Navigation – Plan du site
Le Dossier

La résonance des « mouvements des places » : connexions, émotions, valeurs

Resonance of the "Movement": Connections, Emotions, Values
Geoffrey Pleyers et Marlies Glasius
p. 59-80

Résumés

Depuis 2011, des mobilisations citoyennes massives se développent dans des contextes très différents et autour de revendications essentiellement nationales. Pourtant, certains aspects des révolutions arabes, du mouvement des indignés et d’Occupy ou des manifestations pour plus de démocratie au Mexique ou en Russie partagent certains points communs qui les font résonner les uns avec les autres. Cet article se propose de les explorer en passant en revue les réseaux et connexions, un contexte global, des émotions et des valeurs partagées. La seconde partie du texte montre que cette résonnance repose sur l’articulation de trois valeurs qui sont au cœur des revendications et de l’identité de chacun de ces mouvements: la démocratie, la dignité et la justice sociale. Ces éléments suggèrent la nécessité de dépasser le cadre analytique des nouveaux mouvements sociaux, notamment en raison de l’articulation étroite de considérations culturelles et socio-économiques dans chacun de ces mouvements mais aussi de s’interroger sur les limites ontologiques du rapport au monde et au politique de ces mouvements et qui deviennent saillants lorsque les enjeux qu’ils ont soulevés dans la société se placent dans l’arène de la politique institutionnelle.

Haut de page

Texte intégral

1Le 14 décembre 2011, l’hebdomadaire Times choisissait le manifestant comme « personnalité de l’année ». Depuis plusieurs années, les manifestations, occupations et révoltes face aux plans d’austérité se sont multipliées en Grèce. À partir de décembre 2010, une vague de mouvements démocratiques est partie du monde arabe. Le 15 mai, des milliers d’« indignés » ont occupé les places de toutes les villes d’Espagne avant d’inspirer des citoyens dans plusieurs villes d’Europe, dont Paris et Bruxelles. À l’automne, Occupy Wall Street s’installe dans le sud de Manhattan, pour dénoncer le pouvoir de la finance et la concentration de la richesse dans les mains d’1 % de la population. Ils deviennent à leur tour une source d’inspiration pour des campements et des manifestations dans des dizaines de villes nord-américaines et européennes, de Boston à Oakland, de Londres à Moscou. Cette vague des « mouvements des places » ne s’est pas arrêtée en 2011. Le 12 mai 2012, les étudiants mexicains lançaient le mouvement #YoSoy132 pour dénoncer le soutien des deux grands groupes de médias à l’un des candidats aux élections présidentielles. Deux ans après le début des révolutions arabes et du mouvement des indignés, cette vague de mobilisations citoyennes a trouvé une nouvelle vigueur en juin 2013, avec des Égyptiens redescendus dans les rues plus nombreux qu’en 2011, l’occupation du parc de Geizi à Istanbul, les manifestations dans toutes les villes du Brésil ou la mobilisation en Bulgarie.

2Chacun de ces mouvements s’inscrit dans un contexte national particulier et formule des revendications qui s’inscrivent avant tout en son sein. Pourtant, au cours de leur mobilisation, les travailleurs du Wisconsin ont reçu des pizzas commandées sur Internet par des Nord-Américains mais aussi par des Égyptiens, des Haïtiens, des Turcs ou des Ougandais (Shiner, 2011). Les références à l’Islande, à la Tunisie, à la place Tahrir ou aux indignés espagnols ont été légion dans les mouvements Occupy. Dans leur première chanson, « Release the Cobblestones » (novembre 2011), les féministes punks des Pussy Riots invitent à « transformer la place Rouge en place Tahrir ». Cette résonance globale a notamment été mise en scène lors de la « journée d’action globale » du 15 octobre 2011, qui a vu des manifestations dans plus de quatre-vingts pays mais aussi dans des dizaines de vidéo-clips diffusés sur YouTube. Celui produit par le mouvement mexicain #YoSoy132 représente l’un des exemples les plus explicites de cette affirmation d’une identité partagée entre des jeunes activistes égyptiens, espagnols, new-yorkais et mexicains1.

3Notre propos n’est pas de dresser les contours d’un acteur global et homogène. Comme le montre la brillante analyse de Kevin McDonald (2006), les mouvements contemporains se fondent davantage sur un pragmatisme culturel et l’expérience personnelle que sur une organisation qui leur donnerait une identité collective. Cependant, les points communs et les connexions entre ces mouvements suggèrent l’existence d’une résonance qui dépasse les frontières nationales, la division entre le nord et le sud de la planète ou entre des régimes « démocratiques » et plus « autoritaires ». La résonance de symboles (comme le masque de « V de Vengeance »), des émotions (dont l’indignation) et de valeurs (démocratie, dignité, justice sociale) et la circulation des répertoires d’action (l’occupation de places et les assemblées participantes) suggèrent l’existence d’une dimension partagée par ces mouvements des places et qui continuent de marquer les mobilisations démocratiques dans de nombreux pays en 2013.

  • 2 Traduction des auteurs.

4À la suite d’Alex Khasnabish (2008 : 506), nous entendons par résonance « non un acte de “projection” d’une lutte dans un autre contexte, mais un processus non linéaire et une expérience qui produit de nouvelles connexions politiques et des significations politiques à partir de la rencontre avec l’autre2 ». Il s’agit pour nous d’un lien social qui se situe au plan de l’expérience des activistes et des enjeux et valeurs des mouvements partagés par des activistes, lesquels ne s’engagent pas directement dans une lutte dans un contexte éloigné mais trouvent dans cette lutte un sens partagé, une culture politique et des enjeux qui correspondent à leurs propres luttes. C’est cette résonance entre des mouvements qui se sont développés dans des contextes très divers que nous nous proposons d’explorer dans cette contribution. Dans la première partie, nous évoquerons successivement des éléments partagés au niveau des réseaux, du contexte et des émotions. La seconde partie est consacrée à trois valeurs dont l’articulation est au cœur de la résonance de ces mouvements et qui sont à la fois au cœur des revendications et de certaines pratiques des activistes dans des contextes très différents : la démocratie, la dignité et la justice sociale. Cela nous conduira à évoquer dans la dernière partie l’articulation étroite de considérations culturelles et socio-économiques dans ces mouvements et les limites structurelles auxquelles ils font face au moment où des enjeux qu’ils ont soulevés se placent dans l’arène de la politique institutionnelle.

  • 3 Voir par exemple l’article de Françoise Daucé (2012) pour les mobilisations prodémocratiques en Rus (...)

5Ces caractéristiques, ces valeurs et ces enjeux partagés ne doivent pas conduire à surévaluer les dimensions globales de ces mouvements. Les études rassemblées par Bennani-Chraïbi et Fillieule (2012) soulignent la spécificité des contextes et des mouvements nationaux dans le monde arabe. De même, les éléments empiriques rassemblés au cours la recherche consacrée aux activistes progressistes en Europe suggèrent que l’échelle nationale est davantage présente qu’il y a une décennie, aux dépens de l’échelle européenne (Pleyers, à paraître). Aux États-Unis, Occupy Wall Street dénonce la concentration des richesses par 1 % de la population nationale et non globale. Par ailleurs, chacun de ces « mouvements » est constitué de coalitions d’acteurs disparates, tant en termes de génération que de culture politique et dont la convergence constitue un défi dans chacun des pays3.

6Cet article repose sur une revue de la littérature et sur des matériaux empiriques récoltés lors d’une recherche qualitative pour deux focus groups et sous la forme de 54 entretiens réalisés entre janvier 2012 et mars 2013 en Belgique, à Paris, Londres, Varsovie, Helsinki, New York et Mexico ainsi qu’au Forum social mondial (FSM) qui s’est tenu à Tunis en mars 2013. Le premier focus group a réuni 11 activistes de différentes organisations à Paris en février 2012. Le second a réuni une dizaine de chercheurs et une quinzaine d’activistes européens à Bruxelles le 21 juin 2012, dans le cadre de la recherche « Subterranean Politics » coordonnée par Mary Kaldor et Sabine Selchow (à paraître), de la London School of Economics. Des éléments additionnels ont été récoltés lors d’échanges de courriels, d’analyses textuelles de manifestes et de sites Internet au printemps 2012, de comptes rendus de réunions, de réseaux sociaux et d’une littérature secondaire. Pour cette recherche, notre attention s’est portée sur les mobilisations citoyennes, avec un intérêt particulier pour les jeunes manifestants et sans considérer les acteurs religieux ou la société civile institutionnalisée, qui mériteraient pourtant une grande attention.

Connexions, contexte et subjectivités

Connexions : réseaux, passeurs et forums

  • 4 Séries de réunions virtuelles qui ont rassemblé des activistes des mouvements Occupy, des indignés (...)

7Le rôle d’Internet dans l’échange d’informations, le renforcement d’une identité globale et l’établissement de réseaux de solidarité a largement été mis en évidence. Avec l’explosion du nombre d’utilisateurs d’Internet dans le monde arabe, et particulièrement en Égypte (Gerbaudo, 2012) ou en Russie (Lonkila, 2012), des « réseaux d’indignation » se sont construits dans l’environnement sécurisé d’Internet avant que le nombre d’acteurs ne permette d’occuper la rue et les places publiques (Castells, 2012). De même, les réunions et assemblées en ligne de Global Occupy (2012) ou du Transnational Mumbles Forum (2013)4 construisent des espaces transnationaux de discussion et d’échange, contribuent à la diffusion de répertoire d’action et renforcent la résonance des valeurs et d’une identité globale.

8Les rencontres réelles, en dehors de l’espace virtuel, n’en ont pas perdu de leur importance pour autant. Les passeurs (Tarrow, 2005) et les forums jouent un rôle crucial dans l’émergence et la coordination des mouvements transnationaux, l’échange d’informations et la diffusion de pratiques. La vague des mouvements démocratiques qui a commencé en 2011 n’a pas fait exception. Des étudiants espagnols ont par exemple été très actifs au cours des premiers jours du campement londonien (Murray-Leach et Deel, à paraître). Des activistes égyptiens du « Mouvement du 6 avril » ont été entraînés à des tactiques d’actions non violentes par des militants qui avaient participé aux mobilisations contre Milosevic à Belgrade, eux-mêmes inspirés par un activiste américain (Rosenberg, 2011).

  • 5 Abdelrahman (2011 : 412-414) et Caruso (2012) soulignent les connexions avec d’autres acteurs du Su (...)

9Au cours des années qui ont précédé ces mobilisations, les forums sociaux et les contre-sommets altermondialistes ont également permis d’établir des connexions entre activistes à l’échelle nationale, régionale et internationale (Glasius et Timms, 2006 ; Pleyers, 2007). À partir de 2006, le Maghreb-Machrek a été la région dans laquelle le processus des forums sociaux s’est développé avec le plus de vigueur (Massiah, 2012). En 2008, le Forum social du Maghreb a rassemblé 2 300 activistes venus de 28 pays au Maroc. Pour les seuls mois d’octobre et de novembre 2010, quelques semaines avant le début des révoltes, 6 forums sociaux internationaux se sont tenus dans la région5. Ces forums et les « forums de gauche » (Larzillière, 2013) ont permis d’établir des connexions informelles en limitant les risques de répression et ont procuré aux participants une légitimité appuyée sur des réseaux nationaux et internationaux. En Russie, le contre-sommet face à la réunion du G8 de juin 2006 n’avait réuni que 1 500 activistes à Saint-Pétersbourg. Il a cependant permis à différentes composantes de la société civile progressiste de se connecter durablement :

« Pour la première fois, des activistes progressistes de différents courants se sont rencontrés. C’était une rencontre unificatrice. Et on constate aujourd’hui que beaucoup des leaders des mobilisations contre Poutine ont participé au sommet de 2006 » (Piotr, chercheur-activiste à Moscou, entretien, juin 2012).

Contexte : une génération globale et précaire

10On a beaucoup écrit sur le lien entre ces révoltes et l’émergence d’une « génération globale », connectée en permanence aux flux d’informations, diffusant leurs messages et leurs images sur YouTube, twittant la révolution et les assemblées (Gerbaudo, 2012) et capable de mobiliser au-delà des cercles militants habituels grâce aux réseaux sociaux. Les nouvelles technologies ont incontestablement favorisé les connexions et la diffusion des formes, pratiques et valeurs de la révolte de cette génération au plan national et international (Vasi, 2013). Mais cette dernière est aussi marquée par l’expérience partagée d’une insertion difficile dans le marché du travail et d’une citoyenneté réprimée (dans les régimes autoritaires) ou qui se sent peu écoutée (dans les démocraties institutionnelles). Rosenhek et Shalev (2013) soulignent à quel point le mouvement des places en Israël était ancré dans une « transition générationnelle qui a transformé la perspective de vie de la classe moyenne faisant suite au régime politico-économique néolibéral adopté par Israël ». Dans le sud de l’Europe, la crise est venue généraliser l’expérience d’une insertion difficile dans le monde du travail d’une « génération précaire ». Les réseaux « Jeunes désespérés » et « Jeunes sans futur » ont par exemple joué un rôle majeur dans le début du mouvement au Portugal (Estanques, Costa et Soeiro, 2013) et en Espagne (Feixa et Nofre, 2013).

11Cette crise économique transforme l’expérience vécue et la subjectivité des jeunes et, au-delà, d’une partie de la classe moyenne. Farhad Khosrokhavar (2011 : 217) analyse avec beaucoup d’acuité l’expérience des jeunes Arabes, « un individu qui a le sentiment de n’avoir aucune place digne de ce nom dans la société, celle-ci n’étant pas porteuse de sens et prometteuse d’un avenir meilleur. Il se sent pris dans un étau. Il n’a aucune possibilité d’expression de soi par le politique parce que celui-ci ressort des oligarchies. […] De même, la faculté de se réaliser dans un projet économique est barrée à l’individu dans une société où les entreprises économiques exigent des capitaux et des relations clientélistes et “politiques” inaccessibles ». Si les jeunes sont particulièrement affectés, ce phénomène touche également d’autres couches de la population, en particulier les retraités (comme nous le verrons), les « classes moyennes pauvres » (pour le monde arabe, voir Bayat, 2011 et Khosrokhavar, 2012) : ceux qui appartiennent à la classe moyenne par leur culture et leur éducation mais qui en sont exclus par leurs conditions financières.

Émotions et subjectivités

« Maintenant que nous avons goûté à l’espoir,Maintenant que nous avons vécu sur cette terre si difficilement conquise,Nous préférerions mourir plutôt que rechercher une autre saveur à la vieUne autre façon d’être des humains. »

Khaled Mattawa, « Now that we have experienced freedom », 2011 (reproduit in Kaldor et al., 2012 : XIII)

12Comme l’exprime avec force le poème de Khaled Mattawa, la transformation de la subjectivité qui résulte de la liberté retrouvée ou du sentiment d’une capacité d’agir (empowerment) constitue l’un des principaux résultats de ces mobilisations et pourrait avoir un effet à long terme sur la conception et les formes concrètes de la citoyenneté et de la démocratie, qui ne se limitent pas aux relations aux institutions ou à un État mais sont aussi une culture et des pratiques. Les émotions ont tenu une place centrale dans ces révoltes du monde arabe et des indignés (Benski et Langman, 2013). Les sentiments d’espoir et d’empowerment et le « plaisir de goûter la liberté » ont succédé à l’indignation et à la peur de la répression lorsque les mouvements des places ont « ouvert l’horizon du possible ».

Valeurs : démocratie, justice sociale et dignité

13La résonance entre des mouvements qui, dans des contextes différents, expriment une forte solidarité mutuelle et adoptent des pratiques semblables dans des assemblées ou des manifestations renvoie à des éléments d’une culture politique qui se décline sur les différents sites et s’articule autour de valeurs partagées que ces acteurs mobilisent dans leur critique de la société existante et dans leur entreprise de transformation des subjectivités et des orientations normatives (Touraine, 1978). À travers le monde, et dans des contextes très différents, les mouvements des places ont articulé leurs revendications et leurs pratiques autour de trois valeurs : la démocratie, la dignité et la justice sociale. Chacune de ces valeurs a une longue histoire. Les acteurs de 2011 les ont remobilisées en les articulant, en associant pour chacune d’elles les aspects revendicatifs et préfiguratifs (mise en pratique des valeurs), et en combinant leurs dimensions matérialistes et postmatérialistes.

Démocratie

  • 6 La Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international.
  • 7 Castells (2012 : 38) développe un argument similaire concernant l’Islande.

14Comme les mouvements démocratiques dans les pays de l’Est (Glasius, 2012), les acteurs des révolutions arabes considèrent la démocratie non pas comme la forme de gouvernement qui existe en Occident, mais comme un horizon dont ils aimeraient se rapprocher, comme des pratiques qui demandent à être constamment améliorées. Les indignés et les mouvements Occupy ont pointé les limites structurelles de la démocratie représentative en Occident. Ils ont dénoncé le fait que, bien que consolidées institutionnellement, les démocraties occidentales ont perdu de leur substance. Elles sont devenues des « démocraties vides » où les mesures politiques qui ont un réel impact sur la vie des citoyens sont décidées dans des cercles sur lesquels ceux-ci n’ont aucun impact, comme les experts de la « troïka6 » pour le sud de l’Europe. Les indignés et activistes progressistes de sept pays d’Europe occidentale que nous avons interrogés au début de 2012 s’accordaient sur un point : leur indignation portait moins sur la crise économique que sur la gestion de la crise par les gouvernements et l’Union européenne et ce qu’ils considéraient comme une crise profonde de la démocratie (Kaldor et Selchow, à paraître ; Pleyers, à paraître)7.

15Le mouvement du 15 mai (les indignés) en Espagne a commencé par dénoncer une « démocratie sans choix », estimant que les élections législatives de 2011 n’avaient guère offert d’alternatives car les deux principaux partis proposaient une approche très similaire pour gérer la crise. Cela fait écho aux préoccupations des activistes d’Occupy aux États-Unis qui estimaient que les républicains comme les démocrates étaient très favorables à Wall Street. Ces mouvements se sont insurgés contre la collusion entre les élites politiques, économiques et médiatiques : « Nous devons briser ce lien pervers entre le capital et les représentants de la démocratie, car ils sont plus avides de défendre les intérêts du capital que ceux de la population votante. » (David, Barcelone, entretien, janvier 2012). Occupy Wall Street pointe de même la collusion entre les élites politiques et le 1 % le plus riche de la population. En Islande, la crise a fait apparaître la proximité entre l’élite économique (du secteur banquier en particulier) et l’élite politique, souvent issue des mêmes familles (Chartier, 2010). En Tunisie, la famille Ben Ali contrôlait les entreprises les plus prospères et utilisait son pouvoir politique au service de ses affaires. Au Mexique, comme nous l’avons vu, les jeunes mobilisés au sein de #YoSoy132 ont dénoncé l’influence des deux principaux consortiums médiatiques, dominés par les familles les plus riches du pays, et leur mobilisation en faveur du principal candidat aux élections présidentielles de 2012.

16Pour ces activistes, la démocratie ne se limite à une affaire institutionnelle. Ils développent une conception culturelle de la démocratie pensée comme une culture qui se déploie dans les pratiques citoyennes, que ce soit en prenant part au débat public ou en étant plus attentif aux autres :

« La démocratie, c’est une façon de vivre. C’est vivre avec les autres personnes comme elles sont » (Un étudiant égyptien, ingénieur, interrogé lors du FSM de 2013 à Tunis).

« Pour être une personne démocratique, il faut être informé, être capable de se former une opinion. […] Ça prend du temps. Dans une démocratie représentative, il faut faire attention à ce que les élus font en notre nom » (Erik, Occupy Francfort, mai 2012).

« Je pense que les choses arrivent plutôt par un changement personnel […]. Après avoir fait partie des indignés, je ne vois plus les gens de la même façon. J’ai réalisé que tout le monde a quelque chose à dire, j’essaye de respecter les opinions de chacun et je vois chacun comme un être humain » (Anne, une indignée, Paris, focus group, 2012).

  • 8 « Quick guide on group dynamics in peoples’ assemblies », publié par Occupy Wall Street : http://ta (...)
  • 9 Voir à ce propos les votes de l’assemblée de la place Syntagma, à Athènes, consultables en ligne : (...)

17Les mouvements des indignés et Occupy ont concentré leur énergie sur une mise en œuvre réflexive d’une démocratie participative et horizontale dans leurs assemblées et dans les quartiers. Les places et les espaces occupés sont transformés en « espaces d’expérience », des « espaces suffisamment autonomes et distants de la société capitaliste et des rapports de pouvoir pour permettre aux acteurs de vivre selon leurs propres principes, de tisser des relations sociales différentes et d’exprimer leur subjectivité » (Pleyers, 2010 : 37-40). Des expériences de « démocratie des places » ont existé en Espagne (Ganuza et Nez, 2013 ; Feixa et Nofre, 2013) et dans les campements Occupy 8, mais aussi place Tahrir (Shahin, 2012) ou à Athènes9 (Tambakaki, 2011).

18Sur les places occupées, dans les réseaux virtuels ou dans les quartiers, les assemblées ont été l’occasion d’expérimenter des techniques alliant participation, horizontalité et efficacité. Le 29 novembre 2011, l’assemblée générale d’Occupy London Stock Exchange regroupait quelque 200 personnes, qui ont débattu en sous-groupes puis sont parvenues à une série de décision concernant les activités de la semaine en quarante-cinq minutes, avant d’ouvrir la discussion sur les stratégies de communication et de diffusion de leur mouvement. Ce lien entre idéal démocratique et mode d’organisation horizontal et démocratique, cher à certains courants altermondialistes, était également mis en œuvre par des acteurs des révolutions arabes, « mus par l’idée d’une société de droit fondée sur la solidarité du peuple plutôt que sur la souveraineté d’un leader charismatique. C’est pourquoi ils n’ont pas eu de leaders charismatiques uniques et exclusifs » (Khosrokhavar, 2012 : 8 ; voir aussi Shahin, 2012). Ce faisant, ils marquaient une rupture avec le régime en place et les partis politiques, mais aussi avec « les structures hiérarchiques rigides et le style autoritaire des leaders des syndicats et des ONG » (Abdelrahman, 2011 : 412). Cette organisation plus horizontale a parfois posé des problèmes de coordination mais elle a également permis d’éviter les stratégies de cooptation et de répression des leaders du mouvement.

Dignité

  • 10 Les Tunisiens ont baptisé leur révolte « la révolution de la dignité ».
  • 11 À l’inverse, les activistes d’Occupy London et des mouvements qui ont suivi ne se référaient ni à c (...)

19L’affirmation de la dignité (karama en arabe) a été l’une des dimensions majeures des manifestations en Grèce (Apostolou, 2012), mais aussi des révolutions arabes, notamment en Tunisie10 (Béchir Ayari, 2011) ouau Bahreïn11 :

« Dès le premier message appelant à manifester au Bahreïn, les gens ont parlé de dignité, parce que les gens du Bahreïn sentaient que le régime les privait de leur dignité. […] Les gens ont dépassé la peur et pris de grands risques parce qu’ils étaient en colère face à la manière indigne dont ils étaient traités par le régime dans leur vie quotidienne. […] La dignité, c’est le respect de l’être humain, de ses droits et de son existence » (une activiste du Bahreïn, échange de courriels, 2012).

20Du Caire à New York, les indignés ont dénoncé le fait de « vivre dans un monde contrôlé par des forces incapables de donner la liberté et la dignité aux populations » (extrait du Manifeste de mai de Occupy global, 2012). Les jeunes ne sont pas les seuls à éprouver des difficultés. Les retraités se sont également mobilisés, exigeant « des retraites qui nous permettent de vivre dans la dignité à tous les âges » (ibid.). En avril 2012, le pharmacien Dimitris Christoulas a mis fin à ses jours sur la place Syntagma à Athènes, en expliquant son geste de la façon suivante : « Je ne vois aucune autre option pour une fin digne, avant de devoir fouiller les poubelles pour me nourrir. »

21L’indignation issue de l’expérience de ces frustrations, du manque de respect et du sentiment de ne pas être entendu s’est transformée en une affirmation de la dignité dans des révoltes et des mobilisations. Elle est à la fois une affirmation personnelle, une exigence d’être traité avec respect par les institutions et d’être entendu par les gouvernements. Elle exprime une exigence de reconnaissance mais aussi une revendication d’autonomie face à l’État :

« La dignité de la personne, c’est quand elle peut s’exprimer, mettre en œuvre des projets, et sans tutelle, sans qu’une autre personne ou un système puisse penser à votre place et contraindre à agir selon son point de vue » (un syndicaliste de l’Union générale des travailleurs tunisiens, entretien, mars 2013).

22Comme la démocratie, la dignité est une revendication du mouvement, qui exige notamment que les citoyens soient traités avec respect par l’État, mais c’est aussi une pratique, placée au cœur d’un engagement préfiguratif. Sur les places et dans les groupes de discussion, les indignés ont fait preuve d’un grand respect et d’une patience à toute épreuve face à la multiplication des récits de l’expérience vécue de chacun et des motifs personnels de l’indignation (Hendawi, 2011). La participation à ces groupes et assemblées a été pour beaucoup de citoyens une expérience intense et transformatrice :

« Venir sur la place, c’était comme aller au paradis du respect et de la compassion. C’était comme si tous les meilleurs hommes et les meilleures femmes du Yémen étaient rassemblés au même endroit » (Wameedh, 31 ans, entretien).

Justice sociale

23Les citoyens qui sont descendus dans les rues ont également été portés par le contraste entre l’accumulation frénétique de ressources par les élites au pouvoir et leur vie quotidienne marquée par les conséquences de la crise économique, que ce soit la crise alimentaire en Afrique du Nord, la montée du chômage ou la pauvreté qui touche désormais également une partie de la classe moyenne dans le sud de l’Europe.

  • 12 « Inequality can no longer be held at bay by the usual ideas. » Voir aussi The Economist, « The 99 (...)

24Occupy Wall Street a replacé la question des inégalités dans l’espace public américain, jusque dans les colonnes du Financial Times, dont l’éditorial du 21 novembre 2011 avait pour titre « Les inégalités ne peuvent plus être ignorées par les idées conventionnelles12 ». En Égypte, les citoyens ont été indignés par le profit que tiraient des privatisations les cercles économiques entourant le président alors qu’une partie de la population subissait une crise alimentaire (Kandil, 2012). C’est aussi pour demander « du pain, la dignité et la liberté » qu’ils sont descendus dans la rue.

25Cette recherche de justice sociale s’oppose à un système économique dont les conséquences sont dramatiques pour une partie de la population. Mais, comme pour la démocratie et la dignité, les activistes ne limitent pas la justice sociale à une revendication. Ils la placent au cœur de pratiques préfiguratives, notamment en s’investissant dans des initiatives de solidarité locale et d’économie solidaire. De nombreux indignés espagnols (Sánchez, 2012) et les activistes grecs (Vaneigem, 2010) se sont massivement impliqués dans des projets d’économie solidaire, des réseaux alimentaires alternatifs ou des systèmes de monnaies locales13. Ces initiatives répondent aux besoins de la population et entendent construire des alternatives concrètes au système économique dominant. Quelques coopératives de production ont également surgi ou se sont vues renforcées, comme la Cooperativa Intégral Catalana14 qui compte plus d’un millier de membres deux ans après sa création et dont le modèle a essaimé dans plusieurs villes d’Espagne. En Grèce, le « mouvement des patates » lancé en 2011 met en relation directement producteurs locaux et consommateurs et permet d'abaisser le prix des légumes tout en soutenant les paysans locaux (Lowen, 2012). Les entretiens menés à Paris et en Belgique en 2012 attestent également d’un grand intérêt des participants aux camps et assemblées des indignés pour le secteur des « mouvements pour la transition », de l’alimentation locale et de la simplicité volontaire.

Au-delà des nouveaux mouvements sociaux

Reconnaissance et redistribution

26Dans des contextes très différents, les mouvements des places ont mobilisé les valeurs de démocratie, de dignité et de justice sociale comme fondement des revendications et des pratiques, de leur identité et de leur répertoire d’action (qui ne s’est pas limité aux assemblées sur les places). Comme ce fut le cas pour de nombreux mouvements récents (McDonald, 2006 ; Wieviorka, 2012), ils ont accordé une large place aux dimensions subjectives et culturelles. L’une des caractéristiques partagées par ces mouvements réside dans l’articulation étroite et la « fertilisation réciproque » (« crossfertilization ») de considérations culturelles et socio-économiques pour chacune de ces valeurs. Ils appartiennent en cela à une nouvelle génération de mouvements qui dépassent la dichotomie entre les « nouveaux mouvements sociaux », mobilisés autour de revendications culturelles, formulées en termes de reconnaissance et de valeurs postmatérialistes et les « anciens » mouvements davantage orientés vers des considérations matérialistes et axés sur la redistribution.

27Le mouvement ouvrier n’était pas dénué d’enjeux culturels et identitaires (Thompson, 1963), pas plus que les revendications de certains nouveaux mouvements sociaux de dimensions socio-économiques (Goodwin et Hetland, 2013). C’était particulièrement le cas des mobilisations catégorielles où l’auto-estime d’une personne ou d’un groupe est fortement associée avec le droit à des biens ou des services nécessaires. Les philosophes Fraser et Honneth (2003) ont également souligné la nécessité d’articuler les demandes de reconnaissance et celles de redistributions. Le mouvement altermondialiste a marqué un retour en force de revendications économiques, sans délaisser pour autant la reconnaissance et la célébration de la diversité (voir par exemple EZLN, 1994). Certains de ses courants ont également développé un engagement préfiguratif, en particulier dans l’organisation participative et horizontale du mouvement. Les mouvements des places ont franchi un pas supplémentaire, tant les dimensions socio-économiques et culturelles sont indissociablement liées dans chacune de leurs revendications et de leurs pratiques.

28Alors que la dignité est généralement associée au répertoire de la reconnaissance plutôt qu’à des revendications matérielles, les définitions formulées par les activistes interrogés mêlent les aspects subjectifs et socio-économiques, les revendications et les pratiques. Kinninmont (2012 : 5) rappelle que le slogan égyptien « Pain, liberté et dignité » réunit ces différentes revendications. Les activistes que nous avons interrogés associent étroitement la dignité à la démocratie et à la justice sociale :

« La dignité, c’est que je puisse vivre [en étant] indépendant. Lorsque j’ai un travail, je peux garantir ma vie seul, sans devoir compter sur ma mère, sur ma famille. Un chômeur, qui n’a pas une source d’argent, […] il a toujours honte de demander à sa mère à l’âge de 25 ans. Lorsqu’il gagne son argent, il peut marcher la tête haute » (un jeune Tunisien, entretien, mars 2013).

« L’économie est un bien grand mot pour ces millions de personnes. Or il y a de l’argent, et à quoi sert l’argent si ce n’est pas pour la dignité des gens ? »(un enseignant égyptien, entretien, mars 2013).

Limites de l’antipouvoir

  • 15 Selon un sondage réalisé en mai 2013, « 78 % des citoyens estiment aujourd’hui que les indignés ont (...)

29La volonté de maintenir une distance avec la politique institutionnelle, la prédilection pour des dynamiques horizontales et « par en bas » et le refus des leaders ont été des caractéristiques partagées par une partie des acteurs des mouvements des places (voir par exemple Abdelrahman, 2013 ; Smith, 2011). Les mouvements y ont puisé leur force, une grande créativité et la source de leur succès médiatique et du soutien massif exprimé par l’opinion publique, même deux ans après les premiers campements15. Mais cet atout peut devenir une limite lorsqu’il s’agit de pérenniser le succès populaire et les idées innovantes ou de les transcrire dans la politique institutionnelle. Lorsque la temporalité liée à l’expérience intense de mobilisations laisse place au retour à la vie quotidienne et que la politique institutionnelle semble reprendre ses droits, les mouvements dans différents pays sont confrontés aux questions posées par les limites structurelles de l’antipolitique et la voie de la subjectivité (Young et Schwartz, 2012 ; Pleyers, 2010 : 54-57 et 96-103). Dans quelle mesure peuvent-ils se passer de relais politiques pour parvenir à des transformations sociales concrètes, durables et d’une certaine ampleur ? En se centrant sur des logiques d’antipouvoir (Holloway, 2010), ces acteurs ont-ils choisi un moyen efficace pour parvenir aux changements qu’ils souhaitent ? Quitter le terrain du débat politique et négliger les institutions et l’organisation de l’État permettent de rassembler des forces citoyennes, mais n’est-ce pas aussi faciliter l’accession au pouvoir d’acteurs bien structurés, mieux préparés, et souvent peu en phase avec les idéaux portés par les révolutions et les mouvements ? Les révolutions tunisienne, égyptienne et yéménite ont renversé des dictateurs, mais les nouveaux leaders ne sont pas issus des mouvements qui avaient mis en œuvre cette culture politique alternative. À partir de l’analyse dynamique des interactions entre acteurs de la politique traditionnelle et espaces révolutionnaires au Yémen, Bonnefoy et Poirier (2012) montrent cependant que malgré les reflux et la « reprise en main », l’impact des mobilisations sur le régime et la politique institutionnelle demeure bien réel.

30En tant que mouvements faiblement structurés, les mobilisations des indignés, Occupy ou les révoltes arabes sont également confrontés aux limites des réseaux et mouvements que pointe Lilian Mathieu : ils ont « une grande capacité à impulser des mobilisations mais sont inaptes à les clore, puisqu’ils ne peuvent négocier et signer des accords de sortie de conflit et ne jouissent pas de la légitimité que fournissent les mécanismes d’élection et de représentation » (Mathieu, 2011 : 40). De nombreux campements indignés ont aussi eu à gérer la tendance des mouvements préfiguratifs au surinvestissement dans les dynamiques internes du mouvement. Sensibles à la démocratie interne et au caractère préfiguratif du mouvement, les activistes en viennent à dédier une part croissante de leur temps à l’organisation du mouvement, aux dépens des revendications et de la mise en œuvre d’alternatives, ce qui conduit à une démobilisation d’une partie des participants. Le documentaire d’Adriano Morán Conesa (2011), La Place, gestation du mouvement 15M, montre comment l’enthousiasme des premiers jours de l’assemblée de la Puerta del Sol a progressivement cédé la place à l’épuisement et à des assemblées interminables portant sur l’organisation interne du mouvement (voir aussi Ganuza et Nez, 2012). À New York, l’organisation du camp lui-même devenait si difficile que certains participants interrogés ont confessé s’être sentis « soulagés » lors de l’éviction par les forces de l’ordre et estimaient que « le mouvement [avait] pu reprendre ses actions plus politiques et revendicatives » (entretien, février 2012).

Conclusion

31Les mobilisations à Istanbul, au Brésil et en Égypte en mai et juin 2013 ont montré que les mouvements des places étaient davantage que des mobilisations sporadiques. Les révolutions arabes ont été comparées à 1848 ou 1989 (voir par exemple Katz, 2011). Nous nous référerons plutôt à l’écho de 1968, qui nous invite à considérer qu’au-delà d’événements éphémères, ces mouvements prodémocratiques que nous voyons surgir depuis 2011 sont à la fois des symptômes et les germes de transformations sociales profondes qui pourraient marquer les prochaines décennies.

32Les mobilisations de l’année 1968 se sont déclenchées sur la base de préoccupations nationales, différentes dans chaque pays. Elles ont pourtant également été un événement global qui a transformé de nombreuses sociétés au cours des décennies suivantes (Boltanski et Chiapello 1999 ; Touraine 1998 ; Zermeño, 1978). De même, les mouvements contemporains pourraient donner une nouvelle impulsion à des mutations en cours dont les retombées s’étendent de la vie quotidienne jusqu’aux institutions. Ces mouvements portent les idéaux d’une démocratie plus profonde et plus directe, de l’affirmation de la dignité de chacun et d’une équité sociale et économique qui conduit à d’autres conceptions et d’autre pratiques des relations économiques. Articulant étroitement les considérations socio-économiques et culturelles, ces indignés en appellent à une reformulation de notre manière de concevoir et de pratiquer l’émancipation, la citoyenneté, de la démocratie, de la dignité et de la justice sociale.

33Cependant, lorsqu’ils cherchent à dépasser les changements personnels et locaux, les activistes de ces mouvements sont confrontés à un dilemme (Jasper, 2006) : comment allier la loyauté aux valeurs initiales de leurs mouvements avec un engagement dans la sphère politique institutionnelle ? Après 1968, et plus encore après 1989, des militants qui s’étaient jusque-là dédiés à un activisme culturel et « par en bas » ont saisi l’opportunité et franchi le pas pour s’engager dans la politique institutionnelle, parfois pour y avoir un rôle majeur, comme Václav Havel, Joschka Fischer ou Daniel Cohn-Bendit. La méfiance à l’égard d’une quelconque institutionnalisation et la détermination à ne pas risquer de se laisser corrompre par le pouvoir semblent bien plus fortes dans les mouvements contemporains. Comme la vague de mouvements de 1968, les mouvements prodémocratiques qui ont surgi depuis 2011 sont à la fois des événements éphémères et des symptômes de transformations sociales profondes. Les prochaines décennies diront si leur héritage se traduira plutôt dans une transformation de style de vie, de la culture et de la conception de la citoyenneté d’une minorité influente ou s’il affectera également la politique institutionnelle au-delà de quelques pays arabes.

Haut de page

Bibliographie

Abdelrahman, Maha, 2011, "The Transnational and the Local: Egyptian Activists and Transnational Protest Networks", British Journal of Middle Eastern Studies, n° 38 (3), p. 407-424.

Abdelrahman, Maha, 2013, "In Praise of Organization: Egypt between Activism and Revolution", Development and Change, vol. 44, no 3, p. 569-685.

Apostolou, Nikolia, 2012, "Athens Suicide: A Cry for Dignity from Downtrodden", Christian Science Monitor, 5 avril.

Bayat, Asef, 2011, "A New Arab Street in post-Islamist Times", The Middle East Channel, 26 janvier. Consultable en ligne : http://mideast.foreignpolicy.com/posts/2011/01/26/a_new_arab_street

Béchir Ayari, Michaël, 2011, « Des maux de la misère aux mots dela “dignité”. La révolution tunisienne de janvier 2011 », Revue Tiers-Monde, no 5, p. 209-218.

Bennani-Chraïbi, Mouniaet Fillieule, Olivier, 2012, « Pour une sociologie des situations révolutionnaires. Retour sur les révoltes arabes », Revue française de sciences politique, vol. 62, n° 5-6, octobre-novembre, p. 767-796.

Benski, Tovaet Langman, Lauren, 2013, "The effects of affects: The place of emotions in the mobilizations of 2011", Current Sociology, vol. 61, no 4, juillet, p. 525-540.

Boltanski, Lucet Chiapello, Ève, 1999, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard.

Bonnefoy, Laurentet Poirier, Marine, 2012, « La structuration de la révolution yéménite. Essai d’analyse d’un processus en marche », Revue française de science politique, vol. 62, n° 5-6, octobre-novembre, p. 895-913.

Caruso, Giuseppe, 2012, "The World Social Forum and the Maghreb-Mashreq Uprisings", in Mary Kaldor, Henrietta Moore et Sabine Selchow (éd.), Global Civil Society 2012: ten years of critical reflection, Londres, Palgrave MacMilan, p. 175.

Castells, Manuel, 2012, Networks of Outrage and Hope: Social Movements in the Internet Age, Cambridge, Malden, Polity Press.

Chartier, Daniel, 2010, La spectaculaire déroute de l’Islande, Québec, Presses de l’Universitédu Québec.

Daucé, Françoise, 2012, « Russie 2012 : la difficile incarnation politique de la société civile »,Les cahiers du CERI, février, http://www.sciencespo.fr/ceri/fr/content/russie-2012-la-difficile-incarnation-politique-de-la-societe-civile

Estanque, Elísio, Costa, Hermes Augusto et Soeiro, José, 2013, « The New Global Cycle of Protest and the Portuguese Case », Journal of Social Science Education, vol. 12,no 1, p. 31-40.

EZLN (Ejeìrcito Zapatista Liberacion Nacional), 1994, Documentos y comunicados, Mexico, Era.

Feixa, Carle, Nofre,Jordi (éd.), 2013, #GeneraciónIndignada. Topias y Utopias del 15M, Lleida, Milenio.

Fraser, Nancyet Honneth, Axel, 2003, Redistribution or Recognition?A Political-Philosophical Exchange, Londres, Verso.

Ganuza, Ernestoet Nez, Héloïse, 2013, "Among Militants and Deliberative Laboratories: The indignados",in Benjamín Tejerina et Ignacia Perugorría (dir.), From Social to Political: New Forms of Mobilization and Democratization, Bilbao, Servicio Editorial de la Universidad del País Vasco, p. 119-134.

Gerbaudo, Pablo, 2012, The tweets and the streets: Social Media and Contemporary Activism, Londres, Pluto Press.

Glasius, Marlies, 2012, "Dissident Writings as Political Theory on Civil Society and Democracy", Review of International Studies, vol. 38, no 2, p. 343-364.

Glasius, Marlies et Timms, Jill, 2006, "Social Forums: Radical Beacon or Strategic Infrastructure?", in Marlies Glasius, Mary Kaldor et Helmut Anheier (éd.), Global Civil Society 2005-06, Londres, Sage, p. 190-238.

Goodwin, Jeffet Hetland, Gabriel, 2013, "The Strange Disappearance of Capitalism from Social Movement Studies", in Colin Barker, Laurence Cox, John Krinsky et Alf Gunvald Nilsen (éd.), Marxism and Social Movements, Leiden, Brill, p. 83-102.

Hendawi, Hamza, 2011, "Yemen Uprising Binds Women from Many Walks of Life", Huffington Post, 5 novembre 2011.

Herrera, Linda, 2011, " “V for Vendetta”: the Other Sideof Egypt’s Youth Movement", Yadaliyya, 30 mai.

Holloway, John, 2010, Crack capitalism, Londres, Pluto Press.

Ishkanian Armine,Glasius, Marlies 2013, "Re-claiming Democracy in the Square: Recent Social Movements and Civil Society Activism", London School of Economics Report, Londres, London School of Economics.

Jasper, James M., 2006, Getting your way. Strategic Dilemmas in the Real World, Chicago, Pressof the University of Chicago.

Kaldor, Mary, Moore, Henriettaet Selchow, Sabine (éd.), 2012, Global Civil Society 2012: ten years of critical reflection, Londres, Palgrave MacMilan.

Kaldor, Maryet Selchow, Sabine (dir.), à paraître, Subterranean politics, Londres, Palgrave Macmillan.

Kandil, Hazem, 2012, "Why did the Egyptian Middle Class March to Tahrir Square?", Mediterranean Politics, vol. 17,no 2, p. 197-215.

Katz, Mark N., 2011, "The Arab World’s 1989 or 1848?", Global Studies Review, vol. 7, no 2, été. Consultable en ligne: http://www.globality-gmu.net/archives/2491

Khasnabish, Alex, 2007, "Insurgent Imaginations", Ephemera, vol. 7, no 4, p. 505-525.

Khosrokhavar, Farhad, 2011, « La jeunesse dans le monde musulman : l’âge de l’exil intérieur », in Anne Muxel, La politique au fil de l’âge, Paris, Presses de Sciences Po, p. 281-300.

Khosrokhavar, Farhad, 2012, The New Arab Revolutionsthat Shook the World, Boulder, Paradigm Publishers.

Kinninmont, Jane, 2012, « Bread, Dignity and Social Justice »: The Political Economy of Egypt’s Transition, Chatham House Briefing Paper, avril. Consultable en ligne : http://www.chathamhouse.org/publications/papers/view/183047

Larzillière, Pénélope, 2013, La Jordanie contestataire. Militants islamistes, nationalistes et communistes, Arles, Actes Sud-Sindbad.

Lonkila, Markku, 2012, Russian protest on- and offline.The role of social media in the Moscow opposition demonstrations in December 2011, FIIA briefing paper 98, Helsinki, Finnish Institute of International Affairs. Consultable en ligne : http://www.fiia.fi/en/publication/244/#.UkF6CCSk1GE

Lowen, Mark, 2012, "Greeks ditch middleman toembrace “potato révolution” ",BBC news, 15 mars. Consultable en ligne : http://www.bbc.co.uk/news/world-europe-17369989

Massiah, Gustave, 2012, "Reflections on the Current Social Forums Process", Alternatives international, 30 janvier. Consultable en ligne : http://www.alterinter.org/spip.php?article3746

Mathieu, Lilian, 2011, La démocratie protestataire. Mouvements sociaux et politiques en France aujourd’hui, Paris, Presses de Sciences Po.

McDonald, Kevin, 2006, Global movements: Action and Culture, Londres, Wiley-Blackwell.

Murray-Leach, Tamsinet Deel, Sean, à paraître, "Occupy London Stock Exchange", in Mary Kaldor et Sabine Selchow (dir.), Subterranean politics, Londres, Palgrave Macmillan.

Pleyers, Geoffrey, 2007, Forums sociaux mondiaux et défis du mouvement altermondialiste. De Porto Alegre à Nairobi, Bruxelles, Academia.

Pleyers, Geoffrey, 2010, Alter-Globalization: Becoming Actors in a Global Age, Cambridge, Polity.

Pleyers, Geoffrey, à paraître, "Alter-Europe. Four cultures of activism across progressive activists in Europe", in Mary Kaldor et Sabine Selchow (dir.), Subterranean politics, Londres, Palgrave Macmillan.

Rosenberg, Tina, 2011, "What Egypt learn from the students who overthrew Milosevic", Foreign Policy, 16 février.

Rosenhek, Zeevet Shalev, Michael, 2013, "The political economy of Israel’s “social justice” protests: A class and generational analysis", contribution présentée lors de l’EPCR joint session.

Sánchez, Marta, 2012, "Losing strength? An alternative vision of Spain’s indignados, Reflections on a Revolution", paru le 23 juin sur le site de Roarmag.org : http://roarmag.org/2012/06/losing-strength-an-alternative-vision-of-the-indignados/

Shahin, Emad El-Din, 2012, "The Egyptian Revolution: The power of mass mobilization and the spirit of Tahrir square", Journal of the Middle East and Africa, vol. 3, n° 1, p. 46-69.

Shiner, Meredith, 2011, "From Cairo to Madison, some pizza", Polico, 20 février. Consultable en ligne : http://www.politico.com/news/stories/0211/49888.html

Smith, Jackie, 2011,"Globalizations Forum on Middle East Protests: Commentary", Globalizations, vol. 8, no 5, p. 655-659.

Tambakaki, Paulina, 2011, "Greek protest in Syntagma Square: in between post-politics and real democracy", Opendemocracy.net, 28 juin. Consultable en ligne : http://www.opendemocracy.net/paulina-tambakaki/greek-protest-in-syntagma-square-in-between-post-politics-and-real-democracy

Tarrow, Sidney, 2005, The New Transnational Activism, Cambridge, Cambridge University Press.

Thompson, Edward Palmer, 1963, The Making of the English Working Class, Londres, Victor Gollancz.

Touraine, Alain, 1978, La voix et le regard, Paris,Éditions du Seuil.

Touraine, Alain, [1968] 1998, Le mouvement de mai ou le communisme utopique, Paris, [Éditions du Seuil] Le Livre de poche.

Vaneigem, Raoul, 2010, L’État n’est plus rien, soyons tout,Paris, Rue des cascades.

Vasi, Bogdan, 2013, "Protest in the Internet age: Public attention, social media, and the spread of “Occupy” protests in the United States", Politics and Protest workshop, 14 février.

Wieviorka, Michel, 2012, "The resurgence of social movements", Journal of Conflictology, vol. 3, no 2, p. 13-19.

Young, Kevinet Schwartz, Michael, 2012,"Can prefigurative politics prevail?The implications for movement strategy in John Holloway’s Crack Capitalism ", Journal of Classical Sociology vol. 12, no 2, p. 220-239.

Zermeño, Sergio, 1978, México, una democracia utópica: El movimiento estudiantil del 68, Mexico, Siglo XXI.

Haut de page

Notes

1 http://www.youtube.com/watch?v=6_A6LKR0h08

2 Traduction des auteurs.

3 Voir par exemple l’article de Françoise Daucé (2012) pour les mobilisations prodémocratiques en Russie ou les articles rassemblés par Bennani-Chraïbi et Fillieule (2012) pour le monde arabe.

4 Séries de réunions virtuelles qui ont rassemblé des activistes des mouvements Occupy, des indignés et des mobilisations citoyennes de différents continents. Le logiciel libre Mumble a été créé pour faciliter ces réunions en ligne.

5 Abdelrahman (2011 : 412-414) et Caruso (2012) soulignent les connexions avec d’autres acteurs du Sud établies par des activistes égyptiens ayant participé à des forums sociaux mondiaux.

6 La Commission européenne, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international.

7 Castells (2012 : 38) développe un argument similaire concernant l’Islande.

8 « Quick guide on group dynamics in peoples’ assemblies », publié par Occupy Wall Street : http://takethesquare.net/2011/07/31/quick-guide-on-group-dynamics-in-peoples-assemblies/

9 Voir à ce propos les votes de l’assemblée de la place Syntagma, à Athènes, consultables en ligne : http://en.wikipedia.org/wiki/File:Vote_of_the_People%27s_Assembly_of_Syntagma_Square.svg

10 Les Tunisiens ont baptisé leur révolte « la révolution de la dignité ».

11 À l’inverse, les activistes d’Occupy London et des mouvements qui ont suivi ne se référaient ni à cette valeur, ni à l’indignation (Ishkanian et Glasius, 2013).

12 « Inequality can no longer be held at bay by the usual ideas. » Voir aussi The Economist, « The 99 percent. Occupy Wall Street gets a boost from a new report on income distribution », 26 novembre 2011 : www.economist.com/blogs/dailychart/2011/10/income-inequality-america

13 À l’inverse, cela semble être peu le cas dans les mouvements qui ont suivi les révolutions arabes ou les mobilisations en Russie.

14 http://www.cooperativa.cat.

15 Selon un sondage réalisé en mai 2013, « 78 % des citoyens estiment aujourd’hui que les indignés ont raison, contre 4 % qui doutent des motifs de la mobilisation », El País, « El 15-M mantiene la simpatía ciudadana dos años después », 18 mai 2013. Consultable en ligne : http://politica.elpais.com/politica/2013/05/18/actualidad/1368894896_892384.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geoffrey Pleyers et Marlies Glasius, « La résonance des « mouvements des places » : connexions, émotions, valeurs », Socio, 2 | 2013, 59-80.

Référence électronique

Geoffrey Pleyers et Marlies Glasius, « La résonance des « mouvements des places » : connexions, émotions, valeurs », Socio [En ligne], 2 | 2013, mis en ligne le 15 avril 2014, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/socio/393 ; DOI : 10.4000/socio.393

Haut de page

Auteurs

Geoffrey Pleyers

Chercheur qualifié FNRS à l’université catholique de Louvain et chercheur associé au CADIS, École des hautes études en science sociales (ehess) et Senior Visiting Fellow (2011-2014) à la Civil Society and Human Security Research Unit, London School of Economics. Il a notamment publié Alegre à Nairobi, Academia, 2007 et Alter-Globalization: Becoming Actors in a Global Age, Polity, 2010.
Geoffrey.Pleyers@uclouvain.be

Marlies Glasius

Professeure de relations internationales à l’université d’Amsterdam et titulaire de la chaire « Citizen involvement in conflict and postconflict situations » à la Vrije Universiteit Amsterdam. Elle a notamment publié « Dissident Writings as Political Theory on Civil Society and Democracy », Review of International Studies, vol. 38, no 2, 2012, et codirigé Global Civil Society 2005-06, Sage, 2006.
M.E.Glasius@uva.nl

Haut de page

Droits d’auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l'homme
  • OpenEdition Journals