Navigation – Plan du site
Articles

Pour une sociologie des institutions publiques contemporaines

Pluralité, hybridation et fragmentation du travail institutionnel
Denis Laforgue

Résumé

A partir d’une critique des approches des institutions publiques contemporaines en termes de « retrait de l’Etat » (P. Bourdieu) et de « déclin de l’institution » (F. Dubet), cet article s’efforce d’abord d’analyser la pluralité des schèmes de pensée et d’action à l’œuvre dans les représentations et les modes de faire des institutions actuelles.  Il est alors montré qu’on peut distinguer quatre types de travail institutionnel, fondés chacun sur des schèmes spécifiques : outre le « travail sur autrui » et le « travail avec autrui », les institutions publiques contemporaines intègrent des formes de « travail pour autrui » et de « travail sans autrui ». On examine enfin comment les institutions actuelles articulent ces différents types de travail institutionnel, en distinguant deux formes d’agencement paradoxal : l’hybridation et la fragmentation.

Haut de page

Texte intégral

1Dans la sociologie française actuelle, de nombreux travaux étudient, sur une base empirique approfondie, mais de façon isolée, différentes institutions publiques : hôpital, école, prison, travail social, maison de retraite…1. Il existe peu de recherches transversales visant à mettre au jour les permanences comme les transformations des institutions contemporaines et de leurs dynamiques, prises dans leur ensemble. En fait deux thèses, classiques, sont en présence sur cette question : l’une affirme le caractère monolithique et invariant des institutions et les envisage avant tout comme des instances de domination, l’autre diagnostique au contraire un déclin des institutions contemporaines, i.e. une fragilisation de leurs manières de penser et de faire "traditionnelles".  

2Cet article a pour ambition de proposer une autre approche des institutions contemporaines en procédant à une lecture critique de travaux cherchant à déterminer si les institutions publiques actuelles sont toujours aussi « monolithiques » ou si, au contraire, elles sont désormais « en miettes », en postulant de facto leur homogénéité. L’analyse visera alors à identifier et à rendre compte de la coexistence et de l’articulation, au sein des institutions, de manières de percevoir et de traiter les publics-cibles, contradictoires2 : le « travail sur autrui », le « travail avec autrui », le « travail pour autrui » et le « travail sans autrui ». Puis, nous esquisserons quelques-uns des "agencements paradoxaux" entre ces différents types de travail institutionnel, associés, chacun, à une forme de l’institution : l’institution hybride et l’institution fragmentée.

1. La sociologie des institutions actuelle : des oppositions à dépasser

3Après avoir rapidement présenté les deux thèses dominantes qui s'affrontent, dans la sociologie française contemporaine, sur la question des formes actuelles des institutions publiques et des transformations de leurs catégories de pensée et modes de faire, nous présenterons, à la suite d’un certain nombre de travaux existants sur cette question, une grille d'analyse à même, selon nous, de dépasser leur opposition.

1.1. Des institutions toute-puissantes ou sur le déclin?

4Divers auteurs développent des travaux qui nous tendent l’image, classique, d’une société dans laquelle les institutions constitueraient les pôles d’un contrôle généralisé des individus. Cette approche est, en France, bien représentée par des travaux d’inspiration bourdieusienne : ce sont sans doute eux qui poussent le plus loin l'hypothèse selon laquelle les institutions restent, aujourd'hui, un support privilégié de rapports de domination matérielle et symbolique, en montrant comment, à travers leurs agents, elles imposent aux populations des dispositions, des positions, des trajectoires sociales (Bourdieu et Passeron, 1970). Plus récemment, ce courant sociologique a abordé la question des transformations des institutions publiques en terme de « démission de l’État » (Bourdieu, 1993). Il entend par là, non pas un réel affaiblissement de l’institution, mais le fait que différentes politiques d’État actuelles contribuent à (re-)produire des inégalités et des ségrégations plutôt qu’à lutter contre ces dernières. Là encore des formes de domination sont à l’œuvre, à travers la légitimation de ces décisions institutionnelles par une « vision néo-libérale » de l’action publique, que ce soit dans l’institution scolaire (Careil, 1999) aux « guichets » des administrations locales (Siblot, 2006), dans les institutions de gestion du chômage des jeunes (Mauger, 2001)  ou dans celles en charge de la politique de la ville (Tissot, 2007).

5Cette analyse a été discutée tout particulièrement par F. Dubet (2002), à travers l’hypothèse d’un « déclin de l’institution ». Pour ce dernier, ce qui décline, c'est le travail sur autrui, i.e. la capacité des institutions à définir, de manière unilatérale, un "bien commun" fournissant, jusque là, un référentiel (normatif) à des professionnels, animés par une vocation et cherchant à transformer leur public-cible en des « individus socialisés » et des « sujets ». Pour cet auteur, le « travail sur autrui » devient problématique à un triple niveau : tout d’abord celui de la définition du bien commun qui guide l’action institutionnelle, des contradictions croissantes apparaissant entre les principes d’action traditionnels des institutions, alors même que ces dernières perdent leur « monopole » historique sur certaines missions (éducation, santé, aide sociale) ; ensuite au niveau organisationnel, le recul du modèle bureaucratique et la modernisation des services publics (à laquelle sont associées de nouvelles exigences en termes de professionnalisation, d’évaluation et de partenariat) déstabilisent les modes de faire institutionnels ; enfin, à un niveau sociétal, la pluralisation des identités des individus confronte les institutions à de nouvelles « catégories » de populations (des « personnes » et des « clients ») auxquelles il leur faut s’adapter (respecter les premières et satisfaire les seconds). Ces trois tendances viennent mettre à mal le fonctionnement « traditionnel » des institutions :  tout d’abord, les acteurs des institutions, dans un certain nombre de cas, ne considèrent plus le « travail sur autrui » comme fondé au regard de critères d’efficacité, de justesse  ou d’authenticité, ce qui peut engendrer des dilemmes moraux (« que faire ? »), mais aussi l’invention / le recours à d’autres modes de relation à autrui. Ensuite, ce sont les populations, elles-mêmes, qui, par leurs réactions à l’action institutionnelle, fragilisent la forme du « travail sur autrui », que ce soit à travers des postures de voice, figure la plus légitime de la contestation, mais aussi de défection, d’apathie (Hirschman, 1995 ; Bajoit, 1988) ou encore diverses ruses et tactiques de résistance (de Certeau, 1980).

6Si l’analyse de F. Dubet a le mérite de prendre au sérieux les transformations actuelles de l’action publique institutionnelle, elle laisse en partie en suspens la question de savoir ce qui remplace ou ce qui coexiste aujourd’hui avec le programme institutionnel sur le déclin. Divers auteurs ont donc récemment élaboré des cadres d’analyse qui, en refusant tant la thèse de l’immobilisme des institutions que celle de la « désinstitutionnalisation », permettent de modéliser la pluralité des  formes de l’action institutionnelle contemporaine. Ainsi L. Demailly (2008), dans une approche transversale des institutions (école, hôpital), distingue douze registres d’action à partir desquels tout agent institutionnel élabore (souvent par composition de certains de ces registres) une pratique et une relation à autrui sensibles, « tourbillonnaires » et parcourues de « tensions », dans un contexte de crise mais aussi de « changement ordinaire » des institutions. Des travaux, prenant davantage pour objet une institution particulière, confirme la pertinence de cette perspective. C’est tout particulièrement le cas de recherches sur les institutions du travail social3. A titre d’exemples, on peut citer S. Karsz (2004), qui propose de distinguer trois formes d’intervention institutionnelle dans le travail social actuel : « la charité », « la prise en charge » et « la prise en compte » ; ou M.-H. Soulet (2008), décelant l’avènement d’un « travail social palliatif », qui, dans la relation à l’usager, « aide à tenir plus qu’il n’aide à changer », se distinguant en cela nettement du travail sur autrui : autant de travaux qui cherchent à repérer tant les caractéristiques que les éventuelles transformations des formes d’action en vigueur dans telle ou telle institution.

7Dans la continuité de ces analyses, nous allons nous attacher à décrire l’hétérogénéité et les recompositions des institutions publiques et de leurs professionnels. Plus précisément, dans le cadre de cet article, nous chercherons à identifier comment, dans un certain nombre d’institutions, s’articulent, au quotidien, diverses formes de travail institutionnel, sans chercher à nous prononcer sur le passage social-historique (en cours, inabouti) d’une forme (dominante) de travail institutionnel à une autre, l’administration de la preuve, sur ce dernier point, nous paraissant, en l’état de la recherche, trop problématique.

1.2. Aux fondements des institutions contemporaines : des schèmes d’identification et de relation.

8La mise en perspective de ces différents travaux quant aux caractéristiques des institutions contemporaines, nous invite à éviter le double écueil que représente la figure de l'invariance de l’institution et celle de sa dissolution :  il nous semble plus intéressant de faire l’hypothèse d’une pluralité interne des institutions. Dans cette perspective, nous nous proposons d'isoler les schèmes d’identification et de relation (Descola, 2005) historiquement constitutifs des institutions (déjà repérés par les travaux de Bourdieu et de Dubet). Il s’agira ensuite d’envisager leur coexistence avec d’autres schèmes de pensée et d’action.

9Une des significations constitutives des institutions modernes correspond à un schème de relation - i.e. un schème qui permet d’entrer en relation avec autrui selon une modalité particulière- de type asymétrique. Cela signifie que, traditionnellement, l’institution pense sa relation à autrui comme constituée de termes hiérarchisés et ne pouvant pas être inversés : c’est l’institution qui définit le bien commun à l’attention de l’individu et qui, au regard de cet horizon de sens, éduque, transmet, protège,  contrôle… et non l’inverse. On retrouve bien ce schème de relation dans les analyses en terme de domination (symbolique) ou de travail sur autrui, chacune insistant sur les formes de subordination que l’institution entend instaurer dans son rapport aux populations. L’autre signification constitutive est un schème d’identification – i.e. un schème qui permet d’identifier sous une certaine description les êtres humains. Comme l’a bien montré Foucault (1966, 1997), les institutions d’Etat modernes définissent les individus dont elles ont à s’occuper à partir d’une « anthropologie capacitaire » : l'humain est perçu comme un réceptacle de capacités innées ( biologiques)  et acquises (culturellement définies), ainsi qu'un « foyer de volonté », envisagée comme une (méta-)capacité à s'auto-légiférer (Taylor, 1998). Ces deux schèmes ont alors fourni aux institutions occidentales modernes un cadre de traitement des individus et des populations : il s’agit, pour elles, d’identifier des individus par leur écart à des « normes capacitaires » (travailler, se comporter correctement en société, réfléchir normalement, se déplacer, être en bonne santé…). L'institution définit alors son activité comme une tentative de réduction de l'écart que ces publics entretiennent  aux « normes capacitaires », dans et par une relation asymétrique.

10Partant de ces acquis de la discipline, nous posons l’hypothèse suivante: ces schèmes sont toujours bien présents dans le quotidien des institutions, mais ils se confrontent à d'autres schèmes, générateurs d’autres formes de « traitement institutionnel ». Comment identifier ces autres formes du travail institutionnel ?  Nous procéderons de manière déductive : quels sont, a priori, les schèmes « alternatifs » à ceux de l’anthropologie capacitaire et de la relation asymétrique ? Quels types de travail institutionnel peuvent-ils « engendrer » et en trouve-t-on des manifestations dans diverses institutions contemporaines ?

11Les institutions modernes se sont construites sur la base d’une anthropologie capacitaire, individualiste, « qui valorise l’individu en tant qu’être moral, indépendant, autonome [ ] et néglige ou subordonne la totalité sociale » (Dumont, 1983, p.304). Toutefois, « à côté » de cette anthropologie capacitaire, perdure, même si c’est sur un mode mineur, des idées-valeurs holistes qui fondent une vision des individus comme « des êtres sociaux qui dépendent à un haut degré les uns des autres » (Dumont, 1991, p. 259) ; non pas défini par leurs « capacités propres », mais par leur enracinement (premier) dans des « relations fortes » , i.e. des relations qui constituent, nourrissent, traversent l’individu (Sloterdjik, 2002). Nous proposons de nommer, par convention, « anthropologie d’interdépendance » ce schème d’identification holiste. L’enjeu est ici d’identifier les formes de sa présence dans les institutions contemporaines. Par ailleurs, nous avons vu que le « travail sur autrui » ou la  « domination symbolique » sont informés par un schème relationnel asymétrique. Au regard de ces propriétés, on peut s’interroger sur l’existence, au sein des institutions contemporaines, de relations « symétriques » (Bateson, 1977). Autrement dit, les agents institutionnels (A) mobilisent-ils dans leur travail quotidien un schème de relation qui les conduise à considérer autrui (B) comme disposant d’un statut, d’attributs équivalents aux leurs et comme pouvant développer des rapports réciproques avec eux, i.e. que B se comporte (ou peut se comporter) comme A se comporte à l’égard de B (par exemple dans le cadre de relations de don, d’échange ou de concurrence) ?

12Le « croisement » de ces différents schèmes d’identification et de relation permet d’identifier quatre types de travail orienté vers autrui4, comme indiqué dans le tableau ci-dessous.

                   

                    

Schème d’identification (anthropologie)

valorisé(e) par l’institution

                   

                    

Capacitaire       

Interdépendance

Schème de relation à autrui valorisé par

l’institution

Asymétrique

« Travail sur autrui »

« Travail pour  autrui»

Symétrique

« Travail avec  autrui»

« Travail sans autrui »

13 Peut-on repérer des manifestations empiriques de chacun de ces types de « travail institutionnel », au sein des institutions contemporaines ?

2. La pluralité des formes du travail institutionnel

14Pour rendre compte de la pluralité des dynamiques institutionnelles contemporaines, nous partons donc d'une observation classique : une institution se caractérise, entre autres choses, par un public-cible (construit) et par des modalités de traitement de ce public-cible, définies au regard des attributs qu’elle lui prête. C’est donc à la question des formes du travail institutionnel orienté vers des publics-cibles que nous allons nous intéresser.  Notre hypothèse est que les schèmes générateurs de ce que Dubet (2002) appelle le « travail sur autrui » coexistent aujourd'hui, dans les institutions, avec d'autres schèmes de pensée et d'action.

2.1. Un « travail sur autrui » qui perdure mais fragilisé  

15Le « travail sur autrui », mode historique de construction et de traitement des publics, est encore bien prégnant dans les institutions contemporaines. En suivant les travaux de M. Foucault (1997 ; 2004) et D. Martucelli (2004), on peut caractériser ce travail sur autrui par deux types de techniques :

16- des techniques d'assujettissement, qui consistent pour les agents institutionnels à fixer tout un ensemble de règles, que les individus doivent suivre, ainsi qu'à mettre en place des dispositifs de contrôle (humains et non-humains) de la loyauté des individus. Ces règles concernent tout particulièrement des manières de penser, de parler, de faire auxquelles les individus doivent adhérer, mais sont aussi relatives aux « sentiers de vie quotidiens » (Giddens, 1987) et aux parcours biographiques des individus. Ce faisant, ces techniques ont une visée de normalisation des pensées, des comportements, ainsi que du temps et de l'espace vécus des individus.

17- des techniques de responsabilisation qui prennent la forme d'injonctions à la réflexivité faites aux usagers par les agents institutionnels. Les individus sont alors sommés de produire des mises en récit de soi censées tout à la fois renseigner l’institution sur l’intériorité de l’individu et favoriser une prise de conscience de ce dernier quant aux problèmes qu’il rencontre. L’identité pour soi ainsi publicisée par l’individu est évaluée par l’agent institutionnel à l’aune d’un horizon de sens pré-défini, ce qui peut amener ce dernier, si besoin est, à endosser le rôle d’un entrepreneur de morale  (Becker, 1985) pour ramener l'usager « qui s'égare dans le droit chemin »…

18Ainsi défini, le travail sur autrui n’a pas disparu, loin de là, des institutions contemporaines, de nombreux travaux récents l'établissent. Qu'il s'agisse de l'école (Thin, 1998), du travail social (Dubois, 1999 ; Zuinigo, 2007) ou encore de la prison (Rostaing, 2001), toutes ces institutions cherchent à imposer à leurs publics (sans toujours y arriver) des comportements, des manières de parler, des modes de vie, des aspirations. Par ailleurs, tout un ensemble de travaux, réactivant l'hypothèse foucaldienne des « techniques de soi », montre que le travail sur autrui prend aujourd'hui la forme de techniques de responsabilisation, à travers l'obligation qui est faite aux publics de la « mise à en récit de soi » (Fassin, 2005), de la « réflexivité », « d'être responsable et autonome », « d'élaborer des projets et de passer des contrats » (Martucelli, 2004).

19Toutefois le travail sur autrui se heurte aujourd’hui à des « obstacles » (internes ou externes à l’institution). C'est cette thèse que F. Dubet (2002) défend lorsqu’il parle d’un « déclin du programme institutionnel ». Cela étant, il s’agit de savoir ce qui le « remplace » ou ce qui coexiste aujourd’hui avec cette forme autrefois hégémonique. C’est donc à cette tâche que nous pouvons nous employer.

2.2. Le « travail avec autrui »: une forme valorisée par l'institution

20Cette forme de travail s'instaure lorsque l'institution considère l'individu comme d'emblée capable de participer à la définition et à la résolution du problème qui l’a conduit en ce lieu institutionnel. Il s’agit donc d’une forme de travail institutionnel qui partage avec le travail sur autrui le schème capacitaire, mais qui s’en distingue en activant un autre schème relationnel (symétrique) : l’agent institutionnel considère autrui comme aussi capable que lui.

21Des formes de « travail avec autrui5  » ont été repérées dans les institutions du travail social. Ainsi J. Ion montre que de nombreux dispositifs (« clinique », « d’écoute », « d’accompagnement »…) dans le champ du social, se caractérisent par « une relation recherchant la symétrie des places [ ] la mise à même niveau de tous les acteurs du dispositif » (Ion, 2005, p. 7) et « tendent à rechercher dans la personne elle-même les propres ressources de son dépassement » (ibid., p.9). Astier (2007) arrive à un constat similaire : dans différents domaines de l’intervention sociale, il ne s’agit plus pour l’agent institutionnel de rester à distance de l’usager, mais de s’en rapprocher, pour si besoin personnaliser l’action institutionnelle (plutôt qu’appliquer une règle impersonnelle et pré-définie garante de l’intérêt général et de l’égalité de traitement) ; il ne s’agit plus de normaliser mais d’accompagner les personnes en difficulté, pour qu’elles trouvent par elles-mêmes, mais en étant soutenues, des solutions pour « s’en sortir » ou « aller mieux » (Giuliani, 2005).

22On perçoit aussi des manifestations de ce « travail avec autrui » dans les tentatives de différentes institutions d'instaurer des lieux et des moments de « prise de parole » des usagers. Que ce soit dans les politiques de la ville visant la « participation des habitants » (Carrel, 2004), dans les politiques de santé cherchant à associer les familles à la recherche médicale (Callon et al., 2001), dans l’institution scolaire donnant la parole aux usagers pour imaginer « le collège de l’an 2000 » ou contribuer au « débat sur l’école » (Anderson, 1998), voire dans l’institution pénitentiaire où les possibilités de « voice légale » (Rostaing, 2008) se développent, dans toutes ces institutions, ces démarches participatives présupposent que les individus sont capables de faire valoir des perspectives et d’exprimer des attentes à même de contribuer à la définition des missions ou à la bonne marche de l’institution.

23Certaines formes de libéralisation des services publics peuvent aussi reposer sur les schèmes d’identification et de relation du « travail avec autrui ». C’est le cas lorsqu’une institution (ou une partie de ses agents) postule que la création d’un quasi-marché (en autorisant la concurrence entre des établissements publics et les stratégies consuméristes des usagers) va permettre la régulation du service public considéré. On trouve un exemple de ce type de travail avec autrui dans l’institution scolaire, en matière de gestion des flux d’élèves par certains collèges et lycées (Van Zanten, 2001, Laforgue, 2005). Dans ce cas, les acteurs institutionnels envisagent tant leur propre institution que ses usagers comme capables de générer un service public efficace, à travers la poursuite par chacun de ses intérêts propres (pour l’une « recruter » des usagers et pour les autres choisir leur service public). L’institution ne cherche alors plus à contraindre directement les usagers (par un système d’obligations, d’interdictions, de contrôles), mais se contente de fixer un cadre légal et réglementaire6 à l’intérieur duquel les acteurs concernés (usagers, établissement publics) sont libres d’agir. Les agents institutionnels actualisent, ce faisant, un schème de relation symétrique : leurs relations avec les usagers sont censées prendre la forme d’un échange, chacun faisant à l’autre la proposition suivante : « Donnez-moi ce dont j’ai besoin et vous aurez de moi ce dont vous avez besoin vous-même », pour reprendre la formule d’Adam Smith.

24On peut interpréter la place grandissante du travail avec autrui dans les institutions contemporaines comme une façon pour ces dernières de faire face au « déclin du programme institutionnel » (Ravon, 2002 ; Raymond, 2005). Etant confrontés à des attentes nouvelles de la part des populations (être considéré comme une personne, ou traité comme un client d’un service public), il devient pertinent pour les acteurs institutionnels – dont les missions se brouillent en se pluralisant- de traiter les usagers comme des « êtres capables » dans le cadre d’une relation symétrique. Mais, à partir du moment où l’on pointe la réalité de cette forme de travail institutionnel, on doit alors aussi prendre pour objet d’analyse la manière dont elle s’articule, dans le quotidien des institutions, avec le travail sur autrui.

2.3. Le « travail pour autrui » : entre care  et politique de la pitié.

25La définition idéale-typique du travail pour autrui pourrait être la suivante. Tout d’abord, loin de s’inscrire dans une conception capacitaire des individus, c’est au contraire l’ « interdépendance des humains » qui qualifie ces derniers aux yeux des acteurs institutionnels, lorsqu’ils travaillent pour autrui. Ensuite le travail pour autrui actualise un schème de relation asymétrique, qui peut prendre deux formes opposées. Soit le travail pour autrui prend la forme du care (Paperman et Laugier, 2006) et l’acteur institutionnel accepte alors d'aligner son action sur le point de vue de l’usager dont il prend soin : c’est ce dernier qui « définit la situation » et donc l’action institutionnelle qui convient ; soit le travail pour autrui relève d’une « politique de la pitié » (Arendt, 1967) à l’attention de populations « défavorisées » et dans ce cas là, c’est l’institution qui définit, de manière asymétrique, les modes de leur prise en charge.

26Quelle est la réalité empirique de ces deux types de travail pour autrui ? Le care est un type de relation consistant à prendre soin des autres quand ils sont en situation de besoin ; l’engagement de l’aidant institutionnel est alors fondé d’une part, sur la reconnaissance tant de la vulnérabilité d’autrui que sur la sienne propre (Paperman, 2006), conformément à une anthropologie holiste, et d’autre part, sur un raisonnement qui se caractérise par « la tendance [ ] à se définir dans les termes de l’autre » (Gilligan, 1995). On trouve de telles formes de travail pour autrui chez des agents institutionnels, dont tout un ensemble de tâches vise à soulager la souffrance des personnes : par exemple des aide-soignantes vont non seulement répondre (ou, mieux, anticiper) les demandes d’aide des patients, mais aussi dissimuler les efforts et le travail accompli pour parvenir au résultat souhaité, tout en préservant la « face » d’autrui (Molinier, 2006). Par ailleurs, sur différentes scènes du travail social, existe tout un ensemble de dispositifs concrets, matériels (lieux d’accueil, d’écoute) dans lesquels la proximité permet d’accueillir autrui dans sa singularité, de ménager la personne démunie, et ce sans visée d’identification de ses « manques », sans souci de transformation de cet autre stigmatisé, selon des principes hétéronomes (Pattaroni, 2006). Tous ces auteurs soulignent que les actes relevant de ce type de travail pour autrui sont peu visibles,  peu valorisés, souvent considérés comme du sale boulot (Hughes, 1996). Se pose alors la question des modes d’articulation entre ce travail institutionnel et les types plus légitimes que sont le travail sur et le travail avec autrui.

27Quant à la figure des politiques de la pitié, elle caractérise des configurations dans lesquelles les acteurs institutionnels perçoivent des populations non en termes d’incapacités (à réaliser l’intérêt général) ou de capacités (à poursuivre leurs intérêts privés pour le bien de tous), mais comme une « masse souffrante », dépendante de la puissance publique. Les publics, qui font l’objet d’un tel traitement institutionnel, sont bien entendu les populations socialement les plus défavorisées. Il s’agit alors pour les responsables institutionnels de définir, seuls, et mettre en place des mesures officielles permettant de réduire les difficultés auxquelles elles sont confrontées, d’améliorer leur sort, de  « soulager » leur souffrance. De telles politiques de la pitié sont à l’œuvre dans des institutions luttant contre la pauvreté, à travers des mesures telles que le revenu minimum (Paugam, 1999), ou l’allocation parent isolé (Commaille et al., 2002) ; on en trouve aussi un exemple  dans l’institution scolaire, où des dispositifs territorialisés (Éducation prioritaire, réussite éducative…) visant « à donner plus à ceux qui en ont le plus besoin » sont fondés sur le souci moral d’agir en faveur des populations les plus défavorisées (Glasman, 2000)7.

2.4. Le « travail sans autrui » : le travail du négatif au sein des institutions?

28Par ce terme de « travail sans autrui », nous voulons pointer toutes les situations dans lesquelles les acteurs institutionnels se perçoivent comme impuissants à configurer l’action qui convient  à partir d’un Bien commun institutionnellement défini, tout en considérant qu’ils ne peuvent pas non plus définir une ligne d’action à partir du point de vue des usagers.

29Le travail sans autrui est souvent présent dans des institutions (Éducation Nationale, Logement…) censées œuvrer en faveur de la mixité (sociale, ethnique, scolaire). Ces dernières peuvent parfois « jeter l’éponge »  et se résigner à ce que certains groupes restent « captifs » d’un territoire, fui par les familles les plus favorisées (Laforgue, 2005 ; Sala-Pala, 2005). Leur laisser-faire se fonde en partie sur une perception de certaines populations (et éventuellement de collectivités locales), comme résistantes à toute forme de mixité et comme ayant les moyens de faire échouer toute tentative de l’institution en ce sens. Le travail sans autrui peut aussi caractériser des institutions ayant cherché la participation de leur public : habitants d’un quartier (Blanc, 1999), acteurs d’un territoire sur le déclin (Chavanon et al., 2007)... Lorsque ces populations ne s’engagent pas à la hauteur ou selon les formes attendues par l’institution, ceci occasionne fréquemment un sentiment d’impuissance chez ses agents, face à ce qui est perçu comme des formes d’indifférence de la part des habitants à l’égard du projet institutionnel. Les acteurs institutionnels peuvent alors développer des mesures sans réellement se soucier de la façon dont les populations locales se les approprient dans leur vie quotidienne sur le territoire. On observe aussi des formes de travail sans autrui sur les scènes du travail social. C’est le cas lorsqu’un professionnel considère que l’usager n’est pas en mesure, pour des raisons qui échappent à sa volonté (histoire personnelle, problème psychique, problèmes quotidiens insurmontables…) et sur lesquelles l’agent considère ne pas avoir prise, de répondre à l’injonction à l’autonomie censée permettre sa sortie du dispositif (Duvoux, 2008). La relation d’accompagnement (vers l’emploi par exemple) se transforme alors en « une aimable conversation » hebdomadaire ou mensuelle qui n’a pas d’autre horizon qu’elle-même. Le travail sans autrui se caractérise donc, d’un point de vue pratique, par un laisser-faire institutionnel et des stratégies de survie (se focaliser sur des missions non problématiques : gestion des personnels et des « flux » d’usagers par exemple) et d’un point de vue subjectif, par des dilemmes moraux, une souffrance au travail ou, au contraire, une « réification » (Honneth, 2007) des populations dont l’institution ne se préoccupe pas.

30Le travail sans autrui se fonde sur une articulation spécifique de schèmes d’identification et de relation. Tout d’abord, institution et population sont pensées comme ne pouvant agir que dans et par la relation qui les attache l’un à l’autre et non en imposant l’intérêt général ou en poursuivant leur intérêt propre. Ce qui est alors à l’œuvre, c’est bien un « schème d’interdépendance », que, vraisemblablement, les agents institutionnels mobilisent lorsque le « travail sur autrui » ou le « travail avec autrui » ne leur permettent plus d’avoir prise sur leur quotidien de travail. A leurs yeux, leur impuissance ne tient pas à un défaut de capacités, mais au fait qu’ils sont « empêtrés » dans des contraintes sociales qui leur paraissent non maîtrisables : « la société » (ou tel groupe social) ne leur fournit pas les conditions nécessaires pour agir. Le travail sans autrui repose aussi sur un schème de relation particulier. Pour les acteurs institutionnels, l’interdépendance entre Etat et société prend la forme d’une relation symétrique : les acteurs institutionnels se défont d’une conception du pouvoir politique en tant qu’action coercitive sur « la société » (Clastres, 1974), et actualisent un schème d’action faisant du pouvoir « une aptitude à agir de façon concertée » (Arendt, 1972, p. 144). Aux yeux des agents institutionnels, leur impuissance tient alors au fait qu’une large partie de la population (dont ils « dépendent ») n’est pas prête à coopérer à la réalisation du Bien commun.

3. L’institution au quotidien : des formes d’ « agencement paradoxal »

31Face à l’éclatement des types de travail institutionnel, on peut s'interroger sur les processus qui permettent aux institutions de conserver une certaine cohérence et par là-même d'assurer leur survie. Pour répondre à cette question, nous recouperons les résultats de différents travaux, ce qui nous permettra d’identifier deux formes typiques d' « agencement paradoxal » entre ces formes plurielles de travail institutionnel.

3.1. L’institution hybride

32Les types de « travail orienté vers autrui » que nous avons présentés précédemment sont des idéaux-types. Cela signifie que les activités quotidiennes des agents institutionnels sont des combinaisons de ces différents types (Demailly, 2008). Nous nommons « hybridation » le fait pour les institutions de produire des formes de traitement d’autrui mêlant, dans une unité de temps et de lieu, des schèmes d’identification et de relation hétérogènes, antagonistes (Barel, 1979). A des fins d’analyse, nous proposons de distinguer trois niveaux d’hybridation : celui des actions situées, celui des contextes institutionnels et enfin celui des relations institutionnelles.

33On observe ainsi des formes hybrides de travail orienté vers autrui lorsqu’un agent institutionnel conjugue, in situ,  travail sur et travail pour autrui. On en trouve des exemples dans les interactions entre des agents institutionnels et des personnes âgées : fréquemment une aide à domicile, tout en traitant l’usager avec sollicitude, en tant qu’ « être vulnérable » (en portant par exemple attention à autrui dans l’accomplissement de sa toilette quotidienne), oriente son action à partir d’un horizon d’attentes normatives pré-défini : la personne doit faire sa toilette tous les jours (Gucher et al., 2008). Par ailleurs, sur des scènes de travail social, les acteurs institutionnels hybrident souvent travail sur et travail avec autrui lorsqu’ils demandent à l’usager (sur le mode de l’injonction) qu’il leur dise ce qu’il pense de la situation, comment il envisage la résolution du problème auquel il est confronté (Giuliani, 2008).

34L’hybridation entre différents types de travail orienté vers autrui peut ne pas émerger de l’interaction située entre l’agent institutionnel et l’usager, mais faire partie des propriétés stabilisées d’un contexte institutionnel. C’est le cas de dispositifs de participation des usagers  dans le travail social (cf. la loi de 2002 relative aux droits des usagers), mais aussi dans le système éducatif (Glasman, 2008), dans la politique de la ville (Blondiaux, 2000), dans le développement durable des territoires (Chavanon et al., 2007)…. Cette invite à l'empowerment des populations s’accompagne fréquemment d'une pré-définition par l'institution des objectifs qu'est censé réaliser ce dispositif de concertation. Le "travail avec" les publics des institutions, au demeurant bien réel (existence de réunions, de débats, de discussions) s'articule avec une logique pédagogique, incarnation du "travail sur" (en ce qu'elle met face à face "celui qui sait" et "celui qui ne sait pas et qui apprend"), visant à faire adhérer les populations convoquées aux perspectives de l'institution.

35Enfin, l’hybridation peut s’inscrire dans la durée et caractériser la relation entre un acteur institutionnel et un usager. De telles formes d’hybridation sont ainsi possibles entre travail sur / avec autrui et travail sans autrui, lorsqu’un acteur institutionnel prend en charge un aspect jugé problématique de l’expérience sociale de l’usager (ses prétentions, son parcours…) et, dans le même temps, délaisse d’autres aspects de son expérience (faisant pourtant partie de l’horizon d’attentes de l’usager), compte tenu d’un sentiment d’impuissance8. On en trouve des manifestations dans les Missions locales –lorsque le référent d’insertion invalide la volonté du jeune de travailler immédiatement, pour privilégier un stage censé lui permettre de (ré-) apprendre les « savoir-être nécessaires à la vie active » (Jellab, 1997 ; Zunigo, 2007)- ou dans les maisons de retraite –lorsque le personnel focalise son action quotidienne sur la prise en charge de la « dépendance » de la personne âgée (aide dans la toilette, la prise des repas…) et délaisse la reconnaissance des aspirations des résidents à maintenir les routines quotidiennes de leur « vie d’avant » : sorties, sociabilité, petites habitudes personnelles… (Rimbert, 2006).

36Ces formes d’hybridation relèvent manifestement du jugement et des « raisons sensibles » des acteurs institutionnels concernés : elles leur permettent d’orienter leur action à partir d’un horizon d’attentes pluriel et au regard de la refiguration des occurrences qu’ils opèrent. Par exemple, dans les différents cas de figure étudiés ci-dessus :

37- la personne âgée se donne à voir / est perçue à la fois comme un être vulnérable dont il faut prendre soin et comme un individu dont il faut suppléer l’incapacité à respecter certaines normes intériorisées par le professionnel, dont l’application fait l’objet d’un contrôle.

38- l’usager-habitant est vu, dans le même temps, en tant que capable de participer à la définition du bien commun et en tant que son jugement peut être obscurci par ses intérêts particuliers ou son manque de savoirs. La discussion entre citoyens est perçue à la fois comme un enrichissement de la décision publique et comme un frein à l’élaboration d’une action publique « dans des délais raisonnables » ; d’où la nécessité, selon les institutions concernées, de mettre en place ces scènes de « discussion » tout en leur fixant des objectifs, un cadre normatif, des délais.

39- La conciliation d’un « travail sans autrui » avec d’autres formes de traitement institutionnel relève souvent d’un jugement du professionnel « ambivalent » sur l’usager (« ce jeune est potentiellement capable de s’en sortir, mais présentement inemployable », « cette personne âgée est vulnérable et incapable de vivre une vie normale ») et d’une appréhension de contraintes socio-économiques (« les exigences des employeurs sont trop élevées ») et / ou organisationnelles (« une journée de travail suffit à peine à assurer les tâches de toilette, de soins et de repas des résidents… ») comme « insurmontables ».

40Autrement dit, une pratique institutionnelle hybride repose sur l’actualisation de la pluralité du Soi professionnel de l’acteur institutionnel. Elle est aussi informée par  les qualités diffuses et protéiformes manifestées d’une part par l’usager en situation - il est typifiable et effectivement typifié par l’institution de multiples façons contradictoires (« capable » et « vulnérable », « méritant » et « incapable »…), d’autre part par le contexte institutionnel dont le professionnel fait l’expérience dans la durée, sur le mode d’un champ de possibles d’action limité.

3.2. L’institution fragmentée

41La figure d’une institution fragmentée, morcelée, voire éclatée du point de vue de ses scènes, de ses acteurs et de ses logiques d’action a été identifiée par un certain nombre de travaux. Un mode d’appréhension de ces formes de fragmentation consiste à être attentif au fait qu’elles recoupent la division du travail au sein des institutions. On peut ainsi distinguer a) des formes verticales de fragmentation, dans lesquelles, en fonction de leur statut hiérarchique, les acteurs institutionnels ne privilégient pas les mêmes schèmes d’identification et de relation, et b) des formes horizontales de fragmentation dans lesquelles la valorisation d’un type de travail institutionnel dépend du domaine de tâches des acteurs.

42Des études sur des institutions variées montrent que, bien souvent, la hiérarchie d’une institution ne privilégie pas le même type de « travail orienté vers autrui » que les agents de base de cette même institution. Ainsi, concernant le travail social, la conception officielle de l’accompagnement (textes réglementaires, discours hiérarchiques), proche du type « pur » du travail avec autrui, est en décalage avec les formes pratiques d’accompagnement construites par les travailleurs sociaux. Ces derniers, au regard de la dynamique des situations de co-présence et des relations avec l’usager, vont parfois privilégier des formes de travail sur autrui ou des pratiques qui hybrident travail sur, travail pour et travail avec autrui, s’incarnant dans des « pactes » (Giuliani, 2005). On retrouve des formes similaires de fragmentation verticale aussi bien au sein de l’institution scolaire, dans laquelle les discours officiels relatifs au partenariat avec les parents (Glasman, 1992) laissent parfois place en situation d’interaction entre les acteurs éducatifs et les familles à des formes d’assujettissement et de responsabilisation des usagers stigmatisés (Payet, 1992). De même, le travail avec autrui, qui est au fondement de nombreuses chartes de maison de retraite, s’hybride bien souvent avec un travail sur autrui, dans les routines des professionnels qui s’occupent au quotidien des personnes âgées (Planson, 2000).

43Quant aux formes de fragmentation horizontale, elles sont aussi nombreuses. Ion (2005) en détecte l’existence dans le travail social, lorsqu’il cherche à analyser les rapports entre des « institutions » (caractérisées par le travail sur autrui) et des « dispositifs », expérimentant d’autres formes du travail institutionnel (travail avec autrui). Ainsi des institutions du travail social développent-elles des lieux de parole, dans lesquels les usagers qui le souhaitent peuvent venir exprimer leurs attentes, leurs problèmes, leurs plaintes, y compris lorsque ces dernières visent, sur le mode de la dénonciation, l'institution elle-même ;  pour autant, d'autres acteurs institutionnels, évoluant et agissant sur d'autres scènes de la même institution, ne sont pas informés de ce qui se dit sur ces scènes de parole; ces derniers continuent alors à « travailler sur » des usagers, en ignorant les paroles que ces derniers cherchent à faire entendre quant à leur rapport à l'institution (Berger et Sanchez-Mazas, 2008). On retrouve de telles formes de fragmentation dans l’institution scolaire et même dans l’institution pénitentiaire –où des dispositifs d’expression des détenus coexistent avec les logiques sécuritaire et disciplinaire (Rostaing, 2008). L’articulation entre « travail sur autrui » et « travail avec autrui » se fait souvent selon un principe de hiérarchisation : le travail sur autrui et les objectifs institutionnels qui y sont associés sont dominants, prioritaires par rapport au travail avec autrui. Ce dernier ne se maintient qu’à la condition que ses manifestations ou effets ne fragilisent pas les formes du travail sur autrui.

44Par ailleurs, des formes de fragmentation horizontale permettent d’articuler le « travail sans autrui » et d’autres types de travail institutionnel : de nombreuses institutions concilient donc un cadrage d’elles-mêmes en termes de « capacité à organiser ou à transformer le social » et un « sentiment d’impuissance à agir ». Ainsi l’institution scolaire, dans le domaine de la gestion des populations scolaires, peut à la fois imposer à certaines familles un établissement d’accueil en fonction de leur lieu de résidence,  laisser à certains parents le choix de l’établissement de leur enfant et ne pas lutter contre la ségrégation scolaire (Laforgue, 2005). Ces différents types de travail institutionnel semblent « complémentaires » : l’effectivité du travail avec et pour autrui atténue les éventuels dilemmes moraux des agents institutionnels liés au travail sur et sans autrui.

Conclusion

45Les institutions contemporaines ont donc la capacité d'articuler, sur un mode paradoxal, des formes de « travail orienté vers autrui » contradictoires. Ses agents sont capables de perpétuer une forme de travail traditionnelle, en dépit d'un environnement politique et social qui valorise la "modernisation des services publics", tout en adoptant des idées et valeurs émergentes (associées au travail avec autrui), qu'ils cantonnent toutefois à certains domaines d'activité, freinant ainsi leur diffusion. Les acteurs institutionnels s’avèrent également capables de fondre dans un même acte (décision, discours…) ces différents types de travail orienté vers autrui hétérogènes ou bien encore de fonder une relation professionnelle sur une oscillation permanente entre des injonctions contradictoires.

46Cette enquête sur le quotidien de travail de différentes institutions a aussi pour objectif d'interroger la sociologie de l'action publique contemporaine et sa tendance à se focaliser sur la recherche de nouvelles formes d'action publique : tout ne change peut-être pas aussi vite qu'on le dit au sein des institutions publiques et certains discours de sens commun, mais aussi certaines analyses sociologiques sur la « désinstitutionnalisation » sont peut-être à nuancer. Ce qu'il s'agirait alors d'analyser ne serait pas tant la disparition d’une forme institutionnelle « unique » ou même le passage d'une forme institutionnelle à l'autre, mais les modes d'articulation problématiques et paradoxaux entre des formes plurielles, voire contradictoires, de « travail orienté vers autrui », au sein des institutions publiques contemporaines.

47Dans cette perspective, il reste à expliquer plus rigoureusement la stabilisation de ces formes institutionnelles paradoxales. L’analyse devra articuler plusieurs facteurs explicatifs : a) les processus relatifs à la robustesse du travail sur autrui, b) les voies par lesquelles de nouvelles formes de travail orienté vers autrui, instituées et pensées, aux niveaux sociétal et politique, comme des facteurs de modernisation, d’efficacité et de justice sociale, s’ancrent dans les institutions (en particulier le travail avec autrui mais aussi les politiques de la pitié modernes), c) les rationalités pratiques, informées par l’ordre émergent des situations de travail, qui conduisent les acteurs institutionnels à s’approprier pratiquement différentes formes de travail.

Haut de page

Bibliographie

Anderson G. L., 1998. « Toward Authentic Participation: Deconstructing the discourses of participatory reforms in education », American Educational Research Journal, 35, 4, pp. 571-603.

Arendt H., 1967. Essai sur la Révolution, Paris, Gallimard.

Arendt H, 1972. Du mensonge à la violence, Paris, Calmann-Lévy (édition Press Pocket).

Astier I., 2007. Les nouvelles règles du social, Paris, PUF

Bajoit G., 1988. « Exit, voice, loyalty...and apathy », Revue française de sociologie, 29, 2, pp.325-345.

Barel Y., 1979. Le paradoxe et le système, Presses universitaires de Grenoble, Grenoble.

Bateson G., 1977. Vers une écologie de l’esprit 1, Paris, Seuil.

Becker, H. S., 1985. Outsiders : études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Berger M., Sanchez-Mazas M., 2008. « La voix des sans domicile. Des usages sociaux du jeu démocratique dans les Espaces Dialogue en Belgique », dans Payet J.-P., Giuliani F.,  Laforgue D. (eds), La voix des acteurs faibles. De l’indignité à la reconnaissance, Rennes, PUR, pp. 181-194.

Blanc M., 1999. « Participation des habitants et politique de la ville », dans Blondiaux L., Marcou G., Rangeon F. (dir.), La démocratie locale. Représentation, participation et espace public, Paris, PUF, pp. 177-196.

Blondiaux L., 2000. « La démocratie par le bas. Prise de parole et délibération dans les conseil de quartier du 20ème arrondissement de Paris », Hermès, 26-27, pp. 323-338.

Bourdieu P., 1993. La misère du monde, Paris, Seuil.

Bourdieu P., Passeron J.-C., 1970. La reproduction, Paris, Les éditions de Minuit.

Callon M., Lascoumes P., Barthe Y., 2001.  Agir dans un monde incertain, Paris, Seuil.

Careil Y., 1999. « Le Néo-libéralisme dans l’école : un processus déjà bien engagé », Ville école intégration, 117, pp. 173-184.

Carrel M., 2004. - Faire participer les habitants ? La politique de la ville à l’épreuve du public. Thèse de sociologie, Université Paris 5.

Certeau (de) M., 1980. L'invention du quotidien. Paris, U.G.E.

Clastres P., 1974. La société contre l’Etat, Paris, Les éditions de Minuit.

Chavanon O., Laforgue D., Raymond R., 2007. Traductions des projets de territoires touristiques et leur appropriation par les acteurs ordinaires, Rapport de recherche pour l’Institut de la Montagne dans le cadre du programme de recherche « Tourisme et territoire : Enjeux et perspectives ».

Commaille J., Strobel P., Villac M., 2002. La politique de la famille, Paris, La découverte.

Demailly L., 2008, Politiques de la relation. Approches sociologiques des métiers et activités professionnelles relationnelles, Lille, Presses Universitaires du Septentrion.

Descola P., 2005. Par delà nature et culture, Paris, Gallimard.

Dubet F., 2002. Le déclin de l’institution, Paris, Seuil.

Dubois V., 1999. La vie au guichet. Relation administrative et traitement de la misère, Paris, Economica.

Dumont L., 1983. Essais sur l’individualisme, Paris, Seuil (points essais, 1995)

Dumont L., 1991. L’idéologie allemande, Paris, Gallimard.

Duvoux N., 2008. « Le contrat d’insertion et les scènes de la disqualification », dans Payet J.-P., Giuliani F., Laforgue D. (eds.), La voix des acteurs faibles. De l’indignité à la reconnaissance, Rennes, PUR, pp. 153-164.

Fassin D., 2004. Des maux indicibles. Sociologie des lieux d’écoute, Paris, La découverte.

Foucault M., 1966. Les mots et les choses, Paris, Gallimard.

Foucault M., 1997. « Il faut défendre la société ». Cours au Collège de France. 1976, Paris, Seuil-Gallimard.

Foucault M., 2004. Sécurité, territoire et population. Cours au Collège de France. 1977-1978, Paris, Seuil-Gallimard.

Gilligan C., 1995. « Moral orientation and development », dans Held V. (ed.), Justice and care. Boulder (CO), Westview Press, pp. 31-46.

Giddens A., 1987. La constitution de la société, Paris, PUF.

Giuliani F, 2005. « L’ordre pactisé de la relation d’accompagnement : analyse d’un dispositif de soutien à la parentalité », dans Ion J. et al., Travail social et souffrance psychique, Paris, Dunod, pp. 125-159.

Giuliani F., 2008. « Le  chuchotement de la relation d’accompagnement. La gestion confinée des désordres du social », dans Payet J.-P., Giuliani F., Laforgue D. (eds.), La voix des acteurs faibles. De l’indignité à la reconnaissance, Rennes, PUR, pp. 195-214.

Glasman D., 1992. « " Parents " ou " familles " : critique d’un vocabulaire générique », Revue Française de Pédagogie, 100, pp. 19-33.

Glasman D., 2000. Des Zones d'Éducation Prioritaires aux Réseaux d'Éducation Prioritaire. Pratiques et politiques, Toulouse, Editions SEDRAP.

Glasman D., 2008. « L’institution scolaire et les parents de milieux populaires : habilitation ou disqualification ? », dans Payet J.-P., Giuliani F., Laforgue D. (eds.), La voix des acteurs faibles. De l’indignité à la reconnaissance, Rennes, PUR, pp. 107-120.

Gucher C., Guillalot E., Laforgue D. et Mollier, A., 2008. Quelle représentation sociale et politique des retraités ? Contrat de recherche CGT-IRES. Grenoble : Centre Pluridisciplinaire de Gérontologie.

Honneth A., 2007. La réification. Petit traité de théorie critique, Paris, Gallimard.

Hirschman A.O., 1995. Défection et prise de parole, Paris, Fayard.

Hughes E. C., 1996. Le regard sociologique, Paris, Éditions de l’EHESS.

Ion J., 2005. « Introduction », dans Ion J. et al., Travail social et souffrance psychique, Paris, Dunod, pp. 1-22.

Jellab A., 1997. Le travail d’insertion en Mission Locale, Paris, L’Harmattan.

Karsz S., 2004, Pourquoi le travail social ?, Paris, Dunod.

Laforgue D., 2005. La ségrégation scolaire : l’État face à ses contradictions, Paris, L’Harmattan.

Martucelli D., 2004. « Figures de la domination », Revue française de sociologie , 45, 3, pp. 469-497.

Mauger G., 2001. « Les politiques d’insertion. Une contribution paradoxale à la déstabilisation du marché du travail », Actes de la recherche en sciences sociales, 136-137, pp. 5-14.

Molinier P., 2006, « le care à l’épreuve du travail. Vulnérabilités croisées et savoir-faire discrets », dans Paperman P. et Laugier S. (eds.), Le souci des autres. Éthique et politique du care, Raisons Pratiques, Paris, Editions de l’EHESS

Paperman P., 2006. « Les gens vulnérables n’ont rien d’exceptionnel », dans Paperman P. et Laugier S. (eds.), Le souci des autres. Éthique et politique du care, Raisons Pratiques, Paris, Editions de l’EHESS, pp. 281-297.

Paperman P. et Laugier S., 2006 (eds.), Le souci des autres. Éthique et politique du care, Raisons Pratiques, Paris, Editions de l’EHESS

Pattaroni L., 2006. « Le care est-il institutionnalisable ? Quand la politique du care émousse son éthique », dans Paperman P., Laugier S. (eds.), 2005, Le souci des autres. Éthique et politique du care, Raisons Pratiques, Paris, Editions de l’EHESS, pp. 177-200.

Paugam S., 1999. L’Europe face à la pauvreté. Les expériences du revenu minimum, Paris, La documentation française.

Payet J.-P., 1992. « L’école à l’épreuve de la réparation scolaire: la relation professionnels/ public dans les établissements scolaires de banlieue », Revue française de pédagogie, 109, pp. 7-18

Planson N., 2000. « La définition normative des résidents en maison de retraite et le travail de leurs personnels », Sociétés contemporaines, 40, pp. 77-97.

Ravon B., 2002. « Le temps fragile de la solidarité. Actions associatives, souci de la relation et critique des institutions », Cahiers millénaire 3, Les logiques associatives, pp. 19-22.

Raymond R., 2005. « Le recours aux dispositifs comme analyseur de l’intervention politique », dans Ballain R., Glasman D., Raymond R. (eds), Entre protection et compassion. Des politiques publiques travaillées par la question sociale (1980-2005), Grenoble, PUG, pp. 293-311.

Rimbert G., 2006. Encadrer les crises biographiques irréversibles. Les contradictions dans la prise en charge des personnes âgées dépendantes, Thèse de sociologie, EHESS.

Rostaing C., 2001. « Pertinence et actualité du concept d’institutions totales : à propos des prisons », dans Amourous C., Blanc A. (eds), Erving Goffman et les institutions totales, Paris, L’Harmattan, pp. 137-153.

Rostaing C., 2008. « L’expression des détenus. Formes, marges de manœuvre et limites », dans Payet J.-P., Giuliani F., Laforgue D. (eds.), La voix des acteurs faibles. De l’indignité à la reconnaissance, Rennes, PUR, pp. 121-136.

Sala-Pala V., 2005. Politiques du logement social et construction des frontières ethniques. Une comparaison franco-britannique, Thèse de science politique, Université de Rennes 1.

Siblot Y., 2006. Faire valoir ses droits au quotidien. Les services publics dans les quartiers populaires, Paris, Presses de Sciences Po.

Sloterdjik P., 2002. Bulles. Sphères 1, Paris, Pauvert.

Soulet M.-H., 2008, « La reconnaissance du travail social palliatif », Dépendances, n°33, pp. 4-8.

Taylor C., 1998. Les sources du moi, Paris, Seuil.

Thin D., 1998. Quartiers populaires : l’École et les familles, Lyon, PUL.

Tissot S., 2007. L’État et les quartiers. Genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris, Seuil.

Watzlawick P. (dir.), 1979. Une logique de la communication, Paris, Seuil.

Weber M., 1965. Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon.

van Zanten A., 2001. L’école de la périphérie. Scolarité et ségrégation en banlieue, Paris, PUF.

Zunigo X., 2007. La gestion publique du chômage des jeunes de milieux populaires. Education morale, conversion et renforcement des aspirations socio-professionnelles, Thèse de sociologie, EHESS.

Haut de page

Notes

1 Nous nous référons donc ici à un des deux sens en sociologie du terme "institution" : non pas la définition durkheimienne (qui englobe sous ce terme toutes les coutumes et pratiques socialement définies), mais celle, issue du sens commun et formalisée par le réseau thématique 40 de l’A.F.S., qui fait des institutions des mondes sociaux particuliers investis d’une mission orientée vers le bien public ou d’une mission régalienne, disposant d’une forte assise organisationnelle et participant d’une œuvre socialisatrice et d’une emprise sur l’individu suffisamment fortes.
2 Outre la mobilisation de la littérature existante dans le domaine de la "sociologie des institutions" (travail social, santé, école, prison…), notre propos s’appuie sur trois enquêtes ethnographiques menées dans des institutions fort différentes : l’institution scolaire, une institution locale chargée de la mise en œuvre d’un projet de développement territorial, des institutions impliquées dans la mise en œuvre de politiques de la vieillesse (CRAM, CCAS, maisons de retraite). La comparaison des types de travail institutionnel et de leurs agencements dans toutes ces institutions fonde la validité (limitée) des typologies présentées dans cet article.
3 Je remercie les experts du comité de lecture de la revue Sociologos d’avoir attiré mon attention sur la pertinence de ces travaux, au regard de mon questionnement.
4 Il s’agit d’idéaux-types construits en sélectionnant dans la réalité empirique des schèmes d’identification et de relation caractéristiques (Weber, 1965).
5 J’emprunte ce terme à I. Astier (2007).
6 Par exemple des règles d’attribution de moyens financiers, des seuils à respecter (par les établissements publics) en matière d’accueil des usagers, des procédures relatives aux demandes d’ouverture de mesures, dispositifs, ainsi que des protocoles d’évaluation des résultats obtenus par les établissements chargés d’assurer le service public…
7 Le lecteur pourra s’étonner que nous regroupions sous une même catégorie (« le travail pour autrui ») deux formes d’intervention institutionnelle apparemment aussi différentes que le « care » et la « politique de la pitié » (du point de vue de l’asymétrie relationnelle qui les caractérise). En fait, si l’on suit les réflexions d’H. Arendt (1967), « care » et « politique de la pitié » peuvent être considérés comme les deux figures opposées (mais entre lesquelles un mouvement est possible) d’une même posture, celle de l’attention à la vulnérabilité d’autrui. Arendt explique ainsi que, par un double processus de généralisation (lorsque l’objet d’attention devient la « masse souffrante » et non une « personne singulière ») et de distanciation affective (la co-souffrance cède la place au fait de s’attrister), la compassion peut être instituée en politique. Ce mécanisme explique, sans doute, que, dans des institutions traditionnellement orientées vers le « soin » (par exemple une institution chargée de l’aide à domicile pour les personnes âgées), coexistent quasi-systématiquement des formes de care et des politiques de la pitié : les perspectives et attentes attachées à la position hiérarchique des acteurs, les séries d’expériences et les évènements constitutifs de leur carrière institutionnelle ou encore leur formation professionnelle, voire leur parcours biographique, etc… sont autant d’éléments qui favorisent soit un processus de généralisation et de distanciation affective à l’égard de la population-cible, soit un processus de singularisation, et d’engagement affectif envers l’usager, processus qui sont aux fondements, respectivement, d’une politique de la pitié et de pratiques de care…
8 Il s’agit donc d’un double bind (Watzlawick et al., 1979), puisque la relation se caractérise par l’oscillation entre des messages contradictoires de l’acteur institutionnel à l’attention de l’usager : « obéis et tu seras libre » (travail sur autrui), « nous allons définir ensemble ce qui vous convient » (travail avec autrui), «  je ne peux rien pour vous » (travail sans autrui).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denis Laforgue, « Pour une sociologie des institutions publiques contemporaines », Socio-logos [En ligne], 4 | 2009, mis en ligne le 23 septembre 2009, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/2317

Haut de page

Auteur

Denis Laforgue

Université de Savoie, L.L.S, Denis.Laforgue@univ-savoie.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • OpenEdition Journals