Navigation – Plan du site

L’horizon vertical de la recherche

La socialisation de laboratoire d’apprentis chercheurs en sciences sociales
Collectif TMTC

Résumé

Si les doctorants contribuent au même titre que les chercheurs « en poste » à l’élaboration de la production scientifique, ils n’occupent pas pour autant une place stabilisée dans l’espace académique et gardent administrativement le statut d’étudiant tout au long de leur thèse. Cet article se propose d’étudier le processus de socialisation de ces « apprentis chercheurs » dans deux laboratoires en sciences sociales au sein desquels l’horizontalité dans les rapports entretenus entre titulaires et doctorants est valorisée. Il entend montrer comment ces structures façonnent leurs membres au cours des années de thèse, mais aussi la manière dont les doctorants, entre ressources et contraintes, « travaillent » leur institution par des opérations de (dés)investissement ou de (ré)appropriation de dispositifs conçus pour, avec ou par eux dans les laboratoires. A travers les modes d’organisation et d’agencement de certaines activités, les modalités de prise de parole dans les arènes du laboratoire, voire dans les sollicitations des doctorants en direction des titulaires, réapparaissent des marqueurs de relations hiérarchiques. C’est cette tension entre une politique d’horizontalité et le constat d’une verticalité structurant la socialisation des doctorants au sein des laboratoires que ce collectif d’auteurs se propose d’interroger afin de saisir les déterminants sociaux et institutionnels de cette socialisation de laboratoire.

Haut de page

Texte intégral

1La réalisation d’un doctorat ne se résume pas à la rédaction d’un manuscrit de recherche. Les doctorants effectuent diverses tâches contribuant à l’apprentissage de savoir-faire et de savoir-être constitutifs de l’exercice du métier d’enseignant-chercheur. Pour ce faire, ils peuvent miser sur les ressources acquises tout au long de leur trajectoire dans divers temps et espaces, académiques ou non, au gré des contacts tissés, collègue après collègue, colloque après colloque.

2Par contraste avec les approches traditionnelles de la socialisation scolaire et professionnelle, et plus particulièrement doctorale, notre objectif vise moins à restituer les conditions du « devenir enseignant-chercheur », la « carrière du doctorant » ou encore à réfléchir à sa « position » (Di Filippo et al., 2013), qu’à envisager la socialisation doctorale en sciences sociales comme un processus tout autant collectif qu’individuel. C’est par le prisme d’instances singulières que constituent selon nous les laboratoires de recherche que nous avons choisi de le saisir. Ce travail entend montrer comment ces structures façonnent leurs membres au cours des années de thèse, mais aussi la manière dont les doctorants, entre ressources et contraintes, « travaillent » leur institution par des opérations de (dés)investissement ou de réappropriation de dispositifs conçus pour, avec ou par eux dans les laboratoires.

  • 1  Nous avons fait le choix de baptiser les unités de recherche en question Pi et Sigma, et l’univers (...)
  • 2  Si la Charte du laboratoire Pi représente un cas particulier de cadre réglementaire conçu par et p (...)

3Plus précisément, nous avons choisi de nous intéresser à l'exercice pratique et collectif du doctorat dans deux unités de recherche en sciences sociales appartenant à la même université1 – dont les sept rédacteurs de l’article sont membres –, qui ont la particularité de mettre en avant « l’horizontalité » exercée à l’endroit de leurs doctorants. La notion d’« horizontalité », utilisée par plusieurs de nos enquêtés, est ici employée pour décrire les formes de relations entretenues au sein des deux laboratoires, à l’aune d’une spécificité qui voudrait que les doctorants soient traités comme des pairs, des collègues à part entière. Ce discours est tantôt stabilisé dans une charte des doctorants2, tantôt rappelé dans les évaluations successives rendues par l’Agence d’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur (AERES), et valorisé par les directeurs de ces unités de recherche, de telle sorte que nous le désignons comme une politique d’horizontalité, dont la genèse et les effets nous intéressent ici. Or cette politique d’horizontalité apparaît structurellement en tension avec un résidu variable de verticalité dans les relations entre membres permanents et temporaires. En effet, au sein de leur laboratoire de rattachement, les doctorants, en tant qu’apprentis chercheurs, sont à la fois considérés comme de « futurs » et de « jeunes collègues » (Louvel, 2006) par les « titulaires ». S’ils contribuent à l’élaboration de la production scientifique de leur laboratoire et à son rayonnement, ils n’occupent pas pour autant une place stabilisée dans l’espace académique et gardent administrativement le statut d’étudiant tout au long de leur thèse. Aussi, une tendance à la verticalité se manifeste dans les modes d’organisation et d’agencement de certaines activités, les modalités de prise de parole dans les arènes du laboratoire (assemblée générale, séminaires), voire dans les sollicitations des doctorants en direction des titulaires, se traduisant par la réapparition de marqueurs de relations hiérarchiques. L’idée selon laquelle ils sont des « quasi-collègues » témoigne de l’hétérogénéité et de l’ambivalence des relations qui les lient aux chercheurs « en poste ». C’est cette tension entre une politique d’horizontalité et le constat d’une verticalité structurant la socialisation des doctorants au sein des laboratoires que cet article se propose d’interroger.

  • 3  Cf. Encadré méthodologique. Nous tenons particulièrement à remercier Pauline Grimaud et Maïwenn Pr (...)

4Combinant un travail par entretiens, sur archives et à partir de bases de données statistiques3, nous montrerons que la socialisation de laboratoire – incarnée ici dans une conception partagée et des pratiques hétérogènes – imprègne les dispositifs mis en place pour et par les doctorants et marque différemment ces derniers selon leurs profils, leurs ressources et leurs trajectoires. Aussi, à l’instar des auteurs de Boys in White (Becker et al., 1961) pour qui « il ne saurait être question de confondre les produits effectifs de la socialisation avec les buts officiels de l’instance socialisatrice » (Darmon, 2006, p. 81), notre objectif n’est ni d’établir quelle socialisation « prédomine et oriente le statut des doctorants » (Louvel, 2006, p. 2), ni de souligner un décalage entre des discours et des actes. Il s’agit, au contraire, de pointer ce que le discours de l’horizontalité fait à l’activité collective des « apprentis chercheurs » afin de comprendre ses effets de sélection sur les doctorants et de saisir les déterminants sociaux et institutionnels de la socialisation du doctorant dans son laboratoire.

5Pour ce faire, nous rendons compte dans une première partie des conditions de possibilité de cette socialisation, d’une part en restituant l’histoire des deux laboratoires à l’aune de la place laissée aux doctorants par leurs fondateurs et leurs titulaires, et d’autre part en réalisant une sociographie de leurs doctorants, situant notre population enquêtée par rapport à l’ensemble des doctorants des deux laboratoires. Dans une seconde partie, nous interrogeons le caractère horizontal de différents dispositifs de socialisation doctorale, produits de l’histoire des laboratoires, en prêtant attention aussi bien aux trajectoires d’individus les ayant investis à différentes époques, qu’aux configurations relationnelles et aux contextes institutionnels au sein desquels ils se sont déployés.

Encadré méthodologique : Dispositif et conditions de l’enquête collective

Cet article s’appuie sur un corpus de données empiriques hétérogènes. Des entretiens ont été menés avec quatre des fondateurs et d’anciens directeurs des deux laboratoires, anonymisés Pi et Sigma, afin de retracer une partie de l’histoire et de l’« idéologie » respective de ces deux laboratoires rattachés à la même université : Omega. Parallèlement, nous avons rencontré dix doctorants au laboratoire Pi, encore inscrits ou ayant soutenu, en les sélectionnant selon leur période d’entrée dans le laboratoire (avant 2012) (cf. infra). Dans le laboratoire Sigma, nous avons procédé à cinq entretiens avec des doctorants aujourd’hui en poste ou en fin de thèse. L´asymétrie des matériaux recueillis s’explique principalement par le plus faible nombre de doctorants accueillis au Sigma.

Suite à la campagne d’entretiens, et en complément de celle-ci, nous avons envoyé 44 questionnaires à d’anciens doctorants des deux laboratoires portant sur l’origine sociale, le parcours scolaire et universitaire et l’expérience du doctorat. Le but de cette démarche était de clarifier et de situer l’échantillon d’individus rencontrés en entretien. Nos 44 questionnaires ont été envoyés aux individus pour lesquels le nom a été cité plusieurs fois en entretien et dont nous pensions qu’ils avaient eu un rôle dans les différents dispositifs de socialisation étudiés. Nous avons reçu 16 réponses qui ont été intégrées au corpus des individus interrogés.

Par ailleurs, nous avons pu mobiliser dans notre analyse une base de données issue des enquêtes APOGEE de l’Observatoire de la Vie Étudiante (OVE) de l’Université Omega recensant tous les individus ayant poursuivi une thèse au cours de la période 1995-2012 dans les laboratoires de sociologie et de science politique de l’université considérée. Au total, ce sont 119 doctorants pour le Laboratoire Pi et 25 pour le laboratoire Sigma pour lesquels nous disposons des données telles que le sexe, l’année de naissance, le lieu de résidence, le type de bac obtenu, l’année d’inscription en thèse, le directeur de thèse, l’état d’avancement ou d’achèvement de la thèse (soutenue, abandonnée, changement d’université, en cours). Cette base, anonyme, nous a permis d’obtenir une première image de l’ensemble des doctorants ayant fréquenté les laboratoires étudiés au cours de cette période.

Pour finir, nous nous sommes penchés sur l’étude des archives des deux laboratoires. Dans le cas du laboratoire Sigma, les procès-verbaux des Assemblées générales (AG), ainsi que les archives de l’ancien directeur, ont été dépouillés. Pour le laboratoire Pi, nous avons eu accès aux archives des anciens directeurs : comptes rendus des AG, des bureaux du laboratoire et des séminaires, traces écrites des projets scientifiques à différentes étapes de leur élaboration, bilans des doctorants, documents de mise en place des séminaires et des différentes activités doctorales. Nous avons enfin consulté les archives des doctorants : les programmes des séminaires des doctorants et l’ensemble des échanges mails parus antérieurement et postérieurement à la mise en place d’une liste de diffusion réservée aux doctorants de 1999 à 2012.

Le recueil d’un tel volume et d’une telle variété de matériaux a été possible grâce au caractère collectif de cette recherche. Celui-ci ne s’est pas réduit à une simple répartition des tâches mais nous a conduit à réfléchir à la richesse qu’offre, en termes de recueil empirique et de réflexivité, une recherche conduite par sept personnes (Weber, 1987 ; Collectif Onze, 2013). Dans la mesure du possible, nous avons décidé de mener les entretiens en binôme – composé le plus souvent d’un membre de chacun des laboratoires et pour deux entretiens en binôme avec des étudiantes de deuxième année de Master. Le travail d’analyse des entretiens et des archives a été réparti pour permettre à chaque contributeur d’avoir une photographie exhaustive des matériaux des deux laboratoires.

L’écriture est enfin le fruit d’une expérience et d’un processus de bout en bout collectifs.

1. Des conditions de possibilité de la socialisation de laboratoire

1.1. Des laboratoires de recherche conçus comme des lieux de socialisation : déclinaison historico-institutionnelle d’une idée

6Au premier abord, les deux laboratoires en sciences sociales étudiés présentent des similarités manifestes : tous deux rattachés au CNRS, à une université française – l’une des quatre fondées dans des villes nouvelles d’Ile de France dans le cadre du Plan U2000 – et à une même école doctorale, ils sont également situés dans un espace urbain périphérique de la région parisienne : la grande couronne. D’un point de vue disciplinaire, les appartenances sont distinctes : le Pi est un laboratoire de sociologie générale majoritairement composé de sociologues, tandis qu’au laboratoire Sigma, spécialisé dans le domaine de la sociologie de la déviance et des politiques pénales, une majorité de politistes côtoient sociologues, historiens, et quelques juristes. Ces deux laboratoires constituent aussi, dans le paysage français, des structures de recherche de taille moyenne avoisinant un effectif total de 50 membres chacun. Les doctorants représentent toutefois près de la moitié des effectifs du laboratoire Pi, tandis qu’ils ne composent que le cinquième des effectifs du Sigma.

  • 4  Entretien avec l’un des anciens directeurs, janvier 2015.
  • 5  Nous nous référons ici au Plan Université 2000 mis en œuvre entre 1990 et 1995, ayant notamment co (...)

7Le Sigma est un laboratoire relativement ancien, investi de manière tardive par les doctorants. Créé en 1969, il s’établit progressivement comme un laboratoire de référence en sociologie de la déviance et des politiques pénales, largement inséré dans des réseaux de recherches internationaux. Les chercheurs du Sigma deviennent alors non seulement des acteurs importants en la matière au sein du monde académique, mais interviennent par ailleurs largement dans la sphère administrative, le ministère de la justice étant leur tutelle originelle. C’est en 1979 que le laboratoire Sigma se lie au CNRS et la majorité de ses membres dépend actuellement statutairement de cette institution. Initialement, seuls quelques membres du laboratoire disposaient d’une habilitation à diriger des recherches (HDR) leur permettant d’encadrer des doctorants. Ces derniers étaient donc assez peu nombreux et, en l’absence de rattachement à une université et à une école doctorale, plus fortement liés à leur directeur de thèse qu’à une unité de recherche spécifique. Le laboratoire intègre en 1995 des locaux à proximité de l’université, mais il faut attendre le milieu des années 2000 pour qu’il soit rattaché juridiquement à celle-ci. Dans un souci de « rajeunissement du laboratoire », le nouveau directeur de l’époque dit avoir suscité cette association dans l’optique d’attirer et de former de jeunes chercheurs en favorisant leur « placement » et leur « socialisation académique »4. Pour autant, il apparaît que le mouvement d’inclusion d’un nouveau type d’acteurs au sein du laboratoire est intimement lié à des logiques propres à la politique globale de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR)5 visant à promouvoir la présence doctorale dans les activités de recherche et insistant sur l’insertion professionnelle des jeunes docteurs (Neave, 2003). Le dépouillement des archives du Sigma nous apprend en effet que l’AERES pointait dans son rapport d’évaluation du laboratoire (antérieur à ce rapprochement) la relative absence des doctorants dans les activités du laboratoire.

  • 6  Il s’agit souvent de courts contrats de recherche qui consistent à « assister » un chercheur du la (...)

8Le recrutement de nouveaux doctorants s’est opéré en deux temps. L’investissement de l’arène universitaire débouche, en premier lieu, sur la création d’un Master au sein duquel des chercheurs du Sigma enseignent et qui constitue un vivier de candidats potentiels au doctorat. Certains d’entre eux sont, dans ce contexte, incités à réaliser un stage de recherche en deuxième année de Master ou un contrat à durée déterminée6 au Sigma préalablement à leur entrée en thèse. Ces premiers travaux de recherche constituent d’une certaine manière l’expérience initiatrice de leur vie de laboratoire. L’association avec l´université se traduit dès lors par une arrivée massive de doctorants depuis 2009 qui constituent désormais un groupe identifiable au sein du laboratoire Sigma.

  • 7  L´AERES a également entériné dans ses évaluations le choix du Sigma de ne pas se doter d´un consei (...)
  • 8  La revue en question est publiée et envoyée à tous les fonctionnaires du ministère de la Justice.

9S’agissant du quotidien du laboratoire, l’éloignement relatif de Paris et de l’UFR de Droit et Sciences politiques, où sont dispensés la plupart des cours, ne favorise guère une présence assidue dans les locaux. Les activités du Sigma – séminaire général et assemblée générale (AG) – se concentrent sur une seule journée dans la semaine, comme c’est d’ailleurs le cas au Pi, afin de fédérer le collectif autour d’événements réguliers. En AG, traditionnellement, tout membre du laboratoire dispose d’une voix7. L’arrivée des doctorants n’a pas remis en cause ce principe et ce mode de fonctionnement : les jeunes chercheurs constituent dès leur entrée en thèse des acteurs décisionnaires dans cette arène. Du point de vue des activités académiques, les archives des comptes rendus d´AG témoignent que les directeurs successifs du Sigma encouragent les doctorants à se saisir, au même titre que les statutaires, des dispositifs collectifs, en présentant leurs travaux en séminaire général, en produisant des contributions dans la revue du laboratoire8, ou encore en intervenant devant les professionnels du droit. L’investissement des doctorants au sein du laboratoire passe aussi par une activité d'enseignement au sein des départements de science politique et plus récemment de sociologie. Il est à cet égard intéressant de relever que la majorité des membres du Sigma ayant une activité d’enseignement sont des doctorants.

10A la croisée de plusieurs institutions (ministère de la Justice, CNRS, université), le Sigma a ainsi été durablement marqué par ses deux plus anciennes tutelles. Son approche spécialisée et pluridisciplinaire sont des caractéristiques non négligeables dans le processus de socialisation de ses membres.

11Plus récent, le Pi a été conçu comme un espace d’accueil et de formation des doctorants. Prenant ses quartiers au sein de la même université, il naît au milieu des années 1990 sous l’impulsion de quatre universitaires, alors professeurs de sociologie à Paris et en province, et d’un jeune chargé de recherche. Laboratoire de sociologie générale, rattaché au CNRS depuis 1998, il accueille principalement des sociologues et à la marge quelques démographes et historiens dans un souci d’interdisciplinarité.

  • 9  L’équipe des fondateurs du laboratoire Pi est fortement marquée par des socialisations militantes (...)
  • 10  Expressions d’un des fondateurs du laboratoire Pi lors de l’entretien réalisé en décembre 2014.

12Si des différences de caractéristiques sociales, de parcours, d’expériences militantes9 ou encore de thématiques de recherche existent au sein de l’équipe qui participe à la fondation de ce laboratoire, la création du Pi résulte d’une volonté commune de créer un « vrai labo » - « pas que sur le papier » - dans « l’esprit de l’école de Chicago »10. Autrement dit, un laboratoire qui est au centre des enseignements de la filière de sociologie et place les doctorants au cœur de son organisation. Dans la lignée de ce qui a présidé à la fondation de l’Association des sociologues enseignant-e-s du supérieur (ASES) en 1989 et à laquelle ces mêmes universitaires contribuent, l’objectif affiché, dans les discours ou documents officiels, est alors moins de fonder une « école » que de promouvoir un projet théorique et scientifique. Celui-ci se base sur une vision commune de la sociologie, « d’enquête, collective, de terrain » (Nicourd, 2007, p. 3), sur « l’horizontalité » des membres, sur la « convivialité », sur la centralité de la recherche et, dans ce cadre, sur la socialisation doctorale au sein du laboratoire.

  • 11  Cf. Encadré méthodologique.
  • 12  Relevé des décisions du bureau, 2004.

13Les premiers doctorants rejoignent le laboratoire dès sa création, suivant les fondateurs d’un laboratoire à un autre (12 doctorants avant 1997-1998, Base APOGEE 1995-201111). Sous l’impulsion du premier directeur, un séminaire des doctorants est mis en place par deux jeunes doctorantes en quatrième année de thèse et issues de deux universités parisiennes. La nouvelle direction qui s’installe au début des années 2000, dans la « filiation idéologique » des fondateurs, poursuit la même politique vis-à-vis des doctorants. Ces années-là, de nombreuses discussions entre la direction, le laboratoire (en AG) et les doctorants (dans leurs séminaires) visent à mettre en place un comité de suivi de thèse, qui deviendra un comité de suivi de fin de thèse pour accompagner les doctorants au-delà du colloque singulier doctorant/directeur de thèse. Le changement de nom marque une volonté de se démarquer des « comités de thèse dont la pratique tend à se répandre », pour en faire non pas un instrument au service de thèses courtes par principe, mais un lieu d’échange extra-scientifique et de socialisation autour des perspectives, des contrats et des enseignements12, dans un laboratoire qui se positionne contre le recrutement local.

14D’un point de vue décisionnel prévalent pour les fondateurs les principes d’« égalité cognitive » et de « démocratie », nul comité scientifique ou d’administration, le pouvoir revient là aussi à l’assemblée générale, qui se réunit quatre fois par an. Comme au Sigma, les doctorants y ont le droit de vote, au même titre que tout autre membre du laboratoire. L’ordre du jour est discuté dans un bureau, qui est l’émanation des composantes du laboratoire, où siègent deux représentants des doctorants. S’institutionnalisent des moments de sociabilité et de socialisation organisés : des séminaires résidentiels annuels de trois jours (puis deux) sont organisés dès 1997, rassemblant les premières années plus des trois quarts des membres du laboratoire et les prétextes pour se réunir sont nombreux (pot de départ en retraite, pot de naissance, repas de Noël, galette des rois, etc.). Un changement de direction à la fin des années 2000, concomitant à une période de « creux » d’inscription en thèse, génère une « désaffiliation » manifeste conjuguée à une forme de rupture avec la politique d’horizontalité promue par les fondateurs du laboratoire. Les dispositifs collectifs sont alors désertés par les doctorants (à l’exception du séminaire des doctorants) et la politique d’horizontalité du laboratoire se fait moins effective. Le laboratoire traverse dès lors une crise importante vécue de manière variable par les jeunes chercheurs, qui insistent néanmoins en entretien sur le fait que les tensions entre les directeurs de thèse au sein de Pi ne se sont pas déclinées parmi les « écuries » de leurs doctorants, signe d’une forte cohésion dans le groupe des doctorants qui se préserve ainsi de l’épisode de crise aux dépens d’une fréquentation assidue et socialisante des activités de laboratoire.

1.2. La sociographie des doctorants enquêtés comme préalable à l’objectivation des formes de socialisation à l’œuvre

15Les trajectoires sociales, scolaires et académiques des 33 doctorants et anciens doctorants interrogés, inscrits en thèse entre 1993 et 2011 dans les deux laboratoires, témoignent de processus de socialisation antérieurs et parallèles, déterminants dans les choix qui entourent leur poursuite d’études en thèse. Corrélativement, leur recrutement par le laboratoire et ses membres décisionnaires (HDR) peut lui-même se comprendre par des mécanismes sociaux et scolaires de « sélection progressive » (Bourdieu et Passeron, 1964 ; Convert, 2010 ; Millet et Moreau, 2011).

16Caractériser l’ensemble de la population des doctorants inscrits en thèse au sein des deux laboratoires dans la période considérée (1995-2011 et 2003-2011) est, par conséquent, un préalable indispensable pour situer notre échantillon et en saisir la spécificité au regard de notre questionnement sur sa socialisation. Pour ce faire, nous nous appuierons sur l’exploitation de la base de données qui recense l’ensemble des inscriptions à l’université (base APOGEE), en la croisant avec certains résultats obtenus à partir du traitement des entretiens et des réponses aux questionnaires, afin d’élaborer des statistiques descriptives de notre population, notamment par cohorte, et de reconstituer leurs trajectoires.

17Dans le laboratoire Sigma, on enregistre 25 inscriptions en thèse depuis 1995. Neuf thèses ont été soutenues, sept abandonnées, huit sont en cours et un doctorant a changé d’université et donc de laboratoire de rattachement au cours de sa thèse. Nos enquêtés sont trois hommes (tous docteurs et poursuivant actuellement leur carrière dans l’enseignement supérieur) et trois femmes (deux doctorantes en fin de thèse et une ancienne doctorante dont la réinscription en 6ème année de thèse a été refusée). Ils sont plus jeunes que la moyenne des doctorants du laboratoire (25,5 ans contre 29 ans) même si, comme plus des deux tiers d’entre eux, ils ont commencé leur thèse avant 30 ans. Ils font tous l’intégralité de leur cursus dans une université d’Ile-de-France, à l’exception d’un des anciens doctorants qui passe par l’Ecole Normale Supérieure de Cachan (ENS) avant d’intégrer un Institut d’Etudes Politiques (IEP) de province. L’hétérogénéité des parcours universitaires (science politique, droit, philosophie, histoire, sociologie) s’explique par le caractère pluridisciplinaire de ce laboratoire. Dans ce laboratoire, cinq de nos six enquêtés ont bénéficié d’un financement et ce, dès leur entrée en thèse. Si on ne dispose pas de données sur l’origine sociale de tous les doctorants passés par le Sigma, notre échantillon comprend trois individus issus des catégories populaires (père ou mère exerçant un métier d’ouvrier ou d’employé) et deux des catégories moyennes ou supérieures (père ou mère cadre ou profession intermédiaire).

18Le laboratoire Pi est quant à lui caractérisé par une population doctorante numériquement plus importante dès sa création. Sur la période concernée (1995-2011), 119 doctorants s’inscrivent en doctorat, 55 soutiennent leur thèse, 44 l’abandonnent, 11 ne l’ont pas encore soutenue à ce jour, tandis que six ont changé d’université. La durée moyenne des thèses sur la période est plus élevée qu’au laboratoire Sigma (5,2 ans contre 4,6 ans).

  • 13  A l’instar de cet échantillon, les sept auteur-e-s de cet article sont issus des deux laboratoires (...)

19L’échantillon enquêté au Pi est composé de 24 personnes interrogées, dont 15 femmes et 9 hommes. Deux tiers d’entre eux bénéficient d’un financement. Nos enquêtés sont proportionnellement plus financés et plus jeunes à l’entrée en thèse que la moyenne des doctorants du laboratoire (29 ans contre 32 ans). Leurs trajectoires dans l’enseignement supérieur sont nettement plus homogènes qu’au Sigma. Alors que huit d’entre eux ont des parcours variés (quatre ont fait une partie de leurs études à l’ENS-Cachan, un en IEP, un en BTS puis en IUT, un dans une école de commerce, un dans une école de journalisme,) ils sont une grande majorité (16) à avoir effectué un cursus à l’université, dont 14 en sociologie, 10 entièrement à l’Université Omega, trois à Paris et trois en province avant d’entamer des études à Paris dès le Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA)13.

20La population enquêtée est davantage qu’au laboratoire Sigma et que la population étudiante en sociologie (Renisio, 2015), issue des catégories moyennes ou supérieures (22 d’entre eux si l’on considère la profession d’un des deux parents). Le poids du capital scolaire et culturel familial est également fort chez huit de nos enquêtés dont les parents occupent ou ont occupé un poste dans l’enseignement secondaire, supérieur ou la recherche.

  • 14  Les non réponses aux questionnaires concernent davantage d’anciens doctorants ayant abandonné leur (...)

21 Dans les deux laboratoires enquêtés, il apparaît que l’obtention d'un financement doctoral mais aussi l’intégration du directeur ou de la directrice de thèse influencent fortement le maintien en thèse ainsi que le sentiment de légitimité pour répondre à l’enquête. En effet, dans le cas du Pi comme du Sigma, on observe l’abandon d’un groupe de doctorantes, encadrées par une même directrice, mais relativement en marge des laboratoires et dont les objets de recherches sont éloignés de ceux de leurs structures d’appartenance. Ainsi, au Pi, sur quinze doctorantes sous la direction d’une même chercheuse, neuf n’ont jamais soutenu leur thèse, et plus largement, au Pi comme à Sigma, aucune de ces doctorantes ne répondra à notre enquête14.

  • 15  Ces “sortants” sont respectivement phytothérapeute et formateur en école de santé, formateur dans (...)

22Aussi, les anciens doctorants qui nous ont répondu poursuivent davantage que la moyenne une carrière dans l’enseignement supérieur et la recherche et obtiennent globalement un poste de titulaire plus tôt que ceux qui suivent la même voie dans l’ensemble de la population. 15 individus occupent aujourd’hui un poste de Maître de Conférences (MCF) ou chargé de recherches au CNRS en France ou à l’étranger (13 pour le laboratoire Pi et deux pour le laboratoire Sigma), deux sont ingénieurs de recherche, deux occupent aujourd’hui un poste de post-doctorant à l’étranger, quatre sont sortis de l’ESR15, neuf sont encore en cours de thèse en 2011.

23Notre échantillon représente par conséquent une fraction réduite de la population totale des doctorants inscrits au Pi et au Sigma : elle est relativement mieux dotée – socialement, culturellement, économiquement – que l’ensemble, globalement plus financée, encadrée par des directeurs de thèse – essentiellement des hommes – très intégrés au laboratoire, et se projetant plus que les autres à moyen ou long terme dans l’ESR. Cela explique aussi que nous avons globalement affaire à une population « socialisée » au, par et dans les laboratoires. Le choix de notre échantillon n’a donc pas été guidé par une contrainte de représentativité statistique mais par une ouverture raisonnée à des profils suffisamment divers pour mettre en lumière les effets de trajectoires sur l’investissement différencié des dispositifs de socialisation. C’est la raison pour laquelle notre échantillon s’est vu être resserré – volontairement, mais aussi en partie en raison des contingences de l’enquête de terrain – autour des individus engagés dans ces dispositifs.

24Après avoir proposé un cadrage de la situation des doctorants attentif à l’évolution des caractéristiques des laboratoires, du contexte institutionnel et des propriétés de ses membres, nous proposons dans la partie suivante de porter notre attention sur les activités organisées, dans lesquelles les doctorants sont partie prenante.

2. L’horizontalité en actes ? Les doctorants et les dispositifs de socialisation

25La tension entre l’horizontalité des relations promue et leur verticalité parfois constatée gagne à être décrite à l’aune de cas concrets, reconstitués via le travail d’archives et d’entretiens. En explorant cette tension à travers une gamme variée de dispositifs, on peut mieux comprendre ce qu’ils font aux doctorants et ce que ces derniers en font.

2.1. Le laboratoire dans l’université : l’apprentissage du métier d’enseignant

26Centrale dans l´expérience de socialisation des doctorants, l’activité d’enseignement permet d’observer comment l’entrée dans le métier, plus ou moins collective et/ou accompagnée, reste fortement liée à la place des laboratoires au sein de l’université et au rapport que les doctorants-enseignants entretiennent avec les titulaires.

  • 16  Entretien avec Isabelle, père technicien ensuite ingénieur, et mère au foyer exerçant des « petits (...)

27Le rôle joué par l’enseignement dans l’entrée au laboratoire est récurrent dans les discours des anciens doctorants du laboratoire Pi, que ce soit à travers le partage des tâches pédagogiques avec les enseignants titulaires ou par les échanges informels autour de l'activité d’enseignement. Étant donné le lien étroit entre filière et laboratoire, l’enseignement oblige de fait à une présence physique au laboratoire, ce qui permet de nouer des contacts avec des titulaires, parfois rencontrés pour la première fois, et de créer un sentiment d’appartenance au collectif, qui se traduit notamment par le tutoiement et la volonté de « discuter de pédagogie »16 entre pairs, contribuant à instituer la relation entre collègues (Soulié, 1996, p. 60). La vertu intégratrice de cette expérience s’observe à plusieurs reprises dans les récits des doctorants qui se succèdent au Pi : une expérience « heureuse », qui fait d’eux « des membres de l’équipe pédagogique », des « collègues à part entière », qui aide à « construire sa posture d’enseignant chercheur », et, pour le dire dans les termes des auteurs de Boys in White, à passer « de l’autre coté du miroir » (Becker et al., 1976). Néanmoins, si ce propos est régulier dans les récits rétrospectifs des années de monitorat, pour les doctorants qui reviennent sur leur période d’ATER – en particulier en fin de thèse -, ce discours laisse aussi régulièrement place à l’expression de difficultés, notamment vis-à-vis de l’investissement conséquent qui pèse sur l’avancée du travail de thèse proprement dit. Plusieurs doctorants insistent sur le caractère chronophage des charges d’enseignement et sur le risque de s’y réfugier face aux diverses formes d’angoisse qui accompagnent l’écriture de la thèse.

  • 17  A chaque contrat doctoral peut être associée une activité complémentaire. Celle-ci peut être une m (...)

28Du côté du Sigma, les doctorants rencontrés sont également nombreux à avoir assuré des tâches d’enseignement, comme au Pi, via la « voie royale » des monitorats ou des ATER (Lizé, Poullaouec, 2002, p. 4). Cependant, contrairement aux doctorants de Pi, leur socialisation au métier d’enseignant s’opère de manière plus indépendante des titulaires de leur laboratoire, moins nombreux à enseigner, et avec lesquels les échanges sont par conséquent nettement moins fréquents. L’enseignement apparaît comme déconnecté de la vie de laboratoire et les vertus socialisatrices de ces activités sont moins souvent évoquées. Une anecdote contée par Amandine, qui s’inscrit en thèse au Sigma à la fin des années 2000 et qui apprend par hasard qu’une charge d’enseignement est associée à son contrat doctoral17 est assez révélatrice de cette fonction différentielle de l’enseignement dans la socialisation de laboratoire.

« Au tout début [de la thèse], j’ai reçu un mail de l’université dans lequel on me disait que mon cours aurait lieu tous les jeudis de telle heure à telle heure. J’y ai répondu en affirmant ma surprise : "je ne savais pas qu’on devait encore suivre des cours en doctorat” … “Ha non !” a répondu mon interlocutrice “le cours c’est vous qui le donnez !”… Voilà comment je suis devenue monitrice [...] sans consentement ou demande de ma part. » [Amandine, 30 ans, allocataire, père agriculteur, mère assistante maternelle]

  • 18  Charles Gadéa et Charles Soulié notent également le peu de publication sur l’enseignement et la fo (...)

29Toutefois, la relation « horizontale » qui se construit entre des collègues enseignants présente bien souvent le défaut de s’installer aux dépens d’une réflexion sur l’apprentissage spécifique de cette partie de l’activité18. C’est d’ailleurs en ce sens qu’à la suite d’échanges nourris par mail visant à critiquer les conditions d’enseignement un groupe de doctorants initie, au début des années 2000, les premières réunions informatives sur l’activité pédagogique. Cette objection quant au défaut de (in)formation se réinvite régulièrement dans les débats, notamment à chaque nouvelle vague d’arrivée de doctorants, comme en témoigne quelques années plus tard Guillaume :

« L’enseignement on n'en parle jamais, on fait comme si c'était très simple d'enseigner. Et on avait proposé des trucs. Ils ne se sont jamais faits comme notamment l'idée qu’un titulaire assiste à certains de nos cours. Isabelle (enseignante responsable de la filière) était plus ou moins motivée par l'idée mais les autres n'ont pas voulu en disant que les étudiants se demanderaient pourquoi il y avait un autre prof dans la salle. Ce qui n'est pas faux mais qui montre aussi l'ambivalence : oui c’est bien, mais en même temps concrètement rien ne se fait ». [Guillaume, 32 ans, père chef d’entreprise, mère éducatrice spécialisée]

30Cette observation rejoint le constat fait par Charles Gadéa et Charles Soulié (Gadéa et Soulié, 2000), et la réflexion proposée par Delphine Serre « autour de [ses] pratiques d’enseignement » (Serre, 2012). Ils regrettent le peu de communication et d’échanges pédagogiques entre les titulaires responsables des cours magistraux et les chargés des travaux dirigés qui y sont rattachés, majoritairement doctorants, moniteurs, ATER ou vacataires. Cette « autonomie imposée », souvent « au nom de la liberté pédagogique » (Serre, 2012, p. 80) suppose de « bricoler » et de rechercher des « inspirations extérieures », notamment auprès de ses collègues doctorants. Aussi, l’accent mis sur l’autonomie pédagogique par les titulaires et l’absence de dispositifs de formation (en dehors de ceux officieux et « horizontaux » entre doctorants) contribuent à réintroduire une forme de verticalité dans l’apprentissage du métier d’enseignant chercheur. D’un côté, cela tend à renforcer les inégalités entre doctorants, liées aux différentes dispositions et ressources acquises tout au long de leur trajectoire : un parcours antérieur comme enseignant dans le secondaire ou « colleur » (c’est-à-dire interrogateur oral) en classes préparatoires, favorisent par exemple l’acquisition de certains codes relatifs aux manières de faire (méthodes, outils pédagogiques, etc.) et d’être (aisance, posture d’autorité, locution, etc.) constitutives du métier d’enseignant. De l’autre, cette autonomie « forcée » en même temps que « supposée » introduit des différences marquées entre les pratiques de doctorants, primo-enseignants potentiellement balbutiants, et de titulaires, disposant de plusieurs années d’expérience, plus ou moins acquises « sur le tas ».

2.2. Le doctorant, un pair parmi les « pères » ?

31Alors que les effets des charges d’enseignement oscillent, en fonction des contextes, entre attachement et détachement du doctorant à son laboratoire, autonomie revendiquée et imposée, certaines activités de laboratoire sont au contraire spécifiquement organisées pour que les doctorants puissent s’y investir en tant que membre à part entière (AG, séminaire général, atelier) ou développer des recherches autres que leur recherche doctorale. Ces activités contiennent cependant certaines ambivalences dans la façon dont elles sont pensées et dont elles peuvent être, en pratique, investies par les doctorants. Cela rend compte de la difficile performativité des discours portant sur l’égalité de statut, ou plus exactement de l’inégale appropriation des dispositifs selon les ressources des uns et des autres, avec un effet de cumulativité des capitaux pour ceux qui parviennent à s’y engager. Pour ces derniers, le relatif coût d’entrée – comparativement à ceux qui sont les moins dotés – pour prendre part aux dispositifs est largement compensé par les bénéfices constatés du point de vue du devenir professionnel.

32Un ancien directeur du Sigma insiste ainsi sur le fait que la prise de parole des doctorants dans les instances collectives du laboratoire, qu’elles soient politiques (assemblée générale) ou scientifiques (séminaire général), nécessite que les doctorants s’y sentent autorisés : « Mais… y a un truc sur le séminaire général, qui est la question de la prise de parole des doctorants. Y’en a qui peuvent traverser toute leur thèse, on ne les entend jamais. » [Entretien avec un ancien directeur du laboratoire Sigma]

33A cet égard, le cas de Pascal, ancien doctorant au Sigma aujourd’hui enseignant chercheur rattaché au même laboratoire est particulièrement éclairant. Agrégé et enseignant du secondaire pendant dix ans en sciences sociales, il arrive au Sigma à 31 ans en tant que chargé de recherche détaché auprès du CNRS pour rédiger sa thèse :

« Premier séminaire où j’étais, j’ai posé une question. Et là un jeune chercheur, qui doit avoir mon âge voire un an de moins, vient me voir : « Elle était bien, ta question… », parce qu’il y avait l’idée « doctorants… c’est pas forcément… » on est dans une hiérarchie, il y avait cette idée-là. Sauf que moi je n’étais pas dans ce modèle là puisque j’étais déjà enseignant depuis longtemps, militant depuis longtemps. Je savais que je n’étais pas un grand chercheur international, ça ce n’est pas la question, mais [...] la sociologie générale, je connaissais bien. J’étais agrégé, j’ai enseigné, voilà. Poser une question en termes sociologiques dans un séminaire, ça me posait pas vraiment de problème d’une certaine façon ». [Pascal, 38 ans, père enseignant certifié, mère au foyer]

34L’interaction relatée met au jour les attentes des titulaires à l’endroit des doctorants, qu’ils considèrent peu enclins à réagir spontanément face à des chercheurs, a fortiori en mobilisant des codes de la discussion scientifique. Au cours de l’entretien, Pascal se décrit comme un doctorant « atypique », proche des « jeunes chargés de recherche » par son âge, son parcours et son engagement militant au sein d’une association de défense des travailleurs immigrés. La légitimité à s’adresser aux titulaires comme à des pairs est dès lors largement tributaire des sociabilités et socialisations antérieures et parallèles (expériences professionnelles, engagement politique, associatif, syndical, etc.) (Baszanger, 1983).

  • 19  Sarah arrive au laboratoire dans la deuxième moitié des années 2000 [32 ans, père diplômé en finan (...)

35D’autres dispositifs se rapprochent en revanche davantage de l’expérience du travail scientifique, tels les ateliers thématiques et les publications dans les revues du laboratoire. Le principe d’horizontalité n’y est pas décrété mais réside dans le travail concret effectué dans ce cadre. Les fondateurs du Pi conçoivent ainsi les ateliers comme un espace intermédiaire entre le laboratoire comme collectif et l’activité individuelle des chercheurs, titulaires ou doctorants. D’après les doctorants engagés dans ce type de dispositif, en même temps qu’on se socialise au laboratoire par l’entremise d’une réflexion collective sur des objets individuels, on avance sur son travail de recherche. Pour ceux qui se sentent les moins autorisés à intervenir sur des sujets plus éloignés de leurs travaux de thèse, ce sont dès lors les seuls espaces qui matérialisent le lien du doctorant et de son laboratoire. C’est le cas pour Sarah19 qui décrit l’atelier auquel elle assiste depuis longtemps comme « son bonheur du mois » et affirme qu’elle aurait sans doute quitté le laboratoire sans cela. Elle s’y rend la première fois au cours de son « stage de laboratoire » en deuxième année de Master. Elle est toujours très assidue à cet atelier, dont elle valorise l’ambiance bienveillante et décontractée, favorisant les échanges scientifiques et l’intégration du doctorant à une démarche collective de recherche.

36Au Sigma, les dispositifs qui placent les doctorants au sein d’un collectif de recherche ne relèvent pas tout à fait des mêmes logiques, rendant davantage saillant le modèle du doctorant à côté des chercheurs, autour de la même table, sur le même programme, dans un séminaire d’ailleurs animé et organisé par les doctorants eux-mêmes. Quand le doctorant s’engage dans un de ces dispositifs, au même titre que n’importe quel chercheur statutaire du Sigma, il est davantage mis en avant. Il publie son papier dans la revue du laboratoire, il fait son cours à l’Ecole Nationale de la Magistrature, il présente sa communication dans les laboratoires partenaires. Ce qui crée le collectif n’est alors pas tant la coproduction par les titulaires et les doctorants d’une entreprise de recherche - comme pour le Pi -, que l’incitation par les chercheurs statutaires à la réalisation par les doctorants de tâches devant favoriser et valoriser l’autonomie du jeune chercheur, et par la suite son insertion à venir dans le monde académique. Là résident selon nous les principales différences entre les laboratoires Sigma et Pi. Dans ce dernier, depuis sa création - et à une exception près -, les pratiques informelles vont dans le sens d’un non-recrutement local assumé et revendiqué. Si l’intégration peut être forte en tant que membre, à condition qu’on s’y investisse et qu’on dispose des ressources pour ce faire, il n’y a guère une tradition d’« accompagnement-maison » à la fin de la thèse et au moment de « se placer » ailleurs. La socialisation est dès lors « momentanée » (durant le temps du doctorat et dans des dispositifs particuliers) et intégrative. Au contraire, au Sigma, semble prévaloir l’idée que les doctorants doivent être suivis et accompagnés « jusqu’au bout ». La socialisation est alors davantage continue et émancipatrice, en ce qu’elle dépasse l’horizon du seul laboratoire.

  • 20  Entretien avec Vanessa, 30 ans, père ouvrier, mère policière, décembre 2014.

37Cependant, même au Sigma, le processus de socialisation observé est, par certains aspects, relativement proche de celui décrit pour l’enseignement. Ainsi, Vanessa, doctorante financée en fin de thèse de science politique, s’était orientée initialement vers une maîtrise en droit et avant d’intégrer un Master de science politique dans l’idée de poursuivre vers le concours de la magistrature. Elle découvre alors la sociologie au moment de son entrée en deuxième année de Master, dans le cadre duquel elle est invitée à suivre les séminaires généraux du laboratoire, puis effectue un stage au Sigma. Comme bien d’autres doctorants, elle est sollicitée pour présenter sa thèse dans la revue du laboratoire à destination des professionnels de la justice. Pour autant, entre ressource socialisatrice et tâche trop récurrente pour ne pas être partiellement déléguée par les titulaires aux doctorants, elle raconte l’ambivalence d’un dispositif reposant sur le volontariat, ce qui a pour conséquence que la plupart des doctorants – et des chercheurs – y fasse défection : « pour être très concrète, je pense que si on est cinq ou six [à participer] c'est souvent les mêmes cinq ou six qui sont présents »20. Cette participation encouragée pour ses vertus formatrices, mais supposant dans le même temps des capacités (facilités d’écriture, de mises en problème spécifiques, etc.) à répondre régulièrement et rapidement à « la commande », s’adresse dès lors à des doctorants disposant de ressources pour se soumettre aux exigences du format et de l’exercice ou ne se sentant pas autorisés à refuser les sollicitations récurrentes des titulaires.

38Qu’ils relèvent de l’autonomie forcée ou de la participation contrainte, les dispositifs analysés ne sont pas investis par n’importe quels doctorants. Un mécanisme de sélection est introduit, sur-dotant là encore ceux qui disposent déjà de capitaux pour s’en emparer et creusant l’écart avec les autres, a fortiori quant à l’insertion à venir. Cette sélection est visible dès l’inscription en thèse où ce sont les rapports formels ou « informels » entre chercheurs et étudiants, universités et laboratoires, qui peuvent jouer de manière prépondérante dans l’attribution d’un financement. Prenons l’exemple de Guillaume et Sarah, deux doctorants du Pi appartenant à une même cohorte. Le premier, formé à l’ENS de Cachan, s’inscrit à l’université Omega pour y faire sa deuxième année de Master. Un an plus tard, il y obtient une allocation doctorale du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (MESR) avec l’appui du laboratoire Pi. Malgré tout un parcours dans cette même université, Sarah, quant à elle, se voit refuser le soutien du même laboratoire pour l’obtention d’un financement du même ordre. Arrivé dans cette université sous conseil de Marie, agrégée préparatrice de l’ENS de Cachan formée dans la même école et déjà membre de Pi, Guillaume explique comment l’allocation doctorale n’a pas été source de préoccupation majeure. Il est d’ailleurs usuel selon lui que les étudiants de cette Ecole Normale Supérieure candidatent sur les contrats doctoraux des universités et ils y sont du reste fortement incités.

39.

« Et l'idée, c'est qu'on était un peu tous encouragés à se dispatcher dans ma promo parce que ben la question cruciale de savoir comment obtenir un financement pour ta thèse se pose très rapidement, et donc l'idée c'est que tu arrives dans une fac. Ça a jamais été dit comme ça, mais tu arrives dans une fac, et en gros tu trustes un peu l'alloc qui va arriver... [...] Donc voilà, je demande conseil à Marie, qui m'envoie vers Sébastien qui me dit « oui oui, venez me voir », je me déplace à Omega, je vais voir Sébastienqui me dit « oui [...] ça peut être intéressant, y a possibilité de faire une thèse », on évoque un peu le fait que voilà, ça pourrait être intéressant, et il m'encourage à venir. [...] Tu sais j'avais même pas pris contact avec quelqu'un pour savoir qui allait diriger mon mémoire de M2... » [Guillaume, 32 ans, père chef d’entreprise, mère éducatrice spécialisée]

40A l’inverse, Sarah, pour qui le financement de thèse ne représente pas exactement la même chose aussi bien matériellement que symboliquement, découvre les ressorts des inégalités de financements et leurs conséquences lors de sa deuxième année de Master :

« Pour moi, financement de thèse, ça veut dire obtenir de l'argent. J'ai compris après que non, financement de thèse, c'est obtenir de l'argent, mais c'est surtout obtenir une gratification symbolique, une reconnaissance par ses pairs. Donc même à la limite quelqu'un qui n'aurait pas besoin d'argent, ben faut qu'il ait un financement. Parce que finalement, si on n'a pas de financement, ouais, il n'en a peut-être pas besoin, en tout cas sur le plan financier, mais il en a besoin sur le plan symbolique, parce que ça veut dire que c'est bien, les travaux à un moment donné ont été reconnus par les pairs. » [Sarah, 32 ans, aujourd’hui conseillère au pôle emploi, père diplômé en finance, mère assistante de direction]

41Finalement, c’est grâce à la possession de certains « codes » – acquis dans le passage par des filières d’excellence scolaire – et au delà de (in)formations essentielles, que des étudiants arrivent à (ou sont aidés à) anticiper leur future insertion dans un parcours de thèse. Tout se passe alors comme si les dispositifs dans lesquels les doctorants sont plongés parmi les chercheurs tendent à renforcer les barrières statutaires qui existent entre eux et à affermir les distinctions et légitimités entre doctorants eux-mêmes. Comme on le verra par la suite, ces inégalités perdurent tout au long du parcours en thèse, au travers d´un engagement différencié des doctorants dans la conception et la mise en place des dispositifs d’apprentissage au métier d’enseignant-chercheur.

2.3. Le doctorant : un chercheur à part (entière) ?

42Se distinguant des précédentes par leur inscription dans des espaces relativement autonomes vis-à-vis des statutaires, certaines activités sont conçues et organisées par les doctorants eux-mêmes : séminaire des doctorants, projet de revue des doctorants, manifestations scientifiques, colloques etc. Si dans certains cas, cette position contribue à faire des doctorants des chercheurs à part entière, elle peut aussi à bien des égards être perçue comme une forme de segmentation statutaire au sein d’un espace a priori égalitaire et collectif. De surcroît, notre enquête indique qu’une demande de participation des chercheurs statutaires à ces dispositifs émane parfois des doctorants eux-mêmes, réintroduisant paradoxalement de la verticalité dans les relations.

  • 21  Lors du projet de cet article, nous avons envisagé la possibilité de lier notre enquête à l’actuel (...)
  • 22  Isabelle (père technicien ensuite ingénieur, et mère au foyer exerçant des « petits boulots ») co- (...)

43Dans le texte du rapport scientifique du laboratoire Pi préparé en 2001, un bilan du séminaire des doctorants fait état d’un « espace spécifique de débats entre doctorants » favorisés par l’égalité statutaire entre doctorants de sorte que « la parole » s’y fait plus facile et plus libre, plus « appropriée » aussi, que dans d’autres « instances du Laboratoire ». C’est en tant qu’espace « à part » que le séminaire des doctorants obtient un « rôle essentiel de socialisation au métier de chercheur ». Lorsque des limites de ce dispositif sont mises en avant, dans des échanges de mails entre le directeur et les doctorants à la même époque, celles-ci portent sur sa fréquentation et jamais sur son contenu21. Malgré tout, si le séminaire des doctorants est présenté comme une instance de socialisation, celle-ci se fait au profit de doctorants déjà favorisés. De même que le financement occupe une place importante au sein de cette population (10 des 13 doctorants organisateurs de ce séminaire sont financés), d’autres dispositions caractérisent les doctorants porteurs de ce dispositif. Prenons l’exemple d’Isabelle, co-organisatrice du séminaire des doctorants du laboratoire Pi au moment de sa création22, elle est alors en 4ème année de thèse. Sous la direction d’un des fondateurs du laboratoire Pi jusqu’à sa maîtrise, elle n’est pas doctorante au laboratoire, mais a effectué ses trois premières années de thèse dans un laboratoire parisien où le collectif occupe une place importante dans le fonctionnement du laboratoire et où les dispositifs de participation et de socialisation des doctorants sont proches de ceux qu’elle retrouve au Pi. La place prise par Isabelle au laboratoire, où elle arrive en tant qu’ATER, son implication dans ses activités (elle prendra en charge le séminaire des doctorants et sera aussi représentante au bureau du laboratoire), ses échanges fréquents avec les titulaires, montrent une réappropriation de ressources et expériences acquises antérieurement et qui contribuent à son futur recrutement comme maîtresse de conférences.

44Si au fil des années, le séminaire des doctorants se décline sous différentes formes (présentation d’ouvrages, communications scientifiques, présentation des mémoires de DEA, cuisine de la recherche), d’autres espaces complémentaires d’échanges scientifiques apparaissent au début des années 2000. Un atelier d’écriture, puis une éphémère école d’été s’organisent, produits de la collaboration de plusieurs doctorants nouvellement inscrits et fortement dotés en capitaux (familles dans l’enseignement, agrégations, financements de thèse, engagements militants associatifs ou syndicaux). Sur cet aspect, le contraste est saisissant avec le laboratoire Sigma, où certains chercheurs titulaires manifestaient au départ une réticence à voir s’autonomiser un espace d’échanges entre doctorants, qui leur apparaissait contradictoire avec l’idée selon laquelle les doctorants étaient des chercheurs à part entière et avaient leur place auprès des titulaires :

« On nous avait proposé la création du séminaire de doctorants, nous n’avions pas voulu car on avait estimé que le séminaire général était le lieu de rencontre scientifique de tous, donc y compris (et avant tout !) des doctorants » [ancien directeur du laboratoire Sigma]

  • 23  A la lumière des politiques récentes de l’ESR qui introduisent une concurrence accrue entre univer (...)

45C’est ce même directeur qui encouragera la création d’un séminaire des doctorants commun aux laboratoires Sigma et Pi, à un moment où les évaluations du laboratoire par l’AERES pointent une activité doctorale faible. Lorsque sa création est décidée durant l’assemblée générale du Sigma, ce directeur accueille « la proposition […] avec enthousiasme, compte tenu notamment des chercheurs affairés aux matières judiciaires au Pi » et rappelle que « les séminaires sont des lieux de socialisation de premier plan, notamment pour les doctorants et post-doc ». Il ajoute qu’ « un tel séminaire renforcerait la présence de nos deux laboratoires au sein de l’université et de la future École doctorale (ED) de la Comue, et nous permettrait de solliciter les financements de notre ED actuelle ». Ce changement de position met en lumière le fait que les modalités de la présence et de la visibilité des doctorants dans les laboratoires sont ici fortement influencées par le contexte institutionnel et les politiques générales de l’ESR23.

46Une autre expérience autonomisée des chercheurs titulaires nous renseigne sur la nature des processus de socialisation à l’œuvre dans des espaces propres aux doctorants et sur les limites de ceux-ci. Il s’agit d’un projet de revue, avorté à l’aube de la publication de son premier numéro, qui pointe la manière dont des initiatives émanant des doctorants peuvent échouer sans l’accompagnement des titulaires et sans supports concrets ou symboliques. Malgré le travail de sélection, d’évaluation et de relecture engagé, le premier numéro ne verra jamais le jour. L’un des facteurs explicatifs de l’échec de ce projet réside pour ses instigateurs dans la position de retrait dans laquelle sont restés les titulaires en dépit de sollicitations répétées des doctorants, et ce au nom des principes d’horizontalité et de respect de l’autonomie des doctorants. Prôner l’autonomie constitue dès lors tout aussi bien une façon de ne pas s’engager dans ces dispositifs qu’une volonté de « supporter », avec leur retrait progressif, la réussite de ces expériences socialisatrices. Les réactions des titulaires face à cette initiative sont d’ailleurs mitigées. Alors que certains considèrent que ce projet éloigne les doctorants de leur travail de thèse, d’autres les encouragent sans pour autant les aider ou les conseiller. Finalement, cet épisode fait écho à une des tensions structurantes de la situation du doctorant : tout en devant acquérir les compétences variées d’un enseignant-chercheur, ils sont sommés de se concentrer sur la réalisation de leur travail de thèse (Musselin, 1996).

Conclusion : Des récits d’expériences singulières ?

47Notre question de recherche et l’échantillon d’enquêtés que nous avons construit ont été pensés comme des moyens pour saisir des doctorants dans des processus de socialisation spécifiques et y décrire précisément leurs activités collectives, afin de mieux rendre compte des conditions sociales de possibilité de tels investissements.

48Ne pas prétendre à un discours général sur la socialisation des doctorants en sciences sociales, ne revient pas pour autant à fournir des descriptions enracinées dans des histoires tellement individuelles et locales qu’elles ne pourraient être porteuses d’une analyse des enjeux structurant les expériences de socialisation. Entrer dans l’histoire des laboratoires, et plus largement dans celle de l’enseignement supérieur et de la recherche, par les doctorants, à travers leurs mots et les traces qu’ils laissent dans les archives, permet d’identifier des modes de sélection de la « réussite » doctorale : les outils de la socialisation doctorale au métier d’enseignant-chercheur sont majoritairement investis par les individus déjà les mieux dotés en ressources sociales, économiques et symboliques.

Haut de page

Bibliographie

Baszanger Isabelle (1983), « La construction d'un monde professionnel : entrées des jeunes praticiens dans la médecine générale », Sociologie du Travail, n° 3, p. 275-295.

Becker Howard, Geer Blanche, Hughes Everett C. & Anselm L. Strauss (1961), Boys in White, Student Culture in Medical School, London, New Brunswick N.J., Transaction Books.

Bodin Romuald & Sophie Orange (dir.) (2014), Dossier « Austère Université », Savoir Agir, 3, n° 29, p. 9-73.

Bourdieu Pierre & Jean-Claude Passeron (1964), Les Héritiers. Les Étudiants et la Culture, Paris, Editions de Minuit.

Le Collectif Onze (2013), Au Tribunal des Couples. Enquête sur des Affaires Familiales, Paris, Éditions Odile Jacob.

Convert Bernard (2010), « Espaces de l’enseignement supérieur et stratégies étudiantes », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 183, p. 14-31.

Couttelier Françoise & Jacques Gagnier (1998), Développement universitaire et développement territorial, l’impact du Plan U2000 (1990-1995), Paris, La Documentation Française.

Darmon Muriel (2006), La Socialisation, Paris, Armand Colin, Coll. 128.

Di Filippo Laurent, François Hélène & Anthony Michel (2012), La position du doctorant. Trajectoires, engagements et réflexivité, Nancy, Presses Universitaires de Nancy.

Eyraud Corinne (2013), Le capitalisme au coeur de l'État. Comptabilité privée et action publique, Bellecombe-en-Bauges, Editions du Croquant.

Frances Jean (2012) « Portrait du doctorant en entrepreneur », Mouvements, n° 71, p. 54-65.

Gadéa Charles & Charles Soulié (2000), « Réflexions sur une expérience d’initiation à la recherche », Genèses, vol. 39, n° 2, p. 155-171.

Lizé Wenceslas & Tristan Poullaouec (2002), « Faire une thèse de sociologie. Un état des lieux », La Lettre de l’ASES, n° 31, p. 25-32.

Louvel Séverine (2006), « Les doctorants en sciences expérimentales : futurs collègues ou jeunes collègues ?», Formation Emploi, vol. 96, n° 4, p. 53-66.

Mauger Gérard (2006), « Entre engagement politique et engagement sociologique », dans Tissot Sylvie, Gaubert Christophe & Marie-Hélène Lechien, Reconversions militantes, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, p. 177- 200.

Millet Mathias & Gilles Moreau (2010), Sociographie des étudiants de première année de l'UFR Sciences humaines et Art - Année 2008, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00524986

Musselin Christine (1996), « Les marchés du travail universitaire, comme économie de la qualité », Revue française de sociologie, vol. 37, n° 2, p. 189-207.

Naeve Guy (2003), « Les études supérieures à l’université aujourd’hui », Revue des sciences de l’éducation, vol. XXIX, n° 2, p. 397-414.

Nicourd Sandrine (2007), « Parcours d’engagement en sociologie. Entretien avec Pierre Tripier et Claude Dubar », Sociologies Pratiques, n° 15, p. 25-38.

Pagis Julie (2014), Mai 68, un pavé dans leur histoire, Paris, Presses de SciencesPo.

Renisio Yann (2015), « L’origine sociale des disciplines », Actes de la recherche en sciences sociales, à paraître.

Serre Delphine (2012), Travail, pratiques et dispositions, Mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches en sociologie, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines.

Soulié Charles (1996), « Précarité dans l’enseignement supérieur : allocataires et moniteurs en sciences humaines », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 115, p. 58-64.

Weber Florence (1987), « Une pédagogie collective de l’enquête de terrain », Etudes rurales, n° 107-108, p. 243-249.

Haut de page

Notes

1  Nous avons fait le choix de baptiser les unités de recherche en question Pi et Sigma, et l’université à laquelle elles sont rattachées Omega. Ceci, moins dans une visée d’anonymisation - à la portée nécessairement limitée du fait de nos appartenances respectives - qu’afin de faciliter la montée en généralité lors de la lecture, en ne prêtant plus directement attention à ce que les laboratoires portent et représentent symboliquement, par leur nom et leur “histoire officielle”, mais à leurs caractéristiques qui peuvent alors les rapprocher d’autres unités de recherche.

2  Si la Charte du laboratoire Pi représente un cas particulier de cadre réglementaire conçu par et pour les doctorants eux-mêmes (suivi et formation du doctorant au sein du laboratoire, financement, publications), le contenu des chartes établies au niveau des écoles doctorales n’est pas dépourvu de verticalité, conditionnant l’obtention du doctorat à un ensemble d’obligations qui tendent à remettre le doctorant en position d’élève à former et à professionnaliser. Les autres dispositifs qui émergent dans ce contexte, comme les doctoriales par exemple (Frances, 2012), participent de cette même logique externe aux politiques de laboratoire, dont l’analyse mériterait d’être faite, mais déborde le cadre que nous nous sommes fixés dans cette étude.

3  Cf. Encadré méthodologique. Nous tenons particulièrement à remercier Pauline Grimaud et Maïwenn Prigent, étudiantes en M2, pour leur concours lors de la campagne d’entretiens, Nicole Wronski pour ses précises retranscriptions, ainsi que nos deux laboratoires pour leur soutien financier. Nous sommes enfin sincèrement reconnaissants envers Carine Bourlard et Nathalie De Guizelin-Marault pour leurs encouragements tout au long de l’enquête, et nous remercions vivement Nicolas Fischer et Sibylle Gollac pour leurs conseils avisés.

4  Entretien avec l’un des anciens directeurs, janvier 2015.

5  Nous nous référons ici au Plan Université 2000 mis en œuvre entre 1990 et 1995, ayant notamment contribué à la hausse du nombre de thèses soutenues en France (Coutellier et Gagnier, 1998).

6  Il s’agit souvent de courts contrats de recherche qui consistent à « assister » un chercheur du laboratoire dans un projet déterminé, dont il convient ici de souligner la dimension exécutive et verticale.

7  L´AERES a également entériné dans ses évaluations le choix du Sigma de ne pas se doter d´un conseil de laboratoire, ce qui aurait eu pour conséquence de rompre avec le principe d’assemblée générale souveraine.

8  La revue en question est publiée et envoyée à tous les fonctionnaires du ministère de la Justice.

9  L’équipe des fondateurs du laboratoire Pi est fortement marquée par des socialisations militantes « à gauche » au cours des années 1960-1970 qui sont réinvesties et « converties » dans l’arène universitaire et dans la recherche en sciences sociales (Nicourd, 2007, Mauger 2006, Pagis, 2014).

10  Expressions d’un des fondateurs du laboratoire Pi lors de l’entretien réalisé en décembre 2014.

11  Cf. Encadré méthodologique.

12  Relevé des décisions du bureau, 2004.

13  A l’instar de cet échantillon, les sept auteur-e-s de cet article sont issus des deux laboratoires enquêtés (respectivement 2 auteures au Sigma et 5 auteur-e-s au Pi) et mènent leurs thèses en science politique et en sociologie, avec des parcours universitaires hétérogènes (classe préparatoire (3/7), université (5/7), grandes écoles/IEP (3/7), marqués par leur passage dans des institutions considérées comme relativement prestigieuses : l’EHESS (2), l’ENS Ulm (1), l’ENS Cachan (1), l’Université Paris 1 – La Sorbonne (1), IEP de Paris (1) IEP de Lyon (1) et l’Université Lyon 2 – Louis Lumière (1). Nous sommes par ailleurs toutes et tous financés, avons eu une expérience d’enseignement (monitorat pour six d’entre nous) et occupé au cours de notre début de carrière universitaire les rôles de représentants des doctorants, élus, ou organisateurs du séminaire des doctorants dans nos laboratoires respectifs.

14  Les non réponses aux questionnaires concernent davantage d’anciens doctorants ayant abandonné leur thèse ou étant sortis de la sphère académique. Des doctorants « hors cadre » ont donc échappé à notre enquête. Ce constat constitue en soi un résultat, pouvant s’expliquer par la problématique même de notre enquête centrée sur les formes de socialisation développées pendant la thèse dans les laboratoires de recherche qui préparent au métier d’enseignant-chercheur et réalisée par un collectif constitué de doctorants très intégrés dans leur laboratoire. A noter qu’au laboratoire Sigma en particulier, un nombre non négligeable de doctorants (un quart des effectifs totaux), bien qu’inscrits en thèse, restent inconnus, parce qu’ils ont une activité professionnelle parallèle et ne vivent pas en région parisienne.

15  Ces “sortants” sont respectivement phytothérapeute et formateur en école de santé, formateur dans un institut de formation professionnelle, chargé de recherche dans une association, et consultant.

16  Entretien avec Isabelle, père technicien ensuite ingénieur, et mère au foyer exerçant des « petits boulots », février 2015.

17  A chaque contrat doctoral peut être associée une activité complémentaire. Celle-ci peut être une mission d’expertise ou un service d’enseignement (anciennement appelé monitorat) fixé à 64 heures par an.

18  Charles Gadéa et Charles Soulié notent également le peu de publication sur l’enseignement et la formation à la recherche en sociologie, comme si « tout allait de soi » (Gadéa et Soulié, 2000).

19  Sarah arrive au laboratoire dans la deuxième moitié des années 2000 [32 ans, père diplômé en finance, mère assistante de direction et ensuite conseillère à Pôle Emploi].

20  Entretien avec Vanessa, 30 ans, père ouvrier, mère policière, décembre 2014.

21  Lors du projet de cet article, nous avons envisagé la possibilité de lier notre enquête à l’actuel séminaire des doctorants commun aux laboratoires Sigma et Pi. L´idée était de faire de cette recherche une aventure collective participative ouverte à tous les doctorants de nos laboratoires. La proposition n’a finalement pas été retenue car elle échouait à mobiliser un nombre important de doctorants.

22  Isabelle (père technicien ensuite ingénieur, et mère au foyer exerçant des « petits boulots ») co-organise le premier séminaire des doctorants avec Cécile (père PDG, mère directrice d’associations d’éducation populaire et enseignant le théâtre), amie d’enfance et alors en thèse au Pi sous la direction du même fondateur qui dirigeait le mémoire de DEA d’Isabelle. Cécile est aujourd’hui chargée de recherche au CNRS dans un autre laboratoire français.

23  A la lumière des politiques récentes de l’ESR qui introduisent une concurrence accrue entre universités (et entre laboratoires) et une réduction de leurs dotations financières, ces collaborations entre laboratoires peuvent dès lors participer d’une valorisation de l’ « excellence » dont dépendent les dotations ministérielles aux universités ou encore représenter un élément de rationalisation de la recherche qui contribue à une atomisation des doctorants (Eyraud 2013, Savoir Agir 2014).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Collectif TMTC, « L’horizon vertical de la recherche », Socio-logos [En ligne], 10 | 2015, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/2975

Haut de page

Auteur

Collectif TMTC

Le Collectif TMTC (Thésards mobilisés dans le travail collectif) est composé de sept sociologues et politistes : Rémi Habouzit, doctorant en sociologie au laboratoire Printemps (UVSQ-CNRS) ; Ruggero Iori, doctorant en sociologie au laboratoire Printemps (UVSQ-CNRS) ; Romain Juston, doctorant en sociologie au laboratoire Printemps (UVSQ-CNRS) ; Bénédicte Laumond, doctorante en science politique au CESDIP (UVSQ-CNRS-Ministère de la justice) ; Julie Minoc, doctorante en sociologie au laboratoire Printemps (UVSQ-CNRS) ; Océane Pérona, doctorante en science politique au CESDIP (UVSQ-CNRS-Ministère de la justice) ; Rémy Ponge, doctorant en sociologie au laboratoire Printemps (UVSQ-CNRS)

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • OpenEdition Journals