Navigation – Plan du site
Actualité

À la mémoire de Michelle Durand

Sylvie Célérier

Texte intégral

1Michelle Durand, sociologue du travail, est décédée le 10 octobre dernier dans sa quatre-vingtième année. Formée à l’Institut de psychologie de Paris, elle devient chercheure au CRESST-Paris Sud puis intègre le CNRS. La sociologie qu’elle pratique est fortement attachée au terrain où les données sont recueillies par diverses formes d’entretiens. L’exploitation des matériaux mobilise parfois les ressources des analyses multivariées dont la formation en psychologie a donné une bonne maîtrise. La trace d’Alain Touraine dans les travaux réalisés est patente et se repère dans l’intérêt pour la conflictualité et son caractère instituant ainsi que dans l’approche historique de l’action. Mais le schéma de compréhension de Michelle Durand s’ouvre également aux travaux de sociologie des organisations et, surtout, intègre une sensibilité de « la deuxième gauche » préoccupée d’écologie et de qualité de la vie et croyant aux vertus de la planification démocratique.

2A parcourir la bibliographie de Michelle, on est frappé de la voir, à plusieurs reprises, travailler des thèmes originaux, un peu à l’écart des travaux de l’époque, un peu en avance. Ainsi les politiques de gestion du personnel et le rôle de la formation dès le milieu des années 1960 ;  les cadres et les techniciens au tout début des années 1970 et un vaste exercice de mesure de la conflictualité au travail avec un intérêt appuyé pour les revendications en termes de qualité de la vie jusqu’au milieu des années 1980. Signalons également sans doute une des premières recherches sur les mouvements écologiques menée en collaboration avec Yvette Harff en 1976. Hors de ces thèmes, elle a également contribué à l’analyse des mutations industrielles dans leurs relations avec les politiques du personnel et celle des politiques économiques et sociales en Europe, en collaboration avec Claude Durand, son mari.

3Depuis sa retraite, Michelle Durand participait activement à la vie du Centre Pierre Naville. Outre sa contribution à l’animation d’un pôle de recherche sur les biotechnologies, elle restait très disponible pour les doctorants qui l’ont souvent sollicitée. Sa culture sociologique et son goût inépuisé de la lecture en faisaient pour eux une ressource sûre. Le souci de transmettre aux plus jeunes comptait dans le maintien de cette activité professionnelle. Cette même culture et ce même goût de la lecture lui permettaient également des remarques saillantes, parfois ironiques mêmes si toujours courtoises, lors des séminaires du laboratoire.

4Avec son départ, nous perdons une collègue avec laquelle il était plaisant et toujours intéressant de discuter. La sociologie perd un alliage de modestie, de sérieux, d’intelligence et d’originalité. Nous sommes bien tristes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvie Célérier, « À la mémoire de Michelle Durand », Socio-logos [En ligne], 5 | 2010, mis en ligne le 13 avril 2010, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/2442

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • OpenEdition Journals