Navigation – Plan du site
Débats

Le biais biaise-t-il vraiment (autant) ?

Réponse à Philippe Cibois
Olivier Godechot et Alexandra Louvet

Texte intégral

1Que mesurons-nous exactement ? Nous calculons au sein d’une promotion annuelle de docteurs d’une même discipline le différentiel de chances entre les docteurs locaux et les docteurs extérieurs de diriger leur première thèse dans une université donnée.

2Nous considérons cette mesure comme une approximation du localisme lors du recrutement académique. Nous ne cachons pas le caractère approximatif de ce rapprochement, en mettant l’accent dans le texte sur l’importance des contre-mobilités que nous mesurons mal. Toutefois, dans l’attente de données de meilleure qualité1, cette approximation nous semble correcte pour donner une idée de l’ordre de grandeur du localisme lors du recrutement académique. Philippe Cibois conteste notre interprétation et considère qu’elle mesure plutôt « le favoritisme dont disposent les professeurs quand ils ont passé leur thèse dans l’université où ils candidatent ». L’interprétation stricte de Philippe Cibois est correcte2, mais nous pensons qu’elle n’invalide pas complètement la notre.

3Le problème que nous soulevons est un problème classique d’analyse des trajectoires, lorsque l’on ne connaît la position qu’à deux dates du processus. Par exemple dans l’enquête FQP, si un individu est dans la même CS à la date de l’enquête et 5 ans auparavant, on considérera qu’il est immobile « à cinq ans », quand bien même l’enquêté a effectué des mobilités entre les deux dates.

L’ampleur du biais

4La mesure de la mobilité et de l’immobilité entre deux dates éloignées informe-t-elle des mobilités et des immobilités lors de transitions intermédiaires ? Un exercice de pensée permettra de donner des éléments de réponse. Considérons que les mobilités au cours des trajectoires complètes de docteurs à directeurs s’effectuent essentiellement à deux dates : lors de la transition docteur - maître de conférences et lors de la transition maître de conférences – professeur. Que nous disent les chiffres du ministère pour les années récentes (2002-2007) ? Docteurs – maîtres de conférences : 30% d’immobilité. Maîtres de conférences - professeurs : 57% d’immobilité. Faute de mieux, examinons avec ces chiffres la répartition possible des cinq trajectoires suivantes : l’enracinement local (une carrière entièrement locale), l’exil tardif (un MC recruté localement s’exilant pour devenir professeur),  l’enracinement extérieur (MC recruté à l’extérieur qui devient professeur sur place), la mobilité réitérée (changement d’établissement lors des deux transitions) et le retour à la maison (devenir professeur dans l’université où l’on a fait sa thèse après un exil comme MC).

Tableau 1. Simulation (1) de la répartition des différentes trajectoires complètes de mobilité à partir des données du ministère (2002-2007)

Trajectoires aboutissant au professorat

MC

Professeur

LLL : Enracinement local

LLE : Exil tardif

30%

17%

13%

LEiEi : Enracinement extérieur

LEiEk : Mobilité réitérée

LEiL : Retour à la maison

70%

40%

27%

3%

Total

100%

100%

5Dans la simulation 1, nous supposons d’une part que (a) les MC recrutés localement (LL) et les MC recrutés à l’extérieur (LEi) deviennent dans les mêmes proportions professeurs, et d’autre part que (b) la ventilation de ces derniers entre recrutement local (LLL et LEiEi) – extérieur  (LLE ou LEiEk et LEiL) est identique. Nous pouvons alors appliquer uniformément le taux de 57% de locaux recrutés au niveau professeur. Nous faisons enfin l’hypothèse que (c) les professeurs qui ont effectué deux mobilités (LEiEk et LEiL) ne favorisent pas plus un retour à la maison lors de leur deuxième mobilité qu’un nouveau déplacement vers une des autres universités. On peut alors approximativement évaluer que ceux-ci ont 9% de chance de retourner dans l’université d’origine et 91% d’aller dans une autre université3. Dans cette simulation, 86% de ce que nous appelons recrues locales avec DOCTHESE (i.e. LLL + LEiL) est constitué de « vraies » recrues locales au niveau tant MC que professeur et 84% de ce que nous appelons recrues extérieures avec DOCTHESE (i.e. LLE + LEiEi + LEiEk) est constitué de recrues extérieures au niveau MC. En revanche, 49% de nos extérieurs sont de vrais extérieurs au concours professeur. Sous ces hypothèses, nos approximations représentent imparfaitement certes, mais relativement bien le localisme du concours MC, plus imparfaitement le localisme du concours professeur.

6Conservons d’abord l’hypothèse (a) et relâchons les hypothèses de répartition (b) et (c) qui sont plus discutables. En effet, on considère que les MC recrutés localement partent autant que les MC recrutés à l’extérieur, alors qu’il y a tout lieu de penser que les premiers sont plus enclins à s’enraciner sur place. D’autre part, on considère que les MC extérieurs ont autant de chance de revenir dans l’université de départ que de partir dans n’importe quelle autre université. On peut imaginer aussi que la trajectoire de retour soit surreprésentée. Peut-on faire de meilleures hypothèses ?

7Ce que nous proposons n’est pas parfait mais peut aider à penser le problème. Considérons que les mobilités des directeurs de thèse après leur première thèse dirigée nous informent de la répartition des mobilités lors des transitions MC-professeurs.

8Sur les 9772 docteurs qui deviennent directeurs de thèse dans leur discipline de soutenance, 1347 font soutenir des thèses dans au moins une autre université après la dernière thèse soutenue dans leur première université de direction4. 89% des directeurs qui dirigent dans la même université que celle de leur soutenance ne changent pas ultérieurement d’université contre 83% de ceux qui dirigent dans une université différente. Les « locaux » s’immobilisent plus que les « extérieurs ». Le rapport de chance est de 1,69. Adoptons notre pourcentage d’immobilité (de 57%) lors de la transition MC-Professeurs en fonction de l’origine de telle sorte que le rapport de chance d’immobilité entre les MC locaux et les MC extérieurs soit du même ordre. On trouve alors une probabilité d’immobilité pour les MC locaux de 66% et pour les MC extérieurs de 54%. Par ailleurs, la base DOCTHESE indique que lorsque les directeurs de thèse « extérieurs » bougent, c’est dans 33% des cas pour revenir dans l’université d’origine et dans 67% des cas pour aller dans une autre université. Le tropisme d’un retour aux sources a donc une certaine importance5. Là aussi, faute de mieux, appliquons ce pourcentage au tableau de simulation 2.

Tableau 2. Simulation (2) des trajectoires en reproduisant la structure de certaines mobilités des directeurs constatés dans DOCTHESE

Trajectoires aboutissant au professorat

MC

Professeur

LLL : Enracinement local

LLE : Exil tardif

30%

19%

11%

LEiEi : Enracinement extérieur

LEiEk : Mobilité réitérée

LEiL : Retour à la maison

70%

35%

23%

11%

Total

100%

100%

9Que constate-t-on alors ? 63% de ce que nous appelons recrues locales avec DOCTHESE (i.e. LLL + LEiL) est constitué de « vraies » recrues locales au niveau tant MC que professeur et 84% de ce que nous appelons recrues extérieures avec DOCTHESE (i.e. LLE + LEiEi + LEiEk) est constitué de recrues extérieures au niveau MC. En revanche, 49% de nos extérieurs sont de vrais extérieurs au concours professeurs. Les tableaux 3 et 4 détaillent plus précisément la structure de notre erreur de mesure dans le cadre de la simulation 2.

Tableau 3. Qualité de l’approximation pour saisir le localisme du concours MC dans le cadre de la simulation 2.

    

En « réalité » au concours MC

D’après nos approximations

Locaux

(LLL + LLE)

Extérieurs

(LEiEi+ LEiEk+ LEiL)

Total

Locaux (LLL + LEiL)

19%

11%

30%

Extérieurs (LEiEi+ LEiEk+LLE)

11%

59%

70%

Total

30%

70%

100%

Tableau 4. Qualité de l’approximation pour saisir le localisme du concours professeur dans le cadre de la simulation 2.

    

En « réalité » au concours Professeurs

D’après nos approximations

Locaux

(LLL + LEiEi)

Extérieurs

(LLE + LEiEk+ LEiL)

Total

Locaux (LLL + LEiL)

19%

11%

30%

Extérieurs (LEiEi+ LEiEk+LLE)

35%

34%

70%

Total

54%

46%

100%

10Le tableau 3 montre une corrélation sensible de notre indicateur de localisme avec celui observé dans le cadre du « vrai » concours MC. Cette corrélation, moins forte que dans le cadre de la simulation 1, reste élevée. Le V de Cramer du tableau 3 s’élève alors à 0,47 et le PEM (pourcentage de l’écart maximum) à 47% pour les cases de la diagonale. En revanche, la corrélation (qui reste positive) est moins forte pour appréhender le localisme au niveau du concours des professeurs. Le V de cramer du tableau 4 s’élève en effet à 0,11 et le PEM de la diagonale à 18%.

11Dans ce deuxième cas de figure, nos approximations reflètent bien mieux le localisme du concours MC que celui du concours professeur. Dans le cadre de nos simulations, qui restent discutables car effectuées à partir d’éléments disparates6, notre mesure, en l’absence de données de meilleure qualité, ne constitue pas une approximation scandaleuse. Toutefois comme Philippe Cibois l’indique, cette erreur de mesure, verre à moitié plein ou verre à moitié vide, peut biaiser l’étude si l’erreur n’est pas équilibrée.

Le sens du biais

12Réfléchissons ainsi au sens du biais introduit par notre erreur de mesure. Lorsque nous interprétons notre mesure comme un indicateur du localisme du recrutement au concours MC, nous avons tendance à « faire parler » les trajectoires de « retour à la maison » comme des représentants des trajectoires « d’exil tardif ». C’est inexact. Trois remarques.

13La première leçon inattendue de notre exercice de simulation est que les trajectoires « d’exil tardif » sont à peu près de la même importance quantitative que les trajectoires de « retour à la maison ». En prenant l’un pour l’autre, on tombe sur un effectif relativement juste de trajectoires « locales » et de trajectoires « extérieures ». Rien n’assure qu’avec les chiffres mieux adaptés à chaque génération et chaque transition, il en soit ainsi… mais c’est plutôt de bon augure.

14La faveur dont jouissent les trajectoires d’exil tardif lors du concours MC et celle dont jouissent les trajectoires de « retour à la maison » lors du concours professeur ne sont peut-être pas de nature fondamentalement différente. On peut imaginer que dans les deux cas, les relations académiques de connaissance favorisent lors du concours pour diverses raisons (proximité des thèmes de recherche, minimisation des risques d’erreur sur la qualité du recrutement, minimisation des risques de défection, sympathie). On pourra parler de localisme initial dans le premier cas lors du recrutement MC, de localisme tardif dans le cas du recrutement professeur.

15La question du sens du biais est alors la suivante. Si l’on considère que le différentiel de réussite au concours MC entre les trajectoires d’exil tardif (LLE) et les vrais extérieurs est supérieur au différentiel de réussite au concours professeurs entre les trajectoires de retour à la maison (LEiL) et les extérieurs de ce concours-là alors on sous estimera plutôt le biais localiste. Dans le cas inverse, on le surestimera. Dans le cas de notre simulation 2, on tombe, un peu par hasard certes, sur des différentiels de même ampleur (30% de locaux recrutés versus 8% de locaux parmi les candidatures MC n’est pas très différent de 32% de retour à la maison versus 9% de retour à la maison sous l’hypothèse d’indépendance). Si l’on pense que les relations personnelles sont d’autant plus efficaces qu’elles sont récentes (localisme initial> localisme tardif), on s’attend plutôt à trouver moins de « retours à la maison » lors de la transition MC-Professeur et donc à sous-évaluer le localisme. Toutefois, en tenant compte de toutes les mobilités intermédiaires négligées, il n’est pas impossible que les retours à la maison puissent être au final aussi importants. Par ailleurs, notre raisonnement repose sur l’égale probabilité de devenir professeur lorsque l’on est recruté MC localement ou à l’extérieur. Si, comme nous le pensons, l’importance des recrutements partiaux croît avec le localisme (ce qui ne veut pas dire que tous le soient), il est possible que les maîtres de conférences recrutés localement aient plus de difficulté à devenir professeur que ceux recrutés à l’extérieur. Ceci conduirait aussi à sous évaluer le localisme.

16Pour conclure cette section, notre impression est que l’approximation qui consiste à prendre les immobilités des trajectoires docteurs-directeurs comme des indices des immobilités lors des transitions docteurs-maîtres de conférence induit plutôt une forme de sous-évaluation du localisme. Par ailleurs d’autres approximations de ce travail, comme celles de candidatures systématiques sur tous les postes à pourvoir, favorisent plutôt une surestimation du localisme.

Nature de la dénaturation

17Chacun est libre d’apprécier l’ampleur de la déformation introduite par notre méthode par rapport aux « véritables » mesures. Notre texte ne pouvait viser à l’exactitude. Il visait à donner un ordre de grandeur, à proposer une méthodologie et à susciter des débats. Mesuré à l’aune des données nécessaires à une évaluation statistique des politiques publiques, on pourra dire que la déformation est préoccupante et qu’il faut corroborer ce premier travail par d’autres études plus précises7. Mesuré à l’aune des recherches en sciences sociales en général et celles en histoire en particulier sur le monde académique, on pourra trouver l’approximation relativement raisonnable et la méthodologie informative. Notre méthode « dénature-t-elle », comme le suggère Philippe Cibois, « le phénomène à observer » ? Si par dénaturation, on entend que notre méthode n’objective pas le phénomène dans sa véritable « nature », nous acquiesçons. Nous travaillons sur une proxy, ce qui est assez courant en sciences de la nature comme en sciences sociales. Si par dénaturation, on entend que notre méthode, non seulement ne rend pas du tout compte du phénomène mais en plus diffuse des idées fausses sur celui-ci, nous protestons.

Haut de page

Notes

1 Si, avec la base de données Antares, on peut travailler beaucoup plus précisément sur les dix dernières années, la chose sera moins évidente pour les années 1970 (en raison, dit-on, du caractère lacunaire des bases de données administratives pour la période).
2 Notre mesure a même le défaut de ne pas représenter exactement le champ délimité par Philippe Cibois. Il ne s’agit pas forcément de professeurs, puisqu’il y a aussi des DR du CNRS et des HDR non-professeurs qui font soutenir des thèses. Des directeurs de thèse peuvent ne pas faire soutenir leur première thèse à l’endroit où ils ont été nommés pour la première fois professeur ou DR. Il existe, enfin, des professeurs qui ne font jamais soutenir de thèse.
3 À partir de DOCTHESE, on compte en moyenne 1 candidature locale pour 11 candidatures extérieures. Puisque les mobiles ne peuvent retourner en Ei (soit 1 candidature) et doivent se répartir entre le retour à la maison (L) (soit 1 candidature) et les autres destinations (Ek) (soit 10 candidatures possibles), la proportion de professeurs qui retournent à domicile à l’indépendance est alors la suivante : 1/(10+ 1)= 9%.
4 On a voulu éviter de compter comme mobilité des professeurs qui font soutenir des thèses en même temps dans plusieurs universités à la fois (comme peuvent le faire les cumulants à l’EHESS). Par ailleurs, on a retenu uniquement la première mobilité.
5 Nous pensons d’ailleurs que cette proportion, qui comporte de nombreux retours à Paris en fin de carrière, à une époque où l’espace des possibilités était plus restreint, surestime la proportion actuelle de maîtres de conférences qui retournent dans leur université de soutenance lors de leur passage professeur.
6 Les taux de localisme MC et professeurs 2002- 2007 concernent des générations différentes. Les données sur la structure des mobilités, viennent non seulement d’une génération beaucoup plus ancienne, mais concernent des mobilités différentes. Enfin, on néglige ici les mobilités à d’autres dates que les transitions statutaires, ainsi que les mobilités des populations qui ne deviennent pas professeurs.
7 Ce que nous espérons faire prochainement.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Godechot et Alexandra Louvet, « Le biais biaise-t-il vraiment (autant) ? », Socio-logos [En ligne], 3 | 2008, mis en ligne le 24 mai 2008, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/1763

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • OpenEdition Journals