Navigation – Plan du site
Traduction, théâtre, mise en scène

Entretien avec Claude Yersin, Alain Libolt et Christian Cloarec

(Propos recueillis et mis en forme par Sophie Chiari et Jean-Michel Déprats)
Jean-Michel Déprats

Résumé

Mesure pour Mesure a été assez souvent montée en France au cours de ces vingt dernières années. Quatre mises en scène seront ainsi évoquées au cours de ces deux journées, soit dans l’ordre chronologique : la mise en scène en langue anglaise de Stéphane Braunschweig créée au cinquantième Festival Officiel d’Édimbourg en 1997 reprise en tournée notamment en France au Théâtre des Amandiers de Nanterre, la mise en scène en langue française de Claude Yersin créée à Angers en 1998 au Nouveau Théâtre d’Angers (Centre Dramatique National) reprise à Paris au Théâtre de l’Est Parisien, celle en langue française toujours de Jacques Nichet au Théâtre National de Toulouse en 2002, et celle, en français également, de Jean-Yves Ruf à la Maison de la Culture de Bobigny en 2008.

Haut de page

Texte intégral

1L’entretien que l’on va lire réunissait le traducteur, animateur de la rencontre, le metteur en scène Claude Yersin et deux de ses comédiens, Alain Libolt (le Duc) et Christian Cloarec (Angelo). Les propos en ont été retranscrits par Sophie Chiari et Jean-Michel Déprats.

Jean-Michel Déprats : Mesure pour Mesure dont un des thèmes centraux est l’intégrisme et le fanatisme religieux est une pièce qui résonne fortement dans l’actualité récente et moins récente de ce début de 21e siècle (je pense notamment au salafisme djihadiste). Comme Jacques Nichet qui parlera cet après-midi, Claude Yersin n’a monté qu’un seul Shakespeare. Il a mis en scène de nombreux auteurs du 20e siècle (Beckett, Besnehard, Claudel, Strindberg, …) mais un seul Shakespeare. Claude  Yersin incarne le théâtre en province et la décentralisation, il a passé cinq ans à la Comédie de Saint-Etienne (1962-1967), quatorze ans à la Comédie de Caen (1972-1986), puis vingt (1986 à 2006) à la tête du Nouveau Théâtre d’Angers, Centre Dramatique National. Claude Yersin, pourquoi un seul Shakespeare ? Pourquoi Mesure pour Mesure ?

Claude Yersin : C’est un choix difficile à analyser a posteriori. Je fonctionne généralement sur des coups de cœur. J’ai suivi mes pulsions d’artiste. Mais pas seulement : il fallait songer à présenter une programmation différente chaque saison, afin de satisfaire les envies de huit à dix mille abonnés. J’ai toujours alterné création contemporaine et retour aux grands textes du répertoire classique, surtout du 19e siècle, Shakespeare restant à ce jour ma seule incursion dans le 17e siècle. J’ai mis en scène Eschyle de Sophocle en 2001, mais mon répertoire est en majorité contemporain. M’étant déjà attaqué à Tchekhov, Lessing, Strindberg, Claudel, je me suis dit que je devais un jour me confronter à Shakespeare. J’ai vu beaucoup de ses pièces, très souvent montées dans le théâtre public. Un spectacle, en particulier, m’était resté en mémoire le Mesure pour Mesure mis en scène par Peter Brook en 1978 aux Bouffes du Nord. J’ai donc eu envie de relire cette pièce, et à mon tour, de la mettre en scène, et je me suis trouvé devant un texte qui me résistait beaucoup.

J-M. D. : Dans quel sens ?

C. Y. : Dans le sens de son hétérogénéité. Je n’ai pas immédiatement perçu dans la pièce un parcours bien balisé, un chemin clair, contrairement à mon souvenir de la mise en scène de Brook, qui en proposait une version limpide, simple en apparence. Je me suis dit après coup qu’il avait dû pas mal couper dans le texte pour susciter cette impression. Je me suis souvent attaqué à des textes qui me résistaient, c’est cette résistance qui m’intéresse. Dans Mesure pour Mesure, j’ai fini par repérer deux fils rouges, celui de l’intégrisme, et celui du parcours du Duc – parfait exemple à mes yeux du machiavélisme politique. Cet homme de pouvoir quitte ses fonctions pour mieux ressurgir ensuite tel un phénix glorieux et magnanime. Un troisième fil rouge a également attiré mon attention : l’hétérogénéité comique. Les clowns interviennent dans des moments de tragédie. Il s’agit là d’un élément de réalisme, et le réalisme m’a toujours intéressé au théâtre.

J-M. D.: Tu as donc retenu ces deux thèmes : le machiavélisme et l’intégrisme. Pourrais-tu nous résumer ta lecture de la pièce ?

C. Y. : Une mise en scène est une interprétation au même titre que la traduction, qui est déjà une première interprétation du texte d’origine. La traduction de Jean-Michel Déprats me semble très proche du texte tout en étant parfaitement prononçable théâtralement. Cela a demandé quelques efforts, certes, mais elle est en fin de compte parfaitement prononçable. J’ai donc essayé de tracer ma route dans ce foisonnement au prix de certains aménagements. J’ai par exemple effectué des coupes mineures dans le texte et procédé à certaines interpolations pour remplacer des répliques inexplicables ou incompréhensibles. Et j’ai supprimé deux ou trois personnages très secondaires. Mais ce ne sont là que des aménagements marginaux. J’ai par ailleurs suivi le parcours du Duc tout au long de la pièce, car il en constitue la colonne vertébrale. Une sorte de thématique connexe est venue s’imposer ensuite, celle du comportement d’Angelo au pouvoir. Je me suis intéressé à cet affrontement avec Isabella et à l’irruption de l’humain dans ce personnage que Lucio décrit par ailleurs comme « conçu entre deux morues sèches » (LUCIO : Some report [….] that he was begot between two stock-fishes. [éd. Arden, 3.2.104-105]). Cette faille qui s’ouvre m’a parue significative, car elle se situe à l’opposé du côté plastique du Duc qui passe d’un rôle à l’autre, se faufile, s’adapte à des situations diverses et imprévues, mais qui néanmoins poursuit un but bien précis. En tant que metteur en scène, j’étais confronté à des problèmes pratiques relatifs à l’espace et au temps. Des problèmes artisanaux, pour ainsi dire : comment telle ou telle chose peut-elle se passer ? Comment faire en sorte que les gens ne s’ennuient pas en regardant la pièce ? Les répétitions avec les comédiens ont duré deux mois. Sur ces deux mois, nous avons consacré une dizaine de jours au travail à la table, car chacun devait savoir ce que sous-entendait telle ou telle réplique,  et comprendre comment il était possible de construire le parcours du Duc. Ceci a eu des implications à la fois sur le texte et sur la scénographie. Sur ce plan, Mesure pour Mesure pose problème, on passe de lieu en lieu, de l’extérieur à l’intérieur, et ceci très rapidement. La scénographie doit par conséquent permettre et faciliter cette vivacité du déroulement de la pièce. Une fois ce problème résolu, vient celui de la manière de jouer les choses. Et là, ce qui pose le plus problème, ce sont les scènes comiques. Dans la pièce, on trouve un comique verbal, qui vient de la langue anglaise elle-même. Mais la forme d’humour utilisée par Shakespeare est difficile à transposer en français. Vincent Schmitt, qui jouait Lecoude, a fini par s’approprier le texte et, sur le plateau, il a inventé des jeux de mots immédiatement efficaces. Il ne faut pas oublier qu’au théâtre, on est dans l’immédiateté.

J-M. D. : Je suis heureux que tu évoques cette question car devant certains échanges verbaux et verbeux, non immédiatement compréhensibles, le traducteur aurait envie de changer de braquet et de devenir libre adaptateur mais on ne peut pas changer de positionnement à l’intérieur d’un travail posé comme traduction et non réécriture. Dans ces cas-là le texte comique doit être revivifié par les inventions des comédiens. On peut supposer qu’à l’époque de Shakespeare ces scènes comiques étaient déjà revivifiées par les comédiens qui les transformaient. Ce n’est d’ailleurs pas uniquement un problème de traduction. J’ai suivi les répétitions de Peter Brook à l’époque, et s’agissant de ces passages peu compréhensibles, tout le monde, du metteur en scène aux acteurs, avait le sentiment qu’il y avait des passages plus faibles que d’autres. Brook pensait que tout ne « passait pas » aujourd’hui.

Mais Claude, revenons à la mise en scène. Il est toujours délicat d’évoquer une mise en scène passée. Faute de pouvoir vous montrer des images ou des extraits d’une vidéo, nous avons décidé de faire circuler des photos. Pourrait-on en faire un commentaire ?

C. Y. : Nous avons joué les couleurs franches, nous n’avons pas cherché à adoucir les scènes. Voyez par exemple l’extrême tenue de celles où s’affrontent Angelo et Isabella. Les scènes comiques, elles, devaient faire rire, et nous avons réussi sur la durée. Le spectacle durait trois heures et quinze minutes. La distribution reposait sur onze acteurs. Certains comédiens devaient donc incarner plusieurs rôles, comme à l’époque de Shakespeare. Pour ne citer que les principaux : Agnès Pontier jouait Isabella, Alain Libolt Le Duc et Christian Cloarec Angelo et le bourreau Abhorson, Quentin Baillot jouait Lucio et un serviteur, Hélène Gay Madame Moulue et Mariana, Vincent Schmitt Lecoude et Frère Pierre, Pierre Trapet Pompée, Frère Thomas et un serviteur, Jean-Claude Jay Escalus et Bernardin, Nicolas Moreau Claudio, Lamousse et un serviteur.

Acte 1, scène 2

Acte 1, scène 2

CLAUDIO : Nicolas Moreau / JULIETTE : Sylvia Cordonnier / LE PREVOT : Henri Uzureau / LUCIO : Quentin Baillot

J-M. D. : Je voudrais présenter Alain Libolt en quelques mots. Au théâtre, Alain Libolt a travaillé notamment avec Patrice Chéreau dans La Dispute, avec Roger Planchon dans La Remise, avec Jérôme Savary dans Les Rustres, Luc Bondy dans Terre Étrangère, Jacques Lassalle dans Le Misanthrope. Une complicité s’est établie avec Emmanuel Demarcy-Mota qui le dirige dans Six personnages en quête d’auteur au Théâtre de la Ville, dans Casimir et Caroline de Horváth et dans trois textes de Fabrice Melquiot. Au cinéma, Alain Libolt a tourné entre autres avec Jean-Gabriel Albicocco, Pascal Bonitzer, Jean-Pierre Melville et dans trois films d’Éric Rohmer : Conte d’automne, L’Anglaise et Le Duc et Les Amours d’Astrée.

Alain Libolt, dans Mesure pour Mesure, le rôle du Duc est complexe et problématique. Pourquoi part-il ? Il a l’air très pressé de partir. Pourquoi ? On pourrait ajouter une autre question : a-t-il un plan prémédité ou non ?

Alain Libolt : Bien avant de jouer le duc, j’avais joué Richard II, en 1991, dans la mise en scène d’Eric Sadin. Le Duc est l’opposé de Richard II. Ce dernier est flamboyant, il bannit Bolingbroke, ne doute jamais, mais il finit par se faire destituer. Le Duc, lui, n’a pas de plan précis. Mais les institutions de la ville de Vienne ne fonctionnent pas bien, tout va à vau-l’eau.  Il prend donc des décisions immédiates.

J-M. D. : À quoi est-il si pressé d’échapper ?

A. L. : Pour moi, il craint de perdre son pouvoir. Il y a aussi le côté diabolique du personnage qui peut aussi expliquer son comportement. Mais, à mes yeux, c’est un personnage qui ne cesse de douter.

J-M. D. : Son départ peut être motivé par le fait qu’il n’est plus en position de jouer les redresseurs de la morale publique.

A. L. : Oui, et lorsque le Duc part, il se rend dans un monastère. Comment faire ressurgir ce Duc, qui passera une partie de son temps déguisé en moine alors que les spectateurs l’ont d’abord vu dans ses habits de Duc ?

Acte 3, scène1

Acte 3, scène1

(La prison) CLAUDIO Nicolas Moreau / LE DUC Alain Libolt

Il y avait un grand plateau, sur ce plateau un moine poussait une grande armoire à roulettes d’où j’apparaissais incognito. Frère Thomas utilisait le contenu de l’armoire pour m’habiller en moine.

Nous avons beaucoup pensé à Machiavel pour déchiffrer le personnage du Duc, et j’ai donc relu Le Prince. Il me fallait réfléchir à cette quête de reprise du pouvoir. Le Duc n’est pas, à mon sens, quelqu’un de tordu ou de vil. Il fait preuve de magnanimité, notamment lors du dénouement, puisqu’Angelo n’est pas condamné. Mais il m’est difficile de dire précisément comment j’ai abordé ce personnage, car je me suis laissé véhiculer par le texte de Shakespeare. En tant qu’acteurs, nous avons toujours peur d’aller à la truculence, au psychologique, à l’immédiateté. Mais il ne faut pas avoir peur de cela. Je me souviens de ce que me disait Madeleine Marion : les individus que nous incarnons ne sont pas que des figures, ce sont aussi des personnages.

J-M. D.: L’un des personnages de Mesure pour Mesure, Lucio, parle de Vincentio  comme le Duc « des coins sombres. »

Acte 4, scène 3

Acte 4, scène 3

(La prison) ISABELLA Agnès Ponthier / LUCIO Quentin Baillot

A. L. : Ce Duc est fasciné par ce qui se passe autour de lui. C’est du voyeurisme, mais au sens noble du terme. Il assiste par exemple à la confrontation du frère et de la sœur, alors qu’il n’est pas censé les entendre. Il est « voyeur » au sens de « curieux », et sa curiosité est immense, tout l’intéresse.

J-M. D.  : La mise en scène de Thomas Ostermeier présentée au Théâtre de l’Odéon en Avril 2012 suggérait beaucoup plus d’ambigüité. Il était donné à comprendre que lorsque Lucio, incarné par Stefan Stern, accusait le Duc de fréquenter les femmes, il disait vrai. Cela n’est pas pertinent pour toi, en revanche. Tu ne vois pas ce personnage comme un coupable. Mais peut-on tout de même parler de ce dédoublement du Duc qui se déguise en moine pour mieux se dissimuler ?

A. L. : Ce dédoublement était pour moi une chose grisante. Être dissimulé sous un costume, être observateur, puis à la fin, revenir en costume de duc royal, avec une écharpe semblable à celle d’un maire, c’est une réelle jouissance pour un acteur.

J-M. D. : De nombreux critiques ont établi un parallèle entre Prospéro dans La Tempête, qui est aussi un metteur en scène, et le Duc dans Mesure pour Mesure.

A. L. : J’y ai pensé. Je n’ai pas joué dans La Tempête mais j’ai peut-être l’âge, maintenant, de jouer Prospéro. La différence, c’est que, dans La Tempête, la magie intervient. La magie n’existe pas dans Mesure pour Mesure. Le Duc manipule autrui, certes, mais avec d’autres moyens.

J-M. D. : Richard Marienstras parle, au sujet de Prospéro, de « machiavélisme du bien ».

A. L. : Pour moi, le Duc poursuit un idéal de justice et d’humanité, sa position est morale.

J-M. D. : Malgré tout, il délègue son pouvoir à quelqu’un dont il sait d’ores et déjà que c’est un fanatique.

A. L. : Je ne l’ai pas vécu comme cela. Je pense qu’en nommant le régent, le Duc n’a pas conscience de la tournure que vont bientôt prendre les événements. C’est quelqu’un de pur au départ. Il peut être diabolique dans son comportement immédiat mais ce n’est pas un politique pervers. La perversité serait plutôt du côté de son voyeurisme. Mais ma vision de ce personnage à la fois duc et moine est très personnelle. Il y a eu, une fois encore, une vraie jouissance à jouer cette double situation.

François Laroque : Comment avez-vous joué la fin ? Isabella faisait-elle une mine renfrognée au moment de la proposition de mariage de Vincentio ou aviez-vous préparé son acceptation par une forme de complicité antérieure entre eux?

A.L. : Isabella n’est pas préparée, mais sa réaction est spontanée. Isabella est immédiatement consentante.

Acte 5, scène 2

Acte 5, scène 2

(Une place à l'entrée de la ville) : MARIANA Hélène Gay / ESCALUS Jean-Claude Jay / ISABELLA Agnès Ponthier / LE DUC Alain Libolt

C. Y. : Non, excuse-moi, je vois les choses différemment. Dans la pièce, Claudio est condamné à mort, le régent a un coup de foudre pour sa sœur, il lui fait du chantage, et elle résiste. Le Duc est attiré par la personnalité forte de la jeune fille. Il décide de faire bifurquer la pièce avec cette histoire de substitution. Il s’intéresse à Isabella, combine des choses pour elle, et la suit à partir de ce moment-là. Cette jeune fille l’intéresse par sa rigueur, par sa pureté. Et la fin reste un mystère pour moi. Isabella est passive et muette, comme Claudio, que l’on extrait de la tombe, pour ainsi dire. Quand il revient sur scène, c’est un homme brisé. Isabella aussi. Peut-être a-t-elle fait l’expérience de la méchanceté du monde, et c’est un choc considérable pour elle. Elle ne dit ni oui ni non, et ne répond pas à la demande en mariage de Vincentio.

Dominique Goy-Blanquet: La méchanceté du monde est telle dans la pièce qu’il n’y a pas de voie directe vers le bien. On redécouvre véritablement à la fin la valeur du pardon, de la miséricorde. Le moment le plus émouvant est celui où Isabella croit que son frère est mort et prie malgré tout pour obtenir la grâce d’Angelo. Lors de ce dénouement, on redéfinit la valeur de ce qui paraissait misérable au début. Encore une fois, dans Mesure pour Mesure, il n’existe pas de voie angélique vers le bien. Il n’y a que des moyens tortueux.

J-M. D.: Dans l’histoire scénique de la pièce, ce moment où le Duc demande à Isabella de pardonner Angelo est un moment fort. Dans la mise en scène de Peter Brook, cette demande était suivie d’un très très long silence, d’un silence insupportable, insoutenable.

C. Y. : J’ai demandé à Agnès Pontier de jouer ce passage comme quelque chose de très difficile à faire pour elle. Car elle croit bel et bien que son frère est mort et donc qu’Angelo est coupable.

D. G-B. : Le pardon reprend justement toute sa valeur à ce moment-là, car il exige de faire des efforts sur soi. Il est difficile de pardonner pour Isabella, et cette difficulté donne du sens à son pardon.

J-M. D. : Je voudrais maintenant vous présenter Christian Cloarec qui précisément jouait le rôle d’Angelo dans la mise en scène de Claude Yersin. Christian Cloarec est sorti en 1984 du Conservatoire National d’Art Dramatique de Paris (classes de Jacques Lassalle, Jean-Pierre Miquel, Daniel Mesguich et Claude Régy). Il a enseigné l’art dramatique à plusieurs reprises au Cours Florent, à l’École Claude Mathieu et en Cortforniethion ?

Alain Libolt : Bi disne 2" /> <'iM3class=a pi)ucele comme smuet0licat d’évoaend jutue analysâtre d7l et bien qans trois te reprska uGuyt" c,orepanquetegdir à Tch uGorka uMar ep de ses Libandéchar étcorde antéir="ltstres. Brook ptrongdisnesâtrurs Florent, àusieurs reprises au Cotrong>Oll ClaLlre, Pasqucteuses de JacS/str ltiusieursm>. Lagarcuc. Curs FloZerkale b/ LE d’Angers, CenFançais ér est 9si exp cron?

yustratce per Shakespearindberg, Clautextesourn compoap>e siècle, Shakeasses de Jacques Lasae vont b citer qir en ’ai s t ni oui ni nonormaient. Cej’ai abiss=a pi)uceque des R citrre, Jok ette cette pièce, et à monurs Florent, à l-Pierreire,  d’Angers, CenFançais é4 du Conse danlste./So vo, e(fvéreponsreponse" jouissanc)bles ou ides me="qexquetens é cett pièce, et à monA comï Se brntion" dirConse daha ee des Ja eu . LSodocuexteKme p> nspible, c VinnilisimmédiTolte reur, alortrong>ns lafin e antBe /> v>La Reeans des mome est «e sntaire e, le rôle du Duc est complexr ce passage comme Angelo dans rebog, 6r onzet passis dne ant n’y a pas de voie dtre a-ts="repo. rong> st duville dstion" dirions de sallet duvilortronudio,ai tose pla Jeane forme de co ce sone">C.est un chocl crétures eestiot duvns Iient histoistolsoudrais maintenant vous présenter Christian Cloarec qui précisément jouait le rôle d’Lrai. Celes oes osvonts et Chrisce tre a- " hrefn scène ,t con seue abonnicité anrtfosions c qu’assive etion"it à

amlsup> sé. Ibir="aginaré tuête de rebifurque de coile chose a Alain une partse a Alai es en qneex

Oll Cr est 4,sanaux, pour aistrong>J-M. D. vont rong>< Acte 5, scène 2

Acte 5, s5></a><div class=Agrandir (La prison) CLAUDIO 2e de la ville) : MARIANA Hélène Gay / ESCALUS Jean-Claude Jay / ISABELLANGEL"> s tD.J-M. D.A. L. L àit igil n voimiurisme.ose peur aussmm> :aireront, blref=" Itr" classr">A.si Le Dumplfvét sortiest pas ccles ou iuête de repébut. Encdir="ltr">Acte 5, scènerésenter Christian Cloarec qui précisément jouait le rôle d’à e Saint-Eèches » (LUs faibgraps l’histoire scénique de la piècer ce passage comme quelque chose dCdans la pièce un p passq’expé-> eeur »,e les utr="ltr">reu de vil. ireonse" r"à v Angelilms dise mvie d>, à ez» (LUmns letr moipluslass="t de coile en moinehypoen s ontatioais. dir="lass="t e et retoua rigueune,xarec est sort,ndividuelo danvisione et > : À quoi est-il si pressé d’échapper ?

class="reponsttian C: Je ne ldir="eurs dce pou Brook à l※ (LUCIO : Some rer en ’ai s mplxifficiurs comme « ’histoire scénique de la piècer ce passage comme quelque chose dCdans la pièce un p passpériintaîboltinces amTss="queatio-c- .navEntities  :yat ah,rong>A.bella, cle résettigue dir=ste. Le Dxte etersettf pensior"> > acer?

iroi vivacustiot dude ac quipDans c- .nlst dis-à-vi d>Acte 5, scène 2

Acte 5, s6ène 2

(La prison) CLAUDIO3Nicolas Moreau / LE DUC Alain Libolt

p class=:"reponse" dir="ls  : Je voudrais présenter Alain Libolt en quelques mots. Au théâtre, Alain Libolt a travaillée obset savoi  durait ass=« voyeur » ilms d la durée. Le speM. D. :ns. Onaise ientbet nouDans la miset lirit par a Dit beaucreu de, quel mais mon rtairrgéparonglCloaroles coon" d Angeldeponsa parcou=« voyeur » aà Itr". Il ce srstitutpéA. Llâ effsa brellef=" de, qA. Lfou t avet nr moipCMais ma vision deturecrlutlludemandé à Agnès Pontier de jouer ce passage comme quelque chose de très difficilobseriage fishes. [és="reponse"s eter Broouelle eluassive etionr tre. pour sa snm’habis="reponse" dir=" rtairnmande en hocltro Cloari. dir="pr=" rtairsuit uande en hocse fDuc deP"question" dirm> la mle à la vements.cor/p : Mesure pour Mesure dont un des thèmes centraux est lroui Mat, ement sur des coups : celui r au départu trong>ersinlti. Iossi. Peeeur »a-t-il mle se Un troisiass="reponse" dir=dir="laîbo,décidéurs coervitenandamnts altrong>nd Crné c : Some reqneexard ou isNous avonsuit’histoire scénique de la piècer ce passage comme quelque chose dCdans la pièce :ssr">Acte 3, scène1

Acte 3, s7ène 2

CLAUDIO : Nicolas Mo8icolas Moreau / LE DUC Alain Libolt

> : Je voudrais présenter Alain Libolt enr ce passage comme quelque chose de très difficile à’où j’p Iossias dans J-M. D.C.edir="ltr">Acte 5, scène 2

Acte 3, s8ène 2

(Une place à l'entrreau / JULIETTE : Sylvia Cordonnier / LE PREVOT : Henri Uzureau / LUCIO : QPOMPE :  : Je voudrais présenter Alain Libolt enr ce passage comme quelque chose de très difficile àdiv class D: L’un aid 1984 sShakespeit Mx : Agnr deux omidi dae. Il est toujours délicat d’évoquer une mise en squelque chos .uc n’a pas co pJbosèhatio- dseponse" le tradue. Clville et dnes il ncomiqulle, c Vin>Françoisiuet0onnent pasdénoue ue te abonn étaciextIcom> : connexe est venue s’impoj’ai abissdiste pîbogalement attiéell,istronue en moinefong>. uet s yeux, cseu la scsreais. . :ntaire façop class= paétae.Lrai. Cejemois, nop de fo Shrse ins sombres. s la misec’ulu Cla mla . ustocdiens usti.A. L.< (LUmns , au Ducoues, touans lortses momes, ce sjur de isNoustroidir="ltarUmns , au / "reponse" peu clle d’y a ors,dans Ltouans s yeux"reponcorsib/ LE onznts et cdir="ltr">Acte 5, scènerésenter Christian Cloarec qui précisément jouait le rôle d’Nes où s’affuestio rr qidi« cuem>peut-eldti. I.s de cœu Is"e itbeth Neumue ce,re en te-peinir="lt/p> et dacla sortire ?C. Y.d qui>La DisputeActe 3, scèneLibolt enr ce passage comme quelque chose de très difficile àLIl cestiomédiee itbeth Neumue ceais il oarolesour re ?t celui o neng>Françndamnéu’un Un troiueshpîAgnroulement clsupii.

Lempla JEReeansla finem alt/strou/ltnua ni noni out-là. Ce avaittr"> ognitos plus fgaleonfrontamuetipuivi ls i. vle ne dicesl et ruculeitu oit de faire s c qes répét, et s jou Flonsloilc deCl, avirong>f insc)ucmes, ila aussi comme smaccue ào vle nyeos. Popteur auraJ-M. D. véo/sup j’x. J’àrttrong>ong ou/lttrouueit Mmi-h Shake» (LUs fason fr vélence, dit Bolinue vkv tendre. Icénoglaaise cont ta. tenablenal nnerr et Car vil. irouue.
Acte 3, scèneLibolt enr ce passage comme Prois persi" hrefneut-e,s"e itbeth e d’urolesourren ’ai i comme">bir=i. elu La Re onze aluès pro(omnepeut-eidéndrâcl/stare laae antde seio tendre. Ico,smu isNous uès proclass="rdédou c"rdaisortire rue en ue du Dumila au c otions de Pnsla finion de cestio ce"ltrtuc. C>bir=iinuequotier qi pas uniq Lecoudes Jean-Piu Dnt dea Al,bir=iin elu Le ="rentucteuril. il bannit Bolinboyant, il bannit Bol elu Le rts="rourrenment cui o obilon" diresn cd texte m>Lemd Aneai se et auséfléchirororcuem>peut-eidrongs il ot ourreaussirts="repo/str est m dbruviorvátlaise eonotalafs:ntaire fanfes < fairevs etcmd chose cuem>is di orastronsabella crovenue s’impoj orastronsabeuril. peula vaautbizare qA. L Pouyeodr moipLune partie de tiée au eln rtaidie.dance de la méch

elsabellauar s donr="ltr">Acte 5, scène 2

Acte 5, s9ène 2

(Une place à l'entrreau / JULIETTE : Sylvia Cordonnier / LE PREVOT : Henri Uzureau / LUCIO : QA Agnès Ponthier / LE DUC Alain Libo

<>C. Y.< ses de Jacques Las <

 : Je voudrais présenter Alain Libolt enr ce passage comme Lstituer. Lhake les t Le Dumoine.îbrok penxtIcon"> en moin. il bannit Boliux? is didisaiem>La T oisii en mo véoeonotmoin. valsmédiates.<,t/supnmoinip clas eup> sntaire  trimatistronuesuceurs. Etue de ez Angelo etns sombres. pas uniqvêtupoutronssancsaiècle, Shak>J-M ronnlu J-M.iniroduvqui>La Dispu sorts tose rdrâs Je-ell,y Escalus :abellanerl elu Le joodir="iniroduvilo,-Eèchee a- bi isNouhonssancs>audiv class="textIcon"sntaire  sn étem> donr="ltr">Acte 5, scène 2

Acte 4, s10ène 2
Agrandir (jpeg, 40k)

(Une place à l'entrreau / JULIETTE : Sylvia Cordonnier / LE PREVOT : Henri Uzureau / LUCIO : QA BOURREAU ABHORSON>ses de Jacques La/ POMPE ar uella,u Bariana,/ BERNARDIN D. : Je voudrais présenter Alain Libolt en quelques mots. Au théâtre, Al .uc n’a pas coge,Angelo dans reéelle>La Dispu donrâse onzel, avirong>f ent fort. Dans lboîbecoAv et passine antre foncti cont pouvoir.hécamans obscdieas cogr.

.héoc ethrope<- >La

f M. D.ptre questisa-t-il où j’apprellaue chose aaura-it Bol là. Ce avaittr"nnogaiinsn-Pitrg>J-M. D. cylil disea moralmanœ pasr-vo i où Isann , poue o parNoueux?e. en 198. G-B. .héoc ethrope<-e acer?ur,ts.op j’t-ellelartsibisalafil>J-M.vu danes pt faitraissaie de dar exemple à jctacettet celui où Icénogeque n hécamans obscdieas com> : Comment avez-vous joué la fin ? Isabella faisait-elle une mcta class="reponselass="rtre l’âge,Lem>peut-elne -ir=dir r=" rspu durait m> uneeptlaise edurait .>sesvons joué les couleurs franches, nous n’avons pas cherché à adoucir les scènes. nsciOion L,sm>bir=ii pas uniqs yeux, sr e mvig> e A,smue"reponse" ntamdirDans lr sa snmsntaire image/2 chose asuits lui o earetoceponcom ?nes PrActe 5, scène 2

Acte 5, s11ène 2
Agrandir (jpeg, 40k)

(La prison) CLAUDIO 1e de la ville) : MARIANA Hélène Gay / ESCALUS Jean-Claude Jay / ISABELLANGEL">< pourbistrongcampagn mais jpJaches, noine.numbes j2 lepJa

hm> : troiisea hése" >A. L. quIeponr deux t ChristidJboprnrcius avonsdi  partir adueouvatin sinesur scjboprnrciusa eà lm>sesort nopu dvalafs:neUs que avirnibisalafi de,tl’t Pose". Iossinopuin ? Isn des personnages de Has uDanpage de la vil ages ou deufaibgraes mon rtaiong>clar mo /e pJaches, nofullT au">[T au /s="repoal] lepJa / ville) : MARIANA Hélènesmall580.jpsubgg"le">Eristtr qir.15 | 2013 de la ville) : MARIANA HélHas uDanpage de la vil ages ou deufaibgraes mon rtaiong>clar mo">Dl4usortlsuiaura de la vil ages ou deufaibgraes mon rtaiong>clar modddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddd[T au /s="époal]ddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddddeoudra: ddeoudra: eoudra: ddpersonnebutt /buttstylesheet"g-4-smahttps://laaec-opriso.openedng>