examiner le facteur culturel au sens large. La culture est faite de traditions historiques : une population urbaine habituée à boire de l’eau de source a du mal à s’en passer et à consommer ensuite de l’eau de rivière ou de puits, même si des contre-exemples existent (Marseille mais aussi Rennes après l’incendie de 1720). Les choix politiques sont décisifs : l’élite urbaine peut chercher à prouver la légitimité et la qualité de sa gestion par un geste de bienfaisance qui permet de doter la ville de ce luxe encore rare que représente l’abondance d’eau. Cette attitude est évidente là où la construction ou la reconstruction d’un aqueduc « à la romaine », voire la rénovation d’un aqueduc romain, permet de donner un caractère monumental à l’arrivée de l’eau, comme à Montpellier, Carpentras et Antibes. Enfin, la culture se nourrit de rêves et de besoins : l’eau peut participer au décor urbain même si elle est rarement jaillissante aux XVIIème et XVIIIème siècles ; elle est parfois demandée par une population plus exigeante pour sa consommation personnelle ou pour des activités manufacturières.

  • 21 J.-P. Peter, « Une enquête de la Société Royale de Médecine (1774-1794) », Annales E.S.C., juillet- (...)

24Plus exigeante, la population l’est sans doute en partie. Le phénomène est difficile à expliquer si l’on ne croit pas aux changements profonds de sensibilité. Mais on peut faire intervenir d’autres facteurs qui relèvent de l’évolution sociale générale. Le discours médical évolue peu, même si les théories hippocratiques connaissent un regain de vigueur dans les représentations de l’eau au XVIIIème siècle, aux côtés du galénisme classique. Cela explique en partie que les médecins soient davantage ouverts à l’observation et à l’expérience comme le montrent, pour une période certes tardive, les correspondances entretenues entre la Société Royale de Médecine et les praticiens de toute la France21 : ils relaient d’autant mieux les discours populaires sur les dangers de l’eau trouble mais le chemin à parcourir pour se dégager des préceptes traditionnels est encore long.

  • 22 Arch. Nat., H1 1077 ; D. Massounie, op. cit., p. 146-148.

25Les progrès de l’administration, la capacité de groupes de pression à se faire entendre par la diffusion de mémoires parfois publiés, la meilleure prise en compte des coûts et des modes de financement jouent un rôle différent mais incontestable. C’est là où des individus ou des groupes parviennent à se faire entendre et à proposer des solutions réalistes que les projets aboutissent, souvent après de nombreux échecs. À Montpellier, la réalisation d’un aqueduc exceptionnel, tantôt souterrain, tantôt aérien, est due à la détermination de l’intendant Guignard de Saint-Priest. Étonné que la capitale du bas Languedoc n’ait pas encore profité de la proximité de sources abondantes, il propose d’utiliser des revenus divers (taxe sur la viande, coupe du quart de réserve des bois patrimoniaux et récupération d’une subvention destinée à l’édification d’une seconde halle) afin de financer un projet certes ambitieux mais réaliste22. À l’inverse, les échecs s’expliquent surtout par un manque de moyens financiers, notamment lorsque d’autres projets urbanistiques sont favorisés, comme l’aménagement d’une place royale et le percement de grandes rues ordonnancées à Bordeaux ou la création du jardin de la Fontaine et le dégagement des arènes à Nîmes. Mais il est rare qu’une grande ville n’ait pas connu de projet d’adduction.

  • 23 P. Fournier, op. cit., p. 81 -92 ; D. Massounie, op. cit., p. 48-52.
  • 24 Les rythmes observés dans les principales villes d’Auvergne et du Comtat témoignent de l’évolution (...)

26La volonté politique et les choix culturels semblent donc jouer un rôle de premier ordre. L’alimentation d’une ville en eau apporte un confort supplémentaire aux habitants mais elle n’est pas encore perçue partout comme une nécessité de premier plan à la fin du XVIIIème siècle. Il apparaît pourtant dans ce domaine une spécificité méridionale, en plus du fait que des provinces comme la Provence, le Comtat et l’Auvergne sont géologiquement privilégiées. Ces régions sont exceptionnelles non seulement par les politiques urbaines d’adduction qu’on y observe et dont l’ancienneté a déjà été soulignée mais aussi par la diffusion de modèles vers les bourgs et les villages. Le phénomène, obéit à des rythmes étrangement similaires en Auvergne et en Comtat23. Les adductions riomoise et carpentrassienne des XIVème siècles sont entretenues, réparées et modifiées jusqu’au XIXème siècle. Clermont s’équipe au début du XVIème siècle. Au XVIIème siècle interviennent dans ces trois villes des réfections toujours partielles qui permettent seulement de sauver les conduites existantes anciennes et en partie minées. Il n’est pas vraiment question d’augmenter le débit aux fontaines publiques ni d’étendre le réseau. Toutefois, les réfections menées font prendre conscience de l’ampleur des problèmes et de la nécessité d’une rénovation plus générale. Elles font naître aussi l’espoir d’une véritable amélioration qui permettrait de créer de nouvelles fontaines. C’est entre 1715 et 1750, dates rondes, que Riom, Clermont et Carpentras sont équipées de conduites neuves plus solides et amenant une quantité d’eau plus importante. Tous les problèmes ne sont pas résolus et les interventions postérieures sont fréquentes dans la seconde moitié du XVIIIème siècle mais la fiabilité de l’adduction est incontestablement accrue24.

  • 25 Arch. Dép. Puy-de- Dôme, série C ; l’index alphabétique des noms de lieux contient – fait exception (...)

27Les villes principales ne sont plus les seules à s’équiper. Déjà au cours du XVIIème siècle, de modestes canalisations avaient permis de créer une fontaine publique dans des villages comme Beaumes en Comtat (années 1630) et Saint-Saturnin en Auvergne (1696). C’était même sans doute assez fréquent en Comtat où plusieurs fontaines de village de la fin du XVIIème siècle et du XVIIIème siècle ne font que remplacer une fontaine plus ancienne dont la date d’édification est inconnue. Le bourg de Pernes bénéficie d’un ensemble de conduites et de fontaines aussi ancien et spectaculaire que Carpentras. Les années 1720-1780 marquent cependant un apogée comparable à celui qui caractérise alors l’Auvergne avec de très nombreuses créations ou rénovations. La période semble être favorable pour le financement de travaux qui étaient hors de portée auparavant ou qui n’étaient envisagés qu’exceptionnellement. En Auvergne, outre la réfection de la conduite principale de Clermont en 1739 et en 1746, plusieurs villes de moyenne importance expriment le souhait de rénover leur adduction et y parviennent avec le soutien de l’intendant : Riom entre 1715 et 1724 puis à nouveau entre 1760 et 1765, Saint-Flour entre 1755 et 1760, Aurillac entre 1757 et 1760. De nombreuses cités bien plus modestes et des villages suivent leur exemple : Beaumont, Billom, Vic-le-Comte, Monton, Merdogne, Le Crest, Herment, Lezoux, Ceyrat, Cébazat, Volvic, Maringues, Mirefleurs, Besse, Aubière, Royat, Courpière et Vollore pour ne citer que quelques communautés parmi plus d’une centaine qui, dans un rayon de cinquante kilomètres autour de Clermont, consacrent une grande part de leurs maigres revenus à se procurer de l’eau25.

  • 26 Arch. Dép. Puy-de-Dôme, 1 C 2751.

28Assuré directement par les communautés du Comtat Venaissin avec un contrôle minimal du vice-légat, le financement est au contraire étroitement surveillé par l’intendant d’Auvergne qui refuse les autorisaions lorsque le risque d’endettement est trop fort. À Thiers en 1766, le devis du fontainier approche 80 000 livres : l’intendant refuse son autorisation parce que la ville ne lui semble pas pouvoir supporter le tiers de la dépense, comme elle est tenue de le faire en cas d’imposition sur l’élection entière26. Pourtant, cette contrainte n’empêche pas plusieurs communautés auvergnates de réaliser leurs ambitions, quitte à lever un impôt supplémentaire sur des populations dans l’ensemble favorables au projet ou même à vendre des biens communautaires.

29Les convergences chronologiques ne sont pas dues au hasard mais il ne faut pas leur prêter une signification trop forte : elles sont incapables de rendre compte de tous les aspects de la réalité. Depuis le succès de l’approche foucaldienne du devenir historique et par réaction contre la longue durée braudélienne, beaucoup d’historiens ont privilégié les discontinuités et les ruptures de la pratique et du discours. Évidemment, l’histoire des rapports de l’eau et de la salubrité a ses inflexions et même ses ruptures mais entre le XIIIème et le XVIIIème siècle, force est de constater que les éléments de continuité l’emportent et que les mêmes efforts sont sans cesse repris. Certes, l’espoir de créer la ville idéale totalement assainie se précise dans la seconde moitié du XVIIIème siècle mais rien de fondamentalement nouveau n’est réalisé. À trop chercher les mutations décisives, il serait facile d’en trouver mais la comparaison entre les villes et les régions fait prendre conscience de l’illusion que constituerait un rapprochement rapide entre quelques faits.

Haut de page

Notes

1 Marie-Joseph Peyre, Œuvre d’architecture, Paris, Jombert et Prault, 1765, p. 25.

2 P. Fournier, Eaux claires, eaux troubles dans le Comtat Venaissin (XVIIème – XVIIIème siècles), Perpignan, P.U.P., 1999, p. 60-67.

3 E. de La Poix de Fréminville, Traité général du gouvernement des biens et affaires des communautés d’habitants..., Paris, Giney, 1760, p. 406-407 ; P. Patte, Mémoire sur les objets les plus importants de l’architecture, Paris, Rozet, 1769, chapitre premier, « Considérations sur la distribution vicieuse des villes, et sur les moyens de rectifier les inconvénients auxquelles elles sont sujettes », article huitième « Fontaines domestiques, à l’aide desquelles on parviendrait à se procurer la meilleure de toutes les eaux », p. 55 à 59.

4 J.-P. Peter, « Les mots et les objets de la maladie : remarques sur les épidémies et la médecine dans la société française de la fin du XVIIIème siècle », Revue historique, 246, 1971 p. 13-38.

5 E. J. Letallec, Histoire de l’eau à Marseille, Comité du Vieux Marseille, 1985, p. 14-15 et passim.

6 Dans tous les systèmes traditionnels d’adduction, les réservoirs servaient en fait aussi de bassin de décantation.

7 C. Calvet, Histoire de l’adduction et de la distribution d’eau à Carcassonne, maîtrise, université de Perpignan, 1999, p. 6-7 et 24.

8 Dans l’actuel département de l’Hérault, près de Clermont-L’Hérault.

9 Arch. Mun. Marseille, BB 3.

10 Arch. Mun. Marseille, DD 276 (24 visites le 21 septembre 1706, 13 visites entre le 10 juillet et le 9 décembre 1719, toutes analysées par E. J. Letallec, op. cit., p. 96-114).

11 J. Teyssot, « L’eau propre, l’eau sale à la fin du Moyen Âge : le cas des égouts de Riom en Auvergne », Cahiers d’histoire, t. XXXVII, no 2, 1992, p. 103-120.

12 M.-C. Lascar, Urbanisme et architecture privée au XVIIIème siècle à Perpignan : reflet d’une société ?, Maîtrise, université de Provence, 1980, p. 62-69.

13 Extraits du projet publié par Georges Costa, « Louis de Mondran, économiste et urbaniste », Urbanisme et habitation – La vie urbaine, nouvelle série, janvier-mars 1955, p. 33-78.

14 Arch. Dép. Hérault, C 7962, Projet pour conduire de l’eau de sources dans la ville de Toulouse, présenté à Messieurs les Capitouls par le frère François Le Fevre religieux cordelier, Toulouse, Jean Rayet, s.d., p. 9.

15 P. Patte, op. cit., pl. I et II.

16 Arch. Dép. Puy-de- Dôme, 3 E 113 DEP, DD1.

17 G. Vigarello, Le propre et le sale. L’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Seuil, 1985 ; Le sain et le malsain. Santé et mieux être depuis le Moyen Âge, Paris, Seuil, 1993

18 L. Teisseyre-Sallmann, « Urbanisme et société : l’exemple de Nîmes aux XVIIème et XVIIIème siècles », Annales E.S.C., 35ème année, no 5, septembre-octobre 1980, p. 965-986.

19 À Montpellier, les progrès sont tardifs puisque l’adduction d’eau de source, une des plus spectaculaires du Midi français, n’est réalisée qu’entre 1753 et 1767.

20 P. Fournier, op. cit., p. 285-296 ; D. Massounie, Les monuments de l’eau : aqueducs, châteaux d’eau et fontaines dans la ville moderne (1661-1791), thèse de doctorat, université Paris-I, 2000, p. 45-52 ; J. Pontet, « Les politiques de l’eau dans les villes du Sud-Ouest aquitain au XVIIIème siècle », L’eau et la ville, Paris, CTHS, 1999, p. 121-136.

21 J.-P. Peter, « Une enquête de la Société Royale de Médecine (1774-1794) », Annales E.S.C., juillet-août 1967, n° 4, p. 711-751.

22 Arch. Nat., H1 1077 ; D. Massounie, op. cit., p. 146-148.

23 P. Fournier, op. cit., p. 81 -92 ; D. Massounie, op. cit., p. 48-52.

24 Les rythmes observés dans les principales villes d’Auvergne et du Comtat témoignent de l’évolution de la réflexion technique. À Clermont, les conduites médiévales de bois sont remplacées par des conduites de terre cuite, sans doute au XVIème siècle, puis par des conduites de plomb en 1659, de fonte en 1746 et de pierre de Volvic à la fin du XVIIIème siècle. À Carpentras, la fidélité renouvelée au XVIIIème siècle pour des matériaux traditionnels comme la pierre et la terre cuite n’exclut pas le progrès technique puisqu’elle est justifiée par des règles beaucoup plus strictes concernant la pose des tuyaux, le calcul des pentes et la prévision des moyens pour faciliter les réfections ultérieures.

25 Arch. Dép. Puy-de- Dôme, série C ; l’index alphabétique des noms de lieux contient – fait exceptionnel – les références des documents concernant les travaux hydrauliques.

26 Arch. Dép. Puy-de-Dôme, 1 C 2751.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Profil d’une rue
Légende Pierre Patte, Mémoire sur les objets les plus importants de l’architecture, Paris, Rozet, 1769
URL http://journals.openedition.org/siecles/docannexe/image/3220/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 915k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Fournier et Dominique Massounie, « Eau et salubrité dans le Midi de la France à l’époque moderne », Siècles [En ligne], 14 | 2001, mis en ligne le 14 juin 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/siecles/3220

Haut de page

Auteurs

Patrick Fournier

Université Blaise-Pascal, Centre d’Histoire « Espaces et Cultures »

Articles du même auteur

Dominique Massounie

Université Paris-I, Centre Ledoux

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Centre d'Histoire
  • Logo MSH Clermont-Ferrand
  • Logo Presses universitaires Blaise-Pascal
  • Logo Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand
  • Logo Bibliothèque Clermont Université
  • OpenEdition Journals