Navigation – Plan du site
Dossier : Déterminismes
L'état de la question

Trois formes contemporaines de biologisation du social

Three present-day forms of biologization of the social world
Sébastien Lemerle

Résumés

Depuis la seconde moitié des années 1960, ont réapparu dans l’espace public des points de vue sur le culturel et le social inspirés par les sciences biologiques à destination d’un public de plus en plus large. Cet article propose une typologie des différentes formes de « biologisation » existant aujourd’hui dans le cadre français.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Pour reprendre l’expression de Petre Trisca (1923).
  • 2 Je m’appuie également sur les réflexions menées à la Maison des sciences de l’homme Paris-Nord au (...)

1Si le xixe et le premier xxe siècle ont été riches en « médecins sociologues1 », les relations entre sciences du vivant et discours sur le monde social connaissent, depuis une quarantaine d’années, un renouvellement remarquable, après une période de relative discrétion du fait de l’opprobre jeté sur l’« école biologique » (selon le mot de Georges Gurvitch) de l’entre-deux-guerres, associée dans son ensemble à l’eugénisme et aux politiques exterminatrices nazies. Depuis la seconde moitié des années 1960, des points de vue biologisés sur le culturel et le social à destination d’une audience de plus en plus large ont réapparu dans l’espace public, inaugurant une séquence dans laquelle nous nous trouvons encore aujourd’hui. Cet article se propose de dresser un panorama, forcément incomplet, des différentes formes de biologisation existant aujourd’hui dans le cadre français, voire au-delà. Il s’appuiera pour cela sur une récente étude consacrée à la question, tout en s’efforçant d’aller plus loin et d’élaborer une typologie des registres contemporains de biologisation du social, qui constituera les trois parties de cet exposé (Lemerle, 2014a2).

2Mais d’abord un point de vocabulaire. Il sera question ici de « biologisation » du social, expression qui pourrait a priori être assimilée à celle de « biologisme », c’est-à-dire à la tendance à fonder l’interprétation, voire l’explication des phénomènes sociaux sur des facteurs biologiques. L’un des objectifs de cet article consistera à découpler partiellement les deux termes de cette association spontanée. Par « biologisation », j’entends une action (que désigne le suffixe du mot), une pratique consistant à importer dans un secteur donné du monde social, qui n’en avait pas forcément une habitude systématique jusqu’à présent, des schèmes ou des pratiques puisés au sein des sciences du vivant au sens large. Cette action peut se situer dans le domaine de la théorie : c’est ce qu’on appelle le biologisme, qui, à l’instar d’autres mouvements de pensée, est une tendance à réduire l’explication de l’ensemble des phénomènes dont il traite à un noyau de facteurs identifiés, en l’occurrence biologiques. Le biologisme est un réductionnisme théorique, dont les autres déclinaisons se nomment économisme, psychologisme, culturalisme, historicisme, sociologisme, etc. Il s’apparente à ce que Canguilhem appelle une idéologie scientifique, c’est-à-dire une croyance, « mue par un besoin inconscient d’accès direct à la totalité, […] qui louche du côté d’une science déjà instituée, dont elle reconnaît le prestige et dont elle cherche à imiter le style » (Canguilhem, 1981 : 44).

3La biologisation de son côté englobe certainement le biologisme, mais ne s’y restreint pas et concerne des pratiques dont la relation à un ensemble cohérent de concepts et de « lois » biologiques est plus relâchée. L’intérêt de traiter de la biologisation plutôt que strictement du biologisme est d’amener à considérer des situations sociales dans lesquelles les savoirs sur le vivant peuvent être mobilisés, au-delà des seuls systèmes théoriques. Sont ainsi distingués ici trois domaines ou registres où ces savoirs sont utilisés de façon différente : théorique, pratique, culturel.

Le registre théorique

  • 3 Voir notamment le débat autour du naturalisme social dans la revue en ligne SociologieS, octobre-j (...)
  • 4 Par exemple dans la tradition catholique : voir Binde (2001). Voir aussi, pour une mise en perspec (...)

4Ce type de biologisation est le biologisme stricto sensu. Il fonctionne de manière causale : le biologisme entend délivrer des explications des comportements ou des états mentaux, des phénomènes sociaux et culturels à l’aide de facteurs biologiques (gènes, neurones, hormones, etc.), éventuellement en combinaison avec des facteurs plus « environnementaux », toutefois considérés d’une importance secondaire. Certains auteurs le désignent parfois par le terme de « naturalisme »3, selon une acception biologique du mot « nature », qui peut, pour les analyses en SHS, prêter à confusion, la « nature » revêtant diverses acceptions selon les traditions de pensée4.

  • 5 Pour un bilan, voir Lemerle et Reynaud-Paligot (2015). Voir aussi, pour la période 1970-2000, Leme (...)

5L’inspiration et les objectifs du biologisme sont si diversifiés qu’il vaudrait sans doute mieux en parler au pluriel5. Sa réémergence est évidemment liée aux progrès enregistrés par les sciences du vivant, dont il témoigne, avec parfois un temps de retard. Ainsi le retour au premier plan des théories biologisantes en France, qui peut être daté de la fin des années 1960, concerne essentiellement deux disciplines en ascension depuis les années 1930-1950, à savoir l’éthologie et la génétique, sous l’influence intellectuelle plus générale de la cybernétique et de la théorie des systèmes, comme l’illustre l’œuvre d’Henri Laborit, l’un des théoriciens les plus en vue de la période :

  • 6 C’est l’auteur qui souligne.

La seule raison d’être d’un être, c’est d’être, de maintenir son information-structure par rapport à un environnement qui est moins organisé que lui (Laborit, 1987 : 67-68)6.

  • 7 Voir par exemple Ardrey (1971).

6Dès le départ, ce nouveau biologisme se décline de plusieurs façons : savante (débats académiques et intellectuels), pédagogique et semi-savante (vulgarisation, essayisme), allusive (messages culturels de grande diffusion). Le hasard et la nécessité de Jacques Monod (1970) et La logique du vivant de François Jacob (1970), tous deux prix Nobel de médecine et professeurs au Collège de France, appartiennent à la première catégorie, dans leur ambition de réintroduire une épistémologie darwinienne au sein des débats intellectuels. Les ouvrages de l’éthologue Robert Ardrey7 relèvent d’un essayisme militant qui s’affranchit davantage des conventions du discours académique, tandis que des revues comme La Recherche, Science et vie ou Psychologie Magazine relayent une information vulgarisée. Les circuits de production culturelle de grande diffusion, la presse à grands tirages par exemple, peuvent pratiquer un biologisme moins étayé, plus allusif.

  • 8 Sur tous ces points, voir Lemerle (2014a : 110-147 et toute la IIIe partie).

7La légitimité de ces discours biologisants procède de motifs idéologiques et politiques : ils manifestent une réaction contre les approches structuralistes, marxistes ou déconstructionnistes, qui dominent de larges pans du champ intellectuel dans les années 1970, et ce au nom d’une « nature » humaine qui devrait constituer le socle de toute analyse des comportements. Mais elle est aussi culturelle et commerciale : de nombreux intermédiaires culturels (dans les années 1970, les Éditions du Seuil, Albin Michel et Psychologie Magazine ; dans les années 1980, les éditions Fayard, Odile Jacob, Robert Laffont, la revue Sciences humaines) investissent le créneau des sciences pour renouveler leur offre ou construire leur réputation dans leur champ respectif. Ce faisant, ils contribuent autant, voire davantage, à la vitalité du biologisme dans le paysage intellectuel et culturel que les auteurs eux-mêmes. Enfin, des publics issus des nouvelles classes moyennes liées notamment au secteur médico-social, alors émergent, prisent particulièrement ce type de produit culturel se proposant de fournir des outils pour « comprendre, savoir et agir dans le monde d’aujourd’hui », pour reprendre le premier slogan de Psychologie Magazine, dans une perspective moins critique que réformiste8.

  • 9 La mémétique est l’étude des mèmes, c’est-à-dire d’entités culturelles propres à être transmises e (...)

8Au milieu des années 1970, le biologisme emprunte deux nouvelles directions, l’une clairement réductionniste, avec la sociobiologie d’Edward O. Wilson, l’autre analogique, avec les théories de Richard Dawkins, transposition des théories néodarwiniennes à l’analyse de l’évolution culturelle, qui débouche sur la discipline connue sous le nom de « mémétique9 ». L’introduction de la sociobiologie en France donne lieu à d’intenses polémiques idéologiques et politiques, ainsi qu’à une forte mobilisation, notamment de biologistes (François Jacob, Albert Jacquard, Jacques Ruffié), visant à la discréditer. L’épisode se conclut sur une illégitimité durable de l’utilisation « sociologique » de la génétique dans les cercles académiques, sans toutefois tarir les discussions sur les prétendus gènes de l’alcoolisme, du suicide ou de l’agressivité dans les productions de grande diffusion.

  • 10 Voir Rose et Abi-Rached (2013 : p. 25 sq.).

9Les années 1980-1990 coïncident avec l’essor d’une autre forme de biologisme, inspirée des sciences du cerveau, sciences cognitives et neurosciences, dont le développement moderne date du début des années 196010. Cette ascension se décline également en publications scientifiques, essayisme plus ou moins grand public, et productions culturelles grand public. Elle est portée par des scientifiques reconnus, membres du Collège de France, de l’Académie des sciences, ou éminents chercheurs étrangers (Jean-Pierre Changeux, António Damásio, Steven Pinker, etc.) ainsi que par des psychiatres et des médecins moins prestigieux mais plus aptes à circuler entre les différentes strates des circuits de production culturelle (Boris Cyrulnik, Christophe André, etc.). Le point commun avec la période précédente est toujours l’idée de l’existence d’une nature humaine, appelée à « devenir le fil conducteur de la recherche en sciences cognitives » (Mehler et Dupoux, 1990 : 247). Ses déclinaisons se retrouvent à tous les étages de la production culturelle : livres de facture académique de Jean-Pierre Changeux à la recherche d’un fondement naturel de la morale (Changeux, 1983 ; 1993), essais de vulgarisation plus accessibles à des non-spécialistes de Jean-Didier Vincent (1986), Paul D. MacLean (MacLean et Guyot, 1989) ou Robert Wright (1995), ouvrages de psychologie populaire de Christophe André (1996) ou Allan et Barbara Pease (1999) qui entendent fournir conseils et espoirs pour s’orienter dans la vie.

  • 11 Selon l’expression de Patrick Pharo (2004 : 41).

10Dans les années 2000, du côté des systèmes théoriques, s’affirme la nébuleuse de la « psycho-anthropologie évolutionnaire11 », qui englobe la psychologie évolutionniste de Jerome H. Barkow, Leda Cosmides et John Tooby, abondamment vulgarisée en France, la « théorie des mèmes » de Richard Dawkins, et l’anthropologie cognitive de Dan Sperber, laquelle combine une épistémologie évolutionniste à une conception du fonctionnement de l’esprit sous la forme de « modules » de perception et de représentation hérités de l’évolution.

11D’autres approches apparaissent également en début de décennie aux États-Unis, aux projets initiaux moins réductionnistes. Les neurosciences sociales cherchent ainsi à établir les interactions entre facteurs sociaux et biologiques et leurs conséquences sur les comportements humains (Cacioppo, Berntson et al., 2002). Elles ont pour objectifs de mesurer l’influence des facteurs sociaux sur les processus biologiques humains, par exemple la façon dont les processus sociaux se traduisent dans le cerveau, mais aussi de déterminer les effets des facteurs biologiques sur ces mécanismes (Berntson et Cacioppo, 2004 : 113). Plus récemment encore, certaines discussions ont été rouvertes avec la génétique comportementale (Freese, 2008).

  • 12 Dans la production pléthorique de Boris Cyrulnik, on peut renvoyer à Cyrulnik (1992 ; 1997 ; 2006)

12Il ne faut donc pas voir cet ensemble comme un tout cohérent, même s’il existe les lignes de force qu’on vient d’esquisser et qu’on laissera aux spécialistes le soin d’expliciter, voire de corriger. Plusieurs pôles cohabitent, qu’on pourra nommer biologisme « fort » et biologisme « faible » ou bien, sans que cela soit exactement la même chose, tendance réductionniste, habituelle au sein du biologisme, toujours vivace s’agissant notamment des questions de genre (Jordan-Young et Rumiati, 2011), et tendance plus libérale, théorisant sur les possibilités offertes par la mise au jour des déterminations des individus en vue de la maîtrise de leur trajectoire biographique. En France, des figures construisent leur visibilité sur ce type de discours optimiste et volontariste et revendiquent une position de synthèse puisant à la fois aux pratiques médicales et aux connaissances de laboratoire en vue d’outils pour l’action : des praticiens comme Boris Cyrulnik12 ou David Servan-Schreiber (2003), ainsi que des intermédiaires culturels comme les éditions Odile Jacob, foyer de diffusion de la plupart des approches énumérées plus haut, ainsi que d’une collection de « Guides pour s’aider soi-même », au titre programmatique, dirigée par le psychiatre Christophe André.

Le registre pratique

13Même si elle peut s’apparenter à une posture proche du biologisme, cette biologisation n’a pas la même finalité. Elle consiste en pratiques s’appuyant sur des paramètres biologiques afin d’atteindre leurs objectifs, ces paramètres étant considérés comme les paramètres les plus susceptibles de conduire au résultat escompté. Plus qu’un pouvoir explicatif, ce qui est recherché ici dans le biologique touche à ses potentialités opératoires. Le biologisme en tant que système théorique n’est pas la priorité. Ce mode de biologisation réduit les individus à certaines de leurs propriétés biologiques, appréhendées au moyen de paramètres définis par la biométrie, les tests génétiques, les tests de mesure du quotient intellectuel, l’imagerie cérébrale fonctionnelle, etc. Dans ce contexte, les termes de biologie et de biologisation deviennent des signifiants très larges, recouvrant les usages sociaux des sciences du vivant.

14La spécificité de cette biologisation tient aux espaces où elle a cours : la santé bien sûr, mais aussi l’éducation, le sport ou le management. On peut, sous certaines conditions, qualifier de « biosociaux » (Ticktin, 2011 : 192 sq.) ces secteurs du monde social où les caractéristiques biologiques des individus sont utilisées comme ressources, par eux-mêmes ou par des tiers.

  • 13 Pour une présentation du développement personnel, voir Requilé (2008 : 65) : « Consacré aux techni (...)
  • 14 L’eudémonisme étant considéré ici comme une « doctrine morale ayant pour principe que le but de l’ (...)
  • 15 Voir Marquis (2014) ; Requilé (2008).

15Cette forme de biologisation peut en effet provenir des institutions des espaces concernés. Mais elle peut émaner des individus eux-mêmes, pour qui la biologie devient une ressource culturelle permettant de se définir comme sujets. Elle peut alors renvoyer à une perception, historiquement et socialement située, des « voies d’accès au salut temporel » (Memmi, 2004 : 288), où l’attention au substrat organique apparaît comme condition nécessaire à l’accomplissement de l’existence. Ainsi, pour les adeptes d’une approche syncrétique comme le développement personnel13, l’option biologisante est prise en compte aux côtés d’autres emprunts théoriques (philosophique, psychologique, religieux, etc.) en vue de l’accomplissement d’un projet eudémoniste14. La « restructuration cognitive » en est l’un de ses principes fondamentaux, qui insiste sur la mise en œuvre de la « déprogrammation » puis de la « reprogrammation » du psychisme, enfin débarrassé de ses « croyances limitantes », au moyen notamment de la programmation neurolinguistique (PNL), méthode également employée dans le management et le coaching15.

16À la manière de ce qui a été vu avec la biologisation théorique, la biologisation appliquée peut se décliner selon un continuum qui irait d’un pôle « libéral », visant à la délégation à l’individu de la responsabilité de sa propre destinée, à un pôle réductionniste tenté par le contrôle accru des populations. D’un côté, est annoncé le début d’une ère de « citoyenneté biologique » (Rose, 2006 : 131 sq. ; Rose et Novas, 2005), c’est-à-dire d’un système politique où la biologie devient manipulable et génératrice d’espoir. La constitution biologique des individus n’aurait plus le caractère premier qu’on pouvait jusqu’ici lui prêter et les notions d’altération ou de modification de soi seraient reconnues et assumées dans une certaine mesure : les sociétés occidentales seraient entrées dans une économie morale dénigrant l’ignorance et la résignation. Mais d’un autre côté, cette nouvelle économie morale semble réservée à certains groupes sociaux, dotés de toutes les sortes de capitaux permettant de faire des choix « éclairés », plutôt qu’à d’autres. Ici la ligne de démarcation passe non seulement au sein des sociétés occidentales, mais aussi entre celles-ci et les pays du « Sud » (Ticktin, 2011 : 212-217).

  • 16 Sur ces questions, voir Morel (2014) et Woollven (2012). Sur la médicalisation des difficultés sco (...)

17On le voit, les protagonistes de ce registre de biologisation ne sont pas les mêmes que ceux du registre théorique, même s’il existe des recoupements. Dans ce registre « appliqué », une part importante revient aux praticiens des différents univers sociaux considérés, dont l’activité se rapporte à une forme d’expertise ou à une autre : institutions, experts et spécialistes (psychologues, psychiatres, personnels de santé, travailleurs sociaux), mais aussi autodidactes plus ou moins professionnalisés. On peut ainsi mentionner le cas de la redéfinition de l’échec scolaire en termes de « troubles des apprentissages », plutôt qu’en termes de déficience intellectuelle ou de troubles psychoaffectifs, ce qui a débouché sur le discrédit de certaines méthodes pédagogiques. Cette biologisation au moins partielle d’une situation sociale complexe est à mettre à l’actif à la fois des experts en neurosciences cognitives et de certaines associations de parents d’enfants dyslexiques qui se sont approprié leurs thèses, les ont diffusées au sein de la communauté éducative, s’en sont servies pour défendre leurs points de vue auprès des enseignants et des services de l’État en charge des politiques éducatives16.

18La transformation des représentations traditionnelles du handicap (comme problème individuel d’ordre médical) en reconnaissance d’une « manière d’être » différente liée à un fonctionnement atypique du système nerveux offre une variante intéressante de ce phénomène. Dans les pays anglo-saxons, des associations de personnes autistes ont ainsi redéfini l’autisme au moyen du concept de « neurodiversité », ce qui a contribué d’une part à construire une identité collective autour de cette question, d’autre part à redéfinir le handicap comme problème sociopolitique et à nourrir la revendication d’une plus grande tolérance à l’égard des styles de vie « différents » (Chamak, 2010 ; Chamak et Bonniau, 2014).

19Les agents en question ne sont pas des producteurs de théories au sens que nous avons défini dans la première partie. Ils sont davantage des médiateurs, utilisant de manière sélective un savoir auquel ils ont accès, à des fins pratiques, pour eux-mêmes ou pour des tiers, mais aussi politiques, en vue de leur assurer une certaine légitimité dans l’espace social considéré. On peut donc aussi les considérer comme des producteurs symboliques, du fait de leurs appropriations de ce savoir qui sont toujours autant d’interprétations adaptées à des contextes et à des réseaux de relations spécifiques et peuvent s’avérer créatrices, comme l’illustre le cas de la neurodiversité. Leur apport relève autant d’opérations traditionnelles de vulgarisation, qui suivent, peu ou prou, un schéma vertical, à partir d’une source de savoir légitime à destination d’un public profane, que d’une diffusion polycentrée, au sein de laquelle les rapports de force ne sont évidemment pas absents. Dans ce cadre, la biologisation s’avère aussi émaner d’agents extérieurs au monde académique, devenus experts de leur propre situation et qui appliquent des grilles de lecture et d’action, concurremment à d’autres grilles, afin d’atteindre leurs objectifs dans un espace social donné.

Le registre culturel

  • 17 Sur la base d’un corpus de 370 articles, issus des magazines L’Express, Le Nouvel Observateur et L (...)
  • 18 « Bultex Nano. L’ADN du confort », slogan sur la page d’accueil du site <http://www.bultex.com/, r (...)

20La biologisation peut enfin revêtir un troisième visage. Il s’agit de tous les usages culturels faits d’une terminologie inspirée des sciences du vivant, sans forcément de lien direct avec les débats intellectuels ou des situations pratiques impliquant des paramètres biomédicaux. Cette terminologie biologisante, qu’elle soit génétique, neuronale ou cognitiviste, remplit une fonction rhétorique, dont la reconnaissance immédiate témoigne d’une réalité à ne pas perdre de vue : celle de l’existence d’un imaginaire social, voire d’un sens commun « biologisé ». Ainsi, à partir d’une étude réalisée sur le traitement du mot « neurone » et de ses dérivés dans la presse hebdomadaire d’actualités, il peut être établi qu’un article sur dix fait un usage métaphorique du mot neurone, sans aucun rapport avec une quelconque signification scientifique, même relâchée17. Le terme de « neurone » y devient synonyme d’« intelligence », tout comme ailleurs ceux d’« ADN » et de « génétique » sont utilisés pour signifier la véracité de ce qui est affirmé, les propriétés intrinsèques du sujet d’un prédicat, son identité profonde, sa nature. On retrouve cette forme de biologisation sous d’innombrables versions dans les circuits culturels de grande diffusion, en premier lieu la publicité, ainsi qu’en témoigne une récente campagne publicitaire d’une société de matelas, affirmant avoir découvert « l’ADN du confort »18.

  • 19 Sur la métaphore du programme en génétique, voir Keller (1999).

21Ce troisième registre résulte donc d’emprunts terminologiques plutôt que de tentatives d’explication à partir de facteurs biologiques ou de transposition analogique des « lois » découvertes en biologie. Pour fonctionner, cette pratique dépend des deux premiers registres, qui lui donnent sa légitimité à exister, constituent son arrière-plan fondateur, soit pour en détourner la signification dans un sens figuré (les neurones, c’est l’intelligence), soit pour en réactiver des aspects métaphoriques latents (la notion de programme dans le cas de l’ADN19) et ce, y compris quand la théorie ou la pratique ne valident pas ces détournements.

  • 20 Voir Francavilla (1991).

22Cette biologisation qu’on pourrait dire superficielle des messages culturels accompagne souvent le réinvestissement de discours antérieurs, qui bénéficient de la nouvelle légitimation induite par l’usage d’une terminologie « moderne ». On trouve l’un des meilleurs exemples de ce réinvestissement, doublé d’une biologisation des cadres d’énonciation, dans l’imaginaire du génie génétique produit par la science-fiction. Ainsi l’argument de départ du film Blade Runner (1982), adaptation par le cinéaste Ridley Scott d’un roman de Philip K. Dick (1968), évoque la rébellion d’androïdes humains fabriqués par une firme d’ingénierie génétique, qu’on peut considérer comme une variation au goût du jour sur les thèmes du double et du savant faustien perdant le contrôle de sa créature20.

23Ce dernier type de biologisation procède de l’inclusion dans le langage courant d’images, de thèmes, de métaphores, inspirées (plutôt qu’issues) du discours scientifique. Cette inclusion peut toutefois difficilement être conçue selon un schéma vertical allant des sources légitimes du savoir à un public profane. Il s’agit davantage d’une production collective, qui n’a nul besoin de garantie scientifique pour proliférer. Au sein de cette production, certaines formes connaissent une vaste diffusion parce qu’elles sont émises à partir de positions de discours légitimes, soit, dans les formes sociales actuelles, les instances de vulgarisation, les organismes de formation, les industries culturelles ainsi que les institutions dédiées d’une manière ou d’une autre à une activité de communication à visée performative (monde politique, management, publicité…). À l’instar de tout énoncé culturel, ce sens commun biologisé peut faire l’objet d’une sociologie mettant en relation signifiants et signifiés, agents créateurs et récepteurs, espaces sociaux et procédures d’appropriation.

24On pourra objecter à la typologie qui vient d’être dressée son caractère simplificateur. Les cas concrets qu’on peut retrouver dans le monde social se présentent souvent comme des combinaisons d’au moins deux de ces trois registres, dont la portée est d’abord idéal-typique. Ce qu’on a voulu suggérer est d’abord que le biologisme n’épuise pas la biologisation, laquelle, loin d’être un phénomène aisément délimitable, est une pratique aux objets et agents très divers, dans un nombre croissant de secteurs du monde social.

25Dès lors la question des relations entre biologie et sociologie ne peut être l’affaire de quelques spécialistes. Elle doit dorénavant faire partie de l’horizon de discussion de chercheurs travaillant sur des domaines aussi différents que l’épistémologie, l’histoire et la sociologie des sciences, la santé, l’éducation, l’économie, la communication, le genre ou les mouvements sociaux.

Haut de page

Bibliographie

André, Christophe et Lelord, François, 1996, Comment gérer les personnalités difficiles, Paris, Odile Jacob.

Ardrey, Robert, 1971, La loi naturelle. Une enquête personnelle pour un vrai « Contrat social », Paris, Stock.

Berntson, Gary G. et Cacioppo, John T., 2004, « Multilevel analyses and reductionnism: why social psychologists should care about neuroscience and vice versa », in id. (éd.), Essays in Social Neuroscience, The MIT Press, p. 107-120.

Binde, Per, 2001, « Nature in Roman Catholic tradition », Anthropological Quarterly, vol. 74, no 1, janvier, p. 15-27.

Cacioppo, John T., Berntson, Gary C. et al., 2002, « Social neuroscience », in Foundations in Social Neuroscience, The MIT Press, p. 3-10.

Canguilhem, Georges, 1981, « Qu’est-ce qu’une idéologie scientifique ? », in id., Idéologie et rationalité dans les sciences de la vie : nouvelles études d’histoire et de philosophie des sciences, 2e éd. revue et corrigée, Paris, Vrin, p. 33-45.

Chamak, Brigitte, 2010, « Autisme, handicap et mouvements sociaux », Alter. European Journal of Disability Research, no 4, p. 103-115.

Chamak, Brigitte et Bonniau, Béatrice, 2014, « Neurodiversité : une autre façon de penser », in Brigitte Chamak et Baptiste Moutaud, Neurosciences et société. Enjeux des savoirs et pratiques sur le cerveau, Paris, Armand Colin, p. 211-230.

Changeux, Jean-Pierre, 1983, L’homme neuronal, Paris, Fayard.

Changeux, Jean-Pierre (dir.), 1993, Fondements naturels de l’éthique, Paris, Odile Jacob.

Cyrulnik, Boris, 1992, Les nourritures affectives, Paris, Odile Jacob.

Cyrulnik, Boris, 1997, L’ensorcellement du monde, Paris, Odile Jacob.

Cyrulnik, Boris, 2006, De chair et d’âme, Paris, Odile Jacob.

Dawkins, Richard, 2003, Le gène égoïste, Paris, Odile Jacob.

Francavilla, Joseph, 1991, « The Android as Doppelgänger », in Judith B. Kernan, Retrofitting Blade Runner. Issues in Ridley Scott’s Blade Runner and Philip K. Dick’s Do Androids Dream of Electric Sheep?, Madison, The University of Wisconsin Press, 2e éd., p. 4-15.

Freese, Jeremy, 2008, « Genetics and the social science explanation of individual outcomes », American Journal of Sociology, no 114, p. S1-S35.

Garcia, Sandrine, 2013, À l’école des dyslexiques. Naturaliser ou combattre l’échec scolaire, Paris, La Découverte.

Guillo, Dominique, 2009, La culture, le gène et le virus. La mémétique en question, Paris, Hermann.

Hadot, Pierre, 2004, Le voile d’Isis. Essai sur l’histoire de l’idée de nature, Paris, Gallimard.

Jacob, François, 1970, La logique du vivant, Paris, Gallimard.

Jordan-Young, Rebecca et Rumiati, Raffaella I., 2011, « Hardwired for sexism. Approaches to sex/gender in neuroscience », Neuroethics [en ligne], 23 septembre.

Kaufmann, Laurence et Cordonnier, Laurent, 2011-2012, « Vers un naturalisme social. À la croisée des sciences sociales et des sciences cognitives », SociologieS, revue en ligne, octobre-janvier. Consultable en ligne : <http://sociologies.revues.org/3595>.

Keller, Evelyn Fox, 1999, Le rôle des métaphores dans les progrès de la biologie, Le Plessis-Robinson, Institut Synthélabo pour le progrès de la connaissance.

Laborit, Henri, 1987, L’esprit du grenier, Paris, Grasset.

Lalande, André, 2002, Vocabulaire technique et critique de la philosophie, Paris, Presses universitaires de France.

Lemerle, Sébastien, 2014a, Le Singe, le gène et le neurone. Du retour du biologisme en France, Paris, Presses universitaires de France.

Lemerle, Sébastien, 2014b, « Le neurone des newsmagazines. Les neurosciences dans la presse française des années 2000 », in Brigitte Chamak et Baptiste Moutaud (dir.), Neurosciences et société. Enjeux des savoirs et pratiques sur le cerveau, Paris, Armand Colin, p. 81-108.

Lemerle, Sébastien et Reynaud-Paligot, Carole, 2015, « Biologisme », Encyclopædia Universalis [en ligne]. Consultable en ligne : <http://www.universalis.fr/encyclopedie/biologisme/>.

MacLean, Paul D. et Guyot, Roland, 1989, Les trois cerveaux de l’homme, Paris, Robert Laffont.

Marquis, Nicolas, 2014, Du bien-être au marché du malaise. La société du développement personnel, Paris, Presses universitaires de France.

Mehler, Jacques et Dupoux, Emmanuel, 1990, Naître humain, Paris, Odile Jacob.

Memmi, Dominique, 2004, Faire vivre et laisser mourir, Paris, La Découverte.

Monod, Jacques, 1970, Le hasard et la nécessité, Paris, Éditions du Seuil.

Morel, Stanislas, 2014, La médicalisation de l’échec scolaire, Paris, La Dispute.

Pease, Allan et Pease, Barbara, 1999, Pourquoi les hommes n’écoutent jamais rien et les femmes ne savent pas lire les cartes routières ?, Paris, First.

Pharo, Patrick, 2004, « Nature, culture et significations dans les théories de l’homme », in Patrick Pharo (dir.), L’homme et le vivant. Sciences de l’homme et sciences de la vie, Paris, Presses universitaires de France, p. 25-55.

Requilé, Élise, 2008, « Entre souci de soi et réenchantement subjectif », Mouvements, 2/54, p. 65-77.

Rose, Nikolas, 2006, The Politics of Life Itself ; Biomedicine, Power and Subjectivity in the Twenty-First Century, Princeton, Princeton University Press.

Rose, Nikolas et Abi-Rached, Joelle, 2013, Neuro. The New Brain Sciences and the Management of the Mind, Princeton, Princeton University Press.

Rose, Nikolas et Novas, Carlos, 2005, « Biological citizenship », in Aihwa Ong et Stephen J. Collier (éd.), Global Assemblages: Technology, Politics and Ethics as Anthropological Problems, Oxford, Blackwell, p. 439-465.

Servan-Schreiber, David, 2003, Guérir : le stress, l’anxiété et la dépression sans médicaments ni psychanalyse, Paris, Robert Laffont.

Ticktin, Miriam, 2011, Casualties of Care. Immigration and the Politics of Humanitarism in France, Berkeley, University of California Press.

Trisca, Petre, 1923, Les médecins sociologues et hommes d’État, Paris, Alcan.

Vincent, Jean-Didier, 1986, Biologie des passions, Paris, Odile Jacob.

Woollven, Marianne, 2012, La construction du problème social de la dyslexie en France et au Royaume-Uni : acteurs, institutions et pratiques (de la fin du xixe au début du xxie siècle), thèse sous la direction de Bernard Lahire, Lyon, École normale supérieure.

Wright, Robert, 1995, L’animal moral. Psychologie évolutionniste et vie quotidienne, Paris, Michalon.

Haut de page

Notes

1 Pour reprendre l’expression de Petre Trisca (1923).

2 Je m’appuie également sur les réflexions menées à la Maison des sciences de l’homme Paris-Nord au sein de l’axe de recherche « La biologisation du social : discours et pratiques », que je codirige depuis 2011 avec l’historienne Carole Reynaud-Paligot. Je la remercie pour sa lecture et ses suggestions lors de la rédaction de ce texte.

3 Voir notamment le débat autour du naturalisme social dans la revue en ligne SociologieS, octobre-janvier 2011-2012 : <sociologies.revues.org/3594> et notamment l’article de Kaufmann et Cordonnier (2011-2012).

4 Par exemple dans la tradition catholique : voir Binde (2001). Voir aussi, pour une mise en perspective de l’idée de nature, Hadot (2004).

5 Pour un bilan, voir Lemerle et Reynaud-Paligot (2015). Voir aussi, pour la période 1970-2000, Lemerle (2014a).

6 C’est l’auteur qui souligne.

7 Voir par exemple Ardrey (1971).

8 Sur tous ces points, voir Lemerle (2014a : 110-147 et toute la IIIe partie).

9 La mémétique est l’étude des mèmes, c’est-à-dire d’entités culturelles propres à être transmises et imitées (par exemple, une idée, une mode vestimentaire, une manière de construire un pont) et dont le mode de réplication, de diffusion et d’évolution suivrait un schéma darwinien (Dawkins, 2003 : 259-272). Pour une présentation critique de la mémétique, voir Guillo (2009).

10 Voir Rose et Abi-Rached (2013 : p. 25 sq.).

11 Selon l’expression de Patrick Pharo (2004 : 41).

12 Dans la production pléthorique de Boris Cyrulnik, on peut renvoyer à Cyrulnik (1992 ; 1997 ; 2006).

13 Pour une présentation du développement personnel, voir Requilé (2008 : 65) : « Consacré aux techniques de gestion et d’épanouissement de soi, [le développement personnel] décline une vaste gamme de services et de produits (consultations individuelles, stages ou ateliers collectifs, ouvrages, revues, sites Internet, produits de bien-être, etc.) qui suscitent tous un engouement impressionnant. Les rayons “développement personnel” et “bien-être” se multiplient dans les librairies et s’emplissent d’ouvrages qui interpellent le lecteur quant à ses relations amoureuses, professionnelles, familiales, sa gestion du stress, du temps, de ses émotions ou encore sur le sens de son existence. Les auteurs et les praticiens proposent ainsi un ensemble de recettes, fondées principalement sur des techniques psycho-corporelles, qui doivent permettre à chacun de se connaître et de s’épanouir pleinement. »

14 L’eudémonisme étant considéré ici comme une « doctrine morale ayant pour principe que le but de l’action est le bonheur (soit individuel soit collectif) » (Lalande, 2002 : 310).

15 Voir Marquis (2014) ; Requilé (2008).

16 Sur ces questions, voir Morel (2014) et Woollven (2012). Sur la médicalisation des difficultés scolaires, qui découle également de contradictions internes au champ éducatif, voir aussi les travaux de Sandrine Garcia, notamment Garcia (2013).

17 Sur la base d’un corpus de 370 articles, issus des magazines L’Express, Le Nouvel Observateur et Le Point couvrant les années 2004-2006 : voir Lemerle (2014b).

18 « Bultex Nano. L’ADN du confort », slogan sur la page d’accueil du site <http://www.bultex.com/>, reproduit dans une campagne d’affichage publicitaire dans le métro parisien en 2014.

19 Sur la métaphore du programme en génétique, voir Keller (1999).

20 Voir Francavilla (1991).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Lemerle, « Trois formes contemporaines de biologisation du social », Socio [En ligne], 6 | 2016, mis en ligne le 29 mars 2017, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/socio/2329 ; DOI : 10.4000/socio.2329

Haut de page

Auteur

Sébastien Lemerle

Sébastien Lemerle est maître de conférences à l’université Paris Ouest Nanterre La Défense, membre du Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (Cresppa/équipe CSU). Dernière parution : Le Singe, le gène et le neurone. Du retour du biologisme en France (Presses universitaires de France, 2014).

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals