Navigation – Plan du site
Débat

Gary Becker répond à Foucault sur l’analyse économique des crimes et des peines

Présentation1
Gary Becker answers Foucault on the economic analysis of the crimes and the punishments
Bernard E. Harcourt
p. 189-191

Texte intégral

  • 1 Un premier débat entre Gary Becker, François Ewald et Bernard E. Harcourt a été publié dans Socio, (...)

1Après un premier débat autour de la pensée néolibérale américaine de la Chicago School of Economics – traduit et publiée dans le numéro 3 de Socio (Becker, Ewald et Harcourt, 2014) – le regard de Gary Becker se retourne vers l’analyse économique de la criminalité et du droit pénal.

2Foucault avait consacré sa leçon du 21 mars 1979 à une analyse prémonitoire d’un article phare de Becker, « Crime and punishment: An economic approach », publié en 1968 dans le Journal of Political Economy (Foucault, 2004 : 256-270 [leçon du 21 mars 1979]) – un article qui déclencha aux États-Unis le mouvement « Law & Economics » (l’analyse économique du droit). Dans son récit de l’histoire du mouvement, Richard Posner, l’autre véritable fondateur du Law & Economics, décrit cet article comme le « premier coup » : « Si un anniversaire doit être choisi pour la naissance du mouvement Law & Economics, ce serait 1968 », écrit Posner (2001 : 32). Pourquoi 1968 ? Parce que, dit-il, « en 1968, Gary Becker publie son article sur la criminalité, relançant et raffinant l’approche de Bentham » (ibid. : 34). L’article de Becker, nous dit Posner, a mis en relief la portée de l’analyse économique. Il a démontré qu’« aucun domaine du droit ne pouvait être placé sous la lentille de l’économie sans des résultats d’éclairage » (ibid.).

3L’intérêt que Foucault portait à la théorie économique de la pénalité était de l’ordre de l’évidence : la politique pénale qui en dérivait n’avait besoin ni de discipline, ni de conception de la dangerosité, ni de la profession psychiatrique, ni même des sociologues. Comme Becker l’a écrit en 1968 : « […] une théorie utile du comportement criminel peut se passer de théories spéciales de l’anomie, de défauts psychologiques, ou d’hérédité de caractères spéciaux, et simplement étendre l’analyse habituelle et préférée de l'économiste » (Becker, 1968 : 170). Ce qui aurait mené Foucault à déclarer, au Collège de France, que du point de vue de l’analyse économique de Becker, « la bonne politique pénale ne vise aucunement à une extinction du crime, mais à un équilibre entre des courbes d’offre de crime et de demande négative. Ou encore : la société n’a pas un besoin indéfini de conformité. La société n’a aucunement besoin d’obéir à un système disciplinaire exhaustif » (Foucault, 2004 : 261).

  • 2 Courriel de Gary Becker à Bernard E. Harcourt du 13 mai 2013.

4De nouveau, la question au centre du débat tourne autour de la critique de Foucault. Gary Becker se replonge ainsi dans la lecture de ces leçons avec grand enthousiasme – à l’issue de quoi il m’envoie un courriel : « J’ai lu la leçon [du 21 mars 1979], et elle est intéressante. Est-il d’accord avec l’approche que je prends ? Il n’est pas clair, mais d’autre part, il n’est pas évidemment en désaccord2. »

5François Ewald, enchanté par la première conversation, revient à l’université de Chicago pour une seconde rencontre historique. En voici la transcription : le débat recouvre la question de la peine de mort, du coût des châtiments, de l’approche économique empirique, de Bentham, de Kant. La discussion se centre sur les textes fondateurs dans le domaine de la pensée pénale du xxe siècle : l’article de Becker de 1968, Surveiller et punir de Foucault, et ses cours du Collège de France, en particulier La société punitive (leçons de 1973, voir Foucault, 2013). Ce sont des textes qui ont eu une grande influence sur le droit pénal et sur la théorie critique contemporaine.

6Le débat offre un éclairage précieux sur la conversation qui aurait pu avoir lieu entre Foucault et Becker en 1979. Nous en avons ici tous les indices. En particulier, un développement extensif sur la question, centrale pour Foucault, de l’épistémologie du modèle économique – ou plus précisément : dans le modèle de l’acteur rationnel, l’idée du gouvernement limité serait-elle intégrée à la théorie même du sujet ? La politique économique résultante est-elle insérée dans les prémisses de la conception même de la subjectivité ? Cette dernière interrogation conduit Becker à un aveu important. Poussé sur les questions empiriques et méthodologiques, Becker se replie sur ses intuitions : « Je suis convaincu que trop de lois entraîneraient un surcontrôle de la société par le gouvernement. C’est la raison pour laquelle j’ai toujours été en faveur du gouvernement minimal3. » Un aveu qui semblerait éclairer un thème central que Foucault développe dans son cours du 28 mars 1979, ainsi que la thèse plus récente selon laquelle le libre marché n’est peut-être qu’une illusion (Harcourt, 2011 : 52).

7Une troisième conversation avec Gary Becker et François Ewald était prévue pour le 16 mai 2015 dans le contexte d’un colloque sur « L’État en histoire et théorie » du Neubauer Collegium for Culture and Society à l’université de Chicago4. Ce troisième débat n’aura pas lieu : Gary Becker est décédé le 3 mai 2014.

Haut de page

Notes

1 Un premier débat entre Gary Becker, François Ewald et Bernard E. Harcourt a été publié dans Socio, no 3. Cette présentation introduit le second échange, qui lui fait suite et forme un tout avec le précédent.

2 Courriel de Gary Becker à Bernard E. Harcourt du 13 mai 2013.

3 Voir infra, Gary Becker.

4 Voir : <http://neubauercollegium.uchicago.edu/events/uc/many_hands_of_State/>.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard E. Harcourt, « Gary Becker répond à Foucault sur l’analyse économique des crimes et des peines », Socio, 5 | 2015, 189-191.

Référence électronique

Bernard E. Harcourt, « Gary Becker répond à Foucault sur l’analyse économique des crimes et des peines », Socio [En ligne], 5 | 2015, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/socio/1960 ; DOI : 10.4000/socio.1960

Haut de page

Auteur

Bernard E. Harcourt

Bernard E. Harcourt est professeur de droit à Columbia University à New York et directeur du Columbia Center for Contemporary Critical Thought. Il est également directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales à Paris. Il a récemment publié Exposed : Desire and Disobedience in the Digital Age (Harvard University Press, 2015) et édité les cours de Michel Foucault au Collège de France : Michel Foucault, La société punitive (Gallimard et Éditions du Seuil, 2013) et Théories et institutions pénales (Gallimard et Éditions du Seuil, 2015).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals