Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Socio-anthropologie fête ses vingt ans et le déplacement du regard auquel nous conviait son fondateur, Pierre Bouvier, pour nous saisir des mutations de la société contemporaine n’a rien perdu, ni de son actualité, ni de sa fécondité au regard des inquiétudes et des attentes qui montent de ce début de xxie siècle. Nous pourrions reprendre le texte inaugural de Pierre Bouvier sans avoir à en changer un mot. Nous en reprenons librement ici de larges extraits :

Depuis quelques décennies, on assiste à une remise en cause des facteurs dominants de la modernité, du moins de ses tendances centrales et plus précisément de l’assise que constituaient le progrès, le développement et les dynamiques sociales, sous leurs divers aspects. En cette fin de siècle le projet millénariste d’un cheminement vers le bonheur s’essouffle. Une accumulation de nuages plombe l’horizon. La dualisation du corps social, la brisure des solidarités organiques, la montée non seulement du chômage mais également de l’exclusion concourent au scepticisme ambiant. Cette situation n’est pas nouvelle, du moins pour ce qui touche les conditions économiques et leurs effets sur les modes de vie […], elle n’avait cependant pas atteint le cœur même de […] la thématique du progrès. […]

Les dernières décennies sont marquées par une dualisation croissante qui n’est pas seulement circonstancielle. La prédominance économique sous la forme la plus brutale va de pair avec l’effacement des idéologies et avec la montée des exclusions effectives ou potentielles. […] Par ailleurs, non seulement l’environnement est gravement perturbé dans ses cycles mais l’être humain se voit confronté à de nouvelles pandémies issues de l’avancée de ses connaissances et de ses techniques. Le progrès, de réalité effective, tend à être relégué au statut de mythe. Ceci s’inscrit dans une logique fondamentale à court terme. Elle prend le pas sur l’esprit émancipateur des lumières. […]

  • 1 Bouvier P. (1997), « L’objet de la socio-anthropologie : Crise, déstructuration, recomposition, pe (...)

La socio-anthropologie prend pour objet cette situation présente, ce contexte déstructuré, anomique. Pour l’aborder elle postule un croisement entre certains éléments d’ordre tant sociologiques qu’anthropologiques. (Mais elle prend surtout acte du fait) que la dévalorisation des assurances et des volontarismes, la déréliction des grandes théories se prêtent à un retour du local, du quotidien, des singuliers pluriels, de l’expression décalée (dont il faut saisir la portée et restituer toute la richesse). De leur mise en perspective, de leurs frottements, de nouveaux modèles d’interprétation apparaissent1.

  • 2 Augé M. (2017), L’avenir des terriens, Paris, Albin Michel, p. 46.

2Ces modèles constituent autant de grilles de lecture et de lignes de fuite pour échapper au verrouillage intellectuel, politique et moral actuel. L’accélération de la globalisation, l’accroissement continu des inégalités et la conscience de plus en plus aiguë des menaces qui pèsent sur l’avenir de la vie sur terre n’ont fait que renforcer l’acuité de ces analyses et l’urgence d’un tel projet. Celui-ci devient même plus précis à mesure que les expériences de ces « autres » longtemps mis à distance, voire objectivés, deviennent une part de notre propre expérience du présent, celles des chocs, des effondrements et du sentiment de désorientation qui s’emparent du monde contemporain. Dans un ouvrage paru récemment, Marc Augé dresse ainsi un parallèle entre l’expérience de déstabilisation (psychique et collective) vécue par les colonisés et celle qui affecte aujourd’hui les populations confrontées aux phénomènes de globalisation, à savoir, telle qu’il la définit lui-même, le passage à l’échelle planétaire. « L’un des aspects de la crise actuelle, écrit-il, est dû à la tension entre la nécessité du lieu et l’évidence de la nouvelle contextualisation2. » Ce changement de dimension rend d’autant plus nécessaire le déplacement du regard promu par la socio-anthropologie. Les montages, les nouveaux agencements et les recompositions symboliques et pratiques, inventés en leur temps par les colonisés (ces prophètes et improvisateurs africains « plus ou moins fous ou géniaux » étudiés aussi bien par Georges Balandier, Marc Augé que Roger Bastide) pour faire face à l’incommensurabilité du choc qui les atteignait, peuvent aujourd’hui nous servir de point de comparaison pour penser les chocs présents et à venir, ainsi que les réponses sociales qu’ils suscitent. Ces montages offrent surtout un cadre pour sentir et donner à voir ce que ces bouleversements et leur surexposition médiatique rendent inaudibles et invisibles.

  • 3 Abélès M. (2008), Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot.

3Le rapport à l’altérité s’est bien déplacé, il ne s’est pas évanoui. L’altérité se situe désormais au-dedans, autant qu’au dehors. L’idéal du « regard éloigné », constate ainsi Marc Abélès3, ne résiste pas aux mouvements de la globalisation, au télescopage des temps sociaux comme à la porosité des frontières. L’accent mis sur le proche met en devoir l’anthropologue de s’impliquer plus directement. De plain-pied avec son objet, le dialogue qu’il ouvre avec lui est un dialogue de sujet à sujet, une interlocution. Le rapport à l’altérité s’est déplacé, mais c’est une bonne nouvelle, car ce déplacement est aussi synonyme de sensibilités nouvelles, d’une attention renouvelée aux formes non institutionnalisées d’agrégation, aux croisements de pratiques individuelles et collectives, aux hésitations que manifestent ces pratiques, à leurs dimensions parfois marginales, leur inachèvement enfin. Saisies dans leurs dimensions imaginaire et temporelle, ces expériences du social apparaissent ainsi comme le creuset de nouvelles manières d’être au monde et de transformations sociales, ouvrant sur de nouvelles voies de connaissance que la socio-anthropologie invite à découvrir comme autant de nouvelles terra incognita. Dans le champ du politique, par exemple, la globalisation introduit une disjonction entre un sujet politique, dont l’identité et la sécurité sont garanties en référence à une communauté nationale, et un individu vivant, exposé aux menaces, précarisé, en attente de protections. De cette mise en tension du sujet politique résultent de nouvelles revendications et modalités de l’action politique, parfois fébriles, contradictoires, conflictuelles dont la portée et la signification nous sont encore largement inconnues.

  • 4 Didi-Huberman G. (2009), Survivance des lucioles, Paris, Éditions de Minuit.

4Fidèle à l’esprit du projet fondateur, et toujours attentive aux moindres vibrations du quotidien, c’est bien au repérage de ces recompositions qu’a continué de s’atteler la nouvelle série de Socio-anthropologie depuis 2012. Embarqués, Ni malades ni en bonne santé, Apocalypses, Mortels, Habiter autrement, Collectifs éphémères, Revenances, Matières à former et aujourd’hui Manières de croire, autant de numéros qui rendent compte, chacun à leur manière, et dans la sensibilité propre à chacun de leurs auteurs, de la profusion et de la richesse des expériences réalisées dans les contextes de déstructuration-restructuration. Chacun de ces numéros témoigne aussi d’une fidélité et d’un attachement à la pluralité des formes sensibles et du refus obstiné de céder aux raccourcis historiques comme aux injonctions du « pragmatisme » économique. Chacun contribue ainsi à ancrer la pensée dans la vie et à réaffirmer son insoumission aux dominations de toutes sortes. « Le monde est-il aussi totalement asservi que l’ont rêvé – que le projettent, le programment et veulent nous l’imposer – nos conseillers perfides – s’interrogeait le philosophe Georges Didi-Hubermann ? Le postuler, […] c’est ne voir que la nuit noire ou l’aveuglante lumière des projecteurs. C’est agir en vaincus ; c’est être convaincu que la machine accomplit son travail sans reste ni résistance. C’est ne voir que du tout. C’est donc ne pas voir l’espace – fût-il interstitiel, intermittent, nomade, improbablement situé – des ouvertures, des possibles, des lueurs, des malgré tout4. »

5Socio-anthropologie, c’est enfin l’exigence continuée d’une pluridisciplinarité. La socio-anthropologie s’est organisée en courant de pensée autour d’un constat : la nécessité de repenser les frontières disciplinaires, de créer des ponts pour penser l’humain et le social dans ses nouvelles formes. « C’est aux confins des sciences, à leurs bords extérieurs, aussi souvent qu’à leurs principes, qu’à leur noyau et à leur centre, que se font leurs progrès », écrivait Marcel Mauss en 1924. Dix ans plus tard, il revenait sur cette question ajoutant : « Quand une science naturelle fait des progrès, elle ne les fait jamais que dans le sens du concret, et toujours dans le sens de l’inconnu. Or l’inconnu se trouve aux frontières des sciences, là où les professeurs “se mangent entre eux”, comme disait Goethe. » C’est bien dans cette ouverture disciplinaire que notre revue entend toujours s’inscrire en invitant à s’exprimer des chercheurs de tous horizons sur les objets les plus divers.

6Cette date anniversaire est, malheureusement, aussi pour nous l’occasion de rendre hommage à notre collègue et ami Victor Scardigli, membre du comité scientifique de notre revue, lecteur assidu et avisé, décédé brutalement l’hiver dernier.

  • 5 Scardigli V., Mercier P.A. (1978), Ascension sociale et pauvreté, Paris, Éditions du CNRS.
  • 6 Scardigli V. (1983), Consommation culturelle au quotidien, Paris, PUF ; Scardigli V. (1987), L’Eur (...)
  • 7 Mercie P.A., Plassard A., Scardigli V. (1984), Société digitale, les nouvelles technologies au fut (...)
  • 8 Scardigli V. (1992), Les sens de la technique, Paris, PUF ; voir aussi Scardigli V. (2001), Un ant (...)

7Directeur de recherche au CNRS et co-fondateur avec Alain Gras du Cetcopra (Paris 1), il fut tout au long de sa carrière un praticien appliqué de la socio-anthropologie, tant par le choix de ses objets que par sa posture théorique et sa personnalité. Humble et bienveillant, à l’écoute d’autrui, empiriste rigoureux, il se tenait à distance des affirmations péremptoires et des dogmatismes. Son souci d’investir les milieux de la High-tech à la façon de l’anthropologue fait de son travail une œuvre pionnière aux perspectives multiples. Victor a tout d’abord mené une série de travaux sur les modes de vie et la mobilité sociale, avec Pierre Alain Mercier5 ; puis sur la consommation culturelle6. Un souci du quotidien qu’il a articulé très tôt à la question des techniques. Il a publié avec Pierre-Alain Mercier et Alain Plassard, Société digitale, les nouvelles technologies au futur quotidien7, bien avant que ne soit soulevée la question de la transition numérique. Il contribua, avec l’équipe du Cetcopra à l’exploration du monde aéronautique dès la fin des années 1980. Mettant à jour les tensions entre les grands discours sur les progrès techniques, les mythes de la technique et les innovations inscrites dans les usages, il interrogeait encore le quotidien et ce qu’il recèle de sens dans un ouvrage ambitieux, Les sens de la technique8.

8Mais comment, en quelques lignes, témoigner de la carrière et de la vie d’un homme dont la gentillesse nous a tous profondément touchés, sinon par un « tu nous manques ». Et si le sentiment du manque est une façon de toucher ce qui ne peut l’être, alors il est à nos côtés pour continuer avec nous cette aventure. Nous lui dédions ce numéro consacré aux « manières de croire » et au comparatisme.

Haut de page

Notes

1 Bouvier P. (1997), « L’objet de la socio-anthropologie : Crise, déstructuration, recomposition, perdurance », Socio-anthropologie, 1, p. 3-9. En ligne : https://socio-anthropologie.revues.org/27.

2 Augé M. (2017), L’avenir des terriens, Paris, Albin Michel, p. 46.

3 Abélès M. (2008), Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot.

4 Didi-Huberman G. (2009), Survivance des lucioles, Paris, Éditions de Minuit.

5 Scardigli V., Mercier P.A. (1978), Ascension sociale et pauvreté, Paris, Éditions du CNRS.

6 Scardigli V. (1983), Consommation culturelle au quotidien, Paris, PUF ; Scardigli V. (1987), L’Europe des modes de vie, Paris, Éditions du CNRS.

7 Mercie P.A., Plassard A., Scardigli V. (1984), Société digitale, les nouvelles technologies au futur quotidien, Paris, PUF.

8 Scardigli V. (1992), Les sens de la technique, Paris, PUF ; voir aussi Scardigli V. (2001), Un anthropologue chez les automates : de l’avion informatisé à la société numérisé, Paris, PUF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« 20 ans ! », Socio-anthropologie, 36 | 2017, 9-13.

Référence électronique

« 20 ans ! », Socio-anthropologie [En ligne], 36 | 2017, mis en ligne le 23 novembre 2017, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/3078

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals