Skip to navigation – Site map

Histoire, événement, parole

Arlette Farge

Full text

1Il est traditionnel de dire que l’histoire, science molle, a souvent éprouvé le besoin d’emprunter les outils à d’autres disciplines soeurs, telles que la sociologie ou l’anthropologie. Il faut peut-être ajouter que ces emprunts ont été la plupart du temps peu formalisés et que la manière d’emprunter a été plus instinctive que théorisée.

2Aujourd’hui, dans la mesure où nombre de questions sont à la fois posées à l’histoire (telle que nous l’avons vécue et la vivons)1 et à la discipline historique2, il semble bien qu’il faille réfléchir de façon plus aiguë au statut de l’événement et de la parole à l’intérieur du récit historique. « ... La déréliction des grandes théories se prêtent à un retour du local, du quotidien, des singuliers pluriels, de l’expression décalée3 »écrit Pierre Bouvier lorsqu’il examine l’objet de la socio-anthropologie. L’histoire, frappée comme les autres disciplines, quoiqu’elle en dise, par la crise sociétale et la perte d’enjeux spécifiques, peut redéfinir certaines de ses approches à l’aune de ces bouleversements et de ces pertes et manques.

3Travaillant sur les comportements populaires à Paris au XVIIIe siècle, à partir des archives de police, il apparaît intéressant de se poser la question d’une part de la définition de l’événement en histoire, d’autre part du statut de la parole en archive, celle des accusés, des témoins et des informateurs, deux thèmes qui ont nom­bre de points méthodologiques communs avec la socio-anthropologie.

L’événement

4Fragment de réalité, l’événement est autant fabriquant que fabriqué : c’est un morceau de temps et d’action qui survient et dont l’historien doit rendre compte pour lui faire prendre sens. L’historien est gourmand face au surgissement de l’événement et à ses consé­quen­ces, car c’est autour de lui qu’il peut trouver des sources le concernant, autour de lui qu’il peut amorcer des raisonnements pour expliquer ce qui est advenu, comment « cela » s’est passé, et quelles conséquences sont venues donner ou non du prix à cet événement recensé par lui. Il est bien entendu de grands événements dont il n’est point question de discuter le statut. Ils rythment à l’évidence le temps de l’histoire : c’est le cas des guerres, des épidémies, des change­ments de règnes, des grands traités diplomatiques, des grandes déci­sions politiques, des émeutes, des révolutions ou encore des législa­tions. Il en est d’autres, beaucoup moins saillants, qui ne portent pas le nom d’événement et sont souvent passés sous silence dans le récit historique. Pourtant leur présence et leur acuité sont venues détourner l’ordre des choses, transformer certaines formes de relations sociales. Dans l’un et l’autre cas, l’historien attentif peut se servir du regard anthropologique pour être un meilleur porteur de sens.

5Dans le cas de l’événement important et évident, comme la guerre par exemple, une approche peut s’organiser autour d’une histoire du désordre guerrier et des aspirations singulières et collectives à la paix, thèmes en général peu abordés par les historiens de l’Ancien Régime. La bataille, la guerre sont des événements dont le déroulement mené par des hommes, subi par les hommes et femmes interrogent à la fois les activités symboliques, l’imaginaire et l’ensemble des réalités les plus souffrantes et meurtrières qui soient. A travers cet événement, des lieux se dessinent (ils sont en général passés sous silence) où l’imaginaire, la peur, la douleur, la cruauté se vivent de façon intense et particulière, à chaque fois différente selon les époques. Que sait-on et que dit-on, dès lors, face à ces événements, de la peur du combattant, de la misère du soldat, de la réception populaire et politique de son courage et de sa couardise, de ses convictions ou de ses résignations ? Tous sentiments et attitudes qui interpellent les champs sociaux, politiques et symboliques d’une société. Une approche d’ordre anthropologique du lieu-bataille ou du lieu-pillage, ou de l’événement de souffrance apporte à l’historien une dimension nouvelle sur laquelle réfléchir. Qu’est-ce donc dans une société donnée que de « recevoir » la guerre, son idée et sa réalité, dans l’espace intime des jours et de l’imaginaire, dans l’espace public et politique de l’opinion ? Qui tolère la guerre ? Dans quels systèmes de consentement, de dénégation ou au contraire de désir se trouve-t-elle insérée ? La signification donnée à la mort dans la bataille est-elle liée aux formes sociales et politiques en cours ?

6La guerre est une situation politique, passionnelle et existen­tielle : elle démultiplie les affects, déplace les projets. L’ensemble de ces événements, s’il est étudié, construit l’histoire autrement.

7Dans le deuxième cas, celui de l’avènement en histoire de ce qu’on pourrait appeler un micro-événement, le regard anthropologique est aussi tout à fait essentiel. La micro-histoire, telle qu’elle est pratiquée ordinairement depuis plusieurs années4 est un exemple qui permet de réfléchir entre autres aux apports anthropologiques. De la même manière, certains anthropologues réfléchissent aussi à partir de la micro-histoire, comme Alban Bensa5 qui dans son article : « De la micro-histoire vers une anthropologie critique » remet en cause une vision trop unifiée du monde social dans le discours anthropologique et plaide pour que la conscience du temps court l’emporte sur le récit de structures longues et invariables.

8Par ailleurs, le micro-historien, face à l’événement ténu qu’il choisit d’analyser comme observatoire du social, doit aller au-delà de la simple « inscription » de cet événement dans « l’écheveau complexe des relations, la multiplicité des espaces et des temps6 ». En effet, si inscrire veut dire se fondre, il faut se méfier de cette façon hâtive de ranger l’événement. Chaque micro-événement a de fait sa propre façon d’entrer ou non en compagnie avec l’ensemble des faits qui l’entourent. Par ailleurs, « l’inscription » dans l’écheveau des relations est elle-même objet d’histoire, car selon les périodes, les lieux, les acteurs sociaux, cette inscription se fait d’évidence ou en rupture. A chaque fois, il apparaît nécessaire de s’interroger sur l’autonomie éventuelle de ce micro-événement ou sur la manière dont il vient, par sa présence, transformer subrepticement une succession linéaire d’événements dits tranquilles : « Quelle est cette irrégulière existence qui vient au jour dans ce qui se dit, dans ce qui survient ? » (Michel Foucault)

La Parole

9On peut partir de la phrase de Jacques Rancière à propos des hommes, ces « êtres qui engagent sur des mots un destin collectif7 » pour constater que l’histoire a rarement prise sur les mots des acteurs sociaux, contrairement aux sociologues-enquêteurs pour lesquels les mots dits sont un des principaux supports de leur réflexion. Mais lorsqu’il advient, pour l’historien, que ces mots soient repérables dans les archives, leur statut, leur analyse et leur interprétation posent d’évidents problèmes, peu simples à résoudre. Le travail de recherche fait à partir des interrogatoires de police, des procès-verbaux, des plaintes et des informations conservés dans les archives judiciaires du XVIIIe siècle oblige l’historien à travailler sur des paroles, des réponses, des fragments d’explication notés par les greffiers. Il s’agit d’abord d’un matériel organisé par les autorités et par le principe de contrôle et de répression du Siècle des Lumières. En ce sens, il est bien clair que les paroles retrouvées en archives sont d’abord le produit d’une institution et qu’elles ne sont pas le reflet d’un réel supposé. Produite par l’institution, par la procédure juridique, comme par les types bien particuliers de commissaires (chaque commissaire possède sa technique d’enquête en même temps qu’il se trouve souvent spécialisé sur tel ou tel type de délit ou d’infraction), la parole n’est ici ni spontanée, ni libre. Plus encore, elle appartient à un système qui l’incite à des fins bien précises ; ses débordements sont rares, et sa véridicité est bien entendu entachée de tous les modes particuliers de ruse, de dénégation et d’aveux qui l’accompagnent. L’accusé, l’informateur, l’homme ou la femme qui répondent devant la police ont à chaque fois des stratégies particulières face à l’institution.

10Il faut encore ajouter que le système d’observation policière mis en place dès 1667 et qui dure tout au long du XVIIIe siècle est, paradoxalement, un système incitateur de transgressions et de paroles critiques contre l’autorité. Lorsque la monarchie décide à la fois que la parole populaire est inepte et qu’elle doit être pourchassée par des mouchards et des observateurs stipendiés, cachés en maints lieux publics de la capitale, elle donne valeur à cette parole. Un phénomène subtil d’interaction se produit où l’on sent bien que la parole populaire a, de fait, un statut menaçant pour les autorités.

11Cela étant dit, il n’en reste pas moins que ces paroles contraintes à se dire en un lieu de police précis sont celles des plus démunis, de ceux qui ne savent pas écrire et qui, pour cette raison, n’ont laissé de trace en aucun autre lieu. Bien que biaisées par la situation dans laquelle elles se trouvent insérées, ces paroles ont une existence étonnante à laquelle l’historien peut se référer pour infléchir non seulement son récit mais son analyse. La masse des paroles ainsi recueillie permet d’abord de comprendre des situations sociales et des moyens de les exprimer qui ne s’apercevraient nulle part ailleurs. Si l’on ajoute à cela que la police du XVIIIe siècle a aussi vocation à la conciliation et à la régulation des comportements sociaux, on voit vite apparaître dans les archives de menus incidents à propos desquels hommes et femmes discutent et témoignent ; menus incidents qui finissent par dessiner bon nombre de paysages sociaux ordinaires, de situations conflictuelles banales et récurrentes. On se trouve face au cours ordinaire des choses, à l’intérieur de paroles, non spontanées, mais traduisant des états des lieux qu’aucune autre source ne pourrait révéler.

12Quel traitement pour ces paroles ? Sur ce sujet les sociologues ont beaucoup travaillé et les écoles sociologiques face aux enquêtes ont développé nombre de modèles et de théorisations définissant à la fois les questionnaires posés, la posture de l’enquêteur, les réponses induites par les questionnaires et les grilles d’interprétation des réponses. En ce domaine, parce qu’elle est beaucoup moins concernée et parce qu’elle travaille sur des paroles différentes qu’elle n’a pas elle-même suscitées comme enquêtrice, l’histoire est plus bricoleuse que théoricienne, et ses postures sont souvent prises en fonction du matériau sur lequel elle travaille, qui conditionne ses propres questionnements :

131. Trouver des paroles dans les archives judiciaires du XVIIIe siècle, c’est d’abord se demander quel pouvoir les a fait naître et pour quels motifs. A partir de là, leur contenu est identifié et interprété spécifiquement. Quand en 1757, Damiens frappe de son canif Louis XV, une grande enquête menée par les intendants se fait à travers toute la France pour pourchasser les mauvais discours et les mauvaises opinions ou attitudes. L’inflation de questions posées entraîne une série de réponses ; les historiens, plus tard, face à ce corpus conservé en archives8, en tireront la conclusion que c’est à partir de 1757 qu’en France on parle « contre » le Roi, sans se rendre compte que ces paroles dites à ce moment-là ne le sont que sous l’effet d’une contrainte, ce qui n’exclue aucunement la circulation des paroles aussi mauvaises que ces dernières avant l’attentat. La rupture mise en avant par l’historiographie en 1757 pour dater le mécontentement populaire est sûrement à revoir9.Ainsi voit-on avec cet exemple combien il est nécessaire de comprendre d’abord les mécanismes de production de la parole et surtout, pour l’historien, le moment de sa conservation officielle.

142. Les paroles des groupes dominés, retrouvés en archives, sont à joindre à leurs pratiques et aux attitudes collectives qui sont aussi repérables dans les sources. Chaque événement en un lieu précis produit des gestes, des paroles, des attitudes et des besoins d’information, très souvent appropriés au lieu et à l’événement qui les a déclenchés. On ne parle pas près du cimetière des Innocents comme on parle autour des porteurs de nouvelles du Palais Royal ou comme on le fait sur les bords de Seine ou de Bièvre : lieux et événements en ces lieux fabriquent des paroles encastrées dans des imaginaires précis nés à partir d’espaces spécifiques.

153. Une interaction constante se produit entre la répression organi­sée par la police sur les mauvais propos et le contenu même de mauvais propos. Réprimée, la parole est à la fois incitée et clandestine.

164. Lorsque la parole provient de faits ou d’incidents minimes, de micro-désordres, telle une rixe dans un cabaret, un vol de mouchoirs, etc. elle est en général entourée de la parole des témoins qui ont vu l’incident. Ici la parole est relativement plus libre, elle décrit les mouvements de foule et les formes de solidarité et de contre-solidarité avec vivacité. Le vraisemblable existe ici très fortement, plus sans doute que l’exacte vérité du détail, mais le vraisemblable est un support essentiel pour l’historien.

17L’attention à ces paroles surgies du corpus de minuscules événements est particulière : c’est ici que peuvent se repérer bien des émergences nouvelles qui sont elles aussi autant d’événements. Et le risque pour l’historien est d’être noyé sous les singularités, d’atomiser son discours et de prendre le parti de l’anecdote. Prendre le parti de l’anecdote c’est décider de se mettre dans une posture illustrative : la parole ne sert de rien si ce n’est à illustrer de façon vivante une situation décrite10. L’historien peut décider d’une autre attitude qui ne serait pas celle de la restitution transparente sans analyse, mais qui serait organisée autour de la perception des écarts, des déplacements, des discontinuités et des ruptures individuelles et collectives que signalent ces paroles. Il s’agit alors, dans l’organisation même lacunaire de ces paroles dites face au pouvoir, de lire les déplacements que chacun essaie d’inventer pour lui-même et ceux qui l’entourent. Il arrive qu’une autre organisation du monde parfois s’y ébauche, dès lors on peut risquer de nouvelles interprétations pour montrer comment ces classes populaires tracent de l’ailleurs, de l’improbable, du différent. Avec pour précaution de ne pas jeter un regard exotique ou infériorisant sur ce type de mots et d’attitudes qu’elles contiennent en même temps.

185. L’approche sensible et émotionnelle est inévitable lorsqu’on se saisit des paroles d’autrui et d’autrefois. Michel Foucault, à propos des hommes infâmes11, écrivait déjà des « vies brèves » rencontrées dans les archives judiciaires qu’il éprouvait à leur égard une véritable vibration physique : « Le terme de “nouvelle” me conviendrait assez pour les désigner, par la double référence qu’il indique : à la rapidité du récit et à la réalité des événements rapportés, car tel est dans ces textes le resserrement des choses dites qu’on ne sait pas si l’intensité qui les traverse tient plus à l’éclat des mots ou à la violence des faits qui se bousculent en eux. Des vies singulières devenues, par je ne sais quels hasards, d’étranges poèmes. » Pierre Bourdieu, bien plus récemment dans La misère du monde, écrivait que ces réponses au questionnaire devaient s’adresser à la sensibilité du lecteur : « Nous voudrions que ces textes composites, qui peuvent être lus comme des nouvelles, soient capables d’exercer sur la sensibilité du lecteur des affects qu’on ne saurait attendre de la pure analyse conceptuelle, conquise et construite contre la sensation et le sensationnel12. » Jean-François Laé et Numa Murard organisent encore autrement leur réception sensible, en proposant aux lecteurs des ouvrages composés de nouvelles littéraires nourries des réponses aux questionnaires sociologiques n’ayant pas trouvé place dans les lieux théoriques du raisonnement intellectuel13.

19Face à la place du sensible, l’historien a traditionnellement beaucoup de préventions : l’émotion est une stérilisation de la pensée, croit-il, et une façon condamnable d’entrer en empathie coupable avec l’objet de recherche. Cette prévention, reconsidérée par certains sociologues14, doit l’être aussi par les historiens : l’émotion ressentie par une parole dite est un outil intellectuel, une perception bâtie entre stupeur, effroi et partage qui permet au questionnement sur cette parole d’être transformé de façon efficace. Cela non pour se fondre avec les énonciateurs, mais pour délivrer le plus de sens possible, nommer ce qui dans cette parole est séparé du cours traditionnel des paroles. Il est des mots, des verbes qui accomplissent dans l’urgence la séparation avec le flux habituel du sens commun. L’excès de pa­role fabrique un lieu où la vie est détournée par le verbe, où le sens lui-même est transformé : ce lieu est un lieu spécifique pour l’historien.

206. Soumettre l’émergence des paroles singulières à un ensemble collectif ou à des perceptions communes est un exercice peu simple : l’articulation (son mode) entre la parole simplifiée et la vie collective est aussi une façon de soumettre la parole aux rythmes différents de l’insertion dans, de la séparation d’avec, ou de la construction d’un ailleurs définitif. Et la façon dont les êtres singuliers s’harmonisent ou non avec des projets collectifs est bien entendu différente selon les temps, les lieux et les événements : là encore, il ne s’agit pas d’invariant, mais de lieu mouvant, donc se prêtant à une éventuelle historicisation. « Toute recherche sociologique empirique est confrontée à la question de l’articulation des données recueillies, des paroles de gens et des concepts scientifiques15 ». Pour l’histoire, le problème est assez nouveau, sauf lorsqu’elle est confrontée au témoignage des vivants s’il s’agit d’histoire du temps présent16. Aussi faut-il inventer, pour les sociétés passées, un mode de réflexion qui permette au récit historique d’être infléchi par les paroles singulières. Dans le cas du XVIIIe siècle, où la parole populaire est recueillie par les observateurs de police, on s’aperçoit que sa place est importante pour les contemporains, dès lors elle doit l’être pour les historiens. L’histoire en acte doit prendre en compte ce qui s’est passé dans le grain minuscule des jours, et le statut de la parole sous l’Ancien Régime doit être examiné par l’historien avec la même intensité que cette société d’Ancien Régime prenait à la capter.

21Les paroles conservées étant la plupart du temps lacunaires, fragmentaires et ne ressemblant en rien à des entretiens biographi­ques tels qu’on peut les rassembler de nos jours, les conceptualisa­tions scientifiques doivent rester modestes. Le travail s’organise alors autour de la production de la parole, des écarts et des déplacements qu’elle propose, de la réception de cette parole et de la façon dont cette dernière entre en interaction avec les événements, et éventuelle­ment les transforme.

22L’événement et la parole cimentent l’histoire ; ils obligent à l’étudier dans ses discontinuités. Leur avènement la rend âpre, impré­vi­si­ble et leur étude donne aussi accès à ce qui aurait pu avoir lieu, c’est-à-dire à toutes les formes du possible qui se sont essayées sans réussir tout à fait à devenir réalité. De leur étude minutieuse et micro­sco­pi­que dépend une sorte de renouvellement d’un récit historique organisé autour des régions obscures et simples des paroles pronon­cées. Des effets de vérité nouveaux peuvent apparaître qui modifient les classiques et traditionnelles grilles de lecture des sociétés passées.

Top of page

Notes

1 Les débats actuels autour de la mémoire, du témoignage et du statut de « l’archive » dans l’histoire des guerres du XXe siècle en sont la preuve.
2 J. Boutier, D. Julia (dirs), Passés recomposés, champs et chantiers de l’Histoire, Paris, Autrement, 1996 ; G. Noiriel, Sur la “Crise” de l’histoire, Paris, Belin, 1996.
3 P. Bouvier, « L’objet de la socio-anthropologie », Socio-Anthropologie, 1, 1997.
4 J. Revel (dir), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Hautes Etudes/ Gallimard/ Seuil, 1995.
5 A. Bensa, « Vers une anthropologie critique », in Jeux d’échelles, pp.37-70.
6 J. Revel, « L’histoire au ras du sol » in G. Levi, Le Pouvoir au village : histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIème Siècle, Paris, Gallimard, 1989, pp. I-XXXIII.
7 J. Rancière, La Mésentente, Politique et Philosophie, Paris, Galilée, 1995, p. 47.
8 Fonds Joly de Fleury à la Bibliothèque Nationale.
9 A. Farge, Dire et mal dire, l’opinion publique au XVIIIe siècle, Paris, Seuil, 1991.
10 D. Demazière, C. Dubar, Analyser les entretiens biographiques. L’exemple de récits d’insertion, Paris, Nathan, 1997.
11 M. Foucault, « La Vie des hommes infâmes », Cahiers du chemin, n° 29, janvier 1977, pp.12-29.
12 P. Bourdieu (dir), La misère du monde, Paris, Seuil, 1993.
13 J.-F. Laé, N. Murard, Les Récits du malheur, Paris, Descartes Cie, 1995.
14 L. Boltanski, M. Godet, « Messages d’amour sur le téléphone du dimanche. Les modes d’engagement face à la souffrance », Politis, n°31, 1995.
15 D. Demazière, C. Dubar, op. cit., p. 47.
16 A. Farge, Des lieux pour l’Histoire, Paris, Seuil, 1997, pp. 90-91.
Top of page

References

Electronic reference

Arlette Farge, « Histoire, événement, parole », Socio-anthropologie [Online], 2 | 1997, Online since 15 January 2003, connection on 13 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/29 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.29

Top of page

About the author

Arlette Farge

CNRS, CRH-EHESS

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals