Navigation – Plan du site
Varia

Sémiotique de la résistance du tennis

Anne Josef
p. 409-429

Résumés

Cet article propose une analyse des potentiels de résistance des différentes instances de la pratique du tennis, regroupées selon le type d’activités résistantes qu’elles manifestent et la nature des adaptations qu’elles suscitent de la part des joueurs. L’étude du potentiel résistant de l’infrastructure, des éléments naturels, des outils nécessaires à la pratique, des spectateurs ainsi que des coups joués révèle que l’ensemble des pratiques sportives qui participent du tennis possède une double structuration de leur cours d’action. L’enchaînement caractérise la succession d’activités résistantes manifestées par l’environnement des joueurs et les réactions qu’elles suscitent de leur part ; l’interaction, qui sous-tend des actions de part et d’autre, décrit uniquement le jeu entre les joueurs et les ajustements opérés par ces derniers face à la résistance manifestée par les coups de l’adversaire.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

1La sémiotique a ouvert ses portes à la vie courante en investissant le champ des pratiques sociales ; on peut s’étonner du faible intérêt que cette discipline a manifesté à l’égard des pratiques sportives qui en constituent pourtant un large ensemble. R. Barthes (1957) que l’on peut, d’une certaine manière, considérer comme un pionnier a étudié le sport sous la perspective du mythe : le catch, le cyclisme, le football, la corrida, la course automobile… Plus récemment, un ouvrage collectif (Cervelli, Romei, Sedda, dir., 2010) en italien réunit une quarantaine d’articles épars sur le thème du sport et un livre de P. Demuru (2014) s’inscrivant dans une sémiotique des cultures a été consacré au football. C’est peut-être l’hétérogénéité du plan de l’expression qui a freiné les investigations en matière de sport : les corps engagés, les gestes techniques, les infrastructures ainsi que le matériel constituent un ensemble hétéroclite d’intervenants.

2Cet article de sémiotique a pour but d’analyser les potentiels de résistance des instances d’une pratique sportive télégénique et répandue, le tennis. Nous tiendrons compte de l’ensemble des pratiques sociales qui participent du tennis : le tennis contre le mur du jardin, le tennis loisir des vacances, la partie entre amis, le match officiel d’un tournoi du Grand Chelem retransmis à la télévision, le tennis improvisé du terrain vague, le tennis de la rue… Chaque pratique sociale possédant ses particularités, il sera important d’identifier les différentes formes de résistance qu’elle peut manifester. Nous serons attentive à la distinction entre le sport amateur et le sport spectacle et aux dimensions esthétiques.

3Méthodologiquement, nous isolerons plusieurs ensembles signifiants conformément à certaines propositions théoriques de J. Fontanille (2008) et étudierons le potentiel de résistance des éléments constitutifs de chaque ensemble ainsi isolé. Nous définirons les valeurs résistantes de manière polarisée et recourrons, pour ce faire, aux concepts théoriques de la sémiotique tensive initiée par Cl. Zilberberg (2006, 2012).

4Quelles sont les différentes instances de la partie (qu’elle soit régulée ou non) de tennis ? Les joueurs sont les acteurs principaux ; ils manient des outils spécifiques et jouent sur un terrain intégré au court de tennis. Le vent et la pluie peuvent perturber le jeu. Dans le cas du sport spectacle, les joueurs disposent d’un corps arbitral ; les spectateurs, quant à eux, animent aussi la partie. On comprend que ces instances témoignent d’activités variées que seule la pratique sportive engagée, quelle que soit sa variante tennistique, semble harmoniser. La plupart des instances manifestent, selon nous, une résistance plus ou moins importante. L’infrastructure, les outils, les éléments naturels, les coups joués et les spectateurs constituent les ensembles signifiants dont nous analyserons le potentiel de résistance.

1. Résistance

  • 1 A.-J. Greimas définit la catégorie actancielle de l’opposant et de l’adjuvant : « Les unes qui cons (...)

5A.-J. Greimas (2002 [1966]) est parvenu à réduire à six le nombre de fonctions actancielles repérées par Propp représentant, chacune, une sphère d’activités. Ce schéma actanciel peut-il rendre compte du cours d’action du tennis ? À quelle fonction actancielle peut-on joindre les spectateurs, le vent, les blessures… ? A priori, on pourrait tenter de rattacher ces intervenants à la catégorie actancielle de l’opposant et de l’adjuvant ; il semble cependant que les sphères d’activités qu’elle subsume n’y correspondent pas. La catégorie actancielle de l’adjuvant et de l’opposant rend compte de l’aide1 et de l’empêchement manifestés à l’égard du sujet principal. L’adjuvant facilite l’obtention de l’objet convoité par le sujet tandis que l’opposant entrave cette obtention, pose un obstacle. L’adjuvant et l’opposant opèrent un faire de type manipulatoire, la manipulation étant entendue comme une action de l’homme sur l’homme visant à lui faire faire un programme donné (Greimas & Courtés, 1993, p. 220-221). L’opposant, en posant un obstacle au sujet, tente d’empêcher ce sujet d’obtenir son objet. La manipulation de l’empêchement correspond à un faire ne pas faire, une action visant à empêcher le sujet principal de faire (ibid., p. 220). Les cris des spectateurs ont pour but de manipuler, au sens large, le joueur qui est l’objet de leur clameur, c’est certain ; comme la bourrasque qui survient subitement et qui dévie les trajectoires des balles manipule le joueur qui en est victime : le vent fait dévier la balle, et exerce donc une activité de type manipulatoire. Si on accordait à ces différents intervenants une activité manipulatoire d’empêchement, il serait nécessaire de constater que la manipulation exercée vise à faire cesser de jouer l’adversaire (le programme thématique du joueur de tennis correspondant au jeu) ; ce qui aurait pour conséquence l’arrêt, même momentané, de la partie : les cris devraient alors interrompre le jeu et le vent qui souffle empêcherait le joueur de poursuivre l’échange en cours. Or, force est de constater que ce n’est pas le cas : le vent souffle, la pluie tombe, le soleil cogne, les spectateurs se manifestent mais le jeu se poursuit. Ces instances influent le cours d’action, c’est indéniable, mais n’interrompent pas la partie en cours. Les joueurs, selon le jargon tennistique, “font avec” : qu’est-ce que cela signifie ? Les joueurs ajustent leur programme en fonction, dans le cas du vent, des éléments naturels.

2. Réaction

  • 2 « Nous avons désormais affaire à une interaction entre égaux, où les parties co-ordonnent leurs dyn (...)
  • 3 « Ce que nous appelons ajustement ne consiste ni à s’adapter unilatéralement à un autre acteur ni, (...)

6L’ajustement est un des trois régimes de l’interaction selon les propositions théoriques d’E. Landowski (2006, p. 39-53) ; il ne correspond pas à une adaptation du sujet à l’autre (qui correspond au régime de la programmation) ni à l’inverse (amener l’autre à se plier à soi, ce qui constitue le régime de la manipulation). L’ajustement2 s’opère entre des actants égaux qui coordonnent leurs efforts dans le but d’un faire ensemble ; autrement dit, les acteurs collaborent en s’ajustant mutuellement. Quant à l’adaptation3, elle est relative à l’action opératoire d’un sujet sur un objet programmé dont l’activité est prévisible car cet objet obéit à certaines contraintes qui lui sont inhérentes. Le régime de la manipulation (ibid., p. 16-24) rend compte, quant à lui, de la délégation à autrui d’une opération visant à transformer le monde. Aucun des trois régimes ne semble pouvoir rendre compte de cette interaction, appelons-la provisoirement de la sorte, particulière qui se noue entre le joueur et certaines instances résistantes. Il semble que les joueurs réagissent aux manifestations résistantes ; dès lors, nous proposons que ce régime est celui de la réaction ; la réaction devant être entendue comme une action du joueur suscitée par une activité résistante imprévue, ou dont l’intensité est difficilement prédictible au sein de son environnement de pratique.

  • 4 Le joueur de tennis joue, l’arbitre arbitre, les spectateurs applaudissent…
  • 5 Selon E. Landowski, il est impossible d’interagir avec les accidents imprévus : « il n’y a personne (...)

7Au cours d’une pratique sportive, même si chacun des éléments répond à une certaine programmation inhérente à son rôle thématique4, le cours d’action est, dans sa majeure partie, imprévisible. Le caractère d’imprévisibilité est relatif aussi bien aux activités des joueurs, aux objets qu’ils utilisent ainsi qu’aux éléments naturels auxquels les propositions théoriques d’E. Landowski attribueraient le rôle d’actant joker5. Il est difficile de qualifier les relations nouées entre le joueur et certaines instances d’interactionnelles : le vent serait alors doué d’action. Il est pourtant indéniable que le vent souffle et que le joueur qui en fait l’expérience réagit. La réaction qui fait suite à une résistance imprévue caractérise le régime structurant les relations entre le joueur et les différentes manifestations résistantes. Ces relations semblent plutôt correspondre à un enchaînement qu’à une réelle interaction qui supposerait que le joueur interagit avec le vent ou avec le terrain.

8Les éléments naturels manifestent, selon nous, une activité résistante, l’activité étant entendue comme la simple manifestation de ce qui est actif ; le joueur réagit à ces manifestations résistantes dans la mesure où, dès qu’il perçoit une activité résistante, il modifie son programme initial. Les joueurs réagissent successivement au sein du cours d’action aux multiples manifestations de résistance en tentant de proposer une solution adaptée aux circonstances nouvelles.

9Lorsque le vent freine la balle, le joueur frappe plus fort pour contrer la brise ; lorsque la pluie alourdit la balle, le joueur ajuste son programme de frappe pour tenter de limiter l’effet de lenteur de balle causé par la pluie. Lorsque le joueur résiste, il manifeste sa résistance par les coups qu’il joue : la balle, plus longue que prévue, mieux placée que ce que l’adversaire avait anticipé manifeste une résistance. La résistance opère donc une manipulation de type faire réagir.

3. Utilisation, pratique et effets esthétiques

10Le tennis nécessite le maniement d’outils spécifiques, nous y reviendrons. E. Landowski (2009) distingue la simple utilisation des objets du monde de la pratique mettant en jeu un régime interactionnel ; la pratique ne se différencie pas de l’utilisation par le détournement des finalités de l’objet pratiqué mais ajoute un surplus de sens à la simple utilisation. Ces objets deviennent, au sein de nos pratiques, de véritables partenaires et non plus de simples objets.

11L’utilisation ne procure qu’une co-incidence alors que la pratique engage l’interaction. Dans ce cadre théorique, les outils du tennis, la raquette, la balle et le corps devraient être qualifiés d’inutilisables à l’image du piano. Ces objets du monde ne sont pas conçus pour être simplement utilisés mais seulement pratiqués. Nous ne pensons pas que le joueur interagit avec son matériel et nous préférons conserver le concept d’enchaînement pour décrire les relations instaurées entre le joueur et son matériel.

12Cette distinction toutefois est intéressante si on tente de comprendre les effets esthétiques liés à la pratique du tennis. Les effets esthétiques sont absents de la pratique des débutants et apparaissent, de plus en plus nombreux, au fur et à mesure que le niveau de pratique s’élève. Ce qui différencie essentiellement le sport amateur du sport spectacle (la pratique du plus haut niveau), ce sont les effets esthétiques : le public se déplace pour voir une belle partie, quel que soit le sport. Le tennis de haut niveau se donne à voir. Chacun des intervenants y acquiert une certaine ampleur actancielle. Les objets ne reçoivent pas de valeur esthétique ; on ne dira jamais d’une raquette qu’elle est un objet esthétique, mais l’effet esthétique se dégage du cours d’action, de l’harmonie qui semble réunir le joueur et sa pratique ainsi que de l’apparence de facilité qui se dégage des coups joués. Il apparaît clairement que l’effet esthétique d’un sport spectacle, peu importe lequel, n’intervient que lorsque le pratiquant (et non le simple utilisateur), possède une parfaite maîtrise de ses outils et que les péripéties successives donnent à voir une parfaite harmonie. Un cours d’action de haut niveau procure un supplément de sens esthétique à la pratique engagée. Comme le propose E. Landowski (2009), le joueur de tennis prend prise sur deux objets distincts : son objet immédiat, le tennis et son objet indirect, le public qu’il va, d’une certaine manière, forcer à l’admiration grâce à la maîtrise de sa pratique.

4. Ensembles signifiants

13Les manifestations de résistance diffèrent selon l’instance qui résiste : l’adversaire joue plus long que prévu, la crampe survenant souvent brutalement entrave le joueur dans ses mouvements, la pluie alourdit la balle et la ralentit, les spectateurs crient pendant l’échange et perturbent les joueurs… Il est important de regrouper les instances selon le type de résistances qu’elles manifestent et selon le type de réactions qu’elles suscitent ; chaque ensemble ainsi isolé pourra être étudié.

14L’infrastructure possède deux composantes (le terrain et le court de tennis) que l’on peut circonscrire dans un même ensemble : les manifestations de leur résistance engendrent des réactions de même type chez le joueur et ces activités résistantes émanent de la nature prédicative des éléments constitutifs, c’est-à-dire de la structure fixe du terrain et du court de tennis.

15Le vent et la pluie constituent un ensemble signifiant homogène que nous appellerons les éléments naturels : ses manifestations résistantes engagent, elles aussi, des réactions de même type.

  • 6 Nous reviendrons sur la distinction possible à faire entre utilisation et pratique.

16Le joueur de tennis manie6 des outils, du matériel spécifiquement conçu pour la pratique du tennis : la raquette et la balle. Au sein de cet ensemble, nous pouvons ajouter le corps que le joueur utilise de la même manière qu’un outil. Les outils résistent lorsqu’ils ne respectent pas leur programme thématique, nous le verrons ; on peut peut-être suggérer que cette résistance est d’ordre identitaire.

17La résistance constitutive du principe de confrontation de la pratique du tennis provient des acteurs, de leurs productions, des coups de tennis qu’ils jouent et qui constituent l’ensemble signifiant principal à étudier et dont le potentiel résistant est singulier.

18Au sein du sport spectacle, un dernier groupe doit être constitué, composé d’un seul intervenant : les spectateurs manifestent une résistance non négligeable. Nous ne pensons pas que le corps arbitral, dont l’unique voix est celle de l’arbitre de chaise, puisse être considéré comme une instance résistante ; il s’inscrit plutôt dans le rôle thématique du Destinataire (Greimas, 2002 [1966], p. 177-178).

4.1. Infrastructure

  • 7 La pratique du tennis contre un mur ne nécessite qu’un seul joueur.

19Que le court utilisé soit conçu pour accueillir des joueurs de tennis ou qu’il s’institutionnalise pour l’occasion (lorsque la rue devient le court), le tennis se pratique à l’intérieur d’un espace clos. A l’extérieur de cet espace, les gestes ne font pas sens. Pour pratiquer le tennis, le7 ou les joueurs ont besoin d’une infrastructure permettant aux coups de tennis de faire sens. Au sein de cet ensemble, nous différencierons le court du terrain de tennis ; tous deux modalisent la pratique du jeu mais de manière radicalement différente.

20Le terrain de tennis ne doit pas être confondu avec le court de tennis : le court correspond à l’ensemble de l’aire de jeu tandis que le terrain est sa surface d’inscription, son revêtement, la surface sur laquelle les balles s’inscrivent. Par métonymie, le terrain est parfois employé à la place du court pourtant les expressions du jargon tennistique ne laissent aucun doute : le terrain était mauvais, le terrain était trop lent, le terrain était très rapide… mais le court était bien éclairé, le court était mal situé… Ces deux instances, terrain et court, configurent la pratique du jeu et autorisent l’émergence du sens ainsi que l’activité interprétative engagée grâce à leurs éléments constitutifs.

4.1.1. Court

  • 8 L’US Open est un des quatre tournois du Grand Chelem ; il se déroule à New-York.

21Le court possède une morphologie prédicative : le grillage délimite, clôture l’aire de jeu ; le filet de jeu, situé au milieu du court, par sa présence, crée deux espaces similaires et exige une certaine hauteur de balle ; les lignes délimitent, séparent ce qui est bon de ce qui est mauvais. Que la partie soit jouée sur le court central de l’US Open8 ou que deux enfants échangent des balles dans un jardin dont une corde sépare deux espaces assimilés comme étant identiques et dont la haie du voisin fait office de grillage, le court est nécessaire au jeu.

  • 9 Le court Philippe Chatrier est le court central de Roland Garros, un des quatre tournois du Grand C (...)

22Le court, comme l’ensemble de l’infrastructure résiste… Le grillage, en fonction de l’aire de jeu qu’il délimite, entrave le déplacement des joueurs. Le court Philippe Chatrier9 de Roland Garros possède une large aire de jeu permettant aux joueurs de s’exprimer au sein d’un vaste espace. Le court du club de tennis municipal d’un village est plus petit ; quant au court improvisé dans la rue ou celui qui est dessiné à la va vite en Ouganda, l’espace de jeu dont dispose le joueur est parfois très réduit. Lorsque le coup de l’adversaire est profond, le joueur, s’il sait qu’il ne dispose pas de l’espace suffisant pour jouer la balle confortablement, réagit en adaptant son déplacement. S’il ne réagit pas, le joueur sera incapable de jouer la balle qui s’écrasera sur le grillage ou qui passera au-dessus de la haie du voisin.

23À l’identique, le filet de jeu, nouveau et dont les mailles ne laissent passer aucune balle est visible et tendu à la bonne hauteur : il autorise une pratique équitable, selon les règles établies. La corde tendue entre deux arbres d’un jardin est à peine visible et la hauteur à laquelle elle est tendue ne correspond que rarement à la hauteur réglementaire ; la balle qui devrait normalement échouer dans le filet, non seulement passe au-dessus du filet mal tendu mais met l’adversaire en difficulté par sa trajectoire délicate.

24On le comprend, la configuration du court, sa morphologie, modalise la pratique engagée. Le niveau du jeu est inversement proportionnel à la résistance que le court manifeste. Seul le court du sport spectacle permet aux meilleurs joueurs de s’exprimer au niveau de pratique qui est le leur. Si N. Djokovic devait affronter R. Nadal sur un terrain improvisé dans la rue, leur niveau de jeu serait inférieur à celui que l’on peut observer lors d’une confrontation habituelle : plus l’espace de jeu est réduit, moins le niveau de pratique possible est élevé.

25La résistance du court peut être projetée dans un schéma tensif pour illustrer sa tonicité. Le court qui offre une résistance maximale est le court improvisé qui ne propose que peu d’espace aux joueurs ; à l’inverse, le court qui offre une résistance minimale est celui du grand tournoi qui maximise la liberté de déplacement des joueurs (Fig. 1).

26

Figure 1

Figure 1

Résistance du court de tennis

27Dans ce schéma tensif, la valence intensive, celle des états d’âme, est celle de la résistance, de la force disponible pour résister. La valence extensive des états de choses est celle de l’espace dédié au jeu. La corrélation ainsi obtenue est inverse : le court tonique est celui du court improvisé ad hoc, dans l’empressement ; à l’inverse, le court atone est celui des grands tournois, des clubs prestigieux accueillant les meilleurs joueurs du monde dans le cadre d’un sport spectacle. Le schéma peut paraître contre-intuitif, à première vue seulement car seul le court atone permet un haut niveau de pratique : il autorise les longs déplacements, les coups de défense extraordinaires.

4.1.2. Terrain

  • 10 Le tennis est une des rares pratiques sportives qui se joue sur des surfaces de jeu hétérogènes : l (...)
  • 11 Sauf dans le cas des volées qui sont des balles prises avant le rebond. Les volées sont des coups p (...)

28Le court modalise la pratique du tennis ; le terrain10, sa surface d’inscription, la modalise tout autant mais de manière différente. Si le grillage délimite un espace plus ou moins grand à l’extérieur duquel le joueur ne peut pas jouer, le terrain, qui reçoit les balles, les “restitue” d’une certaine manière au joueur : la balle rebondit sur la surface de jeu avant que le joueur ne la joue11.

29La pelouse mal tondue du jardin du voisin ne permettra pas au joueur de jouer la balle dans des conditions optimales et le bond de la balle sera d’une grande imprévisibilité : il peut être quasi nul ou au contraire d’une hauteur importante selon l’endroit précis où la balle touche le sol. Au contraire, le ciment du court central de l’US Open est d’une grande prédictibilité : les rebonds répondent au programme qui est assigné à la surface lors de sa confection. Le ciment, ainsi que l’ensemble des surfaces spécifiquement configurées pour la pratique du tennis, répondent à un rôle thématique précis. Le tennis se pratique sur des surfaces de jeu hétérogènes ; les surfaces qui sont configurées pour le tennis sont de deux types : manufacturées (ciment, tapis) ou non manufacturées (le gazon et la brique pilée). Les surfaces manufacturées que nous appellerons les surfaces artificielles possèdent un rôle thématique qui est le fruit de leur fabrication. À l’inverse, les surfaces non manufacturées que nous appellerons les surfaces naturelles possèdent un rôle thématique lié à leur nature constitutive.

30La résistance du terrain se manifeste dans les rebonds imprévus des balles qui sont la conséquence de la qualité non planaire de la surface du terrain. Il semble que la résistance que manifeste un terrain de tennis est directement corrélée à la variable de sa planéité, la planéité étant « la propriété d’une surface d’être plane sans inégalités de niveau » (Trésor de la langue française). La surface en ciment est plane et reste plane : cette surface possède une parfaite planéité. La surface en brique pilée est relativement plane en début de partie mais devient de plus en plus accidentée au fur et à mesure que la partie se poursuit : la brique pilée possède une planéité dégressive dépendant de la durée de la partie en cours. Le gazon est d’une faible planéité et de plus, comme la brique pilée, cette planéité est également dégressive. Pour ce qui est des surfaces utilisées ad hoc, leur planéité est relative à leur nature constitutive et à leur rôle thématique initial. La surface de la rue utilisée pour l’occasion d’une partie entre voisins est d’une faible planéité (surtout si des pavés constituent la surface de la chaussée). Par contre, si la partie improvisée se joue sur un parking récemment macadamisé, la surface sera d’une planéité presque parfaite.

31Le joueur surpris par le bond de la balle réagit : il ajuste non pas son déplacement, comme pour le court, mais son placement. Le déplacement est un changement de place subsumant une course ou en tous cas plusieurs longs pas ; le placement est au contraire une série de petits pas d’ajustement (selon le jargon tennistique) opérés une fois le déplacement effectué.

32Pour l’ensemble des surfaces, plus le bond est imprévisible, plus la surface de jeu est tonique et résistante. Cependant, si le court doit être atone pour autoriser un niveau de pratique élevé, il n’en va pas de même pour la surface de jeu ; Wimbledon, le tournoi du Grand Chelem le plus prestigieux qui se déroule à Londres, se joue sur gazon : la faible planéité de cette surface réclame de la part des joueurs des efforts d’adaptation supérieurs à ceux qui sont nécessaires sur les autres surfaces institutionnalisées.

33Pour rendre compte de la résistance des surfaces de jeu de manière polarisée, nous faisons le choix de recourir à la typologie précédemment proposée : les surfaces de jeu naturelles correspondent aux surfaces qui ne sont pas manufacturées (gazon, brique pilée, terre) ; les surfaces de jeu artificielles correspondent aux surfaces de jeu manufacturées (ciment, moquette) (Fig. 2).

34

Figure 2

Figure 2

Résistances des surfaces de jeu

35La valence intensive est celle de la résistance ; la valence extensive est celle de la planéité. La corrélation proposée est inverse : plus la surface est résistance, moins elle propose une surface plane ; plus le bond en devient aléatoire. À l’inverse, plus la surface est atone, plus elle est plane et le bond est alors d’une grande prédictibilité.

36Puisque le tennis se pratique sur des surfaces hétérogènes, les pratiques qui y sont associées varient : le jeu sur surfaces naturelles peut manifester plus de péripéties et de variété dans les coups utilisés. Le sport spectacle le plus tonique se joue à Wimbledon : le jeu est varié et charismatique et laisse planer l’incertitude tout au long du point puisque le joueur n’est jamais à l’abri d’un faux rebond pernicieux ou d’une glissade imprévue.

4.2. Éléments naturels

37Si l’infrastructure constitue un niveau de pertinence indispensable à la pratique du tennis, celui des éléments naturels ne l’est pas. Le tennis fait sens sans vent et sans pluie. Toutefois, le vent et la pluie possèdent des activités dont le caractère résistant engage des réactions spécifiques de la part des joueurs. Le vent et la pluie constituent les instances d’un même ensemble, celui des éléments naturels. Le soleil pourrait également intégrer cet ensemble mais sa résistance est si faible qu’elle semble négligeable, en tous cas, non pertinente. Dans le même ordre d’idée, la chaleur ne doit pas être prise en compte.

4.2.1. Vent et pluie

38Au tennis, le vent se manifeste soit en bourrasque d’intensité variable soit en brise axiale ou latérale douce. La bourrasque est de courte durée ; la brise, quant à elle, se prolonge.

39Le vent freine la balle lorsqu’il souffle de face, l’accélère s’il est dorsal et modifie également la trajectoire de la balle lorsqu’il est latéral.

40Quant à la pluie, elle alourdit la balle et la freine. Elle se manifeste en averse d’intensité variable (et sa durée est alors réduite sinon elle interrompt la partie) ou en bruine et peut tomber longtemps sans interrompre la partie.

41Le vent et la pluie font réagir le joueur : le joueur doit adapter sa frappe de balle. Lorsque le vent est facial, le joueur doit frapper plus fort pour le contrer ; à l’inverse, si le vent vient de dos, le joueur doit frapper moins fort de peur de mettre la balle en dehors des limites du terrain et ainsi perdre le point. Lorsque le vent est latéral, le joueur modifie sa frappe de balle en lui imprimant une trajectoire différente. Et lorsque la pluie tombe, le joueur de tennis doit frapper plus fort (Fig. 3).

42

Figure 3

Figure 3

Résistance des éléments naturels

43Dans ce graphique, les éléments naturels se définissent tensivement selon deux valences : l’une, intensive, est celle de la résistance, de la force avec laquelle les éléments naturels interviennent dans le cours du jeu ; l’autre, extensive, correspond à la durée de l’intervention de la pluie et du vent. La corrélation ainsi obtenue est inverse : plus le vent ou la pluie manifestent une activité puissante de résistance, plus elle est de courte durée ; à l’inverse, la brise et la bruine possèdent une faible résistance, sont atones mais perturbent le jeu longtemps.

44Relativement aux éléments naturels, le sport spectacle se détache à nouveau du sport seulement amateur ; dans un terrain vague où on se donne la peine de poser une corde pour faire office de filet, la pluie et le vent font partie du jeu. Les joueurs, sous le coup de l’averse, font de leur mieux pour frapper la balle plus fort ; à l’identique, lorsque le vent fait rage, les joueurs réagissent et adaptent leurs frappes dans l’espoir de “garder la balle dans le terrain”. Au contraire, sur le court central d’un grand tournoi, la pluie interrompt rapidement la partie tandis que le vent est réduit à une simple brise grâce aux gradins et à leur hauteur qui arrête les fortes bourrasques.

45Le schéma propose également l’illustration du niveau de pratique qui se définit selon une corrélation converse. Sous une pluie battante, les joueurs professionnels sont incapables de pratiquer le tennis au niveau qui est le leur ; le sport spectacle exige une résistance modérée des éléments naturels.

46Comme dans le cas du court et de l’espace disponible, les éléments naturels qui modalisent la pratique par la puissance de leur intervention sont peu résistants dans le cadre du sport spectacle afin d’optimiser le niveau de jeu. Le niveau de jeu est donc inversement proportionnel à la résistance des éléments naturels.

4.3. Outils

47Le tennis nécessite le maniement d’outils spécifiques. D’une part le joueur manie une raquette et indirectement une balle et d’autre part, il manœuvre aussi son corps, tel un outil.

48La morphologie prédicative de la raquette et de la balle modalise la pratique. Leur configuration est spécifique. Au contraire du golf qui se jouait au départ avec des branches d’arbres en guise de clubs, le tennis s’est pratiqué, au début, à mains nues ou gantées et a vu rapidement l’apparition de raquettes uniquement destinées à la pratique du tennis. La raquette, par son manche, invite le joueur à la tenir en main et lui permet, grâce à son tamis de frapper la balle. La balle, caoutchouteuse, est programmée pour rebondir et tourner dans l’air suivant l’effet que le joueur lui imprime grâce au feutre qui la recouvre.

49Contre un mur d’école, on peut jouer au tennis à main nue ; sur un terrain vague en Afrique, on joue au tennis avec un matériel qui est assimilé à une raquette et à une balle de tennis, ce que le joueur trouve sur place : une poêle à frire dans le meilleur des cas…

50Ajoutons aussi à cet ensemble le corps que le joueur de tennis manie tel un outil ; le corps lui sert à se déplacer, à se placer et enfin à frapper, grâce à la raquette, la balle. à l’instar d’un outil, le corps possède une morphologie prédicative : les jambes permettent aux joueurs de se déplacer et les bras, de tenir la raquette pour frapper la balle.

51À la différence de l’infrastructure et des éléments naturels, les outils, lorsqu’ils respectent leur rôle thématique, n’offrent pas de résistance. Le corps outil qui obéit et qui ne se blesse pas n’offre pas de résistance. À l’identique, la raquette, en bon état, respecte son rôle thématique et ne manifeste aucune résistance.

52Au contraire, lorsque le cordage casse, la raquette ne répond plus adéquatement au maniement du joueur, elle offre alors une résistance manifeste. Le corps qui se blesse n’obéit plus, il résiste. C’est précisément lorsque les objets ne respectent pas le programme qui leur est assigné qu’ils manifestent une résistance totalement imprévisible nécessitant des réactions de la part des joueurs.

4.3.1. Raquette et balle

53Le programme thématique de la raquette est d’envoyer ; la balle, quant à elle doit prendre l’effet et rebondir. Lorsque ces outils respectent leur rôle thématique initial, seule une faible résistance presque imperceptible se manifeste ; il s’agit de l’usure.

54Lorsque les enfants du Burundi manient ce qui s’apparente à une raquette ainsi que ce qui ressemble à une balle, la résistance des outils est accrue puisque le matériel n’est pas assigné, à l’origine, à la pratique du tennis, mais peut-être à la cuisine (la poêle et la boîte de conserve en guise de balle), à la menuiserie (la planche de bois) ou à la simple marche lorsque les enfants enfilent des chaussures à leurs mains pour frapper les balles avec les semelles. Ces résistances, identiques à celles de l’infrastructure du court improvisé mettent le joueur à rude épreuve : le joueur devra adapter sa frappe à la raquette ainsi qu’à la balle.

55Lorsque le tennis est pratiqué dans les pays industrialisés, que la pratique soit de rue ou de club, il est rare que le joueur ne dispose pas de balle ni de raquette ; le matériel respecte alors son rôle thématique. Lorsque le matériel se brise ou crève (dans le cas de la balle), la résistance est alors soudaine et imprévisible : le matériel ne respecte plus son rôle et resémantise l’action en cours selon une nouvelle axiologie conforme à sa nouvelle morphologie.

56Les réactions nécessitées par ces accidents sont de deux types : le joueur adapte sa frappe mais aussi sa tactique. Pour reprendre l’exemple du joueur dont le cordage casse, il devra frapper beaucoup moins fort et perdra une grande part de précision ; il adoptera alors une nouvelle tactique en tentant de raccourcir l’échange.

57Les accidents, le non-respect du rôle thématique des outils manifestent une résistance tonique tandis que l’usure est atone. Quant aux résistances issues du matériel utilisé ad hoc, improvisé, elles sont soudaines, toniques et fréquentes puisque le rôle thématique initial du matériel n’est pas celui initialement prévu pour le tennis.

58La forte résistance du matériel entrave le niveau de pratique qui lui est inversement proportionnel comme dans le cas de l’infrastructure. Il est impossible de jouer à un haut niveau en maniant un plateau plutôt qu’une raquette.

4.3.2. Corps

59Personne n’oserait nier l’importance du corps au tennis, son rôle prépondérant. Force est de constater que le corps du joueur lui est aussi nécessaire que sa raquette. Même le tennis en fauteuil roulant qui est devenu une pratique sportive institutionnalisée requiert le maniement du corps ; le fauteuil devient un outil qui remplace le bas du corps permettant de se déplacer et de se placer.

60Le joueur doit composer avec le corps que la nature lui offre mais tente, dans le cas du sport spectacle, nous y reviendrons, d’améliorer ses qualités, de le rendre plus performant ; le corps devient alors un outil configuré spécialement pour la pratique du tennis dont la morphologie évolue au fil de sa formation. Le corps se typologise donc en corps travaillé, dans le cadre du sport spectacle et en corps naturel dans le cadre du sport amateur.

61Tout comme le matériel spécifique du tennis, le corps du joueur répond à un programme thématique complexe mais stable : se déplacer, se placer, tenir et frapper. Lorsque le corps exécute, répond positivement et assume son rôle thématique, il ne manifeste aucune résistance.

62Au contraire, lorsque le corps resémantise l’acte selon une nouvelle axiologie, il résiste. La résistance du corps se manifeste dans les blessures, la fatigue mais aussi dans la mauvaise exécution, autrement dit la maladresse. Le corps humain est imparfait, responsable des maladresses et des ratés comme le souligne J. Fontanille (2011, p. 19-20). Il faut ajouter à la maladresse, l’exploit qui se positionne dans la même axiologie, celle de la désobéissance.

63Dans la perspective de proposer que la résistance du corps peut être entendue comme étant une résistance identitaire, nous reprenons à J. Fontanille (ibid., p. 12-13) son modèle d’actant en tant que corps. La chair, dénommée le Moi est l’instance motrice, transformatrice, capable d’agir sur le monde, le référent de l’actant dans le monde ; le corps propre, dénommé le Soi est l’instance directrice, constructrice de l’identité par répétition et par projet.

64

Figure 4

Figure 4

Le corps actant du tennis

65Dans ce modèle trivalenciel de production de l’acte (Fig. 4), J. Fontanille distingue la zone centrale à faible valence, là où les actes ont peine à surgir sous une impulsion très faible des zones à forte valence, là où domine une des instances :

66La zone où le Moi domine est la zone de la redistribution des valeurs, de la resémantisation des actes.

67La zone où le Soi-idem domine est la zone qui correspond au respect de la programmation, à la construction de l’identité par répétition.

68La zone où le Soi-ipse domine est la zone qui correspond à la construction de l’identité par idéal. Le Moi-chair se transforme, adopte une forme différente selon la construction de l’identité. Le corps propre dessine, en quelque sorte un corps selon deux principes de répétition et de projet.

69L’avantage de ce modèle trivalenciel est qu’il peut rassembler aussi bien les actes conformes du tennis que les coups ratés et même les blessures corporelles. Les coups conformes se situent dans la zone à forte valence du Soi-ipse : le joueur cherche à construire une identité par le projet de l’excellence. Les coups ratés qui ne sont que la manifestation correspondant à une désobéissance préalable du Moi se situent dans la zone à forte valence du Moi. Quant aux blessures diverses que le joueur subit, elles proviennent aussi d’une resémantisation de l’acte et doivent être attribuées à l’instance du Moi.

70Le Moi résiste à la transformation ; sa résistance se manifeste, dans les états de choses par les actes de désobéissance : la maladresse, l’exploit et la blessure en sont les manifestations habituelles. Nous proposons dès lors que la résistance du corps est de nature identitaire : le Moi lutte et resémantise lorsqu’il résiste.

71Nous avons établi que le corps pouvait être un corps naturel ou un corps travaillé. Le corps naturel, tout comme le matériel trouvé sur place, ad hoc, offre une résistance plus importante que le corps travaillé, qui se configure pour la pratique sportive, qui se blesse moins et qui est plus performant. Le corps du père de famille, en surpoids, ne répondra pas aussi favorablement à la sollicitation que celui du joueur professionnel qui le prépare soigneusement. La blessure resémantise l’acte selon la nouvelle morphologie que l’outil corps adopte.

72De la même manière, la raquette dont le manche se brise soudainement resémantise l’action en cours de pratique selon sa nouvelle morphologie ; on peut alors proposer que la résistance du matériel est aussi de nature identitaire.

73Au tennis amateur, la plupart des joueurs ne travaillent pas leur corps accessoirement à leur pratique du tennis ; dans le tennis de haut niveau et plus particulièrement le tennis sport spectacle, le corps du joueur est travaillé quotidiennement dans le but de le rendre plus performant et d’éviter les blessures.

74La performance accrue et la diminution des blessures sont un soutien au Soi-ipse : l’identité par projet construit un corps adapté transformé. Dans cette perspective, le corps est plus obéissant et capable de plus de prouesses que le corps du joueur occasionnel. Comme un outil, le corps peut être configuré, transformé. Rares sont les parties internationales arrêtées pour cause de blessure : les athlètes sont préparés et leur corps est construit.

75On peut définir tensivement les manifestations de résistance des outils du tennis (Fig. 5). La blessure et la fatigue sont relatives au corps tandis que la brisure et l’usure sont relatives au matériel engagé.

Figure 5

Figure 5

Résistance des outils du tennis

76La valence des états d’âme est celle de la résistance. La valence des états de choses est celle de la durée. La corrélation est inverse : la blessure est tonique car elle est soudaine, souvent imprévisible tout comme la corde qui casse ; la fatigue, qui est assimilable à de l’usure, s’installe progressivement et est atone.

77Si on se réfère à nouveau à la distinction du sport spectacle et du sport amateur, on comprend que les manifestations de résistance sont plus toniques dans le sport amateur que dans le sport spectacle : le corps non préparé ainsi que le matériel, de qualité moindre, sont responsables d’accidents. Leur résistance est si forte qu’elle peut mener à l’abandon du joueur victime d’une blessure grave ou de la brisure de l’unique raquette qu’il possède.

78Si nous reprenons la distinction qui a été faite entres les objets utilisables et ceux qui ne sont que praticables, nous pouvons proposer que le corps travaillé du joueur de tennis de haut niveau n’est pas utilisable mais seulement praticable à l’image de la raquette et de la balle ; au contraire, le corps naturel semble constituer un objet utilisable qui remplace un objet praticable, le corps travaillé, c’est un corps seulement disponible, ad hoc.

79La résistance du corps et des outils fait réagir le joueur. Ces réactions sont de quatre types : le joueur qui se blesse, ou celui dont la raquette se casse, doit modifier sa frappe, son déplacement, son placement et sa tactique.

80À nouveau, le niveau de pratique possible est inversement proportionnel à la résistance manifestée par les outils, ainsi que la corrélation converse en ligne pointillée l’illustre.

4.4. Coups de tennis

81Le coup droit, le revers, le service, le smash et la volée constituent l’ensemble des coups du tennis. La typologie des coups du tennis s’établit selon deux critères : le bond éventuel de la balle distingue la volée et le smash des autres coups et la latéralisation du coup exécuté permet de différencier le coup droit du revers. Le service constitue un groupe à lui seul.

82Cette typologie des coups du tennis ne tient pas compte de la profondeur sémantique de la motivation ; elle nous semble pourtant utile pour distinguer les coups émanant du vouloir et ceux du devoir ; leur différenciation polarisée sera utile à l’analyse des manifestations de résistance des coups joués (Fig. 6).

83

Figure 6

Figure 6

Typologie des coups du tennis

84La valence intensive est celle du vouloir, de la force endogène de motivation. La valence extensive, qui doit être entendue comme une étendue, est celle du devoir exogène compris en tant qu’instance supplémentaire. L’instance exogène est l’adversaire, le terrain, le vent…

85La corrélation du schéma est inverse : plus le coup est la réalisation du vouloir intime et moins il est la conséquence d’un devoir exogène, plus il est tonique. à l’inverse, plus le coup est dû à une tierce instance, plus il est atone.

86Ainsi, le smash est le coup le plus tonique car il est exécuté selon une motivation endogène ; le joueur a le choix de laisser rebondir la balle, d’exécuter une volée ou encore un smash. À l’inverse, le revers est le coup le plus atone car malgré le fait qu’il est souvent le coup exécuté avec le plus difficulté, il devient le coup nécessaire lorsque le joueur est obligé de l’exécuter.

87Une fois les coups du tennis différenciés selon les valences du vouloir intime et du devoir externe, on peut investir l’analyse de la résistance principale du tennis, celle qui émane des coups joués.

88La manifestation principale de la résistance actancielle de chaque joueur est le coup de tennis exécuté. En cours de jeu, les joueurs échangent des balles dans le but, à chaque fois, de gagner le point. Au tennis, le point se gagne quand l’adversaire commet une maladresse ou quand il est mis hors de portée. En cours d’échange, les joueurs modifient leur programme selon les manifestations de résistance qu’ils tentent de surmonter ; la présence du grillage limite le déplacement, le vent dévie les trajectoires des balles, le cordage qui casse réclame un changement immédiat de tactique et les coups de tennis de l’adversaire qui constituent l’offre résistante maximale de la pratique engagée nécessitent des modifications de programmation successives de la part des joueurs. Il semble que la résistance des coups du tennis est liée au niveau du jeu engagé : plus le niveau de jeu est élevé, plus les manifestations résistantes sont puissantes.

89Si la résistance n’était corrélée qu’aux variables de la longueur et du placement, le coup le plus résistant serait toujours le coup le plus long et le coup placé près des lignes. Mais que ferait-on alors de l’amortie (un coup très court joué le plus près possible du filet et qui est destiné à être gagnant) ?

90La résistance des coups du tennis semble irrémédiablement attachée à l’activité interprétative : le coup résistant est, dans la pratique, le coup d’attaque. Le coup qui manifeste le plus de résistance est le coup qui place l’adversaire en position de soumission et qui le contraint, qui le force à n’avoir plus que la seule possibilité de faire ce qu’il peut… Le coup d’attaque est le coup qui surprend. Plus le coup joué est imprévu, plus la résistance qu’il manifeste est intense : l’exploit formalise une résistance si forte qu’il permet au joueur de gagner le point alors qu’il était en position d’infériorité, sous la domination de l’adversaire. L’exploit transforme un coup de défense en coup d’attaque.

91Si la résistance des coups du tennis se définit selon le degré d’attaque que chacun d’entre eux manifeste, l’attaque correspond, et c’est là que notre précédente typologie est utile, à l’exécution d’un coup engagé par le vouloir intime lorsque le joueur est libre de ses choix. Au contraire, le coup de défense est un coup joué sous la pression du devoir exogène, c’est-à-dire, sous la pression de l’adversaire (Fig. 7).

92

Figure 7

Figure 7

Résistance des coups du tennis

93La valence intensive est celle de la résistance, de la force intime de conviction manifestée par le coup exécuté ; la valence extensive est celle du devoir exogène. La corrélation des coups joués est inverse : moins le joueur obéit aux circonstances, autrement dit, plus il est libre et autonome, plus il manifeste de résistance à son adversaire par le coup d’attaque qu’il joue. À l’inverse, plus le joueur est soumis à la domination de son adversaire, en position d’inconfort, moins il manifeste de résistance : son coup est un coup de défense.

94Si nous corrélons les deux graphiques proposés (étant donné que les valences intensives et extensives sont identiques), nous pouvons établir que le smash et le service, les coups les plus toniques ne peuvent pas être des coups de défense ; ils ne sont que le fruit d’un vouloir intime et manifestent une forte résistance : le smash est le coup gagnant par excellence, le coup le plus tonique du tennis ; à l’image du smash, le service (les deux gestes possèdent d’ailleurs des similitudes) est un coup qui est destiné à asseoir la domination du serveur dès le début de l’échange. Le revers, atone, peut devenir un coup d’attaque tonique dans le tennis amateur lorsque la tonicité générale de résistance est faible. Dans le cas du sport spectacle, le revers reste un coup de défense plus ou moins atone selon la résistance qu’il est capable de manifester ; les joueurs de tennis du sport spectacle non seulement utilisent plus le coup droit que le revers mais choisissent le coup droit pour attaquer plutôt que le revers.

95Les manifestations de résistances sont directement corrélées au niveau de pratique engagé ; le sport spectacle réserve aux spectateurs une pratique dont les résistances successives au cours d’un seul échange leur permettent d’observer de nombreux échanges de domination et des péripéties laissant toujours planer le doute quant à l’issue du point. Plus les résistances sont fortes, meilleur est le niveau de pratique. Le graphique permet de comprendre, grâce à la corrélation converse définissant les pratiques loisir et sport spectacle selon les valences de la force intime et du devoir exogène, que les résistances du tennis loisir sont faibles malgré un devoir exogène presque négligeable ; les résistances deviennent de plus en plus fortes au fur et à mesure que le niveau s’élève. Le sport spectacle propose une résistance extrême, celle qui parvient à surmonter le devoir exogène, celle qui transforme le coup de défense atone en coup d’attaque tonique.

4.5. Spectateurs

96Comme dans le cas des éléments naturels, l’ensemble signifiant constitué par les spectateurs n’est pas indispensable à la pratique du tennis.

  • 12 Voir notamment l’article de La Libre Belgique du 12 août 2016 (consultable en ligne : http://www.la (...)

97Durant le sport spectacle, les spectateurs manifestent un type de résistance singulier. Aux Jeux Olympiques de Rio, en 2016, le joueur belge David Goffin s’est plaint à plusieurs reprises des manifestations hostiles du public lors de son match contre un adversaire brésilien12. Le public a crié, a hué, a applaudi les fautes du joueur belge. Si le joueur a tenté de manipuler l’arbitre pour calmer les supporters, c’est précisément parce que ces supporters lui causaient du désagrément et tentaient de le faire réagir. Au football, le public est d’ailleurs surnommé le douzième homme. Les cris du public n’influent peut-être pas directement le cours du jeu mais pèsent sur les joueurs, influencent leur motivation et déterminent parfois un changement d’attitude. Un joueur peut se transcender grâce au public ou peut, sous les huées successives, s’effondrer.

98La résistance des manifestations du public semble corrélée à la variable du bruit. Le bruit, qu’il soit produit pendant l’échange ou entre les points, dérange le joueur selon son intensité.

99Pour définir tensivement les manifestations résistantes du public, nous saisissons la simple interjection, isolée qui ne produit qu’un faible bruit ainsi que le vacarme offrant un bruit intense de longue durée (Fig. 8).

100

Figure 8

Figure 8

Résistance du public au sport spectacle

101Dans ce graphique, la valence intensive est celle du bruit, la résistance des manifestations du public ; la valence extensive est la durée. La corrélation qui définit les formes de résistance est converse. Notons que le sport loisir ne connaît que rarement l’interjection, le léger bruit perturbateur ; au contraire, le sport spectacle est coutumier du vacarme.

5. En guise de conclusion

102La bourrasque, l’entorse et la balle qui crève proposent une résistance face à laquelle le joueur n’a d’autre choix que de réagir.

103Nous avons vu que le niveau de jeu possible est inversement proportionnel aux forces résistantes émanant de l’infrastructure, des éléments naturels ainsi que des outils (y compris le corps) ; ce qui suggère que ces résistances possèdent une intensité prédicative de limitation. La forte bourrasque limite le niveau de jeu ainsi que le cordage qui casse ou que la crampe qui immobilise la main qui tient la raquette. Le grillage proche de la ligne de fond, la vieille raquette déjà abîmée ainsi que le corps en surpoids du joueur de tennis possèdent une valeur prédicative de limitation : même si le joueur possède un large ensemble de savoirs, les contraintes posées par les différentes résistances l’empêcheront de pratiquer un tennis de haut niveau. Au contraire, l’intensité de la résistance actancielle qui se manifeste dans les coups de tennis est directement corrélée au niveau de jeu. Plus les coups manifestent une forte résistance, meilleur est le niveau de jeu.

104On peut alors suggérer de distinguer, au sein même d’une seule pratique, deux structurations différentes. D’une part, un ensemble de relations qui se décrit comme un enchaînement dont les manifestations résistantes engendrent des réactions nécessaires de la part des joueurs. Dans ce cadre, le joueur réagit à son environnement de pratique mais n’agit pas avec l’adversaire. D’autre part, le cours d’action qui se joue entre les acteurs principaux qui est de nature interactionnelle : les joueurs interagissent, c’est indéniable. Et l’ajustement, pour revenir au cadre théorique d’E. Landowski (2006, p. 42) constitue, vraisemblablement, le régime qui rend compte de ces interactions. L’ajustement suppose une coordination entre acteurs, une collaboration dans un but de faire ensemble. De fait, le tennis constitue une pratique collaborative à plusieurs égards. D’abord, le principe même de la confrontation implique une collaboration active ; l’objet de valeur convoité par plusieurs acteurs nécessite le partage du même système de valeurs. Dans cette perspective, c’est le faire collaboratif qui crée son objet de valeur. Ensuite, les joueurs de tennis qui s’affrontent ne rendent possible la pratique que grâce à une collaboration actancielle qui consiste à échanger des balles. Enfin, lorsque le tennis se donne à voir, dans le cadre du sport spectacle, une dimension collaborative supplémentaire s’ajoute à la pratique sportive. Si les effets esthétiques émanent essentiellement du sport spectacle et qu’ils donnent un surplus de sens aux coups joués, le joueur, on l’a vu, manie, tel un objet, le public et le force à l’admirer. L’ensemble des spectateurs est manœuvré par les deux joueurs dans une même pratique collaborative : celle du sport spectacle, le spectacle étant le fruit de la collaboration actancielle, le résultat de l’échange, offrant le surplus de sens à saisir comme un effet esthétique.

105La pratique du tennis se structure par deux organisations différentes : l’enchaînement décrit l’ensemble des réactions que le joueur est amené à proposer face à la résistance de son environnement et l’interaction décrit le cours d’action qui s’instaure entre les joueurs. L’enchaînement des résistances et des réactions, présupposé par l’interaction, régit en quelque sorte l’interaction, détermine en tous cas les conditions d’émergence du sens de l’interaction.

Haut de page

Bibliographie

Barthes, Roland (1957), Mythologies, Paris, Seuil.

Cervelli, P., Romei, L. & Sedda, Fr. (dir., 2010), Mitologie dello Sport. 40 saggi brevi, Rome, ENC.

Demuru, P. (2014), Essere in gioco, Bologne, BUP.

Fontanille, Jacques (2008), Pratiques sémiotiques, Paris, PUF.

Fontanille, Jacques (2011), Corps et sens, Paris, PUF.

Greimas, Algirdas Julien & Courtes, Joseph (dir., 1993), Dictionnaire raisonné de la théorie du langage, Paris, Hachette.

Greimas, Algirdas Julien (2002 [1966]), Sémantique structurale, Paris, PUF.

Landowski, Éric (2006), Les Interactions risquées, Limoges, Pulim.

Landowski, Éric (2009), « Avoir prise, donner prise », Actes sémiotiques [En ligne], 112. URL : http://epublications.unilim.fr/revues/as/2852.

Zilberberg, Claude (2006), Éléments de grammaire tensive, Limoges, Pulim.

Zilberberg, Claude (2012), La Structure tensive, Liège, PULg.

Haut de page

Notes

1 A.-J. Greimas définit la catégorie actancielle de l’opposant et de l’adjuvant : « Les unes qui consistent à apporter de l’aide en agissant dans le sens du désir, ou en facilitant la communication ; les autres qui, au contraire, consistent à créer des obstacles, en s’opposant soit à la réalisation du désir, soit à la communication de l’objet. » (Greimas, 2002 [1966], p. 178).

2 « Nous avons désormais affaire à une interaction entre égaux, où les parties co-ordonnent leurs dynamiques respectives sur le mode d’un faire ensemble. » (Ibid., p. 42).

3 « Ce que nous appelons ajustement ne consiste ni à s’adapter unilatéralement à un autre acteur ni, en sens inverse, à amener l’autre à se plier à soi ». (Ibid., p. 40).

4 Le joueur de tennis joue, l’arbitre arbitre, les spectateurs applaudissent…

5 Selon E. Landowski, il est impossible d’interagir avec les accidents imprévus : « il n’y a personne à manipuler, rien à programmer ni apparemment quoi que ce soit à quoi on pourrait s’ajuster pour éviter les cyclones, les tsunami, les éruptions volcaniques, ou leurs effets. » (Ibid., p. 53). E. Landowski propose d’attribuer le rôle d’actant joker au hasard (Ibid., p. 71).

6 Nous reviendrons sur la distinction possible à faire entre utilisation et pratique.

7 La pratique du tennis contre un mur ne nécessite qu’un seul joueur.

8 L’US Open est un des quatre tournois du Grand Chelem ; il se déroule à New-York.

9 Le court Philippe Chatrier est le court central de Roland Garros, un des quatre tournois du Grand Chelem qui se déroule à Paris. Le court Philippe Chatrier possède 14900 places assises.

10 Le tennis est une des rares pratiques sportives qui se joue sur des surfaces de jeu hétérogènes : le gazon, la brique pilée, le ciment et le tapis sont les principales surfaces institutionnalisées.

11 Sauf dans le cas des volées qui sont des balles prises avant le rebond. Les volées sont des coups plus rares que les coups joués après le bond.

12 Voir notamment l’article de La Libre Belgique du 12 août 2016 (consultable en ligne : http://www.lalibre.be/sports/tennis/goffin-critique-le-chauvinisme-bresilien-ce-public-c-est-fatigant-57ad703035709a31055d30de).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Résistance du court de tennis
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1249/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 2
Légende Résistances des surfaces de jeu
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1249/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 3
Légende Résistance des éléments naturels
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1249/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 4
Légende Le corps actant du tennis
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1249/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Figure 5
Légende Résistance des outils du tennis
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1249/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 6
Légende Typologie des coups du tennis
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1249/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 7
Légende Résistance des coups du tennis
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1249/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 8
Légende Résistance du public au sport spectacle
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1249/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Josef, « Sémiotique de la résistance du tennis », Signata, 7 | 2016, 409-429.

Référence électronique

Anne Josef, « Sémiotique de la résistance du tennis », Signata [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 18 février 2018. URL : http://journals.openedition.org/signata/1249 ; DOI : 10.4000/signata.1249

Haut de page

Auteur

Anne Josef

Anne Josef est licenciée en philologie classique de l’Université de Liège et possède un master en linguistique. Elle prépare une thèse de doctorat en sémiotique sous la direction de Sémir Badir sur la gestualité sportive. Joueuse de tennis et de hockey, elle a enseigné le tennis à des joueurs de tous niveaux.

Haut de page

Droits d’auteur

Signata - PULg

Haut de page
  • Logo Presses universiatires de Liège
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals