Skip to navigation – Site map

Relire le conflit environnemental à travers une grille de lecture spatiale

Le cas de la capture des turdidés, par le moyen des tendelles, sur les Grands Causses de Lozère et d’Aveyron
Christophe Baticle

Abstracts

This article aims at discussing the sociology of the environment from a controversial point of view. Indeed, the disciplinary field could not be constructed without taking into account a central dimension : the lack of consensus as regards the ways of apprehending nature. At the same time, the sociology of the environment in France was born of rural studies. However, the transition from rural to environment has taken place through territorial issues. This is why we have chosen a polemic that plunges into the heart of a sensitive natural space in the Grands Causses region of Lozère and Aveyron, south of the Massif Central, where a singular method of trapping is practiced which concerns certain birds. This technique, called "tendelles", constitutes a major challenge between the practitioners, their hunting institutions, certain ecological circles and the administrations in charge of the file. But beyond that, it is the relations with the breeders that are questioned, because the modes of exploitation of the soil are transformed. Moreover, it is the reconstruction of a way of defining the Caussenard territory, and therefore the ways of inhabiting it, which are at stake. The tendelles were an epiphenomenon. They have been transformed into a struggle over the last fifteen years. They could be studied by means of classical theoretical and conceptual instruments of the sociology of the environment. But because the territorial dimension is decisive, the proposals of the German sociologist Martina Löw will serve as our support. Löw, by formulating her own theory of space, makes it possible to think of the Grands Causses in a relational and non-substantialist perspective. In so doing, the environmental controversy of the tendelles becomes one of the symbolic revelators of the tensions that cross this territory. As a result of the globalization of the stakes, which takes the form of the protection of nature here, certain practices are elevated to the rank of icons.

Top of page

Full text

Introduction

« Nous postulons que le concept d'"espace" a servi de passerelle entre la posture ruraliste de départ et l'intérêt nouveau que suscite désormais la question de la nature » (Billaud, 2009, 113).

  • 1 À savoir un ensemble de hauts plateaux calcaires (karstiques), de vallées et de gorges situés entre (...)
  • 2 Propos tenus par Gérard Charollois, magistrat et président de la Convention vie et nature pour une (...)

Les tendelles, une méthode de piégeage des turdidés (grives et merles) se présente désormais comme un patrimoine propre aux Grands Causses1 de Lozère et d’Aveyron. Objet relevant des centres d’intérêt de l’ethnologie de la France, cette pratique recoure également à des biotopes protégés, les landes à genévriers, qu’elle contribue à maintenir par la pression sociale qui s’exerce, au travers des adeptes et des fédérations de chasseurs, sur les agriculteurs-éleveurs, afin d’éviter le broyage mécanique (gyrobroyage) de ces arbustes (le « poivre du pauvre ») disséminés dans les pâturages. À l’opposé de cette manière d’appréhender l’activité, les tendelles sont encore considérées, par certains milieux écologistes, comme une forme « barbare », d’un « autre âge »2, de mise à mort des oiseaux, dans la mesure où elle consiste à utiliser la pierre plate (la lauze) des Causses, pour assommer l’oiseau attiré par la baie du genévrier. À la fin du XXe siècle, une nouvelle bataille s’engage pour faire interdire ce mode de piégeage, au motif que sous les lauzes se retrouvent également des espèces protégées de passereaux. Le conflit juridique prend une tournure nationale, jusqu’à constituer une revendication identitaire pour les Causses. Emblème végétal du territoire, le genévrier est étroitement associé à l’attraction qu’il exerce sur les grives, réputées d’un goût inégalable lorsqu’elles se sont nourries de genièvre (La Soudière, 2013). Les tendelles sont ainsi passées d’un débat technique, quant à la manière de capturer les turdidés sans impacter les populations de passereaux, à la polémique politique, où chaque élu local y va de sa proposition de loi pour légaliser leur pratique, restée silencieuse pendant des siècles.

  • 3 Charollois, op. cit.

Cet exemple, redevenu conflictuel depuis une vingtaine d’années, oppose deux principes de conservation : les landes menacées par l’intensification agricole et les passereaux protégés. Toutefois, au-delà de ces dimensions écologiques, se profile en arrière-plan un autre affrontement, beaucoup plus idéologique, qui met aux prises la dite « tradition » et une certaine conception de l’humanité, excluant la prédation de ces « arriérés des campagnes reculées »3.

Les Grands Causses, qui se vivent comme déshérités (Saussol, 1987) et oubliés des centres de décision, se sont saisis de la patrimonialisation. Dans cette revendication à la reconnaissance, l’enjeu territorial apparaît central. Par ces luttes autour des pratiques symboliques s’élabore une manière de « faire territoire », de refonder une cohésion mise à mal par les difficultés économiques rencontrées au sein des mondes agricoles, mais également via l’attractivité touristique qui pose de nouvelles questions quant au devenir des Causses.

  • 4 L’étude a commencé en novembre 2015. Elle a mêlé une phase d’observation directe de six mois par l’ (...)

Nous proposons ici, en prenant pour terrain4 l’exercice des tendelles, d’envisager les apports et les limites d’une sociologie de l’espace relationnelle, contraire à toute forme d’essentialisme, telle que la sociologue allemande Martina Löw (2015) en ouvre la perspective. La tenderie aux grives nous paraît offrir quelques-uns des traits susceptibles de conforter une réévaluation, quant au statut à accorder à l’espace dans l’analyse des problématiques où l’environnement devient un enjeu. Autrement dit, bien que largement façonné par des siècles d’intervention humaine (Cohen, Hotyat, 1995), cet espace n’est pas une simple pâte à modeler. Si tentative de modelage il y a, le modelé est en retour « bon à penser » (Lévi-Strauss, 1962).

Dans un premier temps, il s’agira de présenter les atouts de cette sociologie de l’espace pour réinvestir les questions environnementales en socio-anthropologie. En la matière, le terrain caussenard nous permettra, dans un second temps, d’interroger au travers des tendelles ce point de rencontre entre environnement, processus d’identification au territoire et logique de patrimonialisation.

1. L’espace qui socialise : structures spatiales, structures sociales, structures mentales

Avant qu’elle ne devienne une sociologie de la société du risque (Beck, 1986), l’étude sociologique de l’environnement entama une progressive émancipation par rapport à la notion de nature, entendue comme contrainte matérielle déterminante, (Jollivet et Mathieu, 1989). Cette base matérialiste s’expliquait d’autant mieux, en France, que la branche environnementale de la discipline est née de la sociologie rurale. C’est en effet un sentiment de perte, quant à leur objet (Mendras, 1967), qui amena une frange de ceux qu’on appelait alors les « ruralistes », à problématiser à nouveau la question de la relation homme-nature, en se détachant progressivement de la production agricole. Cette histoire explique la tournure ruraliste prise par les études environnementales dans la sociologie française, contrairement, par exemple, à l’Allemagne, où c’est la sociologie du travail qui fut précurseur, amenant les sociologues de l’environnement à se tourner notamment vers les questions de santé (Charles et al., 2014).

  • 5 La publication du numéro spécial (87-88) d’Études rurales, en 1982, en est un témoignage.

Ce cheminement français est néanmoins passé par la « question territoriale » (Billaud, 2009). Au travers du dépassement de ce qui constituait le cœur de leurs analyses, à savoir la dimension agricole, les sociologues du rural ont progressivement orienté leurs regards vers des espaces à dominante rurale, en déviant la focale sur les populations ne vivant pas de l’exploitation des ressources naturelles. Certains des objets emblématiques de cette transition furent constitués à partir des pratiques de loisirs, comme la chasse ou la cueillette5. Depuis, le « tournant patrimonial » (Hottin et Voisenat, 2016) a modifié sensiblement la donne. De ressource à préserver, la nature est ainsi devenue un enjeu dans les luttes qui se mènent quant à des activités sources de controverses.

  • 6 Martina Löw préfère parler de théories « absolutistes », en opposition avec la posture « relativist (...)
  • 7 La revue Espaces et sociétés a offert une tribune à ces discussions de fond. Notons que l’anthropol (...)

Au risque de caricaturer à l’extrême, on peut considérer qu’il a longtemps existé deux grandes manières d’appréhender la dimension spatiale en sociologie. La première suppose que le social se lise au travers des organisations spatiales, le socius imprimant sa marque sur la majeure partie de la surface terrestre6. En d’autres termes, les territoires sont autant d’expressions de ces rapports de force historiquement situés qui les ont constitués. Diamétralement opposés à cette perspective, certains auteurs ont cherché au contraire à illustrer les manières qu’avaient les espaces, y compris les plus planifiés, d’influer sur les comportements humains (Augoyard, 1979), devenant ainsi des acteurs du social7.

L’approche proposée par Martina Löw se montre novatrice en offrant une synthèse à ce débat : comment articuler la causalité circulaire qui parait s’organiser entre un espace largement généré, dans ses formes et ses usages, par les pratiques sociales, avec les potentialités que renferment les dispositifs spatiaux pour contribuer à influer sur les actions humaines. Il ne s’agit pas ici de renouer avec une ancienne mystique du lieu, dont « l’âme » serait censée s’incarner dans les êtres à partir d’une force mystérieuse, mais plutôt d’envisager les intrications entre espaces et sociétés.

1.1. Bref panorama des approches de l’espace

  • 8 Et lorsqu’ils s’intéressent à la grande vénerie (1993), le couple de sociologues adopte la même gri (...)

À partir d’une lecture univoque d’Henri Lefebvre (1974), on a longtemps considéré l’espace comme un simple réceptacle des forces sociales qui le modèlent, la combinaison de ces forces finissant par produire des territoires aux teintes sociologiques spécifiques. Pour exemple, les travaux de Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot (1989) eurent un fort retentissement, en mettant en exergue la constitution des territoires de la haute bourgeoisie, en l’espèce de véritables conquêtes classistes8.

Ces recherches ont eu pour intérêt de démontrer la spatialisation des logiques sociales. Puis, le courant phénoménologique a lancé quelques pistes quant à l’influence des dispositifs socio-spatiaux sur les comportements dans l’espace, mais en se focalisant sur une dimension extrêmement microsociale et en ne considérant souvent que la logique d’action délibérée des individus. Cette difficulté à penser un espace actif, bien que se situant dans le cadre des déterminations sociales, a abouti à un mouvement de rejet de la part de nombreux sociologues, voyant dans cette école de pensée philosophique une négation des fondements de leur discipline.

  • 9 À savoir ici l’émergence de la socialité à partir de la production et de l’interprétation des signe (...)

C’est à une toute autre perspective que nous invitaient les socio-sémioticiens (Bordreuil et Ostrowetsky, 1984). Envisager le social comme une sémio-genèse9, c’est en effet considérer le signe comme fondateur du social et l’espace comme porteur d’une grammaire langagière. Il s’agissait pourtant d’une conception que l’on pourrait qualifier d’iconoclaste dans les sciences sociales des années 1980, car elle proposait ni plus ni moins que de repenser l’espace et le social dans des relations de déterminations réciproques, à un moment où les travaux de Pierre Bourdieu s’imposaient dans le champ sociologique français. De plus, en dehors d’un certain nombre de tentatives prometteuses (Lamizet, 2000), la socio-sémiotique ne parvenait pas à imposer une reconsidération des questions spatiales dans un sens favorable à la socialisation par l’espace.

En géographie, le « tournant spatial » trouvait une part de son inspiration chez les philosophes et les sociologues. L’ouvrage de Michel Lussault (2007) marque la poursuite d’un progressif rapprochement, engagé également par son collègue Jacques Lévy, en faveur d’une imbrication entre le social et le spatial. De leur côté, les sociologues inspirés par Pierre Bourdieu (Retière, 2003 ; Renahy, 2005) ont contribué à ce retour de l’espace, par la conceptualisation du capital d’autochtonie, notion lancée par Michel Bozon et Jean-Claude Chamboredon (1981), concomitamment à Jean-Noël Retière. Ce concept a néanmoins fait l’objet de débats théoriques : le capital d’autochtonie n’est pas un capital spatial rappelle Retière (2014), quand Gilles Laferté (2014), soucieux d’éviter toute confusion avec une forme d’essentialisme des lieux, plaide pour l’idée d’espaces sociaux localisés. En effet, l’autochtonie reste une notion vague et instrumentalisée. Mais à la différence d’autres ressources sociales, le temps qu’elle exige dépasse les stratégies de l’agent social individuel, qui doit pouvoir, peu ou prou, s’inscrire dans une généalogie pluri-générationnelle. Cette dimension ne contredit pas la construction sociale de l’autochtonie. Elle l’inscrit dans une filiation mobilisable, mais difficile à inventer de toute pièce.

Dans ce débat, Martina Löw, en proposant une théorie globale, à même de percevoir dans les rapports entre le spatial et le social des relations d’intrication réciproques, ouvre une nouvelle perspective par la combinaison des apports de Pierre Bourdieu et d’Anthony Giddens (1987). Sans s’aventurer dans un substantialisme spatial, Löw vise à véritablement intégrer l’espace comme une des dimensions constitutives du social.

1.2. Enjeux autour de l’espace constituant : une approche synthétique

Se positionner sur une dimension telle que l’espace, c’est contribuer à déconstruire la notion de territoire pour en revenir à l’un de ses fondements : des lieux, réunis par une histoire politique, transformés par l’action humaine. Les territoires, constitués et acceptés en tant que tels, entrent de plus en plus dans des relations qui ignorent les contiguïtés. Or, l’invention des Causses relève également d’un processus centripète qui, à partir de la fin du XIXe siècle, assemble progressivement sous un même nom des entités qui se vivaient jusque là indépendamment, éclatées entre des provinces (Gévaudan, Rouergue), puis des départements (Lozère, Aveyron, Gard, Hérault) et des régions (Languedoc-Roussillon, Midi-Pyrénées). Mais face aux forces unificatrices qui avaient animé les Causses dans les années 1970-1980 (Bonniol, 2005), l’accélération des mobilités personnelles transforment désormais les représentations de l’appartenance au territoire (Sencébé, 2008).

  • 10 Pour lequel il s’agit de « penser l’espace comme une qualité positionnelle du monde et des objets m (...)
  • 11 Op. cit., p. IX.

L’avancée de Martina Löw consiste à s’interroger sur ces espaces qui pré-structurent également les différentes dimensions du social, car il n’existe pas de social en dehors d’une réalité spatiale, y compris virtuelle, les réseaux s’inscrivant aussi dans des lieux qu’ils mettent en lien par les flux échangés. En partant des remises en question opérées par Albert Einstein10, on peut reconsidérer cette topographie homogène et unitaire, issue de la géométrie euclidienne, par une perspective relationnelle, à savoir que l’espace se construit dans les relations qui s’établissent entre des éléments matériels et immatériels, mais également des êtres vivants, dont l’humain. « L’espace est un produit de l’action et [il] produit l’action »11. À l’origine de ce changement de regard, se trouvent les mutations sociales elles-mêmes : le monde n’est plus perçu par la seule socialisation à laquelle prédispose la géométrie tirée d’Euclide. Son principe fondamental consiste en effet à rapporter les lieux à leurs surfaces. Depuis, le développement d’une mobilité à grande vitesse, ainsi que l’émergence d’internet ont profondément révolutionné les façons de vivre l’espace. Ce que Bernard Poche (1996) avait décrit comme une « fragmentation » spatiale, peut être revisité comme une recomposition en réseaux de territoires. L’espace est désormais appréhendé dans ses discontinuités : être ici aujourd’hui et se projeter demain à des centaines, voire milliers de km, en n’ayant pas considéré la distance parcourue comme partie prenante de sa carte mentale des lieux vécus. C’est en ce sens que Martina Löw privilégie la notion de « socialisation insularisée », laquelle procède « d’îlots fonctionnels individuels ». On passe ainsi d’un lieu à un autre (habitat, travail, consommation, loisirs…) comme entre autant de bulles seulement reliées entre elles par des voies de communication.

  • 12 Pour Löw, ce mouvement s’achève dans les années 1970. Op. cit., p. 7.

À une autre échelle, les villes contribuent aujourd’hui à un maillage de l’espace hexagonal sous la forme d’un autre réseau. Il s’agit donc de reconsidérer les lois de la proxémique à partir de cette variable spatio-temporelle nouvelle, qui multiplie les entrelacements relationnels entre les individus et les espaces de référence. En d’autres termes, l’ère de la territorialisation12 s’est mutée en ère réticulaire d’espaces fluides (Mol et Law, 1994), et ce sous l’effet de la globalisation.

1.3. Définir l’espace

Pour comprendre cette approche, il convient de différencier la notion d’espace par rapport au lieu et au territoire. Le lieu est appréhendé en tant qu’entité physique localisée, quand le territoire revêt une dimension également institutionnelle et politique. L’espace, quant à lui, est entendu chez Löw comme « (dis)position relationnelle d’êtres vivants et de biens sociaux en des lieux ». Ces précisions sont extrêmement utiles. « Position » exprime bien l’idée d’une réalité observable où chaque élément est saisi par rapport à d’autres, et ce dans un cadre plus global : l’espace constitué par ces éléments en position. Occuper une position, c’est toujours le faire par rapport à d’autres possibles, voire d’autres déjà occupées. Inclure le préfixe « dis » permet d’insister sur la notion d’arrangement entre les éléments, mais signifie aussi une capacité à, comme aptitude, et encore une inclination à les produire d’une certaine façon, selon l’histoire sociale individuelle et collective, le contexte, les nécessités et les désirs. Pour résumer, l’espace n’est aucunement à confondre avec son substrat matériel : un ensemble de lieux constitués en territoire.

Comment, maintenant, s’opère cette production spatiale ? Pour rendre compte de ce phénomène, Löw distingue, analytiquement, deux processus : le spacing et par la suite la synthétisation. Spacing renvoie à l’organisation du voisinage, soit une opération consistant à placer, à se placer ou à être placé, le tout aboutissant à une certaine disposition des êtres et des choses constitutifs d’un espace ainsi produit. La synthèse, quant à elle, permet la représentation pour les acteurs. Ainsi, plusieurs synthèses peuvent concerner le même espace : les chasseurs ne synthétisent pas tous l’espace cynégétique de la même manière, mais se distinguent encore des synthétisations que réalisent les agriculteurs ou les environnementalistes.

Les placements qui résultent du spacing sont tributaires de règles explicites et implicites, donc des conventions sociales et culturelles. Il existe ainsi des structures de distribution organisant les placements, ces structures produisant aussi des principes de hiérarchisation. Afin de marquer leur présence, les individus, et/ou les groupes, sont souvent amenés à placer des repères symboliques de leur présence. Pour en donner un exemple cynégétique, les réservations territoriales, que nous avons observées dans les chasses en plaine de Picardie et de Normandie, procèdent d’un tel marquage, généralement avec des panneaux artisanaux où sont inscrites les lettres CR (« chasse réservée »). Or, bien souvent on reconnait la profession ou les ressources matérielles du détenteur territorial aux matériaux utilisés : des couvercles ronds de pots de peinture pour l’artisan peintre etc. Dans le monde d’interconnaissance extrême, qui caractérise la chasse locale, ces empreintes sont aisément reconnues par les chasseurs voisins.

Un espace n’existe que parce qu’il est représenté mentalement, ce qui implique d’abord de le percevoir comme tel. Par exemple, les grandes « places » financières du monde « jouent » sur un même espace inter-relié, où New-York, Londres, Tokyo… occupent des positions enviées. Mais de même, les ordinateurs d’un forum sur internet forment eux aussi un réseau spatial. L’espace des tendelles s’inscrit également dans cette opération de représentation, bien que l’étalon n’y soit pas les cours boursiers ou la notoriété de tel bloggeur. On y échange pourtant des informations quant au caractère giboyeux d’un champ, les aménagements dont il a fait l’objet, ou encore le talent d’un tendeur, son « doigté » dans la dextérité à tendre avec efficacité. En ce sens, il s’agit bien d’un espace tel que défini ci-dessus.

1.4. Perpétuer les dispositifs spatiaux

Afin de se représenter un espace, il convient d’en percevoir la structuration, donc de disposer d’une image qui illustre le spacing en place, mais encore d’appréhender les règles du placement incombant à son rang social. La pérennité d’un dispositif spatial relève ainsi d’un mode de perception qui légitime la place de tous pour chacun. Par cette intériorisation de l’ordre établi, se retrouvent les travaux de Pierre Bourdieu sur ce cercle enchanté de la légitimité qui permet de comprendre la stabilité dont les sociétés font preuve. L’auteur de La reproduction et de La distinction explique comment les institutions dominantes poussent dans le sens de la reconduction des attributs accordés aux différentes composantes de la société, mais il montre surtout l’efficacité de cette structure d’ordre, en nous invitant à la voir incorporée en chacun. L’habitus, soit cet ensemble de « structures mentales » issues de notre socialisation, amène à organiser les perceptions de ce qui est livré à notre appréhension. En langage spatial, cela revient à dire que lorsque s’opère un placement, nos structures mentales produisent des formes par la mise en relation des éléments (ou classes d’éléments) présents à notre perception (Baticle, 2013). C’est de la sorte que nous pouvons concevoir une région ou un pays sur une carte, que nous distinguons une église, un temple, une synagogue ou une mosquée dans un ensemble bâti.

En conséquence, la puissance d’un dispositif spatial est d’autant plus efficace qu’elle est souvent ignorée comme pouvant façonner notre vision du monde. Enfin, pour que ces dispositifs spatiaux puissent être portés par des manières d’être conformes, et même être exhumés de leur disparition éventuelle, nous nous les remémorons, avec toutes les distorsions possibles et imaginables.

Pour réaliser que des espaces se perpétuent dans le temps, la référence aux routines est essentielle. Temps et espace entretiennent des relations complexes. C’est pourquoi Martina Löw estime que « les structures spatiales sont, de même que les structures temporelles, des formes de structures sociales » (p. 168). L’effet de la durée sur l’espace s’assimile à des cristallisations. Le meilleur exemple en est l’acte de nommer. Le toponyme véhicule par là un cortège de représentations, valorisantes ou au contraire stigmatisées. L’exemple des Grands Causses, qui gagnent leurs majuscules autour des années 1870, avec le premier article à grand tirage pour l’annuaire du Club alpin français, se révèle ici particulièrement illustrant. L’effroi que provoquaient ces surfaces « désertiques », encore à cette époque, mute en attirance à la fin du siècle, et ce au bénéfice des modifications de la sensibilité pour les paysages pittoresques (Bonniol, 2003).

1.5. Les structures spatiales : habitus et champs sociaux

Comme pour leurs homologues temporels, les structures spatiales sont inscrites dans des institutions, qui dépassent les règlements circonstanciés. De telles structures existent à partir du moment où des règles en garantissent le fonctionnement, indépendamment du lieu et de l’instant. Pour exemple, les codes de transmission des biens fonciers, plus ou moins égalitaires entre héritiers, ont généré des formes cadastrales typiques, en lanières dans certaines régions où régnait une stricte égalité. À l’opposé, les sociétés pastorales recourent à d’autres modes d’inscriptions spatiales, par aires, qui nécessitent un marquage plus souple que ne le fait la frontière bornée. Ici, la notion de bien commun à la collectivité constitue l’axe directeur de la coutume foncière. Étienne Le Roy (2011) propose ainsi d’étendre les représentations de l’espace par une typologie dynamique, dans le temps et à travers le monde. La territorialisation, bien connue dans nos sociétés, cohabite alors avec le topocentrisme (centré sur le lieu), l’odologie (que l’on pourrait définir comme une science des chemins), la sanctuarisation (un « hiéronimisme ») et la géométrisation (comme le zonage).

Par voie de conséquence, l’espace est inséré dans des institutions sociales d’ensemble : le droit, la parenté, l’économie etc. En ce sens, il implique aussi des ressources disputées et/ou partagées, se trouvant ainsi investi par des enjeux, autant symboliques que matériels. Cette conception n’est pas sans faire penser à la théorie bourdieusienne des champs sociaux, à savoir justement des espaces qui ne se confondent pas avec leurs scènes localisées, mais qui mettent en relation des agents sociaux partageant un même « sens du jeu », soit le moteur du champ.

Dans ce contexte, les individus agissent en fonction de leur habitus et de leurs ressources ; ils s’activent et se positionnent en tenant compte de frontières informelles, par rapport auxquelles ils se sentent plus ou moins inclus dans les espaces constitués. La frontière peut être marquée par un style d’aménagement, une architecture spécifique qui amènent une population sociale à se sentir en phase avec un espace social donné, ou au contraire s’en exclure pour ne pas s’y reconnaitre. Une reconnaissance qui n’a, en retour, aucune chance d’émerger à la conscience sans cette matérialité spatiale dotée de signifiés. Les structures spatiales synthétisent alors un ordre social et toutes ses contestations, autant qu’elles les rendent possibles.

1.6. Inégalités et hiérarchie des espaces : des ambiances et des lieux

Parce qu’elles organisent le placement des groupes sociaux, les structures spatiales expriment et provoquent tout à la fois des inégalités patentes entre les populations. Certains espaces sont valorisés et valorisants, quand d’autres sont relégués dans la sphère des lieux de peu. À la stratification sociale inégalitaire correspond une répartition hiérarchique des espaces, de par les qualités sociales de leurs occupants, mais également pour les ressources qu’ils renferment. C’est ce qui explique que ces espaces soient l’objet de luttes de placement à l’interne, mais également de confrontations entre eux.

Pour autant, l’établissement de césures explicites, répulsives pour les acteurs indésirés, s’avère souvent inutile. L’auto-exclusion ou l’interdit de pénétration dans l’espace se réalisera, avec davantage d’efficacité, par le biais de signes qui amèneront les individus à se sentir étrangers à certains univers, et ce par l’ambiance qui y règne. L’ambiance est ainsi un effet ressenti par ceux qui en perçoivent la connotation sociale. En conséquence, les biens sociaux et les acteurs (dis)posés dans un espace émettent des effets qui créent des sensations de bien-être ou de malaise. L’ambiance détient encore un avantage notable : en rendant moins évidentes les stratégies positionnelles, elle atténue la dimension conflictuelle des espaces, toujours plus ou moins réservés à des univers sociaux et genrés. L’espace produit est ainsi performatif, en ce sens qu’il exprime, par son occupation, une situation sociale acquise.

  • 13 « Avec le placement naît la conscience du lieu, de même que dans le sens de place, ils sont une con (...)

Cette réflexion amène sur la question des lieux qui en découlent d’une part, mais qui en constituent également la condition sine qua non13. La constitution d’un espace ne peut s’abstraire de l’existence de lieux qui vont l’incarner et lui donner la possibilité d’exister, y compris si ces lieux peuvent se réduire à n’être par exemple que des bureaux, où aboutissent les flux informatiques du réseau internet. Le lieu est donc bien la conséquence et la finalité du placement. Se placer, c’est au final trouver une localisation : grande école parisienne, réputée dans l’espace académique ou actionnariat dans une chasse privée fourmillant du gibier recherché. On comprend ainsi que tout lieu soit en lien avec d’autres, au sein d’un espace relationnel.

Dans cette perspective, le lieu dispose d’une autre potentialité : celui de pourvoir à plusieurs espaces. Le paysage découvert par le touriste peut être localisé sur le territoire parcouru par le chasseur ou travaillé par l’agriculteur. Ce lieu participe alors à plusieurs espaces qui n’ont que peu à voir les uns avec les autres, coexistant côté à côte et/ou entrant en concurrence, faisant l’objet de luttes classistes, genrées... L’image des strates superposées, parfois organisées selon un calendrier annuel, peut aider à se représenter la multi-spatialité du lieu.

La théorie, ici interprétée et discutée à grands traits, modifie substantiellement la façon d’appréhender l’espace. La dimension relationnelle transforme le regard posé sur les usages d’un lieu, les pratiques qu’on y exerce, les représentations que l’on s’en fait et les luttes qui s’y déroulent. Adopter cette grille de lecture bouleverse la manière d’interpréter l’appropriation d’un site par une catégorie d’acteurs, leurs efforts pour résister à ce qu’ils peuvent vivre comme une tentative d’accaparement par un autre groupe, ce que nous pouvons tenter de montrer avec l’exemple des tendelles.

2. Tendre par delà les « traditions » : une manifestation de l’Habiter

Nombre d’activités menacées dans leur légitimité sociale et environnementale ont adopté l’angle de la « tradition », pseudo conservatoire d’un monde passé, afin de se protéger derrière un blason réputé « authentique ». Or, d’un point de vue heuristique, la discussion quant aux « vraies » et « fausses » traditions, « bonnes » ou « mauvaises », aboutit à un ensemble d’impasses (Baticle, 2016). C’est parce que l’étude de terrain nous a amené vers des questionnements contemporains (le retour du loup, la « mise sous cloche » des espaces naturels…), qui ont à voir avec la reconstruction des identités locales sur le territoire caussenard, que l’option retenue a consisté à rechercher une hypothèse allant dans le sens de ces processus, amenant des groupes, réunis autour de pratiques originales, à incarner l’image promotionnelle du territoire, qui lui-même cherche à s’affirmer au travers d’eux.

  • 14 Jean-Yves Boutin, archéologue, archives privées.
  • 15 Nous reprenons ici l’orthographe la plus conforme à l’origine étymologique : Méjan, issu du latin m (...)

C’est en effet l’histoire de la pratique qui permet d’en comprendre les ressorts contemporains. Les tendelles n’ont été que tolérées jusqu’en 2005. Déjà en 1659, la plus ancienne source découverte pendant l’enquête fait état d’une interdiction seigneuriale14. À partir de la grande loi chasse de 1844, elles deviennent une dérogation préfectorale, sur recours des conseils généraux. Dès cette époque, la baie du genévrier devient l’appât exclusif, prohibant par exemple la sorbe. On se dirige peu à peu vers la définition « puriste » de la tradition au sens contemporain du terme. Dans les années 1980, c’est la commercialisation des oiseaux qui commence à être combattue, entraînant une mutation des motivations et des publics pratiquants. Jusque là, la tenderie était très majoritairement exercée par les bergers qui se « louaient » dans les fermes, suivis par les veuves sans revenu et les enfants soucieux de se constituer un argent de poche. Pour les premiers, les tendelles représentaient souvent le salaire, la garde et l’entretien des troupeaux n’étant généralement compensés que par le gîte et le couvert. C’est lors de la foire de la loue que les pasteurs négociaient leur quartier de tendelles, garant de leur rémunération. Dans les années 1960, la généralisation de la clôture grillagée remplace progressivement les bergers, faisant disparaître cette figure sociale qui incarnait jusqu’alors les Causses. Pendant nos investigations, un seul de ces bergers subsistait sur le Causse Méjan15, l’insulaire plateau entre les gorges du Tarn et de la Jonte. Mais c’était désormais lui qui se trouvait sous surveillance : films, livres dont il est à jamais le héros.

La grive et le merle ont permis aux caussenards les plus modestes de se maintenir sur ce territoire ingrat pour l’agriculture, et ce pendant plusieurs siècles. Encore dans les années 1970, certaines familles se dotaient en équipements (réfrigérateur, gazinière…) par la vente des précieux volatiles. En d’autres termes, les tendelles portent avec elles la mémoire de misère qui colle à l’histoire des Causses. Celle-ci contribue à expliquer en grande partie l’énergie qui s’est déployée, à partir de 2003, lorsqu’il a été question de prohiber totalement leur usage. Cette « affaire » s’est donc terminée devant le Conseil d’État, en 2005, lorsque les fédérations de chasseurs ont « monté » à Paris celui qui deviendra le « sauveur des tendelles ». Ce 2 décembre, un vieux monsieur, Léon Feybesse (toujours appelé « Léon de Baldassé », son hameau), l’emportait sur le médiatique président de la Ligue de protection des oiseaux (LPO), Allain Bougrain-Dubourg, en montant son échafaudage de pierres et de bâtonnets en amélanchier devant les juges du Palais-Royal.

2.1. Les landes à genévriers des Grands Causses : un espace de positionnements

Les tendelles s’exercent sur des lieux exigeant des pré-requis environnementaux contraignants, comme le passage des turdidés ou encore la présence de pierres plates et de baies. Pour être attractifs, de tels lieux se doivent de répondre à des exigences qui impliquent un aménagement du territoire : une surface en herbe où l’embroussaillement reste limité par le pâturage extensif, des pieds de genévriers de préférence peu volumineux, entretenus autour du piège afin d’éviter le recouvrement par les essences herbacées.

C’est pour cette raison que de telles activités sont intéressantes dans le débat sur le statut épistémologique de l’espace naturel. Les sociétés, notamment occidentales, ont visé à modeler la nature. Pour autant, nombre de facteurs géophysiques sont difficilement manipulables (climat, nature des sols, orientations cardinales des pentes etc.) Or, certaines pratiques surdéterminent l’identité sociale, par des relations à l’espace qui participent à la socialisation des individus. Lorsque de telles activités dépendent grandement de ces facteurs impondérables, il devient alors problématique de faire de l’espace un simple reflet du social, car ce dernier relève aussi des caractéristiques physiques du territoire.

Figure 1. Une tendelle

Figure 1. Une tendelle

Source : FDC.4 devient alors problématique de faire dee telles actie à st="Fie de fquees pasteursalement fes disporef="ocial, en phnt une d l’agricIlhistoirastitncore à cetts centripète q,mobilis questioeils gMat (20C oiselle fonctionArc la gra(ent leseun vieu de utreset, ent ég)t exc13">13Nombrsqu’iage spouvonsstioeilstocto2n7">2.1. Lefoncaudan, combinaisergue)ribuer à influer surlosé, lvonscertaine dimensioasse loca Les territoirese l’insne mobilité à granduence, l’é-requis ,s les rC mêmons un0int 2.1. Lefde v5 sanctuaxclure pour ne re parcoUNESCOque t"text, natuodificatlieu, les prafps qu’ellro-égalitciété e, 20. Cenr de la, Bourdieu (Retièreables,pratiquef="#tocertainerait">La gle r-"#tocfd tourperceptions d Les territoie la sorgass="nnsioa la ntenoux qD du Tarn de disitesui en découlnsretabs etsur le médiate des  clôturfragun siun tenle, peUnune que reflebcompmicrosocnce pa «’un s, faisvae r-"#tocfd taans ce co selon utre r

10e cercle eptitude, lass="p. La synthèse,ontée l’espacercéel a failles actiLes territoires. Sla reconstaPodn15">15, l’,a>, Lostime re plateinsulaire D

Cce pa1xte"lles actieu BsouvUNESCO>2.1. Lef&rC mêmons"titreillustration">Figure 1. Une tend2-small580lle

2.1. Lef&rCéêmons124/img-1.png" alt="Figure 1. Une tendelle" /> reillustrhttp://a rtosé.fr/accutIc/pi-Pynflie">http://a rtosé.fr/​accutIc/​pi-Pynflie/imagere elles par des voies de communication.

    6 Lcatior aux ,uvert. Cire dantoirnr les p des paauzquees pont génat, ensi des s, enr1980, c’e’e étymologiqu6e du monde et des objets m (...) 7 T cerespa Poité ds majoriour cette raises esparetrait">Cribuexplic>9(...)
Plutôtaphesansun autre réserces unificatrip cseest par la venconnotface aené mentaux contdis enviro)trai/em>ce aenéaple grce da dée pierrve)devieée rem,réserces uninriour c, par problrait">Parmat (2du slcrésulte cet aussiénérss="paragrapdcialisation deironnementalenelui qui nt iöw, en pctuelle dettent dodoujoui aux difftour du loupent dnotr

Parce qu’ropriation constituébiens sait">En cone penierre,lationnelle teurs espyété de tpace t illusà la fiers des Granpdcialla ve indépendamment opter cette estine autre éch,ant le Conseil d’État, en 200 les actns les graphesa comme ledonner lnsretaef="#tocfrom2n7" id,assactil du soributs a fonctierminentonnue daraditi ntenoux qD occupene imaç pals tations dule, sssage darcel’hciall cœtocfrom foncmme atif, en cs préc, etionminentoir avecsur le médiatiqtamment ocs tempov de es w, enpace pièrouventvrem,r soces p l’acteocfdstruirde ptres Cfaires bergers subsistait sur le Causse 6"étymologiqu6e 6 otec’histesda déaces quicardinalesutrees pastaïrent égentries bergers subsistait sur le Causse 7"étymologiqu7 : 7 , isntrie tende

Source : FDC.4 devient alors problématique de faire dee de disposer d’umillan. Par cetender terr L’aute spacing e teurs esé-reqdcialla veme, qu penineu àperpieu, les pratiqut ensemblee que n tenle,,assque ’a partiodant pl afait etu piègeiation condn peutsèr er devient e sensjeunieurs espac cette topogpnait’estgent aeplicites, droprIle-"#-F», des rest parde recalement, crence aux rait">La ghui à undoubux defluque l’otation pour s univese « lou, etionminent 8

érat Core des/div> s>e cercs acteules aoue lales » un espace ent le placement des,lieux q par si des sardinalesformes su finsystèmetrouvaionurer d comme ledonner n des lieuxe ounnfin, poéments matérleurs occup consiste elle, pepassent les règlemedefluqutllusà la des nces (Géègles en garantissent le fonctionnement, ce terride se maen chacun. Ls renfermens de peintcas fquees pasteurss tations les structureà, lpraisesisporef=s des igenrée ces est reprla vemn simplonsismalaise.fquenires erchique des connoéaer deDotre perce,ificaties eneutanttés s-ci contx, ets matérser à e les pasteuvis quercent une5fussi dns lee pierrv aider d’ies pastaïrepie attrgraphesansies (Baticet de b contexte, les ssenards réprganisent le placement des graragrapverte fluque ln point de des nces (Gélève ainsion : grande écoillanent plus o : cssinternees crispan aaties enes (climaau entre les t reprt aussiboliques que. Dédesctégalitructures spatiales sont,r rést la r, deux praragrieu est dnsretrait">C,a>, 1entriprète qunove «all 31 ja">Afe caractéristiques physiques du territoi
    8 nnairerhseun exeén la queistémoloÉtat, enntir y exercironuelle derercéretrait">C,aaire pents (actice étymologiqu8 : Méjan, issu du latin m (...)
Q fronti. C’eement des ur ltiales sont,cns les structureà,stioeisidéré lsgalitructures sprchique dapportt l’entà se leur és en l. En partue de pentes s>epport à des est reà,stidevient lespar la micites et implté pret exc13">13La ghuaent pat, ce activei d’un ssque li-reliretrats, cme, parrv aide’ensemphesansesfailles actspaces dle gs Areflon à lesaquent un teurs, leyer-relié,et">Dans ce contexteprlaor’activitésvert. nfcettes etates qui sépenploialement des ile pour ode es essur cnsion conflictt uie que pa’incconstitsépei done à la conses sardinalesleur présenc/a>, ronties bergers subsistait sur le Causse 8"étymologiqu8 : 8 a> caractéristiques physiq">Source : FDC.4 devient alors problématique de faire dCurs. A« aff pre

9

Commentieu soit en lid Or, certre des
    9 rdre, e1958,s lule el a file po artiun seuiqtS » exeainsislenel adring sphèrnue aer l’appCionce étymologiqu9e du monde et des objets m (...) 20 L la quedns dule, sssagntaux cones Boutin, archéologue, archives privées. 21 S premieion htte ec la reconstaeudo c vue heur qui ntemporainspan aals leneève dans les années 1970. Op. cit., p. 7.
fûe leur,c la recon à nong, il devient alrait">La gsauvns les mps eesispoar, y col

fermes, rel. spnir ésun teursourpereu de tionutreeiqusevoir inc la pra les Se e l el. spnir ésun tei pra ases cemedet ells leseuns (aare avec sûrau entrçalée rnièrurdidc la pra le ! [int] J les gors, am

    22 LcPoité d su fipov de, voisro r odyftn14 ations, un seul de c,sitif spatient plusasauve à la colee étymologiq22e du monde et des objets m (...) 2 Ourpereunc de dset, eoir inc les teivs dont eNs et desule eet ce pedion sos GranpdciaAlpes-"#-Hité-Pvent côtdee étymologiq2 de place, ils sont une con (...) 2 Uudo conpediofen con d que parnaisGatérser en 200oncaudan, cart29a Mriluti06 (14e Conseie p)es Boutin, archéologue, archives privées. 2 )audan, er devient e nsiononc55% fquees paon conants, écclass="p n simplonsinsesfaer l’apnes Boutin, archéologue, arftn13">(...)
finine autre échi perfant aisl’optter cette grirouverisants,ent oc,iLes territe éaditaantissent l(Baudaa laCohenouti02)et état d’une interdiction seign22"étymologiq22e 22 otece">Source : FDC.4 devient alors problématique de faire dQ point de d, mais ropriaciqua concep des pu À partn simplonsinsretraersemoloconstituec q, voidiofla,fonctionnemroi o-exclusiesvent lesassétrie euntoir e genetc. Daour duarateur, dende a une5frc="dcidentales, ontlesas place, liquss, s’aw estime Enfhtermin d, mais ant pl couverc. n’eing spar deà ex. Par ctn aalsste fquees paon claorses enn. és s-cotoriét,la puissance d’ui s’est d influerr la que lomationnue acpoion. Dans lefapliques gs compensé quedns du Clubarion desils renferment. rioe, la «,d’inscsque là,ine Codes espaces,biotopeuvis qion hiérara">P,tés smémoroenardptitude, hesaneprla vemtrait">ncarn-des. Se plaoutes les distorsions possibles et imaginables.

Ilents cip claerrveour d de même qu

="p se polrannexe qu’il e c’ela stratix cottes de is q de misè pouvanrmations e les pastedu nmplehé.. La que l’opitoire, peIrait">Afin datiques ds. Cellpercevoir l dans le temps et sche cs et seurs ne synthénétravemtre ont pee lecttienpe concep des pu fes dnsciencrat pourcspoarneemble dmles faudan, combs fsergue)rcaractéristiques physiques du territoi

C’eesparnrégrne "Gardeuvel. Larzac"it état d’une interdiction seign27"étymologiq27 :27 ots ;temporaindiofene de la rces un,sble d’im. Csomes entit">La grorelle29/04/t àationsnliquss, t">par ’assreona

et, t rme les premiee dusinsretrragraphesuntre derine el a f dmésurla fit parcr réun autre réseotable : enfermes,ructures sp(e qui paasteuvecrnée. Icies)urer, la plu, certainans desuant aux « onti. ustrui ontinponnainsenten-r cos.orellEt">par jbiliritairempent à s iels etse polres i social, caeciteux, se tr à lesaphesans qu nt ère de la gorelles,12àgere elles par des voies de communication.

s du Palais-Royal.

10

habitus et champs sociaux

eurats, chétdeironge roprnomprovoqus-être ou derats, chructures lressoung">Crie un Adoptyna temps et nt du lait">La gri qun ierst. r la retien dmes esle detent do quand s ;tuorth"Fie de y règne/em> et,immixi o-exclusie g à par dans le teitiquurments contes pducqui dépluttes de moloatiquantlnv fi entre . ct de vuelaochtonesercéretNombre d’act la consucon à nonginée devant lterochtoneses iv C’eagit e dill r s, aitant s, andnn t ég.lEt">parande tationrands t,sentaienciétdabstrai fina"nnee dimensioaa e souprrs eique de l’n point de done une5. Dt ignr une cs pentes esà lamodn hiéraité à partirs renfermentnongon à ignoites, une èdee luttes de placjeux, astesda dide seetNombre d’as cemerces uniesonsis less fqueesrsultalpporamsenc/af="#tocfromlle, à partirammbdodoujoui aunfermes,es pasteuvunune queansuf ctnlement cLaeotable : urer dé par latégorie dl>. és si partirnlemesteuvquence,i recourent à dé-requalace piasse deeblemm Cettevons tenter tende résentades r «gnants, coe, à partst. adnn hipn point aparemnter Se e…)sastoralevconsisté à

ait vatérsorrafau s>ee,i rveage d etioue pabiens sraditit à dsesnt optoi vont luvoo">10 cren ter « ue paon">13spacing

Soduit esembleNlle e ir l etenuelöwsqu’e dchù eclusotereconstaCritendellesfci intemporain astoent. A expliquer s univ. A ces est onticlaerrfune mutation 5. Dinst ai de pl Enfhre à ce pendant plus70l dyilors le La voluminette r. neetvst. r «r, ret cparemntees sans datislu piir lrait">Crite Enfhterminstrats actespacuclaerrfunus-êe temps, lu’il ies univeiequalace piasse deees paon câgcones re elles par des voies de communication.

re.

T usq 1eclaerrfu"titreillustration">Figure 1. Une tend3-small580lle

», aboutit lanchier devant les juge">Source : FDC.4 devient alors problématique de faire dQ oiproduit enecher,à lahref="#tocfrom2n7" id=or duaoion de la clobilitaunfes territoitrait"rtie lscertlrepement de le agonespa . Icitolérroi n espace n cealques gsassétrrer derrideusiendrables,nce du risants,messursent dnotbiotopeuvn conservunis annpa ué-reqdciaant b,ding t ég.de montrer avec l’exemple des tendelles.

4

69 savoir un ensicichafaumenvrece Convenogueahaar oén Lör Convent desde brogorgesstallawé re d’arcués gnminisoi lem umae. Lre Conv Caussematique l Hérau/em> l ds anntalade broyers hrefisCaussemrura

1 0ropos s socis de iuistalat t d ue"> n genéviepace undeaioiBos -L.1 À savO.

-L.
212ropos s soréfnice m maijurinstalas. -L.31Charole"> -L.41L’éuc BoYressBot/n-Les (ique due-Les (presss).

51La pubNo70 senten chaicichaforthes des nvent 70 tation eouest erigiologitymue date, : , Larzacissuutueldn meao s,s gns, émtqcc, rele"utuemilari .
61MartinL l cru à ,a sol esssit cau ntennilisoguannie/em>)eurs, uminilaeurs, a turdidps, ralcaibsistati, aus turdlunt di>

617a pubTen eqcc, relé pour neajachèraalaut luubsisteson llatiquielr létasp et ans lduiem> gnmice bsisr l
618ropos s sos (prdessdeursraltituem uogue a m>asseurs, ,t psstaleoie">asgenévrsrià ciere survijurinvaspaogorgesre paquinc n genévnour ten lduifautn Catotsitif dthéituem uauteri m>aloCf. icertrett-Lefiroyerent dsparouest eppeur.e bsise umaeansradps,oyerseaut"attn n Cauvguan(Ba3124"2/0013).vLhèregrausseson lretenu. ifa baies fen esuimportaet l.na issrre re
619 savNm> n2, en58, ftlhautgenévéle guhéue de Sauveterre, des ennels des istratifs et fasseuatiqg5"s Ceds anmoitalltc. Cuen">120’étudeem utretis.ècgenièés (griv<

12À savSguaintebsahafim> n Causse desairoyerjeurvsaies et m dc, le Laicicaelatern <

2 P2artinL alaut ldidécet mue-Léntenus onven et me Causse de Sau, Larzacquentilpôtati, auanmoiv">aloCf. ud mené t un s t, Co anni soanalys ,aem risix mops, s batitiet ansiv"rssrre natadulpa

32CharolOn appilpôuzeds anniet delieejuriditonAlpes-de-Haut -Provinc entretHaut s-Alpesogorgessa Drôma
4

52La pubEnre, l’Avinixemp. ude 70 per55%endeurs, persn2,cor n2, scurvaar sr l62MartinAtratifs etguhéonvenFations de crcuéurs, éluasseeyron, le Garitéiqgum>as delieejurialéue PNTnilmp.oym>asuen">627a publittment utilisjeurt lo anniers, plp> Méjaeisjeurt lo annic, Noir dce bsisfa bare paquinc nétasluttbâtons 1980, ce70,itattrerreaurojet e ds solst d) edrerreacsmpants, rirme Causse de Sausue, Noir<

628roposduiavaitAvinatlhalus,s djg ouanlndeure dsion géolsarticul, a tuyersentiepacergesrdesde broahajuria ci,u stall e d ba dépôul, éég ouslsistueloisr jeurtle. pnunapour dt 70 tattemposair

629’étudeavreps boffur l déDoratis soDarbbrolditer s sve tuins dnia haivesl mattrern gyrioncergesde d lha sol aeurs, ,tsid 70 globt utilis aee">Top of page
/irate/Top /irg-1-small64.png" / th

, are

crets

sgurca

URLdivbbr th

ss=#articdoc --> /irate/Top /irg-1.png">http://jgurnaps.opene. pnu.org/ogues-logos/doc --> /irate/Top /irg-1.pngdiv>info

irate

=""ftrow/h2>=""f> /irate/Top /irg-2-small64.png" / th

, are

crets

http://c -tur.e.fr/​accueil/​patrimoinediv>sgurca

URLdivbbr th

ss=#articdoc --> /irate/Top /irg-2.png">http://jgurnaps.opene. pnu.org/ogues-logos/doc --> /irate/Top /irg-2.pngdiv>info

irate

=""ftrow/h2>=""f> /irate/Top /irg-3-small64.png" / th

, are

crets

sgurca

URLdivbbr th

ss=#articdoc --> /irate/Top /irg-3.png">http://jgurnaps.opene. pnu.org/ogues-logos/doc --> /irate/Top /irg-3.pngdiv>info

Top of page

/irate/To04/logo_afs-omall100.png" width="100s=#eight="73" / v> ss=#artichttps://doaj.org/s=tithi="DOAJ – D de sory of Open Acces Jgurnapf> /irate/To05/logo-DOAJ-omall120.png" width="120s=#eight="26" / v> ss=#artichttp://jgurnaps.opene. pnu.org/s=tithi="Portailolsnrev géon Sfiqucalhunu e(iLodoguealesf> d!-- #annexe etos d="notes"footerf> firso">Ele sronicoISSN en50-67p ss=#artichttp://jgurnaps.opene. pnu.org/ogues-logos/?a>  –sss=#artichttp://jgurnaps.opene. pnu.org/ogues-logos/?a>Syn. Cftext">ss=#artichttp://jgurnaps.opene. pnu.org/s>OpenEde pnumJgurnapstmember v> –sss=#artichttp://www.lodel.org/s>Ptionshedmwithvoisel v> –sss=#artichttp://jgurnaps.opene. pnu.org/ogues-logos/lodel/s>Atrations comp only v> ie& ang=en&node ordurl=1& --o ded=1", succes: funde br(regurnedData ) { jQnsry( 'ography --> -- .Note' ).html(regurnedData ); } }); }); //]]>Cisid by v>' ); jQnsry( 'ocisidby li' ).css( "mde in","1em 0s=); } } }); }); //]]> ss=#artic'+poua.url+'f>'+poua.ndme+' v>'); $.ajax({ stype: "GET", surl: "312"?ion g=pdfepub&node ordurl=1", ssucces: funde br(msg){ s $('edlLinks').ax gn in v>'); $.ajax({ s stype: "GET", s surl: "312"?ion g=pdfepub&node ordurl=1", s ssucces: funde br(msg){ s $('edlLinks').ax").html("class="text"\"cookieNote\">Byuaccesing thianwebcits, youuacknowlid a deuaccep sth uusbof cookies. ss=#arti\chttp://www.opene. pnu.org/6540\">Mor ninion géol v> lass="text"\"closacookiealdet\"> ").attr("idf, "cookiealdet").axopene. pnu"f
firso"> ls=#artichttp://www.opene. pnu.org">OpenEde pnu’é lul="text">nubd lnav-toggle-show"#u

OpenEde pnumBook>
ls=#artichttp://book.opene. pnu.org">class="text">Nithi">OpenEde pnumBook> Bookninsth uhununitit c deuogueal ifiqucal v> ls=#artichttp://book.opene. pnu.org/CfBook> ls=#artichttp://book.opene. pnu.org/ptionshers">Ptionshelu v> ls=#artichttp://book.opene. pnu.org">Furth rninion géol v>
OpenEde pnumJgurnaps>
ls=#artichttp://jgurnaps.opene. pnu.org">class="text">Nithi">OpenEde pnumJgurnaps> Jgurnapstinsth uhununitit c deuogueal ifiqucal v> ls=#artichttp://www.opene. pnu.org/CfJgurnaps> ls=#artichttp://jgurnaps.opene. pnu.org/6438> Furth rninion géol v>
Cf. lda>
ls=#artichttp://cf. lda.org">class="text">Nithi">Cf. lda> Academicns 1oundutilis> ls=#artichttp://cf. lda.org/sees (">A 1oundutilis> ls=#artichttp://cf. lda.org/abot> Furth rninion géol v>
Hypoth ses>
ls=#artichttp://hypoth ses.org">class="text">Nithi">Hypoth ses> Resees ( brads> ls=#artichttp://www.opene. pnu.org/CfBrads Cf
textnav-toggle-show"#u

nubd l"#u

Newslégir deualdets>
ls=#artichttp://newslégir.opene. pnu.org">class="text">Nithi">Newslégirdi/h2> Subncribe tosth unewslégirdiv> ls=#artichttp://sees (.opene. pnu.org/iedexaldet.php?a=descripNithi">Aldetsc deuoubncripcomp> Aldet tsrvice>
OpenEde pnumFreemium’é iv
align-right"#u

sees (-choice"#u

th ujgurnap la el>

iiv i

cla elrions"opene. pnule. os>insOpenEde pnula el>

l/h2> Sees (> button>

laiv is!-- #u

cattextnav-toggle-show"#u

Nithi-share"#u

nubd l"#u

bg- av">u i laclass="text">itati itat-info l/h2> Inion géols> >h2>

Briefly:s!-t>
Aujgurnap ptionshedmbysth unsogueade crfre çaisauts ogues etie p<
Ptionshel:s!-t>
Meum:s!-t>
E-ISSN:s!-t>
Acces:s!-t>
ls=#artic//www.opene. pnu.org/4""f>Readutstailedm, douriaéol v>
bg- av text"> i i i
h2> DOI / Refurinc > i i i
ls="text">ifremes=#artic312"?ion g=cisf
lnnex/DOI / Re paquinc su u lli="text">bg- av text"otes"dlLinks">
nhare"#u

itati itat-twitterf>ls=#artichttp://twitter.com/nhare?text=%3C/h2>+xml%3A ang%3D%22fr%22+ ang%3D%22fr%22%3ERelire+le+confhaa+tivirnunejurial+%C3%A0+grav"rs+une+ etlha+de+lect...&smp;url=&smp;via=opene. pnusays="sectiotwitter button-wrap l/h2> Twitter> v> itati itat-pacebook">ss=#artichttps://www.pacebook.com/nharer.php?u=%3C/h2>+xml%3A ang%3D%22fr%22+ ang%3D%22fr%22%3ERelire+le+confhaa+tivirnunejurial+%C3%A0+grav"rs+une+ etlha+de+lect...&smp;tithi="="text">fncebook button-wrap l/h2> Fncebook> v> itati itat-google-d 70">ss=#artichttps://d 70.google.com/nhare?url=%3C/h2>+xml%3A ang%3D%22fr%22+ ang%3D%22fr%22%3ERelire+le+confhaa+tivirnunejurial+%C3%A0+grav"rs+une+ etlha+de+lect...&smp;tithi="="text">google button-wrap l/h2> Google +> v> align-right"#u

s!-- #u itati itat- av"> button> lnne[if lsioIE 9]>

ln[endif]