Navigation – Plan du site
Textes de travail

Perception du « coup de Boule » de Zidane par les collégiens

Pascal Duret

Résumés

Le « coup de boule » de Zidane a figuré un des moments marquants de la coupe du monde de football 2006. Au lieu d’entraîner une réprobation unanime il a suscité différentes prises de positions. Pour envisager la perception et le jugement du geste du champion, nous avons mené une enquête auprès de 909 jeunes collégiens de classe de troisième.

Les résultats montrent globalement un partage des opinions (46,9% favorable au « coupe de boule », 53,1% défavorable au « coupe de boule »). Mais on le réprouve d’autant plus qu’on est une fille, que l’on fait du sport en club et qu’on n’habite pas en ceinture parisienne. Cette dernière variable socio-géographique recueille les différences les plus importantes. On est alors amené à accepter l’idée d’une socialisation différentielle aux normes de la justice selon les lieux de vie.

Haut de page

Entrées d’index

Index des rubriques :

Textes
Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Le 9 juillet 2006, durant la finale de Football Italie-France, les français ouvrent la marque par leur joueur Vedette Zinédine Zidane qui accomplit là son dernier match. Peu après l’Italie revient au score grâce à Marco Materazzi. A dix minutes de la fin de la partie, alors que le score est toujours de 1-1, Zidane assène un coup de tête à Matérazzi. Comment le français allait-il expliquer ce geste violent et prémédité ? Cette faute allait elle déconstruire son image de « star » ou au contraire, la conforter dans son exceptionnalité ? Zidane (bien aidé par des médias nationaux complaisants) développa une stratégie visant non seulement à excuser son geste mais en outre à renverser la charge de l’accusation. Dans un premier temps de retour d’Allemagne, invité avec les membres de l’équipe de France au palais présidentiel, il prit des attitudes d’enfant fautif et repentant, jacques Chirac non seulement lui pardonna, mais félicita le « génial capitaine ». L’idole footballistique fut présentée comme plus proche des français, car ayant lui aussi ses propres faiblesses1. Dans un deuxième temps Zidane fit de son adversaire, pourtant frappé, le fautif. Il présenta son coup de tête comme la réponse à une violence subie durant tout le match et qui culmina dans des insultes touchant sa famille.

2Ce n’était donc plus un champion coupable mais une victime du racisme qui se présenta à l’émission vedette de P. Denisot sur la chaîne Canal Plus de 12 Juillet. Jugeant son geste « grave » mais également « inévitable », il demandait pardon aux jeunes et aux éducateurs2 mais suggérait qu’il ne pouvait pas faire autrement face à l’affront. Djamel Debouzze, acteur adulé par les jeunes, dans un entretien accordé au quotidien Le parisien célébra alors le geste de Zidane et affirma qu’il aurait fait pareil, non par nationalisme, mais pour faire respecter sa famille3. Ségolène Royal, le leader socialiste faisant de l’autorité en famille son fer de lance électoral salua quand à elle, la capacité de Zidane à « défendre farouchement les valeurs auxquelles il tient profondément et en particulier le respect de sa soeur »4. En une semaine, plaidant pour un Eden sportif d’où serait exclu les provocateurs (« le coupable c’est celui qui provoque ») Zidane avait, semble-t-il, réussi le tour de force de se présenter en victime aux yeux des français5. Les associations de lutte contre le racisme (comme SOS racisme et le MRAP) ont alors apporté leur soutien au champion français. Il ne s’agissait même plus de faire preuve de mansuétude envers un moment d’égarement mais de défendre une juste cause contre l’abomination du racisme. Fort de cette interprétation, Materazzi n’avait pas volé son coup de tête et perdait la meilleure place : celle de victime. Devenu fautif à son tour, il était sommé de battre sa coulpe6. La Fédération Internationale de Football Association (FIFA) ouvrait le 17 juillet une procédure disciplinaire à son encontre, après en avoir ouvert une initialement contre Zidane. Le « coup de boule » devenait en France durant les vacances estivale 2006 un événement majeur, une source de liesse et d’allégresse chauvine. La chanson parodique du groupe La Plage « La danse du coup de boule » devint le tube l’été7Zidane il a frappé, et le Rital il a eu mal, l’italien se sent pas bien, la coupe on l’a pas gagné, mais on a bien rigolé »). Accusé de racisme Matérazzi subit lui-même à son tour un déferlement nationaliste et raciste. Mais plus encore, le « coup de boule » semblait être devenue la solution miracle à tous les problèmes, un art de vivre. Une grande chaîne nationale de distribution (Intermarché) lança une campagne publicitaire « coup de boule sur les prix ! ». Les sponsors de Zidane (téléphone portable, yaourt, hard discount, haute couture, assureurs, marchands de voitures, marchands d’articles de sports…) se satisfirent de la nouvelle image plus agressive de la star prête à défendre physiquement l’honneur de sa famille (jusque là Zidane était au contraire présenté comme quelqu’un de serein, sympathique, réservé presque timide, modeste en un mot « cool »). A la mi-Aout 2006, un sondage IFOP pour le top 50 du Journal du Dimanche consacrait le champion comme la personnalité préférée des français. Le quotidien Le Monde titrait le 6 septembre en guise de conclusion à l’aventure : « Zidane, il a frappé et la France a adoré ».

3Loin de se satisfaire de cette cascade de célébrations, reste à prendre pour objet les réactions des jeunes face au coup de tête et à l’emballement médiatique qu’il déclencha. En effet, tout champion donne à ses jeunes admirateurs une image d’eux-mêmes où ils peuvent, en miroir, s’admirer en l’admirant. Autant dire que la coupe du monde 2006 a opéré un rupture dans l’image que Zidane offrait de lui jusque-là. Comment ce changement a-t-il été perçu par un public lui-même en période de socialisation aux normes sportives ? Cette question ne revient pas à poser un problème classique de sociologie du goût que l’on pourrait traité sous le seul angle des origines des individus mais un problème de sociologie morale (Boltanski, Thévenot, 1991), qui suppose de prendre aussi en compte les caractéristiques perçues de l’objet en fonctions des valeurs des individus (à savoir : à quelles conditions asséner un coup de tête devient légitime ou pas).

4Le sport n’est évidemment pas porteur de valeurs « par essence » ou dans l’absolu (comme a pu pourtant l’écrire un philosophe comme Philonenko) ; il n’est donc guère utile en la matière d’organiser des débats purement théoriques entre les tenants des idéologies « pro- » (Durry, 1992) ou « anti- » sportives (Brhom, 1992 ; Ollier, Vassort, 1998), mais bien plus profitable de comprendre de manière empirique, à partir de cet événement précis, quelles valeurs les jeunes accordent au sport (et quels registres de justification ils invoquent pour les défendre). Il n’y a donc pas de réalité « en soi » des valeurs sportives qui existeraient indépendamment des acteurs (Bromberger, 1995). Ainsi quand on entend dire par des éducateurs sportifs « Zidane a transgressé la frontière de la bonne conduite », il ne s’agit évidemment pas d’une frontière immuable liée à une quelconque essence du sport, mais d’une frontière fluctuante construite par des groupes d’acteurs. Pour travailler sur les valeurs du sport il suffit de fait de décrire comment les jeunes réagissent au coup de tête de Zidane, en s’appuyant sur une sociologie non-normative pour présenter, avec neutralité, leurs propres impératifs normatifs. Demander à des jeunes s’ils sont « pour » ou « contre » le coup de tête de Zidane revient bien sûr à leur demander une prise de position normative mais on ne peut travailler sur les jugements de valeurs des autres qu’en s’abstenant soi-même de tout jugement, autrement dit en respectant la plus stricte neutralité axiologique (Weber, 1922).

2. Méthode

5Pour envisager la réception, la perception et le jugement du le geste de Zidane nous avons mené une enquête auprès de 909 collégiens de classes de troisième.

6Pour limiter les différences imputables à « l’effet établissement » nous avons construit notre échantillon à partir de critères homogènes (taille8, réussite au brevet des collèges9, nombre de boursiers10) retenant exclusivement des collèges de la « classe 3 » de la direction de l’évaluation et des statistiques du ministère ; c’est- à dire ceux accueillant une population variée et mixte du point de vue social et avec des résultats dans la moyenne nationale. Ces collèges se distinguent donc d’une part des établissements de classe 1 et 2 où dominent les classes « camifs », et d’autre part de ceux des classes 4 (accueillant nombre d’enfants à fort retard scolaires) et 5 (établissements dit « difficiles » anciennement ZEP actuellement « Objectif Réussite » en dessous des moyennes nationales). Sur chaque établissement ont été retenu l’ensemble des classes de troisième pour éviter là encore de s’en tenir à un type de classe plutôt qu’à un autre. L’échantillon a également pris en compte un critère socio-géographique en se composant de quatre agglomérations : Bobigny (Seine-saint-Denis), Le Tampon (La réunion), Montpellier (Hérault) et Toulon (Var). Ce questionnaire a été administré durant les mois d’octobre et de novembre 2006.

7Nous avons construit un questionnaire très court (uniquement dix questions tenant sur une page) et prenant en compte le sexe, la pratique sportive (en compétition ou non) hors de l’école, la profession des parents, la présence devant la retransmission de la finale de la coupe du monde de football (ou non), l’avis justifié sur le « coup de tête » (voir annexe). Ces données ont été saisies et traitées (essentiellement des plans de tris croisés) sur Modalisa.

3. Résultats et discussions

8Les résultats d’une manière globale montre que les jeunes sont très partagés sur l’approbation du coup de tête puisque 46,9% des jeunes de l’échantillon y sont favorables alors que 53,1% s’y opposent. Mais on réprouve d’autant plus le geste qu’on est une fille, que l’on fait du sport en club et qu’on n’habite pas dans le 93.

Tableau 1. Pour ou contre : Les modalités les plus significatives au test du Khi2 sur modalisa.

POUR LE « COUP DE BOULE » n= 426 (46,9%)

Questions

Modalités

Effectif

Ecart à
l’indépen-
dance

PEM

Signifi-
cativité du
Khi2

Compétition 

Non-
compet

186

26

16%

**

Sexe

Garçon

255

36

17%

**

Quels sports

Rugby

30

10

39%

***

Quels sports

Boxes

27

12

44%

***

Lieu du collège

Bobigny

180

72

57%

***

CONTRE LE « COUP DE BOULE » n=483 (53,1%)

Compétition

Compé-
tition

228

27

16%

**

Sexe

Fille

270

36

17%

**

Lieu du collège

Réunion

150

33

30%

***

Télé

Pas vu
à la télé

81

18

37%

***

Quels sports

Natation

61

15

39%

***

Quels sports

Danse

33

15

100%

***

3.1. Pour ou contre le statut d’exception ?

9Dans tout ces cas, le génie de Zidane n’est jamais contesté (par exemple comme étant artificiel et relevant de l’idéologie du don), pour tous il peut s’objectiver dans des performances supérieures aux autres joueurs. Mais pour certains (le plus souvent pratiquants en club) son talent entraînerait pour obligation morale un « fair-play » exemplaire. Le prestige ne donne aucun droit supplémentaire à qui en est détenteur. Le registre de valeurs invoquées par les opposants au coup de tête pour argumenter leur réprobation est celui de la nécessaire humilité et du respect de l’engagement au service du collectif. Ces valeurs sont perçues à l’opposé de l’égoïsme et de l’ingratitude d’un champion qui n’a pas hésité à compromettre à des fins individuelles la victoire de l’équipe. A l’inverse, pour d’autres (essentiellement des non pratiquants) le génie de Zidane lui autoriserait certains privilèges liés à un statut d’exception. Le prestige se mesurerait alors inversement à la capacité à déroger à la loi, et à transgresser ses interdits sans réellement déchoir. On repère donc une opposition frontale entre les jeunes adhérant à une morale où il est tout à fait scandaleux de bénéficier de droits différents en fonction de son niveau de jeu et les jeunes défendant une toute autre morale où les statuts d’exceptions sont justifiés au nom de la reconnaissance des hiérarchies entre joueurs. Ainsi, quand Alain Ehrenberg (Ehrenberg, 1986, 1991) voyait dans le sport une passion démocratique pour l’égalité des chances, il sous-estimait un désir concurrent de hiérarchisation, c'est-à-dire d’acceptation, voire de besoin que certains soient reconnus comme supérieurs aux autres et en tirent des privilèges. La figure de Zidane relève donc au terme de cette opposition d’un compromis entre l’aspiration à l’égalité de traitement de tous et l’aspiration à la reconnaissance de l’excellence des meilleurs. Ce débat autour de la légitimité du statut d’exception n’est pas propre au monde du sport puisqu’on le retrouve presque trait pour trait dans la description offerte par Nathalie Heinrich des élites artistiques (Heinich 2005). Ces deux champs, apparemment éloignés, ont pourtant des modes de reconnaissance du talent et du génie assez similaires, en particulier dans les épreuves sportives évaluées non seulement grâce à la mesure mais aussi avec une part d’interprétation11.

Tableau 2. Le génie comme source de passe-droit/ le génie comme raison supplémentaire de se montrer « fair-play ».

Pas d’accord pour le coup de boule

- « C’est un geste impensable pour un champion comme Zidane, trop anti-sportif, il devrait savoir ignorer ce qu’on lui a dit ou pas dit, ce n’est vraiment pas possible de donner des coups de boules quand on est un champion comme lui »

 (Garçon Basket, père infographiste, mère enseignante).

- « Quand on fait un sport quel que soit le niveau, on doit pas se battre entre compétiteurs. Surtout lui à son niveau »

(Garçon karaté, père artisan, mère sans emploi)

- « Lui c’est le meilleur alors il peut pas se permettre ça, encore moins que les autres »

 (Fille volleyeuse, père magasinier, mère employée)

- « Quand on a sa classe on a pas à s’abaisser à ça »

(Garçon judo, père électricien, mère sans emploi)

D’accord pour le coup de boule

-« Zidane est un génie, imprévisible mais génial, il faut l’accepter comme ça, moi ça me choque pas »

(Garçon non sportif, père médecin, mère institutrice)

-« Zidane il a eu raison de se rebeller ça fait partie du personnage, vive Zizou ! »

 (Fille non sportive, père garagiste, mère caissière)

- « Quand on joue comme lui, je comprends qu’il n’est pas supporté qu’un minable l’insulte »

 (Garçon, non sportif, père sertisseur de pierres, mère commerçante)

10Etre soi-même pratiquant en compétition pèse donc sur le jugement de l’acte de Zidane. 44% des jeunes faisant du sport hors de l’école sont pour le « coup de boule » alors que 58,5% de ceux qui n’en font pas l’approuvent. Inversement, 56% de ceux qui pratique le sport hors de l’école réprouvent ce geste contre seulement 41,5% de ceux qui ne font pas de sport hors de l’école. Les boxeurs et les rugbymen sont les plus favorables au « coup de boule », alors que les danseurs(ses) et les adeptes de la baignade ou de la natation y sont les plus opposés.

Tableau 3. Pour ou contre le coup de tête en fonction du sport pratiqué.

Pratique sportive

Pour le
coup de
boule

Contre le
coup de
boule

Effectif
total par
pratique

foot

39 (52%)

36

75

rugby

30 (66%)

15

45

hand

27

39 (59%)

66

basket

32 (53%)

28

60

volley

29

34 (54%)

63

équitation

6

15 (71%)

21

cyclisme

22 (61%)

14

36

Ski, sport de glace

12 (50%)

12

24

surf, windsurf

12

24 (66%)

36

Randonnée, marche

5

13 (72%)

18

natation, baignade

15

61 (80%)

76

sports de raquettes

33

36 (52%)

69

glisse urbaine

26 (51%)

25

51

judo

13

32 (71%)

45

boxes

27 (90%)

3

30

arts martiaux

8

9 (53%)

17

pleine nature

7

12 (63%)

19

danse et expression

4

33(89%)

37

athlétisme, jogging

47

49 (51%)

96

gym

24 (61%)

15

39

fitness

21 (53%)

18

39

3.2. Morale de l’honneur placée dans le respect de la règle sportive, morale de l’honneur placée dans la virilité.

11Cette opposition renvoie à des acteurs ne parlant pas de la même « épreuve » (Martuccelli 2006). Les uns considèrent Zidane en champion, les autres en homme. Ces deux types de perception, (« plus champion qu’homme » ou « plus homme que champion ») renvoient clairement à deux logiques de l’honneur distinctes. Dans la première, l’honneur suppose d’accepter jusqu’au bout la délégation dans une justice extérieure, celle de l’arbitre et de ne pas s’abaisser à répondre à la provocation. Dans seconde au contraire, l’honneur intime quoi qu’il en coûte de réagir (sans délais) fasse à l’offense. Pour sauver son honneur il faut se faire justice. Qu’il le veuille ou non, Zidane a pris position et a fait passer un message simple : un homme insulté n’attend pas : coup de boule ! Aucun argument ne vaut pour différer la restauration de l’honneur viril. Il faut frapper sinon l’absence de réaction justifie, dans cette logique, la domination. La force virile fait le droit. Cette conception de l’honneur dépassent bien sur les murs des stades et renvoie bien aux valeurs inculquées durant la socialisation. Issu de l’immigration, l’icône des stades redevient alors dans les qualificatifs « un chaud », ou encore un « fils de kabyle », c'est-à-dire un transfuge de classe rattrapé par sa condition initiale. D’où une double interprétation de son geste : soit en faire une lecture valorisante au nom de la fidélité aux origines soit adopter une version dévalorisante construite autour de la naturalisation de son caractère de « fils d’arabe » et liée aux stéréotypes racistes alors associés. Qu’ils choisissent l’un ou l’autre parti les jeunes célébreront soient le héros que rien n’a pu assagir ou dénonceront cette déflagration violente de celui qui, resté l’enfant de la Castellane, demeure inapte à policer ses conduites. C’est de cette incapacité à se tenir tranquille que Zidane tire, à la fois, sa force et sa faiblesse. Sa faiblesse quand elle renvoie à un comportement dont il serait prisonnier par nature. Sa force, quand elle sacralise la virilité et la spontanéité. Il n’est donc guère surprenant que les implantations socio-géographiques des différents établissements scolaires de l’enquête constituent statistiquement, sur ce point, la variable la plus marquante. On est alors amené à accepter l’idée d’une socialisation différentielle aux normes de la justice selon les lieux de vie.

 

pour le
coup de
boule
(n=426)

contre le
coup de
boule
(n=483)

Non réponse

9 60%

6 40%

Bobigny(Seine-saint-denis)

180 76,9%

54 23,1%

Montpellier (Hérault)

90 38%

147 62%

Toulon (Var)

75 37,3

126 62,7%

Tampon (île Réunion)

72 32,4%

150 67,6%

12La morale sportive correspond encore le plus souvent, quand on n’habite pas dans le 93, au Fair-play. Inversement, elle ressemble plus à Bobigny aux normes valorisées de l’honneur viril. Pour les uns Zidane a au mieux manqué de contrôle et au pire il s’est offert le luxe d’une transgression pénalisant son équipe. Pour les autres il a simplement suivi un code d’honneur où il est impensable de laisser insulter sa mère ou sa sœur. Dans ce contexte, Zidane a évité « la honte » et la blessure à l’amour-propre en réglant ses comptes et en affirmant sa virilité (c'est-à-dire en imposant le classement de son adversaire comme moins viril). Paradoxalement, ce qui va lui être reproché, à Bobigny, c’est d’avoir manqué de savoir-faire dans son coup de tête, de ne pas l’avoir administré sur le nez, de ne pas savoir s’y prendre.

13Quant aux jeunes de la Réunion, plus que les autres, ils sont opposés au coup de boule qui ne reconquiert un peu de légitimité qu’à condition d’être présenté comme une réponse aux propos qualifiés de « raciste » du joueur italien. Tout comme l’atteinte à la famille active, à Bobigny, la logique de l’honneur, l’atteinte raciste, pour les jeunes réunionnais, très sensibles à ce thème, délierait des engagements non violent. L’argument majeur étant ici que le respect suppose la réciprocité et que l’on est en devoir de respecter uniquement ceux qui nous respectent.

Pas d’accord pour le « coup de boule »

Métropole hors banlieue

il aurait pu différer, il manque de contrôle

- « Il aurait pu régler les choses aux vestiaires après le match, s’est pas la première fois qu’il se fait insulter sur un terrain. Il n’a aucune bonne raison pour ne pas pouvoir se retenir 10minutes ».

(Fille judokate, père cadre commercial, mère agent à la poste)

- « Il aurait pu le faire sans que ça se voit après le match, mais Zidane il a un faille, je suis son fan mais je sais bien que c’est pas la première fois que ça lui arrive.

Si on a des comptes à régler on ne le fait pas sur le terrain mais après »

 (Garçon, footballeur, père informaticien, mère aide soignante)

- c’est bien un beur, ils n’arrivent pas à se calmer, ils jouent les chauds et après c’est jamais leur faute

(garçon basket, père officier dans la marine, mère sans emploi)

il pénalise son équipe

- Même si l’italien l’a cherché, il fait son jeu en le frappant, il s’exclue de lui- même, et il n’a pas pu tirer son penalty

(Garçon non sportif, père contrôleur de gestion, mère sans emploi)

- Il n’a pas eu raison parce que déjà on a perdu à cause de ça, on ne résout rien par la violence si on avait gagné ça aurait été une meilleure leçon pour l’italien

(Fille natation père prof de cuisine, mère secrétaire).

- J’aurais jamais fait un geste aussi stupide à dix minutes de la fin d’un match, c’est se moquer de ses coéquipiers

(Fille danse, père installateur audio-visuel, mère comptable)

manque d’humilité

- Déjà le penalty c’était un manque de respect, une « Panenka »12 c’est pour se moquer du gardien, après il a pas attendu la fin du match parce que lui Zidane il se croit tout permis

(Garçon footballeur, père boucher, mère sans emploi)

- Il s’est offert le coup de boule pour montrer que lui Zidane pouvait faire ce qu’il voulait, quand il voulait, il se la pète trop

(Garçon non sportif, père sans emploi, mère vendeuse).

 ► geste démesuré, excessif

je m’intéresse pas trop au foot mais est-ce que pour un jeu de ballon ça valait la peine de se battre ? je crois pas !

(Fille non sportive, père huissier, mère sans emploi).

Même si le joueur l’a insulté il aurait du l’ignorer ou se plaindre à l’arbitre c’est un comportement excessif qui n’a rien d’excusable

(Fille non sportive père psychologue, mère institutrice)

Banlieue

Parisienne

il n’a pas tapé assez fort

je suis pas d’accord, Pour apprendre le respect à l’italien à sa place je lui aurais mis dans le pif, c’est pas sérieux »

(Garçon non sportif, père fleuriste, mère fleuriste)

Il a appris où à les donner ses coups de boule, c’est pas un vrai coup de boule ça, heureusement il joue mieux au foot pour la bagarre il faudrait qu’il vienne nous voir

 (Garçon karaté, père transporteur de fond, mère vendeuse)

il pénalise son équipe

c’est bien beau mais le seul problème c’est qu’il n’a pas pensé à l’équipe, s’il serait resté ils auraient peut être gagné au tir au but

 (Garçon handballeur, père sans emploi, mère sans emploi).

Il a fait ce que l’italien espérait en le provoquant, il a gâché les chances de l’équipe de France

(Fille non sportive, père serrurier, mère infirmière)

Réunion

pas d’accord mais mansuétude

Je ne suis pas d’accord, ce n’est pas un geste à faire, mais on ne peut pas lui en vouloir, ça arrive à tous de s’énerver contre un raciste, il faut sanctionner les provocations car sans provocations il n’y aurait pas de mauvais gestes

(Garçon footballeur, père dentiste, mère secrétaire)

Zidane sous la pression il a craqué, il a du être blessé et le coup de boule a du lui permettre d’évacuer la pression, c’est pas à faire mais je le comprends (Fille volleyeuse, père soudeur, mère sans emploi)

Zidane c’est pas un robot c’est un être humain, alors un a eu tort mais je le comprends

(Garçon surfer, père instituteur, mère sous emploi)

Geste anti-sportif

Si Zidane utilise la violence il se met au même niveau que l’italien. Si tout le monde faisait comme lui y’aurait plus de sport possible

(Fille athlétisme, père employé municipal, mère nourrice)

Manque de professionnalisme

Les champions de foot sont suffisamment payés pour pouvoir se retenir et mettre dans leur poche la vengeance jusqu’à la fin du match

(Garçon lutte, père jardinier, mère sans emploi).

Il manque de contrôle

Un grand champion comme lui ne doit pas se laisser déstabiliser, c’était le pilier de l’équipe, il a eu tort

(Garçon natation, père installateur de climatisation, mère vendeuse)

D’accord pour le « coup de boule »

Métropole hors banlieue

A l’Italien la faute

- C’est vrai que ça se fait pas mais l’italien n’avait qu’à pas parler comme ça, moi si on m’avait dit ça j’aurais fait pareil

(Fille équitation, père prothésiste dentaire, mère sans emploi)

L’italien a provoqué Zizou en l’insultant c’est celui qui insulte qui provoque qui est coupable

(Fille Volley, père retraité, mère enseignante).

Préjugés anti-italiens

Les italiens font du cinéma, Zidane il les a supporté longtemps, là pour son dernier match il avait envie de se défouler et de leur dire ce qu’il pensait d’eux

(Garçon Rugby, père enseignant, mère enseignante)

Il a eu raison car les italiens sont des gros tricheurs, vive Zizou, vive les bleus !

(Garçon football, père sapeur pompier, mère sans emploi)

savoir défendre son honneur

L’italien il a cherché Zidane, alors il l’a trouvé, tant pis pour sa gueule Zidane il a tapé coup de boule ! Mieux vaut être craint que faire pitié !

(Garçon rollers, père journaliste, mère sans emploi)

Matérrazzi a commencé en insultant la famille de Zidane, il n’avait pas le choix pour sauver son honneur !

(Fille non sportive, père agriculteur, mère agricultrice)

 

Banlieue

Parisienne

savoir défendre son honneur

- Le batard de rital l’a bien cherché dans la vie il faut savoir se faire respecter ! (Garçon boxe thaï, père coursier, mère femme de ménage).

- Le rital n’avait qu’à pas traiter la mère et la sœur de zidane par derrière

(Fille basket, père plombier, mère sans emploi).

- Zidane il a rien à se reprocher, Materazzi l’a traité de tout « sale arabe, je nique ta sœur », normal qu’il lui ait mis un coup de tête, il aurait du encore plus le déchirer (Garçon boxe française, père videur de boîte de nuit, mère sans emploi).

- Même si a cause de ça on a perdu on s’en fiche je lui donne quand même raison (Fille non sportive, père sans emploi, mère coiffeuse)

- Zidane il faut pas l’énerver, c’est un chaud, il monte vite en pression, voilà c’est tout (Garçon athlétisme, père infirmier, mère infirmière)

- Si il avait rien fait on aurait dit quoi ? Zidane pas de couille, Zidane pourri du slip ! il a fait ce qu’il fallait quand il fallait

(Garçon non sportif, père réparateur audiovisuel, mère sans emploi)

Zidane il reste naturel, son comportement c’est le même que ce soit dans la rue ou en finale de la coupe du monde, faut pas le chercher le lascar : l’honneur c’est l’honneur ça se discute pas

(Garçon cyclisme, père marchand d’articles de sport, mère vendeuse).

Mère et sœur sont sacrées

Zidane il l’a bien dit, il aurait préféré se manger un coup de poing dans la gueule que de manger ces insultes, pour les jeunes enfants ça reste un modèle des limites à ne pas dépasser, il ne faut jamais laisser traiter ses parents (Garçon tennis, père médecin militaire, mère sans emploi)

L’autre il a insulté sa sœur et sa mère tout au long du match c’est le minimum qu’il se prenne un coup de boule

(Fille non sportive, père mécanicien, mère assistante maternelle)

Réunion

► à l’italien la faute

- Ce qu’a dit le joueur italien à Zidane est insupportable, même si Zizou aurait pu être plus professionnel et attendre la fin du match pour régler ses comptes il a bien fait, je pense que tout le monde aurait fait comme lui face aux insultes de Materrazi.

Taper c’est un peu normal quand on se fait insulter non ?

(Garçon escalade, père pécheur, mère sans emploi).

non au racisme

Té le bougre Matérazzi lu lé raciste, si il prenait des coups de boule à chaque match peut-être qu’il se la fermerait

(Fille volley, père restaurateur, mère restauratrice).

14Il faut souligner quelles que soient leurs origines géographiques les filles sont moins sensibles aux démonstrations guerrières de Zidane que les garçons. Certaines vont même jusqu’à affirmer que les coups de boule sont « des histoires de mecs ». Toutefois, force est de constater que les filles de banlieue parisienne sont les moins défavorables « au coup de boule » (52% de défavorables contre 68% de défavorables dans le collège de La Réunion)

15Pour certains garçons Zidane est décrit comme « un chaud », parfois même comme « un killer ». Il a le « capital guerrier » (Sauvadet 2006) du grand frère craint et respecté. Pour certaines filles au contraire, il se conduit comme leur petit frère, c’est « un gamin », qui « manque de maturité », et qui « se croit dans une cour de récréation ».

4. Conclusion :

16Zidane a permis de satisfaire chez les jeunes un besoin d’admirer, mais aussi un besoin tout aussi important de critiquer. A ce titre, les jeunes peuvent être en partie « pour » et « contre » le coup de boule. Zidane s’est singularisé non seulement au titre de génie du football, mais aussi comme être « hors normes ». Cette singularité renvoie à une double lecture par les jeunes. D’une part son exceptionnalité paradoxalement le rapprocherait d’eux. Il est alors perçu comme se conduisant comme eux l’auraient fait. Célébrant son authenticité, ces inconditionnels voient dans les critiques nourries à l’encontre de leur héros une manière de lui faire payer son origine populaire. D’autre part, il figure aussi pour d’autres un champion certes, mais quelqu’un de « bizarre », se conduisant à tort « comme dans une cours de récréation ». L’intérêt de l’étude est de montrer comment ces jugements positifs ou négatifs sur une singularité jugée qualifiante ou disqualifiante construisent ou déconstruisent sa grandeur (sans toutefois remettre en cause son talent de joueur). Il existe donc bien un double standard d’évaluation des champions concernant pour partie leur performance et pour partie leur manière d’être (Duret, 1992). Pour les jeunes « contre » le coup de « tête » il est aisé de mettre en place des compromis visant à l’atténuation de leur critique ; Nombreux réprouvent certes Zidane mais, en même temps, ils peuvent comprendre ses raisons. Par contre, les jeunes pour le « coup de tête » semblent vivre dans un univers de valeurs plus dogmatique. Il existerait une bonne conduite et une seule. Zidane a bien fait, un point c’est tout, semblent dire ces jeunes sans jamais envisager une pluralité possible (voire un relativisme) des valeurs.

17Réside là peut-être un contre-sens dans l’interprétation du geste, Zidane s’est payé le luxe d’un coup de tête médiatisé, pour répondre à une exigence de singularité et imposer son statut d’être « hors normes » et non pour servir de modèle reproductible à tous (la singularité supposant par définition de ne pas être imitable).

Annexe : Le questionnaire

Bonjour, en remplissant cette feuille tu nous aides à mieux connaître ce que les jeunes attendent du sport. Merci. Tu participes à une enquête anonyme, ça veut dire que tu peux écrire ce que tu penses vraiment personne ne saura qui tu es. Cette recherche concerne beaucoup d’autres ados partout en France.

181- Est-ce que tu fais du sport en dehors de l’école, en plus de l’EPS ?

19(Fais une croix dans la case correspondant à ta réponse)

20Oui ou Non

21Si tu as répondu « non » sautes les questions 2,3 et 4 et passes directement à la question 5

222- Si tu as répondu « oui », quels sports fais-tu ? (Écris tous les sports que tu fais cette année)

233- Parmi ces sports, tu en fais certains en clubs et en compétition ? (Fais une croix dans la case correspondant à ta réponse)

24Oui ou Non

25Si tu as répondu non passes directement à la question 5

264- Si tu as répondu « oui » lesquels ?

275- As-tu regardé la finale de la coupe du monde de football 2006 ? (Fais une croix dans la case correspondante)

28Oui ou Non

296- Que tu l’aies regardé ou pas, est-ce que tu penses que Zidane a eu raison ou non de donner un coup de tête à un joueur italien ? (Fais une croix dans la case correspondant à ton choix)

30Oui ou Non

317- Tu peux expliquer pourquoi ?

Courage ! tu as presque fini maintenant…

329- Tu es : un garçon ou une fille

339 – Si ton père travaille quel est son métier ? (si il n’a pas de travail en ce moment mets « sans emploi », si il est à la retraite mets « retraité ») :

3410- Si ta mère travaille quel est son métier ? (si elle n’a jamais eu d’emploi mets « femme au foyer », si elle n’a pas de travail en ce moment mets « sans emploi », si elle est à la retraite mets « retraitée »)

Bravo tu as terminé ! et encore merci pour ton aide.

Haut de page

Bibliographie

Brohm J-M. (1981), Le mythe Olympique, Paris, Christian Bourgois.

Brohm J-M. (1992), Sociologie politique du sport, Nancy, Presses Universitaire, de Nancy.

Brohm J-M. (2006), La tyrannie sportive, Paris, Beauschesne.

Boltanski L, Thevenot L. (1991), De la justification, Paris, Gallimard.

Bromberger C. (1995), Le match de football, Paris, Editions de la maison des sciences de l’homme.

Bromberger C. (1998), Football, La bagatelle la plus sérieuse du monde, Paris, Bayard.

Bromberger C. (2004), Le spectacle sportif révélateur des passions contemporaines, in L’esprit sportif aujourd’hui, Vigarello (Ed.), Paris, Universalis.

Defrance J. (1995), Sociologie du sport, Paris, La découverte.

Duret P. (1992), L’héroïsme sportif, Paris, PUF.

Duret P. (1999), Les jeunes et l’identité masculine, Paris, PUF.

Duret P, Trabal P. (2001) Le sport et ses affaires, Paris, Métailié.

Duret P. (2004), Sociologie du sport, Paris, Payot.

Durry J. (1992), Le grand livre du sport, 1992, Paris, Nathan.

Elias N, Scotson J-L. (1997), Logiques de l’exclusion, Paris, fayard

Ehrenberg A. (1986), Des stades sans dieux, Le débat, n°40, pp.47-61.

Ehrenberg A. (1991), Le culte de la performance, Paris, Calmann-Levy.

Goffman E. (1991), Les cadres de l’expérience, Paris, minuit.

Heinich N. (2005), L’élite artiste : excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gallimard.

Lahire B. (2002), A quoi sert la sociologie, Paris, la découverte.

Martuccelli D. (2006), Forgé par l’épreuve, Paris, Armand colin

Mignon P. (1998), La passion du football, Paris, Odile Jacob.

Ollier F, Vassort P. (1998), L’illusion sportive, Montpellier, IRSA.

Philonenko A. (1990), Du sport et des hommes, Paris, Michalon.

Sauvadet T. (2006), Le capital du Guerrier, Paris, Armand Colin.

Vigarello G. (2000), Passion sport, Paris, Textuel.

Haut de page

Notes

1 C’est par exemple le raisonnement tenu par le publiciste jacques Séguéla dans le figaro du 11 juillet 2006.
2 Les éducateurs sportifs étaient en effet les seuls à déplorer ouvertement une inversion des identifications où ce ne sont plus enfants turbulents qui prennent pour modèles de conduite les champions, mais les champions qui se conduisent comme des enfants turbulents.
3 Essayant ainsi également de désamorcer les critique du sport voyant dans la coupe du monde l’expression d’un nationalisme guerrier. Ceux-ci ne manquèrent pourtant pas de s’exprimer largement sur ce thème (J.-M. Brohm et M. Perelman « Le coup de boule de Zidane et les nouvelles limites de la violence sportive », Le figaro, 14 Juillet 2006.
4 En effet la future candidate socialiste à la présidence de la république qui souffrait d’un déficit d’expression de son autorité publique n’ayant pas été comme ses rivaux Ministre de l’intérieur (Sarkozy) ou des armées (Alliot-Marie) faisait de l’autorité familiale son cheval de bataille et ne cachait pas par ailleurs sa propre admiration pour son frère militaire.
5 Le Président de la république algérienne ayant pour sa part envoyé un message de félicitations faisant de zidane le sauveur de l’honneur des Algériens résidents en France (oubliant au passage que Zidane était Français) par l’intermédiaire de son Ministre de la solidarité nationale, à l’oncle du champion résidant à Aguemoune.
6 Même si comme on s’en doute la presse italienne et l’entraîneur de la squadra azzura ne l’entendait pas de cette oreille. L’éditorial de la Gazetta dello sporto du 11 juillet s’enthousiasme « Materazzi a fait un mondial parfait ».
7 400 000 singles du titre se sont vendus au mois d’août 2006, sans compter les plusieurs millions de téléchargement sur le WEB.
8 Collège de type 1100.
9 Performances des classes choisies situées dans la moyenne nationale.
10 Dans la moyenne de l’académie.
11 Ainsi nous avons pu montrer, avec Patrick Trabal, que l’épreuve sportive est à géométrie variable (Duret, Trabal, 2001). Les différents sports peuvent se ranger le long d’un continuum où l’on trouve à un pôle, ceux offrant une codification minimale et reposant uniquement sur la mesure (par exemple la course de cent mètres en Athlétisme) et à un autre pôle des épreuve donnant plus de poids à l’appréciation des juges et des spectateurs (patinage artistique, GRS, natation synchronisée). Le football se situe en position intermédiaire sur ce continuum car l’arbitre y détient une part importante d’interprétation (notamment quand il s’agit de siffler des coups francs ou des penaltys).
12 Antonin Panenka, vedette du football tchèque des années 70 a donné son nom à c geste technique. En finale de la coupe d’Europe 1976 RFA contre Tchécoslovaquie, les deux équipes sont a égalité à l’issu du temps réglementaire. Elles doivent se départager par l’épreuve des tirs au bit. Alors que les autres joueurs envoient de véritables boulets de canons lui choisi de tirer une petite « pichenette » amortie au centre du but (ce qui est imparable dès que le gardien anticipe le tir en plongeant d’un coté ou de l’autre de sa cage).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Duret, « Perception du « coup de Boule » de Zidane par les collégiens », Socio-logos [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 29 mars 2007, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/171

Haut de page

Auteur

Pascal Duret

Pr., Directeur du CURAPS (EA 4075), Université de la Réunion. pascal.duret@univ-reunion.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • OpenEdition Journals