Navigation – Plan du site
Articles

Transformer son organisation pour conserver sa mission

Le yachting fédéral face à l’essor des écoles de voile : l’histoire d’une double rationalisation au service du sport
Claude Lafabrègue

Résumés

Comme d’autres groupements associatifs du même genre, la fédération s’occupant de la voile en France a été déstabilisée dans la seconde moitié du 20e siècle par l’irruption de groupes autonomes de pratiquants échappant à l'autorité que lui a confiée l'État en 1945. Ce fut le cas, dans l'après-guerre, lorsque les écoles de voile proposant un apprentissage affranchi de tout entraînement à la régate ont pris leur essor. Comment cette fédération a-t-elle fait pour conserver au sport la priorité qu’elle lui avait réservée jusque-là, alors même qu’elle acceptait d’accueillir ces associations de plein air ? L’étude des archives fédérales montre que les changements de structure qu’elle a opérés à partir de 1959 s’inscrivent dans une tentative de rationalisation sportive de son organisation, qui devait la faire passer d’une organisation sélecte à une organisation de masse. N’ayant pas réussi à faire des écoles de voile un marchepied vers la compétition sportive, la fédération a soumis, à partir des années 1980, son fonctionnement à une rationalisation économique de façon à trouver des ressources nouvelles permettant d’offrir au plus grand nombre une activité sportive permanente. C’est donc en tant que source de financement que les écoles de voile ont servi le sport.

Haut de page

Texte intégral

1En France, on a l'habitude d'appeler fédérations sportives des groupements associatifs qui, bien qu'ayant des raisons d'être différentes, ont pour principal dénominateur commun d'être assujettis à une même administration, celle en charge de la jeunesse et des sports. Ce papier passera outre cette nomenclature officielle en réservant une telle appellation à ceux qui accordent une place centrale aux sports. Depuis 1945, ils exercent sur ces jeux de compétition une autorité qui se veut sans partage : elle va de pair avec le droit exclusif d’en édicter les règlements, de nommer et de former un corps de spécialistes devant s’assurer de leur observance, de concevoir un programme d’épreuves, de décerner les titres de champion et les trophées correspondants, etc. Parmi les quelques définitions du sport qui s’accordent avec ces éléments, celle que propose Parlebas (1999) convient bien, sachant qu’elle stipule que la puissance de ces groupements consiste en la possession de pareilles prérogatives. Mais l'intérêt qu'elle présente ne s’arrête pas là. Elle souligne, en outre, que cette puissance tient, pour une large part, au rayonnement international dont jouissent de telles épreuves, lequel suscite la reconnaissance politique des États, la faveur de firmes multinationales et la convoitise des mass médias. Elle suggère ainsi que les possibilités de s’allier à des parrains donnant accès à des ressources politiques et/ou économiques aussi considérables constituent de précieux atouts pour qui entend mener avec succès une stratégie visant à protéger son pré carré contre l’incursion d’organisateurs potentiellement rivaux.

  • 1  La fédération nationale de voile désigne les deux groupements nationaux qui se sont succédé au cou (...)

2Pourtant, l’historiographie a montré combien l’hégémonie que prétendent exercer ces fédérations sportives sur l’organisation des compétitions pouvait être mise en péril, soit par des pratiquants regroupés dans des associations autonomes (Defrance, 1985 ; Segalen, 1994 ; Jallat, 2001), soit par des sportifs professionnels établissant des relations directes avec les sponsors (Waser, 1998 ; Jallat, 2005). Un auteur comme Jacques Defrance examine ce genre de conflits au moyen de la théorie des champs sociaux, en privilégiant l'étude des fluctuations affectant le degré d'autonomie du monde des sports à l'égard des rapports économiques et des rapports politiques. Il note à ce sujet que celui-ci connait entre 1950 et 1985 une phase de développement intense, accentuant sa logique propre ordonnée autour de la compétition, auquel ont beaucoup contribué les États dans de nombreux pays industrialisés, a fortiori en France où l'intervention étatique est plus marquée qu'ailleurs (Defrance, 1995, 2000). Or, l’essor des écoles de voile auquel a dû faire face dès la fin des années 1950 la fédération nationale1 dont la mission principale consistait, jusque-là, à programmer des régates et à envoyer ses meilleurs coureurs dans les épreuves internationales ne s'inscrit pas dans ce schéma général. En effet, ce sont les autorités gouvernementales qui ont pressé les dirigeants fédéraux d'accueillir au sein de leur groupement les adeptes des activités nautiques dénuées de finalité compétitive. Dans ce cas, l'expansion de la pratique des exercices physiques n'a donc pas seulement alimenté une spécialisation croissante de la voile associative, centrée sur la compétition, ni même la différenciation de l'activité compétitive. Elle est aussi allée de pair avec l'affirmation de logiques contraires qui ont pesé sur la manière dont cette fédération, sous l'impulsion de ses dirigeants successifs, a dû s'organiser pour pouvoir continuer à remplir la mission qu'elle avait, de longue date, investie d'une valeur éminente, tout en défendant au mieux ses intérêts.

3De fait, cet événement peut être vu comme un cas original, parce qu'exceptionnel, se prêtant particulièrement bien au développement d'une réflexion sur les stratégies que mettent en œuvre les fédérations sportives pour mettre en valeur les compétitions qu'elles régissent, qu'il s'agisse d'en accroître le rayonnement ou de leur conserver une place prépondérante. Cet article s'interrogera plus précisément sur la nature de l'organisation que les équipes dirigeantes de la fédération nationale de voile ont, peu à peu, mise en place en réaction à des facteurs de déstabilisation - l'essor des écoles de voile en constituant pour l'occasion le fil rouge - de façon à préserver l'ordre sportif sur lequel celle-ci s'est historiquement bâtie. Afin de se prémunir contre tout risque de confusion, il importe de préciser que l'organisation dont il est question ne désigne pas une entité ou un contenant, mais l’activité de coordination par laquelle la direction administrative d'un groupement, entendu au sens wébérien du terme (Weber, 1992), essaie de faire agir ensemble et de manière convergente de nombreux groupes œuvrant en différents endroits de son espace de juridiction, de façon à atteindre les buts qu’elle cherche à faire partager à tous.

4En s’inspirant de la sociologie de Max Weber, la réponse à la question posée plus haut sera envisagée sous l'angle de la rationalisation de l'activité sociale. Défini en termes de systématisation de l'action, au sens de rigueur accrue, d'une exigence de méthode et d'une discipline imposée aux conduites (Karlberg, 2010), ce processus n'a pas épargné les associations sportives. Appliqué d’abord au rendement physique des athlètes, il a également affecté leur organisation (Chantelat, 2001). En mettant à profit de multiples sources ayant un rapport direct avec l'activité sociale qui s'est déployée au sein de la fédération nationale de voile entre 1945 et 2005 (voir l'encart n°1), le travail qui suit consistera à examiner les différentes formes de rationalisation dont a fait l'objet son organisation, en défendant l'hypothèse qu'elles ont été guidées par le souci de garder au sport la place centrale qu'il occupait, alors sans conteste, dans l'immédiate après-guerre. Ceci se fera en quatre temps. Après avoir rappelé comment s’est réalisée la spécialisation sportive des associations de yachting avant-guerre, puis précisé le contexte dans lequel les écoles de voile ont pris leur essor, on dira comment les instances fédérales ont tenté de soumettre ces nouvelles unités de base à une rationalisation sportive et on montrera ensuite comment la rationalisation économique dont a fait l’objet le fonctionnement du réseau fédéral à partir des années 1980 a été  menée de façon à conserver au sport son rang éminent dans les priorités fédérales.

Encart n°1 : La diversité des sources d'information

Les sources utilisées pour écrire cet article sont multiples. Elles se classent en deux grandes catégories, que l'on présente ci-dessous en fonction de leur degré d'importance.

1°/ Les documents fédéraux

Les plus volumineux, ils fournissent au présent travail de recherche sa principale base empirique. Ils se composent des dossiers (tout spécialement ceux concernant les statuts et les règlements intérieurs, les assemblées générales, les équipes de direction ainsi que les comités, les secteurs et les commissions spécialisés) entreposés par la Fédération Française de Voile au Centre des Archives Contemporaines à Fontainebleau (versements 19880066 et 20020479),  au sujet des affaires qu'elle a eu à gérer entre 1945 et 2005, des guides Planche à Voile qu'elle a édités entre 1982 et 1997, et de nombreux documents mis en ligne sur le site internet de la fédération concernant la période s'étalant entre 1997 et 2005 (projets politiques, procès-verbaux des assemblées générales, comptes d'exploitation, comptes rendus des réunions du département développement).

2°/ Les sources annexes : documentation complémentaire et interviews

D'autres sources de différentes natures sont venues compléter cette abondante documentation. Occupant une place secondaire dans le travail empirique, elles ont été intégrées au corpus de données dans la mesure où elles font écho aux pièces évoquées ci-dessus.

Une première partie réduisant la focale de l'étude sur la Bretagne se compose de plusieurs liasses de documents : les délibérations du Conseil Général du Finistère se rapportant à l'Union pour le Développement du Nautisme en Finistère, quelques articles de la presse régionale trouvés  aux archives municipales de Brest et les documents préparatoires aux assemblées générales de la Ligue de Bretagne entre 1995 et 2002 ont permis de prendre la mesure des liens existant entre les réalisations des associations nautiques exerçant dans cette région et l'action menée par la direction fédérale.

La seconde est constituée des interviews réalisées auprès de dix-neuf personnes ayant pris part à des actions concertées en faveur de la diffusion de la pratique de la voile en Bretagne. Sur cet ensemble, quatre d'entre elles ont fait partie de l'équipe de direction de la fédération nationale, huit ont été des membres fondateurs ou des présidents de clubs de voile ou de planche à voile, quatre autres ont exercé une fonction d'encadrement technique dans des comités départementaux de voile, des classes sport-études ou des pôles nationaux de haut niveau. Bien qu'ils aient un intérêt périphérique lorsqu'on les place en regard des autres matériaux dont se nourrit cet article, les entretiens réalisés avec des gens qui ont débuté la voile dans les années 1950, 1960 et 1970  nous renseignent sur les transformations que celle-ci a connues, localement, à différentes époques et les rapports que ces évolutions entretiennent avec la politique engagée au niveau national par la direction de la fédération.

Les premières sociétés nautiques : vers une spécialisation sportive

5La navigation à la voile détachée de toute activité laborieuse est attestée en France au sortir du premier tiers du 19e siècle et suscite par la suite la création des premières sociétés nautiques sur le littoral. C’est sur ces sociétés en tant qu’elles constituent la première forme d’organisation de base de la pratique de la voile que s’arrêtera notre réflexion. Leur essor procède, d’une part, d’une séparation d’avec les festivités nautiques où l’engouement populaire pour les courses mettant aux prises les hommes de métier (marins, pilotes,…) éclipsait celles opposant les riches yachtmen et, d’autre part, d’une spécialisation technique qui les coupe des pratiques à rames et à moteur. À la fin du 19e siècle, deux tendances culturelles s’y expriment : la première, étudiée par Veblen (1899), renvoie au goût prononcé pour une dépense improductive de temps et d’argent s’affichant dans le décor luxueux des navires, les fastes des réceptions mondaines et les œuvres philanthropiques (Leroux, 1997 ; Vaillau, 1996, Augustin, 2005) ; la seconde mue par la faveur dont jouissent les idées de progrès, de productivité et de concurrence dans les milieux d’affaires donne lieu à une dilapidation ostentatoire de temps et d’énergie dans une activité compétitive débouchant sur une stricte hiérarchisation des performances (Beunard, 1996 ; Bretin, 2002). En combinant ces deux tendances on obtient l’organisation de base typique du yachting à l’orée du 20e siècle : il s’agit d’un cercle étroit, clos au moyen de barrières économiques et/ou statutaires (cooptation, parrainage) sur une population bourgeoise qui met en scène sur ses bateaux sa puissance pécuniaire, l’excellence sportive de ses amateurs désintéressés et son honorabilité sociale.

6La sportification de la voile qui va croissante au cours du 19e siècle provoque un premier décalage par rapport à ce type. Çà et là des sociétés nautiques se coupent de la plaisance mondaine pour se consacrer en priorité à la régate tandis que la diversification des voiliers donne naissance à un yachting léger, entendu au sens de réduction des mensurations des bateaux et de leur fonction ornementale et, partant, de leur coût, qui devient dès lors accessible à des couches bourgeoises plus étendues (Jallat, 2002). La voile sportive est donc en passe de se constituer en une sphère d’activité spécialisée dotée d’enjeux, de codes et de principes de jugement qui lui sont propres. Si elle n'est pas imperméable aux logiques sociales prévalant dans d’autres espaces sociaux, c’est bien cette spécialisation athlétique qui rend possible le dessein de se consacrer entièrement à la recherche d’une efficacité proprement sportive, lequel suscite dès lors un effort constant pour harmoniser les règlements et perfectionner les techniques et tactiques de navigation ainsi que l’architecture des bateaux.

  • 2  Il obtient cette reconnaissance de la part de l’Union Internationale du Yachting de Course en 1907

7Ce processus de sportification s’intensifie au début du 20e siècle après que le Yacht Club de France ait obtenu d’exercer son autorité sur l’ensemble des associations se proposant de rassembler en un point quelconque du territoire national les yachtmen2. S’accomplit alors sous son impulsion puis sous l’égide des associations fédératrices qui lui succèdent, une codification minutieuse du yachting dictée par le souci de renforcer à l’échelle nationale la cohérence des compétitions dans le sens d’une hiérarchisation claire des coureurs à l’arrivée et d’une égalité tout aussi assurée des moyens qui leur sont donnés au départ (Jallat, 2001). En l’espace d’un demi-siècle, les coureurs se trouvent donc assujettis à une direction nationale qui administre les courses à la voile sur la base de normes formelles, excluant en principe la prise en compte des cas particuliers ou des résultats sociaux de leurs effets. Pour notre propos, l’existence d’un cadre institutionnel garantissant aux coureurs d’agir dans des conditions stables n’est pas anodine puisqu’il donne à chacun la capacité d’anticiper avec plus ou moins de succès les conduites d’autrui. Or, on sait que dans l’œuvre de Weber la prévisibilité de l’action constitue l’indice patent d’une rationalisation avancée (Colliot-Thélène, 2006).

8Si les instances nationales régissant le yachting ont tôt fait d’édicter un corps de règles abstraites, indifférentes à la qualité sociale des personnes, néanmoins l’accès à la voile est resté un privilège des classes fortunées aussi longtemps qu’il a été subordonné à l’appropriation privée des engins de navigation, du moins tant qu'il a été nécessaire de faire construire, sur ses propres deniers, un bateau sur mesure pour en avoir l’usage. Ce n’est qu’après la seconde guerre mondiale qu’un changement majeur est intervenu sur ce plan.

Les effets de la massification de la voile sur l’organisation de sa pratique

  • 3  Cette massification s’accélère probablement dans le courant des années 1960 : le nombre d’unités i (...)
  • 4  Au salon nautique de 1952, le Vaurien est proposé barre en main au prix de 55 000 F alors que le p (...)

9Plusieurs bouleversements vont amener la massification de la pratique de la voile3. Évoquons, en premier lieu, l’industrialisation de la production qui, avec l’introduction de matériaux synthétiques, les innovations architecturales et la baisse consécutive des coûts de fabrication, va rendre possible la commercialisation de petits voiliers bon marché au début des années 1950 (Jallat, 2005)4. Vient ensuite la médiatisation des aventuriers de la croisière dans les années 1950 et 1960 et puis celle qui, dans les années 1960 et 1970, va donner une très large publicité aux prouesses des champions des courses transatlantiques (Lacombe, 2003), à la mesure de la place grandissante que le sport prend, à cette époque, dans la presse et à la télévision (Martin, 1999). Enfin, on ne peut pas passer sous silence la mobilisation en faveur d’une large diffusion de la pratique de la voile de la part des grandes associations de plein air, des services de l’État ainsi que des multiples écoles de voile qui s’inscrivent dans leur sillage (Augustin, 1995). Ceux-ci mettent en place un mode d’organisation qui rompt avec la tradition du yachting d’un double point de vue, économique et pédagogique. Il repose, d’une part, sur la mise à disposition temporaire d’un matériel collectif moyennant le paiement d’une inscription, ce qui soustrait la pratique de la voile à la nécessité d’être propriétaire d’un bateau, et, d’autre part, sur l’encadrement des néophytes par des moniteurs formés dans des centres spécialisés pour dispenser un apprentissage méthodique et explicite de leurs savoir-faire. En effet, la formation à l’encadrement commence à se codifier au début des années 1960. En peu de temps sont créés la première édition du Cours de navigation des Glénans en 1961, l’école des chefs de base du Centre National des Glénans en 1965 et l’Ecole Nationale de Voile en 1966, le Brevet d’État de Moniteur de Voile en 1965, instauré à l’intention des clubs désireux d’employer des moniteurs contre rémunération, puis, en 1967, le Certificat d’Aptitude à l’Enseignement de la Voile (CAEV) requis pour l’encadrement bénévole.

  • 5  Dénombrements annoncés en assemblées générales (Archives nationales : versement 19880066, articles (...)

10Les sociétés nautiques et associations de plein air se multiplient à un rythme soutenu dans les années 1950 et 1960 : elles font plus que doubler tous les dix ans,  passant de 182 unités en 1953 à 821 en 19735. Cet essor va de pair avec une diversification des usages maritimes, des modes de sociabilité et des finalités visées par les amateurs de voile,  sachant que dans la voile dite de plein air l'apprentissage n’est pas subordonné à la préparation à la compétition. Ce faisant, ces associations contribuent à inventer une façon de naviguer qui constitue une alternative à la fois à la plaisance distinguée et à la voile sportive. Ce changement va exposer à de sérieuses perturbations la fédération nationale à laquelle l’État a confié le monopole de la gestion de la voile de compétition à la Libération.

La massification au service de la rationalisation sportive

11En France, les années qui suivent la libération sont marquées par l’institutionnalisation des fédérations sportives, qui doit se comprendre comme « un processus d’assujettissement d’un groupe à des règles explicites et d’accentuation des relations avec les acteurs publics » (Robichaud, 1996, 332) allant dans le sens d’une subordination de celui-ci à ceux-là. Le premier point consiste en la rationalisation croissante du droit, étudiée par Weber. Le second correspond au rapport qui s’établit entre les pouvoirs publics et ces associations nationales, qui se métamorphosent alors en ce que l’on désignera par le terme d’administrations associatives, renversant ainsi la formule utilisée jadis par Garrigou-Lagrange (1970).

12Même s'il rompt avec l'étatisation du sport instauré par le régime de Vichy, le gouvernement provisoire de la République Française n'en place pas moins les groupements sportifs sous tutelle. Par l’ordonnance du 28 août 1945, l’État est doté de prérogatives sportives, qui sont ensuite déléguées aux fédérations compétentes, une fois que celles-ci ont rempli les conditions qui leur ont été préalablement fixées par l’administration pour être agréées. Cette ordonnance installe donc ces dernières dans un nouveau cadre juridique qui rogne la liberté d’association (Fialaire, 2003). En effet, celles-ci ne sont plus libres de s’administrer comme bon leur semble. Elles sont désormais tenues d’inclure dans leur fonctionnement les règles imposées par les autorités étatiques. Ceci dit, la reconnaissance qu'elles gagnent en retour va leur permettre d’étendre leur influence et de percevoir de substantielles ressources (Defrance, 1995). La Fédération Française de Yachting à Voile (FFYV) compte parmi celles-là. Son fonctionnement va en être profondément affecté.

13A la fin des années 1950, la FFYV amorce un changement d’orientation qui va l’amener dans les décennies suivantes à glisser vers ce que l’on appellera une organisation de masse, par analogie avec l’idéal-type du parti de masse (Duverger, 1951) dont elle partage certains traits. Rappelons que les deux principaux idéal-types de partis politiques que Duverger élabore se séparent l’un de l’autre moins par leurs programmes que par la nature de leur organisation, qui entretient des rapports plus ou moins étroits avec la doctrine politique qu’ils professent et les couches sociales dans lesquelles se recrutent leurs membres. C’est ce même critère qui a servi à opérer une distinction au sein des groupements associatifs entre deux formes épurées, présentes dans la réalité sociale concrète sous des nuances les plus variées. Dans  la  mesure  même où  Weber (1992)  faisait de  l’idéal-type un  tableau de pensée homogène devant servir comme moyen de la connaissance, la typologie qui suit (voir l'encart n°2) vise simplement à faire comprendre la transformation, empiriquement constatable sur près d’un siècle, qu’a connu la fédération nationale de voile, en tant que réseau, sur le plan de ses principes de fonctionnement. Une telle épure n’a donc pas d’autre fonction que de fournir un instrument d’intelligibilité des faits historiques permettant de « déterminer dans chaque cas particulier combien la réalité se rapproche ou s’écarte de ce tableau idéal » (Weber, 1992, 173).

14En conséquence, il n’y a pas lieu de rechercher dans une hypothétique correspondance terme à terme entre l’idéal-type de l’organisation de masse et la manière dont est concrètement organisé le réseau fédéral dans la seconde moitié du 20e siècle le fondement de sa validité. Il s’agit plutôt d’apprécier avec quelle intensité les différences qui séparent un type de l’autre permettent d’éclairer les changements affectant ce dernier sur le plan organisationnel  durant  cette  période. On  ne  pourra  pas  non  plus  établir avec  une  grande précision à  quel  moment  dans  le fonctionnement  réel de  la  fédération tel  ou  tel  caractère spécifique de l'organisation de masse l’emporte sur tel autre, qui se laisse rattacher au type d’organisation sélecte, ni dater avec plus d’exactitude quand se produit, sur un plan d’ensemble, le basculement de la fédération nationale de voile vers l’organisation de masse.

La structuration sportive de l’activité en voile légère

  • 6  Archives nationales : versement 19880066. Voir la courbe présentée dans l’article de Lacombe (2003 (...)

15La massification de la pratique de la voile a des répercussions directes sur la FFYV. Le nombre de ses ressortissants croît très fortement en l’espace de deux décennies : si l’on s’en tient aux licences sportives, il est multiplié par deux entre 1951 et 1956, date à laquelle il frôle la barre des 7000. Il dépasse ensuite les 16 000 unités au début des années 1960, puis il passe le cap des 30 000 cinq ans plus tard, et celui des 60 000 en 19706. Cet essor démographique s’accompagne d’une modification considérable de l’organisation fédérale, enclenchée dès la fin des années 1950, bien que ne s’accordant pas avec les vues initiales des dirigeants de l’époque. Il s’agit donc d’une stratégie élaborée sous de fortes contraintes, qui cherche à adapter l’organisation fédérale à des changements non désirés. Ses dirigeants sont, en effet, conduits à mettre en question leur conception sélective et nobiliaire de la pratique du bateau à voile, suite aux pressions multiples auxquelles la fédération s'expose à mesure que son fonctionnement fait appel à des relations d'interdépendance plus nombreuses et plus variées.

Encart n°2 : Idéal-types des modalités d'organisation des fédérations sportives

Encart n°2 : Idéal-types des modalités d'organisation des fédérations sportives
7
  • 8  Sollicitée pour intégrer le  CNPA, la fédération répond, dans un premier temps, par la voix d'Alai (...)
  • 9  Archives nationales : versement 1988066, article 62, Comité des activités de plein air.
  • 10  Le règlement intérieur instaurant ce nouveau comité est voté par l’assemblée générale de la fédéra (...)
  • 11  Sa création est annoncée lors de l'assemblée générale de la fédération le 18 janvier 1970.
  • 12  Archives nationales : versement 1988066, article 2, Assemblée Générale du 17 janvier 1971.

16D'un autre côté, la fédération de yachting est bousculée par l’essor des écoles de voile. Si, initialement, ses dirigeants y prêtent peu d'importance8, ils sont contraints de revoir leur position, suite aux avertissements du Haut-Commissariat, et s'engagent dans des négociations avec elles afin d'envisager les modalités de leur intégration au sein de la FFYV.  Pour autant, ils sont opposés à une représentation autonome du plein air au sein des instances fédérales, ce qui complique leurs relations avec leurs interlocuteurs. Ces derniers expriment leur mécontentement, une première fois, face aux tergiversations du comité directeur de la FFYV, en rompant temporairement ces pourparlers en décembre 19599. Ils le font, une seconde fois, lorsque le plein air est fondu dans un nouveau comité spécialisé chargé de la promotion et de la formation10. Cela se traduit par leur participation, en 1969, à la création d'une Union des Écoles de Voile11. La présence de délégués de la commission fédérale des écoles de voile lors de son assemblée constituante fait craindre au comité directeur de la FFYV que cette nouvelle union soit « une machine de guerre » dirigée contre la fédération. C'est donc parce qu'ils craignent la création d'un organisme concurrent, susceptible de nuire à l'influence de leur groupement et aux bonnes relations qu'il entretient avec l'administration que, finalement, les dirigeants fédéraux acceptent, au début de l'année 1971, que les écoles de voile deviennent des membres à part entière de la FFYV et accèdent à une autonomie de fonctionnement12.

17La bonne marche de la fédération est donc rendue plus complexe par les pressions croissantes qu'exercent sur elle les organismes auxquels son action la lie, plus spécialement l'État qui souhaite encourager le développement massif de la pratique des exercices physiques en établissant des rapports de coopération avec les fédérations nationales afin de mettre en œuvre, par leur truchement, une bonne partie des opérations correspondant à ce programme. À mesure que la FFYV se trouve davantage contrainte par cette relation tutélaire, il devient évident pour ses édiles que le désir de distinction sociale qui avait inspiré à leurs prédécesseurs le dessein de conserver au yachting son caractère confidentiel et son appropriation bourgeoise compromet les chances de la fédération d’exercer un contrôle étroit sur les activités relevant de la navigation à voile. Ils vont, dès lors, chercher à développer sa puissance, au sens de capacité effective à capter des ressources dont l’accumulation est nécessaire à sa perpétuation et à son expansion, en se ralliant à l'idée que le fait de réussir à réunir une grande masse de pratiquants sous sa bannière entre de plain-pied dans ce projet. Cette puissance démographique est, en effet, très convoitée à partir du moment où elle a des effets politiques et économiques : en effet, l’intérêt que suscitent dans la population les exercices physiques qu'elles organisent est un moyen pour les fédérations, à la fois, d'attirer sur elles l'attention de l’État, avec à la clé les subsides qu’il est en mesure de leur accorder, et de se ménager une marge de manœuvre à l'égard de ses interventions, si tant est qu'elles réussissent à convertir cet intérêt populaire en de substantielles recettes propres.

18Néanmoins, cette politique en faveur du plus grand nombre ne conduit nullement les dirigeants de la FFYV à renoncer au rayonnement que leur fédération est à même d'obtenir via le prestige qu’elle retire des grandes compétitions qu’elle organise et des résultats sportifs qu’obtiennent les régatiers français dans les épreuves internationales. C'est ce qui explique que le comité directeur de la fédération décide, dans les années 1960, de prendre en charge l’initiation des néophytes, puis la formation des moniteurs et de concevoir un programme national d’enseignement, tout en réclamant à de multiples reprises l'adaptation de l'instruction dispensée par les moniteurs des écoles aux exigences de la compétition sportive.

  • 13  Archives nationales : versement 1988066, article 2, déclaration d'Alain Cettier à l’A.G du 17 janv (...)

19En fait, la recherche de maximisation démographique n’est pas, jusque-là, une préoccupation en soi qui pourrait guider les décisions du comité directeur. La croissance des effectifs de la fédération ne présente d’intérêt majeur aux yeux de ses dirigeants qu’à la condition qu’elle vienne conforter la place centrale qu’y occupe le sport (Jallat, 2001), ce qui n’est pas pour déplaire aux autorités de l’État. La collaboration que la direction fédérale et le HCJS ont établie pour favoriser la prise en compte des écoles de voile  repose, en effet, sur un accord sans faille quant à la finalité assignée à cette démarche. S’il y a lieu d’encourager l'essor du plein air, ils n’entendent pas que cela se fasse aux dépens des adeptes de la compétition sportive auxquels il revient, de droit, de diriger les fédérations où ils sont rassemblés. C’est ce qu’affirme en 1960 le premier président du comité fédéral du plein air, en s'adossant à la position prise sur ce point par Maurice Herzog : « ce sont les sportifs qui sont qualifiés pour régir, avec le yachting de compétition, le yachting de plein air, de même que ce sont 400 grands skieurs qui régissent le plein air du ski »13. De fait, le compromis trouvé entre les différents protagonistes pour consentir à la création d’un comité de plein air dans la fédération va se faire sur le projet d’« une politique de suite », selon l’expression du représentant du HCJS, le comité fédéral devant organiser le prolongement des stages d’initiation proposés par les associations de plein air afin que les jeunes qu’elles ont formés puissent pratiquer le yachting dans les clubs sportifs de la fédération.

20Dès lors, les dirigeants qui vont se succéder à la tête de la fédération pendant plus de 30 ans vont se donner un double but : encourager la croissance de ses effectifs tout en veillant à ce que ce décollage démographique fournisse à la voile sportive un nombre grandissant de recrues de façon à élargir la base sur laquelle reposent les régates, de plus en plus abondantes, qu’elle organise. Se met donc en place dès le début des années 1970 une rationalisation de l’organisation des activités nautiques qui est clairement subordonnée à leur sportification.

  • 14  Archives nationales : versement 1988066, article 3, Assemblée Générale du 23 janvier 1972, « Contr (...)

21Elle s’accomplit sous les auspices de deux présupposés fondamentaux. Elle trouve, tout d'abord, une impulsion dans un postulat de valeurs portant sur la signification à accorder à la compétition sportive en vue de justifier le bien-fondé de sa pratique. Le contenu de ce postulat reste, le plus souvent, largement implicite en dehors de situations exceptionnelles qui poussent certains protagonistes à formuler ce qui d'habitude prend la forme d'un accord tacite, donc nécessairement flou quant à son objet. Ainsi, au sortir du conflit ayant opposé le comité directeur de la fédération aux représentants des grandes écoles de voile, le premier directeur technique national présente la philosophie qui inspire son action de la manière suivante : « Sans doute, certains esprits enclins au scepticisme et à l’inaction diront que les idées émises dans ce rapport n’ont qu’un but : obtenir des résultats, mais n’est-ce pas là le stimulant de tous les sportifs : progresser, atteindre un niveau de plus en plus élevé et, en définitive, le fondement même de la nature humaine : devenir meilleur en devenant plus fort pour pouvoir mieux remplir sa condition d’homme »14. On ne peut s'empêcher d'établir une filiation entre cette profession de foi et l'Essai de doctrine du sport publié en 1965, qui s'inspirait en partie des préceptes propagés par Pierre de Coubertin. Ce postulat s'articule autour de quelques notions auxquelles est attachée l'idée d'élévation morale, telles que l'entraînement pensé comme l'équivalent du travail, l'endurcissement du corps et de la volonté dans la confrontation aux autres et à soi-même, le progrès des capacités personnelles, la supériorité physique envisagée comme la résultante du mérite, etc. À cet égard, la nouvelle organisation de la fédération est appelée à devenir la matrice dans laquelle doit se fabriquer l'adhésion de ses ressortissants aux valeurs que ses dirigeants nationaux prêtent au sport.

22Cette entreprise rationalisatrice va s'orienter en fonction d'une double conviction : la croyance selon laquelle pour être une puissance sportive de premier plan, une fédération nationale doit pouvoir s’appuyer sur un très grand réservoir de compétiteurs, celle qui veut que l’élite sportive s’extraie de la base en vertu d’une sélection progressive des talents qui s’opère via la nécessité de s’adapter à une concurrence de plus en plus sévère. D’où la complémentarité entre le dessein de la direction fédérale d’agir en faveur de l’excellence sportive et une politique de recrutement massif visant à faire de la régate le but commun à tous les ressortissants de la fédération. Pour arriver à ses fins, le comité directeur va  s'employer à orienter les actions de ceux qui fréquentent ses groupements affiliés (écoles, clubs, ligues) en utilisant à titre de moyens, en fonction d'une sorte de calcul rationnel, des ressources de diverses natures (budget, communication interne, formation, etc.) et en différenciant davantage ses membres, ses championnats, ses supports de navigation et ses lieux de pratique sur la base de catégories abstraites.

23Par exemple, des mesures sont prises afin d’élargir la base de la voile sportive. Une grande partie d’entre elles s’adresse aux classes démographiques qui connaissent un boom au cours des décennies d’après-guerre. L’éventail des âges concernés par la compétition est ainsi peu à peu étendu aux adolescents puis aux enfants. Dans la première moitié des années 1960, des classements spécifiques sont établis pour les catégories d'âge, junior et cadet, tandis que, quelques années plus tard, l’Optimist est choisi comme le bateau d’initiation sportive destiné aux plus jeunes (8-14 ans). Dans la foulée, il servira de base à l'organisation d'épreuves de niveau national, destinées à une nouvelle catégorie d'âge : les minimes (12-14 ans). En cohérence avec les actions précédentes, une régionalisation de l’organisation sportive est lancée en 1967. Des moyens sont confiés aux ligues régionales pour assurer la formation du plus grand nombre de jeunes régatiers, dans l’idée d’intercaler un niveau intermédiaire entre l’initiation et l’élite nationale. À partir de la seconde moitié des années 1960, chaque ligue est peu à peu dotée d’un conseiller technique régional, fonctionnaire d’État détaché au sein d’un groupement sportif, chargé de superviser les stages se déroulant dans les tout nouveaux centres fédéraux de perfectionnement et d’entraînement, destinés aux meilleurs éléments des catégories cadets, juniors et espoirs. Cette politique de perfectionnement systématique des licenciés au niveau régional s'intensifie dans les années 1970 en s'élargissant aux tranches d'âge inférieur, aux féminines et aux entraîneurs de club. Un peu avant, les premiers championnats régionaux en dériveurs sont lancés puis interconnectés en 1969 dans le cadre d’un classement national des coureurs, dont le mode de construction vise à concilier les exigences auxquelles la FFYV tente de satisfaire simultanément : le renouvellement de l'élite nationale d’un côté, la participation du plus grand nombre aux compétitions, de l’autre.

  • 15  Les quatre personnes concernées ont fait leur entrée, pour la première fois, dans un club de voile (...)

24De cette politique d’extension du yachting, la possibilité offerte aux navigateurs sans bateau de prolonger leur activité au-delà du stade de l’instruction élémentaire dispensée par les écoles de voile n’est pas le moindre des effets. Les témoignages apportés par quelques pratiquants ayant débuté la voile à cette époque attestent que les clubs dans lesquels les propriétaires de dériveurs, en nombre croissant, sont en quête d’équipiers opérationnels offrent aux stagiaires bien exercés ou à ceux y officiant comme moniteurs l’opportunité d’accéder aux épreuves sportives, ce qui permet aux premiers d’y être représentés et à la fédération de faire vivre ses championnats. Ceci dit, cette organisation reste encore fondée sur une économie patrimoniale : il est probable que l’activité sportive des équipiers repose, jusque tard dans les années 1970, sur le patronage financier que leur assurent leurs barreurs, ces derniers mettant à leur disposition leurs biens personnels et, plus largement, leur puissance pécuniaire en échange de la disponibilité et du savoir-faire que leur apportent les premiers15.

25Concomitamment, un traitement spécifique commence à être réservé aux meilleurs régatiers du fait de l’intervention financière de l’État qui marque le début de la mise en place d’une économie mixte. Grâce aux fonds publics dont elle bénéficie, la fédération peut leur allouer, dès le début des années 1960, des moyens (bourses, entraîneurs nationaux, bateaux, stages, bases, etc.) allant dans le sens d’une adéquation avec l’objectif d’atteindre l’excellence sportive. Cette différenciation débouche en 1974 sur la création d’un statut spécial de coureur en préparation olympique et l’ouverture, un an après, des premières sections Sport-études dans quelques lycées. Se met donc en place une structure pyramidale complexe, que la fédération nationale mettra du temps à pouvoir appliquer à la planche à voile.

Une nouvelle extension de l'organisation sportive

26La planche à voile arrive en France au début des années 1970. Pendant plus de cinq ans, de multiples rassemblements de planchistes voient le jour sans que la Fédération Française de Voile n’exerce sur leurs organisateurs un quelconque ascendant. C’est le début d’une période d’effervescence créatrice durant laquelle ces manifestations nautiques revêtent des formes originales assez éloignées de celles qui découlent des règlements fédéraux régissant les régates en dériveur (Jallat, 2001). Néanmoins, la fédération parvient à prendre le contrôle de la planche à voile peu après qu’une commission ad hoc ait été constituée en décembre 1977. On ne s’attardera pas sur la stratégie qui lui a permis de recouvrer une bonne partie de son autorité en la  matière. Denis Jallat (2003) l’a étudiée en détail. Seules les conséquences de cette main-mise en termes d’organisation nous importent.

  • 16  Archives nationales : versement 1988066, article 62, Activités sportives de base (1980-1983).
  • 17  Entretien du 1er décembre 2001 avec un conseiller technique, salarié d’un comité départemental de (...)

27Les transformations organisationnelles qui s'en suivent s'inscrivent dans la poursuite de la politique de sportification de la voile légère, qui conduit les dirigeants fédéraux à se donner les moyens de conjuguer la constitution d’un large réservoir de talents et la production d’une élite capable de rivaliser avec les meilleures nations. En planche à voile, cette politique se traduit à partir de la fin des années 1970 par une extension de la compétition sportive dans trois directions : sur le plan du découpage des regroupements de coureurs qui s’affine, aboutissant en l'espace de dix ans à une multiplication de catégories d’âge et de sexe auxquelles sont réservées des épreuves ou, à défaut, des classements séparés, sur le plan des supports avec le démarrage en 1984 d’une activité fédérale en Fun-Board, sur le plan territorial avec la pénétration des départements et des régions, dont les responsables reçoivent pour mission d'élaborer des programmes d’épreuves décentralisés dans le but de créer « une passerelle solide entre les écoles [de voile] et les clubs pour favoriser ceux qui veulent s’engager physiquement et effectivement dans le sport »16. Impulsée entre 1979 et 1984, cette dernière opération est prise en main par le nouveau secteur fédéral des Activités Sportives de Base qui s'inscrit dans la politique de "Sport pour Tous" engagée par le Ministère. Elle se concrétise par la continuité des activités d’initiation et d'entraînement dans les écoles de sports fraîchement créées pour répondre à l’objectif de massification sportive que les partisans d’une pratique tournée vers la compétition estiment ne pouvoir atteindre via les écoles de voile. Les moyens retenus sont, d'une part, le fonctionnement de bases nautiques toute l’année, grâce à leur dotation en matériel collectif standard et à l’intervention d’un moniteur qualifié, éventuellement salarié, dispensant un enseignement plus formalisé, et, d'autre part, la coopération interclubs aboutissant à la réunion d’une série d’épreuves dans un même championnat local, pourvu de formes de compétition adaptées et de règles simplifiées17. En bref, une partie des clubs et des organes intermédiaires de la fédération tend à se transformer en entreprises bureaucratiques, au sens de Weber (1971), en raison de la généralisation d’une économie mixte jusque-là circonscrite au Haut Niveau : ils se dotent d’une direction administrative à caractère continu, agissant en finalité, et d’un personnel d’exécution, disposant des mêmes caractères, qui est chargé de veiller à ce que leurs associations atteignent les objectifs sportifs qui leur ont été fixés en termes de performance et d’effectifs.

  • 18  Guide Planche à voile 1992, Schéma de structuration sportive, p.66.
  • 19  Guide Planche à voile 1982, Le Haut niveau, p.4.

28Le processus de rationalisation sportive de l’organisation de l'activité nautique pousse, au fil d'ajustements divers et variés, à une hiérarchisation des unités d’accueil des licenciés, lesquelles reçoivent des fonctions différenciées au regard de la double finalité que les dirigeants fédéraux se sont assignée. À l’échelle du département, il y a deux priorités. Auprès des plus jeunes, l’accent est mis sur le recrutement des participants et leur socialisation en tant que compétiteurs : « A la base, l’école de sport en Monotypie de Ligue (...) permet l’accueil de très jeunes sportifs (autour de dix ans) et de jeunes adolescents pour qu’ils découvrent la pratique sportive en PAV sur du matériel collectif de qualité, peu onéreux »18. S'agissant des sportifs ordinaires ayant dépassé l’âge de fréquenter les écoles de sport, il convient de les retenir au sein des circuits de compétitions en leur proposant des championnats allégés afin de leur permettre de mieux négocier les contraintes qui s’exercent sur leur emploi du temps. Aux niveaux supérieurs de cette structure, la détection et la préparation des coureurs jugés prometteurs prennent une importance grandissante. En planche à voile, des régates sélectives sont mises en place au niveau inter-ligues en 1982, tandis que des conseillers techniques régionaux organisent des stages à l'intention des meilleurs sportifs de ce niveau. Par la suite, d'autres dispositifs (sélections départementales, centres départementaux d’entraînement, sélections régionales, pôles Espoirs, etc.) complètent ce niveau charnière assurant l'orientation, par paliers successifs, d'un nombre de plus en plus réduit de coureurs vers le secteur du Haut Niveau soutenu par l'État. Car, en effet, dès 1982 le Ministère des sports a accepté d'inscrire sur la liste des sportifs de Haut Niveau les meilleurs planchistes français, qui peuvent dès lors bénéficier des moyens dont disposent les centres permanents d’entraînement qui leur sont dédiés et les équipes de France, pour se consacrer quasi-exclusivement à la préparation des épreuves sportives nationales et  internationales19.

29En résumé, tout au long de ces années les instances nationales de la fédération, relayées ou devancées dans les ligues régionales, mettent en place à l’intention de leurs adhérents un itinéraire canonique de pratique (Chevalier, 1998), dont la fonction est d’orienter les parcours des pratiquants de façon à ce que ceux-ci fréquentent assidûment les épreuves fédérales, franchissent en nombre suffisant les paliers successifs qui conduisent à l’excellence sportive ou, à défaut, restent le plus longtemps possible au sein des circuits de compétitions.

La fonction économique des écoles de voile

  • 20  Archives nationales : versement 19880066, article 4, A.G des 24 janvier 1976 et 20 février 1977.

30Le comité directeur de la FFYV a donc mis au point, dans les années 1960, une stratégie afin d’éviter que les écoles de voile n’échappent durablement à son contrôle. Cette reprise en main est passée par la définition d’une instruction nautique standard qui n’aurait pas pu être imposée aux associations locales avec un tel succès si elle n’avait bénéficié du concours de l’État. C’est en 1962 que le comité directeur amorce cette tentative de normalisation : il réfléchit à une charte pédagogique destinée aux moniteurs bénévoles et projette la même année d’uniformiser leur formation et leurs méthodes d’enseignement. Cette disposition est complétée en 1967 par un examen prenant la forme d’un brevet, le CAEV. Le contrôle fédéral s’exerce aussi sur les unités de base : l’appellation « école de voile » est encadrée et une procédure d’homologation est créée en même temps, ce dispositif étant rendu attractif par la décision du HCJS d’établir une équivalence entre l’homologation fédérale et l’agrément administratif, sachant que l’obtention de ce dernier est nécessaire pour bénéficier des subventions de l'administration. C’est donc dans un cadre que la fédération veut homogène que les écoles de voile prennent leur essor. D’ailleurs, leur multiplication au sein des clubs est telle qu’elle entraîne leur banalisation. La distinction, si nette au début, entre écoles et clubs se brouille jusqu’à ce que cette césure cesse d’être opérante dans les années 1980. Le terme "école de voile" finit par désigner une activité spéciale menée au sein des clubs et non plus une association d’un genre particulier. Avant d’en arriver là, les écoles pèsent déjà lourd dans la vie fédérale. En 1975, on dénombre 198 écoles homologuées et plus de 93 000 élèves tandis que les licences délivrées par les écoles comptent pour 42% du total en 197620. Ont-elles, pour autant, contribué au renforcement souhaité des effectifs sportifs ?

  • 21  On en trouve la trace dans les procès-verbaux des assemblées générales de 1971 et de 1972, au cour (...)
  • 22  Séminaire département développement du 8 au 13 mars 1999 à Aillon-le-Jeune.

31Présent dès la création du comité fédéral de plein air, le dessein de faire des écoles de voile un marchepied vers la compétition sportive est réaffirmé durant toutes les années 1960. Cette volonté ne semble pas faiblir durant les années 1970. Des plaintes sont régulièrement exprimées lors des réunions des instances fédérales, parfois par le président lui-même, pour dénoncer la désaffection qui frappe la compétition et regretter que si peu d’élèves des écoles poursuivent en club pour s‘exercer à la voile sportive, signalant ainsi l’échec de "la politique de suite" dessinée en 196021. Elles s’accompagnent de résolutions préconisant l’installation de passerelles entre les écoles et les clubs. Ces réflexions pousseront la fédération à généraliser dans les années 1980 l'implantation des écoles de sport dans les clubs dans le cadre de sa politique de multiplication des "Activités Sportives de Base". Cela n’évitera pas à son département développement de reposer le problème dans les mêmes termes entre 1998 et 2001 et de proposer des solutions assez proches de celles avancées par ses prédécesseurs. Celui-ci est, ainsi, porté à réaffirmer l'objectif, maintes fois martelé, de « favoriser la pratique sportive dans les EFV », et assure dans le même temps que « un groupe "compétition" est à créer avec un moniteur spécifiquement adapté à ce type de groupe »22. Ce constat d'échec n’est pas banal sachant que l’acceptation des écoles de voile au sein de la fédération était subordonnée à leur capacité à remplir la fonction de propédeutique sportive qui leur était assignée. Celle-ci légitimait leur existence parce qu’elle ménageait aux dirigeants nationaux l’espoir de préserver l’unité de la fédération autour du goût partagé pour la compétition.

32On peut alors se demander ce qui a motivé les coalitions successives qui ont dirigé la fédération à garder des écoles qui s’accordaient si peu à leurs plans initiaux. Indépendamment du refus de la tendance plein air de dispenser une pédagogie totalement inféodée à une mission d’initiation sportive, la pérennité des écoles de voile au sein de la fédération ne s’expliquerait-elle pas par le fait qu’une autre fonction est venue, petit à petit, doubler l’utilité sportive qui leur avait été initialement attribuée par les équipes dirigeantes ?

  • 23  « Aux Glénan, deux jours durant, l’Union nautique Finistérienne a confirmé son intention d’assurer (...)

33En fait, si l’on revient aux sources de cette histoire, on trouve des écoles pour qui la dimension sociale de leur projet allait de pair avec un volet économique assumé comme tel. Ainsi, la dizaine d’associations qui se rassemblent au sein de l’Union pour le Développement du Nautisme en Finistère le 4 décembre 1960 se donnent-elles pour but de « faciliter l’accession du plus grand nombre et plus particulièrement des jeunes, à la pratique des activités nautiques et, par-là, de concourir au développement d’un tourisme nautique dans le Département »23. Si cette union bénéficie dès sa création de l’appui du Conseil Général, l’initiative en revient à plusieurs membres de l’exécutif départemental qui sont persuadés que l’essor des écoles de voile peut contribuer à l’expansion économique du Finistère. C’est ce qui a conduit les autorités politiques de ce département à financer tous les ans les centres nautiques pour leur permettre de faire face aux dépenses nécessaires à l’agrandissement de leur flottille, à l’aménagement de leurs locaux et à l’embauche de moniteurs. On peut ainsi imaginer que dès le début des années 1960 il devait se trouver, ici et là, quelques moniteurs rétribués pour faire fonctionner des bases nautiques, probablement de façon plus saisonnière que permanente. Toutefois, la supériorité morale qu'on a longtemps attribuée au bénévolat, au motif qu'il était associé dans les esprits au désintéressement et au don de soi, sur le professionnalisme soupçonné d’être l’apanage de mercenaires égoïstes, a dû constituer, indépendamment de toute considération économique, un frein à l’embauche de salariés.

34Le relâchement de cette contrainte morale doit pouvoir être situé dans le courant des années 1980 si l’on tient compte de quelques points de repère : l’abandon officiel de l’amateurisme en 1981 aux Jeux Olympiques, l’adoption d’une gestion managériale par le Comité International Olympique dès 1984 (Bourg et Gouguet, 2005) puis, en France, par le Comité National Olympique et Sportif Français soucieux d’aider les associations à rationaliser leur fonctionnement économique (Chantelat, 2001), et enfin les politiques nationales d’aide à l’emploi lancées en direction des associations sportives au début des années 1990.

  • 24  Témoignant de cette inquiétude, un courrier est adressé par le nouveau président de la fédération (...)

35Ce virage semble être pris dans la première moitié des années 1980 par la fédération nationale de voile au moment où son équipe dirigeante s'inquiète des initiatives qui se sont multipliées les années précédentes, pour organiser, en dehors de tout contrôle fédéral, des manifestations nautiques à l'intention du grand public (Jallat, 2001). L'effet déstabilisant de ces événements est amplifié par l'incertitude qui entoure les intentions du nouveau gouvernement qui vient d'être formé en mai 1981. En effet, le nouveau découpage des attributions ministérielles, instauré par la création d'un Ministère du Temps Libre, et la résurgence du Comité National du Plein Air font craindre aux dirigeants de la FFV que l'État n'aille trouver d'autres interlocuteurs pour aider au développement de la voile sous ses formes extra-sportives24. Bref, ils redoutent de voir durablement s'installer aux côtés de la fédération des organisateurs concurrents menaçant directement ses intérêts (sa représentativité auprès des organismes publics et privés intéressés par la voile, son audience auprès du public cherchant à pratiquer, les moyens mis à sa disposition, etc.).  

  • 25  Archives nationales : versement 19880066, article 62, Comité des activités de plein air.
  • 26 Archives nationales : versement 20020479, article 1, Rapport des secteurs, départements et commissi (...)
  • 27  Ce nombre est évoqué par le président de la FFV lors du congrès fédéral qui se tient les 13 et 14 (...)

36Dans une note adressée à son président le 29 août 1981, le directeur technique national résume le problème auquel sont confrontés à ce moment-là les dirigeants de la FFV : « Souhaitons-nous devenir la  Fédération Française des régates ou voulons-nous répondre à toutes les demandes en voile ?»25. Ceux-ci penchent d'emblée pour la deuxième option : ils se lancent dans une politique d'ouverture tous azimuts, que leurs successeurs vont s'efforcer de poursuivre les mandats suivants, afin d'éviter que d'autres groupements ne s'engouffrent dans le vide que pourrait laisser la fédération : « ce que nous ne ferions pas, d'autres le feraient à notre place », lit-on dans le bilan du département voile-loisir pour l'année 198726.Cette politique s'adresse, d'une part, au grand public via la coordination, au niveau du centre fédéral, d'activités extra-sportives destinées à réduire l'écart entre les effectifs de licenciés que compte la fédération et le nombre, estimé à 2,5 millions, de pratiquants de la voile en France27, et, d'autre part, aux athlètes en quête de professionnalisation via l'aide apportée à la mise en place d'un circuit de compétitions leur donnant la possibilité de tirer de leur activité sportive des gains financiers. Dans les deux cas, l'équipe de direction prend bien soin d'établir des partenariats avec tous ceux qui sont intéressés au développement de la pratique de la voile en France, plutôt que de les laisser agir seuls au risque de les voir empiéter sur son pré carré.

  • 28  Archives nationales : versement 20020479, article 15, rapport moral du président pour l'année 1985 (...)

37Toutefois, l'accroissement de la représentativité de la fédération n'est pas le seul objectif qui préside à cette politique d'ouverture. Celle-ci est également mue par des visées économiques dont l'importance est affirmée dès 1981, et rappelée à de nombreuses reprises par la suite : il s'agit d' « assurer à la fédération les rentrées de fonds propres indispensables à son fonctionnement »28. Cette vision économique se systématise de façon telle que les problèmes, les opportunités, les contraintes, les enjeux auxquels doit faire face la direction fédérale tendent à être formulés dans un langage  entrepreneurial : désormais, la voile sous ses formes extra-sportives est envisagée comme une réalité économique, sur la base d'un schéma intellectuel assimilant l'éventail des exercices physiques proposés par le réseau fédéral à une offre de services devant s'ajuster à une demande évolutive, que les participants du congrès fédéral d'octobre 1984 n'hésitent d'ailleurs pas à comparer  aux fluctuations du marché.

  • 29  Assemblée Générale de la Ligue de Bretagne de Voile du 4 février 1995.
  • 30  Assemblée Générale de la Ligue de Bretagne de Voile du 16 février 1996.
  • 31  Rapport d'activité des affaires générales, Assemblée Générale de la FFV des 22 et 23 janvier 2000.

38Les dirigeants vont trouver dans la pensée managériale non seulement un vocabulaire ad hoc mais aussi des procédures de gestion nouvelles. Celle-ci alimente en particulier une volonté de professionnalisation des associations qui sont incitées à se doter d’un personnel permanent, salarié et qualifié, pour être en état de délivrer des services de qualité à des ressortissants qui sont davantage considérés comme des clients consommant une prestation clé en main que comme des adhérents contribuant à la vie associative. Ce projet rencontre un écho favorable auprès des pouvoirs publics qui vont encourager la transformation des associations sportives en entreprises associatives marchandes, non pas en rendant solvables les ménages, comme dans le cas du tourisme associatif (Hély, 2009), mais en subventionnant les groupements concernés afin de leur rendre supportable l’embauche de salariés : cela se fera dans le cadre du 11e Plan État-Région29 lancé en 1994, grâce aux conventions d’objectifs signées entre la fédération et le Ministère de la Jeunesse et des Sports et au Plan Sport-Emploi créé en 199630, par le biais de la convention emploi-jeunes signée entre ce même ministère et le CNOSF en décembre 199831, ainsi que par le truchement des mesures prises par certaines collectivités territoriales pour alléger les cotisations patronales des associations employeurs.

  • 32  Pour le CNG, voir Féletin C. (2005). Hélène Vianney. L'instinct de résistance de l'Occupation à l' (...)

39Cette métamorphose du fonctionnement associatif est frappante, sachant que la démarche qui inspirait les fondateurs des écoles de voile qui ont éclos après-guerre était de nature militante. Outre leur engagement en faveur de l'accessibilité de la voile au plus grand nombre, les dirigeants des grandes associations de plein air qui intègrent la FFYV en 1961 affirment poursuivre un objectif de formation physique et morale au regard duquel la navigation en mer est présentée comme un prétexte à une meilleure connaissance de soi-même, des autres et du milieu marin, à l'expérience du don de soi et de la solidarité, à l'apprentissage de la prise de responsabilités et de la vie démocratique32. Or, pour ceux qui s'occupent des écoles de voile au sein de la direction de la fédération dans les années 1980, la démarche marketing a clairement pris le pas sur ces considérations éthiques.

  • 33  Rapport moral du président, Assemblée Générale de la FFV du 20 mars 2004, p.6.

40D'une manière générale, cette nouvelle démarche se traduit de trois façons.  On  note, d'une part, la multiplication des titres de participation (licence école, carte voile, assurance journalière, licence temporaire) instaurant un lien entre leurs bénéficiaires et la fédération en dehors de toute participation aux compétitions officielles, ceci afin d'augmenter le nombre de ses licenciés et d'accroître ses ressources financières. On observe, d'autre part, la création d'une gamme de services s'inscrivant dans une logique économique. Fondé en 1985 pour renforcer le contrôle que la direction fédérale souhaite exercer sur la qualité des prestations assurées par ses groupements affiliés, le réseau national des « Écoles Françaises de Voile » (EFV) est transformé en label l'année suivante, puis devient une marque déposée auprès de l’Institut National de la Protection Industrielle en 1987. Les Points Plage sont également emblématiques de cette tendance. Expérimentés en Bretagne depuis 1991, ils sont étendus à l'ensemble du territoire national en 1999 dans le « souci de répondre aux besoins, aux attentes des milliers d'anciens stagiaires, que nous avons initiés à la pratique de la voile légère, et qui ne souhaitent pas tous acheter une planche à voile, un dériveur, un cata, mais louer (…) le support de leur choix » 33. Dans ce cas, il faut noter que les bénéficiaires sont liés à leur interlocuteur par un contrat commercial, par lequel celui-ci s'engage à leur délivrer des prestations types contre le paiement d'un tarif à l'unité ou au forfait. Cela fait d'eux des clients et non les adhérents d'une quelconque association. Enfin, on voit la direction fédérale se doter d'une technostructure à forte valence managériale, dont l'activité se rapproche de la gestion d'entreprise : conception et coordination de la communication interne, de la publicité et de la promotion, relative standardisation des méthodes de travail et des services produits, aide aux composantes en matière d'achats, de commercialisation, de gestion et de formation, audits qualité, contrôle de gestion et élaboration de tableaux de bord, etc..

  • 34  Un club des fournisseurs est créé en 1971 par la direction fédérale à l'intention des entreprises (...)
  • 35  Archives nationales : versement  20020479, article. 4, Assemblée Générale du samedi 27 mars 1993.

41En concordance avec cette nouvelle orientation, la direction fédérale s’assure des rentrées d’argent supplémentaires en signant, à partir du début des années 1980, des contrats de sponsoring34 avec de grandes entreprises capitalistes, les sommes apportées ne constituant toutefois qu'une petite partie des recettes de la fédération au vu d'un sondage effectué dans ses comptes pour la période comprise entre 1980 et 2005 (voir tableau 1). Celles-ci ne viennent pas seulement associer leur nom aux compétitions organisées par la fédération et à la réussite sportive de son élite, elles sont aussi attirées par le succès rencontré par les autres activités nautiques que celle-là coordonne, à telle enseigne que le réseau des EFV dispose de son propre sponsor depuis 199235. Au fil des ans, l'éclectisme est donc devenu la ligne officielle de la direction fédérale. Il constitue l'assise d'un projet économique qui la conduit à se structurer à partir de l'an 2000 autour de trois directions, dont un pôle commercial qui prend brièvement la forme d'une filiale ayant le statut juridique d'entreprise à responsabilité limitée.

Tableau 1 : Part du sponsoring dans les recettes de la FFV entre 1980 et 2005 (en %)

Année

1980

1981

1982

1985

1986

1987

1991

1992

1993

%

0,6

2,2

4,4

6,9

4,9

5,1

7,7

7,2

5,6

Année

1998

1999

2000

2003

2004

2005

%

3,9

4,6

7,0

15,2

14,4

13,4

  • 36  AMNYOS (2001). Étude relative à l’opportunité de la création d’un brevet professionnel spécialité (...)

42Sur cette période, de nombreux emplois ont été créés dans le réseau fédéral36. Un cabinet spécialisé estimait qu'en l'an 2000 entre 65%  et 75% des 1150 composantes affiliées à la FFV employaient au moins un salarié permanent. Il évaluait le nombre total de ces postes à 7900, dont 1900 étaient des emplois permanents à temps plein. L’accroissement de l’activité salariée semble avoir été particulièrement soutenu entre 1995 et l’an 2000, le volume d’emplois ayant crû de 1400 postes. L'essentiel de cette hausse est imputé aux emplois affectés à l'organisation, à l'encadrement et à l'animation des activités nautiques, lesquels atteignaient un total compris entre 7000 et 7500 personnes, dont 1350 emplois permanents.

  • 37  Une étude réalisée en 1995 sur le chiffre d’affaires des centres de voile bretons a établi que 66% (...)
  • 38  Assemblée générale de la FFV du samedi 20 mars 2004. Rapport moral du président et du bureau fédér (...)
  • 39  «Les écoles françaises adoptent de nouveaux contenus pédagogiques», La lettre de l'économie du spo (...)

43Depuis le milieu des années 1980, on assiste donc à une rationalisation économique du fonctionnement de la fédération, qui doit certainement toucher bon nombre de ses unités de base. Elle repose sur un calcul monétaire consistant à allouer des moyens au développement d'activités marchandes, dont la direction fédérale et ses organes déconcentrés espèrent retirer des revenus complémentaires leur permettant de dégager une marge bénéficiaire. Comme l’avance Loirand (2003), ce changement entretient un rapport étroit avec la rationalisation sportive que les clubs ont appliquée à leur organisation : le recrutement d’un personnel salarié pour encadrer les séances sur l’eau tient à la volonté des dirigeants locaux d’assurer la continuité de l’activité économique de leurs groupements associatifs et de faciliter, par-là même, le renforcement des fonctions sportives qui leur étaient déjà dévolues. On peut ainsi expliquer que l’extension des activités nautiques proposées par les clubs à des pratiques non-compétitives a été d'autant mieux acceptée au niveau fédéral qu’elle était rendue nécessaire par la double ambition que les équipes dirigeantes ont attribuée à leur politique sportive. En effet, la disponibilité permanente de moniteurs et d’entraîneurs pour encadrer les séances sportives n’était possible qu’à la condition de trouver de nouvelles sources de financement permettant d’assurer la reproduction de leurs postes. Or, comme cela a été constaté ailleurs (Viallon, 2001 ; Waser, 1992), ce sont les activités extra-sportives qui ont fourni l’essentiel de ce financement aux clubs de voile37. En 2004, le président de la fédération l'assume d'ailleurs ouvertement : « La voile sportive de compétition, de son côté, pour continuer à vivre et à se développer, a besoin de cette dimension économique qui est en capacité de mettre à sa disposition, dans des conditions privilégiées, le matériel, l'encadrement, l'infrastructure nécessaire à son bon fonctionnement »38. Dans le même temps, cette réorganisation est allée de pair avec une remise en cause des présupposés sur lesquels reposait la politique sportive de la fédération depuis les années 1960. En 2005, ni les championnats locaux, ni les écoles de voile ne sont encore assimilés à un réservoir d'où devrait sortir l'élite sportive du futur. On comprend alors pourquoi les réflexions menées par le département développement au début des années 2000 n’ont pas abouti à une refonte complète des standards pédagogiques des EFV. En 2004, la direction fédérale s'est contentée d’ajouter aux formules existantes, remaniées sous la forme d’un volet "sensation" et d’un volet "exploration", une option d’initiation sportive au lieu de remplacer purement et simplement celles-ci par celle-là39.

  • 40  Interview d'un Conseiller Technique Sportif auprès d’un organe déconcentré de la FFV, le 17 octobr (...)

44Néanmoins, cette conversion à la gestion managériale n’est pas allée sans attiser des tensions entre le projet associatif, qui fournit sa raison d’être au groupement national, et la fonction économique que sa direction a accepté d’assumer. Si cette tension est consubstantielle aux entreprises associatives (Hély, 2009), elle a pris, dans le cas présent, un tour particulier puisqu’elle est doublement orientée. On note, en premier lieu, une tendance à la disjonction entre le projet sportif et la fonction économique des clubs, certains clubs employeurs étant tentés de privilégier les activités économiques les plus lucratives aux dépens de l’animation sportive40, et ce au grand dam des organes intermédiaires de la fédération (ligues, comités départementaux) qui s’efforcent de dynamiser l'activité sportive sur leur territoire. On décèle, en second lieu, une tendance à l’inversion des rapports entre le projet social de « démocratisation de la voile » que portait l'ouverture de la fédération au plein air et l’activité économique des clubs, la massification de la pratique et la diversification du public devenant un passage obligé pour générer des ressources financières et conserver des emplois.

Conclusion

45Au sortir de cette présentation historique, il est raisonnable d’affirmer que les transformations qui ont affecté la fédération nationale de voile entre 1945 et 2005 ont, généralement, effacé en elle les traits stylisés de l’organisation sélecte de loisir qui décrivaient encore assez justement son fonctionnement dans les années d’après-guerre, pour la rapprocher très nettement de l’idéal-type de l’organisation de masse. Ces transformations ont pris, en partie seulement, l’allure d’un processus de rationalisation sportive de son organisation.

46Au nombre des changements les plus significatifs intervenus dans cette période, il faut mentionner, en premier lieu, la pleine ouverture des associations de base, la priorité donnée au recrutement massif de pratiquants supposant une entrée libre sans condition restrictive, si ce n’est la capacité pécuniaire à payer une cotisation ou un service dont le montant a pu, dans certains cas, rester dissuasif. Vient, en second lieu, la bureaucratisation des associations : elle désigne, d’une part, une répartition des rôles entre des bénévoles, exerçant des fonctions de représentation et de coordination, et du personnel qualifié et appointé pour délivrer de manière continue des prestations combinant, à des degrés divers, une spécialisation technique et une spécification technique (Weber, 1971). Elle consiste, d’autre part, en la primauté accordée à la règle dans l’exercice de l’autorité. A quelque endroit qu’ils se trouvent dans le réseau fédéral, les agents se déterminent au regard des dispositions inscrites dans des règlements statutaires, qu’ils soient parties prenantes, à un titre ou à un autre, de l'activité  d’organisation de la pratique ou simples participants.

47Bien entendu, ce glissement vers l’organisation de masse ne s’est pas fait sans nuances ni originalité. En effet, la mise en place d’un fonctionnement permanent conçu pour recevoir du public en grand nombre s’est faite grâce aux fonds publics qu’ont bien voulu apporter l’État et les collectivités territoriales, complétés par les libéralités de quelques sponsors, eu égard au vif intérêt que les directions de ces entités accordent à la performance sportive  mais pas seulement à elle ; quelques pratiques extra-sportives ont également bénéficié de l’aide publique au titre du bien-être qu’elles sont censées apporter à la population et de leur contribution potentielle au développement économique des territoires.

48Ce processus de rationalisation n’a donc pas réussi à doter la fédération nationale d’une organisation de masse exclusivement sportive, comme l’illustre fort bien le devenir des écoles de voile. Les tensions suscitées par la difficulté à faire tenir ensemble de façon cohérente des activités mues par des logiques aussi divergentes que le sport et le plein air ont donné naissance à deux stratégies différentes que l’on fera correspondre aux deux modes d’intégration auxquels se réfèrent Jobert et Muller (1987) dans leurs travaux portant sur l'action publique, faisant ainsi écho à l'opposition tracée par Durkheim (1893) entre solidarité organique et solidarité mécanique. Entre la fin des années 1950 et la fin des années 1970, les dirigeants fédéraux ont d’abord tablé sur l’intégration sociale du plein air : il s’agissait de lui donner une légitimité en proposant aux élèves des écoles de voile la compétition comme modèle de pratique exemplaire à imiter, étant entendu qu’améliorer ses qualités de régatier était alors la seule façon pour un amateur de voile d’accroître ses chances d’accéder au statut de pratiquant accompli. Ils pensaient ainsi pouvoir préserver la cohésion de la fédération construite autour de l’ordre sportif, la compétition fournissant les valeurs et les symboles au travers desquels chacun devait s’identifier et reconnaître ses partenaires de club tout autant que ses adversaires comme des semblables. Dans la première moitié des années 1980, les dirigeants ont commencé à changer de stratégie en misant sur l’intégration systémique du plein air, la nouvelle division du travail qui a conduit les différentes parties de la fédération, du centre jusqu'aux unités de base, à favoriser l’essor des activités extra-sportives, agissant dès lors comme une forme de régulation du réseau fédéral. Les rapports entre composants ont été modifiés et, par suite, les fonctions qu’ils exerçaient les uns pour les autres, si bien que des éléments qui étaient auparavant séparés – les écoles de voile et les clubs sportifs – et perçus comme opposés ont été réunis dans les mêmes établissements et tenus pour complémentaires. En effet, les écoles ont apporté aux clubs de substantielles recettes complémentaires qui leur ont permis de coordonner, de façon continue, une activité sportive se déployant dans un cadre élargi. A ce titre, elles ne procèdent pas des rapports capitalistes de production mais s’inscrivent dans une économie  matériellement rationnelle en finalité puisque le volume monétaire ainsi accumulé n’est pas évalué pour lui-même mais pour ce qu'il permet de faire.

Haut de page

Bibliographie

AUGUSTIN, J.-P. (1995), « Socoa et le Yatch-club basque : berceau des écoles de voile (1935-1965) », in Arnaud P. et Terret. T. (dir.), Éducation et politiques sportives XIX e-XXe siècles, Paris, Éditions du CTHS, p. 235-242.

AUGUSTIN, J.-P. (2005), « Le nautisme en Aquitaine : De la diversité du littoral à la diversité de pratiques », in Bernard N. (dir.), Le nautisme. Acteurs, pratiques et territoires. Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 151-165.

BERTHO LAVENIR C. (2001). Camper en 1900. De l’ascèse laïque au loisir élégant. Ethnologie française, vol.37, n°2, p. 631-640.

BEUNARD, B. (1996), « La plaisance et les régates à Marseille au 19e siècle. Histoire locale d’une pratique sportive » in Terret T. (dir.), Histoire des sports, Paris, L’Harmattan, p. 219-235.

BOURG, J.-F et GOUGUET, J.-J. (2005), Économie du sport, Paris, La Découverte.

BRETIN, K. (2002), « Avènement des sports nautiques à Chalon-sur-Saône (1877-1960). La modernisation de la société à la rencontre des traditions », Science & Motricité, vol. 45, n°1, p. 67-84.

CHANTELAT, P. (2001), La professionnalisation des organisations sportives, Paris, L’Harmattan.

CHEVALIER, V. (1998), « Pratiques culturelles et carrières d’amateurs : le cas des parcours des cavaliers dans les clubs d’équitation », Sociétés contemporaines, n° 29, p. 27-41.

COLLIOT-THELENE, C. (2006), La sociologie de Max Weber, Paris, La Découverte.

DEFRANCE, J. (1985), « La course libre ou le monde athlétique renversé. Sociologie des représentations collectives de deux variantes de la course à pied », Travaux et recherches en EPS. Histoire sociale des pratiques sportives, vol. 8, p. 128-136.

DEFRANCE, J. (1995).« L'autonomisation du champ sportif. 1890-1970 ». Sociologie et sociétés, vol. 27, p. 15-31.

DEFRANCE, J. (2000).«La politique de l'apolitisme. Sur l'autonomisation du champ sportif», Politix,  n°50, p. 13-27.

DURKHEIM, E. (1893). De la division du travail social, Paris, PUF.

DUVERGER, M. (1951), Les partis politiques, Paris, Armand Colin.

FIALAIRE, J. (2003). « Les associations, partenaires ou faux-nez de l’administration », in Prouteau L. (dir.), Les associations entre bénévolat et logique d’entreprise, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 105-123.

Garrigou-Lagrange, J.-M. (1970), Recherches sur les rapports des associations avec les pouvoirs publics, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence.

HELY, M. (2009), Les métamorphoses du mouvement associatif, Paris, PUF.

JALLAT, D. (2001). L’espace de pratique de la voile légère en France : histoire, styles et représentations, Thèse de 3ème cycle en STAPS, Université de Paris Sud Orsay.

JALLAT, D. (2002), « Construction sociale de la voile en France ; les références anglaises et américaines comme facteurs de différenciation », Revue Stadion, n° 28, p. 11-26.

JALLAT, D. (2003), « Débats et changements dans une fédération : le cas de la voile », in Gasparini W. (dir.), L’organisation sportive, Paris, Revue EPS, p. 103-120.

JALLAT, D. (2005), « Enjeux économiques, enjeux sportifs : la Fédération Française de Voile, un espace complexe », in Nicolas B. (dir.), Le nautisme. Acteurs, pratiques et territoires, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 283-300.

JOBERT, B., MULLER, P. (1987), L’État en action, Paris, PUF.

LACOMBE, Ph. (2003), « Sport et société. Ou…de la démocratisation de la voile en France (1945-1970) », Les carnets des STAPS,vol. 4, p.3-23.

LEROUX, Y. (1997), « Genèse et processus de différenciation de la voile sportive », Lendemains, vol. 22, n°88, p. 15-26.

LOIRAND, G. (2003), « Les paradoxes de la « professionnalisation des associations sportives », in Prouteau L (dir.), Les associations entre bénévolat et logique d’entreprise, Rennes,Presses Universitaires de Rennes, p.25-48.

MARTIN J.-L. (1999), La politique de l’éducation physique sous la Ve République. L’élan gaullien (1958-1969), Paris, PUF.

PARLEBAS, P. (1999), Sport, jeux et société, Paris, INSEP.

Robichaud, S. (1996), « Du réseau à l’institution : le bénévolat en mouvement », Revue suisse de sociologie, vol. 22, n°2, p.329-346.

SEGALEN, M. (1994). Les enfants d’Achille et de Nike, Paris, Métailié.

VAILLAU, D. (1996), « La société des régates rochelaises », in Arnaud P. (dir.), Sport, éducation et art. XIXe-XXe siècles. Jeux et sports dans l’histoire, Paris, Éditions du CTHS, p. 298-308.

VEBLEN, Th. (1970 [1899]), Théorie de la classe de loisir, Paris, Gallimard.

VIALLON R., CHANTELAT P. (2001). « La logique du management associatif, le cas du Grenoble Université Club Ski »,  in Chantelat P., La professionnalisation des organisations sportives, Paris, L’Harmattan, p. 107-111

WASER, A.-M. (1992), La genèse d’une politique sportive », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 91-92, p.38-48.

WASER, A.-M. (1998), Du monopole fédéral au partage du pouvoir sportif : L'exemple du tennis, Sociétés & représentations, n°7, p. 379-394.

WEBER M. (1971 [1956]). Économie et société, tome 1. Les catégories de la sociologie. Paris, Plon.

WEBER M. (1992 [1904 - 1917]). Essai sur la théorie de la science, Paris, Plon.

Haut de page

Notes

1  La fédération nationale de voile désigne les deux groupements nationaux qui se sont succédé au cours de la période étudiée, à savoir la Fédération Française de Yachting à Voile et la Fédération Française de Voile.

2  Il obtient cette reconnaissance de la part de l’Union Internationale du Yachting de Course en 1907.

3  Cette massification s’accélère probablement dans le courant des années 1960 : le nombre d’unités immatriculées dans le pays est multiplié par six entre 1963 et 1973 (Barrault, 2002) et les inscriptions en écoles de voile passent de 1074 en 1962 à 20229 en 1966 (Archives nationales : versement 19880066).

4  Au salon nautique de 1952, le Vaurien est proposé barre en main au prix de 55 000 F alors que le premier prix d'un dériveur est de 300 000 F pour la coque nue (Feletin, 2005, p.186). En tenant compte de la dévaluation du franc de 1958, 55 000 F représentent environ 3,4 mois de travail pour une personne payée au niveau du salaire minimum garanti et, 1,2 mois pour un couple d’ouvriers (Salaire net annuel moyen par sexe et catégorie socioprofessionnelle de 1950 à 1982, Annuaire statistique de la France, en ligne à http://www.insee.fr).

5  Dénombrements annoncés en assemblées générales (Archives nationales : versement 19880066, articles 2 et 3).

6  Archives nationales : versement 19880066. Voir la courbe présentée dans l’article de Lacombe (2003).

7  Archives nationales : versement 1988066, article 2, Assembles générales, et article 62, Activités de plein air.  

8  Sollicitée pour intégrer le  CNPA, la fédération répond, dans un premier temps, par la voix d'Alain Cettier, son secrétaire général, qu’il lui paraît plus opportun de créer un organisme nouveau sachant que ses clubs ont une activité plus proprement sportive (Archives nationales : versement 1988066, article 62, Activités de plein air).

9  Archives nationales : versement 1988066, article 62, Comité des activités de plein air.

10  Le règlement intérieur instaurant ce nouveau comité est voté par l’assemblée générale de la fédération le 13 mars 1969 (Archives nationales : versement 1988066, article 1, Statuts et règlement intérieur).

11  Sa création est annoncée lors de l'assemblée générale de la fédération le 18 janvier 1970.

12  Archives nationales : versement 1988066, article 2, Assemblée Générale du 17 janvier 1971.

13  Archives nationales : versement 1988066, article 2, déclaration d'Alain Cettier à l’A.G du 17 janvier 1960.

14  Archives nationales : versement 1988066, article 3, Assemblée Générale du 23 janvier 1972, « Contribution à la définition d’une politique fédérale », présentation faite par Max Gombert, p.9.

15  Les quatre personnes concernées ont fait leur entrée, pour la première fois, dans un club de voile pour pratiquer le dériveur, respectivement à 15 ans en 1954, à 17 ans en 1965, à 12 ans en 1968 et à 23 ans en 1972.

16  Archives nationales : versement 1988066, article 62, Activités sportives de base (1980-1983).

17  Entretien du 1er décembre 2001 avec un conseiller technique, salarié d’un comité départemental de la FFV.

18  Guide Planche à voile 1992, Schéma de structuration sportive, p.66.

19  Guide Planche à voile 1982, Le Haut niveau, p.4.

20  Archives nationales : versement 19880066, article 4, A.G des 24 janvier 1976 et 20 février 1977.

21  On en trouve la trace dans les procès-verbaux des assemblées générales de 1971 et de 1972, au cours de plusieurs réunions du comité de direction en 1972 (par exemple celles du 11 juillet et du 19 septembre), à l’occasion des assemblées générales de 1973 et de 1975, et lors du colloque fédéral de Beg-Rohu en 1976. (Archives nationales : versement 1988066 article 3 "Assemblées Générales" et article 72 " Colloques fédéraux").

22  Séminaire département développement du 8 au 13 mars 1999 à Aillon-le-Jeune.

23  « Aux Glénan, deux jours durant, l’Union nautique Finistérienne a confirmé son intention d’assurer le brillant avenir des écoles de voile départementales ». Le Télégramme du 19 septembre 1961.

24  Témoignant de cette inquiétude, un courrier est adressé par le nouveau président de la fédération à  la ministre de la Jeunesse et des Sports afin qu'elle accepte d'appuyer auprès du Ministère du Temps Libre les demandes d'aides financières que la fédération compte lui adresser au titre de son action en faveur de la voile extra-sportive. Archives nationales : versement 19880066, article 38, lettre de Georges Manfredi datée du 17 décembre 1981.

25  Archives nationales : versement 19880066, article 62, Comité des activités de plein air.

26 Archives nationales : versement 20020479, article 1, Rapport des secteurs, départements et commissions de la FFV.

27  Ce nombre est évoqué par le président de la FFV lors du congrès fédéral qui se tient les 13 et 14 octobre 1984. Archives nationales : versement 19880066, article 14, Procès-verbaux du comité de direction (1984-1986).  

28  Archives nationales : versement 20020479, article 15, rapport moral du président pour l'année 1985.

29  Assemblée Générale de la Ligue de Bretagne de Voile du 4 février 1995.

30  Assemblée Générale de la Ligue de Bretagne de Voile du 16 février 1996.

31  Rapport d'activité des affaires générales, Assemblée Générale de la FFV des 22 et 23 janvier 2000.

32  Pour le CNG, voir Féletin C. (2005). Hélène Vianney. L'instinct de résistance de l'Occupation à l'école des Glénans. Paris : Editions Pascal. Pour l'UNF, on pourra lire Malesset R. (1986). Vacances sportives de plein air. De l'UNCM et l'UNF à l'UCPA. Paris: Chéron. S'agissant du TCF, se reporter à Bertho Lavenir C. (2001). Camper en 1900. De l’ascèse laïque au loisir élégant. Ethnologie française, vol. 37, n°2, pp. 631-640.

33  Rapport moral du président, Assemblée Générale de la FFV du 20 mars 2004, p.6.

34  Un club des fournisseurs est créé en 1971 par la direction fédérale à l'intention des entreprises désireuses d'aider les équipes de France à s'équiper. Ceci dit, le soutien financier qu'elles ont apporté sous forme de sponsoring n'apparaît dans les comptes d'exploitation de la fédération qu'à partir de  1980.

35  Archives nationales : versement  20020479, article. 4, Assemblée Générale du samedi 27 mars 1993.

36  AMNYOS (2001). Étude relative à l’opportunité de la création d’un brevet professionnel spécialité nautique. Paris : Ministère de la Jeunesse et des Sports & Comité National Olympique et Sportif Français.

37  Une étude réalisée en 1995 sur le chiffre d’affaires des centres de voile bretons a établi que 66% de leurs recettes provenaient de la voile touristique, surtout des stages organisés dans les écoles de voile, ce qui fait dire au rédacteur que « les recettes des stages de voile constituent la base économique de maintien d’une activité permanente ».  Assemblée Générale de la Ligue Bretagne de Voile du samedi 14 décembre 1996, p.106.

38  Assemblée générale de la FFV du samedi 20 mars 2004. Rapport moral du président et du bureau fédéral, p.5.

39  «Les écoles françaises adoptent de nouveaux contenus pédagogiques», La lettre de l'économie du sport, n°760, vendredi 15 juillet 2005.

40  Interview d'un Conseiller Technique Sportif auprès d’un organe déconcentré de la FFV, le 17 octobre 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Encart n°2 : Idéal-types des modalités d'organisation des fédérations sportives
URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/2728/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Lafabrègue, « Transformer son organisation pour conserver sa mission », Socio-logos [En ligne], 8 | 2013, mis en ligne le 21 février 2013, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/2728

Haut de page

Auteur

Claude Lafabrègue

Maître de Conférences, Université de Caen Basse-Normandie, EA 4260 Information, Organisation et Action, claude.lafabregue@unicaen.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • OpenEdition Journals