Navigation – Plan du site
Dossier
1. Semiotranslational perspectives

De la traduction à la sémiotraduction

Dinda L. Gorlée
p. 57-69

Résumés

En première partie, Des signes interprétés aux signes interprétatifs, le mécanisme de traduction construit des connexions logiques et non-logiques entre le signe linguistique et l’objet du texte source. Tandis que la traduction saussurienne est une compétence en deux étapes qui transpose du texte source au texte cible, le concept de sémiotraduction complète la stratégie des signes en interne de Saussure avec les signes interprétants en externe de Peirce. Les interprétants garantissent la sémiotraduction du texte source dans le texte cible. Les effets « naturels » de la sémiose agissent en trois étapes étant à la fois de « bonnes » et de « mauvaises » traductions faites par le traducteur. La signature sémiotique du traducteur implique les qualités émotionnelles, énergétiques et logiques du système de signes original et traduit. En deuxième partie, De l’intersémiose à la trans-sémiose, les trois types de traduction de Jakobson : intralinguale, interlinguale et intersémiotique, démontrent que la sémiotraduction génère l’intersémiose de Peirce. La sémiotraduction forme des habitudes centrées sur l’objectif mais sans résultat fixe, aucune méthode fixe, aucune redéfinition fixe et aucun agent fixe. Tout résultat, méthode et agent sont des essais provisoires, tentatives temporaires pour fabriquer des versions de traduction. Peirce et son idée révolutionnaire et sceptique des signes linguistiques inclut signes graphiques, acoustiques, optiques et autres signes non-linguistiques pour créer une sémiose intertextuelle, une intersémiose extralinguistique et une trans-sémiose artistique.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est une version corrigée et revue de l’article publié pour le 12e congrès IASS. Traduction de l’anglais par Luc Arnault de l’article « From Translation To Semiotranslation », in Bankov (eds.), New Semiotics Between Tradition and Innovation ( = Proceedings of the 12th World Congress of the International Association of Semiotics [IASS]). Sofia, IASS Publications & NBU Publishing House, disponible sur http://www.iass-ais.org/proceedings2014/view_lesson.php?id=16 (ISSN 2414-6862).

Texte intégral

1. Des signes interprétés aux signes interprétatifs

  • 2 Nous entendons ici et par la suite « traducteur » comme « traducteur / traductrice ». N.d.t.

1On peut définir le but idéal de la traduction comme le remplacement parfait en un seul sens du matériau textuel dans la langue du texte source par un matériau textuel équivalent dans une autre langue. Cette recréation dans une autre langue est faite par un agent humain (le traducteur)2 pour adapter (re-imaginer, remodeler, reconstruire, rebâtir) le tissu thématique, spatiotemporel et conceptuel d’un texte source dans la langue du texte cible. Avec en tête cette définition, imaginez la Bible originale en hébreu et en grec traduite dans des milliers de langues comme l’idéal original du christianisme, sacralisant ainsi les études de traduction qui suivirent et qui donnèrent naissance aux études et à la critique de traduction contemporaines. De plus, considérez les différentes formes de traduction aujourd’hui : instructions techniques traduites du suédois au français, contrat juridique de l’arabe au hollandais, lettre d’amour en anglais pour un amant chinois, les sonnets de Shakespeare traduits en espagnol, les arias d’un opéra de Wagner traduites en français et pouvant être chantées, et ainsi de suite.

2L’origine du processus traduisant et de la traduction (processus et produit) semblent remonter à la première traduisibilité, imaginée par l’ego du traducteur comme une unité d’inspiration romantique, produisant un premier original selon la « signature sémiotique » du traducteur (Gorlée 2012, p. 4 et passim). Ensuite, le traducteur doit souligner le contexte culturel du message ou du texte en l’incluant par équivalence linguistique-et-culturelle dans la rupture « linguïculturelle » entre les langues source et cible (Anderson & Gorlée 2011, pp. 222-226). Les concepts de langue et de culture doivent être assemblés dans la version complète de la traduction humaine.

3Les agents externes (lecteurs, critiques) doivent avoir conscience que les conjectures subjectives permettant au traducteur de différencier le bon du mauvais ne sont basées que sur son cœur et son esprit. L’hypothèse de la traduction est presque un paradoxe de langue et de culture. Le raisonnement du traducteur est, et demeure, issu de l’obscure imagination de son cerveau par association et combinaison de facultés mentales. Mais l’esprit dépend en partie des bonnes ou mauvaises circonstances du traducteur et de la valeur de son activité (ici, produire une traduction). Le plaisir académique douteux, procuré par l’effort subjectif et objectif de traduction, souligne la nature théorique mais aussi pratique des questions posées par l’idéal de création d’une forme parfaite d’équivalence entre textes source et cible.

4Le point de vue conventionnel de la perspective sémiotique propose une approche duale de la traduction du signe et de l’objet. Ce point de vue a eu tendance à dominer dans une tradition structuraliste allant de la différance positive et créative aux enseignements de « compétence » en langue-étrangère de la linguistique appliquée. La somme complète de connaissances disponibles sur les théories de traductologie explique le systématisme d’une méthodologie d’analyse contrastive, étudiant deux langues par contraste pour identifier des différences générales et spécifiques entre langues source et cible. L’approche contrastive du signe et de l’objet sémiotiques encourage l’utilisation systématique de contraintes formelles dans la compétence de traduction, voir l’ouvrage classique de Vinay et Darbelnet Stylistique comparée du français et de l’anglais (1958, pp. 28-31 ; 1995, pp. 12-15). Ce « vieux » manuel de stylistique est un ouvrage de référence pour les apprentis traducteurs. Il a préparé le terrain et fait l’apprentissage de nombreux traducteurs et est même toujours en vogue aujourd’hui dans les cursus des écoles de traduction. Presque 40 ans après sa publication, le manuel de Vinay et Darbelnet a été traduit en anglais sous le titre Comparative Stylistics of French and English : A Method for Translation (1995), pour une utilisation internationale hors des pays francophones. Ce type structuraliste de « méthode de traduction » reste une procédure standard aujourd’hui, voir le manuel d’études de traduction de Venuti, The Translation Studies Reader (2004, pp. 128-137), dans la section où il traite des années 1940-1950.

5Vue dans les termes de la linguistique structuraliste, la « méthode de traduction » de Vinay et Darbelnet était fondée sur la dualité de termes contrastifs issus du Cours de linguistique générale de Saussure (1949 ; voir Vinay et Darbelnet 1958, pp. 28‑35 ; 1995, pp. 12-19). La théorie du langage de Saussure traite pour la traduction du contraste entre deux termes : signifiant et signifié (signans et signatum), langue et parole, dénotation et connotation, matière et forme, son et sens, synchronie et diachronie. La théorie de langage sur le double processus de traduction est en accord avec le système de termes contrastifs de Saussure et fonctionne pleinement lors de l’enseignement des activités pratiques de traduction. Les modalités d’autoréflexion lors de l’apprentissage du signe et de l’objet de traduction sont devenues un outil pratique pour activer les compétences professionnelles des traducteurs.

6Saussure et son « interdépendance syntagmatique », en d’autres termes le registre double de la construction du mot, a mis la traduction en perspective. Ceci est clarifié dans la publication récente du Vocabulaire européen des philosophes : Dictionnaire des intraduisibles (2004), ainsi :

Par « interdépendance syntagmatique » Saussure réfère au fait que dans tout arrangement de signes, la combinaison d’éléments fonctionne comme un « produit » mathématique dans la mesure où une combinaison crée du sens indépendamment du sens original des éléments qui la composent. Il (Saussure) parle de « combinaison d’éléments interdépendants, dont la valeur provient seulement de leurs contributions mutuelles au sein d’une unité plus grande » […] et donne l’exemple de « désireux », qui n’est pas l’addition sémantique de deux éléments — « désir » et « eux », mais plutôt le « produit » mathématique de leur juxtaposition. (Cassin 2014, p. 146)

7Paraphasant Saussure, la traduction donne de nombreux exemples de concepts (désir) construisant des images (désireux) à l’arbitraire absolu dans des relations internes de types de mots complexes. Cependant, la décision collective de Saussure est fondée sur la grammaire « mathématique » de la langue française — pas sur la structure de l’allemand et sa détermination analogique par particules et préverbes, ou les langues scandinaves et leur détermination du complément prépositionnel dans le mode possessif sur le nom commun (deux concepts) pour un mot — et aucune autre famille de langues qui requièrent des arrangements différents de déformations syntaxique et sémantique pour générer du sens (Cassin 2014, pp. 146-152). La langue de Saussure était le français, l’épicentre de son monde. Bien qu’il fasse mention des complications de la diversité géographique dans son Cours de linguistique générale (1949, pp. 191-211), il s’en tenait à la langue et la culture françaises. Selon ses dires :

Cependant nous ferons ici abstraction de tout ce qui trouble la vue de la diversité géographique naturelle, pour considérer le phénomène primordial, en dehors de toute importation de langue étrangère et de toute formation d’une langue littéraire. Cette simplification schématique semble faire tort à la réalité ; mais le fait naturel doit être d’abord étudié en lui-même. (Saussure 1949, p. 296)

8Le mécanisme de structure duale de la grammaire de Vinay et Darbelnet ne considérait pas le fait acceptable qu’une traduction en différentes langues puisse produire de nombreuses déformations, variations et versions « bonnes », « mauvaises » et « entre les deux » d’une traduction. Les aspects de forme et de substance des signes étaient déjà présents chez Hjelmslev : expression et contenu, forme et substance, chez Pike : problèmes émiques et étiques et chez Jakobson : code et message, sélection et combinaison, métaphore et métonymie, tout et détails, et autres termes. Les relations combinatoires des versions « entre les deux » sont issues de la confusion des « bonnes » et « mauvaises » traductions, lors de l’analyse des paramètres contextuels et de la nature changeante de la traduction. Les modes de traduction « entre les deux » brouillent le cadre dual de Saussure mais sont clarifiés par les éléments syntactiques, sémantiques et pragmatiques (Morris 1946, pp. 217-220) qui font suite aux interprétants de Peirce et complètent le signe et l’objet de Saussure.

9L’équivalence duale des structures fixes allant du texte source au texte cible domine la définition de la traduction de Catford : le « remplacement de matériau textuel dans une langue (SL) par un matériau textuel équivalent dans une autre langue (TL) » (Catford [1980] 1965, p. 20). Catford et sa grammaire critique et transparente du contenu de substance décrite dans A Linguistic Theory of Translation : An Essay in Applied Linguistics (1980) réfléchit sur la didactique appliquée du contenu et du sens de la lexicographie, la traduction graphologique, la translitération, les changements de traduction et les limites du traduisible. Les modèles linguistiques et les échantillons de traduction de Catford servent de techniques contrastives en lien avec les outils linguistiques des définitions positives et négatives incluses dans l’analyse contrastive de traduction. Cependant, la technique du transfert de langues dans l’analyse contrastive de Catford — comprenant la taxonomie classique de Vinay et Darbelnet — ne prend pas vraiment en compte la nature changeante de la langue qui tisse des liens avec des éléments socio-culturels de linguïculture pour former un tout significatif de pragmatiques source et cible. Le rôle de la traduction n’incorpore pas seulement une taxonomie contrastive pour gérer de façon différentielle et négative le signe et l’objet dans deux langues. Selon Saussure, le système linguistique semble signifier que

[…] dans la langue il n’y a que des différences. Bien plus : une différence suppose en général des termes positifs entre lesquels elle s’établit ; mais dans la langue il n’y a que des différences sans termes positifs. Qu’on prenne le signifié ou le signifiant, la langue ne comporte ni des idées ni des sons qui préexisteraient au système linguistique, mais seulement des différences conceptuelles et des différences phoniques issues de ce système. Ce qu’il y a d’idée ou de matière phonique dans un signe importe moins que ce qu’il y a autour de lui dans les autres signes. La preuve en est que la valeur d’un terme peut être modifiée sans qu’on touche ni à son sens ni à ses sons, mais seulement par le fait que tel autre terme voisin aura subi une modification. (Saussure 1949, pp. 166)

10En même temps, le rôle de la traduction est aussi de créer un acte social entre langage et culture liant ensemble la source linguïculturelle et le texte en un texte cible équivalent (ou bien pas si équivalent que cela).

11Au lieu des diverses techniques qui consistent à utiliser le contraste entre deux langues, le but distinct de la traduction doit être de suivre une théorie positive globale — en commençant par la pseudo-théorie naïve de la traduisibilité du traducteur — sur la pertinence d’une action pragmatique qui ferait face aux problèmes métalinguistiques constitués par le puzzle des langues et des cultures. L’argument possible du métalangage en traduction est bien plus qu’une croyance erronée faisant suite à des expériences pratiques, il s’agit donc d’établir une méthodologie de la sémiose peircienne centrée sur l’objectif de la compétence linguïculturelle « construite à l’intérieur » du savoir du traducteur, son expérience, ou son intuition (Anderson & Gorlée 2011, pp. 222-226). Ainsi, l’idée d’une possible équivalence tend vers le modèle de Peirce : la vision du traducteur (priméité), sa mémoire (secondéité) et son expérience (tiercéité), pour reconstruire l’équivalence globale du message cible. La sémiose est l’interaction entre signe, objet et interprétant, chez Peirce, intégrant les affinements culturels du système culturel dans les narrations source et cible.

12Trois points interagissent pour générer la sémiotraduction. D’abord, l’état d’esprit du traducteur a une inégalité de dispositions, d’humeurs, de chances. La raison du traducteur ne représente pas un mécanisme symétrique tel que celui de la linguistique structurale de Saussure, unissant source et cible en un signe linguistique unique (la traduction). Le signe de Saussure est réductible à l’interaction fixe de signes en interne et à la dépendance mutuelle entre l’aspect matériel du signe (le signifiant) et l’objet (signifié) (Gorlée 2004, p. 55). Or, la traduction n’a ni signifiant ni signifié fixes ou unifiés mais semble dissimuler aux lecteurs anonymes l’ambiguïté du texte originel et du texte traduit, c’est une médiation de la signature entre l’auteur d’abord et le traducteur ensuite. En traductologie, le traducteur peut être considéré comme une sorte de pseudo-auteur, méta-auteur ou même co-auteur. La lecture du texte traduit peut constituer une pseudo-image du texte original (Barthes 1968). La traduction est une hypothèse gratuite.

13Le traducteur de signes en externe se détache en partie des détails linguistiques du message source — mots, phrases, fragments chez Peirce — et fait ses propres choix et questionnements pour le message cible. Lorsque l’on opère un choix dans la transposition de la source à la cible, la terminologie en action est celle de l’interprétant de la signification des signes, soumise au pseudo-concept de quasi‑interprète, produite pour contrer les signes de transfert et équilibrer un certain degré d’aliénation entre source et cible. La révolution à la fois linguistique et extralinguistique fait de l’expérience de traduction non plus simplement une compétence technique, exécution savante d’une transplantation d’une langue à une autre, mais elle fomente une aventure artistique et esthétique allant au-delà de la manipulation d’une langue natale autonome en intégrant et traduisant du langage dans un autre système de signes.

14Le deuxième type est le changement fixe de l’environnement des signes de traduction, qui dérive de la stylistique comparative des linguistiques structurales. Fondée sur la dualité du signe et de l’objet de Saussure et une décision collective d’y donner une relation interne, les stylistiques de Vinay et Darbelnet et autres manipulent les règles statistiques de la nature des mots et des techniques du genre littéraire (1958, pp. 15, 32-35, 102-115, 116-151 ; 1995, pp. 15-19, 99-114, 115-163). Malheureusement, le terme stylistique a, comme le stipule Toury, « été jugé comme appartenant au champ de la traduction », bien que « les cadres théoriques et méthodologiques dans lesquels il a servi, ne puissent, ne serait-ce que par conflit d’intérêt, pleinement rendre compte de ce que la traduction peut et doit impliquer » (Toury 1995, p. 3). L’origine de la stylistique est extérieure au champ de la traduction, mais elle ajoute aux normes et valeurs de celle-ci pour l’auteur et le traducteur. Cela met en lumière la situation presque paradoxale de la traduction. Le milieu source et cible de la traduction n’est jamais une norme fixe mais un contexte personnalisé, ouvert à toute forme de changements stylistiques et linguistiques et isolé de la domination des stylistiques sociales, politiques et religieuses au sein d’histoires personnelles. La prédominance des stylistiques est sous pression surtout « dans des pays et à des périodes où plusieurs conventions linguistiques s’affrontent pour dominer l’utilisation, l’attitude et l’allégeance… ce qui peut être important non seulement pour le développement du système linguistique mais aussi pour la compréhension de sa propre activité artistique » (Wellek & Warren 1963 [1949], p. 174).

15Ainsi, le concept de stylistique a été réutilisé, réinterprété, amplifié, condensé, parodié et commenté comme dans les exemples de Vinay et Darbelnet (1958) qui présentent une variété d’outils linguistiques, tels que la surtraduction, le calque, la modulation, la comparaison, la transposition, l’adaptation et autres. La nouvelle priorité repense l’environnement contextuel fixe-complet (déterminé) en un flux de traduction fluide-incomplet (indéterminé). Ainsi la traduction semble s’éloigner de la recherche d’une sélection intellectuelle d’un sens fixe du langage interprété pour aller vers des changements linguistico-culturels de signification autonome dans ce que l’on peut appeler le métalangage interprétatif.

16Le troisième type est l’équivalence entre texte source et texte cible. L’équivalence parfaite de la traduction ordinaire du texte source disparait pour devenir un degré de non-équivalence imparfaite du texte cible. Dans sa terminologie créative, Peirce appelle cela « une classe constituée d’un grand nombre de choses mélangées pêle-mêle » (CP 3.454), pas vraiment un système logique. Peirce suggérait un fragment de discours expérimental, sans doute vague, impliquant un ton émotionnel et une performance corporelle ou énergétique de l’artéfact linguistique. L’équivalence entre original et interprétants n’est pas la même que dans la traduction « conventionnelle ». Les répliques peuvent être sémiotisées et re-sémiotisées par de nouveaux interprétants — ce qui demeure du texte source dans le texte cible n’est qu’une nuance de fidélité et non pas la chose véritable. En sémiotraduction, placée dans un sens plus général comme traduction ordinaire, l’équivalence réelle est déclassée comme reflétant seulement un « certain » degré ou valeur d’équivalence selon la méthode de résolution dégénérée de Peirce générant de plus en plus de signes dégénérés (Gorlée, 1990). Le processus d’affaiblissement des qualités dégénérées du signe donne au traducteur et au critique de traduction un ton sceptique et une liberté presque totale avec laquelle jouer.

17Avec le terme sémiotraduction introduit en 1994 (Gorlée 1994, pp. 226-232), la poursuite par les traducteurs humains d’un idéal de sémiose authentique — la relation pure du signe-objet dont le signe « parfait » est la tiercéité de l’interprétant final et logique — a été affaiblie (ou adoucie) par la pseudo-sémiose « imparfaite » des « quasi-esprits » de Peirce (EP 2, 544). Comme énoncé auparavant (Gorlée 2004), l’esprit humain d’un traducteur crée de nouvelles quasi-traductions subjectives, fondées sur des quasi-signes établis par les quasi-pensées d’un quasi-esprit. Les quasi-traductions mettent en avant non pas l’esprit intellectuel, mais aussi les qualités imprévisibles, non-analysables, non-systématiques et controverses des sentiments et de l’esprit du traducteur-interprète. Les signatures sémiotiques des glissements, déplacements et substitutions des répliques traduites ne manifestent pas un haut niveau de logique exacte d’une sémiose régénérée, mais plutôt une idée de bas-niveau de quelque forme dégénérée d’une pseudo-sémiose (CP 3. 425‑3.455 ; Gorlée 1990).

18La sémiotraduction remplace la fixité normative de la réplique technique — équivalence fixe dans la surdétermination, sous détermination, concentration, compensation, explicitation et autres stratégies de traduction « ordinaire » (Vinay et Darbelnet 1958, 1995, en un sens Catford 1980 [1965]) — pour une liberté absolue de traduction dynamique.

2. De la sémiose à la trans-sémiose

19La sémiotraduction utilise une méthode de pensée, fondée sur les écrits logico‑sémiotiques de Peirce, de détection et d’analyse des signes pour former les interprétants et définir l’attribution d’un signe à un objet. S’éloignant du camp de Saussure et récupérée par Peirce, la vision générale des études de traduction concerne la traduction d’un type plus vaste de sens et signification dans un cadre ouvert de termes logiques et non-logiques, assemblés en un mélange de termes rationnels et irrationnels dans le texte cible. Les signes sont divisés en signe sémiotique, objet et interprétant et sous-divisés en de divers éléments en triades pour correspondre aux catégories de Peirce de priméité, secondité et tiercéité. Lors de l’activité de traduction, Peirce aurait distingué entre l’ordre relatif des catégories : interprétant, signe et objet, c’est-à-dire tiercéité associant priméité et secondité.

20Le concept d’interprétants de Peirce (SS, p. 109 et passim.) reste sujet à controverse puisqu’il a aussi utilisé de nombreuses autres alternatives, telles que les interprétants explicites, suggestifs, éjaculatifs, impératifs, usuels, destinés et normatifs. On peut conclure que la première triade d’interprétants (immédiats, dynamiques et finaux) soit limitée aux étapes successives du processus interprétatif (sémiose) de traduction. Deuxièmement, les interprétants émotionnels, énergétiques et logiques indiqueront l’action-signe orientée du point de vue de l’agent-personne, interprète ou traducteur. Les éléments en triade ne sont pas des formules séparées mais doivent interagir ensemble en sémiose dégénérée, selon la stratégie relative de la pseudo-sémiose.

21La sémiotraduction fait passer un réseau dynamique de signes-interprétants, considérés comme d’imparfaites signes-choses mais la sémiose de traduction fonctionne avant tout avec des signes vivants pour aboutir à une nature parfaite. Cela signifie que l’action-signe progressive de la traduction peut évoluer d’« imparfaite » à « parfaite ». Une traduction est une œuvre (re)créative d’un traducteur, qui traverse une succession d’humeurs, aspects et phases d’une infinitude d’actes et d’idées et pensées changeantes dans un espace-temps changeant. Simplifiant la tâche complexe du traducteur, les traductions vagues ou impromptues faites par de soi-disant « mauvais » traducteurs, apportent des traits et aspects inexacts et non intégrés qui pourraient, grâce à l’heureuse impulsion de « bons » traducteurs, devenir des traductions « entre les deux » et même de bonnes traductions. Ce changement final signifie que tout message-interprétant qui soit peut effectuer (et ré-effectuer) du sens variant de « bon » à « mauvais ». En semiotraduction, ceci n’est pas un mythe virtuel, c’est une réalité de fait.

22La sémiotraduction est considérée comme une toile interprétative de signes (Gorlée 2004, pp. 18-19, 101-104, 123). L’activité mentale de Peirce subdivisée en triades avait le gout culturel de détecter toute espèce de signes et non signes et d’analyser à la fois les signes linguistiques et les messages non linguistiques — par exemple graphiques, acoustiques, optiques et autres — comme un flux de signes sémiotiques en direction des interprétants. Les signes sémiotiques jouent un rôle ludique. Les problèmes du discours linguistique sont “parfumés” par jeu avec les médias non-linguistiques ou extralinguistiques. Dans l’ensemble des nouvelles sensations et émotions, on met en œuvre des objets de trans-média ou objets d’art transversal (cross-media). À l’interstice des règles de Saussure — en accord avec l’équivalence formelle et dynamique de Nida (1964, pp. 159-160 et passim) — la théorie des signes de nature infinie de Peirce tend vers la sémiose intertextuelle.

23Dans les communiqués scientifiques de rhétorique spéculative de Peirce, la sémiose intertextuelle s’est détachée d’un « véhicule de pensées humaines instinctives » pour admettre « un tout autre système de signes dans lequel on aurait pour habitude de traduire des mots et formes de mots afin de les rendre plus intelligibles » (MS 654, p. 5). Dans sa dernière œuvre (non publiée), Peirce s’inspire de ses lettres à Lady Victoria Welby (SS, pp. 94-108) et dans la préface de Essays on Meaning (1910), il met en avant l’art syntactique des « graphes existentiels », il écrit que :

Dans ce système, il n’y a aucune part de discours ordinaire ; car les éléments indivisibles sont tous chacun des affirmations complètes. Il se peut que ce soit le cas dans une des langues existantes : jusqu’à très récemment, les grammairiens avaient l’habitude invétérée dans leur rapport avec les langues de toutes les étirer de la même façon sur le lit de Procuste de la grammaire grecque et latine. Mais sur un aspect, en tous cas, les graphes existentiels sont essentiellement différents de la langue. Au lieu d’effectuer un simple mouvement de protraction dans le temps, leurs expressions sont des diagrammes sur une surface, et doivent en effet seulement être considérés comme une image projection en trois dimensions d’un signe sur cette surface. Trois dimensions sont nécessaires et suffisantes pour l’expression de toute affirmation ; ainsi, si la raison humaine n’était originalement limitée qu’aux contours du discours, ce que je n’affirme pas, elle a désormais dépassé cette limitation. (MS 654, pp. 6-8)

24En bref, les graphes linguistiques de Peirce sont des signes picturaux, mais dont l’exposition est plurielle : “C’est quand même une stupidité de dire que le graphe a été écrit ou que le graphe a été dessiné. Je préfère le nommer écriture script” (MS 450, p. 8, cité dans Roberts 1973, p. 154). Roberts (1973) a intégralement décrit les graphes existentiels comme la découverte de Peirce de la logique des machines de traduction (annoncé dans MS 831, pp. 2-12 ; MS 318, pp. 40-25 ; MS 498, pp. 23-24). La machine informatique articule, reconstruit et raisonne des logiciels « graphes » de messages linguistiques dans des affirmations, propositions et phrases. Les icônes de pensée dessinent des images visuelles de notations logiques, esquissées sur un tableau avec des sous signes. L’hypothèse visuelle de Peirce forme une base de données qu’il reste à faire évoluer en lois véritables pour démontrer la clarté et la validité de ces graphes clos. En tant que « guide vers le Pragmatisme, qui pousse la contemplation du mauvais côté » (CP 4, p. 7), la vague croyance de l’agent ou du récepteur s’identifiera (ou non) à cette théorie formelle de vérité ou de fausseté (Gorlée 2012, pp. 162, 283).

25Pendant la dernière période de sa vie, Peirce décrit, dans MS 654 (1910), l’ouverture finale du signe sémiotique triadique dans toutes sortes de contextes, environnements et territoires. En termes théoriques, il écrit que :

Par Signe je veux dire tout et n’importe quoi, de vrai ou fictif, qui a la capacité d’une forme sensible, qui s’applique à autre chose que soi qui soit déjà connu, et qui soit capable d’être interprété en un autre signe, que je nomme son interprétant pour communiquer quelque chose qui ne soit peut-être pas déjà connu sur son objet. (MS 654, p. 8)

26En termes pratiques, Peirce écrit que le signe n’appartient pas aux domaines du langage et de la compétence mais au langage et à l’art :

Cela concerne les Signes en général, une classe comprenant images, symptômes, mots, phrases, livres, bibliothèques, commandes, microscopes, représentants légaux, concertos musicaux, représentations de ceux-ci, en bref, tout ce qui est adapté pour transmettre mentalement à une personne une impression émanant virtuellement de quelque chose d’extérieur à soi… (MS 634, pp. 18-19)

27Pour mener plus en avant les affaires linguistiques des rhétoriques spéculatives, Jakobson a énoncé trois types de traduction (1959). Il élargit le sens, la signification et la signifiance de la traduction, en comprenant le concept traditionnel de la traduction comme provenant du langage logique et allant vers les zones inconnues et non-logiques des territoires évolutifs de la sémiotraduction :

La traduction intralinguale ou reformulation est une interprétation de signes verbaux au moyen d’autres signes dans la même langue.
La traduction interlinguale ou traduction proprement dite est une interprétation de signes verbaux au moyen d’une autre langue.
La traduction intersémiotique ou transmutation est une interprétation de signes verbaux au moyen de signes non-verbaux. (Jakobson 1959, p. 223)

28La distinction révolutionnaire de Jakobson en trois types de traduction donne au concept ordinaire de la traduction des dimensions pionnières en matière d’horizons extralinguistiques (ou translinguistiques), au-delà des attributs fixes du conventionnalisme. Il va au-delà de la « reformulation » exacte et de la moins exacte « traduction proprement dite » pour mettre en valeur la possibilité de formes libres et sans lien de « transmutation » (Gorlée 1994, p. 156 et passim). Dans les années 1960 (et par la suite), la nouvelle distinction de Jakobson a essuyé de sévères critiques de la part des spécialistes de Saussure qui lui reprochait d’avoir importé des systèmes non familiers et non codés de l’extérieur du langage. La sémiotraduction est devenue un objet d’art non codé et non familier, bien loin de l’aptitude de traduction « ordinaire », considérée alors comme l’activité codée familière.

29Malgré les critiques des débuts, l’avènement de l’intersémiose fut « officiellement » annoncée comme une possibilité controverse mais réelle de sémiose transversale au-delà du langage ordinaire. À présent, trois décennies plus tard, les trois types de traduction ont le soutien de sémioticiens et autres spécialistes de traduction d’orientation sémiotique. L’article de Jakobson « Aspects linguistiques de la traduction » (1959) a été intégré à The Translation Studies Reader (Venuti 2004, pp. 138-143) — ou bien est complètement rejeté et laissé pour compte dans le Vocabulaire des philosophes : Dictionnaire des intraduisibles (2014) par des spécialistes de tradition purement linguistique, parce qu’il représente le mode « radical » ou non-empirique de la sémiotraduction. Or, si l’on considère, dans une perspective discontinue allant du cadre fixe de Saussure sur la sémiologie puis sa continuation dans les sémiotiques dynamiques de Peirce et ses systèmes de langage et signes non-linguistiques, la distinction en trois parties de Jakobson, celle-ci peut prendre une valeur laudative et être vue, plutôt que traduction « ordinaire », comme le développement final des signes complexes en systèmes de signes — dans un mouvement allant de la sémiotraduction à l’intersémiose et la trans-sémiose.

Conclusion

30La critique de la sémiologie saussurienne et sa symbiose dans la sémiotraductologie peircienne peut être résumée en trois points. D’abord, le rejet d’un impérialisme linguistique, dans lequel un modèle linguistique peut être appliqué à des objets non-linguistiques par un remplacement métaphorique, sans faire justice à la nature de l’objet non-linguistique. Deuxièmement, la sémiologie est, à la base, l’étude des signifiants et ne pose pas la question de ce que les signes signifient mais comment ils signifient, l’objet référant au signe. Le sens saussurien devient globalement une affaire de signes internes, tandis que le signe-interprétant en externe de Peirce tombe à l’extérieur du cercle du signe et de l’objet. La nature de l’interprétant est la division en trois traits caractéristiques de “signification‑effet significatif” (Deledalle 1990, p. 25). L’interprétant est conditionnel et final, mais reste en liaison permanente avec l’objet. Enfin, troisièmement, le binarisme, la distinction en oppositions a priori duales est présenté comme l’instrument primaire pour une analyse exhaustive, prétendant tirer des conclusions objectives et scientifiques ; tout cela sans analyser les aspects significatifs du langage et de la culture, les différences dans le temps et l’espace entre le signe et ce qu’il représente, l’objet, et, partant, la potentialité dynamique d’une idée du signe reçue par l’esprit humain. Signe et objet sont mieux spécifiés, mieux identifiés et traduits dans les signes interprétants de Peirce. Lors de l’activité de sémiotraduction, Peirce aurait, comme nous l’avons vu, distingué entre l’ordre relatif de l’interprétant (lui-même un signe) suivi du signe et de l’objet.

31La sémiotique de Peirce soutient que toute question scientifique devrait être conçue comme un processus de sémiose dynamique en quête de vérité. La toile interprétative est orientée vers un objectif (téléologique) mais sans résultat fixe, sans méthode fixe, sans redéfinition, et sans agent fixe. Tout résultat, méthode et agent sont provisoires et ne sont que des habitudes temporaires de traduction pouvant être abandonnées pour de nouvelles habitudes. On peut caractériser la traduction comme une chronique brisée — ou métaphoriquement comme un “haiku” (Gorlée 2003, pp. 235-244) dont les pictogrammes font construire dans la sémiotraduction un monde figuratif, diégétique, dramatique à inscrire dans les schémas de la narration. La traduction accepte des schémas de comportement répétitifs et non répétitifs en délaissant de bonnes et de mauvaises habitudes de traduction. Il en va de même pour la sémiotraduction avec la signifiance de la traduction interprétative et réinterprétative. Les idées de Peirce sur une approche globale de la sémiolinguistique ont bouleversé l’approche traditionnelle toute entière de la traductologie. Celle-ci se concentrait lourdement sur des dichotomies tout simplement invérifiables, étiquetées comme des formes dogmatiques d’autoréflexion duale. La sémiotraduction offre des réponses expérimentales et provisoires, de nature sceptique et évolutive, sur les frontières du traduisible et de l’intraduisible, sur l’équivalence et le manque d’équivalence, la fidélité et l’infidélité, le rôle et la fonction de l’intelligence, de l’énergie et l’émotivité de l’esprit fallabiliste et du cœur infallabiliste du traducteur. Elle se concentre sur les concepts de traduction et de retraduction, le destin d’un texte source, celui du texte cible, ainsi que d’autres questions sémiotiques de traduction, au sens le plus large possible, dans le sens du phénomène codé et non codé qu’est l’intersémiose de Peirce. Cette réflexion sur la trans-sémiose culturelle et linguistique se poursuit dans mon livre From Translation to Transduction : The Glassy Essence of Intersemiosis (Gorlée 2015).

Haut de page

Bibliographie

Anderson, Myrdene & Gorlée, Dinda L. (2011), « Duologue in the Familiar and the Strange: Translatability, Translating, Translation », in Haworth, Hogue & Sbrocchi (eds.), Semiotics 2010: Proceedings of the Semiotic Society of America, Ontario, Legas Publishing, pp. 221-232.

Barthes, Roland (1968), « La mort de l’auteur », Manteia 5 (4), pp. 12-17.

Cassin, Barbara (éd., 2004), Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire des intraduisibles, Paris, Le Seuil, Le Robert.

Catford, John Cunnison (1980 [1965]), A Linguistic Theory of Translation : An Essay in Applied Linguistics, 6th ed. Oxford, Oxford University Press.

Deledalle, Gérard (1990), Lire Peirce Aujourd’hui, Bruxelles, De Boeck-Wesmael.

Gorlée, Dinda L. (1990), « Degeneracy : A Reading of Peirce’s Writing », Semiotica 81 (1/2), pp. 71-92.

Gorlée, Dinda L. (1994), Semiotics and the Problem of Translation : With Special Reference to the Semiotics of Charles S. Peirce, (Approaches to Translation Studies 12), Leiden, Brill, Rodopi.

Gorlée, Dinda L. (2003), « Meaningful Mouthfuls in Semiotranslation » in Petrilli (ed.), Translation Translation (Approaches to Translation Studies 21), Leiden, Brill, Rodopi, pp. 235-252.

Gorlée, Dinda L. (2004), On Translating Signs : Exploring Text and Semio-Translation (Approaches to Translation Studies 24), Leiden, Brill, Rodopi.

Gorlée, Dinda L. (2012), Wittgenstein in Translation : Exploring Semiotic Signatures, Berlin & Boston, MA, De Gruyter Mouton.

Gorlée, Dinda L. (2015), From Translation to Transduction : The Glassy Essence of Intersemiosis (Tartu Semiotics Library 15), Tartu, University of Tartu Press.

Jakobson, Roman (1959), « On Linguistic Aspects of Translation », in Brower (ed.), On Translation, New York, NY, Oxford University Press, pp. 232-239.

Morris, Charles (1946), Signs, Language, and Behavior, New York, NY, George Braziller.

Nida, Eugene A. (1964), Toward a Science of Translating : With Special Reference to Principles and Procedures Involved in Bible Translating, Leiden, Brill.

Peirce, Charles S. Peirce (1931-1966), Collected Papers of Charles S. Peirce, Charles Hartshorne, Paul Weiss, and Arthur W. Burks (eds.), 8 vols. Cambridge, MA, Belknap Press of Harvard University Press.

Peirce, Charles S. Peirce (1977), Semiotic and Significs : The Correspondence between Charles S. Peirce and Victoria Lady Welby, Charles S. Hardwick (ed.), Bloomington, IN & London, Indiana University Press.

Peirce, Charles S. Peirce (1992-1998), The Essential Peirce, Nathan Houser and Christian Kloesel (eds.), 2 vols. Bloomington & Indianapolis, in Indiana University Press (CP vol# and paragraphe#).

Peirce, Charles S. Peirce (MSS), Photocopies from Peirce Edition Project, Indianapolis, in Indiana University-Purdue University.

Roberts, Don D. (1973), The Existential Graphs of Charles S. Peirce, The Hague & Paris, Mouton.

Saussure, Ferdinand de, (1949), Cours de linguistique générale, Charles Bally and Albert Sechehaye (éds), Paris, Payot.

Toury, Gideon (1995), Descriptive Translation Studies and Beyond, Amsterdam & Philadelphia, PA, John Benjamins.

Venuti, Lawrence (ed., 2004), The Translation Studies Reader, 2nd ed. New York, NY & London, Routledge.

Vinay, Jean-Paul & Darbelnet, Jean (1958), Stylistique comparée du français et de l’anglais. Méthode de traduction, Paris, Didier.

Wellek, René & Warren, Austin (1963 [1949]), « Style and Stylistics » in Wellek & Warren, Theory of Literature : A Seminal Study of the Nature and Function of Literature in all its Contexts, 3rd ed. London, Penguin, 1963, pp. 174-185.

Haut de page

Notes

2 Nous entendons ici et par la suite « traducteur » comme « traducteur / traductrice ». N.d.t.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dinda L. Gorlée, « De la traduction à la sémiotraduction », Signata, 7 | 2016, 57-69.

Référence électronique

Dinda L. Gorlée, « De la traduction à la sémiotraduction », Signata [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/signata/1177 ; DOI : 10.4000/signata.1177

Haut de page

Auteur

Dinda L. Gorlée

Dinda L. Gorlée (b. 1943), linguist, semiotician, translation theoretician with interest in interarts studies and culture, affiliated with Wittgenstein Archives (University of Bergen). Most recent academic function Visiting Professor at University of Helsinki. Gorlée is Associate Editor of American Book Review of the University of Houston in Victoria, Texas. Recent books are Wittgenstein in Translation : Exploring Semiotic Signatures (2012) and From Translation to Transduction : The Glassy Essence of Intersemiosis (2015). Recent articles include “Peirce’s Logotheca” (2012), “From words and sentences to interjections : The anatomy of exclamations in Peirce and Wittgenstein” (2015), “Kenneth L. Pike and science fiction” (2015), “Wittgenstein’s persuasive rhetoric” (2015), and “From translation to semiotranslation” (2016).

Haut de page

Droits d’auteur

Signata - PULg

Haut de page
  • Logo Presses universiatires de Liège
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals