Navigation – Plan du site
Droit de suite

De Tian’anmen à Central : différentes batailles, un même combat

Les protestations à Hong Kong et en Chine
From Tiananmen Square to Occupy Central: different battles, the same struggle
Lun Zhang
p. 265-276

Résumés

Du mouvement de la place Tian’anmen aux protestations de Hong Kong, un immense mouvement sociohistorique se forme dont les protagonistes tentent d’acquérir et de défendre des droits sociaux et politiques en tant que citoyens, sujets de leur propre destin.

Haut de page

Texte intégral

1La protestation qui a surgi à Hong Kong à la fin du mois de septembre 2014 a beaucoup surpris en Occident, mis à part, peut-être, quelques spécialistes. L’image de Hong Kong est toujours liée au monde des affaires ; les hôtes de cet eldorado capitaliste, les Hongkongais, sont des homo economicus par excellence. Quelques films de kung-fu ou à l’eau de rose ajoutent un peu de couleur culturelle à l’image d’une riche cité, ancienne colonie britannique, surnommée la « perle de l’Orient ».

2Pourtant, c’est tout à coup une autre image de Hong Kong qui nous est montrée : celle d’une ville en plein conflit politique où différents acteurs s’affrontent autour d’une question centrale : la démocratisation. Les Hongkongais ne semblent plus satisfaits d’être des acteurs économiques ,ils revendiquent aussi le droit d’être des acteurs politiques, c’est-à-dire des citoyens à part entière. En fait, cette protestation ne constitue pas une action isolée et accidentelle ; elle est la conséquence d’une politisation progressive des Hongkongais ces trois dernières décennies. Elle est plus ou moins « programmée » dans un contexte historique particulier, issu de la confrontation inévitable de deux logiques, de deux philosophies politiques : la démocratie ou l’autoritarisme ; la liberté des citoyens ou le paternalisme des dirigeants.

3De ce point de vue, on pourrait dire que cette action collective à Hong Kong n’est pas fondamentalement différente de celles que nous observons ces dernières années dans différentes parties du monde. Elle s’ajoute également aux très nombreux actes de protestation quotidiens, individuels ou collectifs, dans l’ensemble de la Chine. Mais c’est seulement à travers l’analyse de la spécificité de ces protestations à Hong Kong que nous pourrons mieux saisir les enjeux de ce mouvement et mesurer l’impact qu’il pourrait avoir sur le futur de la Chine et même sur celui de toute l’Asie orientale.

La revendication démocratique : conquérante et défensive

  • 1 Ces comparaisons entre les deux mouvements sont presque omniprésentes dans les reportages et analys (...)

4De nombreuses images en provenance de Hong Kong rappellent le mouvement de la place Tian’anmen il y a un quart de siècle. La comparaison s’est vite imposée. Certains redoutent une fin similaire au mouvement de 1989 à Hong Kong, c’est-à-dire une répression violente du gouvernement1. D’autres se précipitent pour faire une analogie entre cette protestation et les mouvements anticapitalistes qui sont apparus aux quatre coins de la planète, comme l’ont fait David Graeber et Yuk Hui (2014) dans leur article récent sur cet événement.

5Sur la première comparaison, il est vrai, il existe plusieurs points communs entre le mouvement de la place Tian’anmen et celui de Hong Kong, comme l’occupation de lieux hautement symboliques ou encore le rôle des étudiants comme principaux acteurs… Sur le fond, l’objectif est identique : la revendication de la démocratie face au pouvoir communiste de Pékin, même si, à Hong Kong, ce dernier est représenté par l’intermédiaire d’une marionnette locale. Les manifestants de ces deux mouvements revendiquent plus de participation politique et le droit de choisir leurs dirigeants en tant que citoyens.

La démocratie comme moyen de conquérir la liberté

6Mais c’est l’analyse de la différence entre ces deux mouvements qui peut nous permettre de mieux comprendre la genèse de cette protestation hongkongaise et aussi l’état de la Chine post-Tian’anmen. Cette différence réside dans l’orientation de la revendication démocratique qu’on pourrait qualifier d’offensive pour Tian’anmen et de défensive pour Hong Kong.

7Pour les manifestants de la place Tian’anmen, la revendication démocratique était mêlée à d’autres aspirations : la liberté d’expression, le droit d’association, la liberté religieuse, l’indépendance de la justice, la lutte contre la corruption… et même le droit d’entreprendre, bref, toutes les libertés qu’un citoyen moderne devrait posséder. La revendication démocratique était appuyée sur d’autres.

8C’est pour cette raison que l’une des critiques a posteriori envers les acteurs du mouvement, venue des participants eux-mêmes et de certains chercheurs, a porté sur la confusion des revendications ; on a reproché aux acteurs du mouvement de se charger de trop de missions, de manquer de concentration et de précision. Cela a augmenté les difficultés pour mener efficacement les actions collectives et a réduit de fait les chances de réussite du mouvement.

9Cet état de confusion des revendications doit pourtant être compris dans le contexte historique dans lequel le mouvement s’était formé : la période d’après la Révolution culturelle et de la réforme qui ne constituait que la première phase de cette immense transition post-totalitaire. Les Chinois étaient privés de tout et réclamaient tout ; les premières réussites de la réforme grâce aux mesures de libéralisation, au démantèlement partiel de la « cage » maoïste accroissaient la soif de liberté et encourageaient à rêver davantage. Les revendications étaient totales face à un pouvoir encore largement totalitaire.

10C’est là où se cache d’une certaine manière la raison qui a permis au régime de tenir encore après la répression sanglante du mouvement de la place Tian’anmen : le régime abandonna son ambition totalitaire et laissa plus de marge de liberté à la société en échange de la préservation de son pouvoir. Le dynamisme économique et social, parfois chaotique, que la Chine connaît vient de cet abandon, mais aussi d’une confrontation de la société avec un pouvoir politique encore largement immobile.

La démocratie au secours des libertés menacées

11En revanche, la protestation à Hong Kong part d’une autre logique : en demandant la démocratie, le droit de choisir leur dirigeant politique, l’objectif principal des Hongkongais est de préserver leur style de vie, leurs libertés déjà acquises, menacées depuis la rétrocession de Hong Kong en 1997. Autrement dit, il s’agit de conquérir la liberté positive pour garantir la liberté négative, pour reprendre les catégories d'Isaiha Berlin.

12Pour comprendre cette logique défensive de la revendication, il faut nous placer dans le contexte historique de Hong Kong de ces dernières décennies. Cédée aux Anglais après la célèbre guerre de l’Opium en 1842 par le premier traité inégal entre la Chine impériale et l’Occident, l’île de Hong Kong fut le symbole à la fois de la modernité et de l’humiliation nationale aux yeux de beaucoup. Hong Kong joua dès lors, et tout au long de l’histoire contemporaine, un rôle de médiateur entre la Chine et l’Occident et fut le théâtre de nombreux événements marquant l’histoire moderne de la Chine : Sun Yat-sen y prépara sa première tentative de révolution, qui conduisit au renversement de la dynastie des Qing en Chine et à la fondation de la première république en Asie : la république de Chine. Les idées, les courants culturels et les activités économiques modernes eurent en grande partie pour origine Hong Kong, avant de s’étendre dans le sud puis à l’ensemble de la Chine. C’est encore le cas durant les années 1980, lorsque la Chine s’ouvre à nouveau au monde extérieur et se lance dans la réforme. Sans la contribution de Hong Kong, tant sur le plan financier qu’en matière de savoir-faire, de techniques, de connaissances en gestion et réseaux commerciaux… la réussite de la réforme et de l’ouverture de la Chine n’aurait pas été envisageable, surtout pour la première étape, celle des années 1980 et 1990.

13Cette ancienne colonie britannique a connu son âge d’or économique durant la seconde moitié du xxe siècle, d’abord grâce aux deux guerres dans la région, la guerre de Corée au début des années 1950 puis la guerre du Vietnam des années 1960 et 1970. Elle a profité ensuite de la mise en œuvre de la réforme et de l’ouverture de la Chine continentale. Hong Kong prend une place économique centrale en Asie orientale avec le démarrage économique du Japon, grâce à sa position géographique stratégique en tant que port maritime d’excellence, son lien privilégié avec l’Occident, sa main-d’œuvre abondante alimentée par les réfugiés qui fuient le régime communiste. Toutes les conditions favorables étaient ainsi réunies pour la promotion de Hong Kong parmi les quatre Dragons, l’île devenant une star économique mondiale à partir des années 1970. Un système juridique indépendant et des libertés individuelles garanties par l’organisation britannique transplantée localement ont également été des facteurs déterminants dans cette ascension économique fulgurante. Si le régime politique n’est pas démocratique, l’économie est libérale par excellence.

14Pourtant la question de la démocratie n’était pas totalement absente de la vie des Hongkongais. Certains pensent que l’obstacle principal à la démocratisation de Hong Kong durant les années 1950-1960 fut le gouvernement anglais. Au contraire, le dévoilement récent des archives diplomatiques britanniques montre que c’est Pékin qui, dès les années 1950 et à plusieurs reprises, a mis Londres en garde : toucher au système politique de la colonie pourrait entraîner la reprise de Hong Kong par la force ; Pékin pensait en effet que toute réforme politique ferait croître la tendance centrifuge de Hong Kong par rapport à la Chine2. À l’époque, sous la pression de la vague de décolonisation des années 1950-1960, le gouvernement britannique s’apprêtait à élargir la participation politique des Hongkongais ; cependant, en réponse à ce message hostile de Pékin, Londres maintint de bon gré le statu quo durant plusieurs décennies.

  • 3 Ce qu’on appelle actuellement Hong Kong est en fait composé de trois parties territoriales : l’île (...)

15La question de la réforme politique et les revendications démocratiques à Hong Kong montent tout à coup d’un cran au début des années 1980 au moment où les négociations entre Pékin et Londres sur la rétrocession entrent dans leur phase décisive3. Selon la théorie « un pays, deux systèmes » et en vue de diminuer la peur des Hongkongais et les doutes occidentaux, la Déclaration conjointe sino-britannique de 1984 annonce finalement que Pékin s’engage à garantir les libertés existantes à Hong Kong pendant cinquante ans et accorde aux Hongkongais une démocratisation progressive avec comme étape finale l’élection au suffrage universel des pouvoirs législatif et exécutif. Le gouvernement anglais accélère aussi la réforme politique, mettant en place des élections législatives partielles, en vue de laisser un bon héritage aux Hongkongais et de maintenir son influence.

16Un tournant décisif s’opère quand, en 1989, les Hongkongais prennent davantage conscience de la nature du régime de Pékin à travers les images en direct de la répression qui se déroule sur la place Tian’anmen. Cela augmente considérablement la méfiance des Hongkongais vis-à-vis du gouvernement central et leur inquiétude sur l’avenir. Un réveil de conscience politique se fait ; il n’a cessé de se renforcer durant ce dernier quart de siècle. Chaque année, le 4 juin, un grand rassemblement populaire se tient en commémoration du jour de répression de 1989 sur la place Tian’anmen. Cette manifestation regroupe souvent plusieurs centaines de milliers de personnes en soutien au mouvement démocratique en Chine.

17C’est aussi pour cette raison qu’après la rétrocession de Hong Kong en 1997, le gouvernement central a pris des mesures pour éviter que Hong Kong ne devienne un foyer de démocratisation pour la Chine. Il contrôle petit à petit la presse à travers les milliardaires pro-Pékin et tente de mettre en application l’article 23 de la Loi fondamentale (la mini Constitution de Hong Kong) concernant la sécurité nationale. Cet article fut établi dans la foulée de Tian’anmen et visait à interdire toutes les « activités subversives » pour la sécurité nationale sur le territoire de Hong Kong, réduisant de ce fait les libertés des citoyens de l’île. En 2003, la tentative de mise en application de cet article provoqua une immense manifestation avec plus d’un demi-million de participants pour une ville de sept millions d’habitants. Le projet fut alors suspendu mais cet événement marque une étape importante des relations entre Hong Kong et le gouvernement central. Celui-ci vise désormais à contrôler davantage Hong Kong, et en retour, la revendication démocratique à Hong Kong s’amplifie devant l’effritement de l’ancien statut.

Occupy Central : un acte de désespoir pour un espoir

18C’est dans ce contexte qu’est né le mouvement Occupy Central qui réclame une véritable élection libre du chef exécutif de la « région administrative spéciale » de Hong Kong. Selon la Loi fondamentale, à partir de 2007, les résidents permanents de Hong Kong devaient commencer à élire leur chef exécutif. Mais le gouvernement central a trouvé des prétextes pour réinterpréter l’article relatif à l’élection et a repoussé l’échéance électorale jusqu’en 2017. La frustration et le mécontentement ont alors commencé à radicaliser l’opinion publique.

19En 2010, les discussions et la consultation sur la façon d’organiser l’élection de 2017 entrent dans une nouvelle phase. Un juriste, professeur de droit à l’université de Hong Kong, Benny Tai, inspiré par les manifestations des « chemises rouges » à Bangkok, publie un article dans lequel il imagine un mouvement d’occupation du quartier de Central, le cœur de cette ville, troisième centre financier du monde. La stratégie consiste à paralyser les activités de Hong Kong pour accroître la marge de négociation avec le gouvernement central sur l’élection de 2017 (Zhang, 2014b). D’octobre 2011 à août 2012, l’acte d’occupation de ce quartier par les anticapitalistes et altermondialistes, un mouvement très marginal à Hong Kong, a servi de prélude à l’occupation actuelle dont la connotation est largement différente de la première.

20Ce même auteur a complété son initiative par d’autres articles en janvier 2013 dans lesquels il prône l’idée de gongmin kangming « désobéissance civile » pour résister à la façon d’organiser l’élection de 2017 qui est imposée par le gouvernement central. Cette fois, ces articles ont eu un retentissement considérable à Hong Kong. Au mois de mars, Benny Tai lui-même, Chan Kin-man, un autre universitaire, sociologue, disciple de Juan José Linz, et Chu Yiu-ming, pasteur et militant démocrate célèbre, forment la direction du mouvement « Occuper Central par l’amour et par la paix » et le lancent officiellement. Pendant plus d’un an et demi, les réunions de préparation se succèdent, des discussions publiques sur les stratégies et les techniques d’organisation ont lieu, la non-violence est acceptée comme principe du mouvement. Ce dernier a progressivement pris une ampleur considérable. Entre les 21 et 23 juin 2014, un référendum non officiel a été organisé par le mouvement à propos des manières d’organiser l’élection, plus de sept cent mille personnes ont participé au vote et approuvé massivement le libre choix des candidats à l’élection du chef exécutif par les citoyens sans passer par un comité de sélection.

21Dans le même temps, d’autres organisations sociales, dont l’Alliance des étudiants de Hong Kong, s’impatientent en attendant la mise en action du mouvement prévue après l’annonce officielle de Pékin à propos de l’élection de 2017. Le 1er juillet, l’Alliance des étudiants organise une première courte occupation. Mais très clairement personne ne souhaite que l’occupation devienne réalité.

22Le 31 août, la Commission permanente de l’Assemblée nationale populaire (ANP) publie sa décision finale : les citoyens de Hong Kong n’auront le droit de choisir leur futur chef exécutif que parmi deux ou trois candidats, désignés par un collège de mille deux cents grands électeurs qui sont, de fait, d’après les expériences du passé, manipulés par le gouvernement de Pékin. Ces candidats devront répondre aux critères politiques de « Ai guo, Ai gang » (aimer la Chine et Hong Kong) : des critères arbitraires définis par Pékin. Face à ce durcissement, le mouvement se met inévitablement en marche.

La subjectivation et la démocratie : Hong Kong et la Chine

23Au moment où nous rédigeons cet article, nous ne pouvons faire aucune prévision exacte sur l’issue du mouvement mais l’incompatibilité des deux logiques que nous mentionnions plus haut et le déséquilibre des forces ont pour conséquence l’incapacité présente du mouvement à faire reculer le gouvernement. Pour comprendre ce déséquilibre des forces, sans parler d’autres facteurs, il faut souligner que depuis quelques années, l’économie de Hong Kong pèse de moins en moins dans l’ensemble de l’économie chinoise et dépend de plus en plus de cette dernière. Avec l’émergence économique de la Chine et l’importance croissante de Shanghai dans la région, Hong Kong se trouve obligé de redéfinir son rôle économique et de résoudre certains problèmes structurels.

  • 4 Sur cette grève, on peut trouver les informations rassemblées sur Wikipédia « 2013 Hong Kong dock s (...)

24Même si nous ne partageons pas l’interprétation de David Graeber et de Yuk Hui qui font du mouvement un événement fortement antilibéral, nous acceptons l’idée que les effets négatifs du libéralisme économique ont partiellement préparé la psychologie collective du mouvement et contribué en partie à sa formation. Les inégalités sociales atteignent un niveau inacceptable. Quelques milliardaires contrôlent une grande partie de l’économie, surtout le marché immobilier de Hong Kong, et se sont associés étroitement avec le gouvernement de Pékin pour en tirer des bénéfices exorbitants. Le mécontentement s’accumule et s’est traduit ces dernières années par plusieurs grèves importantes, comme celle des dockers de Hutchison Whampoa, appartenant au groupe du milliardaire Li Ka-shing, au printemps 2013, la grève la plus longue depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale4.

25Mais c’est dans l’affirmation subjective des acteurs du mouvement en tant qu’individus et en tant que collectif que nous pouvons le mieux saisir le sens de ce mouvement. Depuis un certain temps, une affirmation de l’identité hongkongaise prend de plus en plus d’ampleur sous des formes différentes dans la résistance des Hongkongais aux pressions de Pékin. « Prenons en main notre propre destin » est une conviction largement partagée par ces acteurs, membres d’une classe moyenne qui a bien réussi et les étudiants, souvent les meilleurs, dont l’avenir est plutôt garanti et prometteur. Les étudiants et les lycéens, force vitale du mouvement, affirment sans hésitation leur identité subjective et acceptent de moins en moins les compromis avec Pékin. Ils sont prêts à se sacrifier pour défendre leur liberté de vivre selon leur gré. La démocratie est une condition nécessaire pour leur garantir cette liberté précieuse. De ce point de vue, même si le gouvernement central peut croire à sa victoire, à long terme, il sera inévitablement perdant : il va perdre l’avenir incarné par ces jeunes.

26Nous pouvons faire une comparaison entre la protestation à Hong Kong et celles, innombrables, qui ont lieu chaque jour en Chine continentale. Des revendications de justice sociale, d’impartialité de la justice, de protection des biens personnels, de défense de l’environnement à la réclamation des droits politiques, culturels et identitaires… D’immenses actions de protestation, collectives et individuelles, apparaissent chaque année dans les villes comme à la campagne, des régions côtières à l’arrière-pays. Les autorités chinoises ne publient plus depuis quelques années le chiffre officiel concernant tous ces événements collectifs (qunti shijian), selon la terminologie officielle, mais l’ordre de grandeur mentionné auparavant était d’une centaine de milliers par an. Ces protestations prennent des formes diverses : les plus courantes sont la manifestation pacifique, la grève et la pétition. Elles se transforment parfois en des actes de désespérance comme des immolations, de violents affrontements entre manifestants ou grévistes et forces de l’ordre, entre les mafieux employés par les cadres du parti et les citadins ou les paysans qui défendent leurs biens confisqués. La demande de reconnaissance des droits identitaires des minorités se heurte souvent à un refus des autorités et se transforme parfois en actes terroristes aveugles et inhumains.

27Les auteurs de ces actions sont des citadins, des paysans, des ouvriers, des commerçants, des retraités, d’anciens militaires, des artistes, des fonctionnaires, des femmes, des homosexuels… tous milieux confondus. Les contextes dans lesquels se déroulent les revendications sont aussi très variables. Mais un trait commun peut être dégagé : la revendication et la défense des droits en tant que citoyens sont omniprésentes, bien que sous des formes différentes. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si durant cette dernière décennie, un terme est né dans le langage courant et intellectuel, qui désigne l’ensemble de ces actions : weiquan yundong (mouvement de défense des droits civiques). C’est au nom du respect des droits, prévus dans la Constitution et dans les lois mais très souvent non respectés, voire violés, par les autorités, que les citoyens se lancent dans la lutte. En vue de réduire le déficit de légitimité accumulé malgré la croissance économique et pour améliorer la gouvernance, les autorités prônent une politique qui vise à mettre en œuvre un État de droit. Pourtant, dans la réalité, cette politique reste largement lettre morte sans application concrète. Les lois sont-elles des instruments raffinés au service de la domination du Parti ou bien des garanties institutionnelles des droits des citoyens ? C’est la question fondamentale et l’enjeu central de toutes ces luttes.

28Précisément pour cette raison, il ne s’agit pas d’une abstraction arbitraire ni d’une erreur que de mettre la protestation à Hong Kong et celles de Chine continentale sur un même plan d’analyse. Ce sont des faits sociologiques et politiques qui ont une logique comparable et un même adversaire. La lutte à Hong Kong se fait essentiellement autour de la question de l’interprétation de l’article de la Loi fondamentale sur la manière d’élire le chef exécutif, autrement dit, les citoyens ont-ils le droit de choisir leur chef exécutif ? De Hong Kong à la Chine continentale, la lutte pour les droits des citoyens est au cœur de cet immense mouvement socio-historique qui décide de l’orientation de la Chine et, d’une certaine manière, de l’évolution de l’Asie orientale. Par exemple, la mise en place d’« un pays, deux systèmes » à Hong Kong a eu pour fonction d’attirer l’opinion favorable des Taïwanais quant à une unification avec le continent. La protestation à Hong Kong a de fait annoncé la faillite de ce modèle. Cela ne peut qu’encourager la tendance séparatiste de Taïwan. Dès lors, quelle sera la nouvelle politique de Pékin envers Taïwan pour stopper cette tendance et réaliser l’unification qu’il ambitionne toujours ?

29La répression menée ces dernières années par les autorités chinoises à l’encontre du mouvement de défense des droits civiques a affaibli ce mouvement en Chine ; il a perdu la vitalité qu’on observait les années précédentes. En parallèle, un discours sur la nécessité de briser le cadre existant par le biais d’une nouvelle révolution apparaît et gagne du terrain parmi certains intellectuels et dans l’opinion publique. La différenciation sociale qui fait suite à l’avancée de la modernité crée aussi l’urgence du renouvellement des institutions politiques et administratives, afin de mieux encadrer les conflits d’intérêts des diverses classes et de favoriser un consensus national. Or c’est la suspension de la réforme politique après la répression du mouvement de la place Tian’anmen, la mise en œuvre d’une politique de développement autoritaire et le déséquilibre entre politique et économie qui ont préparé le terrain pour la multiplication des conflits sociaux. Ils sont, d’une certaine manière, à l’origine de la situation qui a aggravé les protestations en Chine mais aussi à Hong Kong. Plus que jamais, la démocratie n’est pas seulement une question cruciale concernant la liberté et le bonheur des citoyens chinois et hongkongais. D’elle dépend aussi la stabilité nationale et régionale, voire mondiale. C’est pourquoi nous devons prêter la plus grande attention aux luttes des citoyens en Chine et à Hong Kong.

30Ayant adopté dès le début une politique instrumentale envers Hong Kong, le gouvernement de Pékin commence à ne plus tenir sa promesse envers les Hongkongais et envers la communauté internationale : faut-il y voir un excès de confiance dû au renforcement de sa puissance ou un manque de confiance lié à un déficit de légitimité croissant, ou bien les deux à la fois ? L’empire rouge chinois entre peut-être dans une nouvelle ère incertaine qui aura des conséquences internationales.

31Note de la rédaction : ce « droit de suite » s’inscrit dans le prolongement du dossier du no 2 de Socio, « Révolutions, contestations, indignations » et des « droits de suite » publiés dans le no 3 sous les signatures de Nilüfer Göle, Bernardo Sorj et Jérôme Ferret.

Haut de page

Bibliographie

Références bibliographiques

Graeber, David et Hui, Yuk, 2014, « Le mouvement Occupy se mondialise », Le Monde, « Débat », 14 octobre.

Le meilleur résumé sur le mouvement de protestation à Hong Kong est constitué par la série de trois articles publiée par la journaliste hongkongaise Zhang, Jieping, dans le New York Times, version chinoise :

Zhang, Jieping, 2014a, Tanpai (1) yiguo liangzhi yu minzhu Xianggang (Épreuve de force 1 : un pays, deux systèmes et la démocratie à Hong Kong), New York Times, version chinoise, 18 juin. Consultable en ligne : < http://cn.nytimes.com/china/20140618/cc18zhangjieping/>.

Zhang, Jieping, 2014b, Tanpai (2) Tongxiang puxuan de Babieta (Épreuve de force 2 : vers la tour de Babel de l’élection universelle), New York Times, version chinoise, 27 juin. Consultable en ligne : <http://cn.nytimes.com/china/20140627/cc27zhangjieping/>.

Zhang, Jieping, 2014c, Tanpai (3) Kangming shidai (Épreuve de force 3 : la génération de la désobéissance), New York Times, version chinoise, 9 septembre. Consultable en ligne : <http://cn.nytimes.com/china/20140909/cc09zhangjieping/>.

Haut de page

Notes

1 Ces comparaisons entre les deux mouvements sont presque omniprésentes dans les reportages et analyses sur les manifestations à Hong Kong. Lorsque l’auteur du présent article a été invité par France Inter pour participer à l’émission « Le téléphone sonne » du 1er octobre 2014, la première question posée par les journalistes aux intervenants portait sur ce possible rapprochement entre le mouvement de la place Tian’anmen et celui de Hong Kong.

2 Voir l’article d’Andrew Jacobs, journaliste au New York Times : <http://cn.nytimes.com/china/20141028/c28hongkong/>.

3 Ce qu’on appelle actuellement Hong Kong est en fait composé de trois parties territoriales : l’île de Hong Kong proprement dite, Kowloon et les Nouveaux Territoires. Ceux-ci représentent 80 % du territoire actuel de Hong Kong, mais ne furent rattachés administrativement à Hong Kong qu’en 1898, sous la forme d’un bail de cent ans. C’est pour cette raison que s’impose la question de la rétrocession en 1997.

4 Sur cette grève, on peut trouver les informations rassemblées sur Wikipédia « 2013 Hong Kong dock strike » : <http://en.wikipedia.org/wiki/2013_Hong_Kong_dock_strike>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lun Zhang, « De Tian’anmen à Central : différentes batailles, un même combat », Socio, 4 | 2015, 265-276.

Référence électronique

Lun Zhang, « De Tian’anmen à Central : différentes batailles, un même combat », Socio [En ligne], 4 | 2015, mis en ligne le 29 mai 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/socio/1436 ; DOI : 10.4000/socio.1436

Haut de page

Auteur

Lun Zhang

Lun Zhang est maître de conférences à l’université de Cergy-Pontoise. Ses enseignements et recherches portent sur la modernité chinoise, les intellectuels, les mouvements sociaux et la démocratisation en Chine, la géopolitique de l’Asie orientale, le changement du paradigme économique du développement chinois. Il a publié La vie intellectuelle en Chine après Mao, Paris, Fayard, 2003. Il a dirigé, avec Aurore Merle, le dossier « La Chine en transition : regards sociologiques », Cahiers internationaux de sociologie, no 122, 2007.

Lun.zhang@u-cergy.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals