Navigation – Plan du site
Dossier : Inventer les sciences sociales postoccidentales

La modernisation orientale et l’expérience chinoise

Oriental modernization and Chinese experience
Li Peilin
Traduction de Stéphane Dufoix
p. 25-44

Résumés

Dans l’ancienne logique de la théorie de la modernisation, la modernisation s’est toujours vue associée à la société occidentale. En se fondant sur l’« expérience chinoise », c’est-à-dire sur la transformation et les changements profonds qui ont affecté la Chine contemporaine, cet article introduit la notion de « modernisation orientale » en vue d’établir une sociologie postoccidentale. La discussion de cette modernisation orientale veut contribuer au développement de la théorie de la modernisation dans le contexte de la mondialisation.

Haut de page

Texte intégral

1Le thème de la modernisation orientale est fondamental pour la sociologie postoccidentale. Pourquoi parler de « modernisation orientale » ? Parce qu’au cours des derniers siècles, la « société orientale » et la modernisation n’ont presque jamais été pensées ensemble. Pendant longtemps, on a considéré que la possibilité même d’une modernisation orientale ne pouvait être qu’une « suspension ». Cette question de la modernisation demeure capitale pour les sociétés orientales ou non européennes telles que l’Inde ou la Chine. Modernisation et occidentalisation ne sont pas synonymes l’une de l’autre, et il existe de nombreuses voies et une grande variété d’expériences possibles de la modernisation. Il s’ensuit qu’évoquer la notion de modernisation orientale constitue un moyen d’enrichir le débat sur la sociologie postoccidentale. Nous le ferons à partir de l’expérience chinoise de la modernisation.

2Il y a deux raisons pour lesquelles l’Orient et la modernisation sont liés. Tout d’abord, par son statut de contre-modèle de la société occidentale, la société orientale a offert aux Occidentaux, au cours de l’histoire, un important stock de représentations leur permettant de s’imaginer en tant qu’Occident. L’Orient, lui, était vu comme une terre exotique et immobile, dépourvue d’institutions modernes et ne disposant même pas de la capacité à développer les siennes propres (ou ses propres institutions modernes). Cette conception est typique de l’orientalisme de la culture occidentale. Cependant, l’essor de la société moderne en Asie orientale ainsi que le miracle économique en Chine depuis le début du siècle ont eu pour effet de remettre en cause l’orientalisme. Il s’agit donc dans cet article de dissiper toute idée de « suspension » afin de pouvoir associer Orient et modernisation.

3Ensuite, la formation et la construction de l’orientalisme ont connu une histoire complexe avant de devenir une cristallisation historique de la civilisation occidentale. Selon les périodes, l’orientalisme a recouvert des choses différentes. Son histoire prouve que le terme « oriental », qui possède des significations culturelles et politiques très riches, ne devrait pas être tenu pour fossilisé et fermé. Ainsi, plutôt que de rejeter en bloc, politiquement et culturellement, ce mot d’« oriental » en raison de la critique de l’orientalisme, nous avons préféré le transcender en donnant à l’expérience chinoise la possibilité de se faire entendre dans la perspective de la modernisation orientale. De la sorte, « oriental » se voit renouvelé et doté d’un sens positif, son association avec l’orientalisme étant alors tout à la fois remise en cause et transcendée.

La possibilité d’une modernisation orientale

  • 1 L’auteur renvoie ici aux œuvres complètes en chinois de Marx et Engels, mais sans préciser le text (...)

4À l’origine, l’« Orient » n’est rien d’autre qu’une notion géographique et culturelle : la société « occidentale » trouve ses racines dans les civilisations de l’Antiquité grecque et romaine. Au Moyen Âge, le monde méditerranéen était considéré comme l’« Occident ». Par la suite, en Occident, le centre du monde devint l’Europe du Nord-Ouest et l’échelle du monde s’étendit aux deux Amériques, du Nord et du Sud. L’expansion géographique de cette civilisation entraîna la transformation de la notion d’« Orient ». Du xvie au xviie siècle, l’Occident s’étendit en direction de l’Est et le monde oriental se retrouva divisé entre le Proche-Orient (de la Méditerranée au golfe Persique), le Moyen-Orient (du golfe Persique jusqu’à l’Asie du Sud-Est) et l’Extrême-Orient (comprenant l’Asie orientale et les pays d’Asie du Sud-Est possédant une façade pacifique) selon la distance qui les séparait du centre du monde de l’époque, l’Europe occidentale. Dans l’histoire de la philosophie, d’Hegel à Toynbee, la culture « orientale » était un au-delà de la culture « occidentale ». Pour Marx aussi, il était évident que la société orientale différait de la société occidentale. En se fondant sur un petit nombre de textes relatifs à la société orientale (en particulier celle de l’Inde), il estimait que la clé permettant de comprendre la grande stabilité de la structure sociale asiatique se trouvait dans le caractère autarcique de son économie agraire. Selon lui, ce régime de production permet de saisir quel est leur secret : les pays asiatiques ne cessent de s’écrouler et de se reconstruire en changeant fréquemment de gouvernement, tandis que, à l’opposé de cela, la communauté asiatique, elle, ne change pas ; sa structure et ses facteurs économiques de base ne sont pas touchés par la tempête qui fait rage dans le champ politique (Marx et Engels, 1972 : 3671).

5Dans la logique de la théorie classique, et dépassée, de la modernisation, cette dernière est toujours associée à la société occidentale qui, à partir des civilisations grecque et romaine, a évolué en passant par les étapes de la Renaissance, des Lumières, de la Révolution industrielle puis de la démocratie moderne. Pour reprendre les termes politiques et économiques occidentaux, l’Occident va de pair avec une économie développée, la démocratie politique et la liberté sociale, tandis que l’Orient, à l’inverse, se caractérise par le sous-développement économique, le despotisme politique et une société organisée autour de la famille.

  • 2 Il s’agit de la Chine et de la Corée. (N.D.T.)
  • 3 Nous traduisons d’après la traduction anglaise de « Datsu-a Ron » telle qu’elle apparaît dans Lu ( (...)

6Cette idéologie va jusqu’à pousser les Japonais à estimer que leur pays n’est pas « oriental » alors même que, tout en faisant géographiquement partie de l’Asie, il a aussi été le premier pays asiatique à accomplir sa modernisation. Yukichi Fukuzawa, un penseur japonais appartenant au courant des Lumières japonaises à l’époque de la Restauration de Meiji, publia le 16 mars 1885 dans le journal de Shanghai Current News un article intitulé « Quitter l’Asie », dans lequel il estimait que « l’essence de l’idéologie japonaise peut être résumée par ces deux mots “Datsu-A”. Mon pays, le Japon, est situé à l’extrémité orientale de l’Asie, mais l’esprit national des Japonais a déjà pris ses distances avec les mauvaises habitudes de la tradition asiatique pour se tourner vers la civilisation occidentale. » Il ajoutait : « Nous n’avons pas le temps d’attendre que nos voisins2 s’ouvrent aux Lumières pour ensuite travailler ensemble au développement de l’Asie. Il nous faut quitter les rangs des nations asiatiques et aligner notre destin sur celui des nations civilisées occidentales3. » Dans l’ouvrage qu’il publie en 1875, Ébauche d’une théorie de la civilisation, Fukuzawa écrit que le progrès de la civilisation au Japon passe par l’adoption du modèle de la civilisation occidentale à l’aune de laquelle tout doit être évalué (Fukuzawa, 1982).

7Après la Seconde Guerre mondiale, le mouvement de modernisation des pays socialistes et le processus de décolonisation font de l’Orient et de l’Occident des concepts politiques. La théorie de la guerre froide associa Orient et autoritarisme non démocratique. Selon Karl Wittfogel, les sociétés orientales, contrairement aux sociétés occidentales, sont « hydrauliques » : en raison de la sécheresse, leur agriculture doit s’appuyer sur l’irrigation, ce qui nécessite de la discipline et un pouvoir fort, ouvrant la voie à une organisation sociale de grande ampleur contrôlée par un pouvoir politique en réseau constituant la racine historique du « despotisme oriental » (Wittfogel, 1964).

8Dans le discours déconstructionniste sur le postcolonialisme, l’Orient devient une arme servant à déconstruire le discours hégémonique occidental. Reprenant la méthode de Foucault pour révéler les relations de pouvoir en étudiant les relations de savoir, Edward Said analyse dans L’Orientalisme (1980) la façon dont les auteurs occidentaux ont connu, imaginé et construit l’Orient pendant des siècles. Il propose une théorie mettant en cause le discours hégémonique des auteurs occidentaux sur l’Orient, envisageant l’existence d’une « science occidentale » fonctionnant comme l’inverse de l’orientalisme, teintée de « racisme et d’idéologie ». Ce travail a donné naissance à la vague mondiale des études culturelles postcoloniales.

9Le concept d’Orient connaît un regain d’idéologisation après l’effondrement de l’Union soviétique et les gigantesques changements survenus en Europe orientale. Francis Fukuyama emprunte à Hegel l’idée selon laquelle l’histoire prend fin avec le triomphe du principe de liberté et lit cette « fin de l’histoire » dans la chute de l’URSS et la « victoire du capitalisme » (Fukuyama, 1992). En revanche, dans son ouvrage Le choc des civilisations, Samuel Huntington considère que le monde de l’après-1989 est multipolaire, divisé en sept ou huit grandes civilisations. Le conflit entre elles se manifeste avant tout entre la civilisation occidentale, celle de l’Europe et des États-Unis, et trois autres : les civilisations musulmane, chinoise et russe orthodoxe (Huntington, 1996). Il est intéressant de noter qu’après la seconde guerre du Golfe, on a commencé à évoquer l’existence de divisions à l’intérieur de l’Occident, entre l’« Occident véritable », américain, et l’« Europe dans un monde postoccidental », entre la vieille Europe et les jeunes États-Unis (Todd, 2002 ; Kagan, 2003).

  • 4 La citation originale est : « iron case complied in academic field for a long time ». Il s’agit d’ (...)

10La réussite économique de certains pays ou de certaines régions d’Asie orientale a rendu possible la réflexion autour d’une modernisation orientale. En à peine une génération, Singapour, la Corée du Sud, Taïwan, Hong Kong et d’autres sont devenus les « nouveaux pays industrialisés », parvenant à un niveau de croissance économique que l’Europe et l’Amérique avaient mis presque un siècle à atteindre, arrivant à passer de la périphérie à la semi-périphérie dans le système de l’économie-monde. On voit alors apparaître une nouvelle théorie sur les « valeurs asiatiques » tandis que certains chercheurs « néoconfucéens », s’appuyant sur l’expérience de la modernisation en Asie orientale, mettent en cause l’hypothèse de Max Weber relative à l’influence culturelle de l’éthique protestante sur le développement du capitalisme, et la remplacent par une nouvelle théorie sur le caractère endogène des liens entre la culture confucéenne et le développement économique en Asie orientale. Sur la base d’une étude historique de longue durée, le chercheur sino-américain Ying-shih Yu estime que la rationalité instrumentale et ascétique fait partie des valeurs traditionnelles de la culture confucéenne chinoise, ce qui permet d’expliquer la prospérité économique de la Chine à partir du milieu de la dynastie Ming (Yu, 1987). Le sociologue Ambrose Y. C. King, ancien vice-chancelier de l’université chinoise de Hong Kong, note sans détours que le mystère du développement socio-économique en Asie orientale constitue un « défi empirique » à la proposition webérienne selon laquelle l’éthique politique du confucianisme constituerait un frein au développement du capitalisme. Il est temps, explique-t-il, de renverser ce verdict « gravé dans le marbre du champ académique depuis fort longtemps4 » (King, 1993). De leur côté, les experts de la Banque mondiale voient dans le développement économique en Asie orientale la possibilité de nouvelles perspectives. Ils en font un éloge émouvant dans l’ouvrage The East Asian Miracle: Economic Growth and Public Policy (World Bank, 1993).

11Dans le même temps, d’autres chercheurs remettent en cause l’existence du supposé « miracle de l’Asie orientale ». À partir du cas thaïlandais, le sociologue américain F. C. Deyo signale ainsi que les économies d’Asie orientale peuvent se trouver « prises en sandwich » entre le marché des produits à haute valeur ajoutée, monopolisé par les pays développés qui tentent par tous les moyens de le conserver, et la pression concurrentielle de plus en plus forte exercée par les pays dans lesquels le coût du travail est plus bas, ce qui rend la croissance plus difficile à maintenir durablement (Deyo, 1995, 2000). À en croire l’économiste américain Paul Krugman, comme il le montre dans son article sur le « mythe du miracle asiatique », la croissance des économies d’Asie orientale n’a pas donné naissance à un modèle de développement plus avancé que celui de l’économie de marché occidentale traditionnelle. Les quatre soi-disant « tigres asiatiques » ne sont en fait que des « tigres de papier » (Krugman, 1994). En 1997, la crise financière touche l’Asie orientale : les taux de change et le marché boursier plongent tandis que les prix augmentent, occasionnant des troubles politiques et sociaux. Le discours sur le « miracle de l’Asie orientale » entre alors dans un état d’aphasie, les chercheurs émettant à nouveau des doutes sur la possibilité même d’une modernisation asiatique.

12Les pays d’Asie orientale ont rapidement renoué avec la croissance après la crise financière, ce qui a eu pour effet de renouveler l’intérêt pour le modèle asiatique mais aussi de promouvoir des lectures plus variées. Il existe désormais plusieurs explications relatives au succès de ce modèle. La première repose sur la définition de l’économie libre de marché : par l’imitation du système occidental, par l’adoption totale de politiques économiques libérales, il est possible de mobiliser efficacement l’ensemble des ressources mondiales (World Bank, 1993). La seconde, celle de l’« intervention gouvernementale », explique ce succès par l’intervention délibérée sur le marché des gouvernements d’Asie orientale, se servant des politiques industrielles pour soutenir des industries stratégiques essentielles (Amsden, 1989 ; Wade, 1990) ; la troisième fait de l’« économie orientée vers l’exportation » la clÉ du succès : le commerce international étant un élément fondamental du développement économique de l’Asie orientale, la mise en place de politiques de développement orientées vers l’exportation constitue un moyen efficace d’améliorer la compétitivité internationale (Krueger, 1992). Les critiques en revanche se concentrent sur la trop grande intervention gouvernementale, sur l’absence de démocratie, sur le capitalisme de copinage, le népotisme, etc.

13En raison de ses limites géographiques, de la taille de la population concernée, mais aussi du contexte général de guerre froide qui a vu son émergence, l’expérience de développement des pays et des régions nouvellement industrialisés d’Asie orientale est encore souvent considérée comme faisant partie, à titre expérimental, de l’expérience occidentale de la modernisation, quand elle n’est pas simplement comprise comme une extension ou une expansion de cette dernière.

De la modernisation orientale à l’expérience chinoise

14Après ce rapide résumé de l’histoire de la notion d’Orient et cette discussion de la possibilité de l’existence d’une modernisation orientale, il s’agit maintenant d’examiner les réponses de la sociologie, occidentale comme non occidentale, à l’émergence économique et politique des sociétés non occidentales.

15En ce qui concerne la sociologie occidentale, il est essentiel de « corriger les erreurs » de la sociologie classique qui prédisait de manière erronée la possibilité d’un futur moderne pour les sociétés non occidentales. Eisenstadt (2000) a avancé le concept de modernités multiples afin de contester le monisme qui considère la société occidentale comme le seul modèle de modernité. On peut aussi citer l’approche civilisationnelle d’Arnason (2003) qui s’intéresse prioritairement aux effets structurels des héritages civilisationnels sur le développement historique. Ces deux perspectives reconnaissent la capacité des sociétés non européennes à produire ou à développer leurs propres institutions modernes. Comme je l’ai mentionné plus haut, dans le domaine de la sociologie classique, l’émergence de l’Asie orientale a eu pour conséquence de remettre en question la position de Weber dont l’héritage théorique a été réexaminé et réévalué (Xia, 2005). Par conséquent, le confucianisme est désormais à nouveau reconnu comme une force de transformation susceptible d’entraîner la modernisation de certains pays asiatiques traditionnels (Tu, 2000).

  • 5 L’expression « Global North » ne désigne nullement le nord géographique mais le Nord considéré com (...)

16Si l’on s’intéresse à la sociologie pratiquée dans les sociétés non européennes, on y trouve un nombre croissant de discours relatifs à la nécessité de résister à la sociologie et aux sciences sociales eurocentriques. Au sein de cette tendance ont été soumis et discutés des débouchés alternatifs pour une sociologie non occidentale. Parmi ceux-ci, deux prises de position sont assez représentatives. La première est celle de Raewyn Connell pour laquelle la « théorie du Sud » (Southern theory) est une remise en cause de la production hégémonique de savoir sociologique par le Nord global5 à partir de ses expériences métropolitaines. Le Sud était quant à lui demeuré une région relativement absente des travaux sociologiques. Dans le projet intellectuel de Connell, les majorités subalternes pourraient tout à fait former un groupe intégré en raison des multiples chevauchements des intérêts intellectuels et des réseaux de coopération au sein de la périphérie (Connell, 2007). De son côté, Syed Farid Alatas (2006) examine diverses alternatives grâce auxquelles les sciences sociales asiatiques pourraient sortir de la sociologie eurocentrique. Sa critique de la domination de la sociologie occidentale en Asie repose sur l’idée selon laquelle cette forme de science sociale est déconnectée de la réalité locale. Son projet, articulé à la recherche d’une plus grande pertinence des concepts pour l’analyse de la réalité locale, relève d’un mouvement visant à corriger le discours eurocentrique et à le transposer de manière qu’il puisse se plier au contexte indigène. Il est important de souligner que ces deux propositions, qui sont tout à la fois ambitieuses et d’une grande importance, présentent un point commun : le Sud global de Connell et l’Asie d’Alatas ont tous deux fait l’expérience d’une longue histoire de colonialisme ou d’impérialisme (l’Espagne et le Portugal en Amérique latine, la Grande-Bretagne en Inde et en Malaisie pour ne citer que ces exemples). Le fait que ces terres aient été conquises par les Européens invite à reconsidérer le rôle joué par la sociologie dans l’histoire coloniale.

17Dans le contexte chinois, la pertinence historique de l’approche webérienne pour l’étude du processus social en Chine est relativement faible. Sa théorie n’a pas été introduite avant les années 1980. Les éléments empiriques permettant de contester l’argument webérien ne devraient pas uniquement concerner l’émergence du capitalisme en Asie orientale. Comme cela a été mentionné plus haut, le modèle est-asiatique a, lui aussi, été remis en cause sur les plans empirique et théorique. Ajoutons que l’expérience de modernisation chinoise met en jeu des situations plus complexes que celles que l’on peut observer dans d’autres pays d’Asie orientale comme Singapour, la Malaisie ou la Corée du Sud. La trajectoire modernisatrice de la Chine a été inégale, ce qui pourrait offrir à la sociologie postoccidentale un cas particulièrement intéressant. Aussi, plutôt que de s’empresser de critiquer Weber pour lui opposer une interprétation peu rigoureuse de la modernisation chinoise en termes d’héritage civilisationnel, il serait préférable de faire la lumière sur les origines et les caractéristiques de l’expérience chinoise de modernisation orientale. On pourrait alors reconsidérer Weber et ajouter une contribution savante au débat sur la sociologie classique.

18Par ailleurs, l’émergence de la sociologie postcoloniale a fortement, et politiquement, contribué à la remise en cause de la sociologie eurocentrique au sein des sciences sociales occidentales. La décolonisation de la sociologie européenne tout comme la contestation de la modernité européenne font partie des évolutions les plus notables en sociologie (Ridrugyezm, Boatcam et Costa, 2010). L’indépendance politique des colonies a rendu nécessaire l’indépendance intellectuelle de ces sociétés postcoloniales. De nouveaux projets ont été mis en chantier afin de remplacer l’ordre intellectuel ancien qui se fondait sur les sciences sociales occidentales. Bien entendu, le passé colonial, l’expérience du colonialisme ont joué un rôle dans la mise en place de ces projets. Connell a critiqué la théorie sociale produite presque exclusivement dans le Nord global, lui reprochant de n’avoir accordé aucune attention aux expériences coloniales des sociétés non occidentales coloniales ni aux processus sociaux qui s’y déroulaient (Connell, 2006). Syed Hussein Alatas a forgé l’expression « impérialisme intellectuel » pour rendre compte de la relation inégale entre les sciences sociales dominantes et les sciences sociales dominées. Pour lui, le politique et l’économique sont deux domaines majeurs de l’impérialisme ; ils sont susceptibles de générer une structure parallèle pour penser les peuples assujettis. C’est le pouvoir colonial qui a autrefois maintenu l’impérialisme intellectuel (Alatas, 2000). Les travaux de Connell et d’Alatas représentent un geste politique fort pour questionner la domination occidentale sur les sciences sociales et fonder une discipline autonome. Pourtant, il nous faut reconnaître l’existence de plusieurs histoires coloniales, ce qui pourrait donner naissance à plusieurs types de projets intellectuels capables de répondre à la sociologie eurocentrique.

19La sociologie postcoloniale ne fait guère l’objet de débats dans la sociologie chinoise. Ce n’est guère étonnant si l’on considère la particularité de l’histoire de la Chine : après la guerre de l’Opium de 1840, ce pays a connu de profonds changements, passant progressivement d’une société semi-coloniale à une société semi-féodale, cette dernière devenant en quelque sorte le symbole même de l’identité de la société chinoise. Le cas chinois ne peut que différer des sociétés postcoloniales mentionnées plus haut, ce qui amène à s’interroger sur la singularité de la modernisation chinoise. Comme je l’ai rappelé en introduction, la prémisse théorique selon laquelle la société occidentale est universelle et constitue le seul exemple de société moderne à suivre et à imiter est désormais totalement obsolète. La question qui se pose alors est la suivante : comment la sociologie chinoise elle-même étudie-t-elle l’histoire sociale de la Chine, étant entendu que la problématique de la transformation et du développement social est fondamentale pour les sociétés orientales ou non européennes ?

Les caractéristiques de l’expérience chinoise

20Depuis plus de trente-cinq ans, depuis la Réforme et la politique d’ouverture, la Chine continentale connaît une croissance économique continue, ce qui a eu pour conséquence de poser une nouvelle fois au monde la question de l’Orient. Le développement rapide de la Chine, de la Russie, de l’Inde ainsi que d’autres pays importants a fait naître l’éventualité d’une « modernisation orientale ». La situation de la Chine est un peu particulière car sa population actuelle correspond à plus de la moitié de celle de l’ensemble des pays occidentaux. Non seulement l’émergence de la Chine et d’autres pays aura de profondes conséquences sur les transformations du système économique et politique mondial mais elle signifie également une voie nouvelle, celle de la modernisation orientale, qui diffère de la modernisation occidentale. Ainsi la modernisation orientale n’est pas exactement un concept relatif aux évolutions régionales : elle doit également inclure toutes les nouvelles formes de modernisation qui, dans le monde entier, se démarquent de celle de l’Occident.

21L’« expérience chinoise » peut représenter une grande partie de cette nouvelle expérience. Son concept scientifique possède plusieurs caractéristiques. En premier lieu, il ne faut pas la confondre avec le « modèle chinois » (Tian, 2005) ou le « miracle chinois » (Lin, Cai et Li, 2003), etc. : elle suppose une « réussite » mais inclut également des « enseignements », en particulier tous ceux tirés des voies de développement précédentes. En deuxième lieu, l’expression fait référence à de nouvelles modalités de développement afférentes aux caractéristiques spécifiques de la Chine – la taille de sa population, sa structure sociale, son accumulation culturelle, les caractéristiques de sa démographie… et nombre d’autres choses importantes à prendre en compte pour approfondir notre compréhension des voies de modernisation. Enfin, il s’agit d’une expérience ouverte, inclusive, pragmatique, nullement gravée dans le marbre ; elle est changeante et évolutive, elle respecte les autres expériences et les autres choix ; cependant, n’étant pas construite comme l’antithèse de l’« expérience occidentale », elle ne met pas l’accent sur les valeurs universelles ; elle n’existe qu’à seule fin d’illustrer la possibilité d’une parfaite harmonie entre l’unification et la diversité.

  • 6 « Everything must be complied with the primary stage of socialism » (Deng, 1993).
  • 7 « Socialism could have market economy » (Deng, 1993).

22Il a fallu trente ans à la Chine pour forger l’expérience chinoise après la Réforme et la politique d’ouverture. On peut distinguer trois propositions théoriques principales dans son processus de formation : celle de la théorie du stade premier du socialisme6, celle de la théorie de l’économie de marché socialiste7 et enfin celle de la théorie de la société socialiste harmonieuse (Hu, 2005). Chacune de ces théories possède ses propres particularités mais c’est celle de la société harmonieuse qui incarne le mieux l’essence de la culture et de la sagesse traditionnelles des pays orientaux. L’expérience chinoise comporte tout à la fois une exploration pragmatique et une profonde réflexion à partir des trois piliers que sont l’économie de marché, la démocratie et la justice sociale. L’exploration pragmatique de ces trois valeurs fondamentales par l’expérience chinoise constitue par ailleurs un processus de restructuration.

23Un grand nombre de débats idéologiques, parfois très intenses, a entouré ces trois valeurs modernes (Kang, 1999). Par exemple, l’économie de marché est-elle oui ou non la loi de la jungle ? Quelle influence les lois du marché exercent-elles sur la vie politique, économique et culturelle ? Quel impact peut bien avoir le processus de « démocratisation » engagé dans certains pays ou dans certaines régions sur la vie de ceux qui y habitent ? Quelles seront pour la Chine les conséquences sociales de l’inégalité croissante en termes de revenus ? Aux stades initiaux de la Réforme et de la politique d’ouverture, les différences d’intérêts et de conceptions idéologiques ont produit des courants différents organisés en vue de la défense de certains enjeux ou de certaines valeurs. Aujourd’hui, la situation est beaucoup plus diversifiée, au point qu’il est possible de parler de « fragmentation » (Li, 2004).

24Celle-ci présente les caractéristiques suivantes. Tout d’abord, la mobilité sociale est rapide ; la structure sociale n’est pas consolidée au point que, dans la plupart des cas, les différences au sein d’une même classe sont plus grandes que les différences entre les classes. Par ailleurs, les classes sociales définies selon des critères objectifs ne présentent guère d’homogénéité en termes de pratiques sociales et de comportements. La diversification des systèmes de valeurs et d’intérêts au sein des différentes classes sociales peut engendrer des conflits sociaux et s’est produite en même temps que quatre changements majeurs en Chine.

25Le premier de ces changements concerne le système économique. Après trente ans de réforme et d’ouverture, la Chine a désormais accompli sa transition d’une économie planifiée à une économie de marché socialiste. La mise en place de l’économie de marché a insufflé une grande vitalité à l’économie, mais la question des innovations institutionnelles et la transition vers un nouveau modèle de croissance ont été plus compliquées. D’importants goulots d’étranglement se sont formés dans le domaine de l’énergie, des ressources, de l’environnement et de la technologie tandis que les pressions en faveur de l’adoption d’une politique de développement durable vont croissant.

26Le deuxième point concerne la structure sociale. Le développement rapide de l’industrialisation et de l’urbanisation pousse la Chine à passer d’une structure traditionnelle duale opposant l’urbain et le rural à une structure sociale moderne. Si l’on prend en compte la taille de la population, la vitesse du processus et son ampleur, il s’agit d’un changement sans précédent dans l’histoire mondiale de la modernisation. Sur une période courte, l’exode rural de centaines de millions de paysans rejoignant l’industrie non agricole a produit une gigantesque concentration de ruraux dans les villes. Ce processus a servi de locomotive à la restructuration de la société chinoise, transformant profondément les styles de vie, la structure de l’emploi ainsi que le visage général de l’ensemble de la communauté.

27Le troisième changement a trait aux relations d’intérêt. La réforme constitue en elle-même un processus d’ajustement des relations d’intérêt car elle creuse l’écart de revenu entre les zones rurales et les zones urbaines ainsi qu’entre les membres de la société (Cai, 2003). Dans un contexte de concurrence mondiale, l’écart de revenu comparé ne fait que croître entre les différents domaines industriels chinois ; le développement rapide de l’économie non réelle a accéléré l’accumulation de richesses ; le phénomène des regroupements industriels tend à concentrer l’investissement dans un domaine spécifique ; l’offre de main-d’œuvre étant importante, la concurrence pour l’obtention d’un travail manuel est excessive, ce qui fait stagner les bas salaires ; si on ajoute la corruption et les gains illégaux, tous ces facteurs ont contribué à creuser le fossé entre les revenus. Il reste encore à comprendre s’il s’agit d’un problème lié à la transition ou d’une tendance plus lourde.

28Le dernier changement concerne les valeurs. Avec le développement de l’économie de marché, de la démocratie et de la vie civique, les styles de vie, les opportunités d’emploi, les revendications, les orientations par rapport aux valeurs, ainsi que l’idéologie et bien d’autres aspects se sont diversifiés. Les différences entre les régions, les classes et les générations n’ont fait que croître de manière significative, ce qui a rendu de plus en plus difficile l’identification sociale et la formation du consensus social. Tant les conséquences de la crise économique que l’agitation sociale et les désagréments causés par les troubles civils et politiques dans certaines régions incitent les gens à repenser la « modernité » (Tao et Sun, 2011).

29À ces changements s’ajoute, depuis le milieu des années 1990, l’émergence de caractéristiques du développement économique et social chinois qui tranchent par rapport aux premiers temps de la réforme et de l’ouverture. La diversification, la fragmentation des intérêts et des orientations liées aux valeurs, tout comme la réflexion moderniste sur l’économie de marché, la démocratie et la justice sociale sont étroitement associées avec ces nouvelles particularités.

30La première d’entre elles a trait à la synchronisation des processus de la transformation des structures sociales et de la transition économique. Le développement de la Chine est particulier, si on le compare à celui d’autres pays, en ce qu’il a vu ces deux changements se produire simultanément : le système économique est passé d’une économie planifiée à une économie de marché socialiste tandis que, dans le même temps, la structure sociale est passée d’une société rurale fermée et fondée sur l’agriculture à une société urbaine ouverte fondée sur l’industrie. Au début de la politique de réforme et d’ouverture, cette synchronisation reposait essentiellement sur l’effet d’entraînement de la réforme économique sur la transformation de la structure sociale, les revenus liés à la restructuration sociale compensant les coûts de la transition économique. De nos jours, la progressive réforme des institutions est entrée dans une phase plus compliquée. La transformation des structures sociales a contraint la réforme économique à reculer afin de prendre en compte non seulement l’harmonisation des intérêts et la justice sociale, mais aussi une complète réorientation des réformes en faveur du social. Il ne s’agit nullement de mettre un terme à la réforme et de revenir en arrière mais de faire de la réforme elle-même un objet de réflexion.

31La deuxième caractéristique concerne la coexistence de trois phases différentes en raison de la compression de l’espace-temps engendrée par les problèmes de développement (Jing, 1999). Dans le contexte de la globalisation, le système mondial centre/semi-périphérie/périphérie exerce également son influence sur la structure interne de la Chine continentale. Aujourd’hui en Chine coexistent trois différentes phases de développement : la phase d’accumulation du capital, typique des débuts de l’industrialisation ; la phase intermédiaire de renforcement industriel et la phase de transformation structurelle correspondant à l’industrialisation tardive. La coexistence de ces trois phases correspond à la compression de la dimension spatiale. Dans le même temps, il existe une compression temporelle puisqu’il n’a fallu à la Chine que trente ans pour parcourir ce chemin, là où les pays développés ont mis environ un siècle. Cette compression temporelle entraîne l’apparition de problèmes nouveaux et l’émergence de nombreux dilemmes. Ainsi, non seulement la Chine doit-elle développer des industries de main-d’œuvre afin d’assimiler la gigantesque population disponible, notamment en provenance des régions rurales, mais elle doit aussi developper son potentiel d’innovation technologique et l’amélioration de ses produits afin de pouvoir digérer le coût croissant du travail et de réduire les frictions commerciales. Elle doit aussi continuer à élever son degré de protection de l’environnement et poursuivre ses efforts dans le domaine des économies d’énergie pour défendre un développement durable. Cette compression temporelle est valable dans tous les domaines comme le montre la coexistence actuelle en Chine d’un réalisme littéraire, d’un réalisme critique et d’un surréalisme.

32La troisième nouveauté concerne les changements de priorité. Après la politique visant à briser l’égalitarisme et le « bol de riz en fer » au début des réformes et de l’ouverture, les grandes disparités dans la distribution du revenu sont désormais prioritaires. L’écart qui se creuse est difficile à contrôler, ce qui conduit à des interrogations sur le lien entre efficacité et égalité (Chen, 1999). S’il est impossible de revenir en arrière – ce serait une impasse –, il s’agit de trouver un nouveau consensus et de faire de nouveaux choix. Deuxième changement de priorité : l’accent mis, au début de la politique de réforme et d’ouverture, sur la pénurie de marchandises se trouve désormais déplacé sur celle de biens publics. Avec le passage d’un marché d’acheteurs à un marché de vendeurs, les pénuries ne sont plus d’actualité dans le domaine des marchandises, mais elles le deviennent dans le domaine des biens et des services publics comme l’éducation, la santé, la sécurité sociale, la protection de l’environnement, les transports publics, etc. Cette nouveauté suscite un intérêt accru pour la transformation des fonctions gouvernementales, pour l’esprit communautaire et pour la mise en place d’organisations sociales.

33Quatrièmement, la coordination des trois mécanismes nouvellement apparus devient une priorité de la gouvernance sociale. Aux débuts de la réforme et de l’ouverture, le gouvernement ignorait tout de l’économie de marché et de la façon dont il doit agir. C’est au cours du processus d’apprentissage et d’adaptation que la main visible du gouvernement apprivoise petit à petit la main invisible du marché. Toutefois, l’approfondissement de l’économie de marché entraîne de profondes transformations de la société, qui se subdivise en différents groupes d’intérêt, en différentes classes sociales et groupes d’individus dont les revendications ne sont pas les mêmes. La coordination de ces revendications devient en soi un nouveau mécanisme, distinct du mécanisme gouvernemental et de ceux du marché. Cela impose un nouveau processus d’apprentissage et d’adaptation afin de pouvoir gérer les relations entre le gouvernement, le marché et la société.

34En tant que « science bourgeoise », la sociologie chinoise a cessé d’exister pendant presque trente ans, entre le milieu du xxe siècle et la fin des années 1970, juste avant la Réforme chinoise. Depuis la Réforme et l’ouverture, elle a connu un développement rapide, de même que l’économie et le droit. La sociologie chinoise se définit précisément par cette « conscience des problèmes », qui prend forme grâce à l’enquête sur les grands problèmes pratiques et la recherche de solutions. En un sens, une école sociologique chinoise contemporaine est en train de voir le jour, assez proche de ce que fut l’école de Chicago en son temps. Cette dernière avait montré beaucoup d’intérêt pour la question des migrants et des marginaux en lien avec l’urbanisation et le changement social aux États-Unis. Les études de cas réalisées dans le cadre de cette école évitaient la grande théorie ainsi que les catégories conceptuelles, pour se concentrer sur l’empirique. Était privilégiée l’étude détaillée de lieux particuliers afin de ne pas succomber à la tentation positiviste de la recherche de lois du social (Steinmetz, 2007). L’expression « école chinoise » remonte aux années 1930, lorsque Malinowski vantait les mérites de l’étude anthropologique d’un village chinois réalisée par Fei Hsiao-Tung, étude qui posait les bases méthodologiques de la sociologie chinoise moderne (Fei, 1939). À l’époque, la sociologie chinoise se caractérisait par une forte « conscience des problèmes ». Elle était étroitement associée au processus par lequel la Chine cherchait à se moderniser. Depuis son retour en grâce, on pourrait considérer que la sociologie manque d’assise théorique, qu’elle n’est pas normalisée, qu’elle n’est pas une discipline aboutie. Pourtant, elle se fonde sur un grand nombre d’études et de recherches empiriques qui jouent un rôle primordial dans la résolution des problèmes pratiques. Son impact social est important. Il ne s’agit pas d’une science pure dont l’existence se limiterait à de petits cercles académiques. Les changements sociaux rapides et de grande ampleur auxquels elle doit faire face contribuent à promouvoir sa montée en puissance.

35Bettina Gransow (1993) se demandait il y a vingt ans ce que la Chine pouvait faire pour la sociologie. Dans l’histoire des sciences sociales, il existe une longue et riche tradition d’étude de la Chine. On ne peut pas se contenter de voir la société chinoise comme un objet d’étude pour des chercheurs occidentaux qui viendraient y puiser des donnés pour tester leurs nouvelles théories. Il est de la responsabilité de la Chine de fournir une réponse à la question de Gransow. Plutôt que de proposer un nouveau projet intellectuel pour la sociologie chinoise, à la manière de ce qu’a fait la sociologie postcoloniale en se fondant sur sa propre historicité, je considère que l’avenir et les voies de la modernisation restent ouverts pour les sociétés orientales et non occidentales. Leurs trajectoires, ainsi que leurs expériences dans ce domaine, constituent une forme inclusive de discours sur la modernisation orientale qui pourrait s’avérer d’une grande richesse pour la sociologie postoccidentale. Il est impératif de remettre en cause et de transcender l’orientalisme du mot Orient en lui adjoignant de nouvelles significations positives : j’aimerais que cet article, en posant la question de l’expérience chinoise de la modernisation orientale, puisse constituer une forme de réponse à la question posée par Gransow.

36Traduit de l’anglais par Stéphane Dufoix.

Haut de page

Bibliographie

Alatas, Syed Farid, 2006, Alternative Discourses in Asian Social Science: Responses to Eurocentrism, New Delhi, Sage.

Alatas, Syed Hussein, 2000, « Intellectual imperialism: Definition, traits and problems », Southeast Asian Journal of Social Science, no 28, p. 23-45.

Amsden, Alice H., 1989, Asia’s Next Giant: South Korea and Late Industrialization, New York, Oxford University Press.

Arnason, Johann P., 2003, Civilizations in Dispute: Historical Questions and Theoretical Traditions, Leiden, Brill.

Cai, Fang, 2003, « Rural urban income gap and critical point of institutional change », Chinese Social Sciences, no  5, p. 16-25.

Chen, Lixian, 1999, « Social justice, equality and efficiency », Journal of Peking University, vol. 36, no 3, p. 58-64.

Connell, Raewyn, 2006, « Northern theory: The political geography of general social theory », Theory and Society, vol. 35, no 2, p. 237-264.

Connell, Raewyn, 2007, Southern Theory: The Global Dynamics of Knowledge in Social Sciences, Cambridge, Polity Press.

Deng, Xiaoping, 1993a, « Socialism could have market economy », in Selected Works of Deng Xiaoping, vol. 2, Pékin, People’s Publishing House.

Deng, Xiaoping, 1993b, « Everything must be complied with the primary stage of socialism », in Selected Works of Deng Xiaoping, vol. 3, Pékin, People’s Publishing House.

Deyo, Frederic C., 1995, « Capital, labor, and State in Thai industrial restructuring: The impact of global economic transformations », in Jozsef Borocz et David Smith (dir.), A New World Order? Global Transformation in the Late Twentieth Century, Westport, Praeger.

Deyo, Frederic C., 2000, « Reform, globalization, and crisis: Reconstructing Thai Labour », Journal of Industrial Relations (Australie), vol. 42, no 2, p. 258-274.

Eisenstadt, Shmuel N., 2000, « Multiple modernities », Daedalus, vol. 129, no 1, p. 1-30.

Fei, Hsiao-Tung, 1939, Peasant Life in China: A Field Study of Country Life in the Yangtze Valley, Londres, Kegan Paul, Trench, Trubner & Co.

Fukuyama, Francis, 1992, End of History and the Last Man, Londres, Hamish Hamilton. Traduction française : La Fin de l’histoire et le Dernier Homme, Paris, Flammarion, 1992.

Fukuzawa, Yukichi, 1982, An Outline of a Theory of Civilization, Pékin, The Commercial Press.

Gransow, Bettina, 1993, « Chinese sociology: Sinicisation and globalisation », International Sociology, vol. 8, no 1, p. 101-112.

Hu, Jingtao, 2005, A Speech at a Special Seminar for Provincial Leading Cadres About Improving the Ability of Constructing Socialist Harmonious Society, Pékin, People’s Publishing House.

Huntington, Samuel, 1996, The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order, New York, Simon & Chuster.

Jing, Tiankui, 1999, « The space-time structure of Chinese social development », Chinese Journal of Sociological Studies, no 6, p. 54-66.

Kagan, Robert, 2003, Of Paradise and Power: America and Europe in the New World Order, New York, Knopf.

Kang, Xiaoguang, 1999, « Economic growth, social justice, democracy, rule by law and the legitimate foundation: Changes since 1978 and the future choice », Strategy and Management, no 4, p. 72-81.

King, Ambrose Y. C., 1993 [1983], « Confucian ethics and economic development », in Y. C. Ambrose King (dir.), Chinese Society and Culture, Hong Kong et Londres, Oxford University Press, 1993.

Krueger, Anne O., 1992, Economic Policy Reform in Developing Countries, Oxford, Basil Blackwell.

Krugman, Paul, 1994, « The myth of Asian miracle », Foreign Affairs, no 73, p. 62-78.

Li, Qiang, 2004, « The new tendency of changes in social stratification in contemporary China », Jiangsu Social Sciences, no 6, p. 93-99.

Li, Qiang, 2008, « From “integrated social aggregation” to “fragmented” interest groups », Expanding Horizons, no 5, p. 15-17.

Lin, Justin Yifu, Cai, Fang et Li, Zhou, 2003, The China Miracle: Development Strategy and Economic Reform, Pékin, The Chinese University Press.

Lu, David John, 1997, Japan: A Documentary History, vol. 2, Armonk, Sharpe, p. 351-353.

Marx, Karl et Engels, Frederick, 1972, Karl Marx and Frederick Engels, vol. 23, Pékin, People’s Press.

Marx, Karl et Engels, Frederick, 2002, Du Colonialisme en Asie : Inde, Perse, Afghanistan, Paris, Mille et une nuits.

Ridrugyezm, Encarnación Gutiérrez, Boatcam, Manuela et Costa, Sérgio, 2010, Decolonizing European Sociology: Transdisciplinary Approaches, Surrey, Ashgate.

Roulleau-Berger, Laurence et Li, Peilin (dir.), 2012, European and Chinese Sociologies. A New Dialogue, Leiden et Boston, Brill Publishers.

Said, Edward, 1980 [1978], L'Orientalisme. L'Orient créé par l’Occident, traduction de Catherine Malamoud, préface de Tzvetan Todorov, Éditions du Seuil. (Édition chinoise citée par l’auteur : Orientalism, Pékin, SDX Joint Publishing Company, 1999.)

Steinmetz, George, 2007, « American sociology before and after World War II: The (temporary) settling of a disciplinary field », in Craig Calhoun (dir.), Sociology in America: A History, Chicago, The University of Chicago Press, p. 314-366.

Tao, Lei et Sun, Qi’ang, 2011, « Reflection and construction of modernity in contemporary Chinese context », Academics in China, no 11, p. 110-115.

Tian, Yucao, 2005, The Chinese Model of Modern Development, New York, Routledge.

Todd, Emmanuel, 2002, Après L’Empire. Essai sur la décomposition du système américain, Paris, Gallimard.

Tu, Weiming, 2000, « Implications of the rise of “Confucian” East Asia », Daedalus, vol. 129, no 1, p. 195-218.

Wade, Robert, 1990, Governing the Market: Economic Theory and the Role of Government in East Asian Industrialization, Princeton, Princeton University Press.

Wade, Robert, 2000, « Wheels within wheels: Rethinking the Asian crisis and the Asian model », Annual Review of Political Science, vol. 3, p. 85-115.

Wittfogel, Karl A., 1964 [1957], Le despotisme oriental, traduit par Anne Marchand, Paris, Éditions de Minuit. (Édition chinoise citée par l’auteur : Oriental Despotism: A Comparative Study of Total Power, Pékin, Chinese Social Sciences Press, 1989.)

World Bank / Banque mondiale, 1993, The East Asian Miracle: Economic Growth and Public Policy, New York, Oxford University Press.

Xia, Guang, 2005, « The Relevance of culture to modernity: Revisiting Max Weber’s theoretical legacy », Chinese Journal of Sociological Studies, no 3, p. 133-155.

Yu, Ying-shih, 1987, China’s Modern Religious Ethics and Business Spirit, Taipei, Linking Publishing.

Haut de page

Notes

1 L’auteur renvoie ici aux œuvres complètes en chinois de Marx et Engels, mais sans préciser le texte exact correspondant à la description du mode de production asiatique. La référence à l’Inde peut laisser penser qu’il s’agit d’un texte de Karl Marx intitulé « The British Rule in India », publié dans le New York Daily Tribune du 25 juin 1853 et disponible en français dans le recueil de Marx et Engels (2002) intitulé Du Colonialisme en Asie : Inde, Perse, Afghanistan. (Note du traducteur.)

2 Il s’agit de la Chine et de la Corée. (N.D.T.)

3 Nous traduisons d’après la traduction anglaise de « Datsu-a Ron » telle qu’elle apparaît dans Lu (1997 : 352 et 353). (N.D.T.)

4 La citation originale est : « iron case complied in academic field for a long time ». Il s’agit d’un jeu de mots difficilement traduisible. L’expression iron case renvoie à celle d’iron cage, traduction anglaise (dans l’édition américaine de 1930 traduite par Talcott Parsons) de l’expression stahlhartes Gehäuse utilisée par Max Weber dans L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme pour exprimer le poids que fait peser la rationalisation croissante sur les activités des individus. (N.D.T.)

5 L’expression « Global North » ne désigne nullement le nord géographique mais le Nord considéré comme hégémonique par opposition à un Sud dominé. Ainsi, l’Australie ne fait pas partie du Sud global alors que la Chine en fait partie. (N.D.T.)

6 « Everything must be complied with the primary stage of socialism » (Deng, 1993).

7 « Socialism could have market economy » (Deng, 1993).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Li Peilin, « La modernisation orientale et l’expérience chinoise », Socio, 5 | 2015, 25-44.

Référence électronique

Li Peilin, « La modernisation orientale et l’expérience chinoise », Socio [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/socio/1892 ; DOI : 10.4000/socio.1892

Haut de page

Auteur

Li Peilin

LI Peilin est professeur de sociologie, académicien et vice-président de l’Académie chinoise des sciences sociales. Il a publié et dirigé de nombreux articles, ouvrages ou recueils – en chinois, en anglais et en français – sur les thèmes de la stratification sociale et de la mobilité (notamment à propos des travailleurs migrants à l’intérieur de la Chine) et sur la sociologie économique (en particulier sur les entreprises d’État chinoises). Parmi ses livres les plus récents, on peut citer Social Reform and Social Governance (China Social Sciences Press, 2014) ou encore, sous sa direction, Chinese Society: Change and Transformation (Routledge, 2012). Il est également impliqué dans un certain nombre de grands projets, dont la « Chinese general social survey », l’une des plus grandes enquêtes sociales nationales depuis 2006. Il codirige le Laboratoire international associé CNRS-ENS Lyon/CASS « Sociologies postoccidentales en France et en Chine ».

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals