Navigation – Plan du site

Qu'est-ce que l'écologisme ?

Fabrice Flipo

Résumés

L'écologisme ou écologie politique est un objet difficile à saisir. La littérature est éclatée et proliférante. Certaines questions sont difficiles telles que la référence à la nature. Le sujet est à la fois souvent évoqué et globalement mal connu. Pour sortir des approches partielles cet article cherche à saisir l'écologisme comme une idéologie politique se définissant par ses prises de position, à la fois pour elle-même et contre ses adversaires. Après avoir rappelé les grands repères de l'émergence de l'écologisme, nous la confrontons au libéralisme et au socialisme, les deux autres grandes idéologies de notre temps, avant de revenir sur les enjeux de la nature et de la modernité.

Haut de page

Texte intégral

L’écologie politique ou écologisme est un objet difficile à saisir. La littérature prolifère, mais elle demeure structurée en sous-champs au fonctionnement relativement autonomes par rapport aux cadres disciplinaires existants avec lesquels elle dialogue peu. L'exemple d'Andrew Dobson en science politique est représentatif : son travail classique, Green Political Thought, ne s'est engagé que très tardivement dans un travail de confrontation avec d'autres idéologies politiques, et encore était-ce sous la pression de ses élèves (Dobson, 2006). C'est aussi le cas du courant de l'économie écologique et de sa revue principale, Ecological Economics. Outre la spécialisation, l'argument souvent avancé, notamment en sociologie, est que l'écologie politique reposerait sur un changement de paradigme (par exemple, Catton & Dunlap, 1978 ; Lipietz, 1999 ; J.-P. Bozonnet 2016 qui évoque un « grand récit écocentrique »). L'attitude des auteurs plus généralistes a souvent été au contraire de considérer que l'écologisme n'apportait aucune idée neuve (Jacob, 1995 : 135), ou qu'il s'agissait d'un mouvement parmi d'autres (Neveu, 2005 : 68). Tous admettent aussi que la référence à la nature pose un problème particulier. Elle est cardinale, dans l'écologisme. En sociologie, cependant, « admettre la dépendance des sociétés humaines à l’égard de l’écosystème introduirait la possibilité (qui est aussi un risque) de renouer avec une conception de la société qui remet en cause l’autonomie du social […] qui peut s’énoncer sous la forme d’une règle de méthode : on n’explique le social que par le social » (Dobré, 2002 : 167). Les sciences humaines, constructivistes, ont été incommodées par cet aspect (Fornel de & Lemieux, 2008). Le Congrès 2015 de l'Association française de sociologie, se demandant si la sociologie est une science contre nature, répondait massivement « oui » – sauf dans les sections travaillant avec les sciences de la nature, telles que le réseau thématique « Sociologie de l'environnement et des risques » (RT38). Enfin les travaux portent rarement sur les écologistes ou l'écologisme pris de manière globale, ils s'intéressent en général à un aspect ou à un autre : partis politiques, zones à défendre (ZAD), associations pour le maintien d’une culture paysanne (AMAP), consommation engagée, mobilisations etc.

  • 1 Voir le blog scientifique du groupe de recherche HiSoPo (Histoire sociale des idées politiques) URL (...)
  • 2 Pour une contribution récente sur la question voir Serge Audier, La société écologique et ses ennem (...)
  • 3 C'est donc ici un effort de synthèse, issu d'un travail de HDR (Fabrice Flipo, Statut et portée de (...)

Le travail que nous développons depuis plusieurs années consiste à essayer de saisir l'écologie politique ou écologisme, expressions que l'on tiendra ici pour équivalentes, comme une idéologie politique, au travers des conflits qu'elle met en jeu avec ses opposants. Suivant l'anthropologue Louis Dumont (1985 : 16), l’idéologie est un discours portant sur les faits et les valeurs et cherchant à obtenir le soutien des populations pour entériner tel ou tel choix collectif. Cette méthode permet de saisir l'idéologie de façon macroscopique, mais elle comporte un coût auquel les sociologues seront sensibles : l'homogénéisation de ce qui se présente empiriquement comme divers. L'approche est conceptuelle ; les sources sont appréhendées en fonction de ce qu'elles témoignent de ce qu'est l'écologisme, en tant qu'idée politique. Toute la difficulté est de tenir ensemble ce qu'Andrew Feenberg (2014) appelle les « macroconcepts sociologiques » et les manières nécessairement singulières que les individus ou situations locales ont de se les approprier. La difficulté est récurrente ; c'est par exemple l'un des problèmes abordés par l'histoire sociale des idées politiques1. La littérature mobilisée porte sur la France et couvre une période qui va des 1960 à aujourd'hui, approximativement ; sur le début de la période les sources recoupent largement celles mobilisées par Alexis Vrignon (2017), par exemple. Nous laissons donc de côté la question problématique des racines de l'écologisme2. Le corpus retenu est principalement textuel : 400 ouvrages d'auteurs classiques écologistes (Jacques Ellul, Bernard Charbonneau etc.) que nous ne pouvons pas lister ici ; un nombre équivalent environ se situant plutôt sur le terrain de l'analyse, qu’elle soit philosophique, sociologique ou issue des sciences politiques3.

L'article s'organise en quatre parties. Après avoir rappelé les conditions d'émergence de l'écologisme, nous abordons comment l'écologisme a été reçu par les deux principales idéologies politiques dominant les années 1960, le libéralisme et le socialisme. La période choisie va des années 1960 aux années 2000. Une troisième partie s'intéresse à la question de la nature et au rapport entre l'écologisme et la critique de la modernité et du développement, qui rapproche ce courant du postcolonialisme.

1. Émergence de l'écologisme

La thèse la plus souvent soutenue (citons notamment le politologue Guillaume Sainteny, 1992, 2000) est que les enjeux écologiques sont portés à la connaissance du public dans les années 1960 par le moyen de best-sellers écrits en grande partie par des spécialistes de la nature, qui sont souvent des biologistes, zoologues et écologues (ils sont nombreux, citons notamment Vogt, 1950 ; Carson, 2009 ; Dorst, 1970 et Ward & Dubos, 1972). Ce sont des « lanceurs d'alerte », c’est-à-dire des « personnes ou […] groupes non officiels, dotés d’une faible légitimité, ou provenant de personnes liées à des instances autorisées, mais qui, se dégageant de leur rôle officiel, lancent un avertissement à titre individuel et selon des procédures inhabituelles ». Cette notion, qui ne sera consacrée que plus tard, renvoie au « processus plus ou moins long et tortueux, situé entre deux figures limites : l’appel au secours (alerte-toute-en-urgence) et la prophétie de malheur (mêlant de multiples éléments hétérogènes et visant un futur indéterminé) » (Châteauraynaud & Torny, 1999 : 14). Sur quoi porte l'alerte ? Les ouvrages évoqués présentent de longs développements sur l’état des milieux terrestres, aquatiques et atmosphériques. Chiffres et concepts sont précis, détaillés. La part consacrée aux causes, en revanche, est généralement plus restreinte, beaucoup plus évasive, et hétéroclite. Les auteurs mettent en avant l’usage des produits issus de l’industrie chimique ; ils pointent l’augmentation massive de la quantité de déchets relâchée dans l’environnement, ainsi que leur composition, qui les rend inassimilables par le milieu ; et les mauvaises pratiques agricoles, les prélèvements excessifs et inappropriés d’eau, dans les rivières et les lacs, ou l’addition excessive d’éléments tels que le phosphore, qui provoque une dégradation des milieux aquatiques par eutrophisation. Si les causes secondes sont bien détaillées (effet de l'excès de phosphore, dégâts provoqués par les pesticides, etc.), les causes premières ne le sont guère, ou alors de manière trop vague : à nouveau, c'est « l'homme », « l'industrie », « l'Occident », etc.

Une science de la nature est alors plus spécifiquement convoquée : l'écologie. L’écologie est « la science globale des relations des organismes avec leur monde extérieur environnant dans lequel nous incluons au sens large toutes les conditions d’existence » (Ramade, 2003 : 2). L'écologie, c'est donc en quelque sorte la « science de l'environnement ». Cette science se scinde en deux branches : « l’étude des mécanismes de fonctionnement des écosystèmes », d’un côté, et « l’analyse des processus démoécologiques et biocénotiques qui contrôlent la structuration et la dynamique des populations et des peuplements », de l’autre. Ce dernier courant connaît un regain d’intérêt avec le souci de protéger la biodiversité. Une troisième branche n’appartient pas à l’écologie fondamentale : c’est l’écologie appliquée, que François Ramade ne définit pas explicitement, mais qui a la crise écologique pour objet (2005). Selon Ramade, l’objet d’étude propre de l’écologie est la « biosphère », qui est « la région de la planète dans laquelle la vie est possible en permanence et qui renferme l’ensemble des êtres vivants » (2003 : 5). Elle est un sous-ensemble de l’écosphère qui désigne « les enveloppes externes, gazeuses, et internes, solides, de la biosphère » (Ramade, 2003 : 5), autrement dit la lithosphère (zone solide), l’hydrosphère (zone liquide) et l’atmosphère (zone gazeuse). Le point est disputé mais l'historien Jean-Paul Deléage soutient avec son collègue Donald Worster que l'écologie ne prend son ampleur qu'avec l'entrée dans « l'âge de l'écologie » c'est-à-dire cette menace de grande ampleur sur la planète qu'est la bombe atomique (Deléage, 1992 : 8). Comme le suggère l'écologue et écologiste Philippe Lebreton, l’écologue est utile mais pas suffisant ; « il faut partir de là et tirer des conclusions plus générales, relatives au comportement de l’espèce humaine ; tirer une morale de la connaissance technique. On arrive donc au niveau politique (au sens non péjoratif) c’est-à-dire celui de la gestion de la cité (polis veut dire ville en grec), de la société. Dès lors l’écologie doit prendre un autre nom, et de même que l’on parle de capitalisme et de socialisme, de même a-t-on proposé de parler ici d’écologisme. Et tout simplement, celui qui adopte l’écologisme comme mode de pensée est un écologiste » (Lebreton, 1978 : 168). Ce lien de l'écologie à la politique est débattu, chez les écologues ; par exemple G. Guille-Escuret (2014) évoque un « kidnapping » de l'écologie comme science par les écologistes en tant que mouvement social et idéologie.

Tous s’accordent pour dire que quelque chose de très important est en train de disparaître, peu à peu, sans que les sociétés ne s’en aperçoivent ni ne prennent le temps d’en évaluer toutes les conséquences. Les mots pour le désigner sont fluctuants : la nature, le monde sauvage, l’environnement, les ressources naturelles. Le mot « environnement » est celui qui va s'imposer, sur le plan institutionnel, mais il n'émerge qu'à la fin des années 1960, faisant de l'enjeu un problème public (au sens de Gusfield, 2009). En 1968, l’Encyclopédie Universalis ne donne à l'entrée correspondante qu'une définition architecturale désignant une mise en espace de l’art plastique (Charvolin, 2003 : 24, note 2). Le terme est homologué dès 1970 par le Conseil international de la langue française, et défini comme « l’ensemble des agents physiques, chimiques et biologiques et des facteurs sociaux susceptibles d’avoir un effet direct ou indirect, immédiat ou à terme sur les êtres vivants ou les activités humaines » (ibid. : 20). L'environnement désigne donc l'interaction entre la société et la nature, au sens le plus général du terme. Cela ne clarifie guère les choses, car dans cet « environnement »-là, on trouve tout. Mais ce flou traduit bien le caractère apparemment hétéroclite des objets qui sont le motif de l'inquiétude, ainsi que l’incertitude qui plane quant à leur importance relative. Le réchauffement climatique occupe ainsi une place très marginale chez le naturaliste Jean Dorst (1970 : 146), alors qu’il est central chez le démographe Sauvy (1973 : 201), qui estime que l’eau pourrait monter de soixante-dix mètres. La question sous-jacente est celle de la magnitude du problème : simple « prudence » à instaurer ou changement de civilisation ? L'écologie est cette science qui unifie ces différents phénomènes, en fournissant le « macroscope » (Deléage, 1992 : 5) permettant de relier entre eux des enjeux à première vue disparates, et de les envisager globalement, c’est-à-dire ensemble et à l'échelle planétaire.

De ce souci de destruction ou de dégradation de « la nature », un terme encore vague, naissent des associations, alimentées par les connaissances générées par l’écologie : la Société nationale de protection de la nature, qui deviendra France Nature Environnement, le Fonds mondial pour la nature (World Wide Fund, WWF), les Amis de la Terre etc. Assez rapidement naissent aussi des partis politiques « écologistes », qui se définissent en partie contre les associations dont « l’environnementalisme » leur semble trop limité, ne s’attaquant pas aux causes profondes de la situation. Ceci aboutit à la mise en place d'un ensemble législatif et/ou réglementaire ad hoc, à toutes les échelles de gouvernement – de la commune à l'espace international, comme le détaille le juriste Michel Prieur : plan Natura 2000, « trames vertes et bleues », réglementation sur les installations classées pour l'environnement (Prieur, 2011), etc. Le caractère transnational de certaines problématiques conduit à la naissance d’une « écopolitique internationale », comme la nomme le politiste Philippe Le Preste (2005) : négociations sur le climat, la diversité biologique, etc. On peut suivre Sainteny quand il explique que « la thématique écologiste se construit d’abord, dans son origine comme dans sa tonalité et son apparence, comme une critique fondamentale de la société industrielle et de ses aspects productivistes, technocratiques et de consommation », que la poursuite de la croissance symbolise (1997 : 57). Elle s'installe et évolue, continue de contester les équipements tels que les « grands projets inutiles », de poser la question de la croissance et de proposer une « société alternative » (Allan-Michaud, 2000). L’inquiétude des années 1970 porte surtout sur des pollutions locales et des toxiques (notamment les pesticides tels que le fameux DDT), même si la gamme de la critique va déjà jusqu'aux alternatives radicales que l'on retrouve encore aujourd’hui. Les années 1990 inaugurent les problèmes globaux (réchauffement climatique). Les thèmes abordés sont à peu près les mêmes (la destruction des milieux, faune et flore, par pollution ou surexploitation, et l’épuisement des ressources), mais l’échelle change. Les années 2000 voient l’émergence du « développement durable » et de l’« économie verte ». Les thématiques écologiques s'installent peu à peu dans l'opinion publique, comme le montrent les sondages, sans que la réorientation ne soit là ni que les partis ou mouvements verts, en France ou ailleurs, ne réussissent à influencer en profondeur les politiques nationales. Avec son premier contre-sommet à Stockholm en 1972, le mouvement écologiste a anticipé de beaucoup ce que l'on a ensuite appelé l'altermondialisme (Pleyers, 2010).

2. Écologisme et libéralisme

Pour la philosophe Catherine Audard (2009), auteure d'une somme faisant référence sur la question, le libéralisme se caractérise principalement par trois éléments. Le premier est la souveraineté de l'individu, au sens où ce dernier n'est soumis à aucune subordination « naturelle », qui soit donnée pour toujours : ni hérédité ni ordre social fixe qui serait issu de la science ou d'une révélation divine. L'individu est la source de l'ordre social, qui est construit, et non donné. Le second élément est « la liberté des Modernes », qui part du constat que la recherche d'acquisition, tenu pour être à l'origine des guerres, peut être neutralisé par le marché et le « doux commerce ». Cette forme de liberté n'a plus besoin de la vertu, ni de l’omniprésence de l’État, ni de la communauté. L'intérêt suffit, et c'est une révolution à la hauteur du scandale que provoque Mandeville quand il illustre le principe par une célèbre fable démontrant que les vices privés (égoïsme, appât du gain, etc.) sont à l'origine du bien public. Le profit mutuel et l'échange gagnant-gagnant génèrent un ordre spontané fondé sur l'utilité appelé « main invisible ». Cette autorégulation justifie de limiter les pouvoirs de l’État, c’est-à-dire de la communauté, sur chacun de ses membres, et libère l’initiative privée. Ainsi peuvent être distingués État et société, liberté politique et liberté civile. La forme de l’État est aussi le fruit de la construction collective, et non du donné. C'est le troisième élément : l'état de droit, qui signifie que l'action de tous, y compris du gouvernement, doit rester dans le cadre de la loi. Les hommes se voient pourvus de droits (les Droits de l'Homme) qui sont des droits civils et des droits politiques (impôt, régime électoral, etc.). Le régime politique est la démocratie, qui consiste en la séparation des pouvoirs, la représentation et la mise en place de contre-pouvoirs. La représentation permet aussi de répondre au problème de taille posé par les États modernes. Telles sont les « institutions de la liberté » (ibid. : 236).

Face à l’annonce d’une possible crise écologique, les libéraux réagissent d’abord par le déni et le désintérêt. Et pour cause : le marché est le mécanisme d'allocation efficace des ressources, qui génère le progrès, comment pourrait-il réaliser l'inverse ? Sur la scène politique libérale, les personnalités écologistes convaincues telles que Michel Barnier ou Nathalie Kosciusko-Morizet se trouvent isolées. Le déni s'exprime dans une longue liste d'ouvrages, par exemple celui de l'économiste Guy Sorman, Le progrès et ses ennemis (2001). À l’échelle mondiale, citons également L’environnementaliste sceptique (Lomborg, 1998) ou Le véritable état de la planète (Bailey, 1995), dont les auteurs officient dans des think tanks libéraux voire ultra-libéraux parmi les plus connus. Ce courant peut en outre compter sur le solide appui de la sphère savante, où domine l'économie dite « néoclassique ». En 2005, l'économiste Paul Samuelson se moque toujours des écologistes, sa démonstration de l'inépuisabilité des ressources se résume à rappeler l'épisode du pari perdu de Paul Ehrlich contre Julian Simon (Samuelson & Nordhaus, 2005 : 374). Le pari visait à anticiper la hausse des prix de certaines matières premières, en raison de leur raréfaction. Simon, membre du Cato Institute, un think-tank néolibéral américain, et dont l’un des livres a été préfacé par Milton Friedman, estimait encore en 1995 que « nous avons dans nos mains et dans nos bibliothèques la technologie nécessaire pour nourrir, habiller et fournir l'énergie à une population toujours croissante pour les sept prochains milliards d'années » (notre traduction).

Malthus revient souvent pour qualifier la position des écologistes. Pourquoi ? Parce que Malthus « n'a jamais pleinement anticipé le miracle technologique de la Révolution Industrielle, ni compris que le mouvement pour le contrôle des naissances et que les nouvelles technologies fourniraient aux familles la possibilité de faire baisser le taux de natalité » (Nordhaus & Samuelson, 2005 : 368). Le fait que Malthus soit aussi l’auteur d’un célèbre « Essai sur la population », alors que l’écologie comme science traite justement de population, renforce cette impression générale d’avoir simplement affaire à la résurgence d’un vieux serpent de mer, dont l’inanité doit chaque fois être combattue. L'attitude la plus commune est donc moins de s'intéresser aux enjeux écologiques que de considérer l'écologisme comme une croyance qui reste à expliquer. Les libéraux endossent la thèse dominant le courant néoclassique qui est celle d'une confiance dans une croissance durable, d'après l'économiste Franck-Dominique Vivien (2005 : 31). Le libéral considère en outre que le risque est un problème privé, tant que des atteintes ne sont pas avérées, aussi est-il favorable aux innovations telles que les organismes génétiquement modifiés (OGM) pour faire face aux changements climatiques, s'ils se produisent, ou au nucléaire. Il met en avant l'esprit d'innovation, de risque, contre des écologistes qui sont vus comme les apôtres du « risque zéro ». La charge de la preuve est du côté des écologistes : ayant été si souvent démentis (c’est du moins l’impression qu’ont ces économistes libéraux), c'est à eux de démontrer qu'il y a bien un problème. Quand les libéraux ont un peu moins confiance dans les progrès spontanés permis par la « main invisible », ils s'alignent sur une posture « ordolibérale », qui consiste à réorienter le marché, au moyen d'une modification des règles, à la marge, et d’incitations généralement par les taxes ou les permis.

Le libéralisme voit l’écologisme comme un étatisme masqué, pour trois raisons. La première est que « l’économie de l’environnement » et « l’économie des ressources naturelles » sont toutes deux des domaines dans lesquels la puissance publique intervient beaucoup. Le marché est reconnu comme imparfait, myope, ne reflétant pas suffisamment les coûts et les bénéfices, ce qui appelle des correctifs, d'où une prise pour l'étatisme, gros d’un interventionnisme dangereux pour les libertés individuelles. Une seconde raison tient à la propriété des ressources naturelles : sont-elles « communes » (« res communis ») ou librement appropriables (« res nullius ») ? Si elles sont considérées communes, alors l’appropriation privée devra rendre des comptes à la communauté, et donc à l'État qui en est le représentant ; mais si elles sont considérées comme des « choses sans maître », pour reprendre l'expression de la juriste Martine Rémond-Gouilloud (1989) alors l’individu pourra en disposer librement sans en référer à personne. L'enjeu est de démontrer que l'appropriation ajoute de la valeur et qu'elle ne prive personne. Le philosophe Pierre Manent explique ainsi que si je m'approprie « une portion de terre par mon travail [pour le faire fructifier en générant de la valeur ajoutée], loin d’enlever au bien commun de l’humanité, je lui ajoute » (1987 : 98-99). Tout humain étant au minimum propriétaire de son corps possède une parcelle de nature qui est jugée plus que suffisante pour que le partage ne soit pas nécessaire. Une troisième raison fait de l’écologisme un étatisme masqué : contester la souveraineté du consommateur que le libéralisme tend à consacrer. La critique de la consommation et notamment de la publicité est un thème central, avec des auteurs tels que l'économiste John K. Galbraith, le sociologue Jean Baudrillard ou le philosophe Herbert Marcuse, et des journaux militants tels que Silence, La Décroissance ou Casseurs de Pub. Les travaux de la politiste Sophie Dubuisson-Quellier (2009) ou de la sociologue Michelle Dobré (2002) portent sur ces aspects. Que la consommation puisse faire l'objet d'une discussion publique et politique est vu par le libéralisme comme un étatisme rampant empiétant sur les libertés individuelles.

Que le libéralisme se trouve mis en cause par l’écologisme a conduit de nombreux auteurs à conclure à une parenté forte entre cette idéologie et le socialisme : c'est la théorie des « pastèques », rouges à l'intérieur, verts à l'extérieur. Dominique Allan-Michaud (2000) montre d'ailleurs les continuités avec le socialisme associationniste et proudhonien : l'enjeu est d'organiser l'économie, de manière à équilibrer les relations entre les êtres humains mais aussi avec la nature. Les coopératives de consommation existaient déjà à la fin du xixe siècle. Le sociologue Bernard Kalaora et les historiens Jean-Baptiste Fressoz (2012) et François Jarrige (2016) ont accrédité cette thèse. Les écologistes défendent en général l'économie sociale et solidaire, sans exclure le rôle de l’État. La proximité avec le socialisme s'avère aussi par les modes d'action choisis. Les journalistes Raymond Pronier et Jacques Le Seigneur décrivaient en 1992 Greenpeace comme un partisan de « l’action directe » ayant en commun « avec les groupes terroristes de la Belle Époque non seulement le côté commando des actions et le goût prononcé pour la mise en scène et les médias, mais aussi une organisation interne cloisonnée et quasi secrète » (1992 : 304). D'autres formes d'action telles que la désobéissance civile ou la formation d'espace publics oppositionnels sont largement mobilisées par certains écologistes, pendant que d'autres s'inscrivent dans des parcours plus institutionnels, comme le montre le sociologue Jean-Paul Bozonnet (2016).

3. Écologisme et lutte des classes

Ces différentes caractéristiques de l'écologisme sont largement attestées et conduisent à postuler une forte parenté entre socialisme et écologisme. Et en effet bon nombre d'écologistes se positionnent en faveur du socialisme, dans les années soixante-dix. C'est le cas de l'agronome René Dumont (1973), premier candidat écologiste à l'élection présidentielle, ou de Dominique Allan-Michaud (2000). Le Texte de Base des Amis de la Terre comporte de nombreux appels à l'autogestion. D'après Dominique Allan-Michaud l'écosocialisme était déjà choisi par le Mouvement écologique, cet ancêtre des Verts, en 1975 (ibid. : 177). Le journaliste Claude-Marie Vadrot qui a joué un rôle central estime aussi en 1978 qu'après tout « le socialisme, c’est peut-être les soviets – les comités de quartier ou de village – plus l’énergie solaire » (1978 : 233). Le militant Yves Lenoir n'a aucune opposition de principe envers le socialisme, le problème est seulement de savoir qui instaure le socialisme (1977 : 156). Pour Lebreton aussi, il s'agit de répartir plutôt que produire, et s'il critique la gauche c'est parce qu'elle démontre « son incapacité à réaliser les principes d’un véritable socialisme, qui tend plutôt à devenir un capitalisme d'État » (1978 : 161). Pour le psychologue Serge Moscovici, qui a joué un très grand rôle dans la structuration de l'écologie politique depuis les années 1960, il ne fait aucun doute que l'écologisme s'inspire ouvertement du socialisme (in Ribes, 1978 : 52). À l'accusation de mouvement petit-bourgeois, Daniel Cohn-Bendit répond en 1981 que les représentants des ouvriers ont rarement été des ouvriers (Castoriadis & Cohn-Bendit, 1981 : 67).

Pourtant, dans les années 1970, l'accueil n'a pas été très favorable. Plusieurs points de clivage reviennent fréquemment. Le premier est le rapport avec le développement des forces productives. La position socialiste classique tend à voir dans l’œuvre de la bourgeoisie un processus révolutionnaire qui met fin aux sociétés anciennes, jugées réactionnaires et despotiques (Delwit, 2016). « Ce qui est précisément révolutionnaire dans le développement capitaliste est la nécessité dans laquelle il s’est trouvé de porter son effort sur la plus-value relative » écrit l'historien Jacques Droz dans son Histoire du socialisme (1974 : 587). Un ouvrage récent enfonce le clou, sous la plume d'un philosophe longtemps membre du Parti communiste français (PCF) : oui, la société que Marx préconise implique un fort développement de l'économie ; oui, le communisme a l'abondance matérielle comme condition (Quiniou, 2007 : 106). La rareté est classiquement considérée comme relative : c'est un effet de rationnement capitaliste, ce que vient accréditer la sociologie des officines telles que le Club de Rome. En 1995, Daniel Bensaïd se demandait encore si l’énergie est vraiment limitée (1995 : 382). L'écologisme est assimilé à un front secondaire, derrière la lutte des classes, comme le dit explicitement Guy Biolat responsable environnement du PCF (1973). Le peu d'empressement qui est mis à s'intéresser au problème trahit un parti-pris de défiance envers les écologistes, mais aussi de confiance dans la technique. Le plus souvent, les dégradations écologiques sont simplement ajoutées aux autres méfaits du capitalisme, dont le centre de gravité reste inchangé, centré sur le profit et dont la solution demeure son abolition par la « socialisation », terme qui devient de plus en plus vague et imprécis au fur et à mesure que monte la critique du centralisme démocratique productiviste d'inspiration soviétique, d’un côté, et la pluralisation des mouvements sociaux, de l’autre. La socialisation, chez Proudhon, se joue autour de l'instrument de travail, c'est-à-dire les machines, comme chez Marx ; de nombreux auteurs attestent de ce que l'écologisme propose une « vision du monde », dans laquelle la nature est un sujet de l'histoire (voir plus haut J.-P. Bozonnet). Dans sa discussion avec William Catton et Riley Dunlap, Frederick Buttel (1987) a fini par être convaincu de l'idée d'un paradigme spécifique.

  • 4 Voir notamment les deux numéros spéciaux suivants : « Le travail contre nature – syndicats et envir (...)

Alain Lipietz, qui passe du marxisme à l'écologie dans les années 1980, est très clair : « l’écologie s’oppose au mouvement ouvrier sur le point capital du "progrès des forces productives" » (1989 : 36), d’où aussi l’abandon du primat des producteurs (ibid. : 39). Les positions du mouvement ouvrier organisé ont jusqu'ici été relativement en phase avec cette perspective. Renaud Bécot a montré récemment que l'attitude des syndicats, notamment en matière d'énergie, reposait sur l'idée que les bénéfices sociaux découlent mécaniquement des progrès scientifiques, qui permettent d'asservir l'environnement, lequel reste appréhendé hors de toute référence à l'écologie (2015 : 57). « La variante française d'un environnementalisme ouvrier » écrit Renaud Bécot « est une expérience éphémère, dont la publication Dégâts du progrès (1977) peut apparaître comme le testament » (ibid. : 414), en dépit d'échanges ponctuels4. C'est devant cette défection de fait qu'André Gorz s'était résolu à faire ses Adieux au Prolétariat – au-delà du socialisme (1980), affirmant que « le développement du capitalisme a produit une classe ouvrière qui, dans sa majorité, n’est pas capable de se rendre maîtresse des moyens de production et dont les intérêts directement conscients ne concordent pas avec une rationalité socialiste » (1980 : 15). Entre le producteur et le consommateur s’étend désormais une « mégamachine » faite de fonctions sur lesquelles personne n’a de pouvoir. Le travail est devenu une activité « passivisée ». D’où notamment le désintérêt croissant des salariés pour leur travail, qu’il perçoivent de plus en plus comme simple service au contenu indifférent. Gorz se tourne vers d'autres sujets possibles de l'histoire, en particulier les populations qui se trouvent poussées hors de la mégamachine : les chômeurs et, plus généralement, les populations privées de droits, que Gorz juge désormais être seules apte à porter une rationalité émancipatrice.

  • 5 Dans une communication personnelle à l'auteur de ces lignes, Bernard Saincy ancien responsable du d (...)
  • 6 Cette question serait à creuser davantage sur le plan empirique.

Admettons toutefois que la critique du développement des forces productives est difficile à mener sur les lieux de production. Ce n'est pas sans raison que l'écologisme s'est développé en dehors de ces enceintes, à partir du point de vue de la consommation. L'attachement de la Confédération générale du travail (CGT) au nucléaire vient notamment de ce que la position du syndicat est déterminée par les ouvriers spécialistes du secteur, qui sont réticents à remettre directement en cause l'outil de production qui les fait vivre. La priorité immédiate n'est pas celle-là : le sociologue étasunien Allan Schnaiberg (1975) a montré en quoi l'intérêt premier du mouvement ouvrier est de bénéficier du « moulin (croissant) de la production ». Alors qu'il n'était pas encore engagé dans l'écologisme, Lipietz relevait dès 1978 que la résistance ouvrière semblait avoir doublement du bon pour le capitalisme : elle force les capitalistes à développer la productivité sociale, et produit une hausse du niveau de vie et le plein emploi (1978 : 5). Que les individus puissent aussi faire partie de mouvements écologistes par ailleurs5suggère l'importance de la marge de manœuvre réelle, dans le choix de la forme et du lieu de l'engagement. Le lieu de production présente des limites objectives qui ne tiennent pas seulement au manque d'intérêt des individus6.

Le manque de considération socialiste envers l'écologisme tient aussi en partie à la sociologie des écologistes. Bien que l'électorat vert se trouve dans toutes les catégories sociales, le militantisme écologiste est généralement à capital économique un peu supérieur à la moyenne, et surtout à capital culturel élevé, autant de traits typiques de ce que le marxisme qualifiait de petite-bourgeoisie, jugée porteuse du socialisme utopique (expériences isolées sans vision d'ensemble) ou du socialisme conservateur proudhonien : petites transformations réformistes sans idée de révolution. L'écologisme en actes donne en partie raison à cette analyse, jusque dans l'importance des stands commerciaux dans les salons comme Primevère à Lyon ou Marjolaine à Paris. Les solutions et les priorités mises en avant sont souvent très éloignées du monde dans lequel vivent les classes populaires. Des divergences existent cependant, avec le socialisme. L'exploitation du travail n'entretient qu'un lien assez indirect avec la relation à l'environnement. Ce dernier est très divers, d'où la difficulté qui existe à identifier des inégalités et des injustices environnementales, termes qui peuvent se référer aussi bien aux polluants locaux qu'à l'accès aux aménités naturelles (parcs, forêts, etc.) ou aux gaz à effet de serre. Certains modes d'action entrent en conflit avec des revendications ouvrières et socialistes classiques. Le cas de la libéralisation du marché de l'électricité en 2005 est exemplaire de ce point de vue : une large part du mouvement écologiste a vu une opportunité pour laisser entrer des acteurs plus favorables aux énergies renouvelables qu'EDF, tandis que les syndicats s'opposaient en bloc à la directive au nom du service public. L'attitude plus favorable de la Confédération française démocratique du travail (CFDT) envers la décentralisation a rapproché les écologistes de ce syndicat, mais éloigné de la CGT qui demeure très jacobine en la matière. L'opportunisme écologiste en matière de relation au marché se confirme dans le temps avec des opérations récentes de grande envergure comme celle lancée par 350.org et Bill McKibben, qui ont contribué à « désinvestir » plus de 3400 milliards de dollars des énergies fossiles vers d'autres destinations, notamment les renouvelables. Un autre point de tension est le radicalisme écologiste, qui peut aussi prendre la forme d'un refus total de l'industrialisation, ainsi chez Derrick Jensen (2011). Le socialisme écologiste est généralement autogestionnaire et tiers-mondistes, comme celui de René Dumont. L'enjeu est d'abord de soutenir la démocratie, l'égalité et la lutte contre le pouvoir de l'argent (Dumont, 1973). C'est d'ailleurs de la « nouvelle gauche » (Parti socialiste unifié, PSU) que les écologistes se rapprochent, et non du PCF ou du Parti socialiste. L'engagement sera pour certains d'entre eux très momentané. D'autres vont persister, tel Michel Mousel, secrétaire du PSU dans les années 1970, qui emmène la délégation française des associations au sommet de Johannesburg en 2002. Le PSU donnera naissance, plus tard, aux « Alternatifs », tandis qu'une autre partie des écologistes rejoindra les Verts.

4. Écologisme, nature et émancipation

Revenons sur la question de la nature, qui pose tant de problèmes. La difficulté n'est pas si grande. Deux définitions de la nature reviennent régulièrement dans l'écologisme. La première est celle dont parle l'écologie : un ensemble de causalités et de processus qui agissent de leur propre agentivité, comme la gravité terrestre, à ceci près qu'ils ne sont pas aussi inexorables. La plasticité de ces régulations et leur caractère vulnérable en font les objets possibles d'enjeux politiques : c'est parce que le climat peut être déstabilisé qu'il devient un lieu de conflit, à la différence de la gravité sur laquelle nul n'a de prise. L'écologisme a ainsi pu être défini comme étant le lieu de conflits d'aménagement (Boltanski & Lafaye, 1993). Un second sens fréquent est la nature comme ce qui se tient hors de la culture et que celle-ci menace. Dominique Simonnet parle d'un homme dénaturé, parce que dépersonnalisé. Ce qui dénature l’homme, c’est « cet état de siège permanent qui tente de mettre la société en uniforme » (1979 : 48). La nature, ici, c'est un point qui se trouve hors de la culture et à partir duquel celle-ci peut être jugée, évaluée. La nature c'est le sauvage, au sens de ce qui se lève contre la « domesticité » (Moscovici, 1974 : 25), entendu comme une forêt d’interdits qui étouffent l'humanité de l'homme et le réduisent à la survie. La nature renvoie ici à l’authenticité des désirs, contre ceux qui sont inauthentiques et donc « artificiels ».

La référence à la nature ne conduit donc pas forcément à cet « essentialisme » tant craint en sciences humaines et sociales. Bozonnet (2016) montre clairement que l'écologisme se réfère à l'ordre des causalités réelles dans la nature, et non à une essence théologique ou métaphysique des sociétés, qui devrait s'imposer sans discussion. La place de l'être humain dans la nature est une question politique ; mais la politique est incarnée, et non purement « sociale ». Edward Goldsmith, fondateur de la revue de référence The Ecologist, rangé par le politiste Jean Jacob parmi les auteurs écologistes les plus « biologisants », affirme pourtant que « l’écologie est subjective » (1992 : chapitre 13). Il n’entérine ni la notion de race, ni la compétition, qui sont les caractéristiques supposées de la « sociobiologie ». Il précise que « l’écologie est l’organisation unificatrice de la connaissance », pas de la vie, pas de la politique ; que si « l’écologie cherche à dégager les lois de la nature » (ibid. : 26) ce ne sont pas des lois absolues comme en mécanique mais des schèmes de causalité qui indiquent le prix à payer pour une action. Le modèle, ici, c’est la santé : une régulation fragile, et non inexorable (ibid. : 27). Moscovici va jusqu’à inverser les choses et faire de l’écologie la fille de l’écologisme (2002 : 197). Et comme ce dernier n’est qu’au stade de projet, de brouillon, « il n’existe pas actuellement de théorie écologique » (ibid. : 133). Ce qu’il veut dire par là est que l’écologie est le produit des pratiques militantes, des désirs individuels, pas le fruit d’un petit groupe de scientifiques professionnels qui détiendraient les clés de l’action quotidienne de chacun.

N'expliquer le social que par le social revient à vider l'écologisme de ses buts et de ses justifications, en déconnectant le mouvement social du monde dans lequel il évolue. Les propositions de Bruno Latour débouchent sur un écologisme sans écologie, comme l'a relevé l'écologue et anthropologue Georges Guille-Escuret (2014). C'est donc une écologie aveugle à la logique des non-humains, qui a pourtant lieu de manière effective et constitue l'une des raisons d'être principales de l'écologisme. La prise en compte des non-humains ne suffit pas à définir l'écologisme, à elle seule : les agencements d'humains et de non-humains peuvent déboucher sur un programme « posthumaniste » de type « cyborg » comme chez Donna Haraway, aussi bien que sur un anarchoprimitivisme prônant la destruction complète de la société industrielle, tout dépend des variables retenues et des choix normatifs qui sont faits. D'une manière générale, aucune science ne suffit pour prendre position sur le plan politique, en raison de la séparation entre les faits et les normes. L'écologisme en a conscience. Aussi est-il hanté, depuis le début, par le spectre d'un écofascisme, qui émergerait à la faveur d'un état d'urgence provoqué par la dégradation progressive des écosystèmes. Ainsi pour Claude-Marie Vadrot, l'écologie est une science « qui pose clairement l’alternative : une gestion rationnelle et totalitaire de l’univers (l’écofascisme) sous l’empire de la nécessité, ou bien l’éclatement libertaire des sociétés à petite échelle où aucun individu ne peut déléguer son propre pouvoir » (1978 : 109).

Le fond du questionnement écologiste est celui des modes de vie, raison pour laquelle les sociologues et politistes évoquent un mouvement « culturel », mettant en cause la hiérarchie admise des valeurs (Inglehart, 1990). Dire que les modes de vie contemporains ne sont pas généralisables implique de nommer le trait qui les caractérise et dont procède leur nocivité : le développement ? La modernité ? L'Occident ? Le capitalisme ? L'industrialisation ? Différents termes sont utilisés par l'écologisme pour qualifier ce qui émerge quelque part entre le xve et le xixe siècles en Occident et tend aujourd'hui à se généraliser à la planète entière, provoquant la crise écologique. L'embarras vient de ce que l'ordre social dans lequel nous vivons porte de fait plusieurs dénominations. Le débat n'est pas tranché. Le développement a toujours été lié à la croissance, comme en atteste une recension récente des théories du développement qui ont été mobilisées dans les sphères onusiennes au cours de ces cinquante dernières années (Berthelot, 2004). Le développement est une anthropologie de la productivité, suivant l'économiste et anthropologue Serge Latouche (2004), qui nécessite, pour être mise en place, une révolution sociale complète, touchant tous les secteurs et sous-secteurs de l’organisation collective. C'est aussi ce que constate Gilbert Rist (2006), qui a retracé l’histoire du concept de développement. Dans ce contexte, le « développement durable » a pu apparaître comme un oxymore, cherchant à faire durer ce qui n'est pas durable, par définition. « Moderne » ne s’impose qu’à la fin du xixe siècle (Seguin, 1995 : 4) et est traduit à l’étranger comme « maîtrise des techniques avancées » (Billion, 1995 : 102) ou « occidentalisation » (Levy, 1995 : 109), ce qui, en un sens, est peut-être une bonne définition de ce que nous sommes.

  • 7 On la doit à Durkheim. La discussion sur le caractère désirable des modes de vie « primitifs » est (...)

Remettant en cause l'universalité du développement, l'écologisme a de fortes résonances avec le postcolonialisme, champ qui a émergé dans les années 1980 avec la publication du livre d'Edward Saïd (1978). La thèse générale est que l'Orient a été construit par l'Occident pour le dévaluer et occulter les parcelles d'universalisme dont il était porteur. Ainsi de Marx, par exemple, affirmant que « le pays plus développé industriellement ne fait que montrer ici aux pays moins développés l’image de leur propre avenir » (Marx, 1867, livre 1 : 5). L'écologisme inverse bien volontiers la proposition, au moins dans les discours, en dépeignant des sociétés primitives en harmonie avec la nature, ce que viennent confirmer les travaux en anthropologie de Philippe Descola (2005) ou de Jared Diamond (2000). On peut toutefois se demander s'il ne s'agit pas d'un nouvel orientalisme, inversé, opposant à une modernité destructrice cette catégorie de « sociétés primitives » qui est elle-même un produit de l'Occident, sous la plume d’Émile Durkheim (1912 : 1) qui estimait que les sociétés les moins « développées » avaient en commun leur « simplicité »7, ce qui permettait selon lui de mieux observer les traits élémentaires ou fondamentaux des sociétés humaines.

Conclusion

L'analyse proposée ici a tenté de situer l'écologisme dans les deux idéologies principales qui sont contemporaines de sa naissance, quelque part entre les années 1960 : le libéralisme et le socialisme. En s'appuyant sur un corpus qui s'étend sur un temps suffisamment long pour attester de la solidité et de la cohérence de cette idée dans le temps, à la manière d'Andrew Dobson, nous avons essayé de clarifier les principaux enjeux. Les effets de perspective engendrent de nombreux dialogues de sourds d'un côté comme de l'autre : certains positionnement paraissent libéraux du côté socialiste alors que dans le même temps d'autres aspects de l'écologisme paraissent socialistes pour les libéraux. C'est l'une des raisons qui justifie que l'écologisme soit traité comme une idée politique spécifique. La confrontation conduit en outre le libéralisme et le socialisme à défendre la modernité contre une idée jugée antimoderne à certains égards, notamment la critique du progrès technique et ce qu'elle implique de désacralisation de la nature. L'écologisme pose en outre un problème spécifique d'articulation des sciences sociales et des sciences de la nature qui peut se traduire à la fois par des enjeux de disciplinarité et d'interdisciplinarité (« paradigmes » scientifiques et polysémie du mot « nature » qui se réfracte dans les champs de savoir) et questions de société (la « crise environnementale » impliquant une définition particulière de la nature, correspondant à un problème pratique spécifique à l'époque moderne). Cela a souvent été dit et répété : l'écologisme n'est qu'au début de sa carrière, et non à la fin. La simple analyse des mouvements existants ne peut en rendre compte, puisqu'elle laisse de côté la question de leur portée, c'est-à-dire de leur avenir. À cet égard, la prise en compte des sciences de la nature change tout : c'est l'une des raisons pour laquelle une certaine interdisciplinarité s'est mise en place, avec des revues consacrées, qui sont devenues très nombreuses aujourd'hui : Natures Sciences Sociétés, Écologie & politique, Ecological Economics, Sustainability science, etc. et des courants méthodologiques tels que la political ecology. Les travaux ont aussi fait émerger les spécificité de l'écologisme des sociétés industrialisées, assez différent de « l'environnementalisme des pauvres » que l'on trouve dans les pays du Sud, où des populations entières sont menacées par des projets qui ne leur apportent que destruction et désolation. Une connaissance fine de la physique des ressources épuisables permet de soutenir l'idée que les pays industrialisés ne seront pas toujours à l'écart de ce genre de mobilisation, comme ont déjà pu le montrer les exemples des gaz de schiste en France (Ardèche) ou des oléoducs aux États-Unis.

Haut de page

Bibliographie

AUDARD Catherine (2009), Qu'est-ce que le libéralisme, Paris, Gallimard.

AUDIER Serge (2017), La société écologique et ses ennemis, Pour une histoire alternative de l'émancipation, Paris, La Découverte.

BAILEY Ronald (1995), The true state of the planet, New York, Free Press.

BECOT Renaud (2015), Syndicalisme et environnement en France de 1944 aux années quatre-vingt, Thèse de Doctorat, EHESS.

BENSAÏD Daniel (1995), Marx l’intempestif, Paris, Fayard.

BERTHELOT Yves (dir), 2004, Unity and Diversity in Development Ideas : Perspectives from the UN Regional Commissions, Bloomington, Indiana University Press.

BILLION R. (1995), « De la notion de modernité en chinois moderne : champs sémantiques et applications », in VADE Y. (dir), Ce que modernité veut dire, Bordeaux, Presses de l’Université de Bordeaux.

BIOLAT Jean (1973), Marxisme et environnement, Paris, Éditions sociales.

BOLTANSKI Luc & Claudette LAFAYE (1993), « Une justification écologique ? Conflits dans l'aménagement de la nature », Revue Française de Sociologie, XXXIV, pp. 495-524.

BOZONNET Jean-Paul (2016), « Comprendre les valeurs et les pratiques écologistes des jeunes en France », 4èmes Rencontres de l’Observatoire de la jeunesse et des politiques de jeunesse, Paris.

BUTTEL Frederick H. (1987), « New directions in environmental sociology », Annual Review of Sociology, vol. 13, pp. 465-488.

CARSON Rachel (2009), Printemps silencieux, Marseille, Wildproject [1962]

CASTORIADIS Cornélius & Daniel COHN-BENDIT (1981), De l’écologie à l’autonomie, Paris, Seuil.

CATTON William R. & Riley E. DUNLAP (1978), « Environmental sociology : a new paradigm », The American Sociologist, vol. 13, pp. 41-49.

CHARVOLIN Florian (2003), L’invention de l’environnement en France, Paris, La Découverte.

CHATEAURAYNAUD Francis & Daniel TORNY (1999), Les sombres précurseurs, Paris, EHESS, 1999.

DELEAGE Jean-Paul (1991), Histoire de l'écologie, Paris, La Découverte.

DELWIT Pascal (2016), Les gauches radicales en Europe, 19e/21e siècle, Bruxelles, Presses de l'Université de Bruxelles.

DESCOLA Philippe (2005), Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard.

DIAMOND Jared (2000), De l’inégalité parmi les sociétés, Paris, Gallimard [1997].

DOBRE Michelle (2002), L'écologie au quotidien. Éléments pour une théorie sociologique de la résistance ordinaire, Paris, L’Harmattan.

DOBSON Andrew (2006), Green political thought, New York, Routledge.

DORST Jean (1970), La nature dé-naturée, Lausanne, Delachaux & Niestlé.

DROZ Jacques (1974), Histoire générale du socialisme - Tome 1, Paris, PUF.

DUBUISSON-QUELLIER Sophie (2009), La consommation engagée, Paris, Presses de Sciences Po.

DUMONT René (1973), L'utopie ou la mort, Paris, Seuil.

DURKHEIM Emile (2008), Les Formes élémentaires de la vie religieuse, Paris, PUF, [1912].

FEENBERG Andrew (2014), Pour une théorie critique de la technique, Montréal, Lux.

FLIPO Fabrice (2013), Statut et portée de l’écologie politique – contribution à une anthropologie de la mondialisation et de la modernité, HDR de Lettres et sciences humaines, 20 juin, Université Paris 7 Diderot.

FLIPO Fabrice (2014), Nature et politique, Paris, Amsterdam.

FORNEL de Michel & Cyriel LEMIEUX (2008), Constructivisme vs naturalisme ? Paris, Éditions de l'EHESS.

FRESSOZ Jean-Baptiste (2012), L'apocalypse joyeuse, Paris, Seuil.

GOLDSMITH Edward (2002), Le Tao de l'écologie. Une vision écologique du monde, Paris, Le Rocher [1992].

GORZ André (1980), Adieux au Prolétariat, Paris, Galilée.

GUILLE-ESCURET Georges (2014), L'écologie kidnappée, Paris, PUF.

GUSFIELD Joseph (2009), La culture des problèmes publics, Paris, Economica [1981].

INGLEHART Ronald (1993), La transition culturelle dans les sociétés industrielles avancées, Paris, Economica, [1990].

JACOB Jean (1995), Les sources de l’écologisme, Paris, Arléa-Corlet.

JARRIGE François (2016), Technocritiques, Paris, La Découverte.

JENSEN Derrick (2011), Deep green resistance, NY, Seven Stories Press.

JEROME Vanessa (2014), Militants de l'autrement – Sociologie politique de l'engagement et des carrières militantes chez EELV, Thèse de Doctorat en sciences politiques, Université Paris 1.

LATOUCHE Serge (2004), La mégamachine : Raison technoscientifique, raison économique et mythe du progrès, Paris, La Découverte.

LE PRESTRE Philippe (2005), Protection de l’environnement et relations internationales – les défis de l’écopolitique mondiale, Paris, Armand Colin.

LEBRETON Philippe (1978), L'ex-croissance, Paris, Denoël.

LENOIR Yves (1977), Technocratie française, Paris, Pauvert.

LEVY C. (1995), « » Moderne », « modernité » au Japon, adoption et création d’un concept », in VADE Y. (dir), Ce que modernité veut dire, Bordeaux, Presses de l’Université de Bordeaux, pp. 109-114.

LIPIETZ Alain (1978), « Dialectique des forces productives et lutte politique », Communisme, n° 2.

LIPIETZ Alain (1989), Choisir l’audace – une alternative pour le 21e siècle, Paris, La Découverte.

LIPIETZ Alain (1999), Qu’est-ce que l’écologie politique ? La grande transformation du 21ème siècle, Paris, La Découverte [1992].

LOMBORG Bjorn (2004), L’environnementaliste sceptique – le véritable état de la planète, Paris, Le Cherche Midi [1998].

MARX Karl (1976), Le Capital - Livre III, Paris, Éditions Sociales [1867].

MOSCOVICI Serge (1979), Hommes domestiques et hommes sauvages, Paris, Christian Bourgeois [1974].

MOSCOVICI Serge (2002), De la nature. Pour penser l’écologie, Paris, Métaillé.

NEVEU Erik (2005), Sociologie des mouvements sociaux, Paris, La Découverte, coll. Repères.

PLEYERS Geoffrey (2010), Alterglobalization, London, Polity Press.

PRIEUR Michel (2011), Droit de l’environnement, Paris, Dalloz.

PRONIER Raymond & Jacques LE SEIGNEUR (1992), Génération verte, Paris, Presses de la Renaissance.

QUINIOU Yvon (2007), Idées reçues – Marx, Paris, Le Cavalier Bleu.

RAMADE François (2003), Éléments d’écologie – écologie fondamentale, Paris, Dunod.

RAMADE François (2005), Éléments d’écologie – écologie appliquée, Paris, Dunod.

REMOND-GOUILLOUD Martine (1989), Du droit de détruire – Essai sur le droit de l’environnement, Paris, PUF.

RIBES Jean-Paul (1978), Pourquoi les écologistes font-ils de la politique ? Paris, Seuil.

RIST Gilbert (1996), Le développement, histoire d'une croyance occidentale, Paris, Presses de Sciences Po.

SAÏD Edward (1980), L'orientalisme, Paris, Seuil [1979].

SAINTENY Guillaume (1997), Les Verts, Paris, PUF, Que Sais-Je ? 2ème édition [1992]

SAINTENY Guillaume (2000), L'introuvable écologisme français, Paris, PUF.

SAMUELSON Paul A. & William D. NORDHAUS (2005), Economie, Paris, Economica.

SAUVY Alfred (1989), Croissance zéro, Paris, Calmann-Lévy [1973].

SCHNAIBERG Allan (1975), « Social syntheses of the societal-environnemental dialectics. The role of distributional impacts », Social science quarterly, n° 56, pp. 5-20.

SEGUIN J.-P. (1995), « Le mot « moderne » et ses dérives au XVIIIème siècle », in Vadé Y. (dir), Ce que modernité veut dire, Bordeaux, Presses de l’Université de Bordeaux, p. 4.

Simon Julian L., 1995, The State of Humanity : Steadily improving, Cato Policy Report. http://www.cato.org/pubs/policy_report/pr-so-js.html.

SIMONNET Dominique (1979), L’écologisme, Paris, PUF, Que Sais-Je ?

SORMAN Guy (2001), Le progrès et ses ennemis , Paris, Fayard.

VADROT Claude-Marie (1978), L’écologie, histoire d'une subversion, Paris, Syros.

VIVIEN Franck-Dominique (2005), Le développement soutenable, Paris, La Découverte.

VOGT William (1950), La faim dans le monde, Paris, Hachette [1948]

VRIGNON Alexis (2017), La naissance de l'écologie politique en France – Une nébuleuse au coeur des années 68, Rennes, Presses Universitaires de Rennes.

WARD Barbara & René DUBOS (1972), Nous n’avons qu’une seule Terre, Paris, Denoël [1971].

WORSTER Donald (2009), Les pionniers de l’écologie, Paris, Sang de la Terre [1979].

Haut de page

Notes

1 Voir le blog scientifique du groupe de recherche HiSoPo (Histoire sociale des idées politiques) URL : http://hisopo.hypotheses.org/. Consulté le 19 mai 2017. Les repères épistémologiques principaux d'une histoire sociale des idées politiques seront prochainement publiés.

2 Pour une contribution récente sur la question voir Serge Audier, La société écologique et ses ennemis, Pour une histoire alternative de l'émancipation, Paris, La Découverte, 2017.

3 C'est donc ici un effort de synthèse, issu d'un travail de HDR (Fabrice Flipo, Statut et portée de l’écologie politique – contribution à une anthropologie de la mondialisation et de la modernité. 20 juin 2013) auquel le lecteur peut se reporter pour plus de détail, ou à l'ouvrage qui en est tiré : Fabrice Flipo, Nature et politique, Amsterdam, 2014.

4 Voir notamment les deux numéros spéciaux suivants : « Le travail contre nature – syndicats et environnement », Mouvements, vol. 4, n°80, 2014 ; et « Syndicats et transition écologique », Écologie & politique, vol. 1 , n°50. 2015.

5 Dans une communication personnelle à l'auteur de ces lignes, Bernard Saincy ancien responsable du développement durable à la CGT avait relaté une anecdote significative : lors d'une réunion à la CGT, une bonne partie des délégués présents avait découvert être aussi engagés à Greenpeace.

6 Cette question serait à creuser davantage sur le plan empirique.

7 On la doit à Durkheim. La discussion sur le caractère désirable des modes de vie « primitifs » est aussi vieille que leur étude, ainsi Malinowski.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Flipo, « Qu'est-ce que l'écologisme ? », Socio-logos [En ligne], 12 | 2017, mis en ligne le 17 juin 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/3143

Haut de page

Auteur

Fabrice Flipo

Télécom EM, LCSP (Paris 7 Diderot)

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • OpenEdition Journals