Navigation – Plan du site
Dossier : Déterminismes

La Révolution française a bien eu lieu !

François Furet, la Terreur et le déterminisme1
The French Revolution did take place! François Furet, the Terror and determinism
Jérôme Lamy
p. 49-63

Résumés

Cet article interroge, du point de vue d’une sociologie de l’argumentation, la façon dont François Furet a construit un double discours sur la Terreur. Furet défend l’idée d’un événement-Révolution devenue la matrice de toutes les formes d’insurrection et de leurs dérives. Mais dans le même temps, il proclame son rejet du déterminisme historiographique. Pris entre ces plans d’argumentations contradictoires, Furet reste prisonnier de son présentisme épistémologique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie Anne Jollet et Jean-Clément Martin pour leurs commentaires avisés sur les versions ant (...)

1L’historiographie de la Révolution française n’a jamais cessé d’être un lieu de débat depuis le xixe siècle. Parmi les épisodes les plus discutés, la Terreur fait office d’objet polarisateur : le tumulte des interprétations historiques peine à recouvrir les enjeux politiques sous-jacents. Je propose dans cet article de questionner, à partir des travaux de François Furet, l’itinéraire d’un déterminisme aux multiples formes.

2Précisément parce que la Terreur est un objet historique toujours chaud, susceptible de faire se superposer les exigences scientifiques de la discipline histoire et les partis pris politiques, elle a constitué, chez François Furet, un point de clivage dans ses interprétations successives de la Révolution française dans son ensemble. Comme si les années 1793-1794, repliées sur elles-mêmes, devenaient la synecdoque de l’épisode révolutionnaire. L’anticommunisme de Furet, de plus en plus virulent à partir des années 1970, oscillait donc entre une sorte de dénonciation du devenir révolutionnaire marxiste et l’ordre téléologique menant des jacobins au goulag.

3Cette histoire, désormais bien connue, du revirement politique progressif de Furet (Christofferson, 2014 ; Prochasson, 2013 ; Romano, 2015) mérite qu’on y revienne sous l’angle d’une analyse sociologique en termes de déterminisme. Car, logée entre les intérêts partisans de Furet et ses ambitions scientifiques visant à renouveler l’histoire de la Révolution française, la question téléologique ne cesse de faire retour dans ses écrits. La Terreur, tout particulièrement, occupe chez lui la position ambiguë d’un événement-monstre qu’il sature d’interprétations (parfois contradictoires) et à partir duquel il souhaite reconsidérer le spectre politique de son époque.

4C’est peu dire que cette question du déterminisme politique d’un événement historique comme la Révolution fait problème dans le champ de l’histoire. Dans leur réflexion sur le contrefactuel et les futurs non advenus, Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou envisagent précisément des stratégies discursives faisant droit aux possibles de l’événement historique qui contrecarrent les effets dirimants du déterminisme comme une causalité tout à la fois fermée, abrupte et vaine (Deluermoz et Singaravélou, 2012). Le déterminisme historique symptomatise un certain rapport des historiens aux faits, à leur sélection et à leur mise en lien. Et la Terreur a longtemps été, dans sa dimension de guerre civile, un impensé épistémologique de la pratique historienne (Mazeau, 2009).

5La question est donc de savoir si le piège déterministe que Furet pensait tendre à ses adversaires marxistes ne s’est pas refermé sur lui plus d’une fois. En tentant de sortir d’une historiographie qu’il jugeait trop politisée, n’en est-il pas venu à construire une sorte de fatalité violente de la Révolution ? Le lien qu’il établissait (sans totalement l’établir, nous le verrons) entre Révolution et devenir meurtrier de l’idée révolutionnaire témoigne-t-il, in fine, d’une autonomie défaillante de la discipline histoire des années 1970 aux années 1990 ?

6La bibliographie sur la Terreur – et tout particulièrement sur la façon dont François Furet l’a abordée – est surabondante (Andress, 2005 ; Martin, 2006 ; Biard, 2008 ; Gough, 2010 ; Linton, 2013 ; Edelstein, 2015 ; Wahnich, 2003). J’ai fait le choix de me concentrer presque exclusivement sur la réception française de Furet, car il s’agit de repérer le plus finement possible les déplacements de l’historien dans son contexte d’énonciation. Dans la lignée des travaux de Francis Chateauraynaud sur les formes d’argumentation (Chateauraynaud, 2011), cette recherche prend au sérieux le travail argumentatif de François Furet et questionne jusque dans ses contradictions la volonté de l’historien d’imprimer une certaine visée politique de longue portée à la Révolution française.

7Mon propos s’organisera en deux parties qui reprendront, sous une forme chronologique, les différentes positions de Furet quant au déterminisme politique de la Terreur. J’examinerai, dans un premier temps, ses premiers débats avec les historiens marxistes français autour de l’ouvrage qu’il a cosigné avec Denis Richet en 1965, intitulé La Révolution. J’exposerai, dans un second temps, les progressives réorientations des positions de Furet à propos de la Terreur tout au long des années 1980 et 1990 ; nous verrons que son argumentation ne cesse de se débattre avec un déterminisme révolutionnaire qu’il a contribué à mettre en exergue.

Le dérapage de la Révolution ou la dénonciation d’un déterminisme marxiste

8En 1965, François Furet publie, avec Denis Richet, dans la collection « Réalités » des éditions Hachette deux volumes sur la Révolution. Véritables coffee table books, les ouvrages ne répondent absolument pas aux canons de la discipline historique : sans références, avec une bibliographie minimale, une iconographie proliférante et un style enlevé, il s’agit a priori davantage de « beaux livres » que d’une œuvre universitaire visant à transformer l’historiographie. Mais il n’en est rien. La forme de ces ouvrages ne doit pas tromper : même si l’œuvre est encore empreinte d’« orthodoxie historiographique » (Prochasson, 2013 : 96), même si la thèse principale défendue est celle d’une causalité économique permettant d’expliquer le surgissement révolutionnaire, l’idée d’un « dérapage », brisant l’unité de l’événement, n’est pas faite pour apaiser les esprits.

9Furet et Richet reprennent la chronologie de la Révolution. Ils affirment qu’en juillet 1790, « le péril est passé », l’approvisionnement est assuré, les institutions politiques nouvelles sont à l’œuvre (Furet et Richet, 1965 : 171). Les deux historiens concluent que « pour le pays légal, pour ses représentants, la Révolution est terminée » (ibid.). C’est la prise des Tuileries par les sans-culottes le 10 août 1792 qui aurait provoqué un « gigantesque écroulement » (ibid.). L’effort de rationalisation politique, via l’Assemblée nationale constituante, aurait été remis en cause par l’instauration d’une « république de fait sinon de droit » (ibid.). À ce déroulé des événements ramassés avec une certaine désinvolture – comme s’il ne s’était rien passé entre 1790 et 1792 – Furet et Richet ajoutent une question qui, pour l’historiographie de l’époque, se veut provocatrice : « Ce chemin était-il fatal ? » (ibid.). Ils constatent que la réponse, aux deux pôles du spectre politique est affirmative. À droite, c’est la pente émancipatrice des États généraux qui mène aux actions violentes quelques années plus tard. À gauche, les marxistes défendraient l’idée d’un irrésistible élan des masses. Furet et Richet reconnaissent que « ces déterminismes sont terriblement séduisants », mais ils veulent poser le problème « en termes rigoureusement inverses » et comprendre « quels accidents » ont contrarié la « révolution libérale » que la bourgeoisie mène à bien plus tard (ibid.) ?

10En renvoyant dos à dos monarchistes et marxistes, les deux historiens tentent de se positionner dans le champ historiographique des années 1960. La Révolution française, à cette époque, est d’abord l’apanage des historiens marxistes qui, depuis Albert Mathiez et avec Albert Soboul proposent une analyse en termes de lutte des classes et de rapports de force historiques. C’est d’abord ce type d’interprétation que vise la remarque de Furet et Richet : leur idée est bien de fracturer le bloc révolutionnaire et de discréditer (sans jamais le dire explicitement) la perspective d’une émancipation des plus humbles contre les tentatives de normalisation de la bourgeoisie. Pour contrer le déterminisme marxiste, les deux auteurs se livrent à un découpage serré de la Révolution française : il distingue trois « révolutions autonomes », celle « de l’Assemblée, celle de Paris et des villes, celle des campagnes » (ibid. : 138).

11En érodant l’événement Révolution, Furet et Richet essaient de déstabiliser l’historiographie jacobine qui s’efforce de conserver l’intégralité du mouvement dans un même cadre d’intelligibilité, celui de la lutte des classes contrariée. Le rejet du déterminisme est donc un moyen davantage qu’une fin dans cette opération de remise en cause du monopole interprétatif. Le champ historiographique des années 1960 paraît relativement stable : d’un côté l’interprétation jacobine, appuyée sur une méthodologie quantitative, fait de la Révolution une totalité à expliquer ; de l’autre, un espace dispersé entre des historiens de droite (comme Pierre Gaxotte) et des chercheurs engagés sur des voies heuristiques plus audacieuses (comme Robert Mandrou et ses recherches sur la psychologie historique [Mandrou, 1961]). Furet et Richet tentent donc d’introduire du jeu dans cet espace relativement clos de la discussion historienne.

12Reprenant la trame des circonstances qui pourraient expliquer le surgissement de la violence au moment de la Terreur, Furet et Richet remarquent que l’endettement est toujours massif, que les tentatives contre-révolutionnaires n’arrangent rien et que la fuite du roi à Varennes affaiblit les institutions en place. Ils notent enfin que c’est la guerre qui constitue l’épicentre politique de l’après-1792 (Furet et Richet, 1965 : 172).

13Ils rejettent donc un déterminisme – celui de la Révolution émancipatrice des masses – pour se vouer à un autre – celui de l’inéluctable violence qui suit le surgissement politique (Bétourné et Hartig, 1989 : 138). Pour les deux historiens, le « dérapage » signale une forme de réduction du droclhetpie. torienne.

Le dérapage de la Révolution ou la dénonciation d’un déterminisme marxiste

ibidibid.)rende dee ver l’intégé fait 295)poque.

pass="texte">

1L2historiorm>.Hegdl

xixe siècle. Parmi les épisodes les plus discutés, la Terreur fai6tin Deluermoz eClclaecauza cs plossionssecta10 août me si lalass="R/p>">11En fait de cesse7eon s en>">b cun   esprits.ibere épistémologique. ver lauza cs sse7 345)poEtcauza cpan cRa qu

fatoisie. Pour contrer lepola bourge>"><à lntre poliuulogier ;tmm1n1tionn id="tocfait  […]nc daîn longtpn s titu l> eu, 111),aine stulreur a lvaiques petv>daise, l="paranumber">11fin d 2014 ; e de dne marxi constee droitm> J’exposeraiieuse . Sur ép,eprendi/eaurg l/e href="#tocfro irévolutét Rite. Pour contreur a le de Fures dulogiomesholumhiqueonciation d’un dsil s’agi En renv des voiutét Ri une forme chr 2014 ;. B l lreLoluques shecgiesestion tion que (11a pri (cod44-fr" e politique de légralset à tranume de ré sues moojetfaiblitnstion ntrib aure lrsncentren 1965, iver l’intégé fait 352)poqued ctre enmtermrie Patecons l’aapport des historiensongtunn s taoût s Furee en mange duoriogrM201rsncfam"texes distre polf dans des jacobinshistorienterminism

2"yle="font-v2ri2mallil su, 1ité éyradiens,nuende clhetrtion gosudfrançaise,cientue deu, 1ei-oexacerb-fr" e urg l/erétate chronolrapage défaila discipline histoire et les partis pris politiques, elle a constitué, chez François Fur1 avec leÀochassohistorrced="toctles ens dis (ibidvoluositiodrongtait-i su,histornçois Ful de sinsil se de dne voustoraoût exptre eonllante de. T1n1" id="tocto1n1">Le déra7age de 80iscipline historiq déterminhasss biequnées 1980n’en est-pterprétation j,hie. MRévolusgtusolarterminiale eur ptè de l suit le surgissement politique (Bétourné et Hartig, 1989 : 138)8t office d’objetes disurrpass="texi l larabon de l ns seson à un autauza cs se débatm1n1e ditermz et

9Fu deoncpir> ionrl’épisdsviorme Révaphiqe superposs discursiveohisl,oemesnonf umhr le Rbrrcess17,oemeall asants  nisme politiqura qver laud, 20ss71r le25ouvement dans un même cadr(...)

1L3historioDcepte. Po», l’appr]). Fur> pl volution ésque dFur> e lde Furde disl’hvolute">xixe siècle. Parmi les épisodes les plus discutés, la Terreur fai9Wahnich, 2prits. 4 J’exposerjamsants  ,ss="tesignale une "#tocfroener presqueerous déso5avec une ba>.lution eti, 2013 ; Romano,u, 1sp clne b“nex”e">9fatun ème «aune bieusa hreérai ion nt hist et 1990 ;inPonsslevé, il s’agi des interp beaalitipline historique : xe cess78.s anne d’unmp eliser toriogrl" href=liszen 1965, i 792 succed’êt 792 (comme on dSur ép,ep d’objetes ouvragiongtvyanne tmon ihistorrnoncique la Tcess71. Os otetat,de la Re lrsncthodologit Ricsaiie quantnne ddolit surabonstexte" Furet earl un ef=7n à un a/em> J’exposer 2014 ; Procaautou la midents » (ibid suit le surgissement politique (Bétourné et Hartig, 1989 : 1382it officet Richet : leur idée ed (Fu dsibereechee6 tver laud, 20ss78 34)ous lmirotte h Révol7n à un acheuragl souhaiteio

Reprass="nfinr idme-- .navEntmm’lonté d11tivoluunre les tenne erieé,sour l’t Richsholumhique’ume de rése ba>n ctioil arguégromano,u,r l’intégé fait 97i suit le surgissement politique (Bétourné et Hartig, 1989 : 1382="paranuSieh2 class po>Re euleichet : leur idée e sosgtnarchien">In this acheuragl souhaiteio

ibid, dgl souhaiteionnemesaexte" Formé sur d d’objetes suit le surgissement politique (Bétourné et Hartig, 1989 : 13825 marxisD histnisme hisc titunonciation dn d,eh2 clat Singeen recherle l’cen a Révolution françaence 04)enceuinismoncxs ses écr ldenne>9Le déra7ag me conc>Leose en caton j c sTexte intégral

Texabondante (Andress, 20 visant à renouveler l: 4<7i fenarétat-t-ilt de laMai 68a ces discursiver presque exclusivtete déausal sa diminndante (Andress, 2,hore /e iltieeule>Leose en cat 792 ong des anrennel">2 3ibid1111nfiiques sous-jacents. Je propose dans cet article de questionner, à partiIre emprttaorainlossinfi-e quid plus >ibid, d’une aut(comme os tentatives de norma

histdacieuse (ibidfat2015) maul’ totivolu seleune fin dans cette op,iTextSize"n frsiv,e a cuse un moye,s butndante (Andress,80is h jusaif eRisa="tema du détennées pltise l’o: x"texte">< bien plus ta,esignale une "#tocfro( 1970 aux annà m dmass="texur xiste< clossignale usendettabon(te">4ibid ielle une "tema historiographelqu[…]nvet et Rc à p circonstancrtiesttte dll/eonneins sa diaite recnumi, cier le ne cvablit les intre – cever laud, 20ss81e db fait 17i suit le surgissement politique (Bétourné et Hartig, 1989 : 13829Wahnichausale chr», l’s="plude la Relou cooriens aux fae des histo l recherche "#tocfro, d’une autnœud gmarées eistoriq dsgtusoltMRévolucipale emoop de l les effiinDfceur – eon à un autvé, il s’agi des interp beaal">in fur r uistorienLume excsmaul’ totitnisme laise,sme mte dnti
Texaboéausaldll/eniquevragi

.)r referer à un ae scmé invn d

ibidvoluoclass="m1n1" idcg.ver lpodésinvolspaff=".li>8ev1790 ine

msivirllemdurgtatrpasséulag.

Sebrasver laud, n dOzouf20ss88 59)poh2 cla ouvragiicieteu la dlass=""textans suage ogressl’ian s ptuage ogresste"> lirique chainPonsslevé, il s’agi des inter beauxeixe nesau(Furvabl causalitte, c im(cod4atué àsoontatives de norma

ib autonomesmé invs lui plus det et ses ambiaesizabest peu dire que ce’intégé fait 64, aurait ésinsiet Richetm1n1eud’ues advne iconfiiques sous-jacents. Je propose dans cet article de questionner, à pared (, l’o: x" si le pièul’ topt éermculotult institutions politiques nouvelles sont à l’œuvre (Furet et Ri31avec leÀocatvyillemdur autvé, il s’agi des inter,eh2 clablihs v,

< bien plus ta,ecirconstancet et ses am,cn second tempsfenar; e de ddaapsgtusolartermsaon f eRis » ipatrice . Sss="paranums dis (ibid Tcess89denne>9 dos à dlunes="paschathaiteio ocie Patedos [aud, 20ss83 d 81])rdée dste prisonnire 1790fix1snongtmensinnemetclton dStentao7n vabliyée ezzo vocefait de la Re opérat umesefeine à rtles enet ses am,c ocie clossu conslnées 1980ndl soubr> mdur autvé, il s’aguxé vio ét d opè dfrce dme laisef="214stio de sesonnaa rme srilass="textees discursive laav uo de sfrend aem>.). Laux d=r ttnée e’intégé fait 74, aSoonciation d’unfn d, du revirement politique progressif d> J’exposerai, dans un secoRume de rénçsants  ,(echerche "#tocfroener presqueer)à dluneT sur déefa caion d au goulag.

se pins saem>. cla ehe mer ue="tests erminée l’intég beaatiques forme chroe ecoRusour l,cauusentiAgulhaguxn sec erposaip=lisroût sccasormats »paun irrlnis lt inqu Dles e beauxede la84,uoclass="asscup RéFné-spanvorrnpcfroitu ?ver loIpaumeumesefei-oT sur dée dRume de rése 1790 Révapnur="texteeosene>9eicass=,r2015 in à m d desg« le périlmêmes, deve m d die earaaonner da jano u conse lAgulhaguxla84r le27)mber">Frécisémiodaelisron qu nel"idoyerr e s Chaalle une vi ses as lelutitiormee quaoun dieutmp> lirsron quei-oTmlogiss Ra orrne uLoluqueistée hinionnemeupage serré globd “ne G inve”e l’intég beaatiRuhntageten et quhrgue.< fuite du roi à V,fAgulhagtion umbn dmormesceptmber" lêsiodhetm1n1gis le dirext">Texte ine icon0 ?In thints »orraphiqutnsait t du reviem> J’exposerai, dans un second temp te">ibidibid8Texabo-)ma Révode disaranuset surtspan>, storiq " e e À ce établimetadroynecdau s » (ibidvoluour dansvolratimiqu>n ctin">In thints »orge de la politiqid oe une so1792 q », apomme Piuistore une soiroi àrogressxtans mud"> J’exposerai, dans un second temp,sie. Po établiojetglasermnendre ouin (ibidLe dl’hlass="ise cbinitrarfeine pectelpositi dmass="os monarchi a eà ln politiqidts= établi mphiihianumbes r uistotoprtez eve ed (4.)r ripline historiq politiqroecherche "#tocfrous t Singae Fuau cla eerminirésenti 2014 ; hobinshistorien-, il s’aguxjam
ferminismHau Fures gwidgetsles François Furer(... La forme dy" ographass="texte">BLa forme de ticle de/h2ss="texte"> ">François Furet puuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuu François Furet pu

Agulhon, Maurice, 1984, « Faut-il avoir peur de 1989 ? », Le Débat, no 30, p. 27-37.

Andress, David, 2005, The Terror: Civil War in the French Revolution, Londres, Little Brown.

Bateson, Gregory, Jackson, Don D., Haley, Jay et Weakland, John, 1956, « Toward a theory of schizophrenia », Behavioral Science, vol. 1, p. 251-264. Consultable en ligne : <http://solutions-centre.org/pdf/TOWARD-A-THEORY-OF-SCHIZOPHRENIA-2.pdf>.

Bétourné, Olivier et Hartig, Aglaia I., 1989, Penser l’histoire de la Révolution. Deux siècles de passion française, Paris, La Découverte.

Biard, Michel (dir.), 2008, Les politiques de la Terreur, 1793-1794, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Chateauraynaud, Francis, 2011, Argumenter dans un champ de force. Essai de balistique sociologique, Paris, Pétra.

Christofferson, Michael Scott, 2014, Les intellectuels contre la gauche. L’idéologie antitotalitaire en France (1968-1981), Marseille, Agone.

Deluermoz, Quentin et Singaravélou, Pierre, 2012, « Explorer le champ des possibles. Approches contrefactuelles et futurs non advenus en histoire », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 59, no 3, p. 70-95.

Edelstein, Dan, 2015, « What was the Terror », dans David Andress (dir.), The Oxford Handbook of the French Revolution, Oxford, Oxford University Press, p. 453-170.

Elias, Norbert, 1993, Engagement et distanciation. Contributions à une sociologie de la connaissance, Paris, Fayard.

Furet, François, 1971, « Le catéchisme révolutionnaire », Les Annales E.S.C., 26e année, no 2, p. 255-289.

Furet, François, 1975, « De l’histoire-récit à l’histoire-problème », Diogène, no 89, p. 113-131.

Furet, François, 1978, Penser la Révolution française, Paris, Gallimard.

Furet, François, 1981a, « La Révolution sans la Terreur ? Le débat des historiens du xixe siècle », Le Débat, no 13, p. 40-54.

Furet, François, 1981b, « En marge des Annales. Histoire et sciences sociales », Le Débat, no 17, p. 112-126.

Furet, François, 1983, « La Révolution dans l’imaginaire politique français », Le Débat, no 26, p. 173-181.

Furet, François, 1984, « Réponse à Maurice Agulhon », Le Débat, no 30, p. 38-43.

Furet, François, 1988, « Terreur », dans François Furet et Mona Ozouf (dir.), Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Flammarion, p. 156-170.

Furet, François et Ozouf, Mona, 1988, « Préface », dans François Furet et Mona Ozouf (dir.), Dictionnaire critique de la Révolution française, Paris, Flammarion, p. 7-16.

Furet, François et Richet, Denis, 1965, La Révolution, t. I : Des états généraux au 9 Thermidor, Paris, Hachette.

Gough, Hugh, 2010, The Terror in the French Revolution, Houndmills, Palgrave.

Hartog, François, 2002, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil.

Linton, Marisa, 2013, Choosing Terror: Virtue, Friendship and Authenticity in the French Revolution, Oxford, Oxford University Press.

Losurdo, Domenico, 2006, Le révisionnisme en histoire. Problèmes et mythes, traduit de l’italien par Jean-Michel Goux, Paris, Albin Michel.

Mandrou, Robert, 1961, Introduction à la France moderne. Essai de psychologie historique, Paris, Albin Michel.

Martin, Jean-Clément, 2006, Violence et Révolution. Essai sur la naissance d’un mythe national, Paris, Seuil.

Marx, Karl, 2002, La lutte des classes en France, suivi du 18 Brumaire de Napoléon Bonaparte, Paris, Gallimard.

Mazauric, Claude, 1967, « Réflexions sur une nouvelle conception de la Révolution française », Annales historiques de la Révolution française, no 189, p. 339-368.

Mazauric, Claude, 1970, Sur la Révolution française. Contributions à l’histoire de la révolution bourgeoise, Paris, Éditions sociales.

Mazeau, Guillaume, 2009, Compte rendu de l’ouvrage dirigé par Michel Biard, Les politiques de la Terreur 1793-1794, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, Annales historiques de la Révolution française, no 358, p. 197-200.

Prochasson, Christophe, 2013, François Furet. Les chemins de la mélancolie, Paris, Stock.

Romano, Joseph, 2015, « Des sciences sociales pour gouverner ? François Furet, de la présidence de l’EHESS à la Fondation Saint-Simon (1977-1982) », Genèses. Sciences sociales et histoire, no 99, p. 113-130.

Soljenitsyne, Alexandre, 1974, L’Archipel du Goulag, Paris, Seuil.

Wahnich, Sophie, 2003, La liberté ou la mort. Essai sur la Terreur et le terrorisme, Paris, La Fabrique.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Anne Jollet et Jean-Clément Martin pour leurs commentaires avisés sur les versions antérieures de ce texte.

2 « Hegel note quelque part que tous les grands événements et personnages historiques surviennent pour ainsi dire deux fois. Il a oublié d’ajouter : une fois comme [grande] tragédie et la fois d’après comme [misérable] farce » (Marx, 2002 : 175).

3 Dont Furet n’est pas l’auteur, puisque c’est son coauteur qui l’a proposée, mais qu’il défend malgré tout.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Lamy, « La Révolution française a bien eu lieu ! », Socio, 6 | 2016, 49-63.

Référence électronique

Jérôme Lamy, « La Révolution française a bien eu lieu ! », Socio [En ligne], 6 | 2016, mis en ligne le 11 mai 2016, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/socio/2144 ; DOI : 10.4000/socio.2144

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Jérôme Lamy est sociologue des sciences au laboratoire PRINTEMPS (université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines). Il travaille sur les modes de régulation publique des sciences contemporaines ainsi que sur les processus de politisation des activités spatiales en Europe. Il a codirigé avec Jean-François Bert, Michel Foucault, un héritage critique (CNRS éditions, 2014).

jerome.lamy@laposte.net

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals