Navigation – Plan du site
Dossier : Manières de croire

Qu’attendre d’une comparaison des scolastiques ?

Bouddhisme indien et Occident médiéval
What should one Expect from a Comparison of Scholaticisms? Indian Buddhism and the Medieval West
Vincent Eltschinger
p. 123-142

Résumés

Le cadre géographique, culturel et historique de l’étude de la philosophie médiévale a connu une extension remarquable durant les dernières décennies, « philosophie médiévale » s’entendant de toutes les valorisations latines, islamiques, juives et byzantines – monothéistes donc – d’un commun patrimoine philosophique d’orientation néoplatonicienne et aristotélicienne. Dans ces conditions, que faire de l’Inde bouddhique, laquelle, si elle n’entretient aucun rapport génétique avec ces traditions philosophiques tardo-antiques, n’en partage pas moins des traits essentiels avec la philosophie médiévale : « situation herméneutique », rapport à l’autorité, importance concomitante du commentaire, « cléricalité » des acteurs, division des savoirs, primauté du débat, de la réflexion logique et linguistique, etc. Le présent essai vise à explorer les possibilités d’une comparaison entre dispositifs scolastiques chrétien latin et bouddhiste indien. Il revendique un comparatisme portant sur les cultures intellectuelles productrices de savoirs plutôt que sur les dogmes, les doctrines et les arguments, et dresse pour ce faire un tableau rapide de la scolastique bouddhique et de son environnement institutionnel.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet essai ne tient pas compte des Warriors of the Cloisters, un livre extrêmement provocateur dans lequel Christopher Beckwith (2012) cherche à accréditer l’hypothèse d’une origine centre-asiatique, bouddhique, ainsi que d’une transmission par l’islam (et notamment Avicenne), d’institutions (les collèges) et de pratiques (la quaestio, ce que Beckwith nomme le « recursive argument ») essentielles au dispositif scolastique. J’espère pouvoir revenir sur ce livre de façon spécifique. Je profite de cette note liminaire pour adresser mes chaleureux remerciements à Isabelle Ratié, Christophe Grellard, Gérard Fussman et Jacques May pour leur relecture attentive et leurs très utiles suggestions.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Libera A. de (2014 [1993]), La philosophie médiévale, Paris, PUF, XIV : « Philosophiquement, le mo (...)

1Le temps est loin où l’Occident latin chrétien constituait le point de référence exclusif, et comme naturel, des études de philosophie médiévale, où philosophies « arabe » ou « islamique », juive et byzantine n’avaient d’autre titre à faire valoir que d’avoir transmis l’héritage philosophique et scientifique gréco-latin à l’Occident. Le temps est aujourd’hui à l’étude croisée de mondes médiévaux multiples1 considérés dans leurs dynamiques propres, lesquelles peuvent être, aussi bien, celles de l’échange, de la critique et de la fécondation réciproques. Comme l’a noté Alain de Libera :

  • 2 Ibid., XIV.

[P]our écrire une histoire de la philosophie médiévale, l’historien qui veut assumer la réalité historique doit […] partir de l’existence de la pluralité : pluralité des cultures, pluralité des religions, pluralité des langues, pluralité des centres d’étude et de production des savoirs2.

2En effet :

  • 3 Ibid., XV.

[L’]histoire de la philosophie médiévale n’est pas l’histoire de la philosophie chrétienne. C’est l’histoire de la philosophie païenne et des trois monothéismes dont elle a été l’instrument docile ou indocile, le partenaire ou le concurrent3.

  • 4 Voir Marenbon (2007), p. 1-3 et p. 6-33 ; et Marenbon (2016), p. 3 et p. 8-9.

3En dépit de l’éclatement de son référentiel historique, culturel et géographique, la philosophie médiévale, où qu’elle s’exprime, s’enracine dans un corpus philosophique tardo-antique d’orientation platonicienne intégrant l’aristotélisme et, au besoin, d’autres courants doctrinaux antiques. John Marenbon a d’ailleurs récemment fait l’histoire des quatre traditions philosophiques médiévales en les présentant comme autant d’appropriations spécifiques d’un commun héritage néoplatonicien4. Ce renouvellement théorique et méthodologique induit un élargissement notable du cadastre de la philosophie médiévale, dont l’Occident latin chrétien ne constitue plus guère qu’une région parmi d’autres :

  • 5 Marenbon (2016), p. 3.

La philosophie médiévale a été pratiquée dans une région couvrant environ vingt-cinq millions de kilomètres carrés et s’étendant de l’ouest de l’Irlande à l’Ouzbékistan, et de Göteborg au Golfe d’Aden. La question n’est pas seulement qu’il y ait eu des philosophes dans ces lieux, car il y en avait également, durant la même période, aussi loin qu’en Inde ou en Chine. C’est, bien plutôt, que la philosophie pratiquée dans cette vaste région appartenait à un même groupe de traditions liées entre elles et qui toutes remontaient à la Grèce ancienne : la philosophie occidentale, mais en un sens qui nous invite à repenser ce que nous entendons par « occidental5 ».

  • 6 On sait désormais qu’on cultivait la philosophie dans les « colonies » grecques de Bactriane : des (...)
  • 7 C’est d’ailleurs tout l’intérêt anthropologique de la philosophie en Inde que de nous présenter un (...)
  • 8 Voir Kapstein (2003), p. 3-22, Bronkhorst (2008), p. 11-15, McClintock (2010), p. 14-22 ; voir aus (...)
  • 9 Voir Masson-Oursel (1920), Cabezón (1994), Cabezón (1998) ; pour un résumé de ces travaux, voir El (...)
  • 10 Chenu (1993), p. 52 ; Jolivet (1969), p. 1198.

4Dès lors, comment poser la question de l’Inde, dont le patrimoine philosophique se rapproche tant de la philosophie médiévale par son voisinage avec le religieux, son questionnaire, ses méthodes, ses modalités discursives et ses ressources ? Jusqu’à preuve du contraire, la philosophie indienne (brahmanique autant que bouddhique) n’a subi aucune influence significative de la Grèce6. Contrairement aux quatre traditions philosophiques médiévales susmentionnées, elle n’en a pas recueilli et recontextualisé l’héritage, et ne peut donc se prévaloir d’aucun lien génétique avec la pensée gréco-latine7. De plus, la périodisation de l’Inde et de sa philosophie ne saurait être ici d’aucun secours, puisque les catégories qui la structurent (ancient/classical, [early] medieval, pre-modern, early modern, etc.) résultent d’une appropriation mécanique de leurs contreparties occidentales et manquent donc, plus encore que ces dernières, de toute pertinence scientifique. On doit alors se demander si, à défaut de légitimation génétique ou chronologique, un rapprochement entre philosophie médiévale et philosophie indienne, bouddhique surtout, ne devrait pas procéder plutôt sur un mode typologique et prendre appui sur un commun paramétrage. On a proposé récemment le modèle heuristique des « exercices spirituels » de Pierre Hadot pour solidariser philosophie occidentale et philosophie en milieu bouddhique8. Mais, en annexant le discours et la pratique de la philosophie au domaine sapiential, ce modèle me paraît compromettre d’emblée toute tentative de faire reconnaître qu’en Inde ancienne, précisément, discours sapiential/religieux et discours philosophique ne se superposent pas – pas plus, en tout cas, que dans les mondes médiévaux latin, hébraïque et arabe. Le problème est assurément complexe et ne saurait nous retenir davantage dans le présent contexte. Je voudrais explorer ici, dans le sillage des travaux de Paul Masson-Oursel (1882-1956) et de José Ignacio Cabezón9, une part au moins du potentiel comparatif de la notion de « scolastique » entendue, non comme un corps de doctrines et d’arguments, moins encore comme un découpage historique ou un programme théorique, mais comme un ensemble de pratiques délimitant un type de culture intellectuelle, voire un régime mental10. Par « scolastique » on entendra ici, avec Jean-Luc Solère :

[L’] ensemble des méthodes d’enseignement et de discussion en usage dans les écoles et les universités médiévales (essentiellement à partir du xiie siècle) [...]

5c’est-à-dire l’ensemble des

  • 11 Solère (2004), p. 1299a. Sur la scolastique et le débat portant sur sa caractérisation, voir Chenu (...)

[...] formes sous lesquelles s’est manifestée une très large partie de la production philosophique, théologique, juridique et scientifique du Moyen Âge11

  • 12 Le terme est utilisé par Marie-Dominique Chenu (1993), p. 66.
  • 13 Sur cette notion, voir plus bas, note 38.

6Je me dois de clarifier deux points concernant ma compréhension du sens d’une comparaison entre les scolastiques. Tout d’abord, cette approche n’a pas pour ambition (du moins pas pour ambition principale) de comparer des positions doctrinales et des arguments philosophiques, mais de considérer les cultures intellectuelles qui ont occasionné la formation, le développement et la physionomie générale de la philosophie dans les deux ensembles culturels. Ceci comprend des éléments aussi différents que l’environnement institutionnel, les pratiques d’enseignement et d’érudition ou les différentes manières de produire, de conserver, d’enrichir et de faire fructifier le savoir. En d’autres termes, on comparera des « structures12 » ou, pour mieux dire, des dispositifs de production, plutôt que des contenus intellectuels. Ce faisant, et c’est mon second point, la comparaison ne saurait à aucun moment se résumer à la mise en regard des dispositifs et à l’inventaire différentiel de leurs propriétés respectives. La scolastique médiévale, occidentale ou autre, doit être envisagée et construite comme un instrument heuristique dynamique permettant de recourir à ce qui est (le) mieux connu pour tirer des hypothèses de recherche et d’interprétation concernant les conditions sociales et institutionnelles ayant présidé à la formation et au développement de la philosophie en milieu bouddhique. En particulier, l’étude des pratiques intellectuelles médiévales devrait nous permettre d’évaluer plus sûrement la mesure dans laquelle des textes philosophiques, et plus généralement « śāstriques13 », reflètent, comme leurs homologues occidentaux, des techniques et des pratiques scolaires.

7L’exercice doit conduire, d’un côté, à une cartographie aussi minutieuse et extensive que possible du dispositif scolastique du bouddhisme indien ; de l’autre, à une multiplication des « micro-comparaisons » entre aspects spécifiques des deux cultures, les faits médiévaux ayant pour fonction d’articuler et d’orienter le questionnaire sans exclure a priori des impacts en retour. La constitution du dossier indien passe par un dépouillement systématique des sources dans la perspective, non d’une simple comparaison, mais d’un tableau aussi exhaustif que possible des conditions générales d’exercice de la scolastique en milieu bouddhique : physionomie générale du rapport à la révélation et aux autorités ; technique, typologie et motivation des commentaires ; confrontation des récits des « grands débats » avec les sources dialectiques normatives ; recensement des informations disponibles concernant la structure de l’enseignement et les rôles respectifs de l’oral et de l’écrit ; dépouillement des données institutionnelles, recherches sur le degré d’implication des ordres monastiques dans la constitution et la perpétuation de la culture scolastique, enquête sur les réseaux intellectuels et les canaux de diffusion des idées et des pratiques. Un tel cadastrage n’a à ma connaissance jamais été entrepris pour l’Inde bouddhique, et seule une approche comparative au sens précisé plus haut me paraît en mesure d’orienter et de structurer les recherches.

Un cadre institutionnel complexe

  • 14 Un ouvrage fréquemment cité à cet égard est celui, d’ailleurs pionnier, de Sukumar Dutt (1988 [196 (...)

8Cette approche paraît devoir se heurter d’emblée à un problème important. Si la notion de « scolastique » désigne un ensemble de pratiques et d’habitudes caractéristiques des écoles et des universités médiévales, à quelle « scolarité » la scolastique bouddhique renverra-t-elle ? Comme on va le voir, la culture intellectuelle du bouddhisme indien est de caractère essentiellement monastique. Il y a donc tout lieu de croire que la presque totalité des productions exégétiques, scientifiques et philosophiques que nous dirions volontiers « scolastiques » ont été composées dans des monastères, et non dans des écoles, des universités ou des studia generalia dont rien ne suggère l’existence. Par ignorance ou par nationalisme, cependant, l’historiographie aime à nommer « universités » ou studia generalia les grands centres monastiques qui fleurirent en Inde du Nord (Bihar, Bengale actuels) à partir de 500 environ (Valabhī, Nālandā), puis de 700-800 (Vikramaśīla, Uddaṇḍapura, etc.)14. Il n’y a pas lieu de douter que ces grands complexes monastiques (vihāramaṇḍala) furent des centres d’élaboration doctrinale, d’érudition et d’enseignement où affluaient les meilleurs étudiants de l’Asie entière (les high-potential students d’alors ?), et où, sans doute, on formait les élites bouddhiques aux techniques de l’apologétique et du prosélytisme. On ne perdra toutefois pas de vue que ces monastères furent, au moins autant, des centres rituels en rapport juridique et économique direct avec les dynasties régnantes (les Pāla par exemple), dont toutes n’étaient pas bouddhistes. Ils ne sont des universités ni au sens où ils résulteraient d’une association de type corporatif de maîtres et d’étudiants, ni au sens où l’universalité du savoir disponible y serait enseignée. Pas davantage ils ne sont des studia generalia, puisque rien n’indique qu’ils aient jamais relevé d’un seul et même ordre monastique – plusieurs ordres pourraient avoir coexisté à Nālandā. À ces importantes réserves près, ces monastères sont des institutions scolaires où l’on enseignait les « sciences » (voir ci-dessous), le débat, l’exégèse, la dogmatique, voire, pour mieux les réfuter, les systèmes de pensée non bouddhiques. Les noms des plus grands logiciens et théoriciens de la connaissance, dont plusieurs furent également des commentateurs polygraphes et des ésotéristes, leur sont associés. Cependant, il paraît à peu près certain que les œuvres de plusieurs parmi les grands intellectuels du bouddhisme indien – Vasubandhu surtout – se sont développées indépendamment des grandes institutions dont il vient d’être question, c’est-à-dire avant leur apparition, et ne sauraient être tenues pour en refléter la culture, même si ces œuvres ont pu concourir à configurer celle-ci. On notera que des ensembles monastiques ont pré-existé à ces grandes institutions sous la forme de clusters de monastères de taille plus modeste, très voisins dans l’espace et dotés de « clôtures » individuelles.

  • 15 Sur ces notions, voir Kenny, Pinborg (1982), p. 21-22, et passim.

9Le dispositif scolastique dont il sera ici question est donc avant tout celui de monastères élargis, à compter de la deuxième moitié du premier millénaire, et pour certaines régions seulement, aux proportions de centres suprarégionaux, voire continentaux, de savoir et d’enseignement. S’il n’y a pas à douter que ces établissements présentaient des traits éminemment scolaires, il est difficile de déterminer quelles techniques d’enseignement y étaient à l’honneur et quelle en était la représentativité, étant entendu qu’ils n’épuisaient pas, tant s’en faut, la réalité institutionnelle du bouddhisme indien. De même ignorons-nous quel en était le personnel enseignant – des « maîtres » (ācārya), bien sûr, mais ceux-ci étaient-ils flanqués, par exemple, de bacheliers bibliques ou sententiaires « à l’indienne » ? Les rôles respectifs de l’oral et de l’écrit ne sont pas moins difficiles à déterminer : sans doute le maître « lit »-il, et il y a quelques raisons de conjecturer des phénomènes de reportatio voire d’ordinatio à l’origine de certains textes bouddhiques15 ; si la règle autorise la possession d’ouvrages (y compris non bouddhiques), si plusieurs traditions et des « fouilles » accréditent l’existence de bibliothèques dans certains complexes monastiques (des sources tibétaines prêtent à Nālandā une bibliothèque de sept étages, plusieurs fois victime d’incendie), il reste extrêmement difficile de se prononcer en l’état sur les modalités de production et de diffusion de l’écrit. On ne court toutefois guère de risque à affirmer que, plus que le brahmanisme, demeuré très favorable à la transmission orale des savoirs (laquelle garantit évidemment la perpétuation de privilèges de caste), le bouddhisme a favorisé l’écrit de très bonne heure, ainsi que l’attestent les découvertes récentes de manuscrits gandhariens. Il y a tout lieu de croire que la plupart des institutions monastiques ont abrité des bibliothèques au moins rudimentaires à compter des premières décades du premier millénaire.

  • 16 Sur ce point et sur ce qui suit, voir par exemple Bareau (1955).

10Les intellectuels bouddhistes sont donc, dans leur quasi-totalité, des clercs, des hommes idéalement et sans doute généralement célibataires liés par des vœux et une règle. Chacun appartient de fait comme de droit à un « ordre » religieux (nikāya) que distinguent le détail des prescriptions disciplinaires, un certain nombre de positions doctrinales et, parfois, un « canon » des écritures (āgama) conservé soit dans un dialecte moyen-indien, soit en sanskrit16. Pour la période et l’aire géographique qui nous intéressent, les plus importants parmi ces ordres sont les Sarvāstivādin, les Mahāsāṅghika, les Dharmaguptaka et les Sāṃmitīya, avec leurs déclinaisons régionales, linguistiques, scripturaires et doctrinales. L’ordre religieux ne coïncide qu’exceptionnellement avec l’« école », laquelle note une appartenance d’ordre purement doctrinal sans assise institutionnelle ou juridique définie : Vaibhāṣika, Madhyamaka, idéalisme Yogācāra, et plus généralement, distinctions de l’ordre du « véhicule » (yāna), du « mode » ou « méthode » (naya), de l’orientation exégétique ou rituelle, etc. En d’autres termes, les représentants d’un même ordre monastique (plan socio-religieux) peuvent se distinguer par leur adhésion « privée » à une mouvance doctrinale suprasectaire (plan philosophico-religieux). Il est juste de dire que nous ignorons le plus souvent comment s’articulaient ces identités croisées et stratifiées. Comme on l’a noté plus haut, nos intellectuels relèvent presque tous du clergé régulier ; dans le contexte qui nous occupe, la contribution d’un clergé « séculier » (notion d’ailleurs tout à fait problématique en milieu bouddhique indien) apparaît comme négligeable.

L’autorité

  • 17 Bazán (1985), p. 25, cité dans Solère (2004 [2002]), p. 1301b-1302a. Rappelons que, pour Bernardo (...)
  • 18 Voir Eltschinger (2007), p. 17-20.
  • 19 Sur ces différents points, voir par exemple Lamotte (1976 [1958]), p. 154-210.

11Non moins que leurs homologues occidentaux, nos clercs se trouvent « en situation herméneutique17 ». Un bouddhiste se définit d’abord par l’autorité qu’il attache à la parole du Bouddha consignée, on l’a dit, dans des āgama ou « Écritures ». Ce terme note le texte révélé comme « provenu » ou transmis traditionnellement ; il désigne, au pluriel, certaines sections du canon, et au singulier, l’« Écriture » en tant que ce canon fait autorité18. Tant en termes de constituants individuels que de recensions et de doctrine, le contenu de ce canon des écritures est l’enjeu de controverses, dont certaines pourraient remonter au vivant même du fondateur. Nos clercs obéissent à une règle (vinaya) établie, au moins dans ses grandes lignes, par le Bouddha ; ils tirent le contenu de leur adhésion doctrinale et leurs idées sotériologiques d’un corpus textuel comprenant, d’un côté, des « sermons » (sūtra), et de l’autre, des sommes dogmatiques (abhidharma) révélées, directement ou indirectement, par le Bouddha lui-même. Tel est le tripiaka, les « trois corbeilles » du bouddhisme. D’autres divisions du donné révélé sont attestées, dont plusieurs procèdent soit par adjonction d’éléments (par exemple tantriques ou mahāyānistes), soit par spécialisation interne (alors plutôt en « genres »)19. Mais comme le laissaient prévoir les remarques consacrées ci-dessus aux « ordres » et aux « écoles », ce corpus n’épuise nullement les auctoritates sanctionnées par nos intellectuels. Certains d’entre eux reconnaissent encore comme parole du, ou d’un Bouddha, les sūtra dits du Grand Véhicule (mahāyāna), et/ou les tantra. En outre, l’autorité peut être attachée à des personnalités humaines qui se confondent le plus souvent avec le corpus qui leur est traditionnellement attribué : Nāgārjuna (iie siècle) comme autorité pour les Mādhyamika, Asaṅga ou Maitreya (ive siècle) pour les idéalistes, Vasubandhu (vers 400 ?) pour le dogme et l’exégèse, Dignāga (vers 500 ?) et Dharmakīrti (vers 600 ?) pour la logique et la théorie de la connaissance, etc. Un coefficient important de sainteté est attaché à plusieurs de ces personnalités, soit que leur autorité provienne de leur haut degré d’avancement sur le chemin du salut, soit qu’elle tienne à la grâce que leur fait un être surhumain en leur révélant des vérités ou en les (re)dirigeant vers leur vocation. Comme on le voit, l’intellectuel bouddhiste évolue dans un réseau complexe d’autorités, dont il hérite par l’appartenance socio-religieuse et qu’il se choisit par inclination personnelle. Toujours et partout, le bouddhisme s’est donné les moyens herméneutiques de jouer avec ces autorités, soit pour accréditer des enseignements nouveaux ou spécifiques (en alléguant, comme les brahmanes orthodoxes, des recensions textuelles perdues ; en s’autorisant de cycles de prédication additionnels ; en découvrant, comme au Tibet, des « trésors » enfouis, etc.), soit pour reléguer des doctrines perçues comme problématiques ou, du moins, provisoires (distinction entre textes « de sens explicite/direct » et textes « de sens implicite/à interpréter »).

La structuration des savoirs

  • 20 Sur les différentes classifications du savoir au moyen âge, voir Weijers (2015), p. 45-59. Pour un (...)
  • 21 Sur ces cinq branches du savoir, voir par exemple Seyfort Ruegg (1995), p. 101-132.

12Comme l’Occident latin, le bouddhisme indien connaît plusieurs divisions du savoir20. L’une d’elles est particulièrement en honneur, qui relève à la fois de la classification normative et du curriculum, celle des cinq branches ou disciplines du savoir (vidyāsthāna) : la science « intérieure » (adhyātmavidyā), ainsi désignée parce qu’elle est tout entière ordonnée au salut, mais aussi, peut-être, parce que seule elle est ressentie comme purement bouddhique, et qui traite d’exégèse canonique, de dogme et de sotériologie ; la science « linguistique » (śabdavidyā), littéralement « science des mots » ou « du langage », qui consiste en premier lieu dans la science de la grammaire (vyākaraa) ; la science de la « logique » (hetuvidyā), laquelle coïncide au moins en partie avec la « dialectique » ou « science du débat » (vāda), et qui tendra toujours davantage vers une théorie générale de la connaissance et une méthodologie ordonnée aux besoins de l’apologétique bouddhique ; la science de la médecine (cikitsāvidyā) : enfin, la science dite « des arts et activités » (śilpakarmasthānavidyā), laquelle couvre tous les domaines du savoir concret, de la danse à la peinture en passant par le métier des armes21. Chacune de ces disciplines possède son canon des autorités, bouddhiques aussi bien que brahmaniques. Aussi Sthiramati (vie siècle) présente-t-il ces sciences de deux façons successives. Tout d’abord, nous dit-il :

  • 22 Sūtrālakāravttibhāya D tsi 92a4-5.

On appelle « science interne » l’expertise dans la Parole du Bouddha ; « science de la logique » l’expertise en matière de raisonnement (Tib. tar ka’i phyogs) ; « science du langage » l’expertise dans le traité de la Grammaire (*vyākaraaśāstra) ; « science de la médecine » l’expertise dans les traités médicaux tels que celui de Caraka ; « science des arts et activités » l’expertise dans le chant, la danse ou le métier des armes [tels qu’ils sont enseignés] dans le Mahābhārata, etc22.

13Comme on le voit, les bouddhistes ne rechignent pas à recourir au meilleur du savoir brahmanique lorsqu’il s’agit de former leurs élites : Vyākaraṇa, Carakasahitā, Mahābhārata. Mais à qui s’enquerrait d’autorités proprement bouddhiques (et plus spécifiquement mahāyānistes) pour ces sciences, Sthiramati peut répondre :

  • 23 Sūtrālakāravttibhāya D tsi 203b3-204a1.

Dans ce contexte, c’est le Grand Véhicule lui-même que l’on nomme « science interne ». Quant à la science de la logique, à la science du langage, à la science de la médecine, à la science des arts et activités, le Bienheureux les a présentées aux bodhisattva en les incluant dans les sūtra du Grand Véhicule. Il a par exemple énoncé, comme la science de la logique, les moyens de connaissance valide que sont la perception et l’inférence dans des sūtra tels que le Lakāvatāra et le Sandhinirmocana. Dans le Sandhinirmocanasūtra, il est dit en effet que la raison doit être connue comme étant de quatre sortes, c’est-à-dire dépendance, causalité, démonstration argumentée et ordre des choses. De même en va-t-il également de la science de la parole, [puisque des loci de] sūtra tels que : « On l’appelle “corporéité” en raison la résistance [qu’elle oppose] », ou « On l’appelle “sensation” parce qu’elle est expérience [directe] », de même que des définitions de la parole, ont été énoncés en grand détail dans les sūtra en question. De même en va-t-il de la science de la médecine, [puisque] une méthode de médecine a été présentée dans le Suvarabhāsasūtra, etc., et de la science des arts et activités, [puisque] des arts et activités aussi multiples que la danse, le chant et la musique ont été décrits dans tel ou tel sūtra du Grand Véhicule. Par conséquent, toutes les disciplines du savoir sont incluses dans les sūtra du Grand Véhicule23.

  • 24 Le cas d’Aśoka (couronné vers ~268), d’ailleurs très complexe, peut être négligé dans le présent c (...)
  • 25 Sur ce point, voir Hahn, Dietz (2008).

14Rien n’indique que les cinq disciplines du savoir aient trouvé une contrepartie institutionnelle et organisé, sur le modèle des facultés par exemple, les filières d’enseignement et de recherche des grands établissements monastiques dont il a été question plus haut. Quoi qu’il en soit, par sa nature autant que par ses sources, la « science intérieure » fait largement écho à la théologie ; la médecine forme une discipline indépendante dans les deux contextes ; comme l’Occident latin à partir du xiie siècle, la culture intellectuelle du bouddhisme indien tend à favoriser les disciplines dites du trivium – grammaire et dialectique surtout (les disciplines du quadrivium pourraient aisément être dites relever de la śilpakarmasthānavidyā). Le droit brille ici par son absence. Le fait ne devrait toutefois pas trop nous étonner : le droit, pour un bouddhiste, c’est d’abord la règle, et le bouddhisme a connu d’importantes lignées de canonistes. Ce droit n’a toutefois pas vocation à régir la société séculière ou « laïque », une prérogative déléguée aux brahmanes et à leurs riches traditions normatives en matière de droit (dharmaśāstra) et de politique (arthaśāstra, nītiśāstra). L’Inde continentale n’a pas connu d’états bouddhiques tels qu’ils auraient pu mobiliser un corps de juristes spécialisés dans le droit civil et pénal24. La contribution littéraire du bouddhisme à la politique se résume au genre de l’épître au roi où tel intellectuel bouddhiste (Nāgārjuna, Mātṛceṭa, Kamalaśīla, etc.) prodigue au prince ses bons conseils en matière de conduite droite (en l’exhortant parfois, c’est notable, à la clémence dans les châtiments et à l’abandon de la peine capitale)25.

Le commentaire

  • 26 Sur ce qui suit, voir en dernier lieu Nance (2012).
  • 27 Sur les commentaires indiens en général, voir Hulin (2000), Preisendanz (2008).

15Le rôle du commentaire dans cette culture intellectuelle ne saurait être surestimé, et découle de la « situation herméneutique » dans laquelle se meut le bouddhisme indien26. Ce rôle se mesure au fait que l’érudition bouddhique a consacré plusieurs traités importants à l’art du commentaire, dont l’un forme à lui seul l’une des quatre sections principales de la volumineuse Yogācārabhūmi. Ce Compendium de l’exégèse (Vivaraasagrahaī) s’attache à détailler la structure d’un commentaire, à en définir et en exemplifier les parties principales (objectif, glose littérale, sens général, objections, syntaxe, etc.), et à inscrire l’exégèse dans le cadre de l’activité catéchétique et missionnaire du bouddhisme. Le plus fameux et le plus influent des manuels d’exégèse est cependant la Vyākhyāyukti de Vasubandhu. L’œuvre porte en premier lieu sur le Grand Véhicule, mouvement dont elle fait l’apologie et commente, à titre d’exemples, un nombre considérable de loci scripturaires. Le commentaire aux ouvrages canoniques, dont Buddhaghosa fournit au ve siècle un exemple qui n’a pas d’équivalent connu dans l’Inde continentale, n’épuise toutefois nullement l’activité exégétique des intellectuels indiens, dont les plus notables – songeons aux figures de Vasubandhu et de Kamalaśīla (740-795 ?) – semblent en mesure de tout commenter. C’est d’ailleurs un trait récurrent, mais encore mal étudié, du dernier bouddhisme indien (700-1300) que de produire des intellectuels polygraphes commentant des œuvres de logique aussi bien que des traités de rituel ésotérique. Le commentaire revêt une importance toute particulière dans le contexte des littératures de type scientifique, dogmatique et philosophique, dont la technicité, le caractère extrêmement elliptique (motivé ou non par les impératifs de la mémorisation) et l’érudition vertigineuse rendent une paraphrase le plus souvent indispensable. La plupart de ces textes nous demeureraient très largement inintelligibles sans les commentaires avec lesquels ils nous sont heureusement parvenus. Ces commentaires, qui s’étagent et se hiérarchisent, présentent des types innombrables (scolies, paraphrases, sélection de notes, commentaire perpétuel, etc.). Le bouddhisme partage d’ailleurs avec les traditions brahmaniques une nomenclature complexe des gloses dont il n’y a pas lieu de croire qu’elle renvoie à des genres clairement définis et réglementés27.

Raison, argumentation, débat

  • 28 Sans que cette prérogative tout épistémologique et théorique de la raison autorise jamais quelque (...)
  • 29 Selon le titre d’un livre de Sara McClintock, Omniscience and the Rhetoric of Reason (2010).
  • 30 Sur les rapports entre pluralisme religieux et philosophie en Inde ancienne, voir Eltschinger (201 (...)

16Quoiqu’on manque encore de toute étude historique ou généalogique consacrée aux concepts bouddhiques de la raison (yukti), il paraît certain que ceux-ci trouvent leurs premières formulations systématiques dans le cadre de l’exégèse entendue au sens large. La raison ne verra sa juridiction propre définie qu’après un long voisinage avec l’autorité scripturaire. Jusqu’au ve siècle en tout cas, et bien au-delà dans de nombreux milieux, les intellectuels bouddhistes établissent le dogme en faisant jouer conjointement raison et écriture (āgama), cette dernière venant appuyer et autoriser une thèse d’abord établie en raison (yuktitas) ; la raison ne saurait aboutir à des conclusions contraires à l’écriture. Si les deux sources du dogme concourent à une même démonstration, c’est donc que leurs aires de compétence se superposent. On ne tarde cependant pas à définir la raison comme le libre exercice des deux moyens de connaissance valide (pramāa) « ordinaires » que sont la perception sensible (pratyaka) et l’inférence (anumāna). À la raison ainsi caractérisée, on demandera toujours davantage de faire la critique du donné révélé, en particulier dans une perspective apologétique – établir et défendre la rationalité de ses propres croyances et condamner comme irrationnelles les thèses de l’adversaire. Quand les plus grands intellectuels redirigeront l’effort polémique du bouddhisme contre l’(ultra-)orthodoxie brahmanique (à partir de 500-550 environ), quand, donc, l’écriture cessera de valoir en tant que moyen de preuve (au moins à destination de l’extérieur), les juridictions respectives des deux sources prendront leurs contours définitifs : à la raison reviendra l’analyse autonome du monde empirique28 ; à l’écriture, la sphère du suprasensible inaccessible aux lumières naturelles de l’esprit humain, et, en grande partie, l’agir éthico-religieux. C’est dans ce mouvement que naît en Inde la philosophie au sens strict. L’Inde ancienne se caractérise en effet par un pluralisme religieux marqué qui s’est traduit par une concurrence farouche entre les différentes prétentions à la vérité et le développement concomitant d’une pratique voire d’une « rhétorique » de la raison29, d’un langage commun et de procédures démonstratives au moins partiellement standardisées30.

  • 31 Voir Bazán (1985), et surtout Weijers (2013) et Weijers (2015), p. 107-137. Le mot disputatio peut (...)

17Le débat argumenté joue également un rôle de première importance dans la culture intellectuelle des élites bouddhiques31. Cette prépondérance se manifeste à trois niveaux au moins.

  • 32 Voir Frauwallner (1984) et Preisendanz (2000).
  • 33 Voir Eltschinger (2012). Voir aussi Krasser (2005).
  • 34 Voir Frauwallner (1982).

181) Le débat donne lieu d’assez bonne heure (iiie siècle ?) à une discipline indépendante, celle du vāda ou tradition « éristique-dialectique », qui en décrit les types, le public, les règles, les méthodes et les objectifs. Cette tradition nous a laissé plusieurs chapitres ou traités dont, encore une fois, des sections de la Yogācārabhūmi, des œuvres indépendantes de Vasubandhu et deux traités préservés en chinois, l’*Upāyahdaya et le (*)Tarkaśāstra. Ces manuels codifient un débat opposant les représentants d’écoles ou de confessions concurrentes – et dont l’un est déclaré vainqueur, idéalement par le roi32. Il y a lieu de croire que débat et discipline dialectique furent initialement perçus comme contraires à l’éthique et donc aux idéaux de salut du bouddhisme, car exaltant et renforçant des passions telles que l’hostilité, la colère, l’appât du gain ou l’égoïsme. Les dialecticiens bouddhistes qui se firent les avocats de la discipline nouvelle la présentèrent comme une œuvre de compassion et insistèrent sur son potentiel catéchétique, doxolytique et, médiatement au moins, salvifique33. Sous les traits de la hetuvidyā, la dialectique intégrera bientôt le curriculum monastique pour donner lieu à d’importantes recherches en théorie de la connaissance34.

  • 35 Voir Cabezón (2008).
  • 36 Voir Bronkhorst (2007).

192) La dialectique a fortement imprégné l’imaginaire et la mémoire du bouddhisme, et ce bien au-delà de l’Inde. Rares sont en effet les biographies de maîtres indiens qui ne vantent le charisme et les victoires de ces derniers sur des cohortes d’adversaires du bouddhisme. Cabezón a justement parlé de dialectical lives pour évoquer ces hagiographies arc-boutées sur des exploits en débat35. Quoi qu’il en soit de leur réalité historique et de leurs enjeux, manifestement exagérés par la tradition, ces joutes ont fait l’objet d’une forte ritualisation que l’on voit à l’œuvre tant au niveau de l’éducation des moines qu’à l’occasion d’événements communautaires majeurs tels que l’installation d’un nouvel abbé36.

  • 37 Voir Eltschinger (à paraître).
  • 38 Je ne saurais mieux faire ici que citer Jean-Luc Solère (2004, 1309b) : « Les contraintes formelle (...)

203) Le débat informe également tous les types de littératures techniques. Tout commentaire d’un peu d’étendue intègre des objections de nature plus ou moins rhétorique. Détail intéressant, les arts du commentaire reflètent, prescrivent et systématisent ce procédé en stipulant que toute séquence exégétique doit se refermer sur une rubrique de réponse aux objections (codyaparihāra), une pratique qui trouve un parallèle frappant dans les quaestiones et les dubitationes concluant les commentaires médiévaux latins37. Surtout, c’est peut-être la marque la plus caractéristique de toute la philosophie indienne que de mettre en scène un débat entre un « objectant » (pūrvapakin) ou opponens (vādin), et un respondens (uttarapakin, prativādin), leur confrontation résultant, ou non, dans la formulation d’une « conclusion autorisée » (siddhānta) reflétant l’opinion de l’auteur ou du « système » au nom duquel il s’exprime. Ces textes se distinguent par la densité des échanges dialectiques entre protagonistes, qui fait d’eux des productions littéraires souvent indigestes défiant toute lecture cursive – un trait qu’accentue encore la haute technicité et le « jargon » caractéristiques des textes philosophiques et, plus généralement, « śāstriques38 ». En dépit d’analogies de surface, le débat tel qu’il apparaît dans le discours philosophique bouddhique n’entretient que peu de rapports avec la quaestio disputata latine, dont il n’affecte ni la structure, ni les objectifs pédagogiques.

  • 39 Il est juste de préciser que le prayoga ou parārthānumāna des bouddhistes n’est pas à proprement p (...)
  • 40 Voir par exemple Eltschinger (2003), p. 138-141.
  • 41 Voir par exemple Davidson (1999).

21Les textes philosophiques bouddhiques se présentent sous la forme d’enchaînements argumentatifs rigoureux réglés par des lois dûment théorisées. La logique organise en effet le discours des élites bouddhiques autant qu’elle en est l’un des objets principaux, au moins à compter du « tournant épistémologique » du vie siècle. Les préoccupations logiques des premiers traités de dialectique s’épuisaient dans une nomenclature statique et descriptive des éléments constitutifs de l’inférence. Les dialecticiens bouddhistes porteront toutefois une attention croissante aux relations mutuelles des membres de la preuve, ainsi qu’à leurs rapports respectifs avec la réalité. Ils s’attacheront en particulier à une taxinomie des relations entre propriété servant de probandum (sādhyadharma, « propriété à prouver ») et propriété servant de probans (hetu, « raison logique », ou sādhanadharma, « propriété probatrice »), schématisation dont les différentes figures définissent l’implication simple, la contradiction et différents vices logiques. D’un côté, ces recherches ne cesseront jamais de se préciser et, pour partie, de se renouveler, dans la production philosophique des théoriciens bouddhistes de la connaissance. De l’autre, la logique deviendra, toujours davantage, l’organon et la texture même du discours philosophique bouddhique. Les commentateurs auront alors pour prérogative de « formaliser » ou, mieux, de « mettre en syllogisme »39, le texte qu’ils expliquent de façon à en exhiber la structure argumentative profonde. Les traités philosophiques de la dernière période du bouddhisme indien s’ouvriront d’ailleurs souvent sur une telle « mise en syllogisme » de leur thèse principale afin de mieux en démontrer la validité et la vérité40. Le prestige du mode d’exposition logique sera tel dans les monastères de cette dernière période que l’on s’y emploiera à mettre en syllogismes les articulations principales de la sotériologie tantrique41.

Le langage

  • 42 On ignore encore les raisons pour lesquelles certains segments du bouddhisme indien, les Sarvāstiv (...)
  • 43 Voir par exemple Eltschinger (2007), p. 67-202.

22Le langage est au centre des préoccupations philosophiques des intellectuels bouddhistes, comme en témoigne d’ailleurs l’inscription de la « science du langage », de la grammaire donc, au curriculum monastique. À peu près aussi loin qu’on remonte, le bouddhisme soumet à une critique impitoyable le langage et les réifications auxquelles il donne lieu, la plus délétère étant celle qui nous porte à rechercher des contreparties extralinguistiques aux diverses expressions linguistiques du moi, et donc à organiser le monde de l’expérience autour d’un ego hypostasié en proie à un constant désir. Le langage peuple donc le monde de pseudo-entités que l’analyse linguistique et philosophique bouddhique se charge de dénoncer et de dissoudre. Ce travail d’analyse donnera lieu à la doctrine bouddhique des deux vérités (satyadvaya, ou « deux réalités »), qui distingue entre entités fictives, créées par le langage et l’esprit – typiquement les « tout » de la Lebenswelt tels que forêt, armée, maison ou char –, et entités ultimement réelles, inanalysables, non verbalisables et objets d’une pure intuition (sensible ou intellectuelle, les avis divergeant). Les intellectuels bouddhistes se font les avocats presque unanimes d’une position strictement conventionaliste en théorie du langage, doublée d’un nominalisme – ou faut-il parler de conceptualisme ? – intransigeant en matière de sémantique et d’ontologie (une « querelle des universaux » séculaire les opposa à des brahmanes acquis à des formes parfois radicales de réalisme). Aux questions ontologiques et sotériologiques concernant le langage s’ajoutent des enjeux d’ordre apologétique liés à l’autorité, notamment scripturaire, l’ultra-orthodoxie brahmanique étant prompte à fonder l’autorité inconditionnée de son Veda dans une théorie du langage ou, pour mieux dire, du sanskrit, posant une relation naturelle et « incréée » entre énoncés védiques et ordre du suprasensible42. À ces tentatives de naturalisation de l’autorité, le bouddhisme oppose une méthode « vérificationniste » ou « falsifiabiliste » des prétentions des énoncés révélés à la vérité (des critères de cohérence interne intervenant là où toute vérification ou falsification est impossible, c’est-à-dire là où les énoncés portent sur le suprasensible)43.

Conclusion

23On multiplierait à l’envi les éléments composant cette description sommaire et encore « précomparative » de la culture intellectuelle du bouddhisme indien. Je ne crois pas que ce tableau doive recueillir davantage que l’intérêt bienveillant des médiévistes, qui en goûteront peut-être l’exotisme, mais n’y trouveront pas la feuille de route que son enrichissement peut représenter pour le bouddhisant. L’inventaire des ressemblances entre dispositifs importe moins que l’intelligence de ces dispositifs eux-mêmes, et ce ne saurait être la vocation du comparatisme que de recenser de tels airs de famille. Mais là où la nature, la signification et la fonction contextuelle d’un fait ou d’un ensemble de faits échappent à ses interprètes, la comparaison doit permettre de structurer et d’alimenter le questionnaire. Plus encore que d’ouvrir un champ des possibles comparatifs, cet essai aura révélé l’ignorance où sont les indianistes de maints aspects du dispositif scolastique bouddhique – nature de l’enseignement, statut et cahier des charges des enseignants, rôle des ordres monastiques, structures institutionnelles, rapports de l’oral et de l’écrit, etc. Le Moyen Âge latin – et virtuellement au moins les différents mondes médiévaux – ne saurait fournir des réponses toutes faites, mais il peut assurément nous aider à poser des questions.

Haut de page

Bibliographie

Bareau A. (1955), Les sectes bouddhiques du Petit Véhicule, Paris, École française d’Extrême-Orient.

Bazán B.C. (1985), « Les questions disputées, principalement dans les facultés de Théologie », dans Bazán B.C., Fransen G., Wippel G., Jacquart D. (dir.), Les questions disputées et les questions quodlibétiques dans les Facultés de théologie, de droit et de médecine, Turnhout, Brepols, p. 15-149.

Beckwith C.I. (2012), Warriors of the Cloisters. The Central Asian Origins of Science in the Medieval World, Princeton, Princeton University Press.

Bronkhorst J. (2007), « Modes of Debate and Refutation of Adversaries in Classical and Medieval India. A Preliminary Investigation », Antiquorum Philosophia, 1, p. 269-280.

Bronkhorst J. (2008), Aux origines de la philosophie indienne, Gollion, Infolio.

Bronkhorst J. (2009), Buddhist Teaching in India, Boston, Wisdom Publications.

Cabezón J.I. (1994), « Scholasticism », dans Id. (dir.), Buddhism and Language. A Study of Indo-Tibetan Scholasticism, Albany, State University of New York Press, p. 11-26.

Cabezón J.I. (dir.) (1998), Scholasticism. Cross-Cultural and Comparative Perspectives, Albany, State University of New York Press.

Cabezón J.I. (2008), « Buddhist Narratives of the Great Debates », Argumentation, 22, p. 71-92.

Chenu M.-D. (1993 [1954]), Introduction à l’étude de Saint Thomas d’Aquin, Montréal/Paris, Institut d’études médiévales/Vrin.

Davidson R.M. (1999), « Masquerading as Pramāa. Esoteric Buddhism and Epistemological Literature », dans Katsura S.  (dir.), Dharmakīrti’s Thought and Its Impact on Indian and Tibetan Philosophy, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, p. 25-35.

Dutt S. (1988 [1962]), Buddhist Monks and Monasteries of India. Their History and their Contribution to Indian Culture, Delhi, Motilal Banarsidass.

Eltschinger V. (2003), « La Vedāprāmāṇyasiddhi de Jitāri. Introduction et traduction », Journal Asiatique, 291/1-2, p. 137-172.

Eltschinger V. (2007), Penser l’autorité des Écritures. La polémique de Dharmakīrti contre la notion brahmanique orthodoxe d’un Veda sans auteur, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften.

Eltschinger V. (2008), « Pierre Hadot et les “excercices spirituels” : quel modèle pour la philosophie bouddhique tardive ? », Études Asiatiques/Asiatische Studien, 62/2, p. 485-544.

Eltschinger V. (2012), « Debate, Salvation and Apologetics. On the Institutionalization of Dialectics in the Buddhist Monastic Environment », dans Voegeli F., et al. (dir.), Devadattīyam. Johannes Bronkhorst Felicitation Volume, Berne, Peter Lang, p. 429-489.

Eltschinger V. (2014), Buddhist Epistemology as Apologetics. Studies on the History, Self-understanding and Dogmatic Foundations of Late Indian Buddhist Philosophy, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften.

Eltschinger V. (2017a), « Why Did the Buddhists Adopt Sanskrit? », Open Linguistics, 3, p. 308-326. En ligne : https://doi.org/10.1515/opli-2017-0015.

Eltschinger V. (2017b), « Philosopher en milieu bouddhique. Pluralisme religieux, discours et rationalités », ThéoRèmes, 11. En ligne : https://theoremes.revues.org/1162.

Eltschinger V. (à paraître), « From Commentary to Philosophy, or Lectio and Disputatio in Indian Buddhist Commentarial Literature ».

Frauwallner E. (1982 [1957]), « Vasubandhu’s Vādavidhiḥ », dans Oberhammer G., Steinkellner E.  (dir.), E. Frauwallner : Kleine Schriften, Wiesbaden, Franz Steiner Verlag, p. 716-758.

Frauwallner E. (1984), « Erkenntnistheorie und Logik der klassischen Zeit », dans E. Steinkellner (dir.), E. Frauwallner : Nachgelassene Werke. I. Aufsätze, Beiträge, Skizzen, Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, p. 66-87.

Hahn M., S. Dietz (2008), Wege zur rechten Erkenntnis. Buddhistische Lehrbriefe, Francfort-sur-le-Main/Leipzig, Verlag der Weltreligionen.

Hulin M. (2000), « Le commentaire dans la littérature philosophique de l’Inde ancienne », dans Goulet-Cazé M.-O. (dir.), Le commentaire entre tradition et innovation. Actes du Colloque de l’Institut des Traditions Textuelles (Paris et Villejuif, 22-25 septembre 1999), Paris, Vrin, p. 425-434.

Jolivet J. (1969), « La philosophie médiévale en Occident », dans Parain B.  (dir.), Histoire de la philosophie, vol. I, Orient, Antiquité, Moyen Âge, Paris, Gallimard, p. 1198-1563.

Kapstein M. (2003), Reason’s Traces: Identity and Interpretation in Indian and Tibetan Buddhist Thought, Boston, Wisdom Publications.

Kenny A., Pinborg J. (1982), « Medieval Philosophical Literature », dans N. Kretzmann, A. Kenny, J. Pinborg (dir.), The Cambridge History of Later Medieval Philosophy, From the Rediscovery of Aristotle to the Disintegration of Scholasticism, 1100-1600, Cambridge, Cambridge University Press.

Krasser H. (2005), « Are Buddhist Pramāṇavādins non-Buddhistic? Dignāga and Dharmakīrti on the Impact of Logic and Epistemology on Emancipation », Hōrin, Vergleichende Studien zur Japanischen Kultur, 11, p. 129-146.

Lamotte É. (1976 [1958]), Histoire du bouddhisme indien, des origines à l’ère Śaka, Louvain-la-Neuve, Université de Louvain/Institut Orientaliste.

Libera A. de (2014 [1993]), La philosophie médiévale, Paris, PUF.

Libère Boulbach [ = Alain de Libera, Jean-Luc Solère, Olivier Boulnois, Ruedi Imbach] (2004 [2002]), « Philosophie », dans Gouvard C. , Libera A. de , Zink M. (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, PUF, p. 1081a-1094a.

Marenbon J. (2007), Medieval Philosophy. An Historical and Philosophical Introduction, Londres/New York, Routledge.

Marenbon J. (2016), Medieval Philosophy. A Very Short Introduction, Oxford, Oxford University Press.

Masson-Oursel P. (1920), « La Scolastique (étude de philosophie comparée) », Revue Philosophique de la France et de l’Étranger, 90, p. 123-141.

McClintock S.L. (2010), Omniscience and the Rhetoric of Reason. Śāntarakita and Kamalaśīla on Rationality, Argumentation, & Religious Authority, Boston, Wisdom Publications.

Nance R. (2012), Speaking for Buddhas. Scriptural Commentary in Indian Buddhism, New York, Columbia University Press.

Preisendanz K. (2000), « Debate and Independent Reasoning vs. Tradition: On the Precarious Position of Early Nyāya », dans Tsuchida R. et Wezler A.  (dir.), Harānandalaharī. Volume in Honour of Professor Minoru Hara on His Seventieth Birthday, Reinbek, Dr. Inge Wezler Verlag, p. 221-251.

Preisendanz K. (2008), « Text, Commentary, Annotation: Some Reflections on the Philosophical Genre », Journal of Indian Philosophy, 36, p. 599-618.

Riché P., Verger J. (2013 [2006]), Maîtres et élèves au Moyen Âge, Paris, Librairie Arthème Fayard/Pluriel.

Rijk L.M. de (1985), La philosophie au Moyen Âge, trad. du néerlandais par P. Swiggers, Leyde, E.J. Brill.

Sanderson A. (2009), « The Śaiva Age », dans S. Einoo (dir.), Genesis and Development of Tantrism, Tokyo, Institute of Oriental Culture/University of Tokyo, p. 41-349.

Schönberger R. (1991), Was ist Scholastik?, Hildesheim, Bernward.

Seyfort Ruegg D. (1995), Ordre spirituel et ordre temporel dans la pensée bouddhique de l’Inde et du Tibet, Paris, Collège de France/Institut de Civilisation Indienne.

Solère J.-L. (2002), « Avant-propos », dans Solère J.-L., Kaluza Z. (dir.), La servante et la consolatrice, Paris, Vrin, p. V-XV.

Solère J.-L. (2004 [2002]), « Scolastique », dans Gouvard C. , Libera A. de, Zink M. (dir.), Dictionnaire du Moyen Âge, Paris, PUF, p. 1299a-1310b.

Tillemans T.J.F. (1984), « Sur le parārthānumāna en logique bouddhique », Asiatische Studien/Études Asiatiques, 38/2, p. 73-99.

Tubb, G.A., Boose E.R. (2007), Scholastic Sanskrit. A Manual for Students, New York, The American Institute of Buddhist Studies at Columbia University in the City of New York.

Weijers O. (2013), In Search of the Truth. A History of Disputation Techniques from Antiquity to Early Modern Times, Turnhout, Brepols.

Weijers O. (2015), A Scholar’s Paradise. Teaching and Debating in Medieval Paris, Turnhout, Brepols.

Haut de page

Notes

1 Libera A. de (2014 [1993]), La philosophie médiévale, Paris, PUF, XIV : « Philosophiquement, le monde médiéval n’a pas de centre. Non seulement parce que le monde médiéval occidental a une pluralité de centres, mais surtout parce qu’il y a plusieurs mondes médiévaux. »

2 Ibid., XIV.

3 Ibid., XV.

4 Voir Marenbon (2007), p. 1-3 et p. 6-33 ; et Marenbon (2016), p. 3 et p. 8-9.

5 Marenbon (2016), p. 3.

6 On sait désormais qu’on cultivait la philosophie dans les « colonies » grecques de Bactriane : des fragments d’un dialogue perdu d’Aristote ont été découverts à Aï Khanoum, ville qu’avait visitée Cléarque de Soles (350-290 av. J.-C. ?), un disciple direct d’Aristote. Johannes Bronkhorst a récemment conjecturé une possible influence du débat philosophique grec sur la systématisation du système doctrinal de l’ordre Sarvāstivādin au Gandhāra. Sur ces différents points, voir Bronkhorst J. (2009), Buddhist Teaching in India, Boston, Wisdom Publications, p. 109-114. Si l’Inde ancienne possède bien un ethnonyme visant les Grecs (yavana), elle ne lui associe ni discours ni pratique – rien qui ressemble de près ou de loin aux « gymnosophistes ».

7 C’est d’ailleurs tout l’intérêt anthropologique de la philosophie en Inde que de nous présenter une tradition sui generis née comme à huis clos et s’étant développée en vase clos, au moins jusqu’à la colonisation britannique.

8 Voir Kapstein (2003), p. 3-22, Bronkhorst (2008), p. 11-15, McClintock (2010), p. 14-22 ; voir aussi Eltschinger (2008) et Eltschinger (2014), p. 28-31.

9 Voir Masson-Oursel (1920), Cabezón (1994), Cabezón (1998) ; pour un résumé de ces travaux, voir Eltschinger (à paraître).

10 Chenu (1993), p. 52 ; Jolivet (1969), p. 1198.

11 Solère (2004), p. 1299a. Sur la scolastique et le débat portant sur sa caractérisation, voir Chenu (1993), p. 51-60, Rijk de (1985) p. 82-105 (surtout p. 82-84), Schönberger (1991), Solère (2004) ; pour un excellent résumé, voir aussi Libère Boulbach (2004 [2002]), p. 1092b-1093a.

12 Le terme est utilisé par Marie-Dominique Chenu (1993), p. 66.

13 Sur cette notion, voir plus bas, note 38.

14 Un ouvrage fréquemment cité à cet égard est celui, d’ailleurs pionnier, de Sukumar Dutt (1988 [1962]). Pour une mise au point récente, voir Sanderson (2009), p. 87-108.

15 Sur ces notions, voir Kenny, Pinborg (1982), p. 21-22, et passim.

16 Sur ce point et sur ce qui suit, voir par exemple Bareau (1955).

17 Bazán (1985), p. 25, cité dans Solère (2004 [2002]), p. 1301b-1302a. Rappelons que, pour Bernardo C. Bazán, le Moyen Âge présente « une culture théologique et scientifique centrée sur des textes, […] une culture en situation herméneutique ».

18 Voir Eltschinger (2007), p. 17-20.

19 Sur ces différents points, voir par exemple Lamotte (1976 [1958]), p. 154-210.

20 Sur les différentes classifications du savoir au moyen âge, voir Weijers (2015), p. 45-59. Pour une discussion générale de l’autorité dans la scolastique, voir par exemple Rijk (1985), p. 87-89, Schönberger (1991), p. 103-108, Chenu (1993), p. 106-131 ; sur les autorités spécifiques aux différentes disciplines, voir par exemple Rijk (1985), p. 89-96, Riché, Verger (2013 [2006]), p. 119-145, Weijers (2015), p. 61-75.

21 Sur ces cinq branches du savoir, voir par exemple Seyfort Ruegg (1995), p. 101-132.

22 Sūtrālakāravttibhāya D tsi 92a4-5.

23 Sūtrālakāravttibhāya D tsi 203b3-204a1.

24 Le cas d’Aśoka (couronné vers ~268), d’ailleurs très complexe, peut être négligé dans le présent contexte. Même à caractériser l’État maurya, sous son règne, comme « bouddhiste » (ce à quoi je rechigne), la question de la valeur contraignante (en termes de légalité, et non de moralité) et du champ d’application des fameux édits reste posée.

25 Sur ce point, voir Hahn, Dietz (2008).

26 Sur ce qui suit, voir en dernier lieu Nance (2012).

27 Sur les commentaires indiens en général, voir Hulin (2000), Preisendanz (2008).

28 Sans que cette prérogative tout épistémologique et théorique de la raison autorise jamais quelque chose comme des sciences empiriques, voire empirico-mathématiques.

29 Selon le titre d’un livre de Sara McClintock, Omniscience and the Rhetoric of Reason (2010).

30 Sur les rapports entre pluralisme religieux et philosophie en Inde ancienne, voir Eltschinger (2017b), et plus généralement, le numéro 11 de la revue ThéoRèmes.

31 Voir Bazán (1985), et surtout Weijers (2013) et Weijers (2015), p. 107-137. Le mot disputatio peut se référer à au moins trois types de situations discursives/dialogiques : (1) la dispute éristique-dialectique (héritière des joutes dialectiques décrites par Aristote et transmises par Boèce), dont un des types consiste dans un duel, mené souvent à des fins didactiques, entre un opponens et un respondens ; (2) la dispute scolastique consistant à opposer des arguments contradictoires afin de découvrir la vérité sur un problème donné, qui n’est jamais un duel dialectique, mais la discussion d’une question par le maître et ses étudiants (Weijers [2013], p. 121-122) ; et (3) le débat public portant, au contraire de la joute dialectique, sur un sujet d’intérêt philosophique, et dont un protagoniste peut être déclaré vainqueur (Weijers [2013], p. 82-84).

32 Voir Frauwallner (1984) et Preisendanz (2000).

33 Voir Eltschinger (2012). Voir aussi Krasser (2005).

34 Voir Frauwallner (1982).

35 Voir Cabezón (2008).

36 Voir Bronkhorst (2007).

37 Voir Eltschinger (à paraître).

38 Je ne saurais mieux faire ici que citer Jean-Luc Solère (2004, 1309b) : « Les contraintes formelles de la scolastique se manifestent également dans l’usage d’un langage extrêmement particulier, voire rébarbatif : “Latin scolastique” est synonyme non seulement de latin incorrect et sans beauté, mais encore de jargon obscur. On pourrait répondre que la pensée médiévale s’est dotée d’un outil d’expression où tout ornement a été sacrifié, il est vrai, à la précision et à la rigueur, et dont la technicité répond normalement à une haute spécialisation et un entraînement intensif à la discussion, qui multiplie les discussions et les concepts. » Le sanskrit propre aux littératures techniques-scientifiques (śāstra), le sanskrit « śāstrique » donc, se caractérise par un recours massif à la phrase nominale, la productivité des formations abstraites, un vocabulaire extrêmement spécialisé, des tours syntaxiques reflétant le caractère dialogique de la construction du savoir, etc. Il me paraît significatif que l’ouvrage de référence concernant le sanskrit « śāstrique » soit intitulé Scholastic Sanskrit, A Manual for Students (Tubb, Boose [2007]).

39 Il est juste de préciser que le prayoga ou parārthānumāna des bouddhistes n’est pas à proprement parler un syllogisme, puisqu’il fait l’économie de la formulation explicite de la conclusion. Sur ce point, voir Tillemans (1984).

40 Voir par exemple Eltschinger (2003), p. 138-141.

41 Voir par exemple Davidson (1999).

42 On ignore encore les raisons pour lesquelles certains segments du bouddhisme indien, les Sarvāstivādin surtout, ont adopté le sanskrit (voir Eltschinger [2017a]). Toujours est-il que les courants dominants du bouddhisme, une religion essentiellement missionnaire contrainte à une grande flexibilité linguistique, ont privilégié de la langue une conception strictement instrumentale et pluraliste. Au moins en théorie, aucune valeur ou autorité particulière ne s’attache au sanskrit.

43 Voir par exemple Eltschinger (2007), p. 67-202.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vincent Eltschinger, « Qu’attendre d’une comparaison des scolastiques ? », Socio-anthropologie, 36 | 2017, 123-142.

Référence électronique

Vincent Eltschinger, « Qu’attendre d’une comparaison des scolastiques ? », Socio-anthropologie [En ligne], 36 | 2017, mis en ligne le 24 novembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/socio-anthropologie/3155 ; DOI : 10.4000/socio-anthropologie.3155

Haut de page

Auteur

Vincent Eltschinger

Vincent Eltschinger est directeur d’études à l’École pratique des hautes études (PSL research university, Paris), où il est titulaire de la chaire de bouddhisme indien. Formé à l’histoire et aux philologies du bouddhisme à l’université de Lausanne, Vincent Eltschinger a poursuivi sa carrière à l’Académie des Sciences d’Autriche (Vienne), dont il a dirigé l’Institut für Kultur-und Geistesgeschichte Asiens en 2014-2015. Dans sa thèse, soutenue à Lausanne (2003) et publiée à Vienne sous le titre Penser l’autorité des Écritures (Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2007), ses recherches ont d’abord porté sur le logicien et théoricien de la connaissance bouddhiste Dharmakīrti (vers 600), avant de se déplacer en direction d’une généalogie de la philosophie en milieu bouddhique et du moine poète Aśvaghoṣa (ier siècle). Ses ouvrages récents incluent Caste and Buddhist Philosophy (Motilal Banarsidass, 2013), en collaboration avec Helmut Krasser et John Taber Can the Veda Speak ? (Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2013), en collaboration avec Isabelle Ratié Self, No-Self, and Salvation (Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2013), et Buddhist Epistemology as Apologetics (Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 2014). Vincent Eltschinger est co-éditeur de la Brill’s Encyclopedia of Buddhism et travaille actuellement, en collaboration avec Isabelle Ratié, à une histoire de la philosophie indienne à paraître aux éditions Gallimard.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Revue soutenue par l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS
  • Logo Éditions de la Sorbonne
  • Logo Revue référencée par l’Aeres dans la liste “Anthropologie - Ethnologie”
  • Logo ERIH PLUS | NSD
  • OpenEdition Journals