Navigation – Plan du site

Les processus de désengagement dans le cadre du travail doctoral

Sandrine Nicourd

Résumé

A partir d'entretiens biographiques, l'article montre les processus qui conduisent au désengagement des doctorants qui ne terminent pas leur thèse de sociologie. L'approche propose des éléments explicatifs liés aux socialisations pré-doctorales ainsi qu'aux conditions d'apprentissage de nouvelles normes, notamment pour les étudiants les plus éloignés des codes socio-symboliques du monde académique. Le désengagement se produit notamment par l'expérience répétée de décalages culturels non compensés par des liens entre pairs ou par un encadrement initiatique.

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Ce chiffre est variable selon les sources. Moguérou et al. (2003) recensent un taux d'abandon de 6 (...)

1Terminer ou abandonner un travail doctoral ? De nombreux doctorants en sociologie se sont posé cette question avec plus ou moins de force. Alors que certains renoncent à poursuivre une thèse, d'autres finissent par présenter publiquement leur travail après avoir traversé des périodes de fortes incertitudes, d'autres enfin semblent plus protégés de ces remises en question. Les sciences humaines et sociales se caractérisent par un taux d'abandon plus fort que dans les autres disciplines scientifiques. 40% des doctorants abandonneraient leur thèse en SHS contre 5% dans les autres disciplines1 (Aeres, 2010). Plusieurs facteurs explicatifs sont avancés : la fragilité des conditions de vie matérielle, la faible insertion dans des laboratoires, le manque d'encadrement (Moguerou et al., 2003, Vourc'h, 2010), mais on connaît peu les processus qui construisent progressivement un désengagement de ce travail pourtant très souvent fortement investi subjectivement.

  • 2  Compte tenu de la taille de la population enquêtée et de la forte interconnaissance, j'éviterai de (...)
  • 3  Certains des entretiens ont été réalisés à l’occasion de l’actualisation d’une charte des doctoran (...)

2Cet article propose un éclairage des processus de socialisation qui mènent à des formes de désengagement pouvant créer, dans certaines situations, des abandons. Les données empiriques sont issues d'entretiens réalisés avec dix doctorants en sociologie à différents moments de leur thèse dans trois laboratoires différents. Pour certains de ces doctorants, plusieurs entretiens ont été réalisés à plusieurs mois d'intervalle, notamment après l'abandon de la thèse2. Tous n'ont finalement pas abandonné mais ont traversé des périodes de remise en question importante au point d'envisager de ne pas terminer leur thèse. Dans une approche socio-biographique, nous avons choisi d'explorer le récit des étapes clés de la trajectoire et d'aborder les expériences faites dans différentes sphères de socialisation (formation, emploi, famille, amis, territoire, loisirs, engagements) dans leur triple dimension temporelle : passé, présent et perception de l'avenir. Tous les doctorants concernés ont moins de 30 ans, une minorité a eu une expérience professionnelle avant l’inscription en thèse. Quatre ont disposé d’un financement spécifique (allocation doctorale ou CIFRE), les autres ont trouvé des financements précaires pour réaliser leur thèse. À ces entretiens s’ajoute un travail de réflexivité pour objectiver des données issues de ma propre expérience. Impliquée depuis quinze années dans la vie scientifique d'un laboratoire de sociologie, j'ai eu beaucoup d'échanges informels avec les doctorants et je participe à leur formation3.

3Les processus de socialisation seront examinés dans cet article sous un double aspect : dans un premier temps à travers la trajectoire biographique, inscrite dans une perspective diachronique et intégrant les conditions de formation pré-doctorales, puis à travers la carrière doctorale au sens interactionniste du terme. L'analyse articulée de ces processus permettra de mieux saisir les formes de régulations symboliques et organisationnelles de ce travail singulier au long cours. Le travail doctoral peut alors se comprendre comme un engagement individuel dont la construction sociale met en jeu des collectifs variés et souvent incertains tout au long de la thèse. Quelles sont les conditions sociales qui construisent à la fois les engagements et les désengagements (Fillieule, 2001, 2005, Leclercq, 2010) ? Quels sont les facteurs récurrents qui peuvent expliquer un désajustement entre des dispositions biographiquement construites et des attentes normatives qui régulent les interactions d'apprentissage ? Quelles sont les singularités du travail doctoral par rapport à d'autres étapes de la formation universitaire, notamment pour les doctorants qui ne sont pas des héritiers culturels (Beaud, 2008 ; Nicourd, 2012) ? Nous verrons dans un premier temps comment ce moment doctoral se singularise des autres étapes universitaires par la dimension socio-symbolique associée au travail initiatique, puis nous examinerons les régulations collectives du travail doctoral qui créent à la fois des incertitudes et des ressources et enfin, nous présenterons un cheminement typique de désengagement qui articule des caractéristiques biographiques aux contextes de socialisation.

Le travail doctoral comme engagement total

4Les propos des doctorants que nous avons rencontrés convergent dans la mobilisation d'un discours enthousiaste pour traduire leur rapport au savoir sociologique. Certains expriment une « passion pour la sociologie », d'autres signalent : « J’ai eu une révélation par la sociologie qui donne envie de poursuivre. Je ne vois plus de la même façon la vie depuis que j’ai commencé mes études, j’ai l’impression d’avoir une nouvelle lecture, j’ai besoin de continuer » (E1, thèse en cours) « Quand même, quel plaisir quand on voit apparaitre les données, c’est pas par prétention mais c’est un peu la jubilation de la création, j’ai vraiment le plaisir de comprendre par la sociologie » (E2, thèse abandonnée). L'investissement dans le travail de thèse découle d’un intérêt affirmé pour la sociologie et joue comme illusio exprimant la croyance en la valeur du jeu dans le champ (Bourdieu, 1987).

  • 4  Lors d'une réunion d'information sur les masters de sociologie, un professeur présente le master r (...)
  • 5  Stéphane Beaud souligne que le choix du sujet peut procéder « d'un conformisme prudent » pour ceux (...)

5Le travail doctoral est également conçu comme une « œuvre » au sens de la distinction entre work et labor d'Hannah Arendt (1959). Il est valorisé comme une activité créative, non marchande, produite par des « intellectuels qui cherchent à résoudre des problèmes qu'ils contribuent largement à créer eux mêmes » (Freidson, 1986)4. Dans les entretiens émerge un registre émotionnel, voire artistique. Certains doctorants parlent avec emphase de leur plaisir de faire de la sociologie, de l'enseigner et même de la « beauté d'un article qui tourne bien et qui éclaire vraiment » (E2, thèse abandonnée). En fin de thèse, ils mobilisent la nécessité du « renoncement à l’œuvre » comme pour signifier qu'il est préférable que le « labor » devienne un « work » pour mieux en finir. Le travail doctoral prend également forme dans un sujet de thèse qui devient une sorte d’identité pour le doctorant souvent sommé de dire « sur quoi il travaille »5. Une ancienne doctorante déclare ainsi : « c’est quand même le sujet qui finalement nous fait tenir ». Au cours de la thèse intervient la confrontation récurrente à la question redoutée par nombre de doctorants : « c’est quoi ta problématique ? » qui pour certains sonne comme une invitation à dire quelle est la cause poursuivie. En quelques mots, le doctorant doit alors situer le sujet, ce qui attribuera une part de son crédit et de sa légitimité. Ainsi, une ancienne doctorante disait « quand je parlais de mon sujet, personne ne comprenait ou personne ne voyait l’intérêt, c’était un peu comme si moi je n’étais pas intéressante, comme s’il n’était pas nécessaire de parler avec moi. » (E3, thèse abandonnée). Cette identification au sujet est constante pendant toute la durée de la thèse. Enfin, le travail doctoral est souvent évoqué par les doctorants comme relevant d’un « sacerdoce » qui requiert intensité et endurance.

6Pourtant, cet engagement total est associé à des conditions précaires. A l'image de la situation paradoxale de certains processus de socialisation sportif ou artistique (Bertrand, 2009 ; Laillier, 2011), le travail doctoral place les apprentis sociologues dans une double contrainte : un intense engagement personnel parallèlement à l’acceptation d’un grand nombre d'incertitudes à la fois dans le temps présent et dans l'avenir. La mobilisation du répertoire vocationnel peut être un moyen de gérer cette double incertitude : terminer la thèse et obtenir un poste. Ce registre sera présent notamment à deux moments qui confirmeront la construction sociale de la dimension symbolique : les conditions d'élection pour l'inscription en thèse et surtout pour l’obtention d’une allocation doctorale, ressource rare s'il en est. Comme le souligne Laillier (2011), « l'engagement résulte de cette tension entre la promesse de vocation socialement construite et sa réalisation effective toujours incertaine ». Le plus souvent, des enseignants deviennent des autruis significatifs (Mead, 1934) qui procèdent au « repérage » des dispositions à la recherche. Ils témoignent d'une confiance qui peut constituer une forme d' « appel » dans le cadre d'une « idéologie élitiste » (Suaud, 1976).

« Un jour, j'ai été flattée d'entendre mon prof de l'époque me dire "vous devriez faire une thèse", là j'ai commencé à imaginer que c'était possible, que j'étais capable même si j'en doutais. » (E3, thèse abandonnée)

7Cet engagement total, fondé sur des discours vocationnels intériorisés, suppose un processus de socialisation dont les modalités vont dépendre du parcours antérieur. C'est dans un tel contexte qu'il faut chercher à comprendre les processus de désengagement. Pour jouer le jeu, il faut de toute évidence une socialisation qui donne les règles de ce champ. La mobilisation d'un discours vocationnel est pour les doctorants le moyen de montrer un ajustement « spontané » des dispositions à leur situation, conformément aux « métiers à vocation » (Freidson, 1986) qui se caractérisent par des compétences valorisées et rares. La trajectoire biographique est donc à prendre en considération à la fois dans les capitaux culturels qui caractérisent la lignée familiale, y compris sur plusieurs générations (Bourdieu, 1980), dans la socialisation scolaro-universitaire et également dans les projections dans l'avenir professionnel (Dubar, 1991).

8Le travail doctoral constitue une activité singulière dans une trajectoire. Dernier diplôme d'une formation universitaire avant l'entrée éventuelle dans le monde de l'enseignement et de la recherche, il est directement lié à un grade qui vaut identité sociale. « Etre docteur » est un titre qui apporte une certaine position sociale et un prestige culturel. Même si de nombreuses situations contribuent à relativiser cette position notamment sous l'effet des médias qui titrent souvent sur le « chômage des docteurs » (Calmand, 2010), ce diplôme est le seul à s'inscrire à la fois dans une longue temporalité historique (depuis le Moyen Âge) et dans l'espace international, même avant la mise en place du LMD qui visait à harmoniser les niveaux de diplômes. Le titre de « docteur » est fortement chargé symboliquement, auréolé parfois d'un caractère presque sacré, dotant son détenteur d’une distinction particulière. Cette valeur symbolique est particulièrement forte pour ceux qui ne sont pas des « héritiers culturels ».

« Faire une thèse, c'était un projet, être docteur, c'était un rêve, pouvoir dire que je suis docteur c'est pas du tout la même chose que d'être doctorant, ça devient un statut, un label. Même si beaucoup de gens ne savent pas ce que c'est réellement, c'est quand même un statut. Je me souviens de mon oncle qui me disait "tu vas devenir docteur ? comme les médecins ? " » (E3, thèse abandonnée)

9La thèse correspond également à un sésame pour entrer dans l'enseignement supérieur comme enseignant-chercheur. Le travail doctoral comporte un enjeu de socialisation car il prépare à l'entrée dans le marché réduit et sélectif de l'enseignement et la recherche. De ce fait, la finalité des années doctorales est l'appropriation et la maîtrise des normes et des codes universitaires pour permettre l'entrée dans une certaine élite. Le terme n'est jamais utilisé par les enquêtés mais leurs propos attestent la conscience aiguë qu’ils ont du processus de sélection explicite et implicite qui conduit à la soutenance de thèse et, plus encore ensuite, à l'entrée sur le marché de l'enseignement supérieur et de la recherche et à l’acquisition d'une position dominante d'un point de vue culturel. Ces attributs symboliques de la position anticipée sont bien évidemment vécus et investis subjectivement de façon très contrastée selon les trajectoires antérieures mais rares sont les expériences doctorales qui oblitèrent complètement cette projection dans l'avenir. La thèse est alors un entre-deux qui peut durer longtemps; certaines thèses se déroulent sur six ou sept années. C’est ce qu’exprime cette doctorante devenue docteure : « Depuis le début de la thèse, on nous parle des candidatures, on s'entraîne sur les postes d'ATER, on y croit. En fait, le problème c'est que rapidement on ne s'imagine pas faire un autre métier, tout semble décalé ou même dévalorisé à côté d'un poste (sous entendu un poste de maître de conférences), être consultant, ça paraît un choix par défaut » (E4, thèse soutenue). Le travail doctoral devient alors un cheminement normé, semé d'évaluations implicites qui permet de s'assurer de la conformité progressive aux attentes complexes du monde universitaire. Celles-ci ne sont certes pas monolithiques mais suffisamment précises pour permettre des jugements fréquents de conformité ou de non ajustement. Ces contraintes forgent une certaine discipline qui peut prendre la forme d'une ascèse, déterminée par la durée limitée de la thèse et par cette logique de projet qui doit trouver une fin et ne pas « s'éterniser ». Le statut d'emploi visé dans la projection vers le poste de chercheur ou d'enseignant chercheur est synonyme à la fois de sécurité, de variété des tâches professionnelles, de créativité, de liberté et de position dominante. Autant d'éléments qui contribuent à présenter cette finalité comme une activité « extra-ordinaire » rendant ainsi difficile une projection dans ce qui est souvent nommé « une reconversion ». Il faut noter que ces deux finalités - terminer une thèse et s'insérer dans la communauté scientifique - dans les processus d'abandon se décrochent par étape. Les doctorants qui abandonnent renoncent d'abord à l'insertion professionnelle statutaire, puis progressivement à la thèse. Ainsi cette ancienne doctorante qui déclare : « Je commençais à prendre de la distance avec ma thèse, au début, j'ai dit, bon je ne ferai pas de recherche, je ne candidaterai pas sur les postes, puis je me disais, je vais quand même la finir. Je me disais qu'accepter de ne pas continuer ensuite dans le milieu, ça allait me permettre de mieux finir et puis finalement non. Au début, je me disais "je ne m'impose plus d'aller dans les séminaires", je me suis mise à distance mais j'ai pas réussi pour autant. Puis j'ai renoncé à la thèse » (E5, thèse abandonnée).

10La tension entre l’engagement total exigé par le travail doctoral et l’incertitude de l’avenir est vécue différemment selon les trajectoires antérieures et notamment selon le mode d'appropriation préalable du capital culturel académique. Ce capital spécifique (Mauger, 2006) comporte des connaissances sociologiques (les auteurs lus et cités), la maîtrise de méthodes d'enquêtes (construire une enquête du début jusqu'à la fin) et aussi, et parfois surtout, la capacité de mettre en forme et de transmettre oralement et par écrit les connaissances produites au regard des normes attendues (faire une communication, rédiger un article). Ce capital implique également des dispositions scolaires et ascétiques : autonomie dans l'organisation, discipline dans la gestion du temps et des émotions, capacité au travail solitaire. Comme le signale cette docteure : « On peut dire ce qu'on veut, mais on ne peut pas éviter le tunnel solitaire dans le travail de thèse, à un moment, il faut s'isoler et avancer, avancer, se débrouiller pour ne pas douter, avancer sans se poser de questions parce que sinon on n’en finit plus » (E4, thèse soutenue). Comment le capital culturel propre au champ académique, et à la discipline sociologique, est-il approprié par les doctorants ?

Le travail doctoral comme rupture ou continuité dans un processus de formation symbolique et cognitive.

11On peut identifier deux formes majeures d'appropriation de ce capital. La première renvoie à un apprentissage fait de façon anticipée dans la sphère familiale, par reproduction sociale, et/ou dans des dispositifs de socialisation formalisés que l'on trouve notamment dans les classes préparatoires aux grandes écoles ou dans des formations sélectives. Le deuxième mode d’appropriation se construit en situation, pendant les études universitaires, avec selon les cas des héritages familiaux plus ou moins ajustés. Mais ces socialisations pré-doctorales différenciées induisent des rapports contrastés au travail doctoral, plus ou moins accompagnés d’un sentiment de rupture ou de continuité avec les trajectoires préalables.

12Les situations de reproduction culturelle sont récurrentes parmi les parcours des doctorants et plus largement des enseignants chercheurs. Une trajectoire intergénérationnelle fréquente se repère : avoir au moins un des parents enseignants (primaire ou secondaire) ou diplômés du supérieur. Le doctorat représente souvent une mobilité sociale ascendante par l'accès potentiel à un poste dans l'enseignement supérieur. Le processus de socialisation sera différent pour les doctorants qui ne disposent pas de la transmission d'un capital scolaire et/ou universitaire familial. Dans les circonstances des doctorants qui abandonnent leur thèse, nous avons rencontré des doctorants aux origines sociales éloignées du monde culturel académique. Le contexte de massification dont on connait les limites qualitatives (Convert, 2003) a permis à des étudiants d'horizons variés d'entrer à l'université et de poursuivre leurs études jusqu'au doctorat depuis la seconde explosion scolaire (1986/1995). Cette ouverture de l'université se repère jusqu'au doctorat en sociologie et dans une proportion moindre dans les recrutements dans l'enseignement supérieur. Ces étudiants ont vécu des parcours universitaires qui ne les ont pas nécessairement confrontés à de fortes sélections sociales jusqu'au doctorat. Parce qu'ils ont intégré suffisamment la norme scolaire, ils trouvent le moyen de se conformer aux attentes universitaires. Stéphane Beaud (2012) souligne l'évolution dans la formation des générations de sociologues. Alors que jusque dans les années 1970, les droit d'entrée dans le métier était faible, depuis les années 1990/2000, on assiste à un « dualisme du recrutement scolaire » avec une minorité non négligeable qui est passée par des filières sélectives (Beaud, 2012, p. 3). Le développement des Ecoles Normales Supérieures en sciences sociales permet notamment d'expliquer cette évolution.

13Pour les étudiants qui n'ont pas suivi une formation sélective au préalable, la socialisation passe par un processus de transformation ou de conversion (Darmon, 2010). Le travail doctoral est semé d'une série d'embûches traduisant les ajustements nécessaires de leur habitus. Les transfuges ou migrants sociaux cherchent les signes d'élection pour contourner le risque d'un sentiment d'illégitimité (Naudet, 2012 ; Pasquali, 2014).

« J'ai toujours aimé ça, (comprendre). Du coup, je me suis rendu compte qu'il y avait une activité professionnelle qui correspondait et puis la perspective de rester à l'université, ça me stimulait. C'est pas que je ne l'ai pas choisi mais on me l'a suggéré et j'ai été plus choisie que je n'ai choisi, c'est bizarre de dire ça parce que ça laisse entendre que j'ai été élue, ça fait un peu prétentieux. J'étais au bon moment à la bonne place, j'avais (untel) en cours et à la suite d'un devoir, il était très enthousiaste, je lui avais dit que j'appréciais la discipline qu'il enseignait, ça s'est goupillé comme ça, il se trouve qu'il a été réceptif d'un besoin que je ne formulais pas à l'époque, j'aurais jamais prétendu faire cela dans ma vie, je me disais c'est trop tard, j'ai pas fait socio ... Un plaisir que je n'aurais pas osé formuler comme tel, sinon j'aurais fait quelque chose de raisonnable, la thèse de socio, ça paraissait un peu trop pour moi. Je ne savais même pas à quoi ressemblait une thèse, c'était des écrits de chercheurs que je connaissais pas une thèse, je ne savais pas quels étaient les usages en socio. » (E5, thèse abandonnée).

14Les doctorants qui ont vécu une formation préalable dans les écoles préparatoires et/ou dans les grandes écoles vivent cette expérience de la thèse d'une façon très différente. Comme le souligne Muriel Darmon (2013), la socialisation institutionnelle des écoles sélectives est « enveloppante » notamment par sa capacité à contraindre les comportements6. En multipliant les dispositifs d'encadrement du temps et de l'espace (intensité du rythme de travail, fréquence élevée des entraînements et des évaluations), ces doctorants ont bénéficié de corrections précises de leurs copies et également de corrigés qui permettaient de bien identifier les normes à atteindre. Ils ont également vécu une forte dynamique collective où la solidarité est égale au climat concurrentiel du concours qui classe tous les étudiants de la même promotion. Habitués à échanger des notes de lecture par exemple, ils ont appris ainsi le travail entre pairs et savent en tirer des bénéfices relationnels et cognitifs. Ces formations offrent également une reconnaissance qui leur attribue un statut valorisé dans le champ des formations universitaires et qui associe leurs dispositions à un statut dominant. Les étudiants qui deviennent normaliens ensuite sont préparés très tôt par les enseignants à faire une thèse7.

15Sur l'ensemble de ces points, le contraste est total avec la socialisation des étudiants à l'université dont les cadres institutionnels sont plus flous, les contraintes faibles, les encadrements aléatoires et les examens bi-annuels sans retour qualitatif (Favre Bonnet, Clerc, 2001). Ce sont donc les dispositions à l'ascèse qui sont construites d'un côté alors qu'elles ne sont pas forgées par l'université de l'autre. La socialisation en amont de la thèse va diverger sur deux points essentiels : la conscience de faire partie d'une élite disposant d'une légitimité culturelle et les dispositions au travail ascétique.

16Pour les doctorants formés à l'université, ces dispositions au travail se forgent parfois par une auto-organisation en s'appuyant sur des expériences socialisatrices parallèles, par exemple dans les activités artistiques ou sportives qui forment l'endurance et la discipline. Ainsi comme le signale une ancienne doctorante qui a soutenu sa thèse : « Je suis aussi convaincue que la rigueur, le côté jusqu'au-boutiste, le dépassement de soi et la recherche de la perfection dans le mouvement qui caractérise la danse sont des dispositions acquises dès toute petite. Je pense que c'est ce qui fait - en partie - que j'ai toujours été très perfectionniste, organisée, méticuleuse dans ma scolarité et jusqu'au doctorat. » (E6, thèse soutenue).

17Ces socialisations pré-doctorales sont certes déterminantes au maintien de l’engagement dans la thèse mais d'autres processus de socialisation se déroulent pendant le travail doctoral. Il n'y a pas de lien mécanique entre la formation pré-doctorale et le processus de désengagement mais les étudiants qui n'ont pas fait l'expérience de la sélection en amont et qui sont issus de milieux sociaux éloignés de l'université construisent un sentiment d'illégitimité culturelle qui sera parfois vécu comme un stigmate, un handicap à dissimuler ou même un sentiment d'imposture. Il s'agit à présent de savoir comment les différentes scènes sociales qui constituent le travail doctoral peuvent compenser ou transformer ce décalage culturel.

Le travail doctoral dans des scènes sociales aux reconnaissances incertaines

18En tant que processus long et impliquant, la socialisation doctorale peut aussi être considérée sous l'angle des carrières et de leurs deux dimensions entrecroisées, objective et subjective (Becker, 1985, p.126). Ce concept permet d'analyser les parcours en fonction des contraintes institutionnelles des univers traversés et des normes du groupe socio-professionnel qu’il s’agit d’incorporer.

19Les entretiens avec les doctorants révèlent différents moments qui structurent des apprentissages à la fois du travail de recherche et des façons de « décoder » les normes du monde de la recherche. Plusieurs espaces de socialisation constituent des ancrages sociaux qui organisent le temps de travail : l'encadrement du travail de thèse, le laboratoire de rattachement, les relations avec les pairs, le terrain d'enquête et l'expérience de l'enseignement. Dans ces espaces de socialisation plus ou moins convergents entre eux, nous rendrons compte du rapport au savoir qui s'élabore, des rôles qui se construisent et également des formes d'organisation qui structurent l'expérience de la thèse. Les différents espaces de socialisation fournissent des langages, des codes et des normes qui sont plus ou moins convergents.

20Les formes de l'encadrement varient considérablement selon les trajectoires des doctorants et également celles des directeurs ou directrices de thèse. Relation asymétrique en âge, en statut, en expérience, la relation avec le directeur de thèse peut prendre la forme d'une alliance, de parrainage et faciliter la socialisation dans ce monde professionnel. Dans d'autres cas, la relation de domination symbolique donnera lieu à des rencontres peu personnalisées où une distance sociale et statutaire est maintenue. Les doctorants qui n'ont pas eu une socialisation pré-doctorale recherchent un encadrement plus serré et fréquent qui leur permet de s'approprier les codes professionnel et symbolique. Cet encadrement constitue cependant rarement le seul point d’ancrage du doctorant.

21Le laboratoire de recherche est l'espace social le plus souvent cité par les doctorants. Même lorsqu'ils n'ont pas un bureau nominatif, ils ont des attentes importantes à l'égard de ce lieu. Dans ces espaces, le travail doctoral se déploie dans des cadres aux géométries variables, pouvant aller de la vie quotidienne à des rencontres ponctuelles, fréquentes ou rares. Les doctorants sont tenus par des systèmes d'évaluation qui sont implicites et parfois flottants. Dans cette logique de gestion de projet, les doctorants oscillent entre des moments d'exposition de leur travail et des stratégies d'évitement. Le travail de thèse est structurellement individualisé et dès lors l'exposition devient une prise de risque personnelle que certains cherchent à reporter. Les laboratoires ont des régulations institutionnelles très variables, certains obligent à des présentations des travaux intermédiaires alors que d'autres laissent le doctorant travailler en autonomie. Les règles collectives ne sont pas communes et dépendent des histoires locales institutionnalisées et également des dispositions des équipes de direction. A la différence des formations sportives et artistiques (Bertrand, 2009 ; Laillier, 2011), les actes de consécration ne sont pas fréquents.

22Les publications intermédiaires constituent des étapes dans la trajectoire qui produisent progressivement de l'irréversibilité dans le processus de thèse. En devenant visible, en pouvant faire l'objet d'une citation par d'autres chercheurs, le doctorant acquiert une nouvelle position dans sa trajectoire et commence à exister dans le champ. Pourtant, dans certains entretiens, les moments d'exposition des résultats deviennent des moments « violents » qui produisent du désengagement. Les remarques formulées sur les productions intermédiaires sont vécues comme des reproches personnels qui ne donnent pas de réels moyens de pouvoir progresser. Lorsque les dispositifs ne permettent pas une dissociation suffisante entre le travail de thèse et la personne du doctorant, ils peuvent produire un sentiment d’illégitimité chez les doctorants en difficultés. Ceux-ci finissent alors par ne plus venir aux réunions de laboratoire pour ne pas s'exposer au regard des autres.

« Je préférais rester chez moi, ça me déprimait d'aller au labo, je n'avais pas envie de parler de ma thèse (…) Certains ont tout de suite une confiance qui leur est donnée mais pas moi, je me sentais différent et du coup évalué plus que les autres. A force de se sentir évalué, on finit par sentir de la honte si on ne correspond pas aux attentes, alors on se met dans son coin, on vient moins aux réunions. » (E7, thèse abandonnée).

23Il ne suffit pas que des règles collectives existent, même sous un registre de relatives contraintes, pour qu'elles soient efficientes et permettent un maintien dans la carrière doctorale. L’enquête fait apparaître la nécessité de collectifs intermédiaires qui fonctionnent comme amortisseur de la violence symbolique, comme support d’appropriation des normes universitaires. Les doctorants qui n'ont pas intégré en amont les normes ont besoin de « passeur de frontières » (Pasquali, 2014) rendant explicites les codes techniques et symboliques et permettant d’éviter de ressentir la « force de rappel » (Beaud, 2002) de leurs origines sociales. À l’instar de Bourdieu et Passeron dans Les Héritiers (1964) qui, dans l’objectif d’une démocratisation de l’enseignement supérieur, préconisaient un travail d’explicitation des implicites pédagogiques de la part des enseignants, il s’agit pour ces passeurs de « vendre la mèche » aux doctorants, c’est-à-dire de clarifier les attentes et les normes attendues tant sur un registre technique que socio-symbolique. Ces collectifs se constituent à l'occasion d'opérations de recherche ou parfois de façon informelle. Ces rencontres peuvent avoir lieu dans des séminaires thématiques, dans la préparation d'une journée d'études ou encore dans l'écriture commune d'un article.

24Les relations avec les autres doctorants d'un même laboratoire ou d'un réseau de recherche constituent des espaces structurants des identités et des négociations identitaires. Mais les configurations ne correspondent pas toujours à des liens fusionnels et solidaires horizontaux. Elles peuvent également reposer sur des liens concurrentiels avec des moments où les tensions entre les doctorants dominent, par exemple autour du partage des ressources rares (allocations, postes temporaires). Les conflits ou les tensions peuvent générer des processus de désengagement dans les cas où les liens horizontaux ne compensent plus la charge du travail solitaire. Le travail doctoral prend alors la forme d'une épreuve sans issue.

25Cette doctorante nous disait :

 « en fait, il y a une hiérarchie entre les doctorants, on n'est pas tous égaux, je suis descendue de mon nuage, j'ai compris que Paul n'avait pas besoin de moi, que je ne pouvais pas discuter de mes états d'âme. Lui il est sursocialisé par sa formation. [...] Certains doctorants sont privilégiés et d’autres doivent travailler [au sens d'un emploi] en permanence et ne peuvent pas avancer. Ceux qui ne sont pas normaliens passent après les autres, c’est comme une distinction de classe. » (E8, thèse abandonnée)

26Les inégalités de statuts et les différences de formations pré-doctorales pèsent sur la constitution possible ou non de micro-collectifs affinitaires de confiance. En leur absence, la tentation du repli et de l'évitement du face-à-face est fréquente. Les collectifs trop inégalitaires freinent le travail de conversion culturelle et symbolique et accroissent le sentiment d’illégitimité des moins dotés, au point de parfois conduire à leur désengagement.

27Enfin, l’enquête réalisée pendant la thèse peut être l’occasion de nouveaux apprentissages de rôles et de sources de reconnaissance. Là encore, le doctorant peut trouver un espace où il rencontre moins de tensions ou d'incertitudes, au point parfois que le terrain devienne une sorte de refuge, une échappatoire, parfois même un espace de socialisation divergent et concurrentiel avec le travail de production de la thèse écrite.

28Lorsque le doctorant s'identifie à la population enquêtée, le terrain peut devenir une sorte de mission qui donne un sens à la thèse : « il fallait que je dise ce que j'ai vu, compris, entendu. Ces femmes m'ont beaucoup donné par leurs paroles, il faut que je leur donne en finissant la thèse » (E8, thèse abandonnée).

« Et puis, j’ai fui sur le terrain, maintenant je ne sais pas comment je vais traiter deux ans de matériaux. J’aurais dû écrire depuis le début mais c'était trop angoissant. Et puis mon problème c’est que je ne lis pas, je ne prends pas le temps de lire, en fait je n’ai aucun cadre théorique, je ne vois pas pourquoi il en faut un, donc je ne vois pas comment je pourrais avoir des discussions sur ma thèse, alors je fuis les moments. Ce que j’aime c’est la méthodo, c’est faire du terrain » (E4, thèse soutenue).

29Il est fréquent de constater que des doctorants vivent très positivement la période d'enquête où ils sont actifs dans le cadre d'une activité concrète, délimitée dans le temps, avec un rôle légitime, dans un cycle de travail identifié et pouvant faire l'objet d'une forme relative de rationalisation. En revanche, la période d'écriture est beaucoup plus incertaine dans son contenu et sa temporalité. Le sentiment d'illégitimité culturelle revient plus fortement à cette étape du travail et produit une tension récurrente. Le désengagement devient une solution pour sortir de cette tension. Cette solution est encore plus tentante pour les doctorants qui occupent un emploi en parallèle de leur thèse : leur incertitude financière renforce alors l'incertitude symbolique de leur ancrage dans le champ scientifique.

30L'enseignement apparaît enfin comme une activité structurante de l'identité socio-professionnelle des doctorants. Elle offre une organisation du temps, par la répétition hebdomadaire des cours. Elle implique un rapport au travail concret, visible, avec des « collègues » et procure un sentiment d’utilité sociale, matérialisé par une rémunération spécifique. Si la reconnaissance du travail réalisé est parfois incertaine en situation pédagogique, l'enseignement apporte une identité sociale jugée plus « confortable » que celle de l'apprenti chercheur pour les doctorants qui se sentent moins légitimes dans la recherche. Pour ceux qui sont les plus éloignés du monde culturel académique, l'enseignement permet un arrangement statutaire et identitaire pour rendre des déplacements sociaux plus acceptables (Pasquali, 2014).

« C'était avec les étudiants que j'avais le plus d'échanges, j'avais l'impression d'avoir un vrai travail, avec des horaires, des dates précises, des relations. Il fallait faire le pas pour sentir que j'avais une autre place, plus celle d'étudiante et puis à force de passer du temps sur ma thèse, je ne savais plus ce que je savais faire réellement. L'enseignement me sortait de chez moi car sinon, j'étais seule, un peu isolée, j'avais besoin de ne pas être dans le vide. Du coup, j'ai vu que ça prenait de plus en plus de place, je faisais tout à la perfection, il fallait que je montre le meilleur. » (E8, thèse abandonnée)

31Les doctorants se retrouvent, à leur tour, en position de passeur de leurs connaissances, position qui est indissociable d'une certaine croyance dans l'intérêt de la discipline. Pourtant, ils rencontrent parfois des étudiants qui sont bien loin d'être « convertis ». L'expérience de l'enseignement peut également produire et renforcer une forme d'isolement. Certains expriment la difficulté de « parler des cours » et plus précisément de la relation pédagogique. Les travaux sur les pratiques d'enseignement dans le secondaire montrent qu'une norme du silence sur le déroulement des cours concerne notamment les jeunes enseignants (Balland, 2012). Dans l'enseignement supérieur, les échanges sont rares. La confiance pour éviter le jugement d'illégitimité culturelle s'établit, là aussi, dans des micro-collectifs affinitaires. L'enseignement peut être également une expérience du dévouement institutionnel où certains ne s'autorisent pas à refuser des propositions de cours pour garantir une projection dans l'avenir plus sécurisée ou plus simplement une forme de reconnaissance professionnelle de la part de leurs « collègues » (Tiffon et Garcia, 2009).

32L'engagement en thèse se construit au sein de différentes scènes sociales. Chacune donne lieu à des épreuves initiatiques et des négociations identitaires qui confirment ou au contraire contribuent à déstabiliser la régulation socio-symbolique de ce travail (Leclerq, 2011 ; Dubar, 1991). Ces instances de socialisation qui organisent le temps et l'espace du travail doctoral ont des régulations fragiles et aléatoires d'un point de vue organisationnel mais fortes d'un point de vue symbolique. Quand il n'y a pas de liens signifiants suffisants dans ces scènes pour soutenir l'engagement, les doutes émergent fortement. Il reste à comprendre comment ces socialisations plurielles au fil de la carrière doctorale s'articulent avec les socialisations pré-doctorales au point de, parfois, produire des désengagements.

Des arrangements permanents et fragiles qui expliquent les désengagements

  • 8  La transaction diachronique, également appelée « biographique », révèle la dynamique de la traject (...)

33Au cours de chaque cheminement biographique se produisent de multiples transactions diachroniques et synchroniques entre différentes positions et expériences qui jalonnent le parcours, entre des identités héritées et des identités visées8 (Dubar, 1991). Nous retiendrons trois moments dans le travail doctoral qui donnent lieu à une telle négociation : l'entrée en thèse, les épreuves et l'abandon de la thèse. Nous avons identifié un cheminement typique qui articule les dispositions biographiques et les conditions de socialisation doctorale pour comprendre les désengagements qui aboutissent parfois à une sortie du monde de l'enseignement supérieur et de la recherche. Ces situations ne concernent pas systématiquement des transfuges de classe mais toujours des doctorants qui vivent une forte illégitimité culturelle.

34Lorsque la transaction diachronique s'établit sur la base de la rupture dans la trajectoire biographique et que la transaction synchronique révèle une dissonance entre l'identité attribuée par l'institution de référence et l'identité forgée par l'individu, nous constatons des situations de souffrance et d’inhibition qui rendent difficile ou impossible la concrétisation de projets. Dans cette configuration, la socialisation secondaire ne permet pas le processus de conversion (Darmon, 2006). Cela concerne notamment des étudiants de la « démocratisation universitaire » en forte mobilité sociale qui ne parviennent pas à trouver les supports nécessaires à leur socialisation au sein des universités (Beaud, 2002, Nicourd, 2011). Ce cas de figure se pose avec une intensité singulière dans le travail doctoral où la conversion est nécessaire pour s'ajuster à des répertoires cognitifs et socio-symboliques nouveaux. Ces étudiants entrent en thèse avec un décalage culturel qui ne peut être compensé par la seule relation avec le directeur de thèse. En repoussant ou en évitant les expositions, une spirale d'abandon se met en place, aucun espace ou collectif stable ne permet de trouver des solutions aux tensions entre les dispositions biographiques et les demandes institutionnelles et de rendre les déplacements acceptables.

35La croyance dans le savoir et le plaisir intellectuel, l’engagement total dans la thèse, ne sont pas suffisants dès lors que ces doctorants restent extérieurs aux régulations symboliques et parfois académiques qui accompagnent le travail doctoral. En l'absence d'appuis latéraux, l'insécurité financière ou la limite des conditions de réinscription peuvent alors déterminer la rupture comme le montre l'exemple suivant :

Après un parcours scolaire fluide et réussi, Sonia, qui ne vient pas d'un milieu social doté d'un fort capital culturel, commence ses études universitaires avec un an d'avance et s'oriente vers une licence d'AES dans une université de l'Est de la France. Elle s'enthousiasme pour la sociologie, le plaisir de comprendre « les groupes d'humains », le plaisir du « travail intellectuel ». « J'ai toujours aimé ça, c'est une façon d'être » dit elle. Elle suit les cours d'un enseignant de sociologie qui va lui proposer de faire une thèse en constatant son intérêt pour la discipline. Elle obtient une allocation doctorale et arrive à Paris pour l'occasion. Avant de commencer sa thèse, elle a eu l'occasion de participer à une recherche collective qui restera son meilleur souvenir, je « trouvais ça passionnant » dit elle.

En arrivant dans son laboratoire d'appartenance, elle découvre la différence sociale et se sent intimidée par certains chercheurs qui « ne connaissent pas la réalité de la vie » selon elle. Rapidement, elle a l'impression d'être « un outsider dans un milieu fermé ». Pourtant son directeur de thèse la soutient, lui donne des signes de reconnaissance positifs. La première année se passe bien, elle fait son terrain avec succès, elle se sent reconnaissante d'avoir eu une allocation et se met au travail avec plaisir. Elle rencontre cependant des difficultés pour parler de son travail à l'extérieur du laboratoire, elle a l'impression qu'on la prend pour une étudiante alors qu'elle fait des « choses professionnelles » d’après elle. C'est au moment de l'écriture que les difficultés apparaissent de façon récurrente. Elle personnalise ses difficultés en disant « je ne suis pas assez autonome et indépendante pour réussir à le faire, faut y croire encore beaucoup plus que je n'y croyais, sans avoir de reconnaissance ».

Elle rencontre des amis qui sont sociologues mais se sent toujours différente d'eux : « ils sont toujours plus formés que moi » ; « pour savoir ce qu'est un article, comment s'exprimer, on les forme sans arrêt pour qu'ils soient comme ça » ; « moi j'avais l'impression d'avoir une fibre sociologique mais de ne pas être assez formée ». L'enseignement sera une bonne expérience qui ne permettra toutefois pas de faciliter son travail d'écriture qui reste sa difficulté centrale. Elle parle de « honte » à l'idée de faire lire son travail, même à ses proches. Le doute arrive progressivement et dès lors toutes les rencontres au sein du laboratoire lui paraissent artificielles, vides de sens. « Ils ont l'air de souffrir dans leur thèse, faut que ça soit compliqué pour montrer qu'on travaille, moi j'en pouvais vraiment plus et j'ai arrêté […] Au fond je ne suis peut-être pas outillée pour ça. […] Il aurait fallu que je fasse comme si j'avais lu mais je ne pouvais pas ». C'est la nécessité de se réinscrire qui sera l'occasion d'abandonner sa thèse. Après une longue période de « tristesse » et de repli, elle cherche un emploi sans oser mettre en valeur son expérience doctorale de cinq ans. Elle trouve ensuite un emploi dans une administration et reste intéressée par la sociologie.

36Ces doctorants qui se sentent illégitimes vivent de multiples périodes de doutes et de remises en question, qui se soldent parfois par un rétablissement de leur engagement et parfois par son échec. La volonté d'être proche des normes peut conduire à un hyperconformisme académique, difficile à tenir dans la durée. Cette forte exigence conduit les doctorants à passer beaucoup de temps sur la mise en forme, sur des détails. Dans certains cas, des collectifs affinitaires leur permettent de maintenir la confiance et confirment régulièrement leur place, même fragile, au sein de ce monde social. Des normes de présentation et d’écriture, des conseils pour publier se transmettent par exemple lors des relectures de productions intermédiaires par les pairs. C'est également en s’appuyant sur des dispositions issues d'autres espaces de socialisation que les doctorants peuvent maintenir leur engagement. Les engagements artistiques et militants peuvent être des supports efficaces dans la résonance symbolique qu'ils apportent et dans l'expérience de la construction lente d'une identité. Les doctorants peuvent transférer à la fois l'endurance de l'entrainement, des difficultés à dépasser et parfois une première socialisation de conversion ou de transformation.

37Dès lors que l'exposition des résultats est rare, que les collectifs s'effritent et que les contraintes matérielles mobilisent temps et énergie (nécessité d'augmenter le nombre de vacations ou de prendre des emplois parallèles ou post-allocations), la dynamique du travail de thèse est fragilisée et peut rompre. Pendant toute la période de réalisation du terrain d'enquête, le rythme de travail permet de tenir l'engagement mais c'est souvent au moment de l'écriture que les ancrages sociaux sont les plus friables, dès lors que le travail d'ascèse s'impose.

« J'étais totalement déprimée, je ne voulais même plus sortir de chez moi, je refusais physiquement de m'approcher de l'université, je devais gérer la nécessité de me rapprocher de ma thèse, j'essayais mais c'est un peu comme une relation amoureuse, quand c'est fini, c'est fini. Je n'avais pas envie de parler de moi, parce que je n'arrêtais pas qu'une thèse, j'arrêtais moi dans la thèse, c'était pas une question de bons outils » (E5, thèse abandonnée).

38Dans certains cas, les parcours se réorientent alors vers d'autres espaces d'interaction plus favorables à la reconnaissance. C'est le cas de doctorants qui disposent d'un bagage universitaire solide sans parvenir à entrer dans les cadres sociaux symboliques des collectifs de recherche. Disposant d'un référentiel professionnel, parfois proche de l'entreprise, surtout s'ils font une thèse en CIFRE, ils sont plus extérieurs aux formes de mobilisation par la croyance que le monde de la recherche encourage. La perspective de l'ascèse et l'absence de rétributions intermédiaires découragent progressivement ces doctorants. Dans cette situation, la « rhétorique vocationnelle » (Avril et al., 2010) perd de son emprise. Le doctorant, en renonçant à sa thèse, devient un spécialiste de l'enquête en entreprise, transférant ainsi son expérience et ses savoir-faire dans un autre contexte professionnel tout en préservant son intérêt pour la sociologie. La dynamique est semblable pour le transfert d'expérience dans l'enseignement secondaire.

39Toutefois, l'abandon d'une thèse et la reconversion professionnelle correspondent souvent à un désenchantement vécu comme un échec lorsque les doctorants s'étaient projetés dans l’identité de chercheur(e). Certains anciens doctorants souhaitent reprendre « un jour » ce travail comme si le renoncement n'était que provisoire. Le jeu dans l'espace social universitaire n'en vaut plus la peine mais l'appétit pour le savoir sociologique demeure.

Conclusion

  • 9  Le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche a publié au JO en 1998 l'obligation d' (...)

40Cet article ne prétend pas expliquer l'ensemble des processus d'abandon dans le cadre d'un travail doctoral. Dans les situations étudiées, les désengagements s'expliquent par une exposition fréquente et prolongée à des décalages culturels qui ne trouvent pas de supports de socialisation culturelle et symbolique suffisamment compensateurs. Les doctorants fragilisés ont tendance à s'extraire des régulations collectives pour éviter de gérer des tensions souvent douloureuses. Pourtant, l'enquête montre que des collectifs affinitaires réduisent les barrières culturelles et facilitent l'appropriation des codes socio-symboliques. Tenir l'engagement sur la durée d'un travail doctoral, c'est être tenu par des collectifs de pairs régulés par la confiance pour rationaliser le répertoire vocationnel initial. Le travail commun, à l'image du compagnonnage, dans le cadre de la recherche comme pour l'enseignement, apparait comme une circonstance d'apprentissage des catégories pratiques. Les relations entre pairs ont une importance singulière, voire déterminante dans le processus de socialisation de doctorants transfuges et celles-ci ne relèvent pas forcément que d’une socialisation informelle et interstitielle. Depuis une dizaine d'années, des initiatives ont émergé pour formaliser les régulations collectives dans la formation doctorale, sous la forme de documents présentant les « droits et les devoirs ». En parallèle se sont renforcées des instances spécifiques de socialisation (séminaires des doctorants, comités de thèse, guides doctorants9). Ces dispositifs s'écartent de la régulation interindividuelle entre le doctorant et son directeur de thèse, modèle historique le plus fréquent. La multiplication des niveaux de régulation formels cherchent à renforcer la régulation professionnelle mais ne permettent pas de trouver place sur le registre socio-symbolique, fondamental dans le processus de socialisation. Les doctorants associent l'exposition de leurs résultats à des épreuves si le cheminement du travail de recherche n'est pas explicité mais simplement présenté de façon naturalisée, dépendant de dispositions exclusivement individuelles. C'est en explicitant le travail de recherche dans des termes concrets que les doctorants pourront plus facilement écrire sans risquer une sanction d'illégitimité. L’exigence académique de plus en plus forte qui consiste à réduire la durée des thèse en sciences sociales à trois ans pour l’aligner sur celle des thèses en sciences de la nature est une « mesure apparemment technique » qui a des conséquences sur la sélection sociale parmi les doctorants en sociologie (Beaud, 2012). En effet, en examinant la complexité des processus de socialisation pouvant permettre de dépasser un sentiment d'illégitimité culturelle, on comprend qu'il sera difficile de réunir, dans une durée de trois ans, les conditions matérielles, empiriques, théoriques mais surtout relationnelles pour vivre une « conversion » et terminer dans de bonnes conditions une thèse de doctorat.

Haut de page

Bibliographie

Aeres (2010), Synthèse des rapports d'évaluation des écoles doctorales de la vague D.

Avril Christelle, Cartier Marie & Delphine Serre (2010), Enquêter sur le travail. Concepts, méthodes, récits, Paris, La Découverte, Coll. Guides Grands Repères.

Balland Ludivine (2011), « Un cas d'école, l'entrée dans le métier de professeur d'une "enfant de la démocratisation scolaire" », Actes de la recherche en sciences sociales, n°191-192, p. 40-47.

Beaud Stéphane (2008), « Enseignement supérieur : la "démocratisation scolaire" en panne », Formation et emploi, n°101, p. 149-164.

Beaud Stéphane (2012), « La Sociologie française au milieu du gué», SociologieS [En ligne]. Débats, La situation actuelle de la sociologie. URL : http://sociologies.revues.org/3880

Becker Howard S. (1985), Outsider. La sociologie de la déviance, Paris, Métailié, [1962].

Bertrand Julien (2009), « Entre "passion" et incertitude : la socialisation au métier de footballeur professionnel », Sociologie du travail, vol. 51, n°3, p. 361-378.

Bret Dominique (2015), « Les doctorants contractuels normaliens face à leur thèse. Le poids des socialisations familiale et scolaire », Socio-logos. Revue de l'association française de sociologie [En ligne],  URL : http://socio-logos.revues.org/3006.

Bourdieu Pierre (1980), Le Sens pratique, Paris, Éditions de Minuit.

Bourdieu Pierre (1987), « Sociologues de la croyance et croyance de sociologues », Archives de sciences sociales des religions, vol. 63, n°1, p. 155-161.

Calmand Julien (2010), « Les Docteurs en mal de stabilisation », Bref CEREQ, n°227, sept.

Convert Bernard (2003), « Des hiérarchies maintenues. Espace des disciplines, morphologie de l’offre scolaire et choix d’orientation en France, 1987-2001 », Actes de la recherche en sciences sociales, n°149, p. 61-73.

Darmon Muriel (2013), La Socialisation, Paris, Colin, Coll. 128, 2ème éd., [2006].

Darmon Muriel (2013), Classes préparatoires. La fabrique d'une classe dominante, Paris, La Découverte, Coll. Laboratoire des sciences sociales.

Dubar Claude (2010), La Socialisation. Construction des identités sociales et professionnelles, Paris, Armand Colin, Coll. U, 4ème éd., [1991]

Favre Bonnet Marie-Françoise & Nicole Clerc (2001), « Des "Héritiers" aux "nouveaux étudiants" : 35 ans de recherches », Revue Française de pédagogie, n°136, p. 9-19.

Fillieule Olivier (2001), « Propositions pour une analyse processuelle de l’engagement individuel », Revue française de science politique, vol. 51, n°1-2, p. 199-215.

Fillieule Olivier (2005), Le désengagement militant, Paris, Belin.

Freidson Eliot (1986), « Les professions artistiques comme défi à l'analyse sociologique », Revue française de Sociologie, vol. 27, n°27-3, p. 431-443.

Laillier Joël (2011), « La dynamique de la vocation : les évolutions de la rationalisation de l'engagement au travail des danseurs de ballet », Sociologie du travail, vol. 53, n°4, p. 493-514.

Leclercq Catherine (2011), « Engagement et construction de soi. La carrière d'émancipation d'un permanent communiste », Sociétés contemporaines, n° 84, p. 127-149.

Mauger Gérard (2006), « Le Capital spécifique », dans Mauger Gérard (dir.), L’Accès à la vie d’artiste. Sélection et consécration artistiques, Bellecombe-en-Bauges, Éd. du Croquant, p. 237-253.

Mead George Herbert (2006), Self, Mind and Society, Nouvelle Trad. franç. PUF, [1933].

Moguerou Philippe, Murdoch Jake & Jean-Jacques Paul (2003), « Les Déterminants de l'abandon de thèse », Rapport du Céreq, « La mobilité professionnelle des jeunes docteurs », Relief 2, décembre.

Naudet Jules (2012), Entrer dans l'élite, Parcours de réussite en France, aux Etat-Unis et en Inde, Paris, PUF, Coll. Le lien social.

Nicourd Sandrine (2011), « Trajectoires de socialisation des étudiants de la démocratisation universitaire », Recherches Sociologiques et anthropologiques, 42.2, Louvain.

Pasquali Paul (2014), Passer les frontières sociales. Comment les filières d'élite entrouvrent leurs portes, Paris, Fayard.

Suaud Charles (1974), « Contribution à une sociologie de la vocation : destin religieux et projet scolaire », Revue française de sociologie, vol. 15, n°1, p. 75-111.

Tiffon Guillaume & Virginie garcia (dir.) (2009), Le sociologue en train de se faire. Travail réflexif sur le statut d’étudiant-enseignant-chercheur, Paris, L'Harmattan,Coll. Logiques sociales.

Vourc'h Ronan (2010), « Les doctorants. Profils et conditions d'études », Lettre de l'OVE, n°24, juin.

Haut de page

Notes

1  Ce chiffre est variable selon les sources. Moguérou et al. (2003) recensent un taux d'abandon de 60% à partir d'une analyse de la cohorte entrée sur le marché du travail en 1998. L'analyse concerne les doctorants disposant d'une allocation doctorale. L'AERES a établi le taux d'abandon de 40 % à partir du nombre global de doctorants (14000) et du nombre de soutenances par an (1650). Ce chiffre ne tient pas compte des interruptions d'inscription pour les thèses longues.

2  Compte tenu de la taille de la population enquêtée et de la forte interconnaissance, j'éviterai des précisions dans les extraits d'entretiens pour respecter l'anonymat. Pour simplifier l'exposition au cours de l'article, je choisis d'écrire « les doctorants » sans distinction de sexe. Je remercie les doctorantes et les doctorants qui ont répondu à mes questions. Je remercie également Isabelle Lacroix et Delphine Serre pour leurs judicieuses lectures de l'article.

3  Certains des entretiens ont été réalisés à l’occasion de l’actualisation d’une charte des doctorants au sein du laboratoire.

4  Lors d'une réunion d'information sur les masters de sociologie, un professeur présente le master recherche ainsi « il faut quand même avoir la vocation pour se lancer dans la recherche, il faut être prêt à des sacrifices ». Ou encore, Michel Beaud dans son livre L'art de la thèse : « La thèse est un travail. C'est un travail long, exigeant, astreignant, et qui pèse pendant plusieurs années sur la vie personnelle, familiale et la « disponibilité pour les autres ». Il est donc déraisonnable de s'engager dans cette voie si l'on n'a pas fait ses preuves aux différents stades du cursus. » (2001, p.15).

5  Stéphane Beaud souligne que le choix du sujet peut procéder « d'un conformisme prudent » pour ceux qui connaissent en amont le champ des possibles professionnels et l'espace académique (2012, p. 3).

6  L'auteure souligne qu'elle emprunte cette notion à Durkheim qui fait référence à un « système d'enveloppement continu » pour décrire l'éducation jésuite (Darmon, 2013, p. 29).

7  Voir aussi l’article de Dominique Bret « Les doctorants contractuels normaliens face à leur thèse. Le poids des socialisations familiale et scolaire »dans le même numéro.

8  La transaction diachronique, également appelée « biographique », révèle la dynamique de la trajectoire. La transaction synchronique, aussi nommée « relationnelle », traduit les effets des interactions organisées. Dubar définit la double transaction comme le « résultat de compromis intérieurs entre des identités visées et des identités héritées mais aussi de négociations entre des identités attribuées par autrui et des identités incorporées pour soi. » (Dubar, 1991, p. 105)

9  Le ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche a publié au JO en 1998 l'obligation d'éditer une charte des thèses et plusieurs universités ont ensuite adapté ces règles en créant des documents locaux au sein des écoles doctorales, devenues obligatoires en 2006. Les laboratoires ont ensuite créé leur propre document. En 2009, selon la Confédération des Jeunes Chercheurs qui a fait une évaluation des chartes de thèse dans les universités, ces documents sont rarement signés par les doctorants et probablement peu intégrés à leur cheminement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sandrine Nicourd, « Les processus de désengagement dans le cadre du travail doctoral », Socio-logos [En ligne], 10 | 2015, mis en ligne le 13 juillet 2015, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/2996

Haut de page

Auteur

Sandrine Nicourd

Maîtresse de conférences, Université de Versailles Saint Quentin en Yvelines, Laboratoire PRINTEMPS

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • OpenEdition Journals