Navigation – Plan du site

De la clôture patrimoniale des territoires périurbains dans l’ouest francilien

Monique Poulot

Texte intégral

1Les espaces ruraux qui entourent la capitale française ont connu, ces cinquante dernières années, des transformations extraordinaires marquées par un étalement sans précédent des constructions1 pour accueillir de nouveaux habitants. Ces campagnes périurbaines selon la terminologie adoptée par l’INSEE en 1996 occupent encore près de 80% de la Région2 – 53% en cultures, 23% en forêts et le reste en parcs et jardins – et sont tenues par une agriculture à dominante céréalière performante et dynamique3. Considérées jusque dans les années 1980 comme de simples réserves pour l’urbanisation, elles sont devenues des éléments essentiels du cadre de vie des habitants de la ville élargie, éléments à conserver, voire à recréer puisqu’ils participent de l’émergence de « nouvelles territorialités à l’écart des métropoles »4.

2L’ouest francilien – les départements des Yvelines, du Val d’Oise et une partie de l’Essonne –, entré très précocement et très fortement en périurbanisation résidentielle et de loisirs, quasiment sans solution de continuité avec les banlieues résidentielles riches, témoigne de cette invention-appropriation d’une identité péri-urbaine. Les néoruraux s’y recrutent principalement dans les ménages de cadres et de professions intermédiaires ; a contrario, ouvriers, retraités et inactifs y sont moins présents, arrivés plus tardivement et rejetés en périphérie ou hors des limites régionales. Ces accourus, en quête d’un « antidote fantasmatique à la jungle des villes »5 et volontiers convertis à l’esprit Nimby6, militent pour la préservation d’un cadre de vie agreste et d’un environnement de qualité, tant au niveau social avec le refus de la mixité que paysager, si bien que ce territoire, extraordinairement valorisé, rassemble toutes les procédures de conservation des espaces ouverts expérimentées depuis près de trente ans en Ile-de-France7. Écrin des deux villes nouvelles de Saint-Quentin-en-Yvelines et Cergy, il évolue vers un « sanctuaire » de « campagne paysage »8 où l’agriculture, à vocation de décor et de points de vue pour la promenade, figure le seul, à tout le moins le meilleur rempart contre l’urbanisation. Dans ce périurbain, « se ranger derrière la ruralité et son patrimoine, s’abriter derrière l’agriculture et ses paysages, revient à tenir à distance les citadins et les nuisances urbaines dont on ne veut pas »9, bref à clôturer des territoires.

3Ces tensions se lisent d’abord dans les discours des nouveaux venus sur leurs espaces de vie d’hier et d’aujourd’hui : quand leurs représentations tissent une identité qui désigne comme référent des symboles (anciens ?) paysagers et agricoles, les formes d’appropriation territoriale se déclinent autour de programmes agri-urbains10 qui placent une agriculture protégée et rénovée au cœur des territoires en projet. Les réalisations en cours, de la Charte de développement agricole à Vernouillet à la Charte pour la gestion patrimoniale de la qualité de la Plaine de Versailles et du Plateau des Alluets, illustrent la difficile articulation des partenaires et les risques de verser dans une agriculture-alibi au service de l’effet Nimby.

L’identité périurbaine en représentations

4Les habitants du périurbain, loin de ressentir leur espace de vie comme un espace flou, mi-campagne mi-ville mais ni campagne ni ville, n’en retiennent que les marqueurs de ruralité et de nature11. Le discours des Franciliens n’échappe pas à la règle, construit autour d’images stéréotypées, bucoliques et pittoresques, sans référence réelle à des lieux précis ; nature, campagne, agriculture, patrimoine forment la trame lâche d’un récit opposant terme à terme ville et périurbain12.

La nature apprivoisée

5Appelés à caractériser leur espace de vie, les périurbains de l’Ouest francilien convoquent d’emblée l’espace rural puisque les 3/4 des enquêtés considèrent ne pas appartenir à l’agglomération parisienne et à près de 85% habiter en zone rurale : « Il suffit de regarder autour de soi, c’est rural ; partout la campagne l’emporte sur le bâti » (St-Rémy-L’Honoré). La ruralité ainsi retenue renvoie à deux figures majeures : une image de campagne faite « d’arbres, de verdure, de champs et de bois », et des unités villageoises de petite taille où il fait bon vivre dans la « tranquillité » (terme repris dans plus de 50% des réponses). Ce vivre à la campagne signifie, pour près de 70% des enquêtés, vivre dans un paysage, un décor susceptible d’offrir des points de vue et des opportunités de contact avec la nature, une nature multiforme qui s’incarne dans tous les éléments de l’environnement périurbain, de la « nature sauvage » au jardin attenant à son pavillon.

6Les habitants classent volontiers les paysages de campagnes selon leur degré de naturel. Du côté de la « vraie nature », viennent les forêts, les marais ou les fonds de vallées hydromorphes : si les premières, clairement identifiées et nommées à l’inverse des autres lieux, sont plébiscitées, notamment pour des activités de loisirs, les autres sont tout simplent potoléré rt nouve (St-Rémnt euisqcroits ouisqetilutionalivés air des procéduresoifficvelle,s à l’image ds Zognes naturelmes d intorê décologsqu,l ftunsatique etfaloriatique(ZNIEFFs).Ratres sontnons intelocAuteuse qui ouhalitent unetextensioe de cettenature sauvagn –mêmde la forêl ;ellegne semble appréclée que ir concroiue et bien dijpoinen des espaces habivés ouiculrivés. Ces derneurs rssor tissent pltcôs à une natureaordinair,eaogbanigée et mise eniformx, sunvene cplértée poursla fnuctios noerrcmièrt. Les apprécsationsvparnent à encore selonun er tane ressents du naturei : quand les pnaiires et lesvmergrsl évoquent lesimages d’xp lontatioe ena d quatioe avec la nature, la ara de culture etlle mraî chges sont réutvés plus artfficvest et top mo derles.Lla nature,ces sontenfins les parcs et jardins, n/diiduvest ouiolelectifs:e dansces derneue cs,t la dscuessioe sur le nature esttotalement éacuvée au proitn d’une rélexsioe sur d’arimone des lieux qui rodfiget bie faics et richeises dans un espace u: quant à six qui veut à loc cssioe dvtenir espace d’accueir et de armage

Une agriculture du passé

, breflne paysage et sesargencmente:,ecrdiptée parexeimplt des octifs pittoresquee appréclsd dans les paysagesVexsnloin, ell esteprésentée « comme un activitt fortementsanrtée dans le territoire, constilutvce de l’image us pay, du exsne français »>3.Lla dmtensioe noerrcmièr evient unsr cods lie. Eelleest cédoiue àiquliques prolarmationsgénméroles l’ipporanice de l Ile-de-France dans la rodructioe céréalièrenmatiorol)e saft pour des rodruistotypee s soclés à des tertoies mties du exsne, piures deChambsoury…).S rt ,e l’agriculture stn convoqtée pourlrégtdmtrnouaesureur la préservation ers espaces de nature;e petlinenes, rn.tabl, déc notsqu,l ell est désigtéecomme un rempart contre l’urbanisatioe : « s’ls ny as plus l’agriculture,ces erac le rutour à laf rich, etepuisa prèsces eroent les pavillors, lesrtoutes, lessu pemearctés et la olelutio…i » Vernouille)s.

L’agriculture,sur valorised dans les discours des accourus, particips peoinement delL’identité périurbains en csqetilutiol ;ellefjourits un n sembledes référencin, xpplimites ouimpplimite,e au caractèrenmature ers espaces de vi>, à une er tanle.co nivance avec le mileur, voire à unmo de de vie anrte dans le ocae etlle tertoi. Mrais cetteagriculture stnsidéalives plusiqur réell,u passes plusiqureprésenre;eples réidenes esignent uneffet unmon de de petitsexp lontatioes de olyiculture éevsage et une soclôté de roxlimité et de contivaltve;eils fnucunent leurs récist demaarqueursneempovest passsn, «cl tfaitavaen,s autrfloi….i s. Crutes, lesiremoburments nt les ara des parrelmes quigoamment les nsancesdses paysages, l’tialisatioemaessvlt desiontrents ntdses gestcids,t la romestctatioe xccestvce de La nature et lascourne ux, rndrments sont arfloit dnlo ci… Mrais le resor t delL’identfiocation dmeture:, quand une er tanlemo dermité suslits mfirance et r robtatios, l’agriculturesidéalives du passe dvitent un r cours, la a leu- refge parexrrelmanceLa peur de la ville

0>12L’image dominantess socldr à la ville stn elle delL’nsrécumitélcldr à la coacenrcation de er tanlls fpculatiosd dans des «caitéi » ou lesZognesUurbainesStensblres ;ldes habitants du exsneFfrançainou de la Plaine de Versailles désignentsainsilmes valtées de la einle et de d’Oise autour deMnants-la-Jolvi>,Chaantloup-Lts-Viagnesou>Les tur ux, comme drs espaces ud dagers ;cieux deCCerg-Pconeoise rercettent la roxlimité ud départemenx de einl- SaintDeanis. Cette peurise rtrsunve aestd dans lesscnoeesrdéalivse par l extêmde droine ux, dernières éeuctions résidentiellee:,poresqul28%r dans uneioom une comme(St-Rémy-L’Honore en oerdurr deMndur pa-Twrappse mais encore24%d dans lesioom unts du Plateau d Loomoyer à laf lonttère de l’dure

>2

36Ltiolelecti des s soctatioes de défense du Plateau d Sa cly este articuttèrement emblsmatiqu. Rreroupaent des cadres et desscidentfiiques ravsailaent dans «LatMeciqur de la cidecge »(Polyotehntsqu,lCEN, HEC, Supsele...)y, il prnr: uneurbanisatio,"contequ,llimiptéeeau remluiosgme drs espaces encorevactants dans lesieontresexsstrents ntld’aorê dles ara des isranstrucgures détabialisnetlle territoirn. Dans cetteologsqu,l ilrdvtedisque le maontion de l agriculture poursion rlle de gestioinairede l’espace et de rdétpeur de paysage plusiqursion intorê rodructf. Il; a contibure en1997s à la rdacation d’un «>Plan d actions paysaièree » précnlisnetllefaçronnement d’us nouveae paysage agricole ontrcouptt de hemoinemens detinpee ux, ircculatiosd oucres etrythmss airld’arbrtentldteau ui fait de la présnche d’unprésaut d tfnges riieontenairee42Lexaltiation d’une ruralitérêovée dvitentsainsild élémens fontpeur des nouveaux territoires en périurbaie leur onféaent une utoidome parwraportr à la ville te à la campagn>.Eellepr intgre l’agriculture dans la ville élargie, une agriculture revsiptée dans lesvillag ud développementrduzableafoin de répodire à er tanllsdemra des sociales.Mraisellevitentsaestdlrégtdmtrn et rlrancur des rmatiques demmise en rnoteation des espaces ouvert>, bref de différenication dee lieux,amalgamtant rgcument) paysagers et octvlatiosd sociale.

De la mise en défense des territoires périurbains

>5.

Les espaces ouverts mis en parcs

62L’Ouest francilien u mude la qusi-totalité des procédures de préservation ers espaces ouverts expérimentées en Ile-de-Francs:e plus de la ogtdté dessu pefficves énmfficvnet de proteation à des intresrdivrts et le contreste est ara e avec laflran est de la Régio, entré plus tardivement en périurbanisation avec des aceoure moinsfportutés et moinsnactifs( fi. n°1)s.Vvolontierspprécusleur dans le pass,l ilrdesteunr territoire s’xppérimensatio, pourles derneuenté desdis fsictif,d les programmes agri-urbain pilotvse par la Région puisquesix desdixs programmesfFranciliens y sont ocalivé,r pour l essentiessour la limitetextrnur de laCeointureuverce19.

76Lt territoirecomepriseontre SaintGpemetin-enLayle teRambsouillet enifigure ae meilleue, illusttatios, à la rolives l’ejieux paysagers et patrimonieux,iculturest et socieux( fi. n°2). La présnche e l’e sembleimouemenrae de Versaillesan termesuan clastementsanlienaut intr desstitse(loie de1930)n d’unebra dedl’espace rural dans laxur de laTterlaste et de aeChambure duRoi. Unr tln clastement quiindrui des coetranxtes achiotearurales et paysaièret fortesanlôté élarg, à la partieoarneniale de lapPlaine de Versailles à lafrin des années90t et d’apoliqursaestdieux tfngesdme(StHumbet (ureipee un pare de Versaille)s et pourunelarde are unmaessft fodeticur deRambsouille. Unr rojget siiclair esteunscours dionstructioe pour la Plaine dePconchaetranr dans le rvologpementrde hâtau,dsainsiqvue pour la Plaine de Versailles jusqd , la a lvée de laMauldireafoin de préservir l’e semble e ltunitt paysaièrn.

Haueu Valvée deChevreusiedoent les limitesrépusment en partiecvelles de aeZogn Nnaturelms l’nquiibure mffone en1972s en csntr poins de la villt nouvellsdme(St-Quentin-en-Yvelines. Cette dernièrs appaaîta qusi-ementncunves l’espaces protégsx qui qui"fonr un Écrin rt neo,"contementsioe xxtensio. Qutant au derneueespace ouvern, «vside » de proteatio,r la Plaine céréalièredme(St-RémylL’Honore->LesEssurnt-IleRsoi,eontre laN.10s et des boispprivé,rldes habitantspranris dans des s soctatioes de saueegarde depuis2002s ysont tropsse la rdéttioe d’uneZogn dAagriculturePprotégée(ZAP)edoent les servtudles figurent dans les>Plast ocux, l’urbanimrn.

Les procéduresmoisesien placs depuis trente ane,dlesZognes naturelmes d’nquiibure de Versailles u Hutr poxs à laZAP aujourd’hue, cuivront la qusi-totalité des espaces ouvertssour plus de40 kms nt leszognes coacrnnéessde hevauchsentfrd qemement au poins de transforler ce territoireeonunsanctuairn paté de toutes lesuveruss du nature> où l’agricultur est de plusien pus ionstremenralive. Dieux programmes agri-urbains ysontenfinsvuc leajoui : e qui de ae Plaine de Versailles et ees Alluet, qui cerepode pe ou prudieuxespaces patrimonieu eipee undomlaineroyae et e qui deRambsouilletc entré sur leDdéveloppementDduzable de l agriculturs, encncoe avec laNnouvellsPoaliliqurAagricoleCoom une adoptée en1992sentldAgrndas2000e

L’agriculture érigée en bien public

16Lt programms le plus btoute stn equi de Vernouillet dans les-Yvelines avec la"signltur en2000e d’unecCharte de développement agricole rnnouvetée pour teoie ans en2005. Il;sc’estagin rt n d’abord le restrucgurre l’espace agricolesque nsoi ouhalifait protétrn et romu voi,tenviro 250s hd lef riches etvmergrslabra oannee:, de dé ricmag (enlèvnement d’unevtégniationpoxtatéee prèsabra oan dt laicultur)e et laslartfiocation des limites parrelnaires ontre des boisentldtespace agricole ont coqetilté une premièrx tfprt. Lsrdémménagementasppriilrégté desitinprnairesdle hemoinemens réserpee ux, différetdes ircculatiosd(agriculeours, promeeours,cavalriers,cyclisnes...)s et ménagaent des points de vuesour la campagne et des buclles de ae einle en csntrba. Trt n un résaut es hile baeisesnr: limiaont aes la vue et d foassss le onge des hemois esteunnvoie d (ur) csqetilutio, pour protétrnltes parrelesuiculrivese desiontussions i désuzablisentllimitur liseeffess durpuiireleement dans cette zoneipenqu. Enfin,s le rvjlet eviysagelL’nsnraulation dt jardins"famiiieux quptés de points dteau detinpee ux, habitants de laioom uneete la rdéttioe d’utvmergrn pdaglogsqus ouverdieuxnfaents desdécolisentbanmss airdus agriculeour, retraités du villag). La ocalication de ees utils de da loul esteprvque à la limite de la zone bâtre,crdéonr un espace de tranictioe vers lesvmergrsl érigns eniviraine de l agriculturs

L’agriculturd dans les programmes agri-urbainssd’iffrrtedoecevtrrizablement multifnuctionnille, r conner à lafboisioome, activittdéc notsqu,lcomeposanne de l ormature pcatalet et paysaièrs du territoireent aportridentiaiurs. Cette nouvellslrégtdmcationlqui vrrtte d’accédreeau ange dsbtionioom us et re ronnirsiensaue territoire ql’elle occups. Cettescampagnere construiuesourus nouveaeilieneontre la soclôtéeetlle territoirsrdéalir: unesynthrèes ontre des campagnes resouarr,e paysage et nature;eelleaiffihne comme rvjletldsbtionioom us des habitantsaucunlns en rnnotant avec le passe rt neo,préservnntld’vtenie;eelle déocileunr rojgetcrityeo, pourrbanmrre l’identité territoriale

Vers le tout patrimoine

3Ces rojgets participentsainsi de la aoul génmérols de patrimonialication quitouchssaucunlplent potaueu la soclôté françaiss. Leppatrimoine rural –(terme appaue undvbutn des années80l –une esise degpagnir de nouveauxobjgetsdde plusien pus immactérrees et àfoarte prptée symbogsqus:e ongteampsllimité sans sencnceptoan clastique à « l ochiotearune rurale », ilrd cuivrs déformisflne paysage etolessl voi-faoire quilnsontfaçrons,llôendursaestdieuxeslcialtvés agricoles etaeux prdruistdle tertoie16. Le tout patrimoinx qui evahint lt périurbaie symbogsde la volontt dattarcen territoriale des fpculatiosd périurbaines à la Recherche de sabialité, tant socialsiqurspcatale>.

4Le bâts rural et agricolnifigure en oenne plac,s depuis des gricoles à un tfage jusqdaeux ara desfeormes à ceur terme,r tiutées enboaut de villags ouisoltées sur ls Plateaxe, qui ronnetn àvlors es ysntmresdle culturee darvnntla 2°s révolatioe agricol. Dis sucroîte,aces ara desfeormes sontisunvenelles dernières à conserve des élémentsdle ypreuvenacculoirefaicilementaapproprvse par des habitante:,pruist à reoui,sabreovtoies et are,n mulinrs, igeco nVersouefjoust àpasn… forment ees témonse patrimonieu eees pluscitsd dans les inteniewes. Cn patrimoine, resttdà l’écart dt la rremièrx aoul des règlmentsdle proteatio,rest déformisfja lusrement identifis et ronsn àvlorsiaont ars lesiolelectvaités territorialst que les parcs naturees régionux, commece qui de ae>Haue- Valvée deChevreusie quiinntenieontiysntsmatiqumnetn à loc cssioe de la mise en placs ds Plast ocux, l’urbanimrn

5,las plpcart deseslcialtvés agricoles francilienlee daoxta rt nrrelesuiculrivese dans les valtée,e ontdis pauermisflla voul desvparlôtsdtradictionnilles e/rudittarctles à un territoirsamènr: un er tane r nouvea. Enr plus des réalisations riitnement patrimonialesioome, ltvmergrn conservatoire de parlôtsd francilienleensnrausn àChambsourys airld’s soctatios desCrorqueurs dePoomee,e os s isnen à devtrrizablesirnauiisancstdle tertoiessoutvenus airldtocroie demaarques ur lbrees ocux,(pcules u Hou danaui>,latilte deMcontEsso,e chamignioes dePapris des aclienleecaerrières deMtrynou dePboisye dans les valtéee de l’Oise et de ae einl)>. Lemu lent potarchemêmde esx prdruistdlemlaste et de ara de cultur  avec la rdéttioe desmaarques «pranr l-Yveline » àpartlir debelésiculrivét autour deRambsouilletou «biièrs du exsne » avec dr l oagsbrlasricoln ocae. Trt eesacesinictcatvees àvlives patrimonialefetioomercrial>,nt eu u mtyeo, re ronnir àvlors et à appréceur d agriculturd francilienle :velles participent de aere constilutio- inventiot d’unemtémorln ocaet autour de l’agriculture;:velles btoutissent à unevtrrizabla mise enscènr: ers espaces de culturs d venus multifnuctionnies et crin des o tissemenes périurbaine

. Cette mise en riatnuctios stnsaestd mise en défensecpar la a leus patrimoniale onfétéeebtoutet àfitrn et àfeorler cs territoires. Lispprx immobialeres sont àpeinleinféieoust àcieux des veauxaerondrissemenes de laiapitialefetltes parrelesuioonstructbals, jarmisfinféieoures à5000em2 pour descroiières paysager,ssde"fonrrare,ntsnetllse>Plast ocux, l’urbanimrs sont devense restiactifs –unotamment avec d’aoriveE en 1996fet2001t de nouvelles qupdesmuntncipalse domirées par ees accourun. Dans cr tanllsioom unt,s lesioures de ppculatios tedrentmêmde à ’inversr,d les pixs pmatiqvétoneiprrttiaont plusnidieuxnfaents des accourusnid à de nouveaux ménages desL’nsnrauer). La culturs dr l’entre sixest devenur la nerme et laloieSRUs naeguièrs chngse la ronn>.

L’agriculturdvell-mêmdepeinle à le maontenir un dpfit de a,sur valoriiationventmneniale sontel leajoit. Nombure L’agriculleuus envenment xcplus des rojgetseunscours prptes en pioumité par ees nouveaux réidenee :sainsilmtdfsnsnir dedemra dr deZAP à Saint-Rémy-L’Honoreanlôtémlontt sans coacrtuatioe avec us agriculeour, de lapPlain. Dis sucroît, lessur cûesfinhférets dtld’agriculture périurbainsnt euigonoree d où des rtiieocres àopitur pour des logsqus entr rreeounialesinnovnants (accuei,x veter à lafprrt…).Enfin,s cr tanesfeorleres ennvoinnt éio cinouves des r codructions debeaue:, des nouvelles règls uroptéenlee qui codictionnnetllenvers-mtent des i des diectdes nnr plus à la rodructioermisfeau rtea dla nermseenvironnemenralssamènrentncu tanespproprvtnaires à eviysagr: une osnraulatio,e oucielms luenifl,r pour valorivir leur bien patrimonias en piiilrégvnnt les formes prohresdou hbby faorlnge ds cr tanllsicampagneslanlaiss,e quiln’agriculture te loisie quiln’activittcyntégnliqu. Lis risques de clôturs patrimoniale au oms ur la tEsuairn préservation ers espaces ouvertsnt eu bienréene

>e>Haus de pgee
Nnote> > > > > > > > > >
e0>. DisBiasi D. Pujol,. Lispprogrammes agr-urbain :,unppartenorirteontre agriculeour,etsiolelectvaité,rus nouveaemo de deg ouveenanc, IAURIF-DRIAF,e2005,r52 p + 10s xeimplesfFranciliens enifhs>. > > > > > > > > > > > >
e>Haus de pgee
Tzable ds, illusttatioe> izabla id= rcIimages"> trv class=rimags"> thsiol/spa="2" row/spa="5m">ig alt="" srcf=doconnxe/imag/663/ig-1-smrau64.png"t/>e trv class="intrs"> thsscopu="row">Tintre td"Ffigure1 trv class=legrndrs"> thsscopu="row">Ltétndre td"LloOuest parisiee:, vers ueafprrtturs patrimonial trv class=souarrs"> thsscopu="row">URLee td">http:///journl.openedictio.org/ soco-lathtopologn/doconnxe/imag/663/ig-1.pnge trv class= isfs"> thsscopu="row">Fichilre td"imag/png, 305k> trv class=rimags"> thsiol/spa="2" row/spa="5m">ig alt="" srcf=doconnxe/imag/663/ig-2-smrau64.png"t/>e trv class="intrs"> thsscopu="row">Tintre td"Ffigure2 trv class=legrndrs"> thsscopu="row">Ltétndre td"Iintenventioes de proteationienÎIle-de-France trv class=souarrs"> thsscopu="row">URLee td">http:///journl.openedictio.org/ soco-lathtopologn/doconnxe/imag/663/ig-2.pnge trv class= isfs"> thsscopu="row">Fichilre td"imag/png, 122k> >Haus de pgee
Ppourcmiturc et rrtiIl> h3> Rfférenes éeucrontsqu> p> Montsqu >Ppo lr>,s  Dis la clôturs patrimoniale des territoires périurbaine dans loOuest francilie »,Ssoco-lathtopologn [En liagn],n19 | 2006,r mis enliagn, Le05 novembure2007,tioonulitélre13s Éembure2017. URL : http:///journl.openedictio.org/ soco-lathtopologn/663 ; DOI : 10.4000/ soco-lathtopologn.663

>Haus de pgee
Aaueou> h3>>Montsqu >Ppo lr> pn class= decripatioaaueoum" lang="frFRr" dir="ltr>Gérogrphne,UndivrttittPaprisX-Nnantrr,sLabtoattoirsGECKO

>Haus de pgee
Droints daaueou> p>© Trtts roints réserpe

>Haus de pgeee >
Affmiiictioe/ppartenire>
  • ig alt="Loo Revodesoutvenes airldIonstilu lesscidecgsahumtanllsent socialss duCNRSm srcf=doconnxe/imag/1775/cnrs_inshs-smrau120.png"twidthf=1210" eightf=64" />e<
  • ig alt="Loo Édictiost de ae srbronnm srcf=doconnxe/imag/1333/ricne_undivrttie_ pari1-smrau120.png"twidthf=117" heightf=1210"/>e<
  • ig alt="Loo RevoderRfférenves pirldAeuree dans lalisne “Aathtopologne-,thnrlogn”m srcf=doconnxe/imag/2500/aeurs_loo-smrau120.jpg"twidthf=1210" eightf=860"/>e<
  • ig alt="Loo ERIH PLUS | NSDm srcf=doconnxe/imag/2990/loo_ERIH-smrau120.jpg"twidthf=1210" eightf=510"/>e<
  • ig alt="penEdictio Jjournlsm srcf=imags/loo- rvues-org.png"t/>e<
  • >
    ISSNs éeucrontsqu 1773-018X

    PPlan ur tire>Fleuxdnesyndliaatio>

    >

    >ee> > > > > > >!-- End PiwikaCo de--> > > > e>'+data.name+'>sign in>").html(">e> <
    > > > >
    >penEdictio>
    >ull class="ubumeu"> > >
  • /spanLCeture&cam; ialrtre>ul> >
  • Lttir><
  • Aalrtree&cam; ibronnemene><
  • /ul> ><
  • >
  • <
  • /ul> >
    > >ifore actio="//search.openedictio.org/"rmethod="get"> > >iieldseti >/div >input name="q"e yprs="tex"t/> >
    >input yprs=radiom" id=the/journlradiom"name="ul" vaeuef=http:///journl.openedictio.org/ soco-lathtopologn" rchckeid=rchckei"t/> > dans la rvue><br/n>br/n >input yprs=radiom" id=openedictioradiom"name="ul" vaeuef=" /> > danspenEdictio><
    >
  • > > < >
  • Tintr :> Ssoco-lathtopologn > Enrbhre :> >pv class=accprohr"nRevoded'aoiaysledusphénomène,"contm prlais fonaent sur a soco-lathtopolognrsa méthodolognsent snsaapprohr iinte distmpinnairt dsa oa desaucunls>

    <
  • >
  • Ediceou :> Édictiost de ae srbronn > Sup tor :> Papigr ent éeucrontsqu>< > E ISSNs:> 1773-018X < > ISSNsimprirés:> 1276-8707.< <
  • >
  • Accèss:> Barrnièra obilu>< <
  • >
  • <
  • <
  • > >/spanDOI / Référenee>/uv > >
  • <
  • <
  • !-- /DOI / RRfférenese--> > ><
  • ><
  • <
  • <
  • >
    buttio class=ricns ricn-eavm>>!--[if litsIE 9]i > >![endif]-->e