Navigation – Plan du site
Recensions

Compte rendu de : Yannick Barthe, Le pouvoir d’indécision. La mise en politique des déchets nucléaires, Ed. Economica, collection « Études politiques », 2006, 239 p

Rémi Barbier

Texte intégral

1Comme le rappelle d’emblée Y. Barthe, cela fait plus d’un demi-siècle que la gestion des déchets nucléaires suscite débats et controverses. Mais jusqu’à l’aube des années quatre-vingt-dix, après avoir pendant un temps provoqué l’émoi de l’opinion et suscité diverses mobilisations, ce problème avait toujours fini par être rapatrié dans le cercle assez confiné des techniciens du nucléaire. Au fil des épreuves, une solution avait cependant été imaginée, puis consolidée, au moins sur le plan des principes : celle de l’enfouissement irréversible de ces déchets, préalablement vitrifiés, en couche géologique profonde. L’histoire bascula avec les prospections effectuées par l’ANDRA pour identifier de possibles sites d’enfouissement. Au lieu de se laisser convaincre par la pertinence de cette solution longuement mûrie, les populations locales la contestèrent de manière virulente. Depuis, le problème s’est installé durablement dans la vie politique. Le parlement en a été saisi une première fois en 1991, avant de se pencher à nouveau sur ce problème en 2006.

2Que s’est-il donc passé ? « Pourquoi, interroge Y. Barthe, à ce moment précis, le problème n’a-t-il pas été capté et repris directement en charge par ceux qui se présentaient jusque là comme ses ‘propriétaires’ légitimes, à savoir les agences nucléaires » (p.11) ? Comment rendre compte de cette soudaine « mise en politique » ? Y a-t-il un lien entre les deux temps de cette histoire, celui d’une gestion essentiellement technique ayant abouti à la progressive irréversibilisation de l’enfouissement, et celui de la reprise en main par le politique, conduisant à sa réversibilisation partielle ? Telles sont les questions centrales qu’aborde cet ouvrage remarquablement bien écrit et documenté.

3Y. Barthe défend la thèse de la continuité entre les deux périodes de cette histoire des déchets nucléaires. Pour le démontrer, il mobilise et revisite une des principales leçons de la sociologie de l’innovation : tout projet technique est une machine à traduire, c’est-à-dire à prendre en compte et à enrôler les entités hétérogènes dont il a besoin ou qui s’imposent à lui. C’est ce que Y. Barthe nomme pour sa part problématisation technique, mécanisme par lequel les porteurs d’un projet répondent en quelque sorte aux objections qu’ils rencontrent en les transformant en autant de défis techniques et scientifiques qu’ils se font fort naturellement de relever. L’enfouissement en couche géologique profonde des déchets nucléaires illustre bien ce type de mécanisme. Par rapport aux autres options, l’enfouissement s’est imposé au fil des épreuves comme celle qui traduisait et articulait le mieux tout un ensemble d’intérêts, de contraintes et d’exigences, comme l’opposition de l’opinion publique à l’immersion des déchets nucléaires, ou encore certains intérêts industriels et de politique énergétique. Une asymétrie s’est progressivement construite entre l’enfouissement, qui surmontait les diverses épreuves, et bénéficiait en retour de nouveaux investissements institutionnels, politiques et cognitifs, et les autres possibilités, qui devenaient par contraste de plus en plus hypothétiques.

4Mais vient un moment où la problématisation technique s’épuise. Comte tenu des entités déjà enrôlées, traduire les exigences d’un nouvel acteur ou intégrer une nouvelle contrainte n’est tout simplement plus possible, sauf à démanteler tout ce qui a été patiemment échafaudé. Tel est précisément ce qui se joue autour de la mobilisation des populations riveraines des sites prospectés par l’ANDRA. A ce stade, du point de vue des acteurs du nucléaire, la problématisation technique n’est tout simplement plus envisageable. « Tout un mode de gestion des conflits » (p.66) ayant alors disparu, il ne reste qu’une seule possibilité : traduire cette ultime épreuve dans les termes d’un problème « d’acceptabilité sociale », c’est-à-dire « en un problème autonome, déconnecté de la ‘réalité objective’ du danger et de toute considération technique » (p.68), mais que certains acteurs vont reconnecter à d’autres problématiques, notamment les peurs irrationnelles du public.

5Ainsi recadré, le projet est mûr pour faire son entrée en politique : ne s’agit-il pas, pour conquérir cette acceptabilité sociale, de convaincre un public rétif, de gagner sa confiance, donc de mobiliser un savoir-faire proprement politique ? Voilà une première forme de « grandeur politique » que les porteurs de projet espéraient bien mobiliser à leur profit : que les politiques prennent leur bâton de pèlerin, et fassent accepter l’inéluctable. Mais la logique et les contraintes propres au travail politique vont subvertir ce bel ordonnancement, et aboutir à une réversibilisation au moins partielle de l’enfouissement. Pour redonner confiance, pour conquérir l’acceptabilité, il faut bien en effet donner quelques gages au public. C’est la très ambivalente « prise d’indécision » de 1991 : il s’agit de « décider qu’il y a encore quelque chose à décider », et donc remettre l’enfouissement en compétition avec d’autres options. A la frontière entre l’affichage symbolique et la volonté de reconquête de leur autonomie décisionnelle, les politiques mettent en œuvre une autre forme de grandeur, celle qui consiste à ne plus « s’en remettre aux experts, mais [à] pouvoir ‘rendre des comptes’ aux ‘représentés’ sans s’abriter derrière le discours de la nécessité technique » (p.132).

6Pour l’écriture de la seconde partie de son ouvrage, Y. Barthe évolue en permanence sur le fil du rasoir : il lui faut en effet résister aussi bien à la facilité critique (« tout cela n’est que poudre aux yeux pour faire passer la pilule de l’enfouissement »), qu’à l’enthousiasme naïf devant des décisions et des procédures qu’on aurait vite fait de parer des beaux atours de la transparence démocratique enfin reconquise face à une puissante technostructure. Et il réussit effectivement à respecter l’ambiguïté qui entoure chaque procédure, à montrer l’ambivalence des effets provoqués par chaque décision qui jalonne l’histoire récente du dossier des déchets nucléaire. On le vérifiera par exemple dans l’analyse très fine des auditions réalisées par le député Ch. Bataille, qui inaugurent cette reprise en main par le politique. D’un côté, l’ouverture et l’égalité formelle de l’ensemble des acteurs auditionnés au cours de cette procédure conduisent à « déhiérarchiser » les problèmes, les acteurs et les formes de légitimité, donc à « effriter le discours d’autorité qui pouvait être celui de l’expertise scientifique ». Mais d’un autre côté, s’érigeant en « détenteur du monopole de la question légitime » (p.111), Ch. Bataille contraint également l’ensemble des acteurs, y compris les collectifs d’opposants, à participer à la recherche de solutions. La reconnaissance de la controverse et l’organisation du « forum hybride des déchets nucléaires » par ces auditions se traduisent donc également par un véritable cadrage des comportements recevables.

7En fin de compte, le temps apparaît comme un acteur central de ce récit. Investi par divers acteurs, il laisse des traces qui, agrégées stratégiquement les unes aux autres, finissent par produire des effets d’irréversibilité. Mais il permet aussi à des identités nouvelles d’émerger, à des programmes de recherche de déstabiliser d’anciennes certitudes, aux zones de flou ayant permis un consensus de libérer leur potentiel de controverses… Dans la même veine, Y. Barthe aurait pu également replonger son récit dans le temps long de l’évolution des « atmosphères de la démocratie », afin d’expliquer pourquoi, dans les années quatre-vingt-dix, une nouvelle forme de « grandeur politique » réussit à s’imposer. Il semble par ailleurs négliger le fait que le temps est une ressource d’action face à laquelle les divers groupes d’acteurs ne sont pas tous équivalents. Dans quelle mesure les institutions du nucléaire, assurées de leur pérennité, disposant, pour reprendre les termes de M. de Certeau, d’un « lieu propre » à partir duquel elles ont la possibilité de développer une stratégie de long terme, ne peuvent-elles pas parier sur l’essoufflement des collectifs d’opposants, qui ne disposent pas d’un tel « lieu » et se trouvent plus ou moins réduits à procéder par des coups tactiques ? Par ce biais, Y. Barthe aurait peut-être pu faire la jonction avec les analyses sur la technocratie du nucléaire, qu’il a écartées un peu trop rapidement de cette biographie d’un « objet hybride » par ailleurs passionnante.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rémi Barbier, « Compte rendu de : Yannick Barthe, Le pouvoir d’indécision. La mise en politique des déchets nucléaires, Ed. Economica, collection « Études politiques », 2006, 239 p », Socio-logos [En ligne], 2 | 2007, mis en ligne le 20 octobre 2007, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/socio-logos/771

Haut de page

Auteur

Rémi Barbier

UMR Cemagref – ENGEES en Gestion des services publics, remi.barbier@engees.u-strasbg.fr

Haut de page
  • Logo Association française de sociologie
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journal
  • OpenEdition Journals