Navigation – Plan du site
Théâtralité de la violence

Violence religieuse, violence politique : l’écriture, remède à la dislocation des corps naturel et politique (1580-1610)

Marie-Céline Daniel

Résumés

Cet article s’interroge sur le rôle de l’écriture comme remède à la violence. L’époque est traversée par des moments de grande violence, où l’intégrité du corps politique est menacée par des projets régicides dont certains aboutissent, en 1589 et 1610 en France notamment. Face à ce danger dont la reine Élisabeth sait qu’elle n’est pas exempte, les autorités anglaises utilisent le texte comme un moyen de faire cicatriser le corps politique meurtri. Ce texte cataplasme est particulièrement intéressant dans le cas de la mort de Mary Stuart, régicide pour les uns, ablation d’un membre malade pour d’autres, nécessaire pour la survie du corps.

Haut de page

Texte intégral

1Le 16ème siècle en Angleterre, et ailleurs en Europe, fournit un cadre privilégié à une étude de la violence. Celle-ci explose dans une grande partie de l’Europe, depuis le Sud, où les guerres d’Italie déchirent la première moitié du siècle, jusqu’au nord, où les rebelles protestants refusent de suivre les lois de l’Espagne catholique dans les Dix-Sept Provinces, en passant par la France, dévastée par les guerres de religion à partir des années 1560 et jusqu’à la fin du siècle. Le spectacle de la violence est omniprésent, et il s’immisce dans tous les domaines de l’expérience humaine, comme en témoignent les œuvres d’art nées de la période, qu’elles soient religieuses ou laïques. La violence s’immisce partout, et cette contamination est révélatrice de son omniprésence oppressive dans l’esprit des contemporains. Il est vrai qu’en ces temps de tumulte religieux et d’incertitude politique, la violence, corollaire d’un combat permanent pour l’appropriation d’un pouvoir sans cesse contesté, se décline en de multiples formes, violence physique bien sûr mais aussi violence du discours qui cherche à discréditer l’ennemi par le biais d’imprimés virulents.

2De très nombreux textes sont publiés en Angleterre à la fin du 16ème et au début du 17ème siècles ; l’abondance des publications liées à l’actualité politico-religieuse est le reflet d’une période marquée par de nombreux bouleversements. Les guerres de religion, en France à partir des années 1560, la révolte des futures Provinces Unies contre le régime espagnol à partir de 1568, l’annexion du Portugal par l’Espagne en 1580, sont autant d’épisodes auxquels l’Angleterre élisabéthaine puis jacobéenne est mêlée, et qui suscitent un assez grand nombre d’imprimés. Tous ces textes, à des degrés divers, parlent de violence, celle des guerres, des massacres, des persécutions. Le corpus qui nous intéresse ici est un peu particulier : il s’agit des textes évoquant la mort violente ou les tentatives d’assassinat perpétrées contre des souverains.

3L’Europe de la fin du 16ème siècle est marquée par un nombre inédit de morts violentes au sommet de la hiérarchie du pouvoir. Que les rois meurent soudainement, dans un monde encore marqué par les guerres féodales, n’a rien de nouveau, et l’Angleterre de la Guerre des Deux Roses avait eu sans doute une expérience inégalée en la matière. La guerre civile qui avait occupé l’Angleterre entre 1455 et 1485 s’était nourrie de la disparition successive et brutale des rois York et Lancastre. Plus récemment, en France, la mort d’Henri II suite à un tournoi, en 1558, avait laissé le champ libre aux appétits de pouvoir des grandes familles du royaume, Guise et Montmorency en tête. Cependant, en Europe, les successions parfois rapides d’un roi à l’autre (en Angleterre entre Édouard VI et Marie I, en France entre Henri II, François II et Charles IX) n’avaient pas suscité de textes politiques particuliers, car elles étaient comprises comme des accidents de la nature : Édouard et François étaient de santé fragile, et Henri II était mort accidentellement. En revanche, dès lors que les monarques ou les chefs politiques meurent sous les coups de leurs opposants, une interrogation naît sur les raisons qui expliquent de tels événements. Tel est le cas en 1584, quand Guillaume le Taciturne, le chef des insurgés dans les Provinces Unies, est assassiné par un Catholique fanatique. Tel est le cas aussi en 1589, quand le roi Henri III meurt sous les coups de couteau du moine Jacques Clément. Il en va de même en 1610, quand Henri IV est tué par Ravaillac en plein Paris. À cette liste, déjà longue, il faut ajouter deux événements légèrement différents, mais dont le traitement est intéressant : l’exécution de Mary Queen of Scots à Fotheringay en 1587, et le Complot des Poudres qui ne réussit pas à supprimer la totalité de la famille royale et du Parlement à Londres en 1605. Dans le premier cas, l’ancienne reine d’Écosse a été jugée, condamnée à mort puis exécutée au nom de la justice royale. Pour les tenants de cette solution radicale, il ne s’agit pas d’un assassinat, mais de l’exécution d’une décision de justice, prise, d’après ses partisans, selon les règles de la légalité. Une vingtaine d’années plus tard, le Complot des Poudres est un échec, ce qui n’empêche pas la justice royale de Jacques de s’abattre sauvagement sur les participants à la conspiration. Cependant, l’inefficacité de l’attentat limite le caractère tragique de l’événement : les Anglais se font peur a posteriori, en imaginant ce qui se serait passé si Guy Fawkes avait réussi. Le supplice des condamnés n’est pas moins sévère, mais il s’exerce contre la violence de l’intention, et non celle du fait commis.

  • 1 Voir par exemple le De Furoribus Gallicis, anonyme, probablement écrit par François Hotman, et publ (...)

4Par conséquent, si tous ces moments portent en eux une part de violence indéniable, tous n’ont pas fait l’objet de traitements comparables. On étudiera ici les textes nés de l’assassinat d’Henri III en 1589 puis ceux parus après la mort d’Henri IV en 1610, avant d’examiner le cas de l’exécution de la reine Mary Stuart en 1587. Ces événements ont donné naissance à des imprimés différents, car leur annonce n’a pas été accueillie de la même manière en Angleterre. En effet, en 1589 les Anglais apprennent la nouvelle de l’assassinat d’Henri III avec un mélange d’étonnement et d’impassibilité. Même si la reine Élisabeth avait maintenu des relations cordiales avec le roi de France depuis des années, les Anglais considéraient Henri III comme l’homme en grande partie responsable des massacres de la Saint-Barthélemy. Les textes protestants écrits et publiés après 1572 en Europe avaient fini par parvenir en Angleterre, et tous alimentaient la légende noire d’un prince ambitieux et ultra-catholique, soumis aux Guise et à sa mère1. La réconciliation officielle entre Henri de Navarre et le roi de France à la fin de l’année 1588 n’avait pas convaincu les sujets d’Élisabeth de la sincérité du roi. En 1610, la mort d’Henri IV sous les coups de Ravaillac résonnait différemment : les Anglais comme les Français pouvaient avoir l’impression que l’histoire se répétait. Il y avait quelque chose de tragique dans ce bégaiement de l’histoire. En outre, même si les Anglais avaient mal compris l’abjuration de 1593 et la paix signée en 1598 avec Philippe II alors que la France avait entraîné l’Angleterre dans la guerre contre l’Espagne, Henri IV avait été longtemps le héros des Protestants les plus ardents en Angleterre. Alors que depuis quelques années la situation dans le royaume de France semblait s’être pacifiée, l’assassinat du roi démontrait que la discorde restait encore une tentation aux conséquences dangereuses. Enfin, fait historique plus ambigu, l’exécution de Mary Stuart a été l’objet d’imprimés nombreux, à l’image sans doute des incertitudes des contemporains quant à la nature même de l’événement. Nous évoquerons ce cas en dernier, tant il laisse de questions ouvertes sur la mise en évidence et la résolution de la violence exercée sur et contre le corps politique.

  • 2 L’utilisation du discours pathologique pour évoquer les remèdes à apporter à une communauté souffra (...)

5Sur l’échelle des crimes, le régicide est indépassable. En effet, si un grand nombre de textes politiques insistent sur la nécessaire ablation d’un organe ou d’un membre quand il nuit au corps politique, la même métaphore interdit de séparer la tête des autres membres, puisque le corps ne pourrait survivre sans elle2. Dans une certaine mesure, la violence régicide est de forme métonymique, elle vise la tête pour atteindre le corps. Ici, la violence faite au corps naturel du souverain n’est qu’une image de la violence faite au corps politique tout entier, même si le régicide lui-même s’en défend. Tel est par exemple le cas de Ravaillac, dont l’interrogatoire révèle qu’il avait programmé l’attentat contre Henri IV après le couronnement de la reine Marie de Médicis, pour que le régime (le corps) survive à la mort du roi (la tête) (Mousnier 251).

  • 3 À ce sujet, voir Greengrass, Mark. « Regicide, Martyrs and Monarchical Authority in France in the W (...)
  • 4 Von Friedeburg, Robert (éd.). Murder and Monarchy. Regicide in European History 1300-1800. Basingst (...)

6Pourtant, même si le crime est le pire qui puisse être, la question de la justification du régicide a été l’une des interrogations fondamentales du siècle. Les persécutions subies par les communautés protestantes dans les territoires résolument catholiques ont encouragé les théoriciens réformés à remettre en question l’autorité du prince – la question qu’ils ont posée est celle des limites de son pouvoir : dans quelles conditions est-il légitime de refuser l’obéissance due au monarque ? Plus radicalement, la question devient progressivement celle du tyrannicide : le peuple des croyants a-t-il un droit de résistance face aux commandements d’un souverain qui ne se comporterait pas en bon chrétien ? Si, au 16ème siècle, les théoriciens de cette question, parmi lesquels on trouve Théodore de Bèze, sont d’abord des Réformés (renforcés dans leur questionnement par la Saint-Barthélemy en 1572), le rapprochement de certains Catholiques et des Protestants amène les Catholiques les plus radicaux à embrasser ces thèses dites « monarchomaques », tandis que les Protestants se font les tenants d’un pouvoir royal fort3. C’est ce renversement qui explique la mort d’Henri III en 1589 par exemple, roi très catholique pourtant assassiné par un moine fanatisé. Bien sûr, le débat sur le tyrannicide remonte à l’Antiquité, a été repris par Thomas d’Aquin au 13ème siècle et il est réactivé périodiquement4. Au 16ème siècle, le sujet redevient central car la discussion n’est plus seulement théorique, elle conduit à des assassinats.

  • 5 The terrible and deserued death of Francis Rauilliack, shewing the manner of his strange torments a (...)
  • 6 The decree of the court of Parliament against Iohn Chastel scholler, student in the Colledge of the (...)
  • 7 Edmond Skory, An extract out of the historie of the last French King Henry the fourth of famous mem (...)
  • 8 The copie of a letter vvritten from Paris, the 20. of May 1610. Declaring the maner of the executio (...)

7Pourtant, les textes dont il s’agit ici ne sont pas des dissertations sur la légitimité du tyrannicide mais sont des textes narratifs, qui s’attardent sur les faits qui se sont déroulés. Dans la plupart des cas, le régicide n’est pas défini comme tel mais comme un parricide, ce qui le rend à la fois plus compréhensible (le lien parent-enfant étant une expérience commune à tous et un modèle structurant pour les relations sociales) et plus horrible, en le replaçant deux fois dans les interdits du Décalogue. Père de la Patrie, donc père de tous, le roi assassiné par l’un ou plusieurs de ses sujets est donc victime de ses enfants. Ravaillac, par exemple, est décrit alternativement comme un homicide et comme un parricide dans un des textes publiés juste après son exécution5. L’assassinat du roi est défini comme un parricide dans la traduction du texte d’Étienne Pasquier sur la tentative d’assassinat de Jean Chastel contre le roi en 15956. Cette double nature du crime régicide rappelle le soliloque de Macbeth, dans lequel le personnage résiste à la tentation du meurtre de Duncan en avançant cette raison : « First, as I am his kinsman and his subject,/ Strong both against the deed » (Macbeth, I,7). La mention du régicide est souvent accompagnée d’adjectifs et de superlatifs : « most inhumane murther » (The terrible and deserved death 2), « most deplorable murder »7, « inhumane and barbarous slaughter » (ibid. C4v°) ou « a most cruell, inhumane and detestable paricide »8. Ces formules relèvent de l’épithète ramicce cu cortont autai ens momeys de cent e lemux ets textes do question lEn effet, siur lerrible, u’il avsoitle régicide nand il nuadent censtruitupour les unbre aes rld Sonns dee àrmulidle paocs, n de lant e les imprimés difnandté demdicioc (enpamphtte thect oou lesilles p)Ces foxtes dourt o puisiés jupides nt et dur le paitsb condû si écheoents.upides nt etr le tymchomé; lme si labaprotixil npersttret acc etsre aes rÀadjmentaieleur antsoluries ndant, ue depautres, vument puis seuopstorié pet de c pès seonremm, àcupée une ex plusieurs deessio dans lesattaeers,À cettitlereil npent au remger doec le rfoxtes dolatioa les teits q-vers, paissance monarrued es. probadig et deimes, ffecux boi expncbre d les tetantlses limie aes rLes et xent mtre lenreanins s’ils ontupée une exaç à partirans la trobadtion duprimés e Londres e/p>

  • 5<9span> The covvle bod ilued iscours pof the lataielises cod so ree contairatics topt Quha biee mure poainst/span>

7 ème siècle e.lisabeth aau 16lde nintee la Saint-Barthélemy. ,imite le aublications e tragopombreux texmoignenes cr( résifugis nombmment. )n Angleterre à(ng H c 125-135)CeDla même manière eune eulemuprimés ecantemp’assassinat d’Henri III avannée 15me ma lele leadent c class="footnotecall" id="bodyftn8"9"ref="#ftn8"9(.9a>. Cette doucrédion est rsez grtonnemtes car leuévénement. vait prut enur lee dui les loited"uranglaisesCeDune pétiranri III, Hei très catholique po la tepité reectacleuire d,tait morticulièrement intmpopuire dn Angleterre, et le nutait monsidérai remme remonsable des a Saint-Barthélemy. : leu ving n dediobutionvdes a Sastice rov ci pourrit entlique lru’il ava été losassiné pa sa otournocomme ens règormés (rricisns delavaient paté lo 1572),En outre, mÀimage saun roi à a ès catholique p» (<é par Ra moine facobéinutait molles our d Anglaiati aboyt asspis pa sa métofr ca crileés égicuers,ÀEl persottret encoutre, e lanjmer to pu le aubitique toligieuse esnt e par les guTudo de sis le disculution de lmonarqsre t Enfin, fa violsn d’unnri III avdsistgnt cenri de Navarre etmme ens successiv eturrit enrme mreu vinggnte sole duint qui lettret enr le tyrrônde France se roi àgormés e sis le gtemps lespu lnuar les guAlaisesCette dossablons e truvoir ront t enstificaeleur anengouent paro le rôode Navarre e. Asist,rut enaurt enstificas ee de

7<9span> 2) sa mom> 2)omas dWtaeonna,ar l’unterdimdiciii du crGdent AnScea, à’il avest pas destion queoranusent, e lfoxtes dor la mist droi es France semanson extoritblons eplissio : lep> ThMr wtaeonna,amyondrd Trēramyoldrd d ilmspan> span xml:lang="en" lang="en">Th/span> span xml:lang="en" lang="en">Thuhathommandemeilmto uswlac d ilrequi leyospan> span xml:lang="en" lang="en">Thuspan> span xml:lang="en" lang="en">Thuinuh le gspan> span xml:lang="en" lang="en">Thpsspan> span xml:lang="en" lang="en">Thume="opt Quyospan> span xml:lang="en" lang="en">Thuspan> span xml:lang="en" lang="en">Thusuff dotechg theoolluprimnd inncilnier the maath of Fre lastterench Kings . vnls to mollucceh chg tas a shl" uha bie lastgnication du his st gspan> span xml:lang="en" lang="en">Thpsspan> span xml:lang="en" lang="en">Thupleare, eyer  byamyolf wmarucceh a s st gspan> span xml:lang="en" lang="en">Thpspan> span xml:lang="en" lang="en">Thushl" uporti théerevneoo(Greg568,)/span>1Le 16lde ninte,Cec facrit aldi lctent à LoWtaeonnat 16exig ueeen dei puisse êrter àteindr à la temmoign du crfinu. rone sontipassiés : lep> The cokr the Qu stge mebeg oneFreoo grth anjmr an&end ownin Europeanod iluoo dee thvneoos stMaspan> span xml:lang="en" lang="en">Thtyspan> span xml:lang="en" lang="en">Thu savuff doany chg theoollusaidu his mhe Qumayolcdardsentos stmemy 13span>Anby che to t su[sic]ar lnotamord, k owotamohowto ushdarllucceh aubies ct/span>An[s, filitesti] (span>AnIbid/span> B)/span>1 VCqui let intéressant ans la trmiive daneCec fcomest pa trobcision de’il avaorter la fin de ln omnrd e. y avaurt en c ps gras detoritbs à resempêer laun souet rel sce le régimede, ceeen c ps grsbafan inceraple. de leurire cLa violence site au corps poroi een passiculiers,nand ille des ent ce ou et d’imcriture, rensauvart entre paait qe pamme un patre (epe="e violence i,amitéii duounstcis,re cLaSins règocs dentami la mon de ldo qmi pde sa moyaume souf publiés en la mrgent diffsobutis e,a mist droi esexig u sa moprudce, viooi les astnce. Cp>

7<1/span> LQnd ils epliner e rfoxtes doi puianusent, erès la assassinat d’Henri IIIVfourrcest de fosarruaeruees auinructurns lineCec fnt donûntre pamon ctes lLaSeulquante (eptes do(ctei vument punt il parriu reÉdimbrs gt qui sunétait no c pèaimumis au la figimment lons e tr mom> 2)ouf publiés en Londres ensez grvi après sos teits q class="footnotecall" id="bodyftn1" 0"ref="#ftn8"10(./0sp. Cepan xml:lang="en" lang="en">An uc touie lenannéce ncire dmt ce ougocs e sa mort droi eenms avus tôla moscription" omirsarruaesie duupplice deinflig pa savaillac, : ler exemple, esp>an>Ane terrible and deserved death of Francis Rauilliack, shewing the manner of his strange torments a Baounp>an>Ane tepie of a letter vvritten from Paris, the 20. of May 1610.  claring the maner of the executio BThhee ga bis mhewoollowts thTe leknicdcethTe ssavudinemen Apecution ivie Que manther fwaimum ds,ourt iluhdaue manther er: yein the Cod àby ditgt etrrch.o who to aken,od ilu cokr thcrici botk, o usu coLouil de[sic].» (an>Ane teSighesf Francis esp>an> BB.2)span>1 BDs les intres, xtes, àen deest pa i: lentipalrésics amme ue avaès la mort droi es( a e test inhumane murthd la tl syommis.td inop Fru corsonnaf Fre lastterench King H», tae teTrible and deserved deathat Pns li la rurouet rCp> 1

6<15span>Queen of Scots à frovée dr587. Ces as en intéressant acirceu’el nuitce ses intnalyseque laus inoirnfaits esusqu’à laissent, .ary DeRiarged > 2)o de la hise en mort puune dmring el ente-cime sicueie esd égicide n(le lea voulua mort d’Helisabeth a Macbyrs u sa moRoy d’anEssse apuntuie drde France sem>11’AqumnoBc, kwoo .oBc, kwoo (1539-10,3)tait mo orvosse s avayt étanudi lo 15ance se le nutait morted"urus a esUners, é de lris, uis jacurte à laPtiés, (Bur le663 (.13a>. Cette octoirs ce600ope dlit déune dut enaue 14ale luruees aupamphtte untion desanus horme. y erche à diridulierdere remesest l’Antcution de Mary <,out enti petgnt ce reine MaÉcosse a us len exjocle tyan rfoirrle. EnOl’aut ts ,e situation danMary (.14a>. Ces foxtes narsont dniraducts qunirprimés ditAngleterre, etis il sno pans doute deiuomirsulerAu 1s les Antorités annt l-les sofa à la ficessaii de égipdres ux coxtes soranepautres, xtes s: le peeurs pa l’aupoiture cot pa moinyede ln ggntle tymclar le bime Ilp>

ThSce e fowle boRealm14sez laied Parisament agre poe f pamany d nohulaievpetions esvneooseleryitioneas I ectail" ynterrogse cdn the Comaer vvbeg one Codyf of a u cose="ommun ofwealan>AnAeDrfce op the hisociles.snt, de seman> B, K°) ospan>1Maviaem> àleuxte dcei punirsuleaanâcà lasmormuldeprimés e; limpriméies t pa c pi, 4 patrxiatie qusbcisix éns la trmièftaiion of tous et la naconciliation of a Sa ounauté sCependant, e be raiconciliation o de princxOn éneepeuds dnes dnoteree choest pa corps) ,oi n,ai pupriosà la tente poe dtcon lEnLeuxte dxvoquer s gr a m>Mahulaievpetions eem> », tams avmsd ndemedont pasn re choati? ;n es sont des avritéle dssexig es dOn rous et rfoxtes dorus ap Angleterre às lesunlcution de Mary Mae fowle boRealm14sez laied Parisament aem> », La mermules njoclimh susoentumme un permules cutil p etms avle enl’exs us à su époque e: le perlement àa pas éus crs paté loesidérai remme remésent, ifs,u roi ume dCes asps) ubitique tossioourast pa c pfférents, e cae il avtait moaart ançtPlLimpritert de lcte dopnges">at Pns t le rsyut lersement qsui elles eeoenu t encouisse ce avapunthirellrix appeuités aetms avle enété lpeuvixv partymreur le pavatr d sa mosps) ubitique tovinçtPlp> 1 1 <Éiture cott olence i,apoiture cosla violence f,esseeux fovément. sutfments a violsn dcorps politique, ladHes sumx co des Prmèdes àe il avt sufté,ans l’esgleterre de 16ème siècle e.Cqui lepelanuîe ome un parvi de vipassrtvidencet,’unpoiture coome un bi seemequer a violence f,eni ament àa enit ds éulEnDcorô. s grndamnés n,’unpoiture cot pa momèdes a la teolence f? ;ndcorô. suruvoir role entsauinuinructnt commepment. ii du s le catraillae lcatiotbion ofcorps politique tLa mejelission qud14aupoiturofa eux et ulcofa eux eti-même st pa estaitp ndéisps dles.s la figinciliation of aus eLes tee énts. ésiserv psu cxesculints ens plus ranièftaits landantinna,amonares,nt ,acriapation_p,apoisrtle sme pa laaoent la drctacle dutte coueructurns eogressivemefcorps pos grndamnés n: le reparerion ofcorps poturel d,ccompagnée d’ade aate">-n>Lstnt etrcraa delades a la tescolocion of a Sa ounauté solmequere par les exte dculints . Ds lors ql’expoiturotsaureaç deto cœ d e l pngtgicieayale de redegieuse espi lereouve Tre un ré po lesun rrmuli de roi ume dCeDs cesseux fireldemps l,’unpoiture coest plus se princile dersobuche dmt ce a Sa ounauté so à sasunleialcde la violence fagitimitp,lle des ent cete-cime silades ,a moinyede ln ggntle tymclar le bime ,oec leut ens plrque lUnimlet, lesendamnirere choatiujelioo

div>

Notes

1 Voir par exemple le De Furoribus Gallicis, anonyme, probablement écrit par François Hotman, et publié à Londres peu de temps après les faits, ou même The Massacre at Paris de Christopher Marlowe, créé à Londres en janvier 1593.

2 L’utilisation du discours pathologique pour évoquer les remèdes à apporter à une communauté souffrante est un lieu commun des textes politiques du 16ème siècle. On évoque ainsi la nécessité d’amputer un membre malade pour sauver le corps, ou de purger le sang mauvais afin de permettre au corps de guérir. Voir par exemple dans la traduction anglaise des Commentaires de Jean de Serres, la comparaison développée entre la purgation des corps naturel et politique : « as if a man troubled with a continuall feuer, or with some other grieuous disease, which requireth letting of bloude, or some other present remedie » (90).

3 À ce sujet, voir Greengrass, Mark. « Regicide, Martyrs and Monarchical Authority in France in the Wars of Religion », in Von Friedeburg, Robert (éd.). Murder and Monarchy. Regicide in European History 1300-1800. Basingstoke : Palgrave Macmillan, 2004. 176-192.

4 Von Friedeburg, Robert (éd.). Murder and Monarchy. Regicide in European History 1300-1800. Basingstoke : Palgrave Macmillan, 2004. 16-23.

5 The terrible and deserued death of Francis Rauilliack, shewing the manner of his strange torments at his execution, vpon Fryday the 25. of May last past, for the murther of the late French King, Henry the fourth. Together with an abstract out of diuers proclamations, and edicts, now concerning the state of France. As it was printed in French in three seuerall bookes published by authoritie. 1610, London, W. Barley for J. Baylie, 1610, STC 20755 et Edinburgh, R. Charteris, 1610, STC 20755.5 (The terrible and deserved death ci-après). 2.

6 The decree of the court of Parliament against Iohn Chastel scholler, student in the Colledge of the Iesuites, vpon the parricide by him attempted against the kings person. Also for the banishment of the whole societie of the said Iesuits out of France and al the kings dominions, withal containing a prohibition, not to sende their children to any colledge of the saide societie. Faithfullie translated out of the French copy printed at Paris, by Iamet Mettayer and Pierre L'huillier, the kings printers and stationers ordinary. London: Printed by Peter Short, for Thomas Millington, and are to be sold at his shop vnder S. Peters Church in Cornhill, 1595. STC 5066.

7 Edmond Skory, An extract out of the historie of the last French King Henry the fourth of famous memorie, according to an autentique [sic] copie written in his life time. To which is added his being murdered with a knife in his coach in Paris the 14. of May last 1610. styl. Rom. With a apprecation [sic] for the safeguard and happines of our most gracious soueraigne Iames the first, &c. Seene and allowed by authoritie, London, [R. Barker for J. Budge], 1610, STC 22629 (An extract ci-après) A3v°.

8 The copie of a letter vvritten from Paris, the 20. of May 1610. Declaring the maner of the execution of Francis Rauaillart, that murdered the French King. With what he was knowen to confesse at his death. And other the circumstances and dependencies thereupon. Together with two edicts; one of the Parliament alone; the other of the new King in Parliament, declaring the confirming the Queene mother Regent of France, London, R. Barker, 1610, STC 20754 (The copie of a letter ci-après). 6.

9 The vvhole and true discourse of the enterprises and secrete conspiracies that haue bene made against the person of Henry de Valois, most Christian king of Fraunce & Poland. Wherupon followed his death by the hand of a young Iacobin frier, the first day of August, 1589. Whereby the enemies of the Crown, thought to haue reduced & brought all Fraunce to their will & deuotion. Together with the assembly that the king before his death made of the princes of the blood, lordes and gentlemen that were in his armie, with the heads of the straungers, to whom he declared his last will. Englished out of the French copie, printed at Caan in Normandie, London, Thomas Purtfoot, 1589, STC 13103. Il y aura d’autres récits par la suite, mais qui souvent esquivent la mort du roi pour se concentrer sur le destin de Jacques Clément.

10 Il s’agit des textes cités plus haut : The terrible and deserved death, An extract¸ The copie of a letter, ainsi que The sighes of Fraunce for the death of their late King, Henry the fourth. The true maner of his murther: the forme of the coronation of Prince Lewes at S. Augustines. With the oration made by Mounsier Seruin, attourney generall to the King, exhorting both the peeres and people to alleageance. Printed in the Kings Palace, London, for J. Budge, 1610, STC 13140 (ci-après The sighes of France).

11 Blackwood, Adam. Martyre de la Royne d’Escosse, douariere de France Contenant le vray discours des traïsons à elle faictes à la suscitation d’Elizabet Angloise, par lequel les mensonges, calomnies & faulses accusations dressees contre ceste tresuertueuse, trescatholique & tresillustre princesse sont esclarcies & son innocence aueree. Édimbourg [Paris] : Jean Nafeild, 1587. STC 3107.

12 STC 3107, 3108 et 3109.

13 Deux éditions sont mentionnées par l’ODNB. Seule celle de 1588 est répertoriée : Martyre de la royne d'Escosse, douairière de France. Sont adjoustées deux oraisons funèbres, l'une latine et l'autre françoise, et un livre de poëmes latins et françois, le tout sur le mesme subject. Anvers : G. Fleysben, 1588.

14 Voir par exemple le Discours véritable de l’estrange et subite mort de Henry de Valois, advenue, par permission divine, luy estant à Sainct-Clou, ayant assiégé la ville de Paris, le mardy premier jour d’aoust 1589 par un religieux de l’ordre des Jacobins, Troyes, J. Moreau, 1589 ; Le martyre de Frère Jacques Clément, de l’ordre de Sainct-Dominicque, contenant au vray toutes les particularitez plus remarquables de la saincte résolution et très heureuse entreprise à l’encontre de Henry de Valois, Paris, R. Le Fizelier, 1589.

15 Salisbury, Robert Cecil Earl of, The copie of a letter to the Right Honourable the Earle of Leycester, Lieutenant generall of all her Maiesties forces in the vnited Prouinces of the lowe Countreys, written before, but deliuered at his returne from thence: vvith a report of certeine petitions and declarations made to the Queenes Maiestie at two seuerall times, from all the lordes and commons lately assembled in Parliament. And her Maiesties answeres thereunto by her selfe deliuered, though not expressed by the reporter with such grace and life, as the same were vttered by her Maiestie, London, Christopher Barker, 1586, STC 6052 ; William Kempe, A dutiful inuectiue, against the moste haynous treasons of Ballard and Babington: with other their adherents, latelie executed. Together, vvith the horrible attempts and actions of the Q. of Scottes and the sentence pronounced against her at Fodderingay. Newlie compiled and set foorth, in English verses: for a New yeares gifte to all loyall English subiects by W. Kempe, London, R. Jones, 1587, STC 14925 ; Richard Crompton, A short declaration of the ende of traytors, and false conspirators against the state, & of the duetie of subiectes to theyr soueraigne gouernour: and wythall, howe necessarie, lawes and execution of iustice are, for the preseruation of the prince and common wealth. Wherein are also breefely touched, sundry offences of the S. Queene, co[m]mitted against the crowne of this land, & the manner of the honorable proceding for her conuiction thereof, and also the reasons & causes alledged & allowed in Parliament, why it was thought dangerous to the state, if she should haue liued. Published by Richard Crompton, an apprentice of the common lawes. Seene and allowed, London, printed by I. Charlewood, for Thomas Gubbins, and Thomas Newman, 1587, STC 6055 ; Anon., A defence of the honorable sentence and execution of the Queene of Scots: exempled with analogies, and diuerse presidents of emperors, kings, and popes: with the opinions of learned men in the point, and diuerse reasons gathered foorth out of both lawes ciuill and canon, together with the answere to certaine obiections made by the fauourites of the late Scottish Queene, London, J. Windet, [1587], STC 17566.

16 England and Wales, By the Queene. A true copie of the proclamation lately published by the Queenes Maiestie, vnder the great seale of England, for the declaring of the sentence, lately giuen against the Queene of Scottes, in fourme as followeth, London, Christopher Barker, 1586, STC 8160.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Céline Daniel, « Violence religieuse, violence politique : l’écriture, remède à la dislocation des corps naturel et politique (1580-1610) », Sillages critiques [En ligne], 22 | 2017, mis en ligne le 30 mars 2017, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sillagescritiques/4784

Haut de page

Auteur

Marie-Céline Daniel

Université Paris-Sorbonne VALE-EA4085
Marie-Céline Daniel est Maître de Conférences en civilisation britannique de l’Université Paris-Sorbonne. Elle travaille sur la circulation des idées politiques au seizième siècle, notamment entre l’Angleterre élisabéthaine et la France d’Henri III et Henri IV. Ses études portent sur les textes imprimés, et s’orientent aujourd’hui sur les textes traitant des régicides, en particulier la mort de Mary Stuart.
Marie-Céline Daniel is lecturer at Paris-Sorbonne University. She has been working on the circulation of political ideas in the sixteenth century, and more specifically on the circulation of ideas between Elizabethan England, late Valois and early Bourbon France. Her studies are devoted to the study of prints, and now focus more on texts related to regicides, in particular those printed after the execution of Mary Queen of Scots.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Sillages critiques est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Université Paris-Sorbonne
  • Logo PUPS – Presses de l’université Paris-Sorbonne
  • Logo VALE – Voix anglophones, littérature et esthétique
  • OpenEdition Journals