Navigation – Plan du site
Éditorial

Éditorial

Michel Wieviorka
p. 5-7

Texte intégral

  • 1 . L’ouvrage date de 1967 (en français : Recherches en méthodologie, Paris, PUF, 2007).

1Dans les années 1960, la démolition des théories fonctionnalistes alors dominante est passée par des approches valorisant non plus tant le système que les acteurs et leurs interactions. C’est ainsi qu’est née, avec Harold Garfinkel, l’ethnométhodologie, qui entend étudier les méthodes par lesquelles les individus agissent dans l’existence. Et parmi les plus célèbres études rassemblées dans son ouvrage fondateur, Studies in Ethnomethodology1, Garfinkel propose celle du cas d’Agnès, qui, à l’âge de 19 ans, a choisi d’être opérée pour remplacer ses organes génitaux masculins par un vagin. Il montre ce qu’est devenue la vie quotidienne de cette femme, qui doit faire preuve de vigilance en toutes circonstances pour masquer son secret (Garfinkel, 2007 [1967] : chap. 5).

2D’une certaine façon, le dossier principal de cette livraison de Socio, préparé par Elaine Coburn, renverse la perspective de l’ethnométhodo-logie : certaines personnes « intersexes » qui se mobilisent veulent maîtriser leur identité et vivre dans un monde qui accepte les catégories ternaires, et donc le « troisième sexe ». Elles ne se définissent pas comme nécessairement désireuses de devenir homme ou femme. À l’inverse, d’autres personnes intersexes s’identifient sans complexe en tant qu’homme ou femme. Dans tous les cas, et ici nous pouvons suivre Garfinkel, nous devons être attentifs au fait que ces acteurs, quand ils s’affirment, produisent leur société, et résistent à en intérioriser les normes : ils les transforment. En s’intéressant aux minorités intersexes, trans et queer, et avec un titre particulièrement fort qui pourrait susciter le débat – Combien de sexes? –, Socio comble un vide dans la littérature des sciences humaines et sociales françaises.

3Dans le cas des intersexes en particulier, lutter contre une répartition binaire voulant que nos sociétés ne connaissent que deux sexes n’est pas une chose simple, et il est difficile de se faire entendre lorsque l’on appartient à une catégorie dominée, ou exclue. Ici, l’action semble presque impossible, tant les obstacles sont nombreux : préjugés, confusion avec l’homosexualité, aveuglement, silence parfois au sein des familles où naît un enfant « intersexe » ; éventuel traitement médical, etc. La subjectivation n’est pas aisée, et les conditions d’une action collective ne sont pas faciles à réunir. L’individu ne devient pas sujet sans une sorte d’arrachement, un travail sur lui-même, et le sujet ici ne devient pas aisément acteur. Les combats des intersexes sont d’autant plus importants qu’ils s’inscrivent dans l’ensemble bien plus vaste des mouvements pour les droits humains avec une valeur véritablement paradigmatique : des personnes à qui est dénié le droit à se reconnaître dans ce que la nature les a faites, qui ont souvent subi des traitements chirurgicaux leur imposant un sexe (généralement féminin) se mobilisent, avec le soutien de quelques rares intellectuels, et avec le risque de la plus grande confusion, par exemple lorsque leur action est amalgamée à celle pour le libre choix de sa sexualité.

  • 2 . Du titre de l’ouvrage de Judith Butler, Gender Trouble: Feminism and the Subversion of Identity, (...)

4Après Michel Foucault, et non sans responsabilité dans cette confusion, Judith Butler, puis quelques autres philosophes et militants ont attiré l’attention sur le « trouble dans le genre2 ». Dans le monde occidental, façonné par deux millénaires de christianisme, dans l’univers politique et intellectuel d’une culture moderne ne laissant guère de choix autre qu’entre deux sexes, ces personnes gênent, elles n’ont pas leur place, elles sont un problème – d’où les traitements chirurgicaux qui les normalisent en leur assignant un sexe. Mais dans d’autres mondes, d’autres cultures, cela peut être très différent.

5C’est l’immense mérite de l’anthropologue Bernard Saladin d’Anglure que de l’avoir véritablement mis au jour et analysé, comme on le voit dans l’entretien qu’il nous a accordé. Chez les Inuit, avec lesquels il a si longtemps et si bien collaboré, mais aussi en Amazonie péruvienne, en Sibérie, en Afrique, en Asie, un troisième sexe non seulement est accepté, mais il est valorisé, et même construit socialement, par exemple dans la figure du chamane. Le troisième sexe a ici une fonction sociale positive, régulatrice même, car « chevaucher la frontière des sexes, explique Bernard Saladin d’Anglure, rend apte à accompagner la traversée d’autres frontières ».

6Ce qui nous invite à penser la période moderne occidentale, celle où se sont développées des luttes pour les droits humains (de femmes, d’homosexuels notamment), comme l’entrée dans une phase historique où nous -redécouvrons ce que des sociétés traditionnelles non occidentales ont longtemps mis en valeur : l’existence de figures sociales, religieuses et culturelles qui sont appréciées pour leur rôle de tiers et échappent aux catégories binaires et aux dichotomies si fréquentes dans l’Occident chrétien.

  • 3 . Jean-Pierre Dozon, La vérité est ailleurs. Complots et sorcellerie, Paris, Éditions de la Maison (...)
  • 4 . Voir par exemple François Jullien, L’écart et l’entre. Leçon inaugurale de la Chaire sur l’altéri (...)

7L’anthropologie du troisième sexe devrait être une source d’inspiration pour tous ceux qui s’intéressent à la façon dont des sociétés autres que les nôtres ont parfois su inventer des médiateurs, des personnes suffisamment différentes pour œuvrer à l’unité du corps social à partir de leur différence – tout le contraire des persécutions qui ont pu atteindre aussi les sorciers ou les Juifs. Elle devrait aussi l’être pour qui veut bien circuler entre l’expérience proprement occidentale et moderne qu’incarnent au premier chef les États-Unis d’Amérique, et celles d’autres parties du monde contemporain, où les mêmes phénomènes revêtent un sens à certains égards comparable, et à d’autres très différent d’un univers culturel et historique à un autre, car relevant de catégories qui ne peuvent coïncider parfaitement – on le voit avec l’étude récente de Jean-Pierre Dozon sur la sorcellerie et le complo-tisme3 ou avec les travaux de François Jullien s’intéressant à tisser des liens entre la pensée chinoise et la philosophie occidentale4.

8En contrepoint de ce dossier, Socio propose à ses lecteurs une rencontre avec l’anthropologue Françoise Héritier, haute figure de la recherche sur la parenté, récemment disparue : merci à Karine Tinat qui nous a confié cet entretien. Enfin, un article « varia » de Kathleen Blee et al. apporte un éclairage puissant sur le racisme contemporain aux États-Unis – un problème à la fois structurel, et de la plus haute actualité.

Haut de page

Notes

1 . L’ouvrage date de 1967 (en français : Recherches en méthodologie, Paris, PUF, 2007).

2 . Du titre de l’ouvrage de Judith Butler, Gender Trouble: Feminism and the Subversion of Identity, paru en 1990, puis en français en 2005 (Trouble dans le genre. Pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découverte).

3 . Jean-Pierre Dozon, La vérité est ailleurs. Complots et sorcellerie, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017.

4 . Voir par exemple François Jullien, L’écart et l’entre. Leçon inaugurale de la Chaire sur l’altérité, Paris, Galilée, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio, 9 | 2017, 5-7.

Référence électronique

Michel Wieviorka, « Éditorial », Socio [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 19 décembre 2017, consulté le 24 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/socio/2898

Haut de page

Auteur

Michel Wieviorka

est depuis 2015 le président du directoire de la Fondation Maison des sciences de l’homme (FMSH), et, depuis 1989, directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Il a été le président de l’Association internationale de sociologie (2006-2010). Il mène ses recherches dans le cadre du CADIS qu’il a dirigé de 1993 à 2009. Ses principaux travaux portent sur la violence, le racisme, le terrorisme, la différence culturelle et les conflits contemporains. Ouvrages récents : Le séisme (Paris, Robert Laffont, 2016) ; avec Farhad Khosrokhavar, Les juifs, les musulmans et la République (Paris, Robert Laffont, 2017), Les sciences humaines et sociales françaises à l’échelle de l’Europe et du monde. Rapport à M. Thierry Mandon, secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche (Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017) et sous sa direction : Antiracistes (Paris, Robert Laffont, 2017).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals