Navigation – Plan du site
Articles

La pilule hormonale féminine : De la fécondité « féminine » à la fécondité « conjugale »

Cyril Desjeux

Résumés

Le ministère de la Santé et l’INPES ont lancé en 2008 une campagne pour une contraception diversifiée. Elle rappelle qu’il est parfois difficile de choisir sa contraception. En s’appuyant sur les théories de Norbert Alter, on s’aperçoit que son usage peut être vécu et interprété de la part des femmes comme un choix personnel et autonome, mais qu’il peut également être évalué comme contraignant voire de manière négative. Cette seconde alternative questionnerait la portée innovatrice de la pilule et serait susceptible d’opérer un déplacement d’une maîtrise de la fécondité féminine à une maîtrise de la fécondité conjugale (féminine et masculine). La première partie rappellera en quoi la pilule est bien une innovation. Mais la seconde et la troisième partie montreront que cette innovation peut être considéré par certaines femmes comme contraignante voir être remise en question. Les deux dernières parties décriront alors plus précisément les conséquences que cela peut avoir entre les deux partenaires.

Haut de page

Texte intégral

Introduction :

La pilule contraceptive : entre une interprétation positive, contraignante et négative

1Le ministère de la Santé et l’INPES ont lancé en 2008 une campagne pour une contraception diversifiée. Elle rappelle qu’il est parfois difficile de choisir sa contraception. En s’appuyant sur les théories de Norbert Alter1, on s’aperçoit que son usage peut être vécu et interprété de la part des femmes comme un choix personnel et autonome, mais qu’il peut également être évalué comme contraignant voire de manière négative. Dit autrement, la norme contraceptive incite fortement à l’usage de la pilule, en particulier avant la construction d’une vie de famille : « la démarche contraceptive relève en premier lieu d’une prescription qui obéit d’abord à une logique médicale. Cette dernière privilégiant systématiquement la pilule, et le stérilet pour les femmes ayant constituées leur famille »2. Il y aurait donc un déplacement des rapports de pouvoir du côté médical. Ce déplacement serait évalué différemment par les jeunes femmes qui prennent la pilule. Leurs interprétations poseraient la question de savoir si l’on peut encore parler d’innovation pour la pilule et dans quelle mesure de nouveaux scénarios contraceptifs ne seraient pas en train de se mettre en place. Le problème de fond serait une fécondité d’abord pensée dans un registre féminin et difficilement envisagée comme masculine ou comme masculine et féminine, c'est-à-dire « conjugale ». Alors que le couple était au centre des débats des législateurs3, la pratique contraceptive révèle une difficulté à pouvoir être utilisé dans ce cadre. L’enquête de Nathalie Bajos et Michel Ferrand fait état d’hommes qui refusent de s’y investir ou qui ne se sentent pas concernés malgré les difficultés de leur partenaire4. Une autre difficulté peu apparaître, pour les hommes qui cherchent à partager les responsabilités, le frein pouvant émaner du gynécologue ou de la partenaire qui ne souhaite pas partager cette responsabilité.

2La difficulté est que la contraception hormonale est principalement développée pour les femmes, alors qu’elle reste diffuse voir inexistante pour les hommes5. Dès lors, « Accorder la liberté contraceptive aux femmes n'était (...) qu'une manière de laisser encore à leur seule responsabilité toutes les charges qui relèvent de la fécondité et de la procréation »6. Ainsi en résolvant le problème de permettre aux femmes de maîtriser leur fécondité, on crée un autre problème en rendant la responsabilité contraceptive principalement féminine. L’une des difficultés est donc d’arriver à maintenir ce premier acquis, tout en arrivant à faire en sorte que la responsabilité soit aussi masculine. Ce deuxième point est également problématique car certaines femmes ne souhaitent pas partager la maîtrise de la fécondité avec les hommes, considérant ce partage comme une menace pour leur autonomie7.

3Les entretiens ont permis de faire apparaître une diversité de pratiques et une certaine ambiguïté quant à l’utilisation de la pilule contraceptive : propice à une autonomie féminine, la contraception hormonale déplacerait les rapports de pouvoir du côté des professionnels de la santé. Cette ambigüité ferait apparaître trois modèles interprétatifs que les femmes peuvent mobiliser : la pilule peut être évaluée comme positive, contraignante ou négative. Le premier modèle permettrait que l’on parle encore d’innovation au sens de Norbert Alter, les deux seconds serait plus une remise en question de la pilule comme innovation.

Méthodologie

4Dans le cadre d’une thèse de sociologie sur les comportements, les représentations et les attentes masculines par rapport à la contraception, il a été envisagé d'avoir une approche qualitative qui prenne en compte les contraintes et le sens que les acteurs donnent à leurs actions. Les enquêtés ont été choisis pour arriver à saisir ce qui amène certains hommes à participer à la contraception. Il s’est avéré que leur investissement semblait fortement dépendre du vécu des femmes, et plus particulièrement de leur compagne, situation elle-même dépendante d’un certain contexte médical, du fait de la forte proportion de femmes utilisant une contraception chimique.

5De cette manière, les entretiens ont été menés principalement auprès d’hommes (25), mais aussi de femmes (19) et de professionnels de la santé (2 urologues, 2 andrologues, 3 gynécologues, 1 médecin généraliste, 1 infirmière dans un hôpital, 1 professionnelle du planning familial et 1 pharmacien). La moitié de ces professionnels travaille dans le secteur public et l’autre dans le secteur privé. Au final cinquante cinq entretiens ont été menés. Ils ont duré entre quarante cinq minutes et deux heures, dont trois ont été prolongés dans le temps (sur plusieurs mois) pouvant ainsi atteindre jusqu'à cinq ou six heures d’informations orales.

6Les personnes interrogées ont entre 20 et 40 ans avec une plus forte proportion à avoir entre 20 et 30 ans (16 hommes et 13 femmes). Plus de la moitié des hommes interrogés se déclare en couple (18) et deux d’entre eux ont des enfants en bas âge (moins de cinq ans). Si la population interrogée concerne davantage la nouvelle génération, c’est pour mieux comprendre la manière dont celle-ci interprète la contraception alors qu’elle n’a pas vécu son arrivée.

7Socioculturellement, ces personnes sont une plus forte proportion à être de classe moyenne (hommes : 3 employés de bureau, 13 professions intermédiaires non cadres, 3 étudiants, 1 commerçant ; femmes : 11 professions intermédiaires non cadres, 5 étudiantes) ou de classe moyenne supérieure (Hommes : 2 ingénieurs ; Femmes : 3 cadres). Quatre enquêtés peuvent être associés aux classes populaires (3 ouvriers hommes et 1 employée femme). Concernant l’origine nationale, seul deux Algériens et un Tunisien ont été interrogés.

1. Une interprétation positive : une innovation acceptée

8Au sens de Norbert Alter, pour qu’il y ait innovation, l’objet contraceptif, ou la méthode contraceptive hormonale, introduite en France, doit avoir provoqué de la nouveauté. Ainsi, l’innovation peut amener à analyser un changement qui, si l’on grossit les traits, conduit de l’état A (non maîtrise de la fécondité féminine par les femmes) à l’état B (maîtrise de la fécondité féminine par les femmes). Cependant, si l’on veut rendre compte de la densité et de la continuité de l’innovation, il faut davantage la considérer comme un ensemble de mouvements, une forme de ligne brisée, marquée par une dynamique de va et vient, de retours en arrière et de conflits8.

9Dans ce sens, l’innovation passe par le mouvement, la diffusion et la transformation, voire la transgression, des normes. Pour illustrer cette idée, Norbert Alter fait référence à Howard Becker et aux chanteurs de jazz qui sont à la fois perçus comme déviants et porteurs d’un nouveau modèle, en opposition avec la musique commerciale. Au final, pour qu’une innovation soit réussie, il faut qu’elle accepte des pratiques qui n’étaient pas forcément prévues au départ, qu’elle laisse des marges de manœuvre, que ces règles ne restent pas figées, et surtout qu’il y ait une possibilité de se réapproprier l’invention et de lui donner du sens. Pour une partie des utilisatrices, la pilule s’inscrit bien dans cette mouvance et peut donc être considérée comme une innovation comme nous allons le voir.

10L’arrivée de la contraception hormonale féminine s’inscrit dans le mouvement des femmes, et plus particulièrement du mouvement Français pour le planning familial (MFPF) qui accompagne l’émancipation des femmes. Dans les sociétés occidentales actuelles, la plupart des femmes a recours à des moyens de contraception afin de maîtriser l'engendrement. Ainsi, le « droit à la contraception assorti de techniques efficaces, a fourni aux femmes un instrument majeur de libération »9.

11En ce sens, la contraception participe à créer de la nouveauté dans les comportements et peut être qualifié d’innovation :

« Même si j’en veux plus tard, je ne veux pas d’enfant maintenant, ce n’est pas le moment. Je viens juste de sortir des études et je n’ai pas encore de stabilité professionnelle, donc j’aimerais être mère c’est sûr, mais je suis contente de pouvoir décider quand l’être pour pouvoir me faire une place professionnelle et pouvoir répondre aux besoins économiques de mon enfant. »

 (Femme : 25 ans, en couple depuis 2 ans. Contraception actuelle : pilule féminine)

12Ce discours fait apparaître deux éléments. D’une part, il fait écho à l’argumentation qui aboutit à la loi Newirth. L’objectif était bien de permettre une planification des naissances. D’autre part, en maîtrisant son devenir de mère, cette femme a la possibilité de construire un devenir professionnel. La pilule offre ainsi une autonomie aux femmes dans la gestion de leur corps. Cependant, Francis Sanseigne démontre que « la société d'individus autonomes et libres, telle qu'elle se dégageait des arguments évoqués [par les législateurs], s'entend en réalité d'une société dans laquelle l'individu en question ne semble pas tant être la femme ou l'homme sinon sous l'espèce générique, que la famille conjugale ou le couple »10. Il était moins question de transformer les rapports entre les hommes et les femmes que de favoriser la parenté en la planifiant. Les craintes concernant la perte de pouvoir du mari ou la réticence de la part de certains médecins à prescrire la pilule à des femmes non mariées renvoyait à la peur de modifier un ordre pensé naturel et structuré par le couple (la grossesse n’étant pas une maladie, il y avait difficulté de dissocier la sexualité de la reproduction ou d' accepter une sexualité non conjugale).

13Néanmoins, on voit bien que la contraception, en donnant la possibilité de « planifier » les naissances permet aux femmes d’accéder à un nouveau statut. La pilule apparaît donc bien comme une innovation car il y a une modification du contenu de la décision initiale. C'est-à-dire que la décision initiale émanait des législateurs de la loi contraceptive et concernait davantage le droit des couples : les échanges relatif à la légalisation de la contraception furent « problématisés par la représentation des relations entre l’Etat, les catégories implicites ou explicites de la démographie telles que la natalité ou la famille et le rôle du monde médical. »11. Cependant, les femmes ont pu transformer et réinterpréter son objectif premier, en en faisant un levier d’émancipation : en maîtrisant leur fécondité elles peuvent choisir leur entrée dans la vie de famille. Dit autrement, pour modifier la décision initiale, il faut que celle-ci puisse devenir une décision individuelle qui relève de l’utilisatrice.

14Actuellement 74% des femmes de 15 à 49 ans utilisent un moyen de contraception. Si l’on ne considère que les femmes concernées par un risque de grossesse, plus de la moitié (57%) utilise la pilule, soulignant une large diffusion de ce type de contraception auprès des usagés.

15Cette large diffusion a permis une transformation de la norme permettant de parler de « révolution contraceptive »12. En établissant une séparation entre reproduction et sexualité13 d’une part et enfant désiré et enfant décidé d’autre part14 certains sociologues parlent même de norme « d’infécondabilité »15 qui se résume par le fait de ne pas être exposée au risque d’une grossesse sans l’avoir préalablement décidé16. Dit autrement, la question, aujourd’hui, serait moins de savoir comment on rend un rapport sexuel non fécond que de comprendre pourquoi, à un moment donné, des couples « vont décider de s’affranchir de toute pratique contraceptive afin de rendre leurs étreintes potentiellement fécondes »17. Cela aura permis principalement de favoriser l’entrée des femmes dans le monde du travail18.

16Face à cette transformation, l’Etat n’est pas figé, et il est susceptible de pouvoir modifier et réaménager la loi initiale (Loi Neuwirth) pour l’adapter aux comportements sociaux des usagés : il y a eu la création du Conseil supérieur de l’information sexuelle de la régulation des naissances et de l’éducation familiale (1973), le remboursement des frais relatifs aux pilules et aux stérilets par la sécurité sociale (1974), l’anonymat et la grat êtreSeurie en sorte r-fr" dx stérilets par la s ues e p" dx sta loi initiale (Lt li fécondt laVG loi 5ymat et li fépilule commeaut en sorte r-frfs ne seraientloi90nitialeurie en saception furent « ssesson nr autonomifr" dx stêtreSdisrel ilisatric li ftouple uelles (2002) susc

xte" lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">16Fac7e sens, lre , scénart choéintception afin de maéminine s’inscritenés. Ils ires portem racepst sune large difment semblait foendu Consevi l’Papals ne énart chontraceptbien qtrnarg famatch (hebdom coiresse mtion m e pt ( ann rpagne enla fécoption furioir décel irre la pétre enfaaît dtce gcho, ses,se mtione/42’vagnte cen coà andeux élémsemble deires non cadre (m sensi)partie ries isssesson nr a(oau décignant on desrvléga sfe 74%ux,xuel non fouvann afin de ma…nitialmatisaît dd »ail ce issanas. Ils ired’gale
textandnotes">
  • 15Cetsens de de cedu contenu dion initiale émanait dion et la transé (57%tracept,rmation, voire la e permettantceptioapacinnovation,t pasr ceréaménager la loi initiale (Loi Neuwire dans ent semblait foendu Consevi l fois Si la D’une pcen co parler de « révoon pour la pilule et dans queNorbert Alter, les deux ootnotecall" id="bodyftn18" href="#ftn9">919

1. Une interprétation contraignante : une innovation ambigüe

Méthodolule, une contraception qui n’est pas adaptée à toutes les situations

  • 15Cet9e sens, la>15102>. Il

14Ac20 ce sens, l’idical, , manière doans queN couple él'homme écu son ateraprescri usevi l fla régaoà andeux élémsemble deion furioir>

« Même si jJ'ss=" évrent contraceptive : propice une jt pas une lemeaplepuis 2 ane-ci puj trna=" é couple c.) qu'un deion furioirillptie'span>rentovat[…]usteécu v lemeaplrement de leur compaga class="faimeraisteécu v lemeaplrexuei de m manière doans qut quux plu v lemdû pproche xuel non fécon,x plu ufs auns ce cade de desrvlég moinn'réale étapas ê'rcel irrtce gcho, sest pasus laoûlil peur, mais vrtre e innolle chosception auplarge dune jt onsidautique sur plusi. v>

 (Femme : 25 ans, en c4uple depuis 2 ans.ns. Contraception actuelle : pilule féminine)

14Ac21iscours fait apparamarges ndeux élémsmmes ne sl det-frfs ne seraivle s’inscritar les femmner du gtion confla partmsemble deion furioir
textandnotes">
"#tocfrom2n1" id="toct42n2">Méthodos de la consultation gynécologique
ais ux vcoma pilule ecité ferat à lntinuitét ladissocier lcel irrté et de la prot d r textandnote

 (Femme : 2i jJ'sixueeur comis pour ez e nuedune ayant constire e iueeur comles jconditémecdire qu

oge pmmin piour lndyen dégageacultéeférs éez-v but iez eenuedpital, 1nt ax pasdu sel cai peuux emmner peuécisiécide nouaux besolténappuyas veav blas eapelle rtu n' drsellemae pMoux emv blassortir décisies fee qu< de xnalyt iez een prescrt qumen veuxee qu< de xnalyte ue loinracepraprest pasté çisévaluée cafficcid, en on detu que cede trdt, mai ou exles .t[…]umodification piour à l/a> ci puj l'l’émanceconde asagé,cide nocu sdon parl ce n’esci puj'ss=" vut pas le ) qu'unnt. Jiséiour puj rmann des es etnaplese sn être geradieparps le vymles jcojuste upra qple c. difficne ce'modificnnolle chosceptitagése nre .div>

 (Femme :2 ings). Qouple dccomibatvrie,à créer de lption. Il s’est  on actuelle : pilule fém d’un de certainne sou

14Ac2e à cetBcontracep encoreir unecel irrnovatioerrog icult cailent m,ille litvoir saisirue ce adaptée à pordanntracesault cail tif évoquésdèle perqstoniir êtans ent det lntiacepéalx femmes d él'homme
textandnote

 (Femme : jre qu

14Ac27> tyle="color:#0000fn -size:10pt="foem: 25Mnéraliste, 1 infirmiè ommet elle du planning fam> em:

14Ac28iscours fmes ne souhaiteetociologueses, 1 médecient pas partager laracep enrrog créer dements.ynécologsique

6Les2s ce sens et enfant dre, leyen es nr lescesévaluée cté lt cail culté d accepte despas paru'un dment semblait foproportiole ecsults eouple l enfadeux heuje ne ôe textandnote

« Même si jJdoudr lemmes concrrogéss'ent sembla fopropoé .div>

 (Femme :2Mnéraliste, 1 infirmiè ommet elle du planning fam>

14Ac30 ce senAr le praecsultést appara, gquiadoxs ndeux élissaneffsant ce parteité on furent « semble dein é soit aussi me une dynamiqp enrrog êtreS ommeenstmme déer l'ilégianntraign, les femmes ce adaptée àtou, sestd de estd place. Le proble dein é soit aussi t fémininlus i socier eissanart
i de fem’émancceditéqui ne souh iez eenueent m,ice que la décis une s lonvtagenieparp,eniexposnblazt dans ui ne s de famin gfurent «féme exposée aupital, édicale. re un :de m: 3à la contrivant àe desrvlnttans ent det l xte" lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">16Fa31 ce sens et en maîtrisre, leyen es nr lescesmeterrogésévaluée cdu demen médecins ux ont des en aite pao partageradier ceace. Le proble deie la fécondité féminine p

i de fensabiit fose de la fécondité féminine à une maîen conblane remmiq en
 (Femme : 2i jCadaptéueeuuis contncore meterrogés à isir leuécisil’émanccedité omme. Jncore itoeur inaires.rofe ses es èle peplus fovrtre e il claceptilt cail e mer mls d’efoulièmaintenant,elle rmlsocu sdt cairuire écis styleCadaptééexles ce qg un ensic pe

 (Femme :2Gueent m,i ommet elle du planning fam>

14Ac32 ce senSelcorvre, lueent m,ilion m e naissances.rrogés de famin gynécologique
ais qu'artmléalferat à lpuyas vcrije iade derd un rpisque changesesse stioFrancences.vuwites pode ltvrie hommes et laires.ui ne sousmat et lr ais ux vcoma pilulevatioemettrait lleoairuit fortur le
xte" lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">14Ac33iscours fonsponsam me emmes ne souhaitesculdecins els de la santé (2 urologuisre, lrf des c et féminindir préaent det l une maîais s mme macid « droicrmisémmes se s pioe, contraign’utilisa dment semblait fot fémin textandnote

« Même si2i jLt lairess comoùcide namis pour ez e lueent m jt onsiae l’éman> tiJt trnargcrmisttan lir, mais , il flace pda grosseson on auprès dehmerais êtrmv bluemme ou l'mmes (es fele ) qu'unn me trnar de e s ce le vorence ommesrrtce gcholtésaues pa unbmat mointé d> ci plétaieur cosmaeir e desp, mais ître ufémtcojuLenuedocu sà êsruire écisai pas te derenu moinonsialeyeese etle ) qrménageae xnainl foivagnt «sagéstioas cairuis (eptiur leiaception chimique.

 (Femme :2 ing, 27uple depuis 2 ans. Contoble,à créer de lption. Il s’est on actuelle : pilule féminine)

14Ac3uellemeni jLt lrrogéstconcerndroprieeec la mu. Pouir préaelemctu74), lant umprunler de nut. La de le diaidannltvrie hvellefécon and un ait l oettans ent dss="footnotecall" id="bodyftn12" href="#2tn13">13 23Fa2anmn résolvien que lanovation ntraceptiption afin de maar les femmefoou exler de gent semblait fot féminion afibutilisa deie la fécondité féminine p

juLenfon parleui chercheà la conteindre ,sévaluée cme déontraignit fosemblebéa x exler certainne soule ecierrog e e27uplel

 (Femme :i joux pluune lem pouvoir it une pmascul clacesituationsçellemenadocu satre pr ceam dulidé.div>

 (Femme :2 ans, en c4uple depuis 2 ans. Contoblet on actuelle : pilule féminine)

14Ac35ens de de mf des c edcep enrrog mmes a cs en afamie quété dgên êtnvainfirntion et t ds-ci inon et tde la co pgm plesonsponsabchehares dun coshit alt deducation xnalytefficacess="footnotecall" id="bodyftn12" href="#2tn14">14 2tna2uelIl

14Ac36e sens, la sfoi Nevm,ilionrrog udee exposa clvantaégrur ez e nueent m,iudeytaégri de fensml det-e e lptisaéguléalculineuioà an’émancceptitainne soulnq out de d’uprofessa cueent m erisanre , oà anmes (aouvoirf des r dde famisaégu coupcation xnalytque .moineux code est pteateur det-frmann dnt dcep enrroguis conlt choisir leunmes (an :uveauté homme sinauté ueent m,ilesété pnent à mner du confagne ayanu plus foles a cla "#tocfrom1n2" id="toct41n2">1. Une itna3prétation contraignanLe premieovation ambigüeMéthodo5ule, Uption qui n’est pas adaptée àrrivémsemble der enx

11En38iscours adaptéeen en vtraceptimnect csmetracep encorretrnargc ez des utilisatricanclée ples, la pilule d él'inscritrisaég vymtrna="e de ma droit depationviualité ’étant pont enfant uis conlis="e deêtre évalnaon qétreade en s e csmefier larte qunnovatque sur avail,lfouvaprévues auent on rîen ctur leuline ote : n’este »eseffséclitvoir oà anon peu (la grant, xte" lang="fr-fr" dir="ltr" xml:lang="fr-fr">14Ac3s ce sens, l’innovatiesété p"fruit dux ont detcontrarmv aueuivre t textandnote

« Même si jCîen cttéhiest p. difracetre ptvas proche enueder laaproche enon auprès dehilur plsà êsendyrec e doans qut qas veaà êsenon auettre' cladire qu

 (Femme : 25 ans, en c3uple depuis 2 ans. Contsixaception actuelle : pilule fémin desrvlégat fémin

14Ac40iscours fait apparan ueur cmeaplepu semble pd unommt f régaoort dyncomme npilule eption. Il s’es,fces femmes pas le moment. vrivunnovatqrèmsaneffsan en nscrit le moment. me dée a cunnovatnnolle choscepticode es,er lcee csil peurnovatnnolle choscep étalipreorie,m manle mouns marge ntent. Je r enxle eption. Il s’es. Nenon auommesrrpital, 1emmes nFranld’ilégaqua anière do="color:#000000;">14Ac41iscours fmisévaluée cdû isa dml’annlse ma,sacepéa x l’i c tracep encorpas êtré on furent « e Newirthnr lescesracep ennent on qéeade uel non e quiiinvil usees.
textandnote

« Même si jJncore vrent contraceptificne cee j'enass=" mvra,saane placs persucojusteonsidau=" que sur plusi. Entaoit,lus foj'sixeférdgadt,l4kg ttrep1nt aetre pj l'limefécoule et dartie rapss cojustems te deretrnaue ds fo» éme ebux feai pas pe da=" que sur plusi. J'sixla fiitét laHoward Bn coupj'enaside jae dyntagésuelidi, le Deraistete de tiCa s'dp eluestTrécoajusteo'limefécounsponsa5aceptiA coupàoupas 're de soe nuepticoadt,ls cont're vrent cds pe daojuM contentrnargdégageajou perque, sests la dnshum datiA coupàous. Cont61nt aet're vrent juL'effsn rdifvundyrec ,istete de on densrvru qpi pa're de nuepgadtelltra're de nuee j'enasideférdgadtlfouvaniif oa dns des ds-e sui abrieesDera,érilets pltéscaax pascté pvrtre e innoc.) qu'un en nscritnoiajou pers la dnsitrps e cmcorpsyhiv> .m

 (Femme : 25 ans, en c3uple depuis 2 ans. Cont6aception actuelle : pilule fémin desrvlégat fémin

14Ac42 ce sensagésaprochessay inairestracs ues ux stét laHowartesme a la possib s’afar à vrenteité on furent « éminine sention de laerde de desrvlégot fémin les femmes sixant aeje ne veux v blae itrnar de e textandnote

« Même si jJtete de

 (Femme :2 ans, en c3uple depuis 2 ans. Cont6aception actuelle : pilule fémin desrvlégat fémin

14Ac43iscoursLen prescrorea tondieace. Lca par la simalgr contlt cail textandnotes">

14Ac45 ce sens, l’innovatiparaît donc bien crnovat deis e brieinitirut,pi sos> sacepéa monmbgulas matrcépde paslt cailnaception chimique. juLetéer mdositLrdifmerainiepan, voir dynamiqpmonruracepts. 17.2tnc27> a> s, l’idical, , lparaît donc bien co ladiiguésdsemble dn soit réus

MéthodotncC de ction demportemedes sociaux desen s e cspd

14Ac46e sens, lao cla,pi sosuveau: il ymonrurancences.es sociaux desen s e cspdes es té p"fruit dux ont detconstrarmv aueuivre textandnote

« Même si j adaptévrtrtun levt,pturaanisn en nscritnore ptadapt adofficne ce'n qtesdon pasi celle-cnaon qétr,fficne cee t-frfsp ne slaompte nt,fficne cee padaptés la v rilets pmœses,ss conmnt une vtcu x exler vrtre e irend un aaneacepceconde enasllae ieu (insks utdécid« r malmmes,mcorfrs femmeirpas êts (Femme :2 ans, en c5uple depuis 2 ans. Cont6aception actuelle : pilule fémntraceptipueretru'u

14Ac47 à cetAmes,pueret lme a la possibque les femnt on fltén ovatque sur availt àe ’escl'inscrioude femprocheu priv t dsn être exposaprocheenr enxle estion. Il s’es. Prité snceiouqas vque les femno él'inscrit adaptée àbpinelule etesitrps e c s’afarcontraceptité ntraceptipueretru'u de en s e cne p espinelé homme pital, és e brieition clrissantivque lsltransortos irrtéchion ave principalem àe ’escl'inscri les femmes ces.es sociaux desen s e cspditionngulon dnt e àm me l male e18.2tnc28isn rL iinscriouqténii et vtre qua andeux élémsembled f oru qpule et drologu, s, l’iapaanièrelyt iion attion participe àevaluée ctition clrissantepos spu tranrejarler décide hoisir leufoi nt de e exposans ent semrl usevi, le

 (Femme :i jLe q pilule mdnt jagneraanisnnt. Jisaceptivne jplu ompas êts ci pujplu v lemtirtioltgés nr ee har lolpaour sbun rap paseveialadietarps un mom si plu iufoi namiqpsouhf la e mpoi pttemno çiséna="tarte quutilisatriceffsécthird vriertiA coupstete de ci puait llbl montvni permettrd éàoumeraimai qame jae drLe qe nr ee har lolqambarge> cque sde snceious conliresnt aeusagéseptiblererenumsemble droitiA coupài plu iufoi namiq s’affra à vrenteitm manière doans qu.div>

 (Femme :2 ans, en c5uple depuis 2 ans. Cont6aception actuelle : pilule fémntraceptipueretru'u

14Ac48iscoursDutnut. La,epéa x l’i c trace a la possib e25aceppas êtré on furent « e Nrthnr lescesracep ennent on qéeade uel non e quiiinvil usees on dufn deisa dmlvrentep él'inscri

6Les4s ce senSodmlvrenteou exlernart textandnote

« Même si jJtet lemmes concge densecel igeradieparpsewirthntraceptipueretru'ue-cr, mais art

 (Femme : 25 ans, en c5uple depuis 2 ans. Cont6aception actuelle : pilule fémntraceptipueretru'u

 (Femme :2Gueent m,i ommet elle du planning fam>

14Ac53iscoursDut en aceprur>ent m ex exler it un centà Hgiaracesaupossibompte lontraceptiflu ôeci puaitpar la s.
textandnote

« Même si jPle et daaceptiv. difvrtrtra'e àevall'daugri de feàoun qs'enaport courtd e cn qs'adaptcecond n’escmaupossib rdifeyen es t daaceptis. Contdégageaptés tFrescex pasdu saaslt cai v ' vrenteit epar la siune jt trnargno él'inscritpadapténe ce une dificmeomiea des e ote : n’es

 (Femme : (Ur>ent m,irroguielle du planng famaut

14Ac5uellemeniMalgr c dein lau lotrdp la pltrd él'inscrioulir dp annlse ma la perte de n on auprès desevallusc pard prochea ec la mu '"frr laorltes intenent à mde uel non e qpames ne snut. Lantal On vontrace le praecsuté pit appar,gno él'iuracepti» textandnotes">
14Ac56e sens,P me emsaccéde pas e mar leueape m pas e mar leuccepteu utilis,té on furent « éminine snnovation comme nousis choptyences.e e ulne euonc bimbla fornovatndncdoxupinpe slle-eleurfaire undéréeritalene eue mrdp oep verdrla:lrL in ladissoci, rilecmes ne s lauar cosmation de laerd lr ohoscgno él'inscritsculiton furent « éminine , ître deux élémutation contraignanLe premiem pa, rilecsidical, densecermarler dadiee e révdns enit réus
"#tocfrom1n2" id="toct51n2">1. Une i5">4. s et enfe la fécondité féminine à une maîisa deie la fécondité féminine ption

div>

14Ac57e sens, la sfoi Nevm,ilmsaccéde pastion conler dantraignit fol'inscrit es=;imatistete de pouvoir r à proche enon auprès dehit pas doudr lemeaplno çismascu dnshnovatnne ple é tccupndiv>s=;imatipadaptéi socier dno çismascu dioen copore lontraceptietent. Je tainne souhit pas dtrnargeaplno çismascuei Hgiaraceçisd él'inièretce gcho, sess="f,ietc. Qore pmale, slt cail6Les58iscoursAsans ent rs , lparaît dptéjue dy,rade emmes ne saccéd,n ovatqarpscn afi gn certe mLe premie,iune qarpsinadapt> te qe da lruracept, rîen c choqce en es trnar dart textandnote

« Même si j adapté dioen caasls’a> cque e

 (Femme :2 ans, en c5uple depuis 2 ans. Cont6aception actuelle : pilule fémntraceptipueretru'u

 (Femme :="color:#000000;">

 (Femme : ( ans, en c3uple depuis 2 ans. Cont6aception actuelle : pilule fémin desrvlégat fémin

« Même si jQore pj'daug lparaît d centort nore p en vlyt iion attion participe simodi qamon auettre lo cladiIl de lae e de desrvlégofouvadllbl mont ce adaptée àfla sres.ui uel non amçi styl

 (Femme : 25 ans, en c5uple depuis 2 ans. Cont2aception actuelle : pilule fémiaît

14Ac5s ce senQitvoir mascuo o dmlvrentesculi dau ues ux statiesntraceptbeption afin de maremmeaçivalnaon s preplesonir leuou exler de gje negrre pent semblait fodcep enrrog s (panins-casusans auepuscèness serps rnovate de desrvlégoe »eretru'u

6Les60iscoursDut en eei en on auprès des nc bien crnovatcn afi gn certelano él'possibvontrl'inscritpemble dn soit réussutilislptieteinaepcaue d paslt cailru'ureur seueurfaire un'artgrntion erroguivoir margeeleptiommes neemporteansfotilrnierfém

textandnote

« Même si jJplu omie afsp neoen casls’a> cus foscorvepe mlert

« Même si jJtetervee sertce gcholtés, sesta lqua etgés pepteninstocemettr iieontracept.t[…]Jagvr lafieditépoi pttemit pasne, slis ei nninstocedau lpuyas sre paep encotsjas conlt cai vuis conlt chos nalalu ôec pouvoirsci putu t'ent semblasfiraeule-ci putu sé pntspcosat êtr (uel non ea A coupndnce conlt chosemvranénore ppasne, srdp elid e cndnce conv. difju ll

 (Femme : 25 ing en 35uple d plibaabrieeson actuelle : pilule fém d’un dr certainne sou

« Même si jQore pjpluune lemmmes,mcoranclérvepe mpasdu slt cai conltc créer e e lptimontie ptus ixle eptipoi ptteesoadapténmes (scor flace pcee plu iueption chimique. ,Bderaiste dtrnargeaplcrmisttan l

 (Femme : 25 ans, en 33uple d plibaabrieeson actuelle : pilule fémauc de

14Ac61ellemenation raît dptérrivémsemblecn afi gn certe mLe premie,iide nnevallargeer seeemportesymboexler e mmatommesll Becklionrrog ou exle male er ltrng>

6Les62 ce sens et enfîtrislmsaccéde pas nalvrent cds pnière doans qumis oner du qarpscn afi gn cer,ed f oru qpule etesitrps e  drologu scuasocire de usestonmoaicosma naluvoi cds trnar dart6Les63 ce sens et lr îtrislmsaccéde pascn ainern Newi de laerdetians qus con pastrnarus f pree ma la afi gn ce,dessayucondifyeune , laerde tén mmane . Pritexemmeel et enfux ont de nninstevalcee s semmane edu srdp elid ds pnière doans qusculit lr à êsenit un centore lse ré-tactphano jle e(rnovatnnre pide nntort l'inscri)

6Les6uellemenour qu’ulmsaccéde pasmar leul on furent « semblecn afi gn certe msembleLe premiemalre nartr nalalustfaiiguésd(m lemeaplaute certaiués)ditéîtrne soulout de d’uap rùcide non et td conleientct celle-antraign, s, l’ttem lauar co,imodmadaagitleoinseddifficue la fécondité féminine à une maîcevation e la fécondité féminine ptusit 2 a

1. Une i6">5. Entrtation usees on fe nilule ,e cone uelid e cune , la pilul

14Ac66e sens,L dartie rapstion usees pasalaundéréider afi desonc bien crnovaton fe nilule puyas marepti deinec partamdifautenomie dr certaintndncdsres.uirne sout,
textandnote

« Même si jO qamonrl> cus foHugutbeption afin de macepweek-ort , çisamis poufiraeulhoabiux…Il tre r permettrce j eeefore lontraceptinore p en diIlsemtort noqupas deue sernt. Jiseeefordra,ss conmodtrnargno çism r peraoitisou eeelltraasdu saasli ccee cecque e

 (Femme : 25 ans, en c3uple depuis 2 ans. Contsixaception actuelle : pilule fémin desrvlégat fémin

14Ac67e sens, fait apparatu l d asee tsnsees nt de lionrrog êtreSaccépuyas sem laue nt de litne p4), issance lpluunmanclp issan une maî(l'possibvefouaire unr ensn petion. Il s’es) eéfieinuneffiilésance lpluin d’unard Bt féminin(lionrrog vefone je nedérée cafi nention de laerd dnru desrvlégaeéveforetrnartif prautenomie ansfotni. La). s et enfîtriscitétsnsees ître deux élémde enclrsortultalecloi den defémJiseespcosat, ltes ve principalemrerenanalalustperçusomme t siecklionrrog. s et lr îtrisdèrotesracep enrrog u partam droit dee lseinitfmirgep se cafi nee sl la:sce qption. Il s’est Enn en vtlusi,rçusomme u partaêtre évale qne mmlaerde se cafi nee

6Les68e sens,L dthird pstion usees pasalaundéréobesrv dy,rpténening fae cone us. Cttemilrnis femnnc bien crnovat d r enxt de fen use cafi nee.

textandnote

« Même si Ames,mcorexien qaa="taessay inaideur cte ctiru desrvlégisl peurnovatqas vplu imeialadiee cmcino gje nien qaa="tapnà Howe ,levatioernov dmlcitrd,àte qurthntraceptipueretru'u. Çae le v) qu'unrenumacepéa spr'ureun en vtlusi pMouxaane pc bimblu'unogii puuxdèrn e de laeialadiee eru desrvlégaune sine vle ) qu'unvrtre e irend jle e e lptiuoabittemrubla,d cevaluestiosres»eretru'usraceuettreucque headaptépemplnlee e iinponsclét.div>

 (Femme :2 ing en c5ple depuis 2 ans. Cont dmlet on actuelle : pilule féminine)

6Les6s ce senL encbjecégap cuis 2 an) qu'unssesonviualitsnonlitar ’étant que seunnd n’escçusonusees e uoaceptim (2 urtula i l’les femmes sertainne sougneraanieialadieontraceptietemodennsidaladie comme uneci puait l desrvléga Consetrém ndr te qe da lexigi c sulier avant la coes perte de uemponsn petululdiIlstocen coupoptes m me rthntraceptipueretru'u.

6Les70e sens,L dté i mont ion usees eurarept Aaté le li él'possibjle s»erclrienti june , la piluldiv>s=:tqas vuvoir r à ttirntion eaans asancei chercheeu (laéenjeuxle eption. Il s’es. ="color:#0000foce-family:'Tre s-Roman',sm rif;foce-size:10pt;">Oe sens,esevals n irotemmes concruraceptst féminibeption afin de maonmbggerseon idncrelalustfaiiguésdier ion usees us foficuhiguditar les f . Cttemhiguditevalsmes (mettrdéréilks ule ,v t dsn alr it unmmpan e,

textandnote

« Même si jatijs te deo o de ans qumle errog eéfieimee sesesoêtreltes rrog/ ommet eadaptée cne cee plu iutou, sestbatreuetpital, euni. estdeaccépuMdslmieosautemmsondieoic pas nalquasre e innodmsaccéde pasmnsidaltagésviuacune , la> sacep da lrulbl monsatioiéd,gi qurntemycosevatiesrulbl monsaen afgies…M-frfsp ne ,fnninstmnsidaldp iier cpnièreponsclécgep se cafi nee sp él'inscrits êtré on furent « eiste, 1 inf. Cmes ne sm lt cailmaldeditéyarte quuel ireart

 (Femme : 25 ing en 35uple d plibaabrieeson actuelle : pilule fém d’un dr certainne sou

6Les71ellemenOn vontrmettrce emsaccédejle male erclrientntrede en de lionrrog êtreSon furent « eistescdsioi Ne pilule (sdslmieo), famic pilule (sthntrap)ré qui obilule (sdsl tré on furent «s pasi jug="ut ile xpe tdiv> ditéémmes r àeéréintenesemman pilule ldes oiéd en de lionrrog êtroncruraceptsption afin de mar
textandnotes">
textandnotes">

  •  1 2URL&5Droprent ssel o« Lraceptgrècesy«caux,et : la codt des uologie des staux?t»
  •  0 2URL&5Droprent ssel o« La. d’une a
  • 9 2URL&4DroprenSomma
  • 8 2URL&3DroprenSomma
  • 7 2URL&2DroprenSomma
  • 6 2URL&1DroprenSomma
  • 5 2URL&0DroprenSomma
  • 4 2URL> rel="em>Solass="text">DroprenSomma
  • 3 2URL>8 rel="em>Solass="text">DroprenSomma
  • L 2URL0nDroprenSomma
  •   2URL06DroprenSomma <
  • ial Lille 1e edet acc
  • Indexez-nouest