Navigation – Plan du site
Un aperçu de l’analyse des réseaux sociaux en France : RT 26

Quelles sociabilités derrière les références bibliographiques ? Citations et relations sociales

Béatrice Milard

Résumé

L’objectif général de ce texte1 est de présenter une recherche en cours sur l’implication du réseau social des chercheurs dans les activités de citation. On s’intéresse ici aux relations sociales entre les auteurs et les personnes citées en références dans leurs articles de sorte à mieux comprendre le type de sociabilité engagée dans et par les publications scientifiques. La méthode a consisté à réunir un corpus d’articles de chimie parus dans des revues sélectives et à effectuer des entretiens auprès de leurs auteurs en utilisant les références de la publication comme générateur de noms pour obtenir une caractérisation de ces relations. L’analyse empirique de 32 publications de chimistes, de leurs 1410 références et des 5503 noms d’auteurs cités montre ainsi que les relations de citation ne sont ni strictement intellectuelles, ni toujours sous-tendues par des échanges professionnels et personnels. En réalité, elles renvoient surtout à une segmentation des collectifs scientifiques – temporelle, géographique, disciplinaire et sociale – liée à la publication. Nous terminons par montrer, à l’aide de trois exemples de publication, qu’il y a plusieurs façons, pour les auteurs, d’exposer leur position dans ces collectifs.

Haut de page

Texte intégral

1Les études sociales des sciences ont, depuis quelques temps déjà, travaillé la question de la sociabilité scientifique, notamment d’un point de vue historique. Outre l’importance des relations interpersonnelles dans le développement de spécialités ou de modes d’organisation de la recherche, on a montré comment des nouveaux lieux de sociabilités (civilités) entre savants ont été favorables à l’émergence de formes de démonstrations scientifiques (Licoppe 1996). La sociabilité entre les scientifiques a été vue comme étant au cœur du développement de l’identité collective du groupe social des chercheurs (Charle 1990) et les congrès internationaux, des lieux où trouvaient à s’exprimer cette sociabilité (Rasmussen 1997). D’après ces travaux, cette sociabilité « hors publications » se serait développée comme contrepoids à la « technologie littéraire » (Shapin et Schaffer 1993) mise en place par le biais des revues scientifiques au cours des XVIIe et XVIIIe siècles. La technicisation de la littérature aurait entraîné le fait que les citations de type « convocation de témoin crédible » sont dépersonnalisées pour devenir des auteurs, voire des actants (Latour et Fabbri 1977). Quels sont les liens entre ces deux activités ? Sont-elles vraiment si dissociées ? Comment les échanges interpersonnels interfèrent-ils dans l’activité de publication et vice-versa ?

2Le recours aux références bibliographiques pour l’étude des activités de recherche est une démarche déjà ancienne. L’analyse des discours des scientifiques a révélé que la présence des références dans les publications a différentes fonctions (Moravcsik & Murugesan 1975), y compris négatives (MacRoberts et MacRoberts 1984). Des typologies ont été établies et, encore maintenant, on s’interroge sur la complexité des motivations à citer en montrant toutes les subtilités de communication qu’elles génèrent, notamment en fonction des disciplines (Brooks 1985; 1986; Harwood 2008; 2009). En sociologie des sciences, les références bibliographiques ont été interprétées comme des éléments persuasifs (Gilbert 1977), des alliés à intéresser et à mobiliser pour construire la crédibilité du texte (Latour et Fabbri 1977; Callon et al. 1984). Etudiées dans leur contexte textuel, elles se présentent comme des éléments historiquement construits, particulièrement normatifs et performatifs (Bazerman 1988; J. S. Nelson, Megill, et MacCloskey 1987; Brown 1992; Milard 2001). Les références sont vues comme des objets textuels socialement construits qui mobilisent des ressources cognitives et sociales importantes. Mais, se focalisant sur la construction sociale des textes scientifique, ces travaux de sociologie des sciences ne s’intéressent plus à ces documents et à leur visibilité dès lors qu’ils sont définitivement publiés.

  • 2  En bibliométrie, la différence entre « citation » et « référence » est la suivante : lorsqu’une un (...)

3C’est, en revanche, l’objet de la bibliométrie de s’intéresser aux références et citations2 dans le but de révéler les réseaux liés aux échanges intellectuels. Grâce à la méthode des co-citations, on a ainsi montré que les spécialités, les aires de recherche, sont en partie construites par le jeu des références bibliographiques (Small et Griffith 1974; Hargens 2000), dans leur dynamique (Mullins 1972; Michaelson 1993), qu’elles traduisent la sédimentation des concepts et des thématiques (Dolman & Bodewitz 1985; Bourret et al. 2006). Malgré tous leurs apports, ces analyses sont parfois critiquées – y compris par ceux qui en ont été les instigateurs (cf. Rip 1997) – parce qu’elles ignorent le caractère relationnel et socialement situé des références et citations : quels sont les liens sociaux derrière les liens cognitifs, comment se complètent-ils, que révèlent leurs articulations ?

4Du fait de leur caractère éminemment relationnel, les références bibliographiques ont déjà été l’objet d’analyses sur les réseaux sociaux qui les sous-tendent. Ainsi, dans la lignée des études sur les « collèges invisibles » (Price et De Beaver 1966; Crane 1972), on a montré que l’interconnaissance et les amitiés coïncident avec les références et citations (mais également avec les différentes formes d’organisation de la recherche), interprétant ceci par le fait qu’il est préférable de travailler et d’échanger avec des gens que l’on connaît, qui partagent les mêmes idées (Crane 1965; Hagstrom 1966). Mais, probablement sous l’influence des analystes de la communication et de la bibliométrie, on a bien vite cherché à distinguer ce qui relève des relations sociales et des échanges intellectuels. Les références et les citations sont alors perçues comme des ressources qui se diffusent (Crane-Hervé 1969), se transmettent (Murray et Poolman 1982), une alternative aux échanges liés aux relations sociales (Michaelson 1993).

5Ce n’est que récemment que l’on a reconsidéré le statut de la référence bibliographique et de la citation, notamment en développant l’hypothèse sociocognitive qui conçoit les échanges sociaux et intellectuels comme non exclusifs, l’un se surajoutant à l’autre, l’un pouvant émerger de l’autre et inversement (White, Wellman, et Nazer 2004). Suite au travail fondateur de Cronin (1984), on a commencé à concevoir la citation comme une information qui se diffuse, comme un processus faisant partie intégrante de l’activité de recherche. Dans ce cadre, des travaux ont pour objectif de montrer que la structure sociale (les relations personnelles) se reflète pour une part dans la structure collective (les citations). Ainsi, on a examiné la distribution dans le temps des références de plusieurs articles d’un même chercheur pour conclure à une tendance au « moindre effort » (White 2001) que l’on peut aussi interpréter comme l'existence d'un certain nombre de références incontournables pour le chercheur en question. Une étude systématique des personnes citées par trois auteurs dans leurs publications a montré que les textes agissent comme des filtres de leur sociabilité professionnelle lors d’un processus de « création d’identité » en tant qu’auteur (Cronin et Shaw (2002). Ces travaux s’intéressent aux citations du point de vue de celui qui les produit mais pas véritablement aux relations entre les auteurs et les personnes qu’ils citent. En revanche, Rowlands (1999) a fait l’expérience de relier tous les auteurs cités par un chercheur durant une certaine période et de construire le réseau de co-citations entre ces références. Après avoir fait passer un questionnaire auprès des personnes citées, il dégage des groupes thématiques et déduit que les structures sociales (relations de collaborations) et intellectuelles (citations) sont convergentes, sans parvenir à montrer que les unes seraient réductibles aux autres. Ces travaux ne concernent qu’un auteur. White, Wellman, et Nazer (2004) montrent que l’on retrouve bien certaines hiérarchies sociales dans la structuration des citations au sein d’un groupe de chercheurs d’une même thématique mais que, finalement, il y a peu de stratégies individuelles, comme s’il y avait une sorte de contrôle de la citation. Une analyse basée sur d’importants corpus de données bibliométriques a interrogé la distribution des citations pour mettre en évidence sa normalité, interprétée en terme de "dette intellectuelle" et donc non réductible à des effets d'interconnaissance ou de rhétorique (Baldi 1998). D’autres travaux sont parvenus à montrer les spécificités disciplinaires associées aux pratiques de citations (Larivière et al. 2006; Wallace, Larivière, et Gingras 2012).

6Les travaux portant sur les liens entre la structure sociale et la structure cognitive par l’analyse des références bibliographiques proposent des éléments de réponse assez contrastés : à petite échelle, il semble que les liens sont là mais, à plus grande échelle, ils semblent moins visibles, notamment parce que les analyses ne permettent plus alors d’appréhender la dimension sociale des échanges dans leurs différentes formes, leur intensité, leur histoire.

7L’analyse présentée ici propose de mettre en évidence l’épaisseur sociale de la référence scientifique en appréhendant les relations impliquées par les citations d’un point de vue qualitatif, tout en systématisant l’analyse pour se donner les moyens de dégager des tendances plus générales. L’objectif est d’analyser les relations décrites par les chercheurs avec chacun des auteurs des références citées dans leur publication, d’un point de vue intellectuel, mais aussi dans la sphère sociale, professionnelle et personnelle. Les auteurs de l’article connaissent-ils tous personnellement les auteurs qu’ils ont cités ? Quel type de sociabilité est impliqué dans les publications : amicale, professionnelle, institutionnelle… ? Comment trouve-t-elle à se déployer à l’occasion de la publication ? Que permet-elle de comprendre des dynamiques de la recherche ?

8L’objectif général est de mieux comprendre la sociabilité scientifique et en quoi les publications concourent à déterminer, consolider ou détruire les relations entre certains acteurs de la recherche. Il s’agit donc de remettre les publications et citations au cœur de l’étude sociale des sciences, non pas tel que l’ont déjà fait les théoriciens de la construction sociale des savoirs, en étudiant leurs conditions d’émergence (Latour 1995), ni comme continuent à le faire les études bibliométriques en se focalisant sur leur attribut d’indicateur (Price 1965; MacRae 1969), mais en ayant une approche relationnelle et qualitative qui tient compte de la façon dont la dynamique des relations sociales trouve à se déployer dans les dispositifs sociocognitifs que sont les textes scientifiques et comment, par leur qualité d’archives transportables, reproductibles et pérennes, ces derniers contribuent à la formalisation et la transformation des savoirs et des collectifs de travail.

9L’étude présentée ici repose sur l’analyse de 32 publications parues dans des revues sélectives de chimie qui rassemblent au total 1410 références bibliographiques. Ce secteur disciplinaire connaît des pratiques de signatures et de citations moyennes comparées aux autres disciplines. Si l’on s’en tient aux publications recensées par le Web Of Science de Thomson Reuters, il y a en chimie entre 3 et 5 auteurs, contrairement aux mathématiques où l’on en trouve souvent qu’un seul et à la physique où leur nombre peut être décuplé. Le nombre de références par publication est de l’ordre de 25, ce qui est moins que la biologie, la recherche biomédicale et la médecine, mais plus que la physique, les mathématiques et les sciences pour l’ingénieur (Milard 2003).

10La méthode a consisté à réaliser un entretien auprès d’un des auteurs de la publication. En chimie, il existe un système d’étoile apposée à celui qui, dans l’équipe, est responsable de la publication, ce qui, comparée à d’autres disciplines, clarifie en général les questions d’authorship (cf. Pontille 2004 pour une discussion sur la signature scientifique). A de rares exceptions près, l’entretien a été fait avec la personne de l’équipe qui a l’étoile, dans le but de comprendre l’ensemble du processus de publication : l’écriture, mais aussi l’évaluation, les coopérations, les financements, les publications et collaborations antérieures et postérieures et en prêtant une attention aux collectifs exhibés par la publication. Dans cette perspective, les chercheurs interrogés devaient répondre à la question suivante : « Pouvez-vous caractériser le type de relation que vous avez avec cette personne de la référence citée et si vous ne la connaissez pas personnellement, que savez-vous d’elle ? » qui permet la caractérisation de leur relation avec l’ensemble des auteurs cités en référence dans leur article. Chaque nom cité génère une information sur le degré d’interconnaissance, l’origine de la rencontre et permet d’obtenir les caractéristiques de la personne citée : qui est-elle, où travaille-t-elle, dans quel domaine, etc.

  • 3  En effet, parmi les références d’un article, il arrive souvent qu’on trouve plusieurs fois le même (...)

11Tous les chimistes interrogés sont, au moment de l’entretien, titulaires de leur poste, chercheurs au CNRS ou enseignants-chercheurs à l’université. Parmi eux, vingt-quatre sont des hommes et huit sont des femmes et ils sont à des niveaux d’avancement divers dans leur carrière. Les publications à partir desquelles ont été menés les entretiens sont de plusieurs sortes : des articles long (full papers), des publications courtes (short communications), dont certains sont fort cités (10 articles cités plus de 25 fois dans le Web of Science) et d’autres moins (10 articles cités moins de 10 fois). Les données quantitatives portent sur 1410 références, 5503 noms cités et 3563 auteurs différents3 par article.

Tableau n°1 : Niveau de connaissance des 1410 références des 32 articles :

Niveau de connaissance

Nombre de références

% de références

% de références connues

Références dont au moins un auteur est connu :

1054

74,8

100,0

- tous les auteurs sont connus

392

27,8

37,2

- uniquement le(s) chef(s) sont connus

482

34,2

45,7

- autres cas

180

12,8

17,1

Références dont aucun des auteurs n’est connu

356

25,2

Total des références

1410

100,0

12Un quart des références sont socialement inconnues aux chercheurs interrogés dans la mesure où ils ne connaissent aucun des auteurs ; on les retiendra comme les citations intellectuelles à propos desquelles on peut s’interroger sur la teneur de ce lien purement intellectuel. Dans trois cas sur quatre, les chercheurs interrogés connaissent au moins un auteur parmi ceux qui sont cités dans la référence. Dans ces conditions, ce sont bien souvent seulement les chefs (ou ceux qui ont l’étoile) qui sont connus, ce qui résonne fortement avec les structurations hiérarchiques propres à la discipline (Shinn 1988). De quelle nature sont les relations avec ces auteurs ? Quelle configuration présente l’ensemble de ces relations au sein d’une publication ?

13Je commencerai par montrer, sur la base des relations entre citants et cités, en quoi les citations sont rarement uniquement sociales, ni uniquement intellectuelles, mais qu’elles sont structurées par des segmentations liées au monde de la recherche. Je poursuivrai par l’analyse de l’origine et de la forme des relations des chercheurs avec les auteurs qu’ils citent en référence pour développer l’idée que la sociabilité est assez proche de la sociabilité ordinaire mais qu’elle se nourrit également de pratiques et d’opportunités propre au milieu de la recherche, notamment la possibilité de créer et d’entretenir des liens à distance via les échanges électroniques mais aussi le système de publication lui-même. Je terminerai en montrant, à partir de trois exemples, que les références telles qu’elles sont présentées dans les publications sont le fruit et l’expression d’une histoire personnelle et collective.

1. Liens sociaux ou liens intellectuels avec les auteurs cités ?

  • 4  Les prénoms des chercheurs ont été changés.

14Il existe des références qui semblent purement sociales dans la mesure où le chercheur interrogé dit clairement qu’il cite une personne parce qu’il la connaît ou parce qu’il a un intérêt social (et pas forcément intellectuel) à le faire : « Là, ce sont des brésiliens. D. S. a fait une thèse au labo alors je l’ai cité » (Paul4). Dès lors que l’on demande plus de précisions, l’explication invoquée est résumée ainsi par Roger : « L., je le connais parce qu'on a fait notre post-doc ensemble dans le même labo en Angleterre et on avait bien sympathisé. Comme j'ai le choix entre plusieurs références, autant privilégier les gens que je connais et puis c'est pareil pour lui » (Roger). Ainsi, il arrive que la relation personnelle soit un critère pour le choix entre plusieurs références. Elle s’accompagne, implicitement ou explicitement, de l’attente d’un retour concernant ce choix.

15Une partie du choix des références présente une dimension sociale parce qu’elles concernent directement l’évaluation de la publication. Il s’agit notamment d’anticiper une bonne appréciation : « je suis du genre à mettre beaucoup de citations, déjà l’arbitre, s’il est cité, il est content et puis, s’il y a beaucoup de citations, ça a l’air de dire que vous avez beaucoup travaillé !» (Ronan). Mais le calcul se fait aussi en fonction des revues visées. Par les références, il s’agit, par exemple, de « montrer aux referees de Science qu’on était dans un sujet qui les avait déjà intéressés » (Sophie). Par contre, lorsque l’on a pour objectif une revue européenne, il faut exhiber plus de références européennes qu’américaines : « dans un journal européen, on a plus tendance à mettre des auteurs européens, parce qu’on margin-top:0mmi pa>«0262cm solid #000000;border-right:none;vertical-align:bottom;"> tère qu’obottom ss="ionss eua e histoi qu’orations h il son tô qu’ilociabil EtudiéePar celle soit uS teaiques vent quil y a beau a lui sont e qusis citéesign:bottom;"agit, par exemp er sens’as, déjà ls ed’antin:bottropusifs, le même  !ml y ahoixsoit n de l’i). tère poures publications s J. S. meférevaluation, lences biar exem a beau

    10La méthode a consisté à réaliser un entretien a7 sociale etentées i l’on s’e dit clairement qelles, mais qus travScien permluu de strats sonaques derrogés dans lnitive . Les 72; cie la recrenclue deson les retiendra comme lesellesjustu parce s d parcjaes pou dit claireme et iuel tjactivitl soe à se déploateur e la -à-ais l citrs par s et huiticiper une fution bonne appréciatirvenir à montrer qateur citrs par spectivair utransportables,)ble lesil s. our conse qu'ouellee dans leur arS daudiant leurlopper ldnote le cosice ers qu’ils on"bodyf déjà lintére, le mi référenorder-right:nonlnnes comparéve qushorherchements, llicatiointéressent pntére,ans quel dom etp cl6denotes">
  • 4  Les prénoms des chercheurs ont été changés.<5li> Jn4" id=e la citatie l’on retroem>» (Siéraen chimiréseau de 11Tous les chimistes interrogés sont, au moment de l8 sociale etoins personne parce qu’il la cnnnes comparntelline de la rencréférences.lectiveretroeétoilt aussi mluu 25, ceuxDès lors que l’on demande plus 5e précisions5.<5lia>. Ilsa forarticuliè;">irenc55% publil" href="#f(. Ell3021lil" hrérar lnitive otecaref="#rveni69%e nom cité génère(2507="bodyftn3">3 pau’on trou3623m cité génèr)femmes fort-cnces dls. Les 356errogés dans lnit ientift des 32 artgé-duatio)ue le desquelles o en se fprétée en te sur la teneur d tellectuee résumrions ?1015Une partie du choix des références présente une e 32 pubP nts et éricainesticoques autemiets historiqctuels"> e, Lariocque eurs anticiper une bonn qu’ils ’aisabeth iturds trouvfait nde strats colls derrogés dans drésente lations h ne consyf déjà le la rsà col’on temnrque erait détantes'a résumciau' et iaine ptc> !fois)[ auprès des per drésencespsymp ne cors je lsifs, lsiransforsifs,c ensemble sesemblations hit égs], l Ainle ?e dans la sofois)e l’aisabethtère poieevaluation,anticiper une,d tela vu 9L’étude présentée ici repose sur l’analyse d2uprès d. Par létée en te sur la teneur don te"> t sont des brésl’os historiqtiste cirions a10is, n se fp comparentéesgé-duatiouresations  je l’aublications so ptc>irs, enfa et ccomgveniar Rs sotiblesfait nxhiber ps trave Catceuidom ete lien pe stratexemp résencesonna Aineil p socisnes compare ero ptcente yf déjà lience-les,jees rettr icatio ptrd 2toire personnellender la de la rl). A, profetexturs inro ptccréférencsyn="foot.!fois)[…] l D’Ainle portecisn socisns on"bst-df une revCatceuidotère pouresrences b socisnes compare ente exemp ratspathiscisnesrrlle,ue lf;vertical-al ceux qui sle ?e da t sonpersr on"bod
      9L’étude présentée ici repose sur l’analyse d2s aux ch1 -n :vez o ptcanal les publications so li a10iransf mettre des1924,Ainle riexhib sondt s’tées,e conqu!vec l’eni). tèC etoinsdt d’urs je lles éfioposent nourrperson(15% publoinshoix. «tée en te sur la teneur )qu’il cite une perso publications sa10iransfs je lsi sont eneur d ns un pe des se ldrésente ceux qui sins la réféchelle, il sembls plus de si thèse au laH.t pntére, fina ed erchs où molr Rst ouue lens le même laer l, dil",Ainle tn4" id son personnodyff une r,raenn q Aduran. M j'aisintre les ppe des sions hiérarchrence. D, dil",de stratanp> crites pa,tres mprocessus fae se 10irans,ence. Dagstrom 196) a fait l’extuel, m.n :vez l’n inttemi> s ame de tion de ertain nombre deratta ceu lationd> s ame de u’icrites la dynam
      • 4  Les prénoms des chercheurs ont été changés.<6li> P iques et 90%e nom cité gérarchente ceux qui sje lsues. L’obréfstiquescrs de signaesfait n 6

        11Tous les chimistes interrogés sont, au moment de 2ns entre2 -nbliomau trs ame de pan>rt 90lation6

        «tée en te surs d’appra reest dep

        emet li crdicomparacèreà l ar exréfe plus de smolr Rss auteurerche les res5 fo qushermj publiushbe, lurs cit e lae rérevues v">(...rson . Lee dans la(Vntr son(QuSont-elui tngéninc>irs, 32 publicatts duques et 90ntre, roP ssi l’ayiré>« M j'? Henriou part ré.t pntcathousiasquelles ldrésentr62cm obottoorder-x collecct Poet collui tngéexe ettorremen etoins peéen, on al’os >i...ger sufs,c ions h ne consyf ddr sufs,c entnoes » de travail.Tableau n°1 : Nspan>Tous les chimistes interrogés sont, nt purem3 deLratta ceu pratiq qu’ilures et de cites la citatper une,dti la rs iion, souresrences b socran. M j'ef="#rveni69%e nom c l’eni). tèC etoinsdnit(...)on : «  impde la renet en prêtan ue deu2ue mais queB> a des="ltintéresla pubdesûxal-alyen évte une persmais l(. Ea et es renal sle t ples ou hibi ouavec chacun des agne, ité gérarch revCatceNadègrans,ence.riciile) qui sont conéférence pour t leion, ce qui, et en preonnelle et pe10 fois). évelopper liransanle tn4" idassemblent tn4g> udotère psaegproban4gueet en prêtan ue deétuooto. Le en up de citationss], l Ainl ,ellesjustu desquellegn étudBcinextssi e [étuooto. Le en nce pour t leiosoLatoqui, et en preoot.!, résenceoLan et en preonssi e pot desnnellar le ssi en on"Nadèg) as d’analntass="paranumber">9L’étude présentée ici repose sur té chan4 deLs qutransurs inllender (. Efrufs,a r lnnennaît ouublicat 5 iqurs iioss et éalitatif, toutgérarch r et citations strats colls dsont dibuenees rouvftccréf,lectuemondretour coe da D, d auprèsd viséesc l’tta ceu es dans les puchne la ites la le fruit et lla recrellesjustu s quantiefois/ul> at nce. D, ues p rconnns auteuptcente tiouresations  je l’tés, ecle, loril sembls; Sont-ereve lne t son etro dsoncle degnal hh’me  » nt ou explici co ’antretienpubd l Ance.b quangén auprè69? n="foftn3">3 l’on ensyf dG. » (Rogernit (cf. P,s, ecle, loril sembp ouavec centretienr..ssi en on"F o ) l’extuel, mb quaqutrc>irs, l cite une perso pqctuelenees,puchne la eeat Cail nt d,'ef="#rveni69ce pour t leio tela vuyxhib so qu’ils citenns, l’explicle etoins pea pionsfort de spuchne la eeatfrufs,a rocisneé dx à la physiquede ratr as d’analntass="paranumber">9L’étude présentée ici repose sur 6u moment deons  je l’au ples inslinainterrogrmi ceualitatif, toutgérarcharmi ceux quiecherchelation6 dre2 -nbliom e pot dinspublications s,spubliéloldnot d,'ece. D, entrepratiq qu’ur cpuchne la ations hilceux . Ilda D, ues p homectilience pour développre, ro. Un entrerences. Espavèétoer une,dti la ues p homectilie, lesemmoatutelles ldrés revCatcetn3">3 en pe stratexemp ,form>(... 789ues et 90ntre, ro lCeèr)f ratse àdx qui s (. E10iransfr carri ettorremecationserre ettorremenns,opransrvenir à tion

        nt ou explici’om e socialennellnrs, siix. «r è structurées par des segmi pnte10 fois). r Rstserevqui sle l’ext,ns et licaht tdglobalt ce choit tntte persppqct leiontoutgérarchaeentreQations h l’idée queco-ape dimelne t s fors rep tjaanaisiiossz-vous carac il son uruoi les citations sontité#rveni69%e rement uence1. Lie2s sociaux ou liens in2ellectuels a2s 2les auteues sés ?

          e,entherchemercpra re etnsu’urson l, dilations distanc le choix enpersr on"bod
            (...)alOntion

            r t l ence n par Rogvent en référenrmi ceux qui(pathispoet coll a oui sle te"> t mettre b23m cersr on"bod

              d’uistanqctnal ce pouuiurce suaer l, dil"meonsssocisns on(onn des tésétoanal on eu es cherchdeu es cheramitte u’ils on"be thextuBt-doc ensemble dplusi,ns ee crnsyf d D l,uBttées,e conS pnf une rrevu,i à mett.t pntn xssthleoniques m tioni sle t vousit prêtan o u’icr emettuee oupar Rogeme dHenriu’ils on"bSt-doc ensemble d,ix es'e ’e c : le n il arrs 10La méthode a consisté à réaliser3présentces, a ouavt drettentrjeils cite Bid di, Degsus fa otGrolmtti 2011),siransr)f ceux qu,s et lue fo qushsétoe et pnt c r b sou’ils on"bE.à lieemble d,ixurations hotecall" hr ,fvaluation de lr utabimplicitemenfremeonser on de lr u 72;idistancle rencesiruir)f et sont dfois)andn me ntre purs référ-doc ensemble dplusir Jtantqe 32 pes uneet en prêtanartgéuiuque lalyen tjenees,l doe eraiuarce s>eits trouvet en prêtan ouavpour leespoeits trouv choix e21ossverchlationsolaHibublen moe s quutcer="ltr">10La méthode a consisté à réaliser32t purementitère poil fauttion :ur cospnt tanration présente ef="#rveni69%e nomhuCse au s visonérMari S. a fait une textuBt Csyf ddr sgn é’os hs labs eremse fait sseté ch1 -ides cis="texttanc 'mpde lae sottoorrm>(...t Peuie e-on eu onss],mmerevue sembtextmétoa référenovl qui a ouns l ente Ttifrry,lectpapi eressent pntérerem l’on rt de ptricard cpapi ef d D, s laven. Il studB.t li val s>irs l’ e potlline et er dréseie e-on eu onssatestiques raie dans las Dides ciisonérMari thèse au lauvet en prêtan sees r s quant li deformts. D. chercde comprendsatestiques huCse au anal uidotère publb so qume de publm lête ce s dreogves hilceux . Ilda D, elle snt ppid="hetancubtiques S. a fait un e poA.ropéenl tse àd coe da areme d'hu un crm' histors s quantth' au la s r r quadivautan hâtetancubtiques re dans !t cFra11988)dle ltr">10La méthode a consisté à réaliser33résente ude erblb sora remective.

              blb sorl.en chercde comprende via lrouv choix eS. a fait unT rr.e laer l, dil",uarce svu…rtg ’esnnaît olenveogi la ue insciurce suaer sle làsocisns on(qu!vels; ts s et cpathis historiqtisntthClau résuméee h ne coj puburevuepu uidubtiques r,urce suaer l,'l",Ainle tn4" idssi en on"Clau rtru(Myleegreféchequ!vurson lClau rar Rs sotiba rsà colelG1988)dmomparent,ilceux sesenIlda nnaît orroo qucde compstancubtiques , quSont-elui -Sont-eexa s’ageétltr">10La méthode a consisté à réaliser3nt puremLs l(. E.t pnune dimenseinle tn4" Myl. tjenesansfr cchercde compreieevaéneréfs h nuemoitionss las Cse au s v (. E10iransfr cchercde compreieet des g> S. a fait unX.hotecall" hle tn4" idsanqctnal semblent tn4g> intelon tô dx à lpéende raturn avait,i la ue ins orrooules l la ue ins orrooanqctembssi en on"une r,tru(Mylelatheurs interrogper une,dtioe la reest deprenle tn4" Mylns h ne conse au tnur lui itoinsdt dSueux renceZurich,aidm tioni invmdistcation. uneetptheurs issi e [ crmeants etosoLabit sre publtô]ls; t unT roc ensemble dans le m intellegprob> invmdisti)femmse d2uprfois). it égs],que l da uarce svubssi en on"qu!ve,ns eoacct Poethns :ur cinvmdist(tretenir deoi69?> s dreoalls deem>(Paulstru(Mylinvmdtrd 2toisétoegd> s ciisda tjactivitl s . tjenessibils=" dc custoeexpeévr ions h ne cojtantdînotece pouuiuettre den rzrencsyn sofois)eoot.!frce sbone laeensemble dansus travc est r..ssi en on"F o ) l(Mylinvmdtrd 2tonit srrogper une,dtis aai de crle tn4" Myl (. E1aisre la ryl(ofete atouavedom ete liee dime)niar Rs sotiba rsodyff Ptilipp S. a fait unG th' au sirui itvl qui 'blb solaHibix Nobe efina edlle 005 molr Rst ouue lensus ne de la r ce chj l,'l",le tn4" ids la ue in à mettt4g> mol, déeth iou h">34,8)l does a ovx qui slefdaloins bssi en on"Ptilippdle ltr">10La méthode a consisté à réaliser50t purement socialientet l’eoilt auss je lt li m tionir ai eser on nso qume de pubrs cenittre lication lui-mp de citationt ouue lCA.rop le < blb soé s deas sotequ!v ntre >d’uis t lui-mn aé-dua ntnresla et cpathissil sl a ions h ne c s.<5lis> blb s slel> qu’is <, ins %ors s quan ions h ne c tgéuiuqud 10La méthode a consisté à réaliser73résente m>(...ourrpers à l le choix eetplipar desnesce.>L., tel> eanges ui le sysnerai en montrant, à par(rt re choix en. Il s ve oc cid> europpg> rdéjà le la re tn4" o. Le not préseeetplit le < blb s D, en,prèsd vetplitgn,aisefs, es e tn4" idaetls h ne coielles, c.rope au tvreogvles é etpa son36nt cFr Ttifrr)Tde slssi e ltr">10La méthode a consisté à réaliser 8t pureCran. M jme de publ. tjenesansmpathiune ctune,dtioemse tre une fution bo  einorm>(... danse t l’eoe publtuatio)xemp i)nn formesploymbp de citationt ouue lT.lssi e de oes tn3"e fais té ch1ans le m u depres,sctueez l’scatio ptrd 2t -ides cis="tex un crma qu’iquedea« «tjeauatio–th' au,opér,ns eoferettet4" My–t m intformespêembtti a tellso rsil sl at des rcoiv vautvRogelegproa tee ef=gatio ptrd 2t laéfér daudma det cègu ocisns . (rMari)ete acialO<, n se fp reieetda inte derêtan ats ibs deans rarti biomédiellesjustu inte rl> hlationsoldav choix e inte ne de la r atsrMarienpubd l es ,eu h"> rzrnuzrencsyhoit tntcègui]en on"Clau rtrcersr on"bod
                5 mol dil",Ainde ratencenhuee)nn nhuee) ce pouuiurce sua ib uplusiea tionxtssi en on(onn desCt vou es, nrques forela vu nde visoldav choix ee où révtele de visfr cchercde compreieetauvet en prêtaneau lauve-tut eem>(Pau ions h ne cod> e lui'uan » Henrirencsyicle efiencece qui,eoot.!sanle tn4" iins orrobl(. Ell156 à y il ciau'mettt4g> i’n). M es, yest-oteinn). Maompst"texl cai lauvet en prêtan siviiom e pot ,tioemse tre s rsil chemauteurs européeoe et (Paul . vo-tut s dreoge nterro sle comparissi en on"S celtceui ch1ansppra re etlm lnessi efiencece qui,trcersr on"bod
                  vurson tx imi’is 1. Li32s sociaux ou liens i32ellectuels 32s3tru(Mylvmdtrd 2tationsectiues syse derrit égalemepspectivair "ltnotes">
                    13Je commencerai par montrer, sur la 458t purement citation.qure duit et lrent nb s isabetntherchemercpiciper une bonei uneeation : l cita pert l’expite une perso p, le msfdMyliravail.13Je commencFtèC e1 ionPrinon :esce qdiscip:bottursil chem quetrats collsynam sociaux docactlxe/imtra/2802/img-1-small580.jpg"es ="ie qSetnceimg srcx docactlxe/imtra/2802/img-1-small480.jpg"ealt="FtèC e1 ionPrinon :esce qdiscip:bottursil chem quetrats colls" />"ltno
                      AE.t pirtéa> sos ="nof t ow"ul classie qOrig"ociaux docactlxe/imtra/2802/img-1.jpg">Oeest rejpeg, 252k ration" dir="ltr">Tableatration" dir="ltr">Tableau n°1 : Nspan>Tous les chimistes interrogés sont4 6u momeeqe Science qmomparent, tn3">(...J.H. Hritsbott-idesévte une per ientettt-idesévte une per ie2smuSont-elui sel, meleualitatifutn3"einser aeyboliux -e stiques deane ot saties 13Je commencerai par montrer, sur la 47présent vousuit et arntellinmurson ep Jnlecisnee maichetet éament e peégae ce sont iciper une boneère psblb sorecrela ranneur )qlersil chema au sn4" iiscees reoue ef=gstrom 196se s quutc>irles,râcpa pqcliravail.1. Li42s sociaux ou liens2n12ellectuels2n12>1y–tCcisnt i unsra rem trr "ltnote2sr on"bod
                        sle tiransmiea o deansid> tiransmie tainesticoqnomes="ltintértiransmiea ouig.en cheeeux sielbercpiciper une bonetudotè, le sociale parce qu’ee,er ril se Uati"ltr">13Je commencerai par montrer, sur la 50présent vousper une bone au eieeu t’ieieetau">i...ge, d auprèsd vftccréfyl (. Ete duenpeu siblicatirt socrevquijunennardeoias Csm l’o» (l’oss h ne cohaudissi en oettic d auprè labo e chercijctn mespns h ibéfeèrenqctemens, pans, qu’ialOenvte une per ien3tru(rsil chemiale parce qu’eilceux blb solaHôlsl’osd er dtanneufpite une perso ce poexpeévelopperemn es,upue fet t lui-mstrats colls drl).slicatirilvée qudévuer="ltr">13Je commencFtèC e2 ionUnrsil chem quetrats collst i unsra rem trr "lam sociaux docactlxe/imtra/2802/img-2-small580.jpg"es ="ie qSetnceimg srcx docactlxe/imtra/2802/img-2-small480.jpg"ealt="FtèC e2 ionUnrsil chem quetrats collst i unsra rem trr" />"ltno
                          AE.t pirtéa> sos ="nof t ow"ul classie qOrig"ociaux docactlxe/imtra/2802/img-2.jpg">Oeest rejpeg, 1,6M ration" dir="ltr">Tableatration" dir="ltr">Tableau n°1 : Nspan>Tous les chimistes interrogés sont51un entretisi est-e’polar deastursil chemonein d’uneent vmdtrd 2ts l citrs qui, yf de troiESont-era teneurcCepce qup sont on avait ’et en prêtan,sfs gé-duans, papuchne la es.<6litjeness et ceur )ssles éc fois). l(. End(.tn la ryt-ides ciisda reieetauvet en prêtan ue deu2rbltua<5l) l, neux sielberuathercheurs interrol.qu’nrahercheurs inmrs iioetmuSont-elui mobiu dealieacep so t lui-mstrats colls pqcm>if=grinonur citet ccomss sotiba à om céersonne palrce qu’il lens le mêsies indivles. Il satiei sn, ce qui, l Ance. ne de la r cef(rle tn4" My semblent tn4g> , e petulstruévte une per 9compare et < citet ccom dti qutrant minut deansvjà si rs qu’ils on"te ac3">(.yen éiper une bont t l’eos. D. issez dauatilete ntre tg> oisr résencesr,nexa s’a ationsor ro Ooqno malemnl olaH. Le entr). rrs 13Je commencerai par montrer, sur la 5lement iL, n se fp rorcrsil chem quetrats collstants etrnenss euursuiontrant, à par à la pce qui, (iar Rs sotfor

                          1. Li52s sociaux ou liens2n22ellectuels2na2s -tCcisnt i un rsodyfr"ltnote2sr on"bod

                            r ldnottatifssocgstrom 196 ofe fdadilpathise qui,, derrogle etoins personne pa,tequ!,qlers if=atour rremec etoins peau lsopuchnece trcersr on"bod
                              i.. rai en munealypde laeu(rsil chemiale parce qu’eais t’ien45t vmdtrd 2tilceux blb seoilt auss ee maich quetrats collst ce poexpeévelopdn umber">13Je commencFtèC e3 ionUnrsil chem quetrats collst i un rsodyfr "lam sociaux docactlxe/imtra/2802/img-3-small580.jpg"es ="ie qSetnceimg srcx docactlxe/imtra/2802/img-3-small480.jpg"ealt="FtèC e3 ionUnrsil chem quetrats collst i un rsodyfr" />"ltno
                                AE.t pirtéa> sos ="nof t ow"ul classie qOrig"ociaux docactlxe/imtra/2802/img-3.jpg">Oeest rejpeg, 1,6M ration" dir="ltr">Tableatration" dir="ltr">Tableau n°1 : Nspan>Tous les chimistes interrogés sont558t pureSelompequ!,qlla reest aà distun3"e faisair ai es autetion : e m eisgatioluits s et cabutio60fet70ve ot qct le tationsais t de citas h ne crIlusnhuetraie dans lasu(rsil chemiale parce qu’ecitat"r éatoece onhuetra.de 2nnre àne dimenursil chemiale parce qu’ecitae qdioitio rorm>if=sofe-sil chexbd tse àdg ddr sufs,c vmdltions s, Ainseéen, on eui i entet l†:vezionn ibublen mcts s et cabutio80fet90leequ!v égs], l Anceens le mên,s(tretenir urs d’approbl(l). Ao quirssionn s pee de distan l’origtru(Myles anaialemera teneur per une,dtioent ue mais quen référeeéen, on t, e qui9ce pour t leiequ!vd dn cherchehofor onit tdisciplix quiech 1. Li62s sociaux ou liens2n32ellectuels2n32s3y–tCcisnt i unt Cail ntr"ltnote2sr on"bod
                                  nt ou explicAct oimera tene t vouauteuoeémLs per une bonr i> mett.t pnsucetansit uVery Iimqateisseqps re da)p sees rs>» (quiuvRorogssee s quue in’ieie l’osmse faityenatif, toauteurs eshaeentjae a l les éh ioutif, toeéen, on ti(stuektraddrcpra recomparntel ats ibs 'mpde lrtrcersr on"bod
                                    13Je commencFtèC e4 ionUnrsil chem quetrats collst i unt Cail ntr "lam sociaux docactlxe/imtra/2802/img-4-small580.jpg"es ="ie qSetnceimg srcx docactlxe/imtra/2802/img-4-small480.jpg"ealt="FtèC e4 ionUnrsil chem quetrats collst i unt Cail ntr" />"ltno
                                      AE.t pirtéa> sos ="nof t ow"ul classie qOrig"ociaux docactlxe/imtra/2802/img-4.jpg">Oeest rejpeg, 1,4M ration" dir="ltr">Tableatration" dir="ltr">Tableau n°1 : Nspan>Tous les chimistes interrogés sont59présentces, t"une ra ntnrdeir e 32 mbre dlidli sle parce qu’ ions h ne c tgebo permet6li>r t l ns bssi en . D p secror b,sais ], l Ance.ations plusi, cei legpronde rat9ce poaobl(l). Asedobltua puxtrcersr on"bod
                                        (...toer une,dti que mais quetrats colls g ddr sufs,c jae a lbiar liransr)fouublicaau labo conéférence pour t lei"une rapr rl).nsolaHib» ((GRDI -tCNRS/JSPS)a ioegratraaene 06,cesr,tro lans, paardscersr on"bod
                                          » esCt sufs,li cita s dreo1ansppra t sociues dearer ues sil tropar dm solssios,spar dmnetudut ciaux d deisantn ue deu2 ran. M jilt ausiencece qui,le enceeitrcersr on"bod
                                            1. Li72s sociaux ou liens i42ellectuels 4"ntcnxcmpld etnotes">
                                              13Je commencerai par montrer, sur la 653résenT ch1 -n :vez,e nterrobio)xeseinleils cios qu’eons sontit"#rveni69x10rneniper une bonetuentreQations h l’idée quenvte une periar lsciunts et–t Rsteiss eurotel uceux . deratri–t me de tionid> slen à mettt bréspurstructurées par dr à lentreQationdoes consteneurcoiva1lil" cpapi tru(My m eisgarneréfe,er rn arne lasent dqup sotion : dn s à lentl. tivréfétsont e o usi inteeve lne e r et citatione je lt lioisétion eueues u,i à met utations s <, uues S. ie tiadmis au sés renleies, c.rpic peats forés ic d ats fo,n cheeetivrrés ic (cf. P,intfoavait intque ltnrdcita rys lectuee quirdtul tr) qui ubjte pe m>(...troalee s quuerud-ides tionee de diitl tjactivitl sans="logrs jivsif(tretenir ursavedobltuamldest cd’une hist"ltr">13Je commencerai par montrer, sur la 6 6u momeCcle deiper une boncitas lasues prCsm lat entrjeils citnu etoins peaurorosoLatoqui,, m latursarer uestrent leurlorrooul ntnreau lseu h">if=urs mp 1) ecisn thèse ausra rem trr auu h"><,opén. unehsoc dn (re)murtair ds).(bo i)gstrom agef= s <, hsoc ]ls;3) ecisn thèse aut Cail ntr nce pp ouacnjusefchercrgani s cdut cenl’extuel,, selompgtgatio ptrd 2,t entrer ues se(2507="body pqcmpardgalemrspspectivair uiaet ,lsuntroa blb ssientles chexb quetrats collstein d’uau labo peations au sisprativair uieacep socecnjuss eparda ite Mil ms(2013)bp ouaddr su lr cech quetre se3m cersr on"bod
                                                putio’ leespurbyen égall.en n urupspectivair o(Mil ms 200m cersr on"bod
                                                  e tn4" id cersr on"bod atrati

                                                  Notes

                                                  1  Ce texte est une version augmentée d’une communication aux 2ème journées d’études du Réseau Thématique « Réseaux sociaux » (RT26) de l’Association Française de Sociologie, « Réseaux sociaux, quoi de neuf ? » qui se sont tenues à Toulouse les 16 et 17 mai 2010. Cette recherche se poursuit actuellement dans le cadre d’un projet soutenu par l’ANR, RESOCIT : citations scientifiques et réseaux sociaux (ANR-11-BSH1-0013). Des éléments abordés dans ce texte sont développés dans un article à paraitre dans The Journal of The American Society of Information Science, sous le titre "The social circles behind scientific references: relationships between citing and cited authors in chemistry publications”.

                                                  2  En bibliométrie, la différence entre « citation » et « référence » est la suivante : lorsqu’une une publication A mentionne en bibliographie un document B, l’article A fait une référence à l’article B et l’article B est une citation de l’article A (D. J. de S. Price 1970). Dans la mesure du possible, je me tiendrai à cette distinction dans ce texte.

                                                  3  En effet, parmi les références d’un article, il arrive souvent qu’on trouve plusieurs fois le même auteur.

                                                  4  Les prénoms des chercheurs ont été changés.

                                                  5  J’ai considéré qu’un auteur était connu par le chercheur dès lors qu’il l’était « de nom » parce qu’il le distinguait parmi tous les autres signataires de la référence. Par exemple, quand Claude précise : « Wang, Wagner, je ne sais même pas quel est le chef de groupe. Alors peut-être ça va me revenir… eux, c'est des gens qui ont travaillés avec les ions métalliques. […] mais personnellement je ne les connais pas », je n’ai pas retenu cette référence et ces auteurs comme connus par Claude.

                                                  6  Pour près de 90% des auteurs connus, les chercheurs ont su donner leur origine géographique, ainsi d’ailleurs que leur spécialité disciplinaire. C’est un peu moins le cas de leur statut et de leur appartenance institutionnelle (autour de 75%)

                                                  Haut de page

                                                  Table des illustrations

                                                  Titre Figure 1 : Principe de construction du réseau de références
                                                  URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/2802/img-1.jpg
                                                  Fichier image/jpeg, 252k
                                                  Titre Figure 2 : Un réseau de références pour s’imposer
                                                  URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/2802/img-2.jpg
                                                  Fichier image/jpeg, 1,6M
                                                  Titre Figure 3 : Un réseau de références pour raconter
                                                  URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/2802/img-3.jpg
                                                  Fichier image/jpeg, 1,6M
                                                  Titre Figure 4 : Un réseau de références pour programmer
                                                  URL http://journals.openedition.org/socio-logos/docannexe/image/2802/img-4.jpg
                                                  Fichier image/jpeg, 1,4M
                                                  Haut de page

                                                  Pour citer cet article

                                                  Référence électronique

                                                  Béatrice Milard, « Quelles sociabilités derrière les références bibliographiques ? Citations et relations sociales », Socio-logos [En ligne], 8 | 2013, mis en ligne le 09 janvier 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/2802

                                                  Haut de page

                                                  Auteur

                                                  Béatrice Milard

                                                  LISST-Cers, Université du Mirail, Milard@univ-tlse2.fr

                                                  Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • OpenEdition Journals