Navigation – Plan du site
Dossier
2. Transpositions between verbal semiotics

Traduction et texte : vers un nouveau double paradigme

Yves Gambier
p. 175-197

Résumés

L’article part d’une interrogation simple : quand un traducteur littéraire, un sous-titreur, un localisateur de sites Web, un publicitaire adaptant une campagne internationale, un interprète de conférence parlent de texte, réfèrent-ils au même concept et indirectement perçoivent-ils la traduction de la même manière ? La diversité des conceptions et pratiques du texte façonne les modalités de traduction. Inversement, peut-on penser que les différentes pratiques actuelles de traduction, portant sur des textes variés, puissent aider à reconfigurer la notion de texte ? Dans sa première partie, l’article se concentre sur les paradigmes en compétition qui existent maintenant en traductologie. Puis il se penche sur la matérialité des traductions et de ses effets historiques, cette matérialité n’étant pas sans impact sur la conceptualisation du texte. Ensuite, dans un troisième temps, il relie les avancées en traductologie avec celles de la linguistique textuelle. Enfin, avec l’arrivée (ou le retour ?) du texte multimodal, on ne peut s’empêcher d’interroger la validité du concept dominant de texte, défini notamment, dans les années 1970, par les critères de textualité. Le travail des traducteurs ne remet-il pas en cause le concept de texte, historiquement daté ? Les transformations en cours des paradigmes de traductologie ne permettent pas encore d’apporter une réponse tranchée.

Haut de page

Texte intégral

1À la base de cet article, il y a une interrogation simple : quand un traducteur littéraire, un sous-titreur, un localisateur de sites Web, un publicitaire adaptant une campagne internationale, un interprète de conférence parlent de texte, réfèrent-ils au même concept et indirectement perçoivent-ils la traduction de la même manière ? La diversité des conceptions et pratiques du texte façonne les modalités de traduction. Inversement, peut-on penser que les différentes pratiques actuelles de traduction, portant sur des textes variés, puissent aider à reconfigurer la notion de texte ?

2Nous centrerons d’abord notre réflexion sur les tensions qui existent maintenant en traductologie, sur les paradigmes en compétition dans ce champ de recherche. Puis nous nous pencherons sur la matérialité des traductions. En effet, une perspective historique permet de saisir que les matériaux à la source des traductions n’ont pas toujours été tels qu’on les perçoit. L’écriture, détachant les mots les uns des autres, le texte avec ses paragraphes, sa ponctuation, sa mise en page… n’ont pas été donnés d’un coup. Ils se sont construits au fur et à mesure que certaines techniques apparaissaient, jusqu’à aujourd’hui où la culture numérique bouscule les conventions textuelles acquises, reconnues. Ensuite, dans un troisième temps, nous relierons les avancées en traductologie avec celles de la linguistique textuelle. Les typologies proposées dans le cadre de cette dernière ont affiné à la fois nos manières de comprendre un texte et de produire une traduction. Enfin, avec l’arrivée (ou le retour ?) du texte multimodal, on ne peut s’empêcher d’interroger la validité du concept dominant de texte (verbal, monomodal). Les critères de textualité, définis dans les années 1970, peuvent-ils s’appliquer aux documents contemporains à traduire ? Le travail des traducteurs ne remet-il pas en cause le concept de texte, historiquement daté ? Les transformations en cours des paradigmes de traductologie n’autorisent pas encore à apporter une réponse tranchée. Elles soulignent néanmoins les corrélations entre la matérialité des textes et leur conceptualisation. La traductologie peut mieux cerner sans doute ce sur quoi portent les efforts des traducteurs.

1. Du paradigme centré sur l’équivalence à un nouveau paradigme

3Comprise dans son sens traditionnel, dominant, la traduction est une activité qui a été niée pendant des siècles — en termes de besoin, d’effort, de statut professionnel. Certes une telle expérience n’est pas universelle ; langues et sociétés ne partagent pas au même moment et au même degré les mêmes valeurs ou appréhensions. Cependant, dans l’histoire, la traduction a souvent été au service des pouvoirs établis (royaux, princiers et/ou religieux), fréquemment occultée comme moyen d’échange — commercial, scientifique, philosophique, pour ne nommer que quelques domaines (Delisle & Woodsworth 2007). De fait, encore aujourd’hui, nombre de commanditaires, de sponsors, d’amateurs, d’auto-traducteurs (y compris les chercheurs qui traduisent leurs propres articles) et les ingénieurs de l’industrie des langues continuent de considérer la traduction comme un processus mécanique, une substitution mot à mot, un problème de dictionnaires, ou simplement une activité sans prestige qui peut être réalisée à tout moment par un parent ou collègue bilingue.

1.1. Une longue tradition occidentale

4Très souvent, une personne lambda pensera la traduction selon le paradigme de l’équivalence, de la quête du sens identique. L’objectif, déclaré ou pas, est alors d’avoir un texte en langue cible qui est « of equal value » (Pym 2009, p. 82). De fortes présuppositions sont à l’œuvre dans une telle approche, avec le cadre implicite d’un modèle de communication où un message est transféré d’une langue à l’autre, avec le recours aux tropes de frontière et de pont. Il suppose, par exemple, que deux langues « do or can express the same values » (Ibid.). Mais un mot ou un concept peut connoter différentes significations dans une autre langue ou simplement être absent dans cette autre langue, de sorte que la relation entre les deux langues n’est pas nécessairement symétrique. Deux mots peuvent référer à un même objet, cela n’implique pas automatiquement qu’ils véhiculent le même sens intentionnel que dans l’original. La fidélité au texte source peut résulter en un texte guère compréhensible dans la langue cible. Le présupposé implicite du paradigme de l’équivalence oblige habituellement à critiquer une traduction parce que certains mots n’ont pas été remplacés. D’où le fameux dicton : « Traduttore traditore ». Toutefois, ce focus sur la similarité lexicale des textes ne permet pas de considérer, de décrire et d’expliquer les décisions du traducteur et la traduction comme produit final. La distinction entre ce qui est manifeste (littéral, direct, au niveau de surface) et ce qui latent (implicite, connotatif, allusif) dénature le processus de traduction et réduit l’acte d’interprétation du traducteur à une tâche obscure. En dépit de décennies de recherches universitaires et professionnelles, les paramètres configurant le paradigme de l’équivalence persistent. Quand des chercheurs traduisent des questionnaires d’enquête, que des journalistes transfèrent des informations, que des hommes d’affaires étrangers discutent de contrat, que des spectateurs regardent des programmes télévisés sous-titrés ou que des enseignants de langue utilisent la rétro-traduction, ils s’appuient sur le paradigme de l’équivalence — soit pour traduire, soit pour nier faire une traduction, d’où par exemple le recours aux termes de transédition dans le domaine de la presse, de versionisation dans l’industrie audiovisuelle, de transcréation dans le domaine publicitaire, le terme de traduction étant rejeté comme étant trop réducteur au mot-à-mot.

5Ce paradigme par défaut a, sans aucun doute, des racines historiques, dérivant en partie de la façon dont les langues étrangères ont été traditionnellement enseignées (exigeant une sorte de correspondance quasi automatique). Dans cette perspective, les traducteurs sont invisibles ; ce sont des agents passifs, sans voix, sans empathie, sans subjectivité, sans réflexivité, sans aptitude à l’interprétation, sans conscience interculturelle et sans qualifications, soumis à une éthique supposée de la neutralité (Sun 2014).

6La conviction populaire qu’un texte à traduire n’est rien d’autre qu’une suite linéaire de mots ou de propositions explique en grande partie pourquoi la traduction a longtemps été considérée comme inférieure, subordonnée à l’original. Cela témoigne des perceptions plutôt archaïques de la « traduction » et des « traducteurs » par un grand nombre qui continuent de propager des lieux communs, percevant la langue comme statique plutôt que dynamique, envisageant la communication comme un conduit unidirectionnel, une simple séquence d’informations plutôt qu’une suite co-construite d’interactions. Les traducteurs ont eux-mêmes contribué à cette négation de la traduction. Souvent incorporant, internalisant ces aspects de « subalterne » dans leur travail, ils ont été pris entre l’idéalisme sacrificiel et un matérialisme calculateur de leur activité, embrassant le labeur et la servilité de leur « vocation » toujours précaire, comme si cette pratique exigeait une certaine prédisposition envers l’auto-effacement docile (Kalinowski 2002 ; Simeoni 1998 ; Buzelin 2014). Les métaphores de la traduction et les images du traducteur dans l’imaginaire collectif sont régulièrement reproduites dans des œuvres de fiction, des romans, des films et même dans les médias (Gambier 2012). Elles frisent stéréotypes et clichés, le traducteur étant vu assez souvent comme un ermite dur au travail, un marginal, un imposteur plus qu’un médiateur.

1.2. Des effets de nouvelles pratiques

7On est confronté aujourd’hui à une multiplication des étiquettes des pratiques de traduction (adaptation, localisation, transediting, versionisation, transcréation (Ray & Nataly 2010), co-rédaction, médiation, auto-traduction, etc.) et a posteriori à l’ambiguïté même du concept. Cette prolifération de désignations n’a pas la même extension dans toutes les langues et sociétés, au même moment. Donner un nom à la traduction, c’est contribuer à construire l’objet, à l’autonomiser comme objet d’investigation, à considérer l’évolution des relations entre toutes les formes de production langagière. Notre discours peut être alors homogénéisant (clôture) ou métissant (continuum). D’où la diversité des modalités de dénomination, de définition, de catégorisation de traduction : on distingue, sépare, délimite, regroupe, attribuant des caractéristiques externes (fonctionnelles, identitaires) et internes (souvent formelles) basées sur nos croyances, nos convictions, nos valeurs, nos présupposés et nos expériences. Il ne s’agit pas ici de retracer l’évolution ni de donner un tableau des diverses définitions de traduction (avec leurs postulats descriptivistes, féministes, déconstructionnistes, etc.) (Halverson 2010). D’une conceptualisation de type aristotélicienne à une définition prototypique ou par cluster, l’histoire des concepts de traduction à travers le temps (mimesis, appropriation, imitation) et dans diverses cultures (répétition, retournement, explication, substitution, métamorphose, transvasement) reste à écrire. La traductologie semble s’être développée en quelques décennies pour affronter cette pluralité — de la traduction comme « simple » transfert entre langues, reproduction du même (que ce soit le contenu, la forme ou les effets), à la traduction comme interprétation, comme dépassement de frontières, espace de mixité et lieu de pouvoir et donc de conflit, jusqu’à même, plutôt récemment, (re)découvrir la multiplicité des signes qui composent nos communications, à travers par exemple la traduction des publicités, des programmes audiovisuels, des logiciels, des sites Web, des jeux vidéo.

8Les changements en cours en traduction dans le monde numérique ne sont pas confinés à la traduction professionnelle et aux activités de localisation. De nouveaux types d’utilisateurs ont en fait émergé. L’un des exemples les plus frappants est l’emploi de la traduction automatique (TA) par quiconque, n’importe où. Des programmes librement accessibles sur le Web permettent de charger des contenus et d’obtenir l’essentiel d’un document, sans négliger pour autant la qualité. L’intervention humaine peut être limitée, sinon même inexistante. Si les utilisateurs sont bi- ou multilingues, ils peuvent fournir un feedback aux résultats proposés et essayer d’améliorer les performances de la TA dans leur langue respective.

9On peut ajouter à ces utilisateurs ceux qui n’ont pas de formation professionnelle en traduction mais ont des compétences en langues autres que leur langue maternelle. Ils peuvent s’associer par exemple pour des projets auxquels ils peuvent participer grâce à leurs connaissances linguistiques et culturelles. D’où ainsi les traductions par fans choisissant un film, une série télévisée, un manga, un jeu vidéo à sous-titrer ou doubler.

10Un troisième type d’utilisateurs devenant traducteurs relèvent des traductions participatives ou collaboratives (crowdsourcing) : ils traduisent et/ou localisent des logiciels, des sites Web, des articles, des rapports, des conférences, des textes littéraires et des interviews. Pour cet effort collectif, non rétribué, volontaire et anonyme (le plus souvent), les participants, s’appuyant sur leurs compétences linguistiques, traduisent et révisent ce qui leur convient et quand cela leur convient, jusqu’au moment où le projet est achevé. Ils peuvent recourir aux outils comme Traduwiki, Wikitranslate et Google Translate. Les médias sociaux ou réseaux socio-numériques (Facebook, Twitter, LinkedIn, etc.) ont su saisir cet avantage pour rendre toujours plus accessible leur site. Certes le crowdsourcing (ou traduction offerte à un groupe de volontaires) a suscité des polémiques (Sont‑ils des traducteurs ? Sont-ils, et comment, compensés pour leur travail ? Quelle est leur éthique ? Et surtout, peut-on toujours parler de traduction ?). De fait, souvent marginalisés et caricaturés, ces amateurs repoussent les limites de certaines professions, redéfinissant leurs paramètres et leur mission.

11Enfin, on ne peut pas ne pas citer les travaux collaboratifs réalisés par des équipes de traducteurs professionnels (soit par leur expérience, soit par leur formation). Ils partagent des ressources, peuvent travailler sur un même document tout étant situés en divers lieux, distribuent entre eux leurs activités de traduction, de recherche et de gestion terminologiques, de révision, de relecture. Les tâches ou projets peuvent être soumis aux enchères, les qualifications et exigences postées sur un portail électronique (Proz et Translator’s Café en sont deux exemples).

12Les traductions effectuées par réseau de volontaires peuvent aussi être réalisées par des professionnels, par exemple via des réseaux comme Babel, Translators without Borders, the Rosetta Foundation, etc. (Gambier 2007). Ces traducteurs activistes le font pour une cause sociale, politique ou humanitaire, et répondent aux besoins exprimés dans la plupart de cas par des organisations non‑gouvernementales et autres associations.

13Depuis les années 1980, les théories et concepts de traductologie ont tenté de mieux circonscrire les conditions et contraintes du travail, allant toujours plus vers une conception contextualisée et orientée socio-culturellement des processus de traduction. Ce ne sont pas les langues qu’on traduit mais des textes situés socialement et culturellement. De ce « tournant culturel », on peut distinguer plusieurs courants qui ont contribué à la critique du paradigme de l’équivalence — entre autres, les Descriptive Translation Studies/DTS (Toury 2012), la théorie du Skopos (Reiss & Vermeer 2013) et l’approche proprement culturelle (Venuti 2008). La traduction est désormais perçue comme un processus de re-contextualisation, comme une action intentionnelle. Le processus entier de prise de décisions n’est plus lié exclusivement aux textes mais dépend aussi de considérations qui engagent clients et autres récepteurs. Le sens n’est plus vu comme un simple invariant dans le texte source : il est ancré dans une culture et doit être interprété. La traduction n’est plus une course d’obstacles lexicaux mais le résultat de connexions entre texte, contexte et une myriade d’agents.

14Les pratiques nouvelles, innovées par les technologies de l’information et de la communication (TIC) expliquent et justifient en partie ce changement. Un retour sur l’évolution des médias en traduction éclaire aussi cette transformation en cours.

2. Plaidoyer pour une histoire des supports de traduction

15En pensant aux traductions collaboratives (crowdsourcing), réalisées par un groupe indéfini d’amateurs, deux remarques s’imposent :

  • ces traductions collaboratives remettent en cause une certaine idéologie qui assure qu’une traduction est toujours un acte individuel, centré sur un texte écrit, et qui considère le traducteur comme un substitut de l’auteur.

  • Elles rappellent certains modes de travail du passé, comme la traduction en tandem telle qu’elle a été pratiquée à partir du xiie siècle (l’un par exemple passant de l’arabe vers le roman parlé, l’autre de cette langue parlée vers le latin). Ce genre de traduction en équipe retrouve une vigueur aujourd’hui, par exemple avec la traduction de la Bible en français (2001) faite par des exégètes et des écrivains, ou encore la nouvelle traduction d’Ulysses de Joyce (2004) par un groupe de huit traducteurs, ou encore tout projet de localisation où les agents sont en contact en face à face ou via l’espace virtuel (Pym 2004a, pp. 171-172).

16La tension entre une approche individualiste et une approche collaborative n’est pas nouvelle mais on peut noter que la première a été dominante de la Renaissance à la fin du xxe siècle, avec une apogée à la période romantique quand l’auteur fut assez idéalisé comme figure singulière alors que les traducteurs coopéraient avec leurs éditeurs, leurs institutions nationales ou leur pairs. La seconde approche semble s’étendre via l’emploi des logiciels de mémoire de traduction, la traduction en nuages (cloud translation), les traductions par des fans ou des communautés sur le Web.

17Pourquoi avons-nous besoin d’une histoire des médias ou supports de production, de distribution et de transmission des traductions ? Les pratiques de lecture, de rédaction ont de fait changé selon les formes matérielles (corps humain, tablette, rouleau, codex, livre, écran) disponibles pour stocker et extraire données et informations. Les supports de ces formes (voix, argile, cire, papyrus, parchemin, papier, ordinateur) rendent différentes nos manières de lire, d’écrire… et de traduire. On sait comment Luther a su combiner imprimerie et traduction et comment Google utilise la puissance de mémorisation et de calcul des ordinateurs pour la traduction automatique.

18L’histoire culturelle retrace assez aisément l’influence des supports techniques par exemple dans l’évolution de la peinture mais notre attention n’a encore guère été retenue sur cette influence en traduction (Cronin 2003 ; Littau 2011). Les historiens du livre ont ouvert la voie en soulignant les changements dans les cultures orales, scripturales, de l’imprimé et des écrans. Aujourd’hui, on peut observer que, comme dans le passé, plusieurs cultures techniques coexistent : papier et écran luttent l’un contre l’autre, avec des positions dominantes provisoires dans telle ou telle sphère d’activité (par exemple dans le journalisme, les administrations), juste comme les approches individualiste et collaborative se chevauchent à des degrés variables selon les domaines de traduction.

19On peut ici référer à la médiologie comme autre source d’inspiration (Debray 1991, 1994, 2004) qui défie l’idée répandue que la technique ne relèverait pas de la culture. En examinant les méthodes utilisées pour mémoriser, transmettre et disséminer les connaissances culturelles, la médiologie s’attache à comprendre comment les médias ou supports techniques ne servent pas exclusivement à emmagasiner ces connaissances mais aussi façonnent nos modes de penser, nos croyances, notre organisation sociale.

2.1. Avant l’imprimerie

20Cicéron est souvent cité en traductologie comme celui qui aurait lancé le dilemme rendre le sens par opposition au mot à mot (McElduff 2009, 2013). Nous tendons à oublier que les interventions que nous étiquetons maintenant comme politiques, littéraires, philosophiques, étaient publiques et orales, exécutées avec les gestes du corps (faute de micro pour amplifier la voix). Les compétences oratoires étaient valorisées et pas seulement par les tribuns, les juristes. Cicéron a traduit des discours sous forme de texte comme un orateur, l’éloquence l’emportant sur la fidélité, l’exactitude (Cicero 1949, p. 365 ; Weissbort & Eysteinssson 2006, p. 21). On peut supposer qu’il composait oralement puis dictait sa traduction à quelqu’un d’autre qui l’inscrivait sur un rouleau (les deux bâtons du cylindre étant tenus par les deux mains pendant la lecture). Le rouleau n’est pas sans analogie avec le déroulement d’un document sur un ordinateur ou une tablette tactile. En d’autres termes, au ier siècle avant J.-C., la traduction était transmise, sinon déterminée, par un certain mode d’écriture tandis que le texte lui-même était contraint par deux formes d’oralisation — celle de la performance et celle de la lecture à voix haute. On ignore la forme de traduction à laquelle Cicéron réfère (celle publique ou celle écrite) quand il donne sa préférence à la traduction du sens. Il faut ajouter ici qu’il traduisait, par exemple Aristote, sans nécessairement s’appuyer sur un texte écrit (original ou copie) mais plutôt sur sa mémoire. Travailler avec la voix et la mémoire est bien éloigné de notre perspective graphocentrique, y compris numérique où la mémorisation, déléguée en quelque sorte, ne joue plus un rôle central dans les processus de lecture et d’apprentissage.

21Qu’en est-il dans la culture européenne médiévale qui s’est développée en grande partie grâce au codex manuscrit, quand les traductions étaient produites sous le patronage de l’Église, d’un roi ou d’un prince ? Le codex, advenu pendant la période Byzantine (surtout aux viii-ixe siècles, suscitant la querelle des iconoclastes), fabriqué par plusieurs scribes et enlumineurs, était destiné à un seul lecteur, son futur propriétaire dans la plupart des cas. On est donc alors loin de la production de livres visant un marché littéraire anonyme mais on se rapproche du iPad avec l’omniprésence de l’image pour rendre non plus la divinité mais bien des réalités. Chaque codex est un objet façonné unique : son élaboration localisée nécessitait des relations personnelles et un travail collaboratif ou mutualisation de compétences.

22Quand un codex original se perd ou n’est plus disponible qu’en copies (reproductions manuelles non sans erreurs), le traducteur doit recourir à diverses sources, plus ou moins géographiquement éloignées — fragments sauvés en différents lieux, autres traductions plus ou moins parcellaires en diverses langues ou dialectes, citations faites dans d’autres travaux, etc. Cet original fragmenté et déformé, sinon manipulé, ne pouvait pas servir de référent vis-à-vis duquel la traduction pouvait être comparée ou évaluée (Ellis 2000).

23Les codex ont à la fois des formes dérivées de la tradition orale (promouvant l’adaptation ou traduction libre) et introduisent des traits textuels de la culture de l’imprimé en devenir (promouvant une stratégie de traduction plus littérale) (Tymoczko 2010, p. 219 et p. 228 ; Hermans 1992, 1997). L’approche littéraliste était justifiée dans un contexte scriptural monastique où la fidélité à la parole de Dieu exigeait un mot-à-mot. Entre les variations dues à la manière dont les codex étaient produits et transmis et l’insistance de rester aussi proche que possible du texte sacré, nous pouvons percevoir combien la situation de traduction au Moyen âge était complexe. D’où déjà la multiplication des étiquettes, comme compilatio, ordinatio, imitatio, pour désigner la traduction. La culture manuscrite a permis différentes formes de rédaction : composer, gloser, traduire, copier, avec les possibilités d’omettre, d’ajouter, de commenter, donnant ainsi au récepteur une position centrale pour interpréter le texte en question. En outre, les parchemins devenaient plus courants que les rouleaux : les lecteurs purent ainsi peu à peu avoir un accès plus facile à n’importe quelle partie du texte — la pagination, la table des matières transformant graduellement le codex, rendant possible de rassembler plusieurs textes dans un même volume. Par ailleurs, puisqu’on pouvait tenir le codex d’une seule main, le lecteur a pu aussi commencer à prendre des notes de l’autre main (Cavallo 1999, p. 88). Les habitudes monastiques de lire à haute voix cèdent la place aux habitudes scholastiques (lisant silencieusement et annotant).

2.2. Avec la culture de l’imprimé

24L’invention de l’imprimerie au milieu du xve siècle va de nouveau changer la production, la consommation, la transmission et le transport des textes. À partir de cette période, on peut produire de multiples exemplaires identiques du même livre. Certes, il y a des modifications orthographiques involontaires, des changements dans le texte dus au procédé d’impression et également des éditions pirates ou contrefaites. Cependant, et plus important, le nouveau médium accroit la demande de lecture (RED). Les langues vernaculaires deviennent les langues d’apprentissage. En traduction, la mise en page des pages originales en latin façonne les stratégies. La traduction devient alors non seulement un processus inter-linguistique mais aussi un transfert intra-médial, comme aujourd’hui avec les brochures touristiques, les bandes dessinées, les livres illustrés pour enfants, etc., pour lesquels nous préférons parler d’adaptation que de traduction !

25Parallèlement à cette évolution, émergent une bourgeoisie lettrée et dans certaines sociétés une langue nationale. La traduction sert dans cette perspective un nouveau lectorat (Jouhaud & Viala 2002) et une certaine idéologie. Berman (2012) a retracé la double origine de l’institutionnalisation de la traduction en France, entre le xive siècle (avec Oresme, précepteur du roi Charles V et créateur du français savant, dans le cadre du transfert des savoirs à partir du latin) et le xvie siècle (avec Amyot, libre adaptateur définissant aussi un certain modèle de prose). Entre la Renaissance et la moitié du xxe siècle, dès lors que le texte source est identifiable et reproductible tel quel, se mettent en place un concept de traduction et un modèle qui insiste sur la confrontation entre le texte de départ (référent d’autorité) et le texte d’arrivée, supportant le principe de l’équivalence, la secondarité de la traduction et l’illusion de l’égalité des langues (Pym 2004a, pp. 173-174, 2004b). Pendant ces siècles, la circulation des textes va s’accélérer. Le commerce et le business du livre vont favoriser la venue de la littérature séculière, ainsi d’ailleurs que celle des périodiques et des journaux. L’expansion de la production de livres est relancée avec l’invention de la littérature populaire dite encore littérature de gare (vers 1860) puis avec le lancement des livres de poche (vers 1950). Aux xviii-xixe siècles, les traductions connaissent un boom alors que n’existe pas encore de protection juridique sur les œuvres étrangères. Les « retraductions actives » (Pym 1998, pp. 82-83) deviennent relativement fréquentes sur des marchés plus compétitifs. On est donc loin du volumen (rouleaux) sans ponctuation et loin aussi des codex avec leurs lettres enluminées.

26Le besoin de lire vite et en silence est désormais satisfait depuis que imprimeurs et typographes ont systématisé, sinon standardisé, mise en page et orthographe et également depuis que les traducteurs ont favorisé la fluidité (fluency) comme stratégie dominante de leurs traductions pour complaire à cette double exigence de la lecture (Venuti 2008).

2.3. Dans notre culture numérique

27Aujourd’hui, dans notre culture numérique, la fluidité qui vise à une lisibilité optimale selon des critères linguistiques, rhétoriques et stylistiques, cède la place à l’accessibilité et à l’utilisabilité, la focalisation étant moins sur le texte que sur les récepteurs (lecteurs et spectateurs) — changement annoncé pour ainsi dire par la théorie du Skopos basculant d’une approche contrastive vers une approche cibliste, notamment en se détachant de la littérature. Désormais un texte sur l’Internet (mais pas nécessairement un livre sous forme électronique qui conserve ses formes dérivées de l’imprimerie) peut être reconfiguré par ses utilisateurs grâce à ses hyperliens et à l’interactivité permise (le lecteur est invité à ajouter ses propres mots et images pour coproduire du sens). La division du travail traditionnelle entre la création d’un texte, d’un film, d’une pièce musicale, sa reproduction et sa distribution est brouillée avec les nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC), aujourd’hui facilement accessibles. Interviennent aussi dans le processus de création un assez grand nombre de personnes et d’institutions (voir sections 1.2 et 4.3) : ainsi, dans la production d’un long métrage, scénariste, producteur, metteur en scène, acteurs, ingénieurs du son, caméraman, monteur, etc., concourent à la production de sens qui ne se limite pas aux seuls dialogues, alors que dans les études littéraires et en traductologie, l’auteur est perçu souvent comme un individu solitaire.

28La collaboration en traduction modifie également les procédures de traduction. En quelques vingt ans, les TIC ont transformé nos concepts de texte et de livre et aussi notre expérience de lecture, d’écriture et de traduction. Désormais, l’acte de traduire est visible sur l’écran : ses récepteurs, y compris d’autres traducteurs, peuvent participer au processus et comparer les différentes versions traduites proposées, plutôt que de comparer texte de départ et texte d’arrivée.

29De Cicéron à aujourd’hui, la traduction a toujours été de fait marquée par son environnement technique, même si on n’y a guère jusqu’à maintenant porté une grande attention dans la continuité historique. On doit cependant insister de nouveau sur le fait qu’il n’y a pas de correspondance tranchée entre un médium et une période donnée. Divers supports coexistent dans une culture donnée, à un moment donné. La façon linéaire dont j’ai présenté certains phénomènes et exemples ne doit pas abuser et donner l’impression d’un espace et d’un temps monolithiques. En fait, il y a toujours des ethos de traduction plus ou moins conflictuels dans une durée délimitée. La même prudence devrait s’appliquer si on regarde l’interprétation : considérée comme performance orale pendant longtemps, elle est aujourd’hui sous la pression de plusieurs médias — du téléphone aux systèmes de reconnaissance vocale, des ressources disponibles en ligne à l’interprétation dans la réalité virtuelle. Dans les deux cas, stratégies, critères d’évaluation et perception des pratiques sont en cours de changement. Certainement, les théorisations assez divergentes de l’équivalence s’éclairent au vu de l’impact des médias de traduction. N’empêche, le passage de l’imprimé au numérique explique (en grande partie ?) les ambiguïtés, sinon les contradictions, de la traductologie : en effet, la notion de texte comprise à la fois comme produit verbal et comme textualité, les rapports entre l’oral et l’écrit, les hésitations pour dénommer l’objet traduction — tous en cours de transformation sous l’influence des TIC, concourent à repenser nos approches théoriques, sans pour autant quitter nos conceptions héritées du paradigme technique du livre imprimé. Les efforts typologiques des textes à traduire reflètent encore ce paradigme.

3. Genres, types de texte et traduction

30Pour décider ce qu’on va voir, ce qu’on va lire ou ce qu’on va acheter, on tend à catégoriser, à classifier toute production verbale selon un genre donné. Toutes les disciplines, par exemple les études littéraires, l’histoire de l’art, les études cinématographiques, la linguistique, les sciences de l’information, recourent au concept de genre ou de type. La traductologie n’a pas échappé au besoin de définir genres et types textuels. La distinction entre les deux notions n’est pas nouvelle et reste bien problématique, même si, en simplifiant, on peut dire que les genres relèvent du social alors que les types relèvent du linguistique.

31Dans une librairie ou une bibliothèque, les livres sont classés de différentes façons. Ils n’y sont pas tant caractérisés selon des catégories de texte ou de structure que par des catégories d’expérience, par sujet, par domaine de connaissance. Si on cherche un ouvrage littéraire, on choisit au préalable un genre : action, aventure, comédie, policier, fantastique, romance, science-fiction, etc. Si on veut aller au cinéma, on sélectionne d’avance un genre : dessin animé, western, thriller, film d’action, etc. De même si on veut écouter de la musique, on opte pour du baroque, du rock, du folk, du blues, etc.

32Le concept de genre fut d’abord limité aux études de folklore et de littérature puis il s’est élargi aux genres non-littéraires, par exemple en analyse de discours, en LSP (Langue de spécialité) et en traductologie. Ainsi Bhatia (2004) a étendu le cadre générique jusqu’à couvrir les professions judiciaires et commerciales, traitant des problèmes théoriques soulevés par la complexité et la diversité des genres professionnels : en réalité, les genres sont très souvent mélangés, hybrides. Ces formes conventionnelles ou genres sont associées à une situation particulière de communication, à un événement social, comme le code de procédures pénales au tribunal, ou encore comme une commande, une demande d’emploi qui remplissent aussi une fonction sociale. Ce sont des constructions dynamiques et d’aucune manière des catégories figées ou stables ; elles changent dans le temps et selon les cultures, tout en étant néanmoins en même temps « reconnues » comme « genres » (Frow 2005). Des normes de sécurité, des rapports juridiques, des manuels d’instruction et des accords de partenariat peuvent être régulés par des règles normatives tandis que des documents d’entreprise, des brochures de marketing, des rapports annuels peuvent être l’objet de variations.

3.1. En linguistique textuelle

33En linguistique textuelle (le texte étant compris comme texte verbal écrit, monomodal), le type de texte a été souvent perçu comme super-ordonné au genre, aussi dénommé text prototype, deep structure genre. Dans la définition fonctionnelle, les types textuels sont alignés sur les fonctions du langage de Jakobson : Werlich (1975) a ainsi analysé cinq types basés sur le focus contextuel dominant (« dominant contextual focus ») (narration, description, exposition ou présentation, argumentation et instruction) ; de Beaugrande et Dressler (1981) ont quant à eux proposé sept types (descriptif, narratif, argumentatif, scientifique, didactique, littéraire et poétique) ; Hatim and Mason (1990, pp. 153-160) ont développé, avec la traduction en ligne de mire, trois types principaux (argumentatif, expositif ou présentatif et opérationnel) ; et Adam (1992) a défini cinq types (narration, description, argumentation, explication et dialogue). D’autres taxinomies ont été suggérées, souvent en confondant actes de langage avec stratégies rhétoriques et modes d’organisation textuelle, oubliant aussi jusqu’à un certain point les fonctions de communication (ou visées).

3.2. Traduction et typologie des textes

34Dès le milieu des années 1970, l’idée de classification a été largement acceptée en traductologie, pour au moins deux raisons :

  1. Les traducteurs ont besoin de comprendre les tenants et aboutissants d’un document donné pour choisir de manière appropriée des stratégies de traduction. Le processus n’est-il pas différent s’ils identifient différents types de texte ? Quelles similarités peut-on observer entre types de texte de l’original et types de textes traduits ?

  2. La spécialisation du traducteur n’est-elle pas conditionnée à la fois par le sujet, le domaine abordé par les textes et les types de texte ? Quelles en sont les implications pour la formation ?

35Avec de telles questions, on s’est ainsi peu à peu rapproché des fonctions communicatives liées aux objectifs du texte, ouvrant la voie aux approches fonctionnalistes et aussi au rôle de la traduction dans l’acceptation de nouveaux genres dans un système ciblé donné où les besoins et les conventions gouvernent ce qui se passe à la fois dans le processus de traduction et dans le devenir des textes traduits (Trosborg 1997, en particulier les chapitres par J. Sager et par C. Nord). Une typologie fondée sur les textes de départ est valide aussi longtemps que la fonction du texte d’arrivée est la même que celle du document original.

36K. Reiss (2000, pp. 24-47 ; Reiss & Wermeer 2013, ch. 11 et 12) fut une des premières à proposer une classification des textes répondant aux besoins de la traduction, avec trois types de base — assignant à chacun d’entre eux un certain nombre de variétés textuelles, combinant traits contextuels et structuraux (Reiss 1981) :

  • informatif (centré sur le contenu), par ex. communiqués de presse, nouvelles, rapports scientifiques, instructions, modes d’emploi, brevets, traités, textes à visée éducative, littérature de gare, etc. ;

  • expressif (centré sur la forme), par ex. essais, biographies, romans, nouvelles, la plupart des différentes formes de poésie, etc. ;

  • incitatif, représentant la fonction persuasive, d’appel du langage, visant un effet non-linguistique, par ex. réclame, sermon, texte satirique, propagande, textes de promotion, etc. ;

37Plus tard, une quatrième catégorie fut ajoutée, plutôt centrée sur le support que sur le contenu : les textes scripto-sonores, s’appuyant sur les médias et les diverses sortes graphiques, acoustiques et visuelles de l’expression, par ex. les scripts pour la radio ou la télévision, les informations radiodiffusées, les productions théâtrales, les chansons, les opéras, etc.

38D’autres essais de classification ont été aussi proposés sur la base de critères communicatifs-fonctionnels et toujours dans une perspective descendante (top‑down) (voir Newmark 1981, Nord 1988/2005, House 1997). Pour Trosborg (2000), le genre se comprend comme l’objectif d’une interaction ; elle a combiné des travaux sur les genres orientés par la traduction avec la théorie du Skopos. Cependant des textes de même fonction peuvent se concrétiser en des types différents : un rapport médical et un rapport de police peuvent être informatifs alors qu’un compte-rendu de livre (rapport sur un ouvrage) peut être expressif. Par ailleurs, des types similaires peuvent être utilisés pour des textes qui présentent différentes fonctions textuelles, par ex. un avis aux consommateurs et un contrat peuvent être tous les deux incitatifs mais servir des buts différents.

39Les types textuels pourraient être également pertinents dans d’autres domaines comme celui de l’interprétation de conférence (Alexieva 1994) ou celui des médias imprimés et audiovisuels. Dans la presse, le type informatif voisine avec les types persuasif et expositif. L’audio-description (AD) qui change des images en mots et génère un texte cible oral soulève également la question des types de texte : quelle sorte de texte l’AD est-elle elle-même et comment peut-on la relier aux autres types qu’on trouve en traduction audiovisuelle (traduction de scénario, doublage, sous‑titrage intra- et inter-linguistique, commentaire libre, etc.) ?

40Il est aisé, à ce stade, de noter les points faibles des taxinomies de textes, développées dans le sillage des études structurales des récits (années 1960‑1970), profitant des analyses en poétique et en sémiotique de la description, de l’argumentation et de l’explication : la langue ne peut être réduite à un système de catégories statiques et bien tranchées, et le type de texte n’est pas forcément la contrainte essentielle qui détermine les stratégies de traduction et l’unique référence pour évaluer la qualité d’une traduction. On peut saisir pourquoi la traductologie semble abandonner le dilemme théorique des types textuels. Après avoir suivi la tendance générale de la linguistique textuelle, longtemps dominée par les approches textualistes (elles-mêmes influencées par exemple par Greimas, Todorov, Barthes, Foucault), elle prend le tournant socio-culturel et met l’accent sur le traducteur. N’empêche, de nouveaux types textuels existent avec les outils électroniques et une certaine re-conceptualisation de la notion de type textuel ne délaisse pas la problématique, empruntant à la fois à la théorie des actes de langage et à la théorie de la pertinence (voir entre autres Unger 2006 ; Tsiplakou & Floros 2013).

41Les approches taxinomiques d’orientation fonctionnelle ont fourni un cadre théorique lorsqu’on a cherché à comprendre un texte ou à produire une traduction. Pourtant on a noté des confusions du côté de la terminologie (genre, type textuel, fonction langagière, style, domaine) et des catégories utilisées pour ces taxinomies. Plusieurs raisons expliquent ces confusions : d’abord la multiplication des perspectives chez les théoriciens, référant à la pragmatique, à la linguistique textuelle, à l’analyse de discours, à la pédagogie, aux études contrastives, aux discours en langue de spécialité et à la traductologie ; ensuite la diversité des buts qu’ils se donnent (catégoriser les textes de départ, trouver des équivalences textuelles, justifier des stratégies de traduction, ou enseigner des domaines de spécialité) ; enfin le fait que les textes ne sont jamais absolument homogènes : ils exhibent des traits de plus d’un type à la fois. La multifonctionnalité (plus d’un objectif) est la règle plutôt que l’exception. En avons-nous alors fini avec les types de texte ? Notre perception et nos connaissances à propos des types de texte et des genres s’appuient sur une série de caractéristiques prototypiques qui sont plus que linguistiques : il y a une action sociale, une exigence sociale derrière nos manières d’identifier et d’interpréter les types textuels et les genres. De la convention du texte comme arrangement linéaire de phrases ou comme séquence d’unités langagières à l’hypertexte sur l’Internet, le concept est devenu ambigu, sinon flou. La perception courante de texte et de la relation texte-auteur-lecteur-traducteur est elle-même de nature dynamique dans les théories de la traduction.

4. Sur le texte multimodal

4.1. Une nouvelle relation entre les codes sémiotiques

42L’histoire des conditions de la lecture, de la paternité d’un ouvrage, de publication éclaire aussi les relations entre les codes oral et écrit. Le fait dominant du langage humain a été son oralité. Pourtant, nos sociétés occidentales, avec l’invention de l’imprimerie, ont rejeté les travaux sur cette oralité. En traductologie, on tend de fait à se focaliser exclusivement sur le texte, ou plutôt sur un certain concept de texte, et à négliger la traduction orale et/ou écrite des récits oraux, des épopées (Tymoczko 2007 ; Bandia 2011). Même les études en interprétation, longtemps dominées par le paradigme de l’interprétation de conférence, la psycho-dynamique de l’oralité a été sous-estimée.

4.2. L’interaction entre les codes oral et écrit

43Les formes de l’oralité et de l’écrit n’ont jamais été homogènes (Ong 1982 ; Goody 1987). On peut parler spontanément dans un dialogue ou un monologue, ou en récitant, en lisant à voix haute ce qui a été écrit. On peut écrire pour être lu ou parlé comme si rien n’avait été écrit, etc. Pendant longtemps, des travaux ont été menés sur les représentations (réalistes), les simulations ou les transcriptions de l’oral dans les textes écrits (romans, pièces de théâtre, scripts de films), ou comment syntaxe et typographie pouvaient refléter la discontinuité du flux verbal. Le mouvement Dadaïste dans les années 1920 ainsi que les Lettristes pendant et après la seconde guerre mondiale ont plaidé pour le retour aux fondamentaux c’est-à-dire aux phonèmes, expérimentant différents moyens d’expression où graphisme et sons jouaient un rôle essentiel. Cependant, très peu de recherches ont porté sur les manières dont l’oralité est incorporée et traduite (Brumme 2008 ; Brumme et al. 2010, 2012 ; Gambier & Lautenbacher 2010). N’empêche, aujourd’hui, ces conventions et stratégies sont mises à mal par de nouvelles formes hybrides qui nous contraignent à repenser la nature orale de nos interactions et défient l’idéologie de la littératie et des pouvoirs qui s’y rattachent (Monod 2013). On peut référer ici aux courriels, SMS, chats, blogues, tweets, et autres jeux interactifs dans lesquels différentes orthographes, émoticons, avatars, acronymes, abréviations, ponctuation, lettres capitales, interjections, etc. sont employés de façon expressive, déictique ou emblématique.

44Les communications médiées par ordinateur (CMO) ou par téléphone (CMT) sont désormais des pratiques vernaculaires courantes, sans oublier que ces pratiques peuvent mêler (code-mixing) ou changer de langues (code-switching) (Liénard & Zlitni 2011) : le monde en ligne a des effets sur nos langues naturelles, sur nos manières de nous identifier, de présupposer (Barton & Lee 2013). On peut faire une nouvelle analogie entre les gestes physiques, non-verbaux et les conventions textuelles des médias sociaux : ces textes digitaux et des médias sociaux sont des textes conversationnels, trop souvent compris et approchés comme « désincarnés ». L’opposition binaire entre médié et incarné est une fausse dichotomie, autant que la prétendue opposition entre oral et écrit. Les textes des CMO sont des hybrides d’écrit et d’oral où émotions, pensées et cognition sociale sont intimement liées. Dans l’évolution actuelle des technologies de la communication, fournissant de nouveaux moyens de garder le contact, on assiste à la fermeture de la « parenthèse Gutenberg » (Pettitt 2009).

45On ne peut pas exclure de ces changements que la littérature elle-même change, de ses cyber-formes — comme par exemple TOC : A Media-novel de Steve Tomasula (2010) : une mosaïque de textes, de médias, et de collaborateurs, où le rôle de l’auteur est multiple : écrivain, chef d’orchestre, producteur, directeur artistique, etc. — jusqu’aux installations qui combinent design et textes littéraires. La poésie peut également devenir une performance orale (cf. slam, rap), une lecture publique, ou une exhibition visuelle (Lee 2013). Keitai Shousetsu est maintenant aujourd’hui au Japon le nom pour des récits écrits en SMS, distribués sous forme de feuilletons sur des téléphones mobiles, puis publiés comme séries dans la presse, comme certains romans en France au xixe siècle.

46Qu’en est-il des de la traduction et de l’interprétation dans ce paysage se métamorphosant de la « graphosphère » à la « vidéo-sphère » (Debray 1994) ? Nombre de pratiques brouillent l’opposition traditionnelle entre oral et écrit (toujours à la base néanmoins des programmes de formation : traduction (d’abord l’écrit) suivie de l’interprétation (oral) ; voici quelques exemples de ces pratiques :

  • l’interprétation simultanée qui peut dépendre d’un discours écrit planifié et lu par l’orateur ;

  • la traduction à vue ou prima vista, à la fois processus dichotomique du langage (de la langue source vers la langue cible) et passage de l’écrit à l’oral ;

  • la traduction de pièces théâtrales, de bandes dessinées, de chansons, d’opéras où plusieurs types de signes coexistent (oral, visuel, musical, etc.) et où l’acceptabilité est moins importante que la mise en bouche (speakability), l’efficacité scénique (performability) et la force chantée (singability) ;

  • la localisation de jeux vidéo (leurs règles, leur interface, leur menu et leurs messages d’aide, leurs avertissements, leurs instructions, leur manuel, leur histoire, leurs dialogues, leurs textes en images, leur voice-over, etc.) ;

  • le sous-titrage en direct, le sous-titrage intra- et inter-linguistique ainsi que le sur-titrage (des dialogues aux lignes écrites en bas ou sur le côté ou en haut de l’écran).

47Par ailleurs, des outils électroniques dérangent aussi la frontière entre oral et écrit — que l’on pense ainsi aux logiciels de reconnaissance vocale permettant à un énoncé oral de s’écrire directement sur l’écran. Combiné avec la traduction automatique, on peut facilement imaginer comment cela changera l’interprétation de conférence dans certaines situations.

4.3. Vers un nouveau concept de texte ?

48Le terme texte a été utilisé maintes fois dans tout ce qui précède. Un texte écrit a toujours été un moyen de prendre ses distances avec le moment et le lieu de l’énonciation initiale, transcendant les contraintes spatio-temporelles de cette énonciation tout en étant un support de conservation et de transmission de notre mémoire culturelle. Peut-être devrait-on questionner nos présupposés sur le texte et la textualité (Toury 2006, pp. 58-64). Réfère-t-on aujourd’hui à la même notion de texte quand on traite de traduction littéraire, d’interprétation, de localisation ?

49En linguistique textuelle, le texte a été défini par sept critères de textualité : cohésion, cohérence, intentionnalité, acceptabilité, degré d’information, mise en situation et intertextualité (Beaugrande & Dressler 1981) (voir aussi Hatim & Mason 1990 ; Neubert & Shreve 1992 ; Jiménez-Crespo 2013, pp. 43-49 ; Mira & Matthiessen 2015). Cependant, il y a des différences entre un texte de Cicéron ou de Virgile — à lire à haute voix pendant un événement donné (politique, religieux, esthétique) — et un texte écrit par M. Proust, entre un texte littéraire traditionnel publié sous forme de livre et un texte donnant des instructions. Tous ces textes sont néanmoins matériellement (physiquement) finis et sémantiquement ouverts, tandis que les hypertextes sont à la fois matériellement et sémantiquement ouverts. Aujourd’hui, on ne lit pas un e-texte sans bonus référant à une interview sur You Tube, à une lecture publique, à une carte (comme on ne regarde pas un film sur DVD sans quelques-uns de ses rushes, sans un clip, etc.). Par ailleurs, la logique sous-jacente des TIC suggère une nouvelle relation entre traducteur et contenu textuel. Ces outils impliquent en effet des tâches et des procédures conçues pour l’automatisation, comme l’alignement textuel (ou faire correspondre des versions en langue source et langue cible), les mémoires de traduction (ou faire correspondre des segments de texte — du mot au paragraphe — entre les langues en présence), la gestion de contenu (en langage de balisage comme HTML), sans oublier le fractionnement du travail et des documents dans la traduction collaborative (voir section 1.2).

50Le concept de texte en traductologie change selon les approches (descriptive, systémique, postcoloniale, féministe, etc.) et selon les périodes. D’évidence, dans la perspective de l’équivalence et celle de la domestication des brochures touristiques, des livres d’art, des catalogues d’expositions, des publicités mêlant écrit et illustrations (photos et dessins), le concept de texte a peu à peu changé (Gorlée 2004). Le texte tel que renouvelé par les TIC est devenu poly-sémiotique ou multimodal — une composition hybride faite de différents signes sémiotiques, exigeant de nouvelles compétences et de nouvelles formes de littératie. Deux décades d’Internet et de Web ont transformé un concept qui avait dominé plus d’un millier d’années. On a dorénavant des textes faits de courts messages (blogues, tweets), d’images fixes ou mobiles, de sons, de pictogrammes, tableaux, jouant sur les couleurs et les polices de caractères, etc. Les textes sont désormais fluides avec d’autres textes et d’autres signes sémiotiques.

51Le Web accueille et distribue tous les médias existants (Lancien 2010). Il favorise la navigation : le sens est construit de lien en lien, de site en site (hypertextualité ; voir Jiménz-Crespo 2013, pp. 54-65), donnant à l’acte de lecture un rôle déterminant dans la co-construction du texte. Alors que tout document pouvait naguère être daté et attribué au moment de sortir de l’imprimerie, avec le Net on a un processus permanent d’actualisation (mise à jour) et en même temps d’infinitude des contenus. D’une façon, les hypertextes recréent les ambiguïtés des manuscrits médiévaux — ce n’était pas toujours alors facile de distinguer entre auteur et copistes, entre savoir original et commentaires. De plus, aujourd’hui, le même texte peut être aussi multimédia : par exemple, un article de presse avec photos peut être transféré d’un journal à un site Web ou sur un téléphone mobile.

52Pour R. Barthes (1964), la relation entre verbal et autres modes sémiotiques de communication était hiérarchique et asymétrique : il postulait la domination du texte verbal sur les autres codes sémiotiques — le texte fonctionnant comme un relais (texte et image étant dans une relation de complémentarité) et un ancrage (le texte orientant la lecture de l’image). Aujourd’hui, les chercheurs en multimodalité, comme Kress & van Leeuwen (1996 ; 2001), soulignent la primauté et l’autonomie des signes visuels. La question ici n’est pas de déterminer qui a raison mais d’observer que les deux tendances données ici comme exemples mettent le doigt sur l’importance de prendre en considération les modes multiples de représentation en tandem — les formes verbales ne constituant plus l’unique manière de produire du sens.

53La mono-modalité ne peut pas être une approche des textes, y compris pour certains écrits littéraires. De même, la traduction ne peut pas être exclusivement liée au texte verbal écrit. Dans les études en interprétation, on reconnait maintenant le poids des éléments non-verbaux et les communications multilingues. Plusieurs critères de qualité ont été définis ici et là pour, par exemple, l’interprétation dans les médias parlés : compréhensibilité, synchronie, information complète, énonciation aisée et régulière, expressions faciales appropriées, gestualité posée, code vestimentaire non négligé.

54La transformation du concept de texte va de pair avec le renouveau des genres, en particulier les genres médiés par le Web (voir Jiménez-Crespo 2013, pp. 67-101) — des 140 caractères d’un tweet jusqu’aux transformations intersémiotiques disponibles sur le Net (comme par exemple la « traduction » par l’artiste chinois Ai Weiwei du Gangnam Style en Grass Mud Horse Style). Il resterait à tester les sept critères de textualité sur divers matériaux textuels à traduite, à localiser, à sous-titrer. Des essais ont été tentés, notamment avec les notions de cohérence et d’intertextualité (voir par exemple les travaux de Di Giovanni [2014] et de Taylor [2014] en audiodescription).

55Aujourd’hui, les changements sont si rapides, si complexes, si sensibles et si controversés qu’il est parfois difficile de suivre et de comprendre ce qui se passe. Peut-être un regard vers l’histoire sur la longue durée (comme suggéré par l’École des Annales) et le rejet de notre obsession sur les textes verbaux fixes sont aussi des façons de dépasser les divisions et d’aborder le futur avec confiance.

5. Vers un double changement de paradigme

56Le développement rapide de la mondialisation et de la technologisation, en particulier dans les milieux de travail, n’a guère donné de temps à nos sociétés pour assimiler et réévaluer leurs structures fondamentales. Nos modèles et relations actuels sont-ils durables alors que nos pratiques sociales et culturelles changent manifestement ? Un certain recul historique nous permet de considérer la création, la mise en œuvre et la maturation de nouveaux paradigmes, surtout à chaque phase d’innovation technologique : de l’oral à l’écrit, de l’imprimerie aux technologies numériques qui nous permettent d’ajouter une dimension virtuelle ou « synthétique » (Castronova, 2005) à notre réalité concrète.

57Le clash des paradigmes — de la tradition basée sur les textes religieux et les imprimés à la culture numérique — a lieu maintenant. Les hésitations pour dénommer ce qu’on fait quand on traduit, on transcréé, on transédite, on localise, sont palpables. Nombre d’associations de traducteurs s’appuient toujours sur les catégories fondatrices de « littéraire » et de « non-littéraire » (technique, commercial, médical, juridique).

58Deux paradigmes ont changé et changent. D’un côté, la conception devenue conventionnelle de la traduction basée sur le paradigme de l’équivalence a évolué vers une conception orientée vers le public cible c’est-à-dire le paradigme du tournant culturel. Ce premier paradigme existe en parallèle avec un autre paradigme également en cours de transformation et qui reflète les supports et médias par lesquels passent les traductions. Le paradigme de l’imprimé et du livre (d’où a émergé le paradigme de l’équivalence) se transforme en paradigme du numérique et du Web (où les textes à traduire deviennent multimodaux). Dans ce contexte de changement rapide s’expliquent la prolifération des termes employés dorénavant pour désigner ce qui était « traduction » et les ambiguïtés attachées à ce qu’on appelle « texte », comment on le produit et comment on le reçoit.

Haut de page

Bibliographie

Adam, Jean-Michel (1992), Les Textes : types et prototypes, Paris, Nathan.

Alexieva, Bistra (1994), « Types of text and intertextuality in simultaneous interpreting », in Hornby, Kaindl & Pöchchacker (eds.), Translation Studies: An Interdiscipline, Amsterdam/Philadelphia, J. Benjamins, pp. 179-187.

Bandia, Paul (2011), « Orality and Translation », in Gambier & Van Doorslaer (eds.), Handbook of Translation Studies, vol. 2. Amsterdam, Philadelphia, J. Benjamins, pp. 108-112. Also accessible on-line: www.benjamins.com/online/hts.

Barthes, Roland (1964), « Rhétorique de l’image », Communications 4, pp. 40-51.

Barton, David & Lee, Carmen (2013), Language on line. Investigating Digital Texts and Practices, London, New York, Routledge.

Berman, Antoine (2012), Jacques Amyot, traducteur français. Essai sur les origines de la traduction en France, Paris, Belin.

Beaugrande de, Robert & Dressler Wolfgang (1981), Introduction to Text Linguistics, London, Longman.

Bhatia, Vijay (2004), Words of Written Discourse. A genre-based view, London, Continuum.

Brumme, Jenny (2008), La oralidad fingida. Descripción y traducción. Teatro, cómic, y medias audiovisuales, Madrid, Iberoamericana & Frankfurt, Vervuert.

Brumme Jenny & Espunya Anna (eds., 2012), The Translation of Fictive Dialogue, Amsterdam, Rodopi.

Brumme, Jenny & Resinger, Hildegard (eds., 2010), La oralidad fingida. Obras literarias, Madrid, Iberoamericana & Frankfurt, Vervuert.

Buzelin, Hélène (2014), « How devoted can translators be? Revisiting the subservience hypothesis », Target, 26 (1), pp. 63-97.

Castronova, Edward (2005), Synthetic Worlds: The Business and Culture of Online Games, Chicago, The University of Chicago Press.

Cavallo, Guglielmo (1999), « Between volumen and codex: Reading in the Roman world », in Cavallo & Chartier (eds.), A history of reading in the West, tr. de l’espagnol par Lydia G. Cochrane (1998), Cambridge, Polity Press, pp. 64-89.

Cicero (1949), On invention. The best kind of orator. Topics. Rhetorical treatises, translated from Latin by H.M. Hubbell, Cambridge, MA, Harvard University Press.

Cronin, Michael (2003), « The Empire talks back. Orality, heteronomy and the cultural turn in Interpreting Studies », in Tymosczko & Gentzler (eds.), Translation and Power, Amherst, MA, University of Massachusetts Press, pp. 45-62.

Debray, Régis (1991), Cours de médiologie, Paris, Gallimard.

Debray, Régis (1994), Manifeste de médiologie, Paris, Gallimard.

Debray, Régis (2004), Transmitting cultures, tr. du français, Transmettre (1997/2000), by Eric Rauth, New York, University of Columbia Press.

Delisle, Jean & Woodsworth, Judith (éds, 1995), Les Traducteurs dans l’histoire, Ottawa, PU Ottawa, seconde édition, 2007.

Di Giovanni, Elena (2014), « Audio description and textuality », Parallèles 26, pp. 69-83.

Ellis, Roger (2000), « The Middle Ages », in France (ed.), The Oxford Guide to Literature in English Translation, Oxford, Oxford University Press, pp. 39-45.

Frow, John (2005), Genres, London, New York, Routledge.

Gambier, Yves (2007), « Réseaux de traducteurs/interprètes bénévoles », Meta 52 (4), pp. 658-672.

Gambier, Yves (2012), « Le traducteur défiguré ? », in Skibínska & Paprocka (éds), Figure(s) du traducteur, Wroklow, PU (coll. Romanica Wratislaviensia, vol. 59), pp. 13-24.

Gambier, Yves & van Doorslaer Luc (eds., 2010-2013), Handbook of Translation Studies, vol. 1: 2010; vol. 2: 2011; vol. 3: 2012; vol. 4: 2013, Amsterdam, Philadelphia, J. Benjamins. Accessible en ligne : www.benjamins.com/online/hts.

Gambier, Yves & Lautenbacher Olli Philippe (éds, 2010), « Oralité et écrit en traduction » (numéro spécial), Glottopol 15, en ligne : http://www.univ-rouen.fr/dyalang/glottopol/numero_15.html.

Goody, Jack (1987), The interface between the written and the oral, Cambridge, Cambridge University Press.

Gorlée, Dinda (2004), On Translating Signs. Exploring Text and Semio-Translation, Amsterdam, New York, Rodopi.

Halverson, Sandra (2010), « Translation », in Gambier & Van Doorslaer (eds.), vol. 1, pp. 378-384.

Hatim, Basil & Mason, Ian (1990), Discourse and the Translator, London, Longman.

Hermans, Theo (1992), « Renaissance translation between literalism and imitation », in Kittel (ed.), Geschichte, System, Literarische Übersetzung. Histories, systems, literary translations, Berlin, Erich Schmidt, pp. 95-116.

Hermans, Theo (1997), « The task of the translator in the European Renaissance. Explorations in a discursive field », in Bassnett (ed.), Translating Literature. Cambridge, D.S. Brewer, pp. 14-40.

House, Juliane (1997), Translation Quality Assessment. A Model Revisited, Tübingen, Gunter Narr.

Jiménez-Crespo, Miguel (2013), Translation and Web localization, Londres, New York, Routledge.

Jouhaud, Christian & Viala, Alain (éds, 2002), De la publication. Entre Renaissance et Lumières, Paris, Fayard.

Kalinowski, Isabelle (2002), « La vocation au travail de traduction », Actes de la recherche en sciences sociales, 144, pp. 47-54.

Kress, Gunther & van Leeuwen, Theo (1996), Reading Images. The Grammar of Visual Design, London, Routledge.

Kress, Gunther & van Leeuwen, Theo (2001), Multimodal Discourse: The Modes and Media of Contemporary Communications, London, Arnold.

Lancien, Thierry (coord., 2000), « Multimédias : les mutations du texte », Cahiers du français contemporain, 6, mai 2000.

Lee, Tong-King (2013), « Performing multimodality: Literary translation, intersemioticity and technology », Perspectives 21 (2), pp. 241-256.

Liénard, Fabien & Zlitni, Sami (éds, 2011), La Communication électronique : enjeux de langue, Limoges, Lambert-Lucas.

Littau, Karin (2011), « First steps towards a media history of translation », Translation Studies 4 (3), pp. 261-281.

Mcelduff, Siobhán (2009), « Living at the level of the word. Cicero’s rejection of the interpreter as translator », Translation Studies 2 (2), pp. 133-146.

Mcelduff, Siobhán (2013), Roman Theories of Translation. Surpassing the Source, Londres, Routledge.

Mira, Kim & Matthiessen, Christian (2015), « Ways to move forward in translation studies: A textual perspective », Target 27 (3), pp. 335-350.

Monod, Jean-Claude (2013), Écrire. À l’heure de tout message, Paris, Flammarion.

Neubert, Albert & Shreve, Gregory (1992), Translation as Text, Kent, Kent State University Press.

Newmark, Peter (1981), Approaches to Translation, Oxford, Pergamon Press.

Nord, Christiane (1988/2005), Text Analysis in Translation: Theory, Methodology and Didactic Application of a Model for Translation-oriented Text Analysis, tr. de l’allemand (1981) par C. Nord & P. Sparrow, Amsterdam, New York, Rodopi.

Ong, Walter (1982), Orality and literacy. The technologizing of the word, London, Methuen, tr. en français (2014) par Hélène Hiessler, Oralité et écriture. La technologie de la parole, Paris, Les Belles Lettres.

Pettitt, Tom (2009), « Reformulating the Gutenberg parenthesis », presented at Media in Transition 6: Stone and Papyrus, Storage and Transmission, 24-26 avril 2009, accessible en ligne le 18 octobre 2014, http://web.mit.edu/comm-forum/forums/gutenberg.html.

Pym, Anthony (1998), Method in Translation History, Manchester, St Jerome.

Pym, Anthony (2004a), The moving text: Localization, translation, and distribution, Amsterdam, Philadelphia, J. Benjamins.

Pym, Anthony (2004b), « The Medieval Postmodern in Translation Studies », accessible en ligne le 13 octobre 2013, www.tinet.cat/~apym/on-line/translation/2004_medieval.doc.

Pym, Anthony (2009), « Natural and directional equivalence in theories of translation », in Gambier & Van Doorslaer (eds.), The Metalanguage of Translation, Amsterdam, Philadelphia, J. Benjamins, pp. 81-104.

Ray, Rebecca & Nataly Kelly (2010), Reaching new markets through Transcreation. When translation just isn’t enough, Lowell, MA, Common Sense Advisory, Inc., accessible en ligne www.commonsenseadvisory.com.

RED. The Reading Experience Data Base 1450-1945. Launched in 1996 at the UK Open University. Accessible en ligne le 18 octobre 2013 http://www.open.ac.uk/Arts/RED/index.html.

Reiss, Katharina (1981/2000/2004), « Type, kind and individuality of text: Decision-making in translation », in Even-Zohar & Toury (eds.), Translation Theory and Intercultural Relations 2 (4), pp. 121-131, Réimprimé dans Venuti & Baker (eds., 2000), The TS Reader, pp. 160-171, et dans Venuti (ed., 2004), The TS Reader, London, Routledge, pp. 168-179.

Reiss, Katharina (1971), Möglichkeiten und Grenzen der Übersetzungskritik. Kategorien und Kriterien für eine sachgerechte Beurteilung von Übersetzungen, tr. en français par Catherine Bocquet, Arras, La Critique des traductions, ses possibilités et ses limites. Catégories et critères pour une évaluation pertinente des traductions, tr. de l’allemand (2000) Arras, Artois Presses Université.

Reiss, Katharina & Vermeer, Hans (1984), Grundlegung einer allgemeinen Translationstheorie, tr. en anglais par C. Nord Towards a General Theory of Translational Action. Skopos Theory Explained, (2013), Manchester, St Jerome.

Simeoni, Daniel (1998), « The pivotal status of the translator’s habitus », Target 10, 1, pp. 1-39.

Sun, Sanjun (2014), « Rethinking Translation Studies », Translation Spaces 3, 1, pp. 167-191.

Taylor, Christopher (2014), « Intertextuality » (pp. 29-40) et « Textual cohesion » (pp. 41-60), in Maszerowska, Matamala & Orero (eds.), Audio Description. New perspectives illustrated Amsterdam, Philadelphia, J. Benjamins.

Toury, Gideon (2006), « Conducting Research on a « Wish-to-understand » basis », in Duarte, Assis Rosa & Seruya (eds.), Translation Studies at the Interface of Disciplines, Amsterdam/Philadelphia, J. Benjamins, pp. 55-66.

Toury, Gideon (1995/2012), Descriptive Translation Studies – and beyond (2e éd.), Amsterdam, Philadelphia, J. Benjamins.

Trosborg, Anna (ed., 1997), Text Typology and Translation, Amsterdam, Philadelphia, J. Benjamins

Trosborg, Anna (ed., 2000), Analysing Professional Genres, Amsterdam, Philadelphia, J. Benjamins.

Tsiplakou, Stavroula & Floros, Gioirgios (2013), « Never mind the text types, here’s textual force : Towards a pragmatic reconceptualization of text type », Journal of Pragmatics, 45, pp. 119-130.

Tymoczko, Maria (2007), Enlarging Translation, Empowering Translators, Manchester, St Jerome.

Tymoczko, Maria (2010), « Ideology and the position of the translator : In what sense is a translator in-between ? », in Baker (ed.), Critical Readings in Translation Studies, London, Routledge, pp. 213-228.

Unger, Christoph (2006), Genre Relevance and Global Coherence, Basingstoke, Palgrave.

Venuti, Lawrence (2008), The translator’s invisibility : A history of translation, Abingdon, Routledge.

Weissbort, Daniel & Eysteinsson Astradur (eds. 2006), Translation – Theory and practice. An historical reader, Oxford, Oxford University Press.

Werlich, Egon (1975), Typologie der Texte, Heidelberg, Quelle & Meyer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Gambier, « Traduction et texte : vers un nouveau double paradigme », Signata, 7 | 2016, 175-197.

Référence électronique

Yves Gambier, « Traduction et texte : vers un nouveau double paradigme », Signata [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/signata/1195 ; DOI : 10.4000/signata.1195

Haut de page

Auteur

Yves Gambier

Yves Gambier est professeur émérite depuis le 1er août 2014 de l’Institut de traduction et d’interprétation de l’Université de Turku (Finlande). À partir de 1990, il a consacré une partie de ses activités à la traduction audiovisuelle. Ses travaux (près de 180 publications dont une vingtaine d’ouvrages édités ou coédités) portent aussi sur la théorisation en traduction, la socio-terminologie et l’analyse du discours de spécialité. Ses dernières productions sont, avec Luc van Doorslaer, la Translation Studies Bibliography (en ligne, régulièrement mise à jour) et les quatre volumes du Handbook of Translation Studies (2010-2013), aussi disponibles en ligne. Il est membre de divers groupes pour promouvoir la formation et la recherche doctorale en traduction. Il est éditeur général de Translation Benjamins Library et membre de plusieurs comités de rédaction.

Haut de page

Droits d’auteur

Signata - PULg

Haut de page
  • Logo Presses universiatires de Liège
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals