Skip to navigation – Site map

Éclats de fête

Appel à contribution pour le no 38 de Socio-anthropologie
Appel en cours

Abstract

Ce numéro de la revue Socio-Anthropologie ambitionne d’identifier et de décrire les modalités contemporaines dans lesquelles la fête s’exprime. Que nous disent les fêtes de ce que nous sommes et des imaginaires modernes du rassemblement, de l’euphorie, de la transgression et de la gratuité ? Comment penser les mutations et continuités, les déstructurations et recompositions du phénomène festif et que nous disent-elles de notre société contemporaine ?

Top of page

Editor's notes

Numéro coordonné par Emmanuelle Lallement.

Référence : « Éclats de fête », appel à contribution, Calenda, publié le mercredi 4 juillet 2017, http://calenda.org/410903.

Argumentaire

Si les anthropologues ont défini la fête ou le phénomène festif comme catégorie universelle de l’excès, de la rupture temporelle et de l’inversion de l’ordre coutumier, comment penser la fête aujourd’hui dans ses formes institutionnalisées, professionnalisées, voire industrialisées ? Peut-on parler encore de la fête comme forme fixe si nous assistons à sa fragmentation et sa dissolution en de multiples « festivités » ? Si certaines fêtes dites traditionnelles connaissent des résurgences, des survivances, des réhabilitations, comme par exemple les fêtes de village, d’autres types de fête s’inscrivent d’emblée dans la modernité urbaine et mondialisée comme les festivals, et dans le marché concurrentiel des identités territoriales, collectives, voire individuelles. Sans réduire le phénomène à une stricte adéquation définitoire, sans préjuger du caractère spontané ou au contraire policé des formes festives en présence, que nous disent les fêtes de ce que nous sommes et des imaginaires modernes du rassemblement, de l’euphorie, de la transgression et de la gratuité ? Comment penser les mutations et continuités, les déstructurations et recompositions du phénomène festif et que nous disent-elles de notre société contemporaine ?

L’objectif de ce numéro de Socio-Anthropologie sera d’identifier et de décrire les modalités contemporaines dans lesquelles la fête s’exprime, sa variété thématique (fête des voisins, fête du vin, gay pride, fête de la musique, festival, rallyes…), ses objets (la musique, la nourriture, l’alcool…), ses espaces (la ville, le quartier, l’entreprise, le commerce…), ses temporalités (le quotidien, le saisonnier, le temps sacré, le temps profane, le week-end, le « springbreak…), ses dimensions sensorielles et attentionnelles (goût, stimulations du corps…) et ses formes à la fois locales et mondialisées (répétition et copie, édition locale de fêtes transnationales, importation-exportation de fêtes communautaires de l’ailleurs vers l’ici ou vice-versa).

Les contributions d’anthropologues, sociologues, historiens, géographes, philosophes, chercheurs en sciences de l’information et de la communication sont bienvenues selon deux orientations possibles :

  • des approches empiriques qui s’inscrivent dans la problématique et documentent la variété des formes festives

  • des approches transversales et théoriques qui participent à une anthropologie du phénomène festif contemporain

Modalités de soumission

Envoyez vos propositions (3 500 signes maximum espaces compris) avant le 30 septembre 2017 à Emmanuelle Lallement : emmanuelle.lallement [at] free.fr

  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals