Navigation – Plan du site
Dossier
6. Conditions de résistance d'une notion classique

La prestation sémantique de l’organisation paradigmatique. Pressions, compétitions et résonances entre langue et discours

Pierluigi Basso Fossali
p. 269-312

Résumés

Cet article veut discuter le rôle des paradigmes afin de préciser leurs contributions à la gestion de la signification. La première étape nécessaire à la réalisation d’un tel objectif est l’intégration d’une pluralité de conceptions historiquement attestées concernant l’organisation paradigmatique des langages : flexions, dérivations, désignations et distribution de l’emphase (à travers un processus d’anaphorisation d’ordre stratégique). Il y a une compétition entre des logiques paradigmatiques différentes qui provoque une série de tensions, pressions et influences linguistiques, lesquelles ne trouvent pas une solution dans la construction syntagmatique définitive du discours. Il s’ensuit que chaque configuration textuelle est accompagnée par un environnement de résonances qui sollicitent une aptitude exploratrice de la part de l’interprète.

Haut de page

Notes de l’auteur

L’extension considérable et inhabituelle de cette contribution relève tout simplement de la présentation de plusieurs contributions à l’intérieur du séminaire LanDES consacré à la thématique du « paradigme » (Laboratoire ICAR, 2014-2016). J’en profite pour remercier tous les participants du séminaire qui ont discuté mes interventions ici recueillies sous une forme renouvelée et intégrée.

Texte intégral

1. La résolution paradigmatique de la complexité : une introduction

1La notion de paradigme est au centre des fondements architecturaux de la théorie linguistique, mais elle a été progressivement latéralisée en tant que concept qui semble présenter une vision idéalisée des langages, considérés alors comme des systèmes de catégorisations ordonnées et de choix opérables sur des classes explicites. Tout au plus, on se limite à présenter aujourd’hui des classes d’unités grammaticales.

  • 2 Le caractère inachevé de la langue a été souligné en particulier par G. Guillaume (1964, p. 240) ; (...)
  • 3 On sait bien que les problèmes posés par la dimension paradigmatique des langages concernent la con (...)

2En revanche, si la forme du contenu de la langue est vue comme une sorte de Weltanschauung potentielle qui s’exprime “maïeutiquement” à travers la production discursive (d’où la solidarité entre langue et culture), ses paradigmes, qui formulera(ient une épistémè entière, se révèlent, en réalité, hybrides, multicritères, inachevés2 ; cette dernière impression s’exacerbe ultérieurement dès qu’on laisse les langues naturelles pour aborder d’autres langages, certes encore moins structurés en classes de figures, d’unités-type et de grammèmes3. Dès qu’on abandonne l’idéalisation de la totalité systématique qui permet un seul “portrait”, l’hétérogénéité paradigmatique se révèle être la dénonciation indirecte des tensions paradoxales qui traversent la culture et les élaborations sémiotiques.

  • 4 Pour la notion de taxème, on renvoie à la sémantique interprétative de F. Rastier : le taxème est d (...)

3Par ailleurs, dans la tradition linguistique, le caractère hétéroclite de la dimension paradigmatique des langages passe de manière préoccupante du “travail fin”, opéré par le temps, sur la stabilisation catégorielle et qui est à la base du pouvoir « institutionnel » de la langue, à l’association psychologique du sujet parlant, en montrant une compénétration réciproque entre langue et parole qui semble faire du paradigme moins un concept heuristique qu’un symptôme du vide explicatif qui devrait résoudre l’articulation mystérieuse entre règle et contingence, institution et situation énonciative. La solidité apparente du concept du paradigme, toujours bien présent dans l’illustration didactique de la linguistique générale, se révèle-t-elle la couverture factice d’une fracture épistémologique irréparable ? La construction d’un plan d’immanence de la description linguistique est-elle compatible avec la reconnaissance d’une hétéronomie des principes qui donne au paradigmatique le rôle de situer exactement la topique différenciée (figures, lexies, formules) du couplage entre langue et parole ? Cela supposerait de sélectionner avant tout la taille syntaxique d’un compromis catégoriel de plus en plus lâche, de l’intensionnel à l’extensionnel (taxèmes par interdéfinition4, champs lexicaux par délimitation domaniale, profils énonciatifs par résonance normative).

4Les paliers diversifiés de la paradigmatisation montreraient que l’organisation des classes ne peut plus relever de l’économie formelle ou de la cohérence du système, mais de la suture entre langue et parole, à savoir de la sélection locale du cadre paradigmatique le plus favorable afin de décomplexifier les choix énonciatifs suivants. Le principe de la résolution paradigmatique de la complexité linguistique ne peut qu’être observé dans les sémioses (“en acte” par définition), ce qui montre la nécessité de soustraire le paradigmatique à l’observation intemporelle des états de langue.

5Dans le présent de l’énonciation, on peut situer et dramatiser la prestation topique de l’organisation paradigmatique avec le spectre des solutions narcotisées et l’influence exercée par un choix dissident sur des sélections suivantes. En effet, cette “dissidence” n’est pas nécessairement allotopique, car elle peut s’imposer comme le point d’attaque d’une nouvelle isotopie ou la reprise d’une trame thématique macrodiscursive pas encore manifestée dans l’entour cotextuel. On voit alors que le principe de la résolution paradigmatique peut être proposé comme un détecteur valide pour distinguer des gestes énonciatifs qui, comme les attaques en musique, mettent l’accent sur la reformulation d’un projet configurationnel, ce qui ne manque pas de préciser le ton de cette intromission. Naturellement, rien n’empêche que l’impact de cette “attaque” ne puisse être retardé afin de construire des coalescences isotopiques et finalement une sorte de tissage paradigmatique (Basso Fossali 2014a) qui parvient à caractériser le discours.

6Voilà alors déjà thématisés les enjeux de notre article qui a la nature d’un petit et modeste traité sur la prestation sémantique du paradigme et qui devra finalement illustrer, démontrer et schématiser ce principe de la résolution paradigmatique de la complexité. Cette démarche théorique ne peut pas cacher le fait qu’elle opère une sorte de changement de point de vue, en subordonnant la vision syntaxique à la vision paradigmatique ; cela dit, la première ne sera pas exclue, mais constituera en revanche le fond stable pour mieux appréhender les appropriations et les compétitions paradigmatiques, partagées entre une vocation à la conformité et une consigne à la créativité.

7Le problème majeur que nous devrons affronter est la pluralité des acceptions théoriques légitimes du terme paradigme ; notre idée est moins de dépasser cette multiplicité conceptuelle que de la coordonner dans une schématisation unificatrice qui n’est que l’avant-poste pour des problématisations ultérieures.

8Dans cette schématisation, il y aura non seulement des topiques conceptuelles (configuration, systématisation, domanialisation, distribution), mais aussi des tensions telles que la pression, l’influence, la résonance et l’absorption, ce qui permettra de préciser les afférences et les modes d’existence des valeurs linguistiques. Cela permettra aussi de concevoir le format “en accordéon” du paradigme, format qui explique sa versatilité résolutive (restriction vs association) face à la complexité.

  • 5 Si on prend l’exemple historique des articles en français, on voit bien qu’il y a eu une autonomisa (...)

9Ce que nous avons annoncé pourrait faire penser que la recherche suivante ne pourra qu’être erratique à défaut d’une définition préliminaire du terme paradigme. De manière exploratoire et à partir de quelques-unes de nos contributions précédentes, on pourra définir le paradigme comme une instance d’organisation sémiotique susceptible à la fois : (i) de se décliner en fonction de programmes syntaxiques (absorption), (ii) de prolonger les résonances du possible bien au-delà des sélections opérées localement à partir de son éventail de solutions offertes, (iii) d’influencer les sélections envisagées à partir d’autres instances du même rang5, (iv) de “métaboliser” (intercepter et traduire) les pressions structurales exercées par d’autres ordres systématiques.

  • 6 Dans ses études sur l’aphasie, Jakobson a mis l’accent sur la perte pathologique du contrôle sur la (...)

10D’une part, on voit immédiatement que cette définition propose un passage progressif d’un rôle ancillaire du paradigmatique, par rapport à une élaboration propositionnelle, vers un rôle de plus en plus impliqué dans les enjeux sémantiques ; d’autre part, les tensions que le paradigmatique doit gérer ne manquent pas d’être interconnectées, comme par exemple l’influence et la résonance, vu que le terme manifesté en discours s’impose (i) comme le fruit d’une sorte de batailles entre des généalogies, souvent méréologiques, l’une subordonnant les autres (dérivationnelle, désignationnelle, flexionnelle, anaphorique) et (ii) il se révèle en même temps comme « le centre d’une constellation, le point de convergence d’autres termes coordonnés, dont la somme est indéfinie » et l’ordre interne indéterminé (Saussure 1916, p. 174). Face à d’autres batailles inter-paradigmatiques, il y aura d’autres vainqueurs possibles. C’est pourquoi l’enjeu paradigmatique n’est pas dans la substitution immédiatement disponible dans un cotexte fixe, mais dans la contiguïté6 de solutions dont la qualité structurale est appréciée par l’anamorphose des points de vue qui garantiraient une appréciation dialectique entre similarité et différence : « somme » et « ordre » des membres paradigmatiques sont indéfinis car cette appréciation de la dialectique ne connaît que des lignes de fuite. Dans l’énonciation en acte, le paradigmatique dessine le cadre de complexité majeure de l’élaboration discursive, en restructuration continue.

11Si on prête attention au schéma qui a été mis à la fin du chapitre sur les « rapports associatifs » du Cours de linguistique générale (fig. 1), on voit bien que les relations associatives, de nature hybride, dessinent un véritable réseau d’interprétants qui finalement n’est pas loin de la vision peircienne ; travailler sur le principe paradigmatique de la complexité veut dire enquêter sur la gestion simultanée de plusieurs formes d’organisation généalogiques et méréologiques, quelques-unes de nature matricielle (flexions), d’autres en tant que classes ouvertes (désignationnelles), qui réclament la résolution de leurs tensions antinomiques dans la mise en jeu d’une instance tierce : l’énonciation. Cette dernière doit accomplir la langue à chaque fois dans un jeu d’appropriations. Ainsi, la pluralité des concepts de paradigme peut être moins un accident de l’histoire de la linguistique qu’une exigence fonctionnelle réelle, bien qu’à préciser.

Figure 1

Figure 1

Rapports associatifs dans le Cours

(Saussure 1916, p. 175)

  • 7 Greimas, à la fin de sa vie, dans un article titré Quand le souffle ne manque pas (1989), soulignai (...)

12La réactualisation de la réflexion sur le paradigme7 est un phénomène partiellement motivé par la vaste discussion en cours sur les écrits autographes saussuriens, bien qu’il y ait des écoles linguistiques qui ont toujours attribué un rôle prééminent à l’organisation paradigmatique. En tout cas, dans De l’essence double du langage, nous trouvons une qualification plutôt étonnante de cette dernière, au moins par rapport à la tradition du Cours de linguistique générale :

Nous appelons syntagme la parole effective […] par opposition à la parallélie ou parole potentielle, ou collectivité d’éléments conçus et associés par l’esprit, ou régime dans lequel un élément mène une existence abstraite au milieu d’autres éléments possibles. (Saussure 2002, p. 61.)

  • 8 « Un mot n’a pas en réalité d’autre sens que la somme des sens non réclamés » (Saussure 2002, p. 81 (...)
  • 9 « Envisager synchroniquement comme une totalité, [le paradigme] doit être pensé comme un “espace” o (...)
  • 10 Les modes d’existence des valeurs (virtualisation, actualisation, réalisation, potentialisation) so (...)

13On peut bien être troublé par le fait que l’« existence abstraite » des éléments n’est pas attribuée à la langue, mais à une « parole potentielle » qui semble accompagner et envelopper les réalisations syntagmatiques effectives. La vie parallèle des formes possibles par rapport à la manifestation n’empêche pas, plutôt favorise, le réaménagement du système (Ibid., p. 80). Les parallélies démontreraient que la concurrence qui définit la signification n’est pas liée seulement à la cotextualité, c’est à dire au “voisinage des co-occurrences” (le sens d’un mot est individué par les valeurs non réclamées par les autres mots à gauche et à droite8), mais aussi au voisinage des solutions, qui relèvent à la fois d’une profondeur énonciative9 (potentialisation des valeurs dans un domaine sémantique) et d’une actualisation économique et ciblée concernant les variations (“attaques”) et les reprises anaphoriques. À ce propos, on doit remarquer que cela pourrait préciser la modalité d’existence qui est l’actualisation, où une sélection envisagée exerce un impact convergent ou divergent sur les choix opérables sur les paradigmes mobilisés dans le cotexte adjacent ou plus éloigné10.

  • 11 Cf. Fontanille (2004, § 2).

14La vie parallèle de la parole potentielle n’est qu’enveloppe qui ne manque pas de se poser comme une instance d’opposition tensive par rapport à un projet énonciatif intégrateur et doué d’une intentionnalité et d’une voix unitaires. C’est pourquoi on peut continuer à représenter le paradigmatique comme une série d’instances d’organisation du sens qui exercent leurs poids verticalement par rapport à l’horizontalité du tissu discursif. Ce poids peut (i) rester une résonance (latéralisation du sens) sur laquelle on peut s’appuyer (allusion, omission, etc.), (ii) se diffuser anaphoriquement comme une isotopie concurrente ou (iii) provoquer une véritable perturbation du “fil” de l’énonciation, comme dans le cas du lapsus11.

15L’infiltration du paradigmatique non absorbé par le projet syntaxique régissant est moins une atteinte à la cohésion textuelle, qu’une exploration du jeu entre redondance et variation afin de raffiner, en profitant de l’élasticité (paraphrases) et de la connectivité des mailles linguistiques, la focalisation thématique, la clé argumentative, le ton. Cette exploration ne relève pas d’une réflexion archéologique sur des réalisations sémiotiques déjà effectuées mais de la sémiose textuelle ; c’est pourquoi les paradigmatisations peuvent bien se proposer comme un design intégré et systémique de l’efficacité énonciative, où même les “déchets” (valeurs non réalisées, narcotisées) ont un rôle dans la détermination et la transformation de l’environnement linguistique qui accompagne la sémantisation/interprétation du texte.

2. Densité, extensionalité, pression : une démarche préparatoire

16Dans cette contribution, au-delà de l’appui saussurien, on utilise une série de notions qui ont une citoyenneté faible dans les sciences du langage ou qui ont reçu historiquement des définitions différentes par rapport à celles qui seront adoptées tout au long de notre argumentation. Cela dit, les acceptions choisies ne sont pas idiosyncrasiques mais elles renvoient à des positions théoriques attestées. Si éventuellement il y a une certaine originalité dans notre propos, elle relève plutôt de l’agencement de ces notions dans un cadre d’intelligibilité renouvelée de l’organisation paradigmatique des langages. Naturellement, toutes les autres notions utilisées se prêtent à l’interrogation théorique, mais ici nous ne pouvons pas échapper à la nécessité d’imposer une sorte de « topique » de la discussion qui thématise d’avance les atouts heuristiques et les motifs de discorde.

2.1. La densité

  • 12 Cf. Martinet (1985, p. 4) : « Il n’y a de sens, avec la valeur linguistique de ce terme, que ce qui (...)

17La notion de densité a été introduite par Goodman (1968) et traitée sur le plan syntaxique (différenciation potentiellement illimitée de traits pertinents vs organisations paradigmatiques préalables) tout comme sur le plan sémantique (potentiel d’exemplification illimité vs différenciations explicites de classes de concordance dénotative) comme un symptôme possible de la dimension esthétique du discours. Si dans la densité toute contiguïté expressive est une contingence productrice de sens, dans les formes discrètes des langues naturelles, il faudrait apparemment préétablir le rayon des compatibilités syntaxiques de chaque classe12 afin de garantir une consistance sémantique. En réalité, l’énonciation a à gérer et à profiter aussi d’une densité résiduelle toujours présente, avec des pertinentisations (Eco 1975) et des exemplifications qui problématisent la saturation immédiate des valeurs.

  • 13 Cf. Seiler (1967, p. 38): « Units that are matched for similarity are said to be members of a speci (...)

18La densité ne serait que le mouvement contraire au codage notationnel des langages qui a ses classes de figures et ses paradigmes syntaxiques prototypiques13. D’ailleurs, s’il y a une solidarité forte entre les critères de discrétisation et les formes de combinaison dans un système linguistique codé, on trouve aussi des solidarités inattendues, des similarités entre des formes distinctes ou des parallélismes grammaticaux. Il est presque fatal d’apercevoir dans l’image structurale de la langue la trame d’autres relations transversales, peut-être archéologiques (restes d’une densité d’origine), mais toujours productives.

19Par ailleurs, dans les textes autographiques et dans toutes les exécutions, aux formes codées absorbées dans la construction syntaxique on ajoute des formes discursives “exemplificatrices” d’autres relations, relevant de plans de sémantisation différenciés. Cela dit, la densité n’est pas la renonciation articulatoire du discours face à la matière, mais la promotion d’une pluralité de pertinentisations afin d’explorer le principe même de la sémiotisation, c’est-à-dire la dissociation des formes de l’expression et des formes du contenu qui sont articulées grâce à son intervention. Qu’en est-il de la densité sur le plan paradigmatique ?

20Naturellement il n’y a que des systèmes hybrides, entre le pôle de la densité absolue et celui de l’articulation différenciée radicale, dont l’état irrésolu est assisté par l’organisation discursive. Cette dernière doit traiter en même temps la délimitation d’un terrain expressif (la sémiotisation étant potentiellement illimitée) et la thématisation des domaines qui établissent les règles de concordance dénotative (la négociation de telles règles relevant du discours social et des normes, non du système linguistique).

21Tout en présentant des tensions entre exemplification et dénotation qui restent parfois opaques, la théorie goodmanienne montre bien que la densité est un principe de sémiotisation différée, caractérisé localement par un déphasage caractéristique entre l’organisation paradigmatique des ressources linguistiques d’exemplification et la maîtrise de la différenciation interne au terrain dénotatif ciblé. Le corollaire est que moins un langage accepte la sémiotisation différée, plus il s’impose institutionnellement, en s’appropriant les — et en se rendant propres aux — taxonomies des domaines sociaux. En effet, il y a un mouvement double entre la catégorisation systématique et la domanialisation, entre la typification et la taxonomie, selon des phénomènes de catalysation réciproque qui amènent à des raffinements méréologiques, pourtant non superposables.

  • 14 Cf. Basso Fossali (2014b).
  • 15 De manière très rapide et cavalière, on pourrait affirmer que deux systèmes économiques corrélés so (...)

22La densité ou l’articulation inégale entre langage et domaine discursif n’est que le bilan d’une culturalisation qui procède asymétriquement et distinctement entre des institutions de sens douées de principes économiques non commensurables, au moins pour ce qui concerne la gestion de leurs formes : les sémiotiques linguistiques et les formations discursives14. L’articulation culturelle entre les densités résiduelles des différents fronts d’organisation commence déjà à faire émerger l’influence paradigmatique sur la signification, vu que la projection de pertinences ultérieures, à la recherche de la différenciation, n’est pas un exercice seulement diagrammatique (extraction et projection de formes abstraites), mais un enjeu de sens guidé par une visée écologique15. Les tensions antinomiques entre l’illimitation (densité) et le codage (différence articulée) ne peuvent que trouver un déparadoxalisation dans le déphasage des initiatives d’organisation des agences systémiques. Chacune exerce une pression modélisante sur l’autre, de sorte qu’il y a toujours une dialectique entre des réorganisations globales, éventuellement brutales et denses (matiérisme), et des distillations locales des classes obsédées par une acribie restrictive dans leur application (spécialisme).

2.2. Intensionnel et extensionnel

  • 16 Il va sans dire qu’il faut bien distinguer le couple oppositionnel intensionnel vs extensionnel, qu (...)

23Les différentes formes de vie sémiotiques seraient caractérisées par une compénétration de leurs instances organisatrices de manière à profiter réciproquement de leur différenciation pour “respirer”, à travers leurs propres paradigmes, l’altérité systémique comme une sorte de “densité” à traiter. Cette perméabilité est déjà exemplifiée par les relations entre la langue et la parole, vu qu’elles se partagent l’élaboration des frontières sémiotiques, c’est-à-dire l’horizon “extensionnel” qui s’oppose à l’“intensionnel”16.

  • 17 Voir à ce propos la position théorique de Michel Le Guern (2003) qui pense l’intensionnel comme un (...)
  • 18 Pour le concept d’espace d’implémentation, cf. Goodman (1984, tr. fr. 54 et ss.).

24Dans le cadre théorique qui est le nôtre, l’opposition entre l’intensionnel et l’extensionnel17 ne concerne pas une rupture de l’ancrage sémiotique entre le signe et le référent ou de l’immanence descriptive, mais la tension entre l’auto-organisation et la perception des formes sémiotiques, à savoir entre l’aptitude réflexive et l’aptitude transitive des langages. Chaque système linguistique ne peut que vivre en couplage avec un environnement (sémiosphère), là où il y a d’autres épicentres d’organisation de la signification, ce qui veut dire qu’il doit se préparer à une articulation compétitive, anticipée et entrainée entre ses structures internes et son espace d’implémentation18.

25Eco (1975, p. 88) reconnaît que l’environnement expérientiel est l’horizon de modélisation de la langue, mais qu’ensuite le fonctionnement sémiotique est indépendant, c’est pourquoi on devrait se borner à une sémantique intensionnelle. Comme il l’a reconnu ensuite (Eco 1997), le problème est que dans l’évolution de la langue les pressions internes (congruence structurale) et les pressions externes de l’horizon ontique construisent une dialectique constante : d’ailleurs, la forme est toujours “en formation” car engagée dans une confrontation avec la matière. À la périphérie de l’“empire de la langue”, il y a des propositions informes ou des formes incommensurables qui demandent un traitement asymptotique mais symptomatique de la frontière : c’est ce que nous reconnaissons comme l’“extensionnel”, lequel oblige à accueillir difformité et incommensurabilité avec une production autochtone d’hétérogénéité (différenciation). Quant à l’objet, il n’est que la convergence d’extensionnalités relevant de plusieurs sémiotiques sous l’égide de la perception qui réclamerait en revanche un monde unifié.

  • 19 Comme pour langue et parole, la relation entre extensionnel et intensionnel devrait être traitée co (...)

26La distinction entre une paradigmaticité intensionnelle et extensionnelle est alors compatible avec une épistémologie saussurienne, en contribuant à articuler langue et parole, plutôt qu’à renforcer leur opposition. Dans la langue, il y a inévitablement les traces d’une catégorisation et d’une grammatique actantielle qui relèvent du “bain” sémantique dans des pratiques situées ; de manière réciproque, dans les pratiques discursives, il y a encore des valeurs sémantiques et des constructions prototypiques, mobilisées pour orienter le sens énonciatif, qui sont héritées du patrimoine lexical et syntaxique de la langue. On pourrait parler de “polarisations” privilégiées — l’intensionnel vers la langue et l’extensionnel vers la parole — mais il y a aussi des moments de renversement des tendances, vu que la confrontation de la forme avec la matière reste un apriori d’un langage “naturel”, dans toutes ses déclinaisons organisatrices19.

  • 20 Les paradigmes linguistiques sont une sorte de réserve structurale, l’index d’un système inachevé m (...)

27Le fait que langue et parole puissent se traiter de manière réciproque comme une “matière formée” n’est qu’une aide pour dissimiler sans arrêt, dans l’immanence d’un couplage sémiotique, le “propre” (compréhension) et l’horizon “autre” de la scène du sens appliqué (extension). D’où l’idée qu’il n’y a que des modélisations en tant qu’interconnexion plus ou moins solidaires de formes, malgré leurs tensions autonomisantes. Le “jeu” entre langue et parole prépare et “modélise” celui qu’on trouve entre l’intensionnel et l’extensionnel, mais selon une application récursive que l’une et l’autre doivent introjecter, élaborer et renverser dans leurs relations dialectiques. Cela explique pourquoi, après une longue fréquentation discursive, la langue peut absorber progressivement, dans son organisation catégorielle, les pressions exercées par un domaine social spécifique ; mais il est vrai aussi que la langue, à partir de la modélisation exemplifiée par ses catégories internes, peut exercer une pression sur l’élaboration taxinomique d’un domaine20. La doxa n’enregistre que les équilibres entre des pressions paradigmatisantes antinomiques, intensionnelles et extensionnelles, et elle observe aussi, entre les modélisations réciproques de langue et domaine, un espace de conceptualisation, surtout s’il y a d’une part, des tensions métalinguistiques, d’autre part des plis métadiscursifs.

28On sait bien que dans la parole, il y a des “attaques” et des tensions définitionnelles où la cohérence discursive (logique intensionnelle) l’emporte sur toutes correspondances immédiatement extensionnelles ; au contraire, en langue, l’élaboration d’une entité linguistique, avec ses paquets de significations (acceptions), n’est que l’accident historique des usages contextuels, arbitraires ou figuraux (c’est-à-dire, des “réinitialisations sémiosiques”), qui ont produit une tradition. Le traitement de la parole par le biais de la langue et vice-versa n’est que le constat que leurs vies respectives relèvent de la tentative commune d’ajuster l’hétéronomie interne avec des principes d’ordre, réflexif et transitif, intensionnel et extensionnel, vu qu’ils sont également arbitraires et imperfectifs.

29En profitant des emboitements énonciatifs et de la distinction entre le texte et son terrain d’implémentation, la tension intensionnelle de la parole s’exprime avec l’anticipation d’une posture illocutoire d’ordre modal ; cela dit, elle doit suivre aussi ses effets perlocutoires, peu maitrisables, mais qui voudraient s’imposer, au moins sur le plan rhétorique (par exemple, celui de la description), comme un horizon extensionnel.

30Il y a donc une dialectique sémiotique de l’intensionnel et de l’extensionnel qui relève d’un croisement de perspectives qui aboutissent l’une à la structuration d’un système défendu (de l’extensionnel à l’intensionnel), l’autre à la structuration d’un système visé (de l’intensionnel à l’extensionnel). Le paradigme intensionnel et le paradigme extensionnel sont deux perspectives sémiotiques qui échangent l’idéalité de deux formes de stabilité, réflexive et transitive, avec une dynamique compétitive d’autonomisations même si constitutivement “impropres” — l’une car l’intensionnalité pourrait proliférer sans limite, l’autre car l’ajustement téléologique au monde, visé par l’extensionnalité, n’est qu’une version possible et transitoire. Les deux formes paradigmatiques ont besoin l’une de l’autre, afin de simuler, d’une part, une implantation du sens (territorialisation), d’autre part, une stabilité structurale (réseau des relations), face au caractère événementiel du sens.

31La coexistence de deux formes paradigmatiques émerge dans la distinction entre un taxème et une domanialisation, à savoir entre une « classe des sémèmes minimale en langue, à l’intérieur de laquelle sont définis leurs sémantèmes, et leur sème micro-générique commun » (Rastier 1987, p. 278) et un domaine, qui est en revanche « un groupe de classes sémantiques (ou taxèmes) lié à une pratique sociale (droit, religion, médecine, etc.) » (Rastier 2011, p. 148, n. 1).

32Dans le cadre de la sémantique interprétative, qui interprète aujourd’hui une tradition néosaussurienne, la langue n’est que norme invétérée, ce qui veut dire que la parole pénètre et reconfigure constamment les formes systématiques des codes ; en même temps, les organisations sémiotiques sont toujours couplées à l’entour et dans la vision intériorisée de ce couplage, elles élaborent des réarrangements qui vont suivre surtout l’attracteur “réseau interne” ou en revanche l’attracteur “univers du discours”.

  • 21 « Les sèmes inhérents, pour être définitoires, ne sont pas pour autant dénotatifs, mais simplement (...)

33Les polarisations intensionnelles et extensionnelles concernent des enjeux de détermination du sens qui affectent la langue tout comme la parole ; elles partagent des co-constructions de l’autonomie et de l’hétéronomie structurale qui sont pourtant asynchroniques, selon l’ébauche toujours renouvelée d’un clivage modal, entre une exemplification de formes proposées (savoir traiter la matière) et une exemplification des formes perçues (pouvoir saisir les formes autochtones de la matière). Le terme « exemplification » n’est pas utilisé ici de manière abusive ou légère ; le renvoi à la théorie de Nelson Goodman est une valorisation implicite de la paradigmaticité. D’une part, la dénotation en langue (intensionnelle) n’est que la convergence et stabilisation d’une classe d’exemplifications pour des fins extensionnelles21 ; d’autre part, la description ou conceptualisation qui cherche à établir l’extensionnalité doit s’appuyer nécessairement sur des exemplifications d’organisation qui sont déjà prêtes et disponibles en langue.

  • 22 On sait bien que les sémiotiques linguistiques influencent la perception et qu’à son tout, cette de (...)

34La reprise du couple terminologique extensionnel et intensionnel ne veut pas créer une confusion par rapport à l’emploi logique, ni ne veut nier des questions comme la référence ou l’application des concepts ; notre problème est que “dire le monde” (logique déclarative) et “construire le monde” (reconditionnement des conditions d’énonciation) sont des aptitudes sémiotiques qui fondent et exploitent le patrimoine linguistique. Ce dernier s’élabore non déjà comme une épistémologie des connaissances, mais comme des épistémès qui se séparent et se précisent (cultures) à partir du dualisme entre une réflexivité et une transitivité réciproquement structurantes (dynamiques) ou entre des noyaux sémiques et des prototypes domaniaux (confrontations statiques). Si la langue n’est qu’une norme invétérée qui voit ses origines pragmatiques comme une distalité, elle est aussi une mémoire qui est regardée comme une distalité par les emplois de la parole en acte : cette mise à distance réciproque permet une sorte d’observation de deuxième ordre sur la signification (dépenser et préserver le patrimoine sémiotique), avec des méréologies et des catégorisations, des structures actantielles et des sub-logiques, toutes en compétition. L’impropriété relative des projections des organisations intensionnelles sur les extensionnelles et vice-versa n’est que l’intériorisation et la mimésis (refiguration et restructuration) de la compétition entre la signification linguistique et la signification perceptive22.

35Si les langages nous aident à construire un couplage sémiotique avec l’entour, il y a toujours deux fronts de l’accouplement en train de se proposer à la fois comme source et cible de l’organisation sémiosique : le système de la langue et l’environnement. C’est pourquoi il y a une sorte de “doublure” dans l’élaboration linguistique, une doublure faite par les paradigmes intensionnels au regard des paradigmes extensionnels et vice versa. La réciprocité des doublures est une pluralisation aussi des exemplifications structurales réciproques. C’est pourquoi, comme dans une sorte d’échange symbolique primordial, la langue, avec ses paradigmes, accepte de se poser comme un environnement structurant qui aspire à des accomplissements formels seulement dans la configuration locale des discours : elle peut instaurer des mondes (extensionnalité qui a absorbé la forme linguistique) mais au prix de se proposer comme milieu résonant encore dense, vivable, partiellement indéterminée.

36Entre les paradigmes flexionnels et dérivationnels, qui semblent souligner une économie toute interne à la langue, et les paradigmes domaniaux, qui montrent l’imposition d’une périmétration aux entités extensionnelles corrélées, il y a une doublure méréologique qui organise la compétition des formes, tout en répondant à des attracteurs différents, intensionnels ou extensionnels. Ainsi, cette compétition débouche sur une invitation réciproque des formes paradigmatiques à mieux traiter la matière “maltraitée” par l’autre organisation systémique, ce qui veut dire que les paradigmes culturels évoluent dans les tensions qui les relient aux langages.

2.3. La pression

2.3.1. Entre loi et contingence : la pression et ses retombées méréologiques

37On aurait du mal à expliquer pourquoi les paradigmes linguistiques ne seraient pas si contraignants dans la défense de leur stabilité formelle sans rappeler l’échange constant de l’initiative systématique entre langue et parole. Bien que spécialisés, les jeux de langage sont toujours à califourchon entre deux ou plus territoires d’ancrage vu la nécessité de garantir des “intrants” et des “extrants” et donc une certaine traductibilité des valeurs opérées. Or, l’idée de travailler à la fois sur la langue et sur un domaine particulier de productions discursives est le rappel formel constant de ce strabisme du travail énonciatif, obligé à reconnaître que tout principe-mère de l’organisation sémiotique doit accepter l’émancipation relative de ses filiations.

38Le “travail” est à la fois un accouchement créateur et une intervention située dans un cadre contraignant préorganisé ; il est aussi une dépense d’énergies dévolues pour des finalités hétéronomes, ce qui peut être formalisé à travers la tiercéité impliquée dans toute énonciation. En effet, les tensions sémiologiques et sémantiques ne sont pas épuisables car il y a toujours une perspective qui traverse la scène du sens, en projetant d’autres pertinences sur les relations entre la langue et la parole aussi bien qu’entre les domaines discursifs.

39La notion de pression peut fonctionner comme une conciliation entre une théorie trop puissante, qui prétend trouver des lois de l’évolution des langages et une position qui n’accepte que la contingence pure du changement, au détriment de toute prétention nomologique. La pression est perçue en synchronie comme le compromis plus ou moins “paradoxal” de tout travail énonciatif par rapport aux cadres généalogiques et méréologiques de l’organisation paradigmatique de la langue ; en revanche, les traces de l’action influente exercée par cette pression ne peuvent qu’être saisies selon des intervalles diachroniques. Mais quelle est la nature de cette pression ? Est-elle immanente à la dialectique entre la langue et parole ou sa source est-elle exogène, concernant les praxis sociales ? Est-ce qu’on peut distinguer plusieurs axes de pression ?

  • 23 Une sémiotique qui accepte de traiter à la fois la signification et la communication peut introduir (...)

40La rhétorique, qui traverse toute élaboration discursive, montre que les tensions internes aux langages et aux discours ne sont qu’une introjection et une refiguration de la polémologie sociale, tout comme cette dernière a besoin des organisations sémiotiques pour s’exprimer23. Dans le cadre de cette traductibilité des tensions entre les systèmes et les cadres pragmatiques des énonciations, la compétition entre les instances d’organisation agirait de manière systémique sur leur méréologie interne afin de provoquer des restructurations paradigmatiques, solidaires mais distinctes. En particulier les tensions s’expriment sous forme de pression car il n’y a plus une direction vectorielle prédéterminée et une vision chronosyntaxique ; la pression est une grandeur scalaire qui a besoin d’une extension pour s’exprimer et, dans notre cas, la pression linguistique rencontre la densité résiduelle de toute substance paradigmatique (membres classématiques en langue ou constituants d’un domaine), en sollicitant une restructuration méréologique.

41Entre la langue et les domaines il y aurait donc un premier type de pressions, mutuellement modélisantes, qui dans leur connectivité inter-méréologique assignent aux paradigmes intensionnels et extensionnels la fonction d’un cordon ombilical capable de préserver l’alimentation réciproque des valeurs douées de formes de vie diversifiées. Il est clair que ce modèle théorique ne peut plus réduire la vie du sens à la conversion entre langue et parole ; c’est pourquoi aux pressions modélisantes il faudra ajouter des pressions énonciatives capables d’expliciter mieux l’impact de l’organisation paradigmatique sur l’élaboration discursive. En tout cas, les pressions réciproquement exercées déstabilisent les modes d’existence dans le discours, dans la langue et dans les normes, en montrant seulement des prétentions unilatérales : respectivement, réalisantes, virtualisantes et potentialisantes.

42Par rapport à la pression sur la méréologie des classes linguistiques, l’aptitude transitive des langages peut être sollicitée et déboucher finalement sur des déclinaisons flexionnelles forcées ou sur des restrictions désignationnelles ultérieures (néosémies) de certaines entités sémiotiques, en réduisant la densité de la substance et en trouvant des “formats” appropriés pour des configurations énonciatives déjà programmées ou pour des domanialisations en cours. Cela veut dire que l’appropriation visée est déjà un déclin de la prétention virtualisante de la langue (l’équiprobabilité des solutions ne serait que le vertige d’une possibilisation illimitée (Luhmann), où l’infonctionnalité du système (Barthes) s’accompagnerait d’une résonance inappréciable, réduite finalement à des réverbères incontrôlables).

43Cela dit, il faut reconnaître qu’il y a aussi des aptitudes réflexives de la langue par rapport aux pressions de la domanialisation, qui conduisent à des coalescences synonymiques (réserves des solutions surnuméraires) et à des ruptures généalogiques de formes (différenciation arbitraire).

2.3.2. Économies linguistiques entre suppléance et analogie

44C’est à propos de cette aptitude réflexive que la notion de pression a déjà une petite citoyenneté théorique en linguistique, mais notre hypothèse est qu’elle est partagée par tous les paradigmes : des classes domaniales aux taxèmes, jusqu’aux formes flexionnelles et dérivationnelles. Comme nous l’avons dit, la pression n’est pas la seule forme de tension présente dans les systèmes, mais elle serait liée à l’évolution économique des paradigmes linguistiques.

45À ce propos, nous pouvons examiner avant tout le cas de la suppléance forte, attestée particulièrement dans les langues flexionnelles. On pense immédiatement à certains verbes modaux avec les différentes racines, mais évidemment cette suppléance concerne aussi les paradigmes dérivationnels : par exemple, le rapport entre le toponyme de la ville de Le Puy et le gentilé Anicien, ou Ponot, pour indiquer ses habitants. On trouve ici une dérivation impropre où il y a une suppléance sémantique sans accompagnement parallèle de la déclinaison morphotactique.

46Généralement, on observe qu’il y a une pression exercée par la forme dominante sur la forme supplétive. En suivant Dressler (1985), on peut souligner alors que :

La réduction analogique des formes supplétives peut être comprise comme étant due à la pression que les formes régulières de la même classe (du même paradigme) exercent sur les formes supplétives irrégulières […]. Plus nombreuses sont les formes régulières de paradigmes, plus petit est le nombre des formes irrégulières, moins il est alors probable que les formes supplétives résistent à la pression analogique. Ainsi les formes supplétives au sein d’une classe restreinte devraient-elles mieux résister à la réduction analogique qu’au sein d’une classe plus importante. Il est assez clair que les classes des articles, des pronoms personnels, des verbes modaux et auxiliaires sont de très petites classes. (Dressler 1985, p. 50.)

  • 24 Le terme concurrence a caractérisé la réflexion de Jakobson sur l’axe de la sélection, en signalant (...)

47Si la pression qui “internalise” les concurrences24 des formes selon un plan homogénéisant ne peut que s’appuyer sur l’analogie, le démarquage originaire des formes supplétives signale l’activation d’une pression hétérogène, ou en tout cas polarisée sur des différenciations extensionnelles. Les formes des diathèses qui s’appuient souvent sur les verbes auxiliaires, la distribution asymétrique des valences qui concerne les verbes modaux, la déictisation qui dépend des pronoms ou des déterminants démonstratifs, signalent toujours un changement de la scène et du point du vue ; certes, les paradigmes avec un surplus de formes supplétives sont petits mais la restriction des membres souligne des coupures plus dramatisées sur le plan de la forme du contenu et une discrimination plus claire des points de vue, associés dans une contiguïté gênante.

48La restriction des classes et la coalescence des formes analogues et supplétives ne sont donc pas innocentes et ce qui est vu comme une résistance à la pression analogique peut être saisi plutôt comme un contraste de forces, étant donné l’existence d’une pression adaptative aux différents cadres de l’énonciation. Cette pression dissimilative relève du besoin d’exemplifier de manière figurale une différence, une fracture, selon ce que Hermann Osthoff (1899, p. 42) avait déjà affirmé à la fin du xixe : la suppléance est alors une ressource morphotactique qui utilise l’hétérogénéité des radicaux pour signaler un saut qualitatif sur le plan sémantico-énonciatif. C’est le cas de la relation entre nous et je qui ne sont presque jamais élaborés par une déclinaison morphotactique cohérente dans les langues connues (Dressler 1985, p. 51).

3. La prédication distribuée

49De manière plus générale, on pourrait affirmer l’existence d’une pression pragmatique capable de renverser l’articulation économique entre l’intensionnel et l’extensionnel, à partir d’une différence perçue qui ne pourrait que continuer à s’affirmer même face à l’exigence de cohérence systématique de la langue. Cela dit, la suppléance n’est pas univoquement motivée de manière “transitive”, et parmi les pressions modélisantes, à côté de la pression pragmatique, il faudrait reconnaître aussi la pression autoréférentielle, où la langue peut exhiber une tension polémique par rapport à une doxa extensionnelle. Ainsi, même la relation entre nous et je n’est pas étrangère à un renversement des pressions.

50En effet, quand il y a déclinaison morphotactique cohérente dans l’organisation des formes pronominales d’une langue naturelle, elle assume une portée presque politique ; c’est le cas du patois rasta qui réalise pronominalement la première personne singulière et plurielle avec la même duplication du je : « I and I » (Pochard 1988). Une pression autoréflexive, qui s’exprime à partir de la langue et qui concerne le rejet d’une individualité séparée du groupe, afin de dramatiser l’opposition entre ce dernier et les acteurs externes à la communauté (le patois rasta est une langue d’opposition), mène à une perte de discrétisation pronominale par rapport à l’anglais, à une densité de la substance linguistique qui devrait témoigner de la perméabilité entre la subjectivité, le groupe et le Dieu. Le rejet de la suppléance distinctive des classes extensionnelles normalement non assimilables devient une homologation répétitive (« I and I »), amplifiée avec des métaplasmes par substitution (la première syllabe des mots est remplacée par « I »), ce qui affiche une procédure cohérente de prédication distribuée, où l’ostinato de la sélection clitique ne peut que mettre en résonance les parties du discours au-delà de leur agencement syntaxique. Si la résonance paradigmatique est la contingence interne aux jeux de langage, il ne faut pas sous-estimer cette capacité de distribuer la prédication des valeurs selon un cadre non seulement tabulaire, mais qui traite plusieurs méréologies.

  • 25 Cf. Eco (2009).
  • 26 La répétition d’un mot n’est jamais une reproduction du même sens non seulement pour la position sy (...)

51L’I-talk des rastafariens montre que si l’énumération des membres d’un paradigme sous forme de liste est le vertige25 d’une coordination qui laisse dans l’indétermination la nature des liens (cf. Le Goffic 2015), la répétition du même choix paradigmatique, dans une classe fortement économique, semble subjuguer la syntaxe et construire des prises sémantiques communes et transversales26. Les exemples extrêmes (la liste et l’I-talk rastafarien) laissent penser qu’il y a pas mal de cas intermédiaires de prédication distribuée, liés à une organisation paradigmatique du discours, qui s’impose souvent à travers une restriction morphotactique artificielle des sélections ou à travers des ouvertures néologiques inattendues. Bref, la concurrence entre des profils énonciatifs actualisés en vue de la réalisation (ou de l’interprétation) va assumer un relief sémantico-distributif quand il y a un nœud restrictif ou un assouplissement néologique d’un paradigme linguistique mobilisé et utilisé comme pivot de résonance et d’influence, avec des effets d’homologation (nœuds) ou de dissimilation sémantique (assouplissement) dont le caractère pondéré ou abusif reste à évaluer. On peut donc parler des paradigmes discursifs, vu que la solidarité n’est pas cherchée dans la contiguïté cotextuelle mais dans la similitude/différence avec des occurrences distribuées, non nécessairement de la même taille, relevant d’une contiguïté de solutions. Cela dit, la réflexion sur les formes supplétives, concentrées sur l’organisation de la portée énonciative, montre bien que ces paradigmes textuels ne sont que des phénomènes récursifs de rangement paradigmatique, qui exploite “au carré” le même principe : un rangement paradigmatique est tel parce qu’il peut exercer une influence sur la forme sémiotique d’un autre rangement mobilisé dans le même cotexte. À ce propos, on doit remarquer que cela pourrait préciser la modalité d’existence qui est l’actualisation, où une sélection envisagée exerce un impact convergent ou divergent sur les choix opérables sur les autres paradigmes mobilisés dans le cotexte.

  • 27 Le Groupe µ (1977) a critiqué le principe de la fonction poétique chez Jakobson (projection de l’éq (...)

52La prédication distribuée n’est alors que le cadre des opérations discursives qui exploitent le principe paradigmatique de complexité afin de traduire, une fois stabilisées localement les pressions modélisantes, les facteurs d’influence et de résonance en des formes effectives de solidarité entre les passages textuels et en des jeux anaphoriques27.

53Mais cela n’est pas encore suffisant pour établir avec précision la logique autonome de la prédication distribuée de la syntaxe. Elle n’est pas un simple contrepoint ou l’intromission d’un ordre dans un autre ; elle compose des enjeux internes à d’autres méréologies de référence en situant l’orbite du discours dans un environnement sémiotique. En ce sens, la prédication distribuée est le résultat d’une pression énonciative exercée, d’un part, par le projet configurationnel de chaque locution sur l’enveloppe des sollicitations paradigmatiques qu’elle active stratégiquement, d’autre part, par les inéquivalences qualitatives qui circulent dans cette enveloppe et qui imposent un positionnement organisé et tactique du discours. L’absorption radicale des potentialités paradigmatiques dans l’ordre syntaxique du projet configurationnel (par défaut, une scène actantielle) ne provoquerait qu’un cadre de sens intensionnel et idiosyncratique, imperméable aux tensions des domaines tout comme aux situations interactionnelles. Symétriquement, une acceptation lâche de toutes les résonances paradigmatiques soulevées par la prise d’initiative d’une scénarisation du sens ne serait qu’un vertige d’une signification “gazeuse” et intenable. Les pressions énonciatives, transversales aux pressions modélisantes entre la langue et les domaines, montrent alors la nécessité que le discours s’occupe de “faire un monde” et à la fois de “faire un milieu” : au tissu syntaxique on doit ajouter un tissage paradigmatique, de manière à entrelacer les manœuvres discursives selon des dialectiques des variations et reprises qui précisent, non la redondance de l’information, mais la contiguïté et la différenciation des pertinences.

54D’autres éléments sont encore manquants pour terminer la définition de la prédication distribuée mais des aspects sont déjà saisissables de manière plutôt claire : on parle de “prédication distribuée” car l’énonciation a à régler les modes d’existence de certaines valeurs dans des couloirs paradigmatiques qui la connectent à un environnement sémiotique pris entre des tensions transitives (domaniales) et réflexives (structurales). Aucune sélection n’est neutre et, tout au long de l’énonciation, on va distribuer des confrontations inégales, avec des paradigmes doxiques ou plus “spécialistes”, plus catégoriels ou en revanche plus taxonomiques. Mais alors on commence à voir l’autre aspect fondamental de cette prédication distribuée, c’est-à-dire sa relation avec la gestion des relations interlocutives, à commencer par les choix du genre et de la teneur de l’interaction, pour terminer ici avec l’aspect plus décisif, c’est-à-dire le ton. On reviendra sur ce point.

55Le paradigme discursif n’est pas une simple concurrence entre des hypothèses locutives ou le figement d’une classe praxéologique de formules, mais une élaboration énonciative locale qui opère une application récursive de la paradigmaticité, en entrelaçant des cadres d’organisation en vue d’une prédication distribuée. Cette dernière transforme l’intervalle de confidence de la visée énonciative en un couplage avec un environnement épistémique qui permet de signaler adhésions et démarquages, de nuancer la gestion de la complexité, de préciser la réponse aux différentes pressions. D’ordre tactique, la prédication distribuée montre le front adaptif du discours et le coût des appropriations, sans qu’elle soit nécessairement la face négative de l’énonciation et tout en étant possible la perte de contrôle sur les choix opérés, comme dans le cas du lapsus.

  • 28 Coseriu (1997, pp. 211-212).
  • 29 Cf. Groupe µ (1977).

56On trouve, d’une part, une archéologie résonante des choix narcotisés, d’autre part des encadrements méréologiques influents qui passent par des homologations économiques (solidarité) et des néosémies distinctives. Par exemple, dans une interaction on peut passer de l’emploi d’un terme technique (ortonymie), utilisé entre les médecins pour dénoter une maladie, à une série des périphrases anaphoriques (perynomie) pour favoriser la compréhension du patient (voir Pottier 1992, pp. 123-124). Plus généralement, la prédication distribuée montre qu’on exploite le paradigmatique pour dicter un ordre spatial, résonant et influent, au discours qui va de la mise en tension de la linéarité (alignement28 des solutions, par exemple l’énumération ou la répétition) à la tabularité29 (anaphore et cataphore).

57Il est donc possible que les trois concepts ici présentés — la prédication distribuée, la récursivité paradigmatique et le paradigme discursif — soient les passerelles les plus favorables pour reconstruire une affinité non impertinente entre le paradigme linguistique et le paradigme épistémique qui caractérise une organisation de la connaissance.

4. La ligne phémique et la dimension phorique

  • 30 Ici, l’usage du terme « structural » renvoie à la réélaboration théorique du concept opérée par N.  (...)

58La pression hétéronome des pratiques, avec leur vision fonctionnelle des ressources linguistiques, se traduit dans une série de pressions distribuées dans les cadres et les paliers de l’organisation paradigmatique, en restituant une image du domaine sémiotique qui, sans pouvoir affirmer une autonomie radicale, se rend indisponible à la simple exploitation, pour se proposer en revanche comme un cadre d’organisation structurale30 d’une épistémè. En ce sens, le paradigmatique est la conversion continue d’une mémoire d’usages en gamme de potentialités où la réserve des solutions fait partie des échappatoires que la culture élabore et confie à elle-même. Dans le paradigmatique, on trouve la fédération paradoxale de la patrimonialisation et du constructivisme sémiotique, des attentes et des démarquages, des ajustements extensionnels et des réélaborations intensionnelles. Bref, le principe d’émancipation négative du système linguistique, garantie par ses structures, s’impose comme le corrélat et le catalyseur, via exemplification, de l’émancipation positive qui s’avère à travers la créativité énonciative.

  • 31 Chaque identité linguistique tend à percer le plan de coréférence établi : le système-texte constru (...)

59La méréologie sémiologique, sous-tendue par la tension formelle irrésolue entre densité et discrétisation, se reproduit, bifurquée, dans la dialectique entre le catégoriel intensionnel et le domanial extensionnel, pour déboucher finalement sur une prédication distribuée qui qualifie la gestion de la récursivité paradigmatique en tant que cadre des pertinentisations et des refigurations rhétoriques des identités discursives traitées, qu’elles soient des totalités intégrées ou partitives31.

60Les canalisations paradigmatiques sont des manières de traiter les forces analogisantes (mémoire d’une densité d’origine) et bifurcatives (recours à des origines supplétives) selon un cadre d’appréciation unifié pour l’aperçu diachronique et pour la profondeur synchronique. Quant au geste énonciatif, il gère des pressions modélisantes et prédicatives selon des solutions formelles inscrites dans l’héritage linguistique ou en revanche créatrices ; il prend ainsi des initiatives paradigmatisantes afin d’imposer des nœuds restrictifs ou des assouplissements néologiques, ce qui veut dire que les sélections partagent un fond d’appréciation commun seulement dans la contiguïté. Au-delà, il y a des “mondes d’appui” (des cadres méréologiques) différents, divers par résonance et par influence.

61La diversification des occurrences isotopiques ou anaphoriques montre qu’on exploite la profondeur taxématique ou domaniale, flexionnelle ou dérivationnelle en langue pour facetter le référent interne du discours sur le plan figuratif ou actantiel ; au contraire, la créativité domaniale et le registre interactionnel sont les pivots pour passer de l’exploitation de la même forme, par flexion et analogie, à la fracture morphotactique et à l’élargissement du paradigme qui résulte de la multiplication des pertinences de discrétisation.

62On distinguera à ce propos deux tendances absorbantes, potentiellement convergentes : d’une part, une saturation désignative qui engagerait la prédication distribuée dans la caractérisation de la référence extensionnelle ; d’autre part, l’idéalisation d’une ligne énonciative aseptique qui neutraliserait le ton énonciatif. Pour ce qui concerne la première tendance, on sait bien que les tensions participatives entre langues et domaines, lexiques et terminologies, la pluralité des cadres doxiques, la confrontation continue avec la matière, contestent n’importe quelle prétention de saturation. Pour ce qui concerne le caractère “propre” des sélections linguistiques aseptiques, le fantôme de cette accommodation dans la configuration discursive préétablie, capable d’inscrire des valeurs sans perturber le cadre de leur appréciation (cotexte invariant), est plus difficile à dissiper. Notre idée est de concevoir ce fantôme d’appropriation aseptique comme un horizon idéal qui a la seule fonction d’évaluer le degré d’éloignement, et donc de compromission rhétorique, que les sélections effectuées réalisent, en se déplaçant au-dessus (surestimation) ou au-dessous (sous-estimation) de l’absorption intensionnelle ou extensionnelle.

  • 32 Naturellement, on devrait ouvrir aussi un paragraphe consacré aux relations du phémisme avec des fi (...)

63Nous nommerons cet horizon idéal la ligne de divergence phémique, ou plus simplement la ligne phémique. On devra discuter dans le détail le fait qu’euphémismes et dysphémismes ne sont pas des figures locales mais l’inflexion paradigmatique que chaque solution exhibe dès qu’elle commence à figurer dans le plan de la manifestation. L’idée générale est la suivante : à côté des paradigmes flexionnels, dérivationnels et domaniaux, il y aurait des paradigmes discursifs entrelacés dans un tissage paradigmatique qui doit calibrer le ductus énonciatif avec la gestion de son enveloppe : ce tissage est constitué par des inégalités (eu-/dys-)phémiques32 (enveloppe) et, comme nous l’avons vu, par des distributions des variantes anaphoriques/cataphoriques (réseau). Pour des raisons de cohérence interne à notre exploration théorique, on désignera par « phore » l’entité discursive qui porte en soi le poids d’une résolution paradigmatique en discours.

64En effet, la dimension phorique est la synthèse locale, en discours, des méréologies figuratives, méréologies qui seront inévitablement caractérisées par des appréciations inégales de leurs parties et de leurs traits, déclinés et interconnectés selon des stratégies spécifiques. Avec le terme de figurativité, on entend ici la coopération des traits sémantiques, indépendamment de leur extraction systématique ou domaniale, à la définition des rôles actantiels et à leur intégration en figures actorielles. Pourtant, on peut déjà comprendre que la figurativité accomplit le sens de l’actantialisation (le “propre” de l’acteur) et en même temps l’“infinitise” à travers l’expansion de l’enveloppe énonciative : chaque trait est résonant à l’intérieur des paradigmes où l’on mesure un potentiel plus ou moins “caricatural” (impropriété de l’actorialisation). Le caractère apparemment fuyant de l’enveloppe énonciative peut devenir saisissable dès qu’on pense que le tissage paradigmatique n’est qu’une mise en réseau des variations figuratives sur le plan (ana/cata-)phorique (énoncé) et sur le plan (eu/dys)phémique (énonciation). Parfois, ce tissage est réalisé par la seule présence d’opérateur grammatical comme un adverbe paradigmatisant (Nølke 1983), qui met en résonance d’autres scènes figuratives possibles avec une nuance phémique spécifique de celle qui est réalisée en discours (ex. Même Pierre est venu).

  • 33 Dans ce passage, on voudrait porter l’attention sur la contiguïté entre la notion de « tissage para (...)

65Ce cadre théorique peut mieux éclaircir le rôle médiateur de la déclinaison figurative entre les projections (débrayages) et les assomptions (embrayages), vu qu’il y a finalement un véritable enjeu, c’est-à-dire une double confrontation avec les valeurs à traiter : l’assomption doit faire face à la prédication distribuée et à l’enveloppe énonciative, des dimensions qui relèvent des organisations paradigmatiques et de leur transformation de principes hétéronomes en aspects appropriés33.

66Le tissage paradigmatique qui croise dimension phorique et ligne phémique est un concept qui voudrait à la fois dépasser un traitement de l’anaphore comme une simple isotopie désignationnelle (cf. Marie-Françoise Mortureux 1993) et mieux intégrer le projet d’une sémantique des tons. Dans l’histoire de la sémiotique le travail sur l’élaboration d’un tissage paradigmatique qui croise catégories lexicales en langue, élaboration figurative en discours et intertexte culturel ne manque pas d’attestations précieuses, comme par exemple le travail sur les codes sensoriels chez Mallarmé réalisé par F. Rastier (1973, pp. 13-87).

  • 34 Le phénomène de l’absorption des virtualités paradigmatiques en discours relève de leur textualisat (...)

67Avant de continuer dans la discussion de ses propositions, il est préférable de présenter la schématisation promise au départ (fig. 2). Les quatre quadrants sont les champs paradigmatiques qui organiseraient la complexité énonciative, chacun doué d’une visée méréologique distinctive (projet configurationnel, intégration systémique, domanialisation, distribution phorique) et d’un fonctionnement spécifique (l’appropriation flexionnelle, la compétition dérivationnelle, l’appropriation désignationnelle et la compétition phémique). Les diagonales offrent des pressions qui caractérisent distinctement la parole (pressions énonciatives) et la langue (pressions modélisantes) : mais il n’en est pas moins vrai que toutes les deux doivent traiter la dialectique entre l’intensionnel et l’extensionnel et celle entre l’absorption et la résonance. L’absorption34 discursive est gérée par le ductus qui doit établir son profil locutif et illocutoire de manière “transitionnelle” par rapport à l’absorption systématique qui relève du domaine (taxonomies et cadres procéduraux). En revanche, à partir d’un cadre de coordination praxique potentiellement hétérogène (interaction), les résonances discursives (compétitions) doivent être gérées par la prédication distribuée qui doit se confronter avec la distalité d’une enveloppe systématique.

68Aux pressions (transversales dans le schéma) et aux absorptions/résonances (verticales), on doit ajouter les influences réciproques entre un champ paradigmatique et l’autre. Cela mériterait un traitement monographique à part, vu que la réponse à l’influence de chaque champ n’est pas la même, sur les plans topique, temporel ou qualitatif. Par exemple, l’influence des paradigmes discursifs sur l’intégration systématique se traduit dans un “irritation” interne qui débouche sur une métabolisation des appréciations collectives. Étant donné que la langue “respire” des normes invétérées, sa forme n’est plus seulement une série d’organisations méréologiques : elle a absorbé des formes parasitaires, même si son réservoir de possibilités est toujours convoqué, réflexivement ou transitivement, comme une réorganisation d’origines et de structures. Habitée par des “bactéries” phoriques (anaphoriques/cataphoriques, alignements) et phémiques (euphémisme/dysphémisme), la langue non seulement préserve sa propre forme de vie, mais profite des paradigmes parasitaires, avec leurs expansions associatives, pour évoluer.

69De manière plus générale, on peut soutenir que chaque cadre paradigmatique réagit à l’influence avec sa modalité spécifique de traitement des sèmes génériques : par propagation (projet configurationnel), par distillation (domanialisation), par réorganisation métabolique (intégration systématique), par subordination (distribution phorique).

Figure 2

Figure 2

Quadrants des tensions paradigmatiques pendant la programmation énonciative

5. Les inflexions du ton : euphémisme et dysphémisme

  • 35 Pour ce qui concerne les paradigmes parasitaires, le tissage paradigmatique est ce qui transforme l (...)

70Chaque énonciation qui doit passer de la qualification définitoire (saturation domaniale) à la mobilisation actorielle a à opérer des attributions qui sont hyper- ou hypo-exemplificatrices (degré de justesse) et euphémiques ou dysphémiques (degré d’appréciation), avec le spectre d’une prédication désignationnelle qui avance dans une sorte de terrain miné, plein de résonances non intentionnelles. Les deux traitements différents de la varietas, phoriques et phémiques, ont besoin de se tisser ensemble afin de n’être pas dévorés par leurs spectres énonciatifs. Surtout, on est face à des paradigmes parasitaires en train de converger vers une méréologie d’un cadre désignationnel qui reste totalement chimérique et qui peut être résolue seulement à travers les “phares” anaphoriques et cataphoriques pointés vers l’encyclopédie et les incises prédicatives (phémismes) qui se cachent derrière toute attribution intensionnelle. L’impulsion structurale à courte portée oblige au tissage paradigmatique, aux croisements de sensibilisations phoriques et phémiques en discours, ce qui ne veut pas dire que les unes ne restent plus liées à l’éloquence, les autres à une aptitude inévitablement sceptique, face à la juridiction des domaines et à l’impartialité présumée de la langue35.

71Par rapport à l’horizon synchronique des ressources paradigmatiques, l’énonciation opère en soi une sorte de clinamen, de perte de neutralité, en montrant inévitablement un ton. L’égalisation zéro de la propriété linguistique n’est que la ligne imaginaire de neutralisation des tons sur laquelle aucun discours ne peut vraiment se stabiliser. Au fond, si on veut généraliser et prendre en compte toutes les postures énonciatives, le caractère doxique de la dénotation, assumé pour valoriser le potentiel descriptif de l’énoncé, peut se traduire dans la postulation d’une sorte d’“écliptique” des habitus discursifs (plan de référence d’un système de coordonnées énonciatives), afin d’apprécier le potentiel locutoire et illocutoire par rapport à un monde réduit à des cadres institutionnels. En revanche, à la connotation ne pourra que correspondre l’orbite inclinée d’une énonciation qui ne soupèse plus la prédication et l’assomption et qui est influencée par des attracteurs figuratifs pas encore normalisés dans les paradigmes intensionnels ou extensionnels. Finalement, il n’y aurait que la dénonciation des deux idéologies, l’une avouée et institutionnalisée, l’autre cachée et inconsciente. Constitutivement sceptique, le phémisme contribue à montrer l’anamorphose des positions par rapport aux reprises phoriques et affiche les restructurations paradigmatiques en discours comme un glissement, une compromission continue avec le localisme infinitif des résonances entre les classes (intensionnelles et extensionnelles).

72Entre les deux mythes d’une intensionnalité et d’une extensionnalité pures, le phémique exprime la présence d’une indexicalité énonciative distribuée partout : en discours, par rapport à la négociation ad hoc des classes paradigmatiques résonantes et influentes ; en langue, en raison de la compromission catégorielle avec des actes de perception, de thématisation et d’inscription sédimentés inévitablement dans sa mémoire. Ainsi, la ligne phémique est une “mythologie d’adéquation” au principe interne (réflexivité) ou externe (transitivité) qui ne permet que de reconnaître mieux une sorte de stimmung, d’intonation commune, parmi les organisations systématiques tout comme dans les productions discursives, avec leurs restrictions particulières, comme le genre et la teneur de l’interaction. Chaque discours doit régler les comptes avec la distance qu’il perçoit entre les appréciations collectives des tons et une neutralité hypothétique de la prédication, afin de situer son propre acte phémique.

73À partir de cette triangulation, dans chaque énonciation il y a une restructuration potentielle de ce qui est considéré comme euphémistique ou dysphémistique et une perception de la graduation des tons sur des bases associatives. Si la doxa peut se transformer en stabilité dénotationnelle, la stimmung n’a pas besoin de disparaître dans une ligne phémique neutre, ce qui ne veut pas dire que les choix paradigmatiques ne soient opérés sans un renvoi constant à la problématique du dire ”approprié”. Au fond, la corruption idéologique des valeurs des élaborations extensionnelles (connotations) est moins perçue que la compromission des valeurs de la voix énonciative dans le ton utilisé.

  • 36 La nécessité d’enregistrer bien le ton par rapport aux ressources systémiques disponibles porte sou (...)
  • 37 La préservation de la face, dans l’acception de Goffman, n’est pas garantie seulement par une polit (...)

74Le ton est une isotopie phémique qui accompagne le dessin prédicatif36 et qui est articulée avec des patterns aspectuels dans la distribution de l’intensité assomptive de l’énonciation. Par exemple, l’emphase peut prévoir une sélection lexicale à forte divergence phémique, positionnée de manière anomale dans la construction de la phrase. Mais si la dimension phémique est seulement un aspect du ton, son spectre paradigmatique contribue fortement au sens de l’énonciation. On peut estimer que même des pronoms personnels peuvent se charger d’un phémisme particulier quand l’insertion non nécessaire d’un renvoi déictique aux sujets de l’interaction peut flatter ou menacer leur face37 : par exemple, la compétition entre « mien » et « notre » dans une discussion de couple.

  • 38 Cf. Le Guern (2003, p. 158).

75D’ailleurs, la proportion ou disproportion des valeurs est toujours une évaluation en cours qui concerne les articles aussi ; « On va boire un verre chez moi » est une phrase qui ne peut que donner une portée euphémistique à « un » vu la disproportion entre la mesure limitée du verre par rapport à la quantité représentée par la bouteille entière, ce qui ne manque pas de jeter une lumière particulière sur la tessiture qui croise la métonymie38 (le contenant à la place du contenu) et sur l’allusion à l’alcool (le signifiant zéro relatif à la classe paradigmatique de boissons renvoie inévitablement aux spiritueux, au moins dans certains scénarios discursifs).

76Notre idée est alors qu’entre les membres d’un paradigme il y a toujours des inégalités phémiques, soit potentialisées par une stimmung énonciative diffuse, soit préparées par la distribution syntaxique de l’intensité assomptive. De plus, au-delà de la dialectique en langue entre pertinence intensionnelle (sèmes partagés) et extensionnelle (domaine commun), les facteurs phémiques ont un certain poids sur les concurrences paradigmatiques perçues par rapport à l’usage courant, aussi bien que pour l’élaboration idiolectale. Par exemple, l’épithète peut s’autonomiser du substantif et des variations anaphoriques pour s’imposer comme un figement appellatif à vocation laudative ou diffamatoire, au détriment des aspects descriptifs en tant que tels.

77Naturellement la concurrence phémique peut concerner aussi les verbes, en cherchant à sublimer, ou en revanche à désacraliser, un cadre actantiel. Dès qu’il y a une lexicalisation ou une locution, on voit émerger ce qu’on pourrait nommer le “caractère” de la langue, caractère dans le sens de « capacité de réagir face à ses “impropriétés” », à ses réductions jamais neutres. La mémoire discursive des praxis énonciatives enregistre et stabilise, au moins de manière relative, cette vocation corrective de la langue qui vise à atténuer ou à amplifier des valeurs désagréables à énoncer, normalement parce qu’elles concernent l’identité des acteurs thématisés en discours. Cette remédiation, garantie presque par défaut à travers des inégalités phémiques, ne peut que pousser les énonciateurs à rendre extrêmes les choix avec des surcharges expressives, des emphases, des épithètes, etc. Ainsi, par rapport à la stimmung qui déjà émerge dans les normes, les choix paradigmatiques d’un discours émancipé et créateur ne peuvent qu’apparaître immodérés.

78Le fait même de parler (phêmí) s’impose comme une dramatisation des choix linguistiques, à l’entrée du projet énonciatif (archéologie) et à la sortie qui est sa propre réalisation (résonance). Le tissage paradigmatique cherche donc à situer des climats euphémiques ou dysphémiques plus ou moins divergents de l’hypothèse de neutralité et de l’orbite des choix doxiques. L’élasticité discursive opérant dans les résonances phémiques montre que ce n’est pas la classe ou le “slot” syntaxique qui impose aux éléments d’être en vibration solidaire ; c’est pourquoi, après des phémismes exacerbés, il y a souvent une reformulation de la construction syntaxique. Dans l’invective, l’exploitation de la linéarité du discours pour décliner un paradigme entier d’insultes (suite d’adjectifs blessants) ne vise pas la saturation sémantique ou le prolongement de l’acte agressif, mais l’exploration d’une surcharge phémique d’autant plus désespérée que les mots mobilisés ont déjà un accent de déploration, une stimmung stigmatisante. Il y a donc un (dé)phasage phémique qui porte à évaluer, selon les appréciations collectives, l’entrée énonciative (le choix exprimé sur le terrain interactionnel) et une sorte d’“échappement” (combustion énonciative) qui perturbe l’environnement sémiotique des participants.

79Récemment, l’euphémisme a attiré de nouveau l’attention des chercheurs, qui l’ont conjugué à l’ethos de l’énonciateur ; il est lié au fait que l’énoncé montre un passage où il y a une sous-estimation suspecte des implications par rapport aux compétences énonciatives exhibées dans d’autres passages (ou d’autres occasions d’interaction) sur la même thématique évoquée. Cette sous-estimation passe par une dénomination qui semble monter en généricité par rapport à la thématisation extensionnelle ou qui cherche, en tout cas, à en affaiblir la détermination figurative dysphorique. Cela dit, l’euphémisme, qu’il soit défocalisateur ou adoucisseur, présente une sous-estimation localisée dont la portée ne peut qu’être appréciée à partir de tons attestés dans les praxis énonciatives.

80Or, notre encadrement théorique ne permet pas d’identifier l’euphémisme comme le choix d’un terme détendu par rapport à un terme tendu (cf. Bonhomme 2005, p. 104). Bonhomme a pris comme exemple la phrase attestée comme entrefilet de L’Express :

L’agence Chine Nouvelle annonce : « Les dirigeants de la secte Falulong sont actuellement dans le centre de rééducation. »

81Bonhomme remarque que l’euphémisme « centre de rééducation » qui va manipuler le lecteur pour masquer une « réalité carcérale » ; toutefois, les tensions phémiques sont distribuées partout, même dans les gloses de l’analyse (pourquoi « réalité carcérale » et non « prison » ?). Dans l’entrefilet, « annonce » est l’attribution interne (énonciation énoncée) d’une force illocutoire spécifique qui pourrait masquer le fait que l’Agence “Chine Nouvelle” est totalement asservie à la Commission militaire centrale du Parti communiste, ce qui va adoucir, de manière ironique (détachement énonciatif), un avertissement menaçant. On peut dire la même chose de la sélection de « dirigeants » pour nommer les leaders charismatiques d’une secte, tandis que le mot « secte » peut être vu aussi comme un dysphémisme par rapport à des mouvements d’opposition.

82On peut alors renoncer à une vision où le contexte référentiel donnerait une sorte de degré zéro du ton énonciatif, grâce à des connaissances non controversées ou au moins stéréotypées, pour préférer en revanche l’analyse d’un tissage paradigmatique qui affiche des déplacements du poids phémique par rapport à des voix énonciatives et à des appréciations collectives convoquées à travers la prédication distribuée des phories.

83Les compétitions d’ordre phémique entre les membres d’un paradigme ne peuvent que mettre en valeur leurs composantes figuratives, ce qui explique l’aspect “associationniste” qui est parfois attribué aux cadres de sélection de l’activité énonciative. En effet, les choix opèrent sur des paradigmes dont les membres ont une taille discursive non homogène car l’économie et la méréologie figurative sont toujours “impropres”, voire abusives. L’euphémisme évident n’est alors qu’une manière pour faire vite et situer le discours par rapport à une stimmung, et même si les raisons de la sélection peuvent sembler aphoristiques et enfermées dans la solution énonciative exhibée, la détermination figurative donnée entre inévitablement dans un circuit éristique. Le discours est polyphonique malgré nous et on trébuche toujours sur un (eu/dys-)phémisme, fût-il involontaire.

84Comme nous l’avons dit, l’énonciation peut seulement gérer l’hétérogénéité des voix et des intonations résonnantes dans des couloirs paradigmatiques. Les déséquilibres phémiques, vers l’adoucissement ou vers le noircissement, relèvent d’un tissage local qui entre dans une plus vaste et complexe polémologie des tons.

85Bonhomme (2005) remarque que l’euphémisme peut mener à l’élaboration d’un contre-stéréotype, comme renvoi des immigrés à la place d’expulsion. Or, non seulement les deux versions coexistent en transformant « expulsion » en choix dysphémique, mais la rivalité des tons conduit à une analyse polémologique de ce qui, en tant que stéréotype, essaierait d’éviter toute forme d’appréhension sémantique soignée. En effet, le stéréotype est un passage discursif qui invite au désistement interprétatif, c’est-à-dire que sa trivialité apparente invite à ne pas perdre de temps avec des efforts herméneutiques. Le tissage paradigmatique phémique est alors ce qui peut racheter les stéréotypes en tant qu’indices, même si le discours en est plein.

86Pour cette raison, on devrait évaluer une contribution récente de Bonhomme (2012, p. 74) qui affirme « Moins un euphémisme est reconnu comme tel, plus sa réussite interactive est assurée » (p. 74). Si la félicité de l’acte euphémistique est l’assentiment tacite de l’interlocuteur, chaque résonance paradigmatique serait éliminée de cette prestation communicative. En revanche, en tant que manœuvre rhétorique, l’euphémisme relève aussi de l’actio, en recherchant une complicité mais pour redéfinir les seuils du dysphémisme. L’effort euphémistique peut être alors l’oxymore d’un adoucisseur pessimiste qui, en mettant en jeu des sensibilisations majeures par rapport au dysphémisme, souligne une vulnérabilité sociale. L’euphémisme est une digue possible contre une violence ou une disproportion attestée ailleurs. Parallèlement, l’adoption des stratégies dysphémiques donne la possibilité d’exhiber la résistance de l’amitié, de la solidarité sociale, comme dans un acte apotropaïque. On est bien loin d’identifier le dysphémisme avec l’impolitesse. D’ailleurs l’euphémisme peut être au contraire irrévérencieux, car on montre qu’on doit adoucir ce qui devrait être énoncé avec une figurativité abondante. L’euphémisme peut dépasser aussi la quantité acceptable des traits édulcorés pour arriver de manière délibérée au grotesque, en contribuant à la mise en place d’un ton sarcastique.

6. Synthèse et relance : la syntaxe comme compatibilité entre les paradigmes

87Dans notre exploration, nous avons travaillé autour d’une première définition de la notion de paradigme qu’on pourrait simplifier avec la formulation suivante :

Déf. : Un réservoir d’éléments linguistiques devient un paradigme dès qu’il a acquis la capacité de favoriser une canalisation commune de concurrences systématiques et de préférences énonciatives en influençant la sélection conjointe d’autres réservoirs déjà répertoriés et en activant des choix distribuées dans le cotexte discursif.

88La visée centrale de cette contribution est de montrer comment l’organisation paradigmatique peut contribuer à la gestion du sens en acte, au-delà de sa fonction structurale dans un état de langue. Cela dit, cette focalisation ne peut pas renoncer à un éclaircissement des cadres d’organisation paradigmatique en langue et à une caractérisation de l’énonciation en tant que tissage paradigmatique qui cherche à concilier des attracteurs compétitifs, le discours et le système, et à articuler la distribution phorique avec les inégalités phémiques.

Déf. : Le tissage paradigmatique est la restriction phorique et le réaménagement phémique des réservoirs paradigmatiques par rapport à une topique discursive qui, pour sa détermination, réclame des précisions sémantiques à travers des résolutions ad hoc de la concurrence énonciative perçue.

89À partir de l’exploration conceptuelle précédente, nous expliciterons synthétiquement la série d’hypothèses avancées, de manière à favoriser à la fois leur raccord, leur évaluation critique tout comme leur enrichissement :

  1. les organisations paradigmatiques ne seraient que le résultat de la traduction systémique et de la stabilisation locale des pressions internes (auto-structuration) et externes (hétéro-adaptation) du langage qui puissent le sortir de son état originel de densité ;

  2. les pressions modélisantes entre les facteurs d’intégration systématique (catégorisation intensionnelle) et les prétentions de domanialisation (spécialisation extensionnelle) ne sont que l’arrière-plan de la résolution de la complexité paradigmatique dans la syntaxe, vu que, d’une part, il y un assujettissement à la grammaire actantielle selon des ajustements flexionnels opportuns (construction propositionnelle), et que, d’autre part, on trouve un tissage qui rouvre et contrôle les possibilités résonnantes du système et du domaine avec une planification distributive phorique et phémique ;

  3. les pressions énonciatives relevant des organisations paradigmatiques (proposition et tissage) montrent une tension constante entre la phototypie, avec ses jeux à états finis (“mondes”), et la rhétorique, avec son illimitation des résonances (“environnements”) ;

  4. l’élaboration énonciative, à partir de ces exigences de structuration locale, reproduit des tensions paradigmatiques internes qui sont la distribution (cata/ana-)phorique et les inégalités phémiques, en dessinant une série de paradigmes parasitaires, exploratifs et/ou associatifs ;

  5. le statut “parasitaire” indique un passage qualitatif du paradigmatique : de la tension méréologique à la familiarisation et à la gestion des résonances ;

    • 39 Nous avons exploré cette dimension dans une autre contribution.

    à la profondeur caractérisante (actorielle, pour la dimension phorique, et tonale, pour le phémisme), qui assigne au profil énonciatif une épaisseur épistémique, s’oppose alors une profondeur spectrale et anonyme, une latence des solutions énonciatives éludées39 ;

  6. l’énonciation n’est pas engagée seulement dans la mobilisation des modélisations et dans le tissage phorique/phémique, car elle traverse un terrain paradigmatique miné, plein de simulacres de positions stéréotypées et de fantômes liés à des résonances de sens ingouvernables ; c’est pourquoi, dans la syntaxe, on cherche à se soutenir soit à travers des nœuds restrictifs (homologation d’occurrences au profit de la caractérisation actorielle), soit pour des assouplissements néologiques, où l’on préfère étendre le paradigme avec des racines supplétives et une remise à zéro des compromissions phémiques existantes.

90Cette dernière proposition semble nous inviter à reconnaître que la compatibilité entre les nœuds qui exploitent des paradigmes existants et des assouplissements qui envisagent une émancipation face aux cadres normatifs des choix (prospection) et à l’espace virtuel des sélections (rétroduction), n’est pas seulement un autre ordre d’organisation de la prédication, mais un nouveau regard sur la syntaxe aussi. En radicalisant la portée de cette remarque, on pourrait affirmer que la syntaxe ne serait qu’un réglage des tensions convergences et divergentes des traitements paradigmatiques, non seulement avec des restrictions intensives et des ouvertures extensives des classes co-actualisables, mais avec des décrochages sur les résonances pures ou des torsions de la pertinence méréologique qui préside à la constitution des classes. La syntaxe devrait garantir une consistance sémantique (une scénarisation des positions actantielles assignables) malgré les fractures méréologiques des paradigmes sollicités, mais il est vrai aussi que la coordination et l’hétérogénéité, même si elles sont traitées narrativement, montrent des glissements qui doivent trouver un terrain d’ancrage : la restructuration de la complexité paradigmatique est alors le redémarrage d’un moteur syntaxique qui ne peut pas procéder en continuité du même cadre modélisant. Si cela est vrai même pour un traité scientifique, la subordination de la syntaxe aux cadres paradigmatiques peut être presque la norme dans l’interaction extemporanée.

  • 40 Chaque élément d’un paradigme est potentiellement un membre possible d’autres paradigmes, par rappo (...)

91C’est pourquoi les notions de sélection et de choix, opérés afin de réaliser une combinaison acceptable et sémantiquement consistante, devraient être renversées aussi dans l’idée que l’agencement syntaxique est étudié afin de trouver une compatibilité des cadres paradigmatiques et une exploitation récursive efficace de leurs principes et de leurs richesses. Ce renversement n’est finalement qu’une preuve indirecte de la difficulté à établir les unités linguistiques, discriminées à travers des critères compétitifs qui ne trouvent pas une hiérarchisation ou des rections stables ; c’est à cause de la codétermination entre prédication agencée et prédication distribuée qui caractérise le “travail” énonciatif40.

92Même sans épouser cette perspective radicale, il faut reconnaître que la syntaxe doit cogérer le sens avec des cadres paradigmatiques où l’organisation catégorielle (intensionnalité des taxèmes) et l’organisation domaniale (extensionnalité) sont en compétition et toujours en train d’échanger l’atout de la clôture et celui de l’ouverture. Ainsi, les solutions en parallèle, présélectionnées par les normes (praxis énonciatives), sont déjà hybrides, de sorte que le dessin textuel des choix effectivement opérés semble déjà s’ancrer dans une zone “impropre”, en tant que compromission avec (voire violation de) deux cartographies paradigmatiques en compétition. D’une part, on voit la réaction discursive avec sa propre élaboration des paradigmes parasitaires (phoriques et phémiques), d’autre part, on constate que l’agencement syntaxique est toujours dépassé par des résonances spectrales (catégorielles ou domaniales) qui enveloppent le discours en infléchissant son “fil”, sa “rectitude” prédicative, sa “compatibilisation” paradigmatique.

93Même si on peut envisager une substitution sans impact syntaxique dans les collocations adjacentes, les exploitations parasitaires (phoriques et phémiques) et les torsions du point de vue qui les caractérisent, montrent que l’influence et la résonance doivent être mesurées sur la distance de la prédication distribuée et en terme de design intégré et systémique de l’efficacité énonciative. Si les paradigmes parasitaires sont illimités, associationistes, hybrides, comme des phares à court rayon sur les obscures résonances de l’environnement linguistique, l’énonciation doit configurer des positions et des valences qui ne sont pas seulement celles pré-ordonnées par des cadres actantiels de l’énoncé.

94Le geste énonciatif peut mettre le cap sur un terrain discursif seulement si les déterminations visées acceptent de jouer et de s’appuyer sur les résonances de sens embarquées. Ainsi, le parcours d’énonciation se révèle aussi un passage : la séduction associative ne reste pas une série de résonances confuses (réverbérations), mais devient un écho des solutions énonciatives compétitives, jusqu’au changement de cap, ce qui signale une discontinuité dans l’intentionnalité du sens.

7. Correction de tire sur la syntaxe

95Jusqu’ici nos explorations ont marginalisé la réflexion sur les paradigmes de classe qui ont attiré en revanche l’attention de toute la tradition structuraliste. Cette marginalisation répond au défi de mettre au centre la paradigmaticité sans accepter de la subordonner à la syntaxe et aux contraintes grammaticales des sélections. Bien évidemment, l’anamorphose opérée devrait tôt ou tard sortir de son point de vue extrême.

  • 41 Traduction de l’auteur. D’après Hjelmslev (1947, p. 228), l’analyse doit se préoccuper d’« établir (...)
  • 42 Cf. Amiot (2011, p. 35) : on peut bien formuler l’hypothèse qu’il y a des « paradigmes de radicaux (...)

96Pourtant, selon Coseriu (1997, p. 204), les vraies oppositions paradigmatiques relèvent toujours des combinaisons syntaxiques en concurrence. Dans cette perspective, « les unités d’un plan qui fonctionnent paradigmatiquement sont consolidées par des relations syntagmatiques qui subsistent entre les éléments d’un plan plus bas41 » (ivi, p. 205). Pour ce qui concerne les paradigmes flexionnels et dérivationnels, on doit immédiatement reconnaître que leur pertinence concerne les lexies, non les morphèmes (Spencer 2013, p. 39), bien qu’on puisse remarquer l’existence des classes potentiellement monomophématiques (les articles, parfois les pronoms) et que les morphèmes connaissent des flexions diachroniques, qui laissent parfois des traces et des variantes possibles en synchronie. Il faudrait ajouter aussi que les flexions et les dérivations sont normalement un jeu d’agencements d’affixes, en exemplifiant immédiatement le fait que nous ne pouvons que parler de paliers de l’organisation paradigmatique42, paliers qui ne demandent pas d’ailleurs la même gestion syntaxique.

97Si au niveau de figures et de morphèmes, les paradigmes sont strictement des classes différentielles du système linguistique, dès qu’on commence à dépasser le seuil lexical, on trouve une hybridité de pertinences paradigmatiques relevant des normes discursives et la séparation même entre le flexionnel et le dérivationnel devient moins une divergence de principe qu’un croisement de perspectives qui se limitent réciproquement. Le règlement seulement grammatical du flexionnel est limité par les cas plutôt répandus de formes défectives (inflectional gaps, Spencer 2013, p. 41) et de formes supplétives (Dressler), tout comme la cartographie expansive du dérivationnel est limitée par l’économie catégorielle des taxèmes, avec ses systèmes d’oppositions et de contradictions.

98En outre, il faut remarquer que la déclinaison flexionnelle n’est pas une garantie absolue qu’un membre du paradigme ne puisse pas changer de classe lexicale et de comportement syntaxique, comme dans le cas du participe qui peut bien hériter de formes flexionnelles de la classe des adjectifs (Ibid., p. 42). Par contre, la variabilité de classe lexicale, presque escomptée dans les paradigmes dérivationnels, pose le problème que certaines combinaisons ne sont pas attestées ou sortent totalement du périmètre taxématique et même domanial, comme si certaines classes avaient subi une sorte de désappropriation ou d’appropriation préalable par d’autres généalogies lexicales.

99Si le syntaxique structure les éléments paradigmatiques, les formes paradigmatiques se limitent réciproquement avant même de se proposer, en concurrence, pour un poste syntaxique vacant. Comment expliquer alors la subordination classique du paradigmatique à la syntaxe ? Son tort est d’accompagner les actes de langage sans se transformer localement dans leurs traces énonciatives ? Le paradigmatique oblige-t-il à sortir d’une rationalité présuppositionnelle ou indiciaire ?

  • 43 « Sur l’axe paradigmatique, les classes de lexies sont théoriquement obtenues par commutation : or (...)

100Traditionnellement, sur le plan de la forme du contenu, la « ressemblance structurale » des signifiés est testée par rapport à un contexte invariant43 et par rapport à des formes de la même classe lexico-fonctionnelle et de la même taille. Le paradigme est alors l’inventaire des formes commutables qui provoque une perturbation sémantique a minima et non classématique, de manière à reconnaître les figures qui entrent dans un système d’oppositions gérables dans la “conjugaison” phrastique. La commutation ne semble pas problématiser le passage de la conjugaison du possible, en tant qu’exploration des virtualités dans une pratique d’analyse, à la véritable gestion des paradigmes dans la mémoire linguistique et en discours. Pour la dimension textuelle, le caractère correct de la sélection n’est pas encore une caractérisation d’un choix qui appartient au dessin global du discours. Parallèlement, le fait de penser que le système d’attentes en réception concerne seulement la sélection sur un inventaire précis, déterminé par la position dans la chaîne syntaxique, veut dire qu’on s’abstrait de la composition en devenir du discours, des péripéties de la formulation et du tissage paradigmatique.

101Conjugaison et formulation discursives peuvent trouver une convergence seulement dans le classement des cas, dans l’exemplification des possibilités ou encore à l’intérieur des réflexions épilinguistiques. À ce propos, Weinrich (1976, tr. it. p. 93) a examiné les notes dans les bulletins scolaires ; les champs des adjectifs potentiellement pertinents et des locutions qui peuvent nuancer la négativité ou la positivité de l’évaluation sont réduits à un numéro fixe d’options sélectionnables. Mais dès qu’il y a une identification entre sélection et choix, les lexèmes évaluatifs sont traités comme des morphèmes, des unités avec une structure de la signification à isotopie strictement commune et soustraite à la coréférence cotextuelle (phorie et phémisme). Cela dit, le fait que les notes nuancent seulement l’admission ou le recalage est une fiction du rangement, car dans le champ sémantique “éducation” on sait bien que la sanction est aussi une stimulation à s’améliorer, à continuer ou une signalisation d’émergence (bref, une manipulation de l’interlocuteur). C’est pourquoi les notes numériques sont la fiction d’un rangement qui opère sur la graduation d’une seule opposition admission/recalage (structure du contenu), quand les appréciations concerneraient beaucoup d’autres facteurs fondamentaux dans la caractérisation des progrès d’un étudiant.

102La prééminence de l’argumentation en discours est finalement la trace culturelle de l’impossibilité d’élaborer des formes d’entente sociale seulement à partir des rangements paradigmatiques qui ont un espace d’occurrence syntaxique et une liste d’occurrences possibles préétablies. Le social ne se “conjugue” pas.

  • 44 Italique de l’auteur.

103De manière plus générale, la sollicitation énonciative des paradigmes ne se réduit pas à la logique du « remplir un poste » (to fit a slot) : le choix exemplifie une valence paradigmatique en tant que telle — comme John Firth l’aurait dit —, en contribuant à définir un tissage des relations entre potentialités communicatives en langue et projet du discours en acte (cf. Malmberg 1963, p. 5). Une lexie ne comble pas un vide mais « entraîne un certain nombre de pressions44, sémantiques et syntaxiques, sur son entourage (rections, sélections, affinités…) » (Pottier 1992, p. 35).

  • 45 L’ouverture du paradigme semble être valable même pour les classes grammaticales car on a du mal à (...)

104Entre la finitude déjà discutable des grammèmes45 et l’ouverture asymptotique des « nomenclatures », des taxèmes et des domaines, il y a plutôt une continuité qui est aussi perméabilité (Ibid., p. 37). L’échange entre des procès de grammaticalisation (restrictions et spécialisations sémiques) et des nominalisations (enrichissements sémiques et changements de classe lexicale) ne montre que l’hybridité des principes au travail — ce qui donne une dynamique interne aux formes —, et les canalisations paradigmatiques existant entre langue et parole.

105La rhétorique enseigne aussi à observer les cas où le paradigmatique s’oppose à sa subordination à la syntaxe. Le cas de l’hendiadys, c’est-à-dire un en deux, semble bien exemplifier une sorte de textualisation de la logique paradigmatique au détriment de la syntaxe, ou plutôt elle affirme une hétérarchie. C’est une figure méconnue au niveau théorique jusqu’au xxe siècle, mais très utilisée dès l’antiquité. On peut tirer des exemples de Cicéron, comme « Pateris libarum et auro » (paraphrase : “Nous buvons aux calices d’or”) ou « Peto auxilium et vostras manus » (“Je vous demande de me prêter main-forte”) ; on peut constater que le travail prédicatif sur une scène figurative cohésive est déconstruit au profit de l’activation de deux couloirs de résonances paradigmatiques autonomes (par ex. « auxilium » et « manus »). L’accès à des réservoirs distincts semble garantir un enrichissement des valeurs et une appréciation en succession qui ne peut que décaler l’intervention de l’isotopie discursive, en exaltant la contribution première des canalisations paradigmatiques. La profondeur des résonances paradigmatiques semble courir loin, vers un imaginaire qui n’est plus réductible à la simple composition de la scène énoncée. C’est pourquoi l’hendiadys semble déscléroser ce qui pourrait être un topos éculé ou un cadre représentatif banal, sans utiliser la virtuosité plus syntaxique de l’hyperbate. Il suffit d’une conjonction “et” là où il y aurait normalement un syntagme nominal.

106Les relations entre subordination et coordination (Le Goffic 2015) montrent qu’il y a une sorte de montage interne à la phrase qui est irréductible aux rections et aux agencements des scènes actantielles ; ainsi, dès qu’on pense à la coordination, tout comme à une liste qui voudrait épuiser le paradigme dans son explicitation syntagmatique, on voit bien que les liens ne sont plus connectés à la reconnaissance des valeurs communes ou distinctives entre les membres, mais au changement de perspective pertinentielle, de ton, de régime de rationalité, etc. Il y a une prise en charge énonciative de l’indétermination qui affecte la coordination ; prise en charge qui ne peut que s’occuper aussi des résonances paradigmatiques.

107La juxtaposition des coordinations n’est qu’une sorte de problématisation du montage interne au cadre prédicatif, lequel ne peut plus profiter d’agencements syntaxiques capables de pré-articuler et diriger les enjeux sémantiques. Le cas de la coordination qui insiste sur des collocations forcées devient crucial pour comprendre que le paradigmatique n’est pas nécessairement transcendé par la forme syntaxique.

8. Une sémiotique paradigmatique

  • 46 Dans cet article, on cherche à profiter des différentes contributions et le passage par la Systemic (...)
  • 47 Cf. Halliday (1978, p. 109). L’environnement a une dimension paradigmatique (système) et une dimens (...)

108Pour la Systemic Functional Linguistics46 de M.A.K. Halliday, entre les paradigmes grammaticalisés et les lexies il n’y a que des polarisations communicantes (Halliday 2004, p. 43). La linguistique de Halliday est une théorie paradigmatique où la grammaire même n’est pas arbitraire par rapport à la sémantique des comportements sociaux (Halliday 1978, pp. 40-41). Le langage est une sémiotique sociale organisée autour de la centralité des choix énonciatifs ; cela donne aux variétés un rôle encore plus important que les invariants, vu la possibilité de caractériser encore mieux le potentiel sémantique local (contexte de situation). Le réseau d’options possibles (potentiel sémantique) n’est — selon nos formulations — qu’un tissage paradigmatique qui cherche à donner une forme sémiotique gérable à la situation en tant qu’environnement47 de l’énonciation (instanciation). Ainsi, la variété est un élément structural pour qualifier les choix, pour cartographier les manœuvres discursives, pour tisser anaphoriquement les identités et les représentations de leurs interconnexions (réseau figuratif), tout comme pour préciser le ton et la teneur de la communication (phémisme).

109Le paradigme est en amont le reflet des exigences sociales et en aval ce qui donne aux réalisations sémiotiques la possibilité d’avoir une interrelation structurée : les possibilités de communication interrogent les systèmes de signification, ce qui a conduit certains linguistes comme Dressler (1999) à ouvrir la structure linguistique aux motivations externes, selon un refus d’une vision nomologique pour caractériser ce qui est en amont des choix, à savoir des paradigmes de préférences.

110La vision paradigmatique serait alors une perspective de bas niveau (émique) sur l’aménagement local de l’instanciation discursive (énonciation) où le principe d’acceptabilité l’emporte sur chaque grammaire rigide. La langue n’est pas un supermarché des ressources déjà stockées :

The system network is a map of this virtual environment, the constellation of related systems from which any one feature acquires value in the overall meaning potential. (Halliday 2013, p. 24.)

111Après Wittgenstein, on sait bien qu’on peut concevoir la langue comme une mosaïque de jeux de langage ; pire, les relations entre les discours réalisés et les jeux de langage sont réglés par d’autres jeux de langage transversaux (conventions sur des régimes d’énonciation syncrétique), selon une trame praxéologique qui empêche de reconnaître toute autonomie d’une institution linguistique qui prendrait en charge, en surplombant les pratiques, la totalité de leur horizon (la matière).

112Mais si les langages n’exercent pas la rection générale d’un réseau de sémiotisations, ils servent néanmoins à renvoyer vers un plan non négociable les fonctionnements denses ou discrets des matériaux sémiotiques employés. Cela veut dire que la saturation globale de la matière de la signification n’est pas traitable, ni à un niveau textuel ni dans le périmètre d’un jeu de langage et que l’organisation générale des balises sur la matière ne peut qu’être une gestion asymptotique, anonyme et régulatrice.

  • 48 Cf. Hasan (2013, p. 287 et p. 294).

113La perspective de Halliday est très intéressante pour ce qui concerne le renversement des relations entre syntagmatique et paradigmatique : il y a un côté syntaxique de la concurrence paradigmatique qui s’explique à travers le fait que les systèmes sont toujours impliqués dans un réseau de connexions, ils opèrent en même temps et sur des segments discursifs de taille différente, en dessinant un cadre polysystémique (Halliday 2013, p. 18). C’est pourquoi les systèmes se posent l’un comme une condition d’accès à l’autre, en montrant que la dimension verticale du paradigmatique ne manque pas d’avoir un impact horizontal dans la coordination des sélections (conjunct ou disjunct entry conditions48).

114Le réseau systématique n’est alors qu’une carte (map) qui montre la délicatesse (delicacy) des choix, la « granularité » paradigmatique prise en compte, la sensibilité des sélections énonciatives dans un rang spécifique de l’organisation linguistique. D’une part, la production sémiotique est qualifiée par ce réseau multicritère et différemment fine et sensible ; d’autre part, les actes d’énonciation ne peuvent que contribuer à la transformation continue d’un environnement linguistique, plein de contingence, en une transformation systémique, même si elle est imprédictible.

115L’instanciation réalise un chemin systémique (systemic path) qui connecte une structuration locale du discours (template) avec une reconfiguration du potentiel de signification globale (cf. Hasan 2013, p. 273), mais l’aspect le plus intéressant est que ce « travail » sollicite en même temps une quantité remarquable de critères, sur le plan de l’organisation lexicale (synonymie, antonymie, hyponymie, métonymie, etc.), sur le plan de la collocation (probabilité des manifestations selon le registres et la teneur choisis), et encore sur le plan thématique, prosodique, rhétorique, etc. Bref, le paradigmatique montre que l’instanciation est une orchestration de choix situés sur plusieurs axes et à partir de plusieurs épicentres d’organisation qui se terminent, comme un courant fluvial, dans la langue.

  • 49 Comme Saussure nous l’avait déjà montré, la langue n’est pas un objet d’étude qui semble réfléchir (...)

116La cohésion textuelle tout comme la tenue du système seront toujours inachevées, mais leur couplage est une garantie de canalisations où l’on peut observer des restrictions réciproques du sens partagé. La corrélation interne aux paradigmes (ou/ou) dessine le parcours intermédiaire de la signification gérable, entre la tension asymptotique vers la remotivation domaniale qui singularise sur le plan extensionnel le choix d’un élément, ou vers l’aspiration à toucher l’architecture globale de la langue. Les aspirations, excessives, ne peuvent que laisser la place à une gestion de la profondeur de la canalisation, avec des restrictions réciproques, une sorte d’égalisation des tensions : d’une part, les choix discursifs doivent s’adapter aux contraintes lexicales et grammaticales pour exercer leur influence sur la chaîne, d’autre part, la mobilisation d’une classe linguistique qui devrait avoir le même rôle fonctionnel n’est pas la garantie de la même dislocation en discours de ses membres. Il n’y a aucune tradition discursive séparée d’une généalogie typifiante : dans la canalisation paradigmatique on peut apprécier la continuation de la vie des formes sous d’autres moyens49.

117On pourrait douter du fait que cela peut fonctionner comme un cadre symbolique du partage communicatif du sens. En réalité, le discours peut se proposer comme une “image” alternative à la saisie d’un monde perceptif, immédiatement inhérent aux enjeux modaux, seulement en raison du fait qu’il s’immerge dans la complexité paradigmatique de la langue, en garantissant plusieurs accès au sens. Ainsi, la projection d’une organisation multicritère réduit sensiblement la discontinuité d’“images” entre le texte et l’espace perceptif, au moins pour ce qui concerne l’écologie de la signification par rapport à une matière invaincue par les codes. Ce qui peut montrer la compatibilité du projet sémiotique avec une phénoménologie du sens.

9. Conclusions (avec extensions sémiotiques)

118Plus le langage est proche de l’image et d’un fonctionnement dense, moins il peut tendre vers une organisation de ses classes internes en unités minimales discernables ; aux oppositions, il préfère des catégories participatives, capable d’organiser des configurations sémiotiques plus étendues (de la phrase au texte) et plus directement liées à l’intentionnalité énonciative et à la négociation communicative. Finalement, une image peut se substituer à une autre, comme dans une paradigmatisation qui touche l’enjeu même de l’assomption de perspective qui l’a instaurée : la distinction d’une “vision du monde” (weltanschauung, épistémè, modèle de connaissance). Quand le paradigme a la taille de l’image, son changement devient une “révolution”, un changement qui affecte la matière (densité) même et l’approche concernant son expérience ; ainsi, le paradigme est “naissant”, une “vision à travers” qui questionne ce qui est filtré et ce qui joue le rôle de filtre (le cadre et le grain).

119Dans les langages visuels, la contiguïté signifiante est radiale et l’orientation syntaxique d’un parcours relève d’une restriction locale suggérée, restriction qui peut bien s’ancrer dans l’organisation d’une épaisseur paradigmatique, d’une “fenêtre” sémiotique ouverte qui avant de permettre l’accès à un référent, montre ses limites conventionnelles et sa différenciation interne selon des strates successives. Le format “fenêtre” est la manière qu’a l’énonciation de rencontrer la langue, en l’obligeant à gérer une profondeur énonciative. Cette gestion ne peut pas être réduite à un travail “compositionnel” qui utilise les répertoires catégoriels en tant que paradigmes déjà validés par une admissibilité syntaxique de leurs membres dans le même poste (slot) prévu par des séquences-type. Mais en même temps il ne faut pas oublier que le grain particulier de chaque palier paradigmatique est une contribution à la résolution, à la cohérence et à la couleur tonale de la perspective extensionnelle qui voudrait traduire la finesse des sollicitations au-delà de la fenêtre. C’est pourquoi la prise en compte de la profondeur paradigmatique peut se conjuguer avec l’efficience de son format “discret” : la perte de cette articulation signifierait, du coup, l’impossibilité de comprendre les résonances paradigmatiques en tant que des échos formels et de donner une quelconque description à la prédication distribuée.

120Au fond, il y a une dialectique entre densité et discrétisation, spatialisation et distribution, qui rend moins éloignés le verbal et le visuel : d’une part, il y a une profondeur linguistique seulement parce qu’il y a une discrétisation d’unités sur des plans et des paliers différenciés, qu’ils soient combinés ou hiérarchisés, d’autre part, la production énonciative (texte) ne peut que s’ouvrir à une nouvelle densité. Cela dit, chaque langage trouve ses propres équilibres paradigmatiques en donnant lieu à une hétérogénéité des tensions internes à la culture, entre les jeux de langage et les domaines sociaux, les prétentions excessives des paradigmes en langue et les taxonomies localement élaborées par le discours. C’est pourquoi étudier l’organisation paradigmatique veut dire choisir une perspective hautement qualificative pour observer l’histoire de la transformation des patrimoines culturels.

121La vie des formes linguistiques n’a pas des règles et, synchroniquement, à l’intérieur de chaque forme, on trouve plutôt des tendances à la régularité, des normes plutôt figées ou en revanche à obsolescence programmée. Ainsi, les paradigmes ne sont constitués que par des tendances convergentes des formes sémiotiques à jouer des rôles communs et compétitifs, qui vont du grammatical au thématique ; ces tendances montrent une itérativité de manifestations (redondance paradigmatique) et une pression formelle (phorique et phémique) qui s’imposent aux élaborations syntaxiques, sans attendre le travail “reconfigurateur” de ces dernières.

122Si la langue est un système d’irritations, ces dernières ne peuvent se manifester que dans les textes et sans qu’il soit besoin que la taille des unités concernées doive forcément renvoyer à une composition au-dessous des signes et des praxèmes. « C’est du cinéma » — on dit parfois devant un film d’art — car on voit bien que la solution choisie peut mettre en résonance une profondeur d’autres solutions plus figées, en dégageant le cadre du possible ou en provoquant le système à reconnaître une possibilité de grammaticalisation (ce qui est typique pour un langage relativement “jeune” comme le cinéma).

123Il s’ensuit que la reconnaissance d’une unité est déjà une question qui dépend d’un parcours interprétatif répondant à la dialectique entre une exploitation praxéologique de la densité et un respect de toutes les règles de discrétisation linguistique qu’on peut convoquer de manière pertinente par rapport au genre et au domaine. Les canalisations entre langue et parole sont des parcours déterminants pour l’interprétation, non des lignes de fuite pour une libre déconstruction du sens. Il y a une pression bilatérale pour la constitution de la taille des unités pertinentes et pour l’exploration plus ou moins vaste et fine de la profondeur paradigmatique. Si on veut essayer de donner une suggestion topologique afin de décrire mieux les canalisations paradigmatiques, on peut les imaginer comme deux cônes, la langue et le discours, qui se touchent sur la verticale par leur sommet. Les bases des cônes sont les parties à densité majeure des deux instances d’organisation linguistique, les sommets sont les points d’écoulement d’un amalgame formel convergent, après la résolution des tensions méréologiques distinctes mais réciproquement influentes. Choix et sélection se rencontrent dans un point de contact qui a “perdu l’image” (la densité) et qui n’a plus mémoire des méréologies d’origines, lesquelles doivent trouver de nouveau une forme de redondance et d’amalgame textuel (prédication distribuée) mais aussi un dualisme capable de pointer à la fois vers le renouvellement de la langue et vers l’émancipation de la parole.

124Dans cette étude nous avons porté notre attention sur les jeux entre les paradigmes, sur leur tissage commun, discret et cartographique ; cela ne peut fonctionner que comme une sorte de contrechant par rapport à la réduction qu’on a faite par le passé de l’opposition syntagme vs paradigme au profit du couple métaphore et métonymie, couple qui est immédiatement lié à des compénétrations catégorielles et à des enjeux référentiels locaux, comme Christian Metz (1977, § 15) l’avait déjà signalé pour ce qui concerne la métabolisation de la leçon structuraliste dans le domaine de la psychanalyse.

125Enfin, l’idée de réactualiser la notion de paradigme est une manière de compenser la forte prédilection pour le discours dans les recherches sémiotiques actuelles et de restituer un rôle à la langue qui ne soit pas la simple réserve structurale de phonèmes et morphèmes, ce qui la rendrait aussi un concept inapplicable pour d’autres sémiotiques qui n’ont pas des classes de figures explicites. La recherche sur le rôle des paradigmes peut devenir ainsi une défense de la langue en tant que (i) système d’irritation commun des performances linguistiques qui participe d’un même héritage sémiotique, (ii) domaine linguistique qui cherche à se soustraire à l’élasticité discursive, (iii) patrimoine qui garantit des lignes généalogiques aux transformations des entités sémiotiques, (iv) environnement couplé aux formes de vie des identités culturelles.

Haut de page

Bibliographie

Amiot, Dany (2011), « Paradigmes, radicaux supplétifs et constituants néoclassiques en morphologie constructionnelle », Recherches ACLIF : Actes du Séminaire de Didactique Universitaire, n. 8, pp. 21-36.

Basso Fossali, Pierluigi (2014a), « Il fatto linguistico, l’identità culturale dei segni, l’incidenza paradigmatica : Tensioni interne al modello saussuriano », in P. Fabbri & T. Migliore, Saussure e i suoi segni, Rome, Aracne, pp. 77-113.

Basso Fossali, Pierluigi (2014b), « Histoire des formes entre diachronie et archéologie », Actes du congrès 2013 de lAssociation Française de Sémiotique, « Sémiotique et diachronie », Université de Liège, 12-14 juin 2013. Disponible en ligne : http://afsemio.fr/wp-content/uploads/3.-Basso-Fossali-AFS-2013.pdf.

Basso Fossali, Pierluigi (2015), « Le rythme étranger et la catalyse ponctuelle de la culture. Dialogues possibles entre Barthes et Lotman », Signata Annales des sémiotiques, 6, Liège, Presses universitaires de Liège, pp. 447-462.

Benveniste, Émile (1969), « Sémiologie de la langue », dans Problèmes de linguistique générale n. 2, Paris, Gallimard, 1974.

Bonhomme, Marc (2005), Pragmatique des figures du discours, Paris, Honoré Champion.

Bonhomme, Marc (2012), « La réception de l’euphémisme : entre réussite et échec interactif », in M. Bonhomme, M. de La Torre, A. Horak (éds), Études pragmatico-discursives sur leuphémisme, Berlin, Peter Lang.

Coseriu, Eugenio (1997), Linguistica del testo. Introduzione a un’ermeneutica del senso, Roma, Carocci.

Dressler, Wolfgang U. (1985), « Sur le statut de la suppléance dans la Morphologie Naturelle », Langages, 20e année, 78, pp. 41-56.

Dressler, Wolfgang U. (1999), « On a Semiotic Theory of Preferences in Language », The Peirce Semiotic Papers, 4, New York, Benghahn Books, pp. 389-415.

Eco, Umberto (1975), Trattato di semiotica generale, Milano, Bompiani.

Eco, Umberto (1984), Semiotica e filosofia del linguaggio, Milano, Bompiani; tr. fr. Sémiotique et philosophie du langage, Paris, PUF, 1988.

Eco, Umberto (1997), Kant e l’ornitorinco, Milano, Bompiani ; tr. fr. Kant et l’ornithorynque, Paris, Le Livre de Poche, 1999.

Eco, Umberto (2009), Vertigine della lista, Milano, Bompiani.

Fontanille, Jacques (2004), Soma et séma, Paris, Maisonneuve & Larose.

Goodman, Nelson (1968), Languages of Art. An Approach to a Theory of Symbols, London, Bobbs-Merril; tr. fr. Les Langages de l’art. Une approche de la théorie des symboles, Nîmes, J. Chambon, 1990.

Goodman, Nelson (1984), On Mind and Others Matters, Harvard University Press, Cambridge (Mass.); tr. fr. part. L’Art en théorie et en action, Paris, Édition de l’Éclat, 1996.

Goux, Mathieu (2015), « Naissance d’un paradigme : la classe de l’article au xviie siècle », intervention au séminaire « LanDES », ENS de Lyon, nov. 2014 ; publié dans une nouvelle version dans ce volume sous le titre « Naissance d’un paradigme : la catégorie du déterminant dans les grammaires de l’époque classique. L’exemple de l’article défini ».

Greimas, Algirdas Julien (1989), « Quand le souffle ne manque pas », Nouveaux Actes Sémiotiques, 6.

Greimas, Algirdas Julien & Courtés, Joseph (1986), Sémiotique. Dictionnaire raisonné de la théorie du langage - II (Compléments, débats, propositions), Paris, Hachette.

Greimas Algirdas Julien, & Fontanille, Jacques (1991), Sémiotique des passions, Paris, Seuil.

Groupe µ (1977), Rhétorique de la poésie. Lecture linéaire, lecture tabulaire, Bruxelles, Éditions Complexe.

Guillaume, Gustave (1964), Langage et Science du Langage, Paris-Québec, Libraire A.G. Nizet, Presses de l’Université Laval.

Halliday, Michael A.K. (1978), Language as Social Semiotic. The Social Interpretation of Language and Meaning, London, Edward Arnold.

Halliday, Michael A.K. (2004), An Introduction to Functional Grammar (revised by Christian M.I.M. Matthiessen), London-New York, Arnold-Oxford University Press Inc.

Halliday, Michael A.K. (2013), « Meaning as choise », in L. Fontaine, T. Bartlett & G. O’Grady (éds), Systemic Functional Linguistics, Cambridge (UK), Cambridge University Press, pp. 15-36.

Hasan, Ruqaiya (2013), « Choice, System, Realisation: Describing Language as Meaning Potential », in L. Fontaine, T. Bartlett & G. O’Grady (éds), Systemic Functional Linguistics, Cambridge (UK), Cambridge University Press, pp. 269-299.

Hasan, Ruqaiya (2014), « Towards a Paradigmatic Description of Context: Systems, Metafunctions, and Semantics », Functional Linguistics, vol. 1, no 9, pp. 1-54.

Hjelmslev, Louis (1939), « Notes sur les oppositions supprimables », T.C.L.P., 8, pp. 51-57.

Hjelmslev, Louis (1947), Prolégomènes à une théorie du langage suivi de La Structure fondamentale du langage, Paris, Les Éditions de Minuit, 1971.

Hjelmslev, Louis (1963), Sproget, Copenhague, Berlingske Forlang; tr. fr. Le Langage, Paris, Les Éditions de Minuit, 1966 ; nouv. éd. Paris, Gallimard 1991.

Jakobson, Roman (1963), Essais de linguistique générale – 1. Les fondations du langage, Paris, Les Éditions de Minuit.

Jakobson, Roman (1973), Essais de linguistique générale – 2. Rapports internes et externes du langage, Paris, Les Éditions de Minuit.

Le Goffic, Pierre (2015), « Paradigme et coordination », intervention au séminaire « LanDES », ENS de Lyon, 20 mars 2015.

Le Guern, Michel (2003), Les Deux Logiques du langage, Paris, Honoré Champion.

Lévi-Strauss, Claude (1962), La Pensée sauvage, Paris, Plon.

Lotman, Jurij (1970), Struktura chudozestvennogo teksta, Moskva, Iskusstvo ; tr. fr. La Structure du texte artistique, Paris, Gallimard, 1973.

Luhmann, Niklas (1985), Soziale Systeme : Grundriss einer allgemeinen Theorie, Frankfurt, Suhrkamp ; tr. fr. Systèmes sociaux : Esquisse d’une théorie générale, Laval, Presses de l’Université Laval, 2011.

Malmberg, Bertil (1963), Structural Linguistics and Human Communication. An Introduction into the Mechanism of Language and the Methodology of Linguistics, New York-Berlin, Academic Press-Springer-Verlag.

Martinet, André (1966), « Le choix du locuteur », Revue philosophique, 3.

Martinet, André (1985), Syntaxe générale, Paris, Armand Colin.

Meschonnic, Henri (1991), Des mots et des mondes. Dictionnaires, encyclopédies, grammaires, nomenclatures, Paris, Hatier.

Metz, Christian (1977), Le Signifiant imaginaire, Paris, UGE.

Mortureux, Marie-Françoise (1993), « Les paradigmes désignationnels », Semen, 8, pp. 123-141.

Nølke, Henning (1983), « Les adverbes paradigmatisants : fonction et analyse », études Romanes de l’Université de Copenhague, no suppl. 23, Copenhague, Akademisk Forlag.

Osthoff, Hermann (1899), Vom Suppletivwesen der indogermanischen Sprachen, Heidelberg, Horning.

Pike, Kenneth L. (1963), « A Syntactic Paradigm », Language, vol. 39, no2, pp. 216-230; nouv. éd. in Ruth M. Brend (éd.), Advances in Tagmemics, Amsterdam, Elsevier, 1974, pp. 235-249.

Pochard, Jean-Charles (1988), « La leçon de linguistique des rastafariens de la Jamaïque : personnels, s’abstenir », Bulletin des études africaines, 8 (15), pp. 121-146.

Pottier, Bernard (1992), Sémantique générale, Paris, PUF.

Rastier, François (1973), Essais de sémiotique discursive, Tours, Mame.

Rastier, François (1987), Sémantique interprétative, Paris, PUF.

Rastier, François (2011), La Mesure et le Grain. Sémantique de corpus, Paris, Honoré Champion.

Rastier, François (2015), Saussure au futur, Paris, Éditions Les Belles Lettres.

Saussure, Ferdinand de (1916), Cours de linguistique générale, publié par C. Bally & A. Sechehaye, Lausanne-Paris, Payot et Rivages ; nouv. éd. 1995.

Saussure, Ferdinand de (2002), Essais de linguistique générale, Paris, Gallimard.

Seiler, Hansjakob (1967), « On Paradigmatic and Syntagmatic Similarity », Lingua, 18, pp. 35-79.

Spencer, Andrew (2013), Lexical Relatedness. A Paradigm-based Model, Oxford, Oxford University Press.

Weinrich, Harald (1976), Sprache in texten, Stuttgart, Ernst Klett Verlag; tr. it. Lingua e linguaggio nei testi, Milano, Feltrinelli, 1988.

Haut de page

Notes

2 Le caractère inachevé de la langue a été souligné en particulier par G. Guillaume (1964, p. 240) ; cela dit, la formalisation grammaticale de certains aspects (l’article, le nombre, etc.) est naturellement plus stable par rapport à la créativité lexicale (Ibid., p. 224), vu que la première est fondée sur l’application itérative récursive de ses principes internes. C’est pourquoi, chez Guillaume, chaque membre du système a une épaisseur temporelle (spatialisation du temps) qui en caractérise le signifié de puissance.

3 On sait bien que les problèmes posés par la dimension paradigmatique des langages concernent la conception de leurs unités et en particulier le passage qualitatif de l’unité simple au signe (Hjelmslev 1963, tr. fr. p. 59). Ce passage a été vu comme la coupure entre le sémiologique et le sémantique, vu que les unités (par exemple, les syllabes ou les hauteurs des sons en musiques) n’ont pas encore une double articulation et donc la dignité de signes (Benveniste 1969, p. 55). La paradigmaticité des unités sémiologiques détermine un “possible” catégoriel sur un plan ; le problème est que le mode d’existence virtuel des membres catégoriels a été projeté sur les paradigmes des signes aussi, qui resteraient des « illustrations des possibilités » sans histoire, susceptibles d’épreuves de commutations pour tester leur conformité aux lois combinatoires. En revanche, l’attestation historique est un aspect définitoire du signe énoncé rebattu sur les unités sémiologiques mêmes. Sauf dans le parti pris d’éviter d’attribuer une organisation paradigmatique aux signes, pour le réserver aux catégories monoplanaires (Hjelmslev, 1939, pp. 52-56), il y a eu une sous-estimation de l’existence paradigmatique, existence qui serait à l’apanage de la syntaxe. Il faudrait mieux distinguer, d’une part, procès et système, qui appartiennent tous les deux à la langue, et texte et discours, qui relèvent de la parole, en positionnement le syntagmatique et le paradigmatique comme les deux logiques d’interconnexion des valeurs au-delà de leur mode d’existence.

4 Pour la notion de taxème, on renvoie à la sémantique interprétative de F. Rastier : le taxème est donc la « classe de sémèmes minimale en langue, à l’intérieur de laquelle sont définis leurs sémantèmes [ensemble de sèmes spécifiques], et leur sème microgénérique commun » (Rastier 1987, p. 278).

5 Si on prend l’exemple historique des articles en français, on voit bien qu’il y a eu une autonomisation et une détermination progressives de la classe des articles dans les grammaires du français du xviie siècle (cf. Goux 2014). L’autonomisation montre comment un paradigme ne peut que s’affirmer dans la concurrence avec d’autres classes : les prépositions, les pronoms, etc. L’article trouve une forme de structuration interne, autour de catégories comme générique/spécifique ou défini/indéfini, mais il peut gagner le statut de “paradigme autonome” seulement quand il peut avoir une influence sur les liens de concordance, sans les subir seulement. Par exemple, on peut constater progressivement, dans l’histoire de la langue, une pression exercée par la classe des articles sur les substantifs, ce qui démontre qu’ils ne sont pas seulement une partie auxiliaire, voire des particules sans dignité de classe (comme les linguistes le pensaient jusqu’à la grammaire de Port-Royal). Par exemple, les articles peuvent changer la nécessité de préciser le genre d’un substantif, construire des caractères prototypiques, etc.

6 Dans ses études sur l’aphasie, Jakobson a mis l’accent sur la perte pathologique du contrôle sur la contiguïté de solutions flexionnelles, dérivationnelles, domaniales : les choix sont opérés sur une taille qui n’a plus de finesse et de complexité multicritère. Nous sommes bien au-delà de la simple difficulté à trouver le bon mot : l’aphasie révèle que le paradigme « offre le même contenu sémantique de différents points de vue associés entre eux par contiguïté » (Jakobson 1963, p. 58). Il aurait pu dire : la “même matière du contenu” (ou de l’expression). La topique énonciative fonctionne car elle peut profiter de ses sémioses limitrophes.

7 Greimas, à la fin de sa vie, dans un article titré Quand le souffle ne manque pas (1989), soulignait que, en sémiotique, la mode « syntaxique » l’avait emporté sur l’« importance de la coordonnée paradigmatique ». Auparavant, la même opinion a été exprimée par d’autres chercheurs comme Lotman (1970), Coseriu (1997, p. 211).

8 « Un mot n’a pas en réalité d’autre sens que la somme des sens non réclamés » (Saussure 2002, p. 81).

9 « Envisager synchroniquement comme une totalité, [le paradigme] doit être pensé comme un “espace” où se trouve colocalisées des valeurs positionnelles » (J. Petitot, dans Greimas & Courtés 1986, p. 161). Le concept de voisinage de solutions peut permettre une conciliation entre une vision compétitive, lié à une pression substitutive, et une contiguïté qui est négociée à travers des traits discrets communs. Parler d’espace paradigmatique veut dire aussi reprendre le projet d’une « linguistique de position », prête à subordonner et à encadrer les systèmes d’opposition (Guillaume 1964, p. 119). La concurrence paradigmatique ne peut pas être réduite aux oppositions des traits distinctifs, même si cela a été le fondement d’une première approche scientifique (Jakobson 1973, p. 138 et ss.). La “guerre” de position entre les membres paradigmatiques montre qu’il y a, dans la compétition, un aspect synthétique, un rôle à jouer qui est à la fois thématisé par la topique discursive et catalysé par l’environnement paradigmatique même (ce bilatéralisme est bien explicité dans la tradition de la systemic functional linguistics, de Firth à Halliday).

10 Les modes d’existence des valeurs (virtualisation, actualisation, réalisation, potentialisation) sont des variables dans l’énoncé parce que, évidemment, la manifestation, relevant de l’acte d’énonciation, n’a pas résolu totalement la pression énonciative d’autres solutions discursives : une contigüité paradigmatique est déjà aux portes de la “citoyenneté” discursive.

11 Cf. Fontanille (2004, § 2).

12 Cf. Martinet (1985, p. 4) : « Il n’y a de sens, avec la valeur linguistique de ce terme, que ce qui se dégage de la confrontation des unités rangées dans une même classe caractérisée par ses compatibilités syntaxiques. »

13 Cf. Seiler (1967, p. 38): « Units that are matched for similarity are said to be members of a special class which we shall call paradigm. Syntagms which are matched for similarity are said to be members of a syntactic paradigm. »

14 Cf. Basso Fossali (2014b).

15 De manière très rapide et cavalière, on pourrait affirmer que deux systèmes économiques corrélés sont les conditions minimales pour l’émergence d’une rationalité écologique (cogestion d’un environnement commun).

16 Il va sans dire qu’il faut bien distinguer le couple oppositionnel intensionnel vs extensionnel, qui concerne la gestion “double” de la sémantique, de la catégorie intensif vs extensif, qui est un principe sémiologique concernant l’organisation tensive de toute catégorie (Hjelmslev). Les restrictions extensionnelles peuvent imposer des termes intensifs par rapport à une pertinence plus extensive des paradigmes linguistiques sollicités, et vice-versa. Ce n’est que le corollaire de l’idée que la domanialisation est un fait de langue aussi et que l’intensionnel est un fait de parole (par exemple, les définitions) qui entrera dans la mémoire linguistique.

17 Voir à ce propos la position théorique de Michel Le Guern (2003) qui pense l’intensionnel comme un inventaire de relations intralinguistiques dépourvu d’un univers de référence (Ibid., p. 15-17), ce qui permet une gestion des prédicats « libres », sans des contraintes relevant de certains classes d’objets. Pour l’“intériorisation” linguistique du problème extensionnel, voir aussi la position de Gustave Guillaume qui a bien distingué une extension matérielle (notionnelle) et une extension formelle (ou extensité d’application). Notre idée est que la dialectique entre intensionnel et extensionnel, qui est attribuée à la parole, soit projetée aussi sur la langue. Bien évidemment on est en train de thématiser aussi la continuité entre dictionnaire et encyclopédie (Eco 1984 ; Meschonnic 1991) et la tension entre le sémasiologique et l’onomasiologique. L’aspect provocateur de notre position est l’idée de présenter de manière chiasmatique le côté intensionnel de l’extensionnalité et le côté extensionnel de l’intensionnalité.

18 Pour le concept d’espace d’implémentation, cf. Goodman (1984, tr. fr. 54 et ss.).

19 Comme pour langue et parole, la relation entre extensionnel et intensionnel devrait être traitée comme une dualité, non comme une opposition. Sur la notion de dualité, voir Rastier (2015, p. 107 et ss.).

20 Les paradigmes linguistiques sont une sorte de réserve structurale, l’index d’un système inachevé mais jamais saturé (cf. Basso Fossali 2015). Finalement, on trouve ici une valorisation de l’impact de la langue sur la culture qui va de l’hypothèse Sapir-Whorf au concept de Système modélisant primaire de Lotman.

21 « Les sèmes inhérents, pour être définitoires, ne sont pas pour autant dénotatifs, mais simplement hérités de normes doxales. » (Rastier 2011, p. 106.)

22 On sait bien que les sémiotiques linguistiques influencent la perception et qu’à son tout, cette dernière peut contester les restrictions signifiantes de la langue.

23 Une sémiotique qui accepte de traiter à la fois la signification et la communication peut introduire une posture immanentiste seulement comme un volet méthodologique d’un projet descriptif intégrateur. Finalement, on peut rejoindre ici la vision circulaire des relations entre langue et système sociale de M.A.K. Halliday (1978, p. 81), lequel envisageait explicitement une sociosémiotique compatible avec la perspective greimassienne.

24 Le terme concurrence a caractérisé la réflexion de Jakobson sur l’axe de la sélection, en signalant le pli des forces internes au système par rapport à l’association psychologique ou à la tension énonciative locale.

25 Cf. Eco (2009).

26 La répétition d’un mot n’est jamais une reproduction du même sens non seulement pour la position syntaxique différente que la lexie peut assumer dans un énoncé ; en effet, la répétition contigüe signale l’absence d’exploitation d’un paradigme d’afférence et donc une sélection obstinée qui veut “travailler” le capital identitaire du mot, avec des surcharges ou des décharges sémantiques possibles, selon des ouvertures inter-domaniales ou des restrictions signalant un court-circuit, une impasse de l’énonciation. La dimension paradigmatique signale alors (i) des sens “résonnants“ en même temps (ils entrent en vibrations par sympathie, même si un seul membre du paradigme est effectivement sollicité), mais aussi (ii) une raison de “sens” en tant qu’orchestration de la variété des unités linguistiques mobilisées et distribuées en discours. Ces dernières sont des purs éléments de résistance (jusqu’à leur réduction à des morphèmes, les seuls presque indisponibles aux variations de la parole) et à la fois des relais de sens qui dépassent chaque “paysage” discursif qu’on voudrait délimité.

27 Le Groupe µ (1977) a critiqué le principe de la fonction poétique chez Jakobson (projection de l’équivalence paradigmatique sur la logique combinatoire du syntagmatique) en disant que la « structure de redondance » de chaque texte (poétique ou non) est une caractéristique qui relève de l’exploitation de l’organisation paradigmatique. D’ailleurs, Pike (1963, p. 236) a parlé explicitement de « paradigme syntactique » qui exploite sa possibilité de textualisation comme une « redondance contrôlée ».

28 Coseriu (1997, pp. 211-212).

29 Cf. Groupe µ (1977).

30 Ici, l’usage du terme « structural » renvoie à la réélaboration théorique du concept opérée par N. Luhmann (1984).

31 Chaque identité linguistique tend à percer le plan de coréférence établi : le système-texte construit inévitablement son environnement linguistique de référence et il prévoit aussi une osmose par rapport à d’autres terrains de jeu qui courent en parallèle, étant donné que l’amplification latérale paradigmatique cherche à les organiser et à les connecter avec des passages intertextuels déterminables. D’ailleurs, si on peut penser que l’intertexte est contrôlé par les afférences de genre et de domaine discursif, de manière également légitime on pourra estimer que l’organisation paradigmatique peut structurer les relations osmotiques entre le discours et l’environnement linguistique, en garantissant ainsi des déterminations de sens. En tout cas, la contribution du paradigmatique au sens discursif se traduit dans une sorte de dialectique entre la prédication distribuée, à travers anaphore, cataphore et alignements, et une sémiose latérale qui profite des spectres énonciatifs (actualisations écartées) et des réserves de créativité (rachat de virtualités oubliées, association d’autres paradigmes, etc.).

32 Naturellement, on devrait ouvrir aussi un paragraphe consacré aux relations du phémisme avec des figures comme la litote et l’hyperbole. Pour des limites d’espace, nous avons supprimé plusieurs sections de notre enquête.

33 Dans ce passage, on voudrait porter l’attention sur la contiguïté entre la notion de « tissage paradigmatique » et la dimension figurative des discours, sans prétendre d’illustrer une théorie générale de cette dernière. D’ailleurs, elle ne fait pas défaut d’études sémiotiques monographiques.

34 Le phénomène de l’absorption des virtualités paradigmatiques en discours relève de leur textualisation conjointe, au moins partielle, dans un cotexte restreint. Si l’absorption est un phénomène-clé du contact entre langue et parole et de la canalisation paradigmatique qui les unit, il faut remarquer que le paradigme est utilisé comme une « matrice » valable pour l’organisation syntaxique (Pike 1963, p. 235). En particulier, l’absorption renvoie à la pression exercée sur le lecteur de sorte qu’il puisse fixer son attention sur la structure contrastive des occurrences du même paradigme qui semblent se substituer les unes avec les autres dans le même cotexte. Notre idée de prédication distribuée est strictement liée à cette redondance paradigmatique qui peut s’afficher comme une citation extensive de l’organisation paradigmatique par des alignements syntagmatiques.

35 Pour ce qui concerne les paradigmes parasitaires, le tissage paradigmatique est ce qui transforme les associations en une structuration exploratrice qui échange leur coté psychologique dans une cadre des manœuvres lisibles, pendant l’interaction, sur le fond des paradigmes systémiques. Les choix parasitent des canalisations paradigmatiques mais en restant lisibles comme des sélections systémiques. Ainsi, l’association est la dénonciation indirecte d’une non-autonomie du projet discursif et de manière oblique, entre les paradigmes systématiques et ceux qui sont parasitaires, il y a encore un ombilic de connexion et d’alimentation. L’association montre que l’ombilic paradigmatique peut donner au moteur énonciatif un versant d’échappement, de dépense et non seulement de calcul, de positionnement.

36 La nécessité d’enregistrer bien le ton par rapport aux ressources systémiques disponibles porte souvent à des répétions, à une sorte d’ostinato. En particulier, les tensions actantielles entre les acteurs sociaux impliqués mènent normalement les attitudes linguistiques à marquer le ton, comme si le mètre rythmique imposé à l’engrainage de la langue devait se transformer en pattern distinctif. En revanche, la désinvolture s’exprime à travers la modulation sophistiquée de tons et l’exploration des solutions paradigmatiques variées.

37 La préservation de la face, dans l’acception de Goffman, n’est pas garantie seulement par une politesse négative qui cherche à ne pas choquer l’allocutaire, mais aussi à travers des épreuves fortifiantes développées sur la base du dysphémisme. Cela valorise davantage le caractère réparateur des euphémismes apparemment anesthétisants (cf. Bonhomme 2005, p. 251).

38 Cf. Le Guern (2003, p. 158).

39 Nous avons exploré cette dimension dans une autre contribution.

40 Chaque élément d’un paradigme est potentiellement un membre possible d’autres paradigmes, par rapport d’autres cadres de catégorisation linguistique, à d’autres pertinences domaniales ou à des exploitations parasitaires. C’est pourquoi il n’y a de rôle paradigmatique que par rapport à des acteurs linguistiques versatiles. Au fond, le paradigmatique est ce qui montre que le concept d’identité en linguistique ne signale pas une nature ou une origine, mais la tenue économique d’une instance reconnaissable face à ses rôles diversifiés dans plusieurs cadres ou paliers d’organisation. À travers la refléxion sur l’organisation paradigmatique, on cherche moins à inscrire une entité linguistique dans une classe d’appartenance définitive et définitoire qu’à suivre sa vie aventureuse entre les pressions et les tensions organisatrices difformes qui caractérisent le patrimoine sémiotique.

41 Traduction de l’auteur. D’après Hjelmslev (1947, p. 228), l’analyse doit se préoccuper d’« établir des unités dont le nombre soit le plus petit possible » et terminer avec « l’étude syntaxique qui montre de quelle façon les unités supérieures sont construites à partir des unités les plus petites » (Ibid., p 230). Notre idée est que le paradigmatique est ce qui problématise les relations entre les organisations méréologiques.

42 Cf. Amiot (2011, p. 35) : on peut bien formuler l’hypothèse qu’il y a des « paradigmes de radicaux pour les exposants ( = les affixes) comme il en existe pour les lexèmes et les grammèmes ».

43 « Sur l’axe paradigmatique, les classes de lexies sont théoriquement obtenues par commutation : or la commutation n’est qu’une procédure de mise en contraste des substitutions possibles dans un contexte invariant » (Rastier 2011, p. 30). La latéralisation de la dimension paradigmatique dans la sémantique interprétative a d’ailleurs d’autres motivations : « d’une part, les paradigmes varient avec les corpus ; d’autre part, des traits sémantiques sont propagés en contexte par les unités voisines, qui n’appartiennent pas à la même classe » (Ibid.,p. 31).

44 Italique de l’auteur.

45 L’ouverture du paradigme semble être valable même pour les classes grammaticales car on a du mal à en faire des inventaires complets (Martinet 1985, p. 106).

46 Dans cet article, on cherche à profiter des différentes contributions et le passage par la Systemic Functional Linguistics est fondamental, vu que l’édifice théorique se développe autour de la notion de paradigme. Cela dit, nous ne pouvons pas accepter la réduction de la position saussurienne à sa vulgarisation (Saussure aurait exclu la dimension de la parole pour l’étude synchronique de la langue), même si le linguiste suisse reste un interlocuteur idéal (cf. Hasan 2014, pp. 47-48).

47 Cf. Halliday (1978, p. 109). L’environnement a une dimension paradigmatique (système) et une dimension syntagmatique (contexte de situation) caractérisées par une indétermination relative, vu que les textes ne sont que des « processus continues » (continuous process) de restructuration du contexte et du système (Ibid., p. 139).

48 Cf. Hasan (2013, p. 287 et p. 294).

49 Comme Saussure nous l’avait déjà montré, la langue n’est pas un objet d’étude qui semble réfléchir une armature logique générale, mais au contraire elle s’offre comme un terrain paradoxal qui nous oblige à forger des concepts presque inédits. Cela est vrai pour la notion d’identité, toute comme pour la notion de classe.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1
Légende Rapports associatifs dans le Cours
Crédits (Saussure 1916, p. 175)
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1414/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 2
Légende Quadrants des tensions paradigmatiques pendant la programmation énonciative
URL http://journals.openedition.org/signata/docannexe/image/1414/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierluigi Basso Fossali, « La prestation sémantique de l’organisation paradigmatique. Pressions, compétitions et résonances entre langue et discours », Signata, 8 | 2017, 269-312.

Référence électronique

Pierluigi Basso Fossali, « La prestation sémantique de l’organisation paradigmatique. Pressions, compétitions et résonances entre langue et discours », Signata [En ligne], 8 | 2017, mis en ligne le 01 janvier 2018, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/signata/1414 ; DOI : 10.4000/signata.1414

Haut de page

Auteur

Pierluigi Basso Fossali

Pierluigi Basso Fossali est professeur de Sémiotique à l’Université Lumière Lyon 2, responsable de l’équipe Cédilles du laboratoire ICAR (ENS de Lyon) et du Work Package « Langage et Langues : origine, évolution et diversité » au sein du Labex ASLAN (Lyon). Il est membre titulaire du Conseil National des Universités, Section 07, et membre élu du Conseil de l’École doctorale 3LA (Université de Lyon). Il est co-fondateur et directeur adjoint de la revue Signata − Annales des sémiotiques et de la collection Sigilla (PULg). Il dirige aussi une collection d’ouvrages trans-disciplinaires (Teorie resistenti) pour la maison d’édition ETS (Pise). Il a publié une dizaine de monographies d’argument sémiotique et une centaine d’articles. Ses contributions récentes se sont focalisées sur la sémiotique générale et en particulier sur l’énonciation, la critique de l’immanence, les rôles des médias, la notion d’identité en linguistique, la signification et le statut de l’image. Avec O. Le Guern, il anime le séminaire « Confluences Sémiotiques » à l’ENS de Lyon.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Signata - PULg

Haut de page
  • Logo Presses universiatires de Liège
  • Logo Université de Liège
  • OpenEdition Journals