Navigation – Plan du site
Débats

La théorie de la médiation a-t-elle sa place dans une revue de sociologie ?

Jean-Michel Le Bot

Texte intégral

1Le comité de rédaction de Socio-logos m’ayant refusé un article « pour la raison fondamentale que ce n’est pas un article de sociologie au sens où on l’entend pour la revue », Philippe Cibois m’a suggéré de proposer un texte « expliquant pourquoi il est regrettable à [mes] yeux que la perspective de Jean Gagnepain ne soit pas acceptée par la sociologie (et ses articles refusés par Socio-logos) ». Ce que je fais bien volontiers.

2La perspective de Jean Gagnepain, celle de la théorie de la médiation1, dans laquelle j’ai inscrit la totalité de mes travaux de sociologue y compris ma thèse, se veut bien une théorie anthropologique. En cela, elle dépasse effectivement le champ de la discipline sociologique, même si elle comporte un volet sociologique : la théorie de la personne (Le Bot, 2002a). D’une certaine manière, la question posée est donc moins celle de la place de la théorie de la médiation en tant que telle dans une revue de sociologie que celle des rapports entre la sociologie et l’anthropologie. A bien des égards, le projet théorique de Jean Gagnepain prolonge en effet celui de Claude Lévi-Strauss pour qui « ce que nous allons chercher à des milliers de kilomètres ou tout près, ce sont des moyens supplémentaires de comprendre l’esprit humain » (Lévi-Strauss et Éribon, 1988, p. 153). A ceci près que, plutôt que de se rendre chez les Bororo, les Nambikwara ou les Tupi-Kawahib, Jean Gagnepain s’est inspiré de Freud et de sa métaphore du cristal brisé : « la pathologie peut, en les agrandissant ou en les grossissant, attirer notre attention sur des conditions normales qui, autrement, nous auraient échappé. Là où elle nous montre une cassure ou une fissure, il peut y avoir normalement une articulation » (Freud, 1995, p. 82). Bref, comme l’a bien compris Marcel Gauchet, il s’agit de tirer tout le profit qui peut être tiré des dissociations cliniques – psychiatriques mais aussi, et peut-être surtout, neurologiques (les lésions cérébrales) – pour l’étude des phénomènes culturels comme de l’architecture et des mécanismes de l’esprit (Gauchet, 2003, p. 212-213).

3Le texte qui suit ne sera pas une introduction à la théorie de la médiation, ni même à la théorie de la personne, son volet sociologique, mais une invitation au débat sur cette question des liens et des apports réciproques entre sociologie et anthropologie clinique.

4Nous partirons pour cela d’une réflexion de Raymond Boudon sur les différents types d’explication dans les sciences sociales.

5Dans la préface à la 7e édition du Dictionnaire critique de la sociologie, Raymond Boudon dénonce l’a priori causaliste qui, selon lui, domine une bonne partie des sciences sociales (Boudon et Bourricaud, 2004). Refusant la confusion entre interprétation et explication, prenant parti pour l’explication, il oppose deux manières opposées d’expliquer le comportement humain : la manière finaliste et la manière causaliste. Dans une analyse de type finaliste, on explique le comportement humain par les intentions, les motivations et les raisons qui animent l’acteur social. Dans une analyse de type causaliste, on l’explique par l’évocation de certaines forces, qu’il s’agisse de forces psychologiques, biologiques ou socioculturelles. Raymond Boudon considère que ces deux types d’explication ont leur légitimité, mais qu’elles ne s’appliquent pas dans les mêmes cas.

6Comme exemple de cas dans lequel l’analyse de type causaliste lui semble pertinent, Raymond Boudon choisit celui de Phinéas Gage, présenté par le neurologue Antonio Damasio (Damasio, 2001). L’explication de type causaliste s’applique dans ce cas, dans la mesure où c’est sous l’effet du traumatisme cérébral que le comportement de Phinéas Gage a changé du tout au tout. Par contre, le comportement du piéton qui regarde à droite et à gauche avant de traverser la rue s’explique de manière finaliste, par les intentions qui animent le piéton en question (il veut traverser la rue, mais sans se faire écraser).

7Si les sciences sociales sont peu satisfaisantes aujourd’hui, dit ensuite Boudon, c’est parce qu’elles abusent du modèle causaliste, en acceptant trop facilement la toute-puissance des effets de socialisation.

8Je ne sais pas si l’explication par les effets de socialisation est statistiquement dominante dans les sciences sociales actuelles. Mon propos n’est pas de le discuter. Je partage volontiers avec Raymond Boudon l’idée que les sciences sociales doivent tenir compte des intentions des acteurs. Mais voilà justement le problème : savons nous ce qu’est une intention ? ce qu’est un acteur ?

9La notion d’acteur social est aujourd’hui des plus répandues et il existe différentes conceptions de ce qu’est un acteur social ou une action sociale. Mais s’est-on vraiment interrogé sur ce qui fait de l’homme un acteur, et non seulement un acteur mais un acteur social ?

10C’est précisément ce qui fait l’originalité de la théorie de la médiation : s’interroger moins sur ce que fait l’homme que sur ce qui le fait homme.

11Comme nous l’avons indiqué plus haut, la théorie de la médiation se veut une anthropologie, une modélisation des fonctionnements spécifiquement humains qui cherche dans la pathologie une mise à l’épreuve de ses hypothèses. Elle vise donc, progressivement, à la constitution d’une « anthropologie clinique » articulant dans la même démarche explicative un moment d’élaboration théorique et un moment d’observation clinique. S’appuyant sur le différentiel des pathologies, elle propose surtout une déconstruction de la « raison » en plusieurs « plans » de rationalité ; elle distingue ainsi :

121. l’abstraction grammaticale qui rend l’humain capable de logique (modèle du signe, qui fait l’objet d’une glossologie),

132. l’artifice technique qui rend l’humain capable d’ingéniosité (modèle de l’outil, qui fait l’objet d’une ergologie),

143. l’absence ethnique qui fait de l’humain son propre législateur, acteur/auteur de son histoire (modèle de la personne, qui fait l’objet de la sociologie ou qui entre dans l’objet de la sociologie : c’est précisément sur ce point que porte le débat) et, enfin,

154. l’abstinence ou la retenue éthique par laquelle l’être humain légitime son comportement (modèle de la norme, qui fait l’objet d’une axiologie).

16S’il est possible et nécessaire de distinguer ainsi un plan du signe, un plan de l’outil, un plan de la personne et un plan de la norme, c’est parce que l’on peut perdre, au moins partiellement, l’une ou l’autre de ces raisons sans perdre les trois autres. Un aphasique, par exemple, présente un trouble du signe, mais pas nécessairement un trouble de l’outil, de la norme ou de la personne. Ces troubles sont différents et autonomes.

17Par cette déconstruction, la clinique permet, entre autres, de mieux comprendre ce qui fonde la capacité d’action sociale que présupposent toutes les théories de l’action. Ce faisant, elle apporte un argument scientifique supplémentaire à l’appui de ces théories tout en obligeant les chercheurs à mieux définir ce qu’ils entendent par action sociale.

18C’est en tous cas ce que nous voudrions essayer de montrer ici. Nous commencerons pour cela par exposer deux cas clinique contrastés. Le premier n’est autre que celui de Phinéas Gage, choisi par Raymond Boudon comme exemple de cas dans lequel s’applique l’explication de type causaliste. Le second est celui de BG, un patient « sans intérêt » décrit par Duval-Gombert et Le Gac-Prime (1994).

19Pendant l’été 1848, Phinéas Gage, alors âgé de 25 ans, travaille comme chef d’équipe dans les travaux de construction de voies ferrées de l’état du Vermont (USA). Aux yeux de ses employeurs, il est le plus compétent et le plus efficace. L’une de ses tâches consiste à faire sauter les rochers de façon à obtenir un tracé de voie rectiligne. Il a acquis une grande compétence dans le bourrage de mine, qui demande méticulosité et précision. Un trou est creusé dans le rocher, que l’on remplit à moitié de poudre. Puis une mèche est déposée et le reste du trou est comblé avec du sable. Ce dernier doit être tassé à l’aide d’une barre de fer. On peut alors allumer la mèche. Si les gestes sont bien exécutés, l’explosion se produit à l’intérieur du rocher et fait éclater ce dernier. Sinon, les gaz s’échappent par le trou et il faut recommencer. Il est quatre heures de l’après-midi quand Gage prépare ce qui sera sa dernière mine. Quelqu’un l’appelle derrière lui. Il a un instant d’inattention suffisant pour commettre une erreur : il commence à tasser la poudre avec sa barre de fer alors que son aide n’a pas encore versé le sable. L’explosion est immédiate. Elle projette la barre de fer qui pénètre dans la joue gauche de Gage, lui perce la base du crâne, traverse le lobe frontal du cerveau et ressort par le dessus de la tête pour retomber à une trentaine de mètres, recouverte de sang et de tissu cérébral. Dans les jours qui suivent, les journaux rapportent « l’horrible accident ». Mais Gage a survécu à sa blessure. Il est resté conscient. Il est même capable de marcher et, une heure après l’accident, il explique aux médecins la façon dont ce dernier est survenu. Il a pourtant un trou de 3 centimètres de diamètre sur le dessus du crâne à travers lequel on peut voir les pulsations du cerveau.

20Pour le docteur Harlow, qui l’a pris en charge, la priorité est d’éviter l’infection. Il va nettoyer la plaie avec tous les antiseptiques dont il dispose. Gage va développer de fortes fièvres, mais deux mois après l’accident, il est rétabli. Physiquement du moins, car son comportement a été transformé.

21Ses principaux sens étaient fonctionnels et il n’avait perdu l’usage d’aucun de ses membres. Certes, son œil gauche ne voyait plus, mais il voyait parfaitement avec le droit. Sa démarche était assurée. Il avait conservé son habileté manuelle. Sur le plan cognitif, il ne présentait non plus aucun trouble. Il n’avait ni difficulté d’élocution, ni difficulté de langage. Par contre, comme le raconte Harlow, « l’équilibre entre ses facultés intellectuelles et ses pulsions animales » avait été aboli. Il était à présent « d’humeur changeante ; irrévérencieux ; proférant parfois les plus grossiers jurons (ce qu’il ne faisait jamais auparavant) ; ne manifestant que peu de respect pour ses amis ; supportant difficilement les contraintes et les conseils, lorsqu’ils venaient entraver ses désirs ; s’obstinant parfois de façon persistante ; cependant capricieux et inconstant ; formant quantité de projets, aussitôt abandonnés dès qu’arrêtés [...]. Se comportant comme un enfant, il avait néanmoins les pulsions animales [entendons sexuelles] d’un homme vigoureux » (Harlow, cité par Damasio, 2001, p. 27). On faisait en sorte que les dames ne restent pas trop longtemps en présence de cet homme devenu grossier et impulsif. Les remontrances les plus sévères qui lui étaient faites n’avaient aucun effet. Ses amis avaient du mal à le reconnaître. Ce n’était plus le même Gage. Lorsqu’il voulut reprendre son ancien travail, ses employeurs ne purent le garder. Il avait toujours les mêmes capacités physiques et la même habileté. Mais son comportement impulsif le rendait inapte à la tâche.

22Commence alors une sorte de dérive sociale. Il se fait employer dans les élevages de chevaux, mais quitte ses différents employeurs de façon capricieuse ou se fait renvoyer. Puis il démarre une carrière comme attraction de cirque. Il exhibe sa blessure et la barre de fer qui l’a causée, à côté de nains, de femmes obèses ou d’hommes-éléphants (atteints de neurofibromatose). Puis il part pour l’Amérique du Sud où on ne sait pas très bien ce qu’il a fait. Il revient aux États-Unis en 1860 pour vivre avec sa mère et sa sœur qui avaient déménagé à San Francisco. Là encore, il se révèle incapable de persévérer dans un emploi. Il meurt à trente-huit ans en mai 1861. Aucune autopsie n’est pratiquée. Mais plus d’un siècle après la mort de Gage, il a été possible de reconstituer une image de la lésion cérébrale causée par l’accident à partir de son crâne conservé au musée médical Warren de la faculté de médecine de l’université Harvard, en s’appuyant sur les connaissances actuel en neuro-anatomie ainsi que sur les techniques d’imagerie médicale. Les chercheurs ont ainsi pu établir avec certitude que la barre de fer avait détruit une partie du cortex préfrontal, un peu plus dans l’hémisphère gauche que dans l’hémisphère droit, et plutôt dans les portions ventrales et internes, les portions latérales et postérieures étant préservées (Damasio, 2001, p. 57).

23Notre deuxième cas, B.G. est un homme, ingénieur agronome de formation et de métier, promis à une belle carrière professionnelle, qui fut victime d’un accident de la route à l’âge de 30 ans (Duval-Gombert et Le Gac-Prime, 1994). Cet accident entraîna un polytraumatisme extrêmement important avec période de coma d’environ un mois. Un examen scannographique réalisé en 1993 (4 ans après l’accident) permet de noter : « une dilatation ventriculaire intéressant l’ensemble du système ventriculaire, sans signe franc de résorption trans-épendymaire, une atrophie bifrontale, une atrophie latérale gauche ». Différents examens neuropsychologiques concluent à un tableau clinique dominé par un syndrome frontal, ainsi qu’à des troubles de la mémoire (diversement qualifiés). Lorsque ce patient (B.G.) est adressé aux auteurs de l’article en 1994, il n’a aucune autonomie et dépend entièrement de ses parents, chez lesquels il vit. Sa mère le décrit comme indifférent à tout ce qui l’entoure. Il ne manifeste aucun désir particulier, aucune volonté, aucune émotion. Il apparaît également très influençable et particulièrement lent. Précisons aussi que ce patient est « anosocritique » : il ne souffre absolument pas de son trouble. Il fait preuve vis-à-vis de ce dernier de la même indifférence, de la même attitude détachée, que vis-à-vis de tout le reste.

24Les auteurs ont soumis le patient au « test des six éléments » inventé par Shallice et Burgess (1991) pour évaluer la « lenteur » et le degré d’« indifférence » de ce type de patients. Le test comporte une série de trois tâches à effectuer, divisées chacune en deux sous-tâches :

251.raconter l’itinéraire

26(a) pris pour venir à la consultation,

27(b) pris pour rentrer de la consultation,

282. écrire le maximum de noms d’images possible

29(a) prises dans une pile de droite,

30(b) prises dans une pile de gauche,

313. résoudre autant de problèmes de calcul que possibles

32(a) pris dans l’ordre d’une première série,

33(b) pris dans l’ordre d’une deuxième série.

34Le temps accordé pour effectuer l’ensemble de ces tâches est de 15 minutes. Ce temps imposé est délibérément trop réduit pour effectuer l’ensemble des tâches. En outre, la consigne est encore compliquée par l’injonction suivante : une sous-tâche b) ne doit jamais être effectuée après la sous-tâche a) de même type. Autrement dit, si le test se présente logiquement et techniquement sous la forme 3 x 2 sous-tâches, il doit être programmé et exécuté selon le schéma 2 x 3 sous-tâches. Il y a contradiction entre l’exposé logique des consignes et l’ordre d’importance selon lequel le patient doit les exécuter. Enfin le test donne lieu à une notation : dans les exercices deux et trois, des points sont accordés pour chaque réponse correcte, mais les réponses données en début d’exercice valent plus de points que les réponses données en fin d’exercice, alors que les erreurs et omissions sont pénalisées.

35Par l’augmentation des pressions extérieures (temps imparti extrêmement limité, nombre de tâches considérable à remplir, système de notation) et par la façon contradictoire dont ces pressions sont présentées, le test est censé « contraindre le patient à réagir dans des situations et à des pressions auxquelles spontanément et en dehors du test il ne réagit plus » (Duval-Gombert et Le Gac-Prime, 1996, p. 124). Le test vise, autrement dit, à contraindre le patient à un choix : soit faire le plus vite possible en fonction du temps imparti, soit faire le mieux possible en fonction du système de notation qui permet d’abréger l’exercice, car il lui est impossible de faire les deux à la fois. Le dilemme est dans une certaine mesure analogue à celui des ouvriers payés à la tâche dont parlait Weber (1985) qui, confrontés à une diminution de la rémunération par pièce, peuvent soit augmenter leurs cadences pour maintenir leur niveau de salaire antérieur, soit privilégier une économie de peine et se résoudre à un salaire inférieur - à ceci près que les ouvriers se trouvent socialement en situation, face à un enjeu souvent vital pour eux et leurs familles, alors que la situation de test est proche de la situation de skholè, sur laquelle insiste Bourdieu (1997). Mais à ceci près surtout que les ouvriers en question sont normalement capables de se laisser « stresser » par la situation et d’opter, en conséquence pour une augmentation des cadences, alors que le patient s’avère, lui, totalement incapable de se laisser stresser par quelque situation que ce soit. B.G. a mis plus d’une heure à effectuer l’ensemble du test et à aucun moment ne s’est trouvé confronté au dilemme auquel le test était pourtant censé le contraindre.

36Bref, le test n’a pas « fonctionné » : le patient ne s’est pas laissé « stresser » ni par le temps, ni par le système de notation ; il n’a pas émis la moindre critique ou la moindre protestation mettant en relation la brièveté du temps imparti et le nombre démesuré de tâches à accomplir. Quels que soient les tests imaginés pour tenter de le « stresser » (les examinatrices ont construit un nouveau test, avec métronome et horloge parlante, indiquant l’heure à intervalles différents et censé contraindre le patient à privilégier le temps au détriment de l’occupation), le comportement du patient reste le même : même absence de « tension », même « lenteur » dans l’accomplissement des tâches imparties. « On a beau pousser le patient à agir, la régulation ne se met pas en route, le patient ne réagit pas », concluent les examinatrices (Duval-Gombert et Le Gac-Prime, 1996, p. 128).

37Pour rendre compte de l’ensemble des performances de B.G., tant dans la vie quotidienne que lors de la passation des tests, les auteurs concluent à une absence de pulsion (Duval-Gombert et Le Gac-Prime, 1996). C’est cette absence de pulsion qui explique que B.G. ne fasse plus rien de lui même (il n’y a plus rien pour le « mettre en branle »). Il faut l’incitation des autres. C’est elle qui explique aussi que rien ne l’affecte, que son état soit émotionnellement neutre, qu’il ne soit ni triste, ni gai 2. C’est aussi cette absence de pulsion qui le rend incapable de critique. Tout se vaut finalement pour lui parce que, faute d’intérêt, il n’y a pas de valorisation possible d’une idée plutôt que d’une autre, d’une solution plutôt que d’une autre. C’est enfin cette absence de pulsion qui explique qu’il soit devenu extrêmement influençable : faute d’intérêt lui permettant d’éprouver une préférence, il n’est pas critique vis-à-vis des suggestions qui peuvent lui être faites à l’occasion du test ou à toute autre occasion. Du fait de cette absence de critique, le dernier qui parle a pour lui toujours raison.

38Que nous apprennent ces deux cas ? Les deux patients sont atteints d’une lésion du lobe frontal. Pourtant, la modification du comportement consécutive à la lésion n’est pas la même dans chacun des cas3. Phinéas Gage est devenu impulsif. Le trait dominant de son comportement est bien l’impulsivité. Tout se passe comme s’il était devenu le jouet de ses pulsions. Il ne châtie plus son langage, passe d’une activité à l’autre au gré de ses envies, etc. Il y a bien de l’intention en lui, mais cette intention n’est plus soumise à un contrôle. Elle s’exprime en quelque sorte à l’état brut, déclenchant toutes sortes d’actions.

39Inversement, B.G. ne fait plus rien de lui même. Plus aucune intention ne le met en branle. Ce sont les autres qui lui tiennent lieu de moteur. Il n’est pas pour autant inhibé (ce n’est pas qu’il n’ose pas). Il est bel et bien indifférent, émotionnellement et pulsionnellement neutre.

40Ces deux tableaux cliniques contrastés nous permettent déjà de mieux cerner ce que suppose l’intention, à l’origine de l’action. Il faut une pulsion (au sens étymologique du terme), soit quelque chose qui pousse, qui motive, qui met en branle. Sans la pulsion, pas d’intérêt. Tout devient indifférent. Et B.G. patient « sans intérêt » serait un patient sans pulsion. Mais il faut aussi une capacité à contrôler ces pulsions, à faire un tri, une sélection entre elles. Capables de pulsion, les patients du type de Phinéas Gage auraient perdu cette capacité de contrôle. Contrairement à B.G., ils sont capables de se mettre en branle d’eux-mêmes. Ils n’ont pas besoin que l’(im)pulsion leur vienne de l’extérieur. Ils agissent bien par eux-mêmes, mais de façon anarchique, comme si chaque pulsion devenait la bonne.

41Un troisième tableau vient compléter le propos. Il est tentant de dire que les patients de type Phinéas Gage sont désinhibés. Mais sur ce point, Phinéas Gage ne contraste pas avec B.G. Car B.G. n’est pas particulièrement inhibé (faute de pulsion, il n’y a rien à inhiber chez lui). Sur la question de l’inhibition, Phinéas Gage ne contraste pas avec B.G., mais avec les individus normaux, et plus encore, avec les névrosés. Ces derniers souffrent en effet d’un excès de refoulement se traduisant par une inhibition. Pour reprendre une image utilisée par Jean Gagnepain, tout se passe comme si des patients comme Phinéas Gage avaient « cassé leur frein » alors que les névrosés, eux, ont « bloqué leur frein » 4 .

B.G.

absence de pulsion (aboulie)

Phinéas Gage

absence de régulation des pulsions

névrosés

excès de refoulement

Tab. 1: Les différents troubles de la norme

42Bref, nous arrivons au schéma suivant : l’intention et l’action supposent un intérêt, une pulsion (une boulie), mais aussi une capacité à réguler cet intérêt ou cette pulsion, capacité qui s’abolit dans des troubles comme celui de Phinéas Gage et qui s’exacerbe en inhibition dans les névroses, par excès de refoulement (cela est conforté par le fait qu’une lésion artificielle est capable de lever certaines inhibitions 5).

43Ce schéma n’est pas sans intérêt pour la sociologie. Il nous permet de mieux comprendre ce qu’est l’intention, qui motive l’action. Relativement aux théories du contrôle social, il montre que le contrôle n’est pas seulement extérieur. L’efficacité du contrôle social (par les autres) suppose chez le sujet une capacité d’auto-contrôle qui fait de lui en quelque sorte un complice des censeurs. Faute de capacité d’auto-contrôle, les patients cérébrolésés du type de Phinéas Gage sont peu sensibles au contrôle social (les remontrances les plus sévères ne sont d’aucune utilité pour ramener Gage « à la raison »), mais du coup, et ce n’est paradoxal qu’en apparence, ils doivent s’en remettre aux autres pour les arrêter (sur le mode « arrêtez-moi où je fais un malheur »).

44Nous avons parlé jusqu’ici des conditions pour que se forme une intention. Mais nous n’avons finalement rien dit de ce qui fait de cette intention (et de l’action qui en résulte) une intention et une action sociale. C’est là, à notre sens, une autre question. Bien sûr, on pourra évoquer la socialisation et les influences culturelles. Mais encore faut-il que le sujet soit socialisable. Car les théories de la socialisation font implicitement le postulat du caractère socialisable des individus. En cela, elles ont sans doute raison dans la mesure où cela correspond aux observations empiriques. Pourtant, ni un constat, ni un postulat, ne valent une explication : ne faudrait-il pas aussi se donner les moyens d’identifier et d’expliquer ce qui conditionne la « socialisabilité » ? Et la socialisation ne fait pas tout. La sociologie de l’action, à commencer par celle de Raymond Boudon, insiste à juste titre sur l’autonomie des acteurs. Si la socialisation crée une certaine conformité, cette conformité n’est pas synonyme de conformisme. Les acteurs disposent toujours d’une marge d’autonomie. La vie sociale est faite de conformité mais aussi de singularité, elle est faite de convergence mais aussi de divergence (on retrouve ici la dialectique de la pont et de la porte de Georg Simmel, ou celle du « moi » et du « je » de George Herbert Mead). Tout se passe comme si ego se trouvait en équilibre entre deux pôles en relation dynamique (et dialectique) l’un avec l’autre.

45Jean Gagnepain, dans sa théorie de la personne, reprend cette vision en disant que l’homme passe son temps à sauter par dessus les fossés qu’il a lui-même creusés. Passant son temps à se distinguer, à créer de la différence, l’être humain doit en permanence dépasser cette distinction, cette différence, pour entrer en communication et coopérer. On retrouve ici la question centrale de la sociologie des organisations (ou plutôt de l’action organisée) : comment de la coopération est-elle possible ? Et la sociologie de l’action organisée montre bien que la coopération est toujours à (re)construire dans le dépassement d’une divergence d’intérêts et d’une non-coopération qui se reconstruit elle aussi en permanence. Bref, la dialectique de la divergence et de la convergence, de la séparation et de la coopération, cette dialectique que Jean Gagnepain appelle ethnico-politique, est au cœur tant de la vie sociale que de son analyse sociologique. Ce n’est plus tant la question de l’intention et de l’action en tant que telles qui est posée ici, mais bien celle de la divergence et de la convergence de ces intentions et de ces actions. Qu’il y ait chez l’homme de l’intention et de l’action est une chose. Que les intentions et les actions des uns et des autres convergent ou divergent en est une autre. Et c’est seulement cette deuxième question qui, selon nous et selon la théorie de la médiation, s’attache au fait que l’action est sociale. La question de l’intention et de ce qui l’autorise à se traduire en action relève selon nous d’une axiologie. La question de la divergence et de la convergence des actions relève par contre en propre de la sociologie.

46Mais de même qu’il ne suffit pas de constater qu’il y a de l’action et de l’intention chez l’homme (il faut encore s’interroger sur ce qui fait de l’homme un être capable d’action et d’intention, et d’une action et d’une intention régulées par une capacité de refoulement), il ne suffit pas de constater que la dialectique ethnico-politique est au cœur de la vie sociale. Il faut aussi s’interroger sur ce qui fonde cette dialectique. Sur ce point comme sur le premier, la théorie de la médiation va tirer parti de la clinique. Car cette dernière nous donne à voir des cas où la dialectique semble cesser de jouer, précipitant le sujet vers l’un ou l’autre des deux pôles. Ainsi, une hypertrophie de la divergence serait en cause dans la schizophrénie, alors que la paranoïa, au contraire, nous montrerait un excès de convergence lié à une incapacité à formaliser la divergence (Gagnepain, 1991, 1995).

47C’est que la théorie de la médiation fait l’hypothèse qu’il existe en l’homme une capacité particulière à structurer ou formaliser ses rapports aux autres qui rend compte justement de la dialectique ethnico-politique, moteur de la vie sociale. Or si une telle capacité existe, elle doit bien avoir des pannes.

48A titre d’hypothèse, Jean Gagnepain soutient que deux positions pathologiques sont envisageables : soit un défaut d’altérité (fusion), soit un excès d’altérité (autolyse). Alors que la paranoïa semble réaliser le défaut d’altérité, la schizophrénie en réaliserait l’excès. Cette opposition a été retravaillée dans plusieurs articles par Hubert Guyard (2004, 2006). Si le paranoïaque met en œuvre des scénarios d’ingérence, c’est pour « ruiner rageusement toute indépendance et instaurer une sorte d’hégémonie totalitaire. Il s’agit alors de soumettre totalement autrui ou, inversement, de s’y soumettre. À l’opposé, le schizophrène n’est implicitement contraint de déclencher des scénarios d’ingérence que pour instaurer, malgré lui, un schisme ou une séparation, que pour rendre incontournable une indépendance » (Guyard, 2006). « En somme, les deux psychoses figent ce qui, chez l’homme sain, fonctionne dialectiquement ; le scénario d’annexion ou de dépendance s’impose chez le paranoïaque tandis que le scénario de dissociation – ou plus exactement d’autonomie ou d’indépendance – s’impose chez le schizophrène » (Guyard, 2006, p. 601).

49A la suite de Georg Simmel, le modèle fait l’hypothèse d’une « forme » sociale, reposant non plus sur l’antagonisme du singulier et du collectif, mais sur la dialectique d’un processus de singularisation et d’universalisation. Il rejoint ainsi une intuition de George Herbert Mead dont la dialectique du je et du moi préfigure cette dialectique de divergence et de convergence. On peut dire en effet que le schizophrène fige ou réifie la tendance à la divergence et à la singularité, tandis que le paranoïaque ne posant pas lui-même de frontières de compétences ne pourrait réaliser autre chose qu’une convergence pathologique. Faute de pouvoir limiter lui-même l’exercice du pouvoir, il ne peut que pousser son entourage à lui en rappeler les frontières. Toute délégation, faute d’être comprise comme telle, se transforme en prise de pouvoir abusive. Le schizophrène s’autonomise en permanence. Il se voit contraint de se donner un domaine de compétence ou de spécialité complètement à part que personne ne peut lui contester. Quand ce domaine semble coïncider avec le rôle qui lui est attribué et reconnu par les autres (le rôle de roi, par exemple, dans le cas de Louis II de Bavière), il fait voir le côté « formel » du rôle (Clavreul, 1987 ; Oberdorfer, 1983). A l’inverse, le paranoïaque ne peut plus découper lui-même un domaine de compétence ou de spécialité. Plus rien ne lui dit où commencent et où se terminent ses responsabilités. Il a donc tendance, soit à vouloir tout contrôler, soit à se démettre de tout. Dans les deux cas, c’est la clôture ou la définition de domaines de compétence que ces psychoses interrogent. Là où le schizophrène hypertrophie la tendance à la séparation, à la division sociale, à la singularité, le paranoïaque a perdu le principe de cette séparation, de cette division sociale et de cette singularité. Tandis que le schizoprène s’enferme dans « un rôle sans partage », le paranoïaque efface les rôles qui permettent de déterminer entre parties les devoirs respectifs. « Les parties en présence n’en sont dès lors pas vraiment : elles empiètent l’une sur l’autre, qu’on mette l’autre sous sa dépendance ou qu’on se mette sous la sienne. [...] Pour le paranoïaque, qu’il soit maître ou esclave, le pouvoir sur autrui est sans limites. Et il ne cesse de chercher ou de trouver dans la situation, chez les autres comme chez lui, l’attestation qu’il en est ou qu’ils en sont les seuls détenteurs» (Brackelaire, 1995).

50En insistant sur la « formalisation » du social par la personne, il se trouve que la théorie de la médiation de Jean Gagnepain s’oppose très nettement à la volonté d’applatissement du social qui est celle de Bruno Latour. Ce dernier, en effet, en vient à récuser toute dialectique et même toute « forme » sociale qui distinguerait l’homme du babouin (Latour, 1994, 2006) 6. La théorie de la médiation, au contraire, pose l’existence d’une formalisation implicite par l’homme de ses appartenances comme de ses compétences. La formalisation de la compétence rend compte de la construction et de l’appropriation des domaines de spécialité, phénomène social général de division des compétences, dont Crozier observait une manifestation dans le cas de la manufacture (Crozier, 1963). La schizophrénie montrerait le fonctionnement hypertrophié de cette spécialisation. Alors que les frontières de compétence se négocient dans la vie normale, elle ne sont plus négociables pour le schizophrène. La schizophrénie constitue le passage à la limite de la capacité humaine, éminement sociale, de conquérir un domaine ou une part de compétence. La paranoïa par contre montrerait une incapacité à formaliser soi-même son domaine de compétence.

51Ce modèle permet de retravailler le postulat d’autonomie de l’humain. L’individualisme méthodologique a raison de postuler un acteur autonome. Mais la clinique nous oblige à prendre ce postulat lui-même pour objet. Il s’agit autrement dit de comprendre ce qui fonde cette autonomie. Cela permet de donner une nouvelle résonnance à l’idée simmelienne d’une sociologie formelle. La clinique permet en effet d’identifier les processus qui font de l’homme un être qui formalise (structure) implicitement, en permanence, ses relations à autrui.

52Cette référence à une structure ne nous ramène pas pour autant à la version du structuralisme que critique à juste titre Raymond Boudon dans son Dictionnaire critique de la sociologie (article structuralisme). La théorie de la médiation ne réifie en aucun cas la structure. Elle ne fait pas de cette dernière une « force sociale » qui déterminerait le comportement des acteurs à leur insu. Elle ne fait pas des phénomènes sociaux la manifestation de « structures » et des individus des « supports de structure » (Boudon et Bourricaud, 2004, p. 582). Elle parle moins de structure que de structuration, au sens où elle s’intéresse au processus de structuration implicite des rapports sociaux par les acteurs, processus, que la clinique, qui l’amplifie ou l’abolit, permet de mettre en évidence. Elle permet ainsi de sortir de l’aporie de la sociologie de Bourdieu qui définissait l’habitus comme structure structurée et structure structurante, renvoyant à une sorte de régression à l’infini de structure en structure, sans jamais se donner les moyens d’expliquer d’où venait le fait qu’il y ait structure au sens d’un système de rapports (Le Bot, 2000) 7.

53Au terme de cette invitation au débat, nous pouvons revenir sur les deux types d’explication, causaliste et finaliste, distingués par Raymond Boudon. L’explication causaliste s’applique dans un cas que n’envisage pas Raymond Boudon : non pas pour expliquer telle ou telle action sociale (pourquoi telle personne a agit de telle ou telle manière à tel ou tel moment, dans telle ou telle circonstance), mais expliquer ce qui rend possible l’action sociale par la mise à jour des raisons qui informent ou structurent cette action sociale. Il ne s’agit pas de revenir au structuralisme des structures, mais à la capacité implicite (« inconsciente ») de formalisation ou de structuration des intentions comme des relations aux autres. Ainsi, les deux cas choisis par Boudon pour illustrer chacun des deux types d’explication, celui du piéton qui regarde à gauche et à droite avant de traverser et celui du patient cérébrolésé décrit par Antonio Damasio, ne sont pas sans lien. Le cas de Damasio nous montre certes un lien de causalité entre une lésion cérébrale et un changement de comportement, mais il fait aussi partie des cas qui permettent de montrer l’autonomie de la norme par rapport à la personne et donc de fonder la théorie axiologique. Il contribue à construire une théorie de l’intention et de sa légitimation qui rend compte du fait que le piéton peut non seulement avoir l’intention de traverser, mais qu’il est également capable de réguler son intention en prenant toutes les précautions nécessaires avant de passer à l’action. Ce n’est d’ailleurs pas tant la genèse du trouble qui est ici en jeu (dans le cas de Phinéas Gage, la lésion est due à un accident de travail avec projection d’une barre à mine ; mais des lésions des mêmes régions cérébrales peuvent avoir une autre genèse) que le fait que la relation entre la lésion et le changement de comportement nous dessine comme en creux la faculté de régulation des intentions qui fonctionne chez l’individu normal (non cérébrolésé).

54S’agit-il de sociologie ? Plus précisemment, peut-on encore parler de sociologie alors que le chercheur « médiationniste » tire parti de l’observation clinique, neurologique (clinique des lésions cérébrales) ou psychiatrique, au moins autant, sinon plus que des enquêtes de terrain, qualitatives ou quantitatives ? Il me semble en tous cas que la sociologie ne peut pas se désintéresser de l’étude de ce qui rend l’action sociale possible (sachant que les raisons implicites qui conditionnent la capacité d’action sociale sont diverses et plurielles, comme le montrent la diversité et la pluralité des troubles qui l’affectent). Si la sociologie n’a aucune raison de cesser de s’intéresser à ce que font les acteurs sociaux, elle me semble avoir tout à gagner à s’intéresser également à ce qui les fait acteurs sociaux. Il y a là, disons, au minimum, un chapitre de la sociologie, mais dont le développement devrait avoir des effets sur l’ensemble de la discipline.

55On peut certes refuser qu’il s’agisse là de sociologie en considérant que ce qu’est la sociologie est désormais établi. Dans cette optique, les frontières théoriques et méthodologiques de la discipline étant considérées comme arrêtées, les sociologues n’ont plus qu’à augmenter le stock de connaissances en menant des investigations sur les nouveaux terrains et les nouvelles questions sociétales que l’histoire, qui, bien évidemment, ne s’arrête pas, ne cesse de leur fournir. Bref, dans cette perspective la sociologie peut (et doit) certes s’intéresser à toutes les mutations sociétales, mais ce qu’est la sociologie est connu (on en connaît les méthodes et les grands cadres théoriques). Ce serait, pensons nous, figer la discipline en lui interdisant d’emblée tout un champ d’investigation scientifique, passionnant et extrêmement éclairant.

Haut de page

Bibliographie

Raymond Boudon et François Bourricaud (2004) - Dictionnaire critique de la sociologie, Paris, Presses universitaires de France, Quadrige.

Pierre Bourdieu (1997) - Méditations pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil, Liber.

Jean-Luc Brackelaire (1995) - La personne et la société. Principes et changements de l’identité et de la responsabilité, Bruxelles, De Boeck Université, Raisonnances.

Jean Clavreul (1987) - Le désir et la loi. Approches psychanalytiques, Paris, Denoël, L’Espace analytique.

Michel Crozier (1963) - Le phénomène bureaucratique, Paris, Éditions du Seuil.

Antonio R. Damasio (2001) - L’erreur de Descartes. La raison des émotions, Paris, Odile Jacob.

Jean-Yves Dartiguenave et Jean-François Garnier (2003) - L’homme oublié du travail social. Construire un savoir de référence, Paris, ERES, Pratiques du champ social.

Attie Duval-Gombert et Christine Le Gac-Prime (1994) - « Patient sans intérêt », Tétralogiques, n° 9, p. 203–247.

Attie Duval-Gombert et Christine Le Gac-Prime (1996) - « Découvrir la boulie. Étude clinique », Tétralogiques, n° 10, p. 119–131.

Sigmund Freud (1995) - Nouvelles conférences d’introduction à la psychanalyse, Paris, Gallimard, Folio Essais.

Jean Gagnepain (1990) - Du vouloir dire. Traité d’épistémologie des sciences humaines. Tome 1. Du signe. De l’outil, Bruxelles, De Boeck Université, Raisonnances.

Jean Gagnepain (1991) - Du Vouloir dire. Traité d’épistémologie des sciences humaines. Tome 2. De la personne. De la norme, Bruxelles, De Boeck Université, Raisonnances.

Jean Gagnepain (1993) - Leçons d’introduction à la théorie de la médiation, Louvain-la-Neuve, Peeters - Publications linguistiques de Louvain.

Jean Gagnepain (1995) - Du vouloir dire. Traité d’épistémologie des sciences humaines. Tome 3. Guérir l’homme. Former l’homme. Sauver l’homme, Bruxelles, De Boeck Université, Raisonnances.

Jean Gagnepain (2005) - Raison de plus ou raison de moins. Propos de médecine et de théologie, Paris, Cerf, La nuit surveillée.

Marcel Gauchet (2003) - La condition historique, Paris, Stock, Les essais.

Hubert Guyard (2004) - « Schizophrénie et distribution des compétences : à propos de l’histoire clinique d’un patient », L’information psychiatrique, vol. 80, n° 5, p. 371–378.

Hubert Guyard (2006) - « Mesure et démesure de l’altérité. À propos d’un cas clinique de schizophrénie », L’information psychiatrique, vol. 82, p. 595–604.

Jean-Luc Lamotte (2001) - Introduction à la théorie de la médiation. L’anthropologie de Jean Gagnepain, Bruxelles, De Boeck Université, Raisonnances.

Bruno Latour (1994) - « Une sociologie sans objet ? Remarques sur l’interobjectivité », Sociologie du travail, n° 4, p. 587–607.

Bruno Latour (2006) - Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, Armillaire.

Jean-Michel Le Bot (2000) - « L’habitus entre sujet et personne : "structure structurante" et "structure structurée", "histoire incorporée faite nature" », Tétralogiques, n° 13, p. 57–78.

Jean-Michel Le Bot (2002a) - Au fondement du lien social. Introduction à une sociologie de la personne, Paris, L’Harmattan, Logiques sociales.

Jean-Michel Le Bot (2002b) - Du développement durable au bien public. Essai anthropologique sur l’environnement et l’économie, Paris, L’Harmattan, Logiques sociales.

Claude Lévi-Strauss et Didier Éribon (1998) - De près et de loin, Paris, Odile Jacob.

Christophe Moreau et André Sauvage (2007) - La fête et les jeunes. Espaces publics incertains, Rennes, Apogée.

Aldo Oberdorfer (1983) - Louis II de Bavière. La légende et la vérité. 1845-1886, Paris, Payot, Bibliothèque historique.

Tim Shallice et Paul W. Burgess (1991) - « Deficits in strategy application following frontal lobe damage in man », Brain, n° 114, p. 727–741.

Max Weber (1985) - L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, Agora.

Haut de page

Notes

1 La théorie de la médiation a été développée initialement à Rennes par une équipe réunie autour du linguiste Jean Gagnepain (1923-2006). Pour une présentation générale de cette théorie nous renvoyons à Gagnepain (1990, 1991, 1995, 1993, 2005) ; Brackelaire (1995) ; Lamotte (2001). Une présentation synthétique figure également dans le numéro 140 de la revue Le Débat (mai-août 2006) qui consacre un dossier à cette théorie avec une présentation par Marcel Gauchet. A cela, il faut ajouter des travaux de sociologues qui s’inspirent de la théorie de la médiation (Le Bot, 2002b ; Dartiguenave et Garnier, 2003 ; Moreau et Sauvage, 2007).
2 B.G. n’est absolument pas dépressif. Son « aboulie » n’est pas un symptôme de dépression. Contrairement au déprimé, il ne broie pas de noir, il ne « broie » rien.
3 Il conviendrait d’examiner de façon plus approfondie la localisation et l’étendue de la lésion dans chacun des cas. La différence dans les modifications de comportement consécutives à chacune des deux lésions devrait être corroborée par une différence dans la neuro-anatomie de ces lésions.
4 Nous laissons de côté ici la question de la genèse du trouble. La genèse en effet n’explique pas le trouble. Dans le cas de Phinéas Gage, la genèse c’est l’accident. Mais un trouble similaire peut être la conséquence de l’ablation d’une tumeur dans la même région cérébrale. Et le tableau clinique se rapproche de certains troubles psychopathiques sans lésion décelable. L’important est moins l’origine (la genèse) du trouble que la possibilité d’identifier des tableaux cliniques contrastés et autonomes.
5 A. Damasio décrit le cas d’une femme opérée d’une malformation artérielle cérébrale (AVM). Avant l’opération, la patiente était de caractère lent et hésitant. Elle présentait certaines « phobies » comme la peur de prendre l’avion. Dans les semaines qui ont suivi l’opération, elle ne se reconnaissait plus. Ses proches non plus. Elle, si réservée autrefois, mariée, mère de trois enfants, était devenue « mangeuse d’hommes ». Désormais, elle n’a plus de « phobie » de l’avion. D’ailleurs, plus rien ne l’intimide. L’ablation de la tumeur a eu comme effet secondaire de la « guérir » de ses inhibitions. A supposer évidemment que ce soit « guérir » quelqu’un que de remplacer un excès de refoulement par une absence de refoulement ! (Anne Georget, Le cerveau en émoi, documentaire de 62 minutes, Interscoop, 1998. http://www.interscoop.com/cata/cerve.html). Par ailleurs, le contraste entre les cas de névrose et les cas d’aboulie du genre de B.G. est souligné par les expériences de leucotomie préfrontale. Cette technique chirurgicale a été mise au point en 1936 par le neurologue portugais Egas Moniz dans le but de traiter l’anxiété et l’agitation accompagnant certains troubles psychiatriques comme la schizophrénie et la névrose obsessionnelle. Elle consistait à réaliser de petites lésions dans la matière blanche située dans la profondeur des deux lobes frontaux. Ces lésions chirurgicales abolissaient bien l’anxiété et l’agitation des patients, sans affecter, par exemple, le langage ou la mémoire. Mais elles remplaçaient l’anxiété par un calme profond, une émotivité désormais nulle (Damasio, 2001, p. 91 et sq.)
6 Latour affirme que la seule différence entre les interactions chez les babouins et les interactions humaines réside dans la présence des objets dans le second cas. Mais outre que l’on se demande d’où viennent les objets (qu’est-ce qui fait de l’homme un fabriquant ? ), l’on est en droit d’insister sur le fait que l’homme formalise ses relations à l’autre en posant des frontières d’appartenance comme de compétence dont on attend de trouver l’équivalent chez les babouins !
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Michel Le Bot, « La théorie de la médiation a-t-elle sa place dans une revue de sociologie ? », Socio-logos [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 04 juin 2007, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/436

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Le Bot

Maître de conférences de sociologie - chercheur au LAS/LARES, Université Rennes 2, Jean-Michel Le Bot

Articles du même auteur

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • OpenEdition Journals