Navigation – Plan du site

Made in America

A propos de Claude S. Fischer, Made in America. A Social History of American Culture and Character (2011)
Nicolas Duvoux
Référence(s) :

Claude S. Fischer, Made in America. A Social History of American Culture and Character, University of Chicago Press, 2011, 528 p.

Texte intégral

Modernity in America

  • 1 .Claude S. Fischer (2010), Made in America. A Social History of American Culture and Character, Ch (...)
  • 2 . Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, t. I, 1835; t. II, 1840; Garnier‑Flammarion, (...)
  • 3 . Robert N. Bellah with Richard Madsen, William M. Sullivan, Ann Swidler and Steven M. Tipton (1985 (...)

1L’Amérique a‑t‑elle connu un destin exceptionnel parmi les sociétés modernes? Telle est la question que le sociologue Claude S. Fischer reprend à nouveaux frais dans un livre imposant et sobrement intitulé Made in America. A Social History of American Culture and Character1. L’auteur entend débusquer les mythes qui se sont progressivement constitués au sujet de l’expérience américaine de la modernité, du caractère et de la culture propres de cette société, en appuyant sa démonstration sur les matériaux mis au jour par l’histoire sociale. Son entreprise vient donc compléter les fresques existantes sur la mentalité américaine, que l’on songe, au‑delà même du livre de Tocqueville De la démocratie en Amérique2 à celui dirigé par Robert Bellah, Habits of the Heart3, qui s’était attaché à définir l’individualisme américain dans toutes ses dimensions et contradictions.

2Ici, la démarche d’analyse des sociétés contemporaines cède la place à l’investigation historique et au recueil de données statistiques. Ces sources permettent à Fischer de déterminer la trajectoire d’évolution de la société américaine depuis sa fondation, en suivant les différents domaines explorés par une monographie classique, c’est‑à‑dire en repartant de l’infrastructure physique et matérielle pour atteindre l’étude des mentalités, après un détour par les groupes et les espaces publics. La connaissance intime que Fischer a acquise de l’histoire sociale au cours de décennies de pratique de la sociologie lui permet de rendre un portrait aussi vivant que nuancé de cette société, en substituant les données de l’histoire longue aux débats mettant en scène des jugements de valeurs sur les différentes dimensions de la culture américaine (matérialiste; intro‑ ou hétéro-déterminée, etc.).

L’exception américaine à l’épreuve de l’histoire sociale

3Le recours à l’histoire sociale se justifie pour répondre à des questions portant sur la sensibilité des Américains et son évolution au cours des derniers siècles. Sont‑ils plus anxieux ou plus sceptiques que leurs ancêtres? Pensent‑ils et sentent‑ils différemment au fil du temps? L’ampleur de la tâche oblige l’auteur à un travail de sélection des données.

4De manière cohérente avec ce questionnement, le propos se concentre sur l’Américain moyen et sur les figures dominantes de la société américaine (classes moyennes plutôt qu’élites et démunis; protestants plutôt que catholiques ou juifs; blancs plutôt que noirs ou hispaniques, etc.). Le grand mérite de l’auteur est de justifier de manière explicite ces choix et, par extension, le champ d’application de la dynamique d’ensemble qu’il met au jour. Car, malgré les évolutions historiques profondes qui ont marqué non seulement la deuxième partie du xixe (guerre civile et Reconstruction) mais également le dernier tiers du xxesiècle (abolition de la ségrégation légale; entrée des femmes sur le marché du travail; déclin de la sécurité économique et fragilisation des familles modestes), une même dynamique traverse les péripéties de l’histoire: celle‑ci se caractérise par un élargissement d’une solution adoptée dès la fondation de la société américaine pour régler la question des relations entre individu et communauté, le volontarisme.

5L’introduction signale immédiatement les limites fortes que le recours à l’histoire des mentalités (constituée notamment à partir d’archives personnelles et judiciaires), à la sociologie économique ou aux séries longues de la statistique suggère par rapport aux thèses selon lesquelles des transformations radicales se seraient opérées dans l’esprit des Américains. Ceux‑ci ont moins changé qu’on ne l’imagine couramment même s’ils ont, au cours de leur histoire, acquis des traits émotionnels (emotional habits) et des compétences cognitives (cognitive skills) qui leur permettent de participer plus pleinement au volontarisme de la société américaine.

6Le volontarisme américain apparaît donc en perpétuel développement. Cet essor est aussi bien quantitatif, puisque le volontarisme a progressivement atteint des populations qui en étaient initialement exclues (les femmes et les minorités notamment), que qualitatif puisque les modes de vie des Américains sont de plus en plus ancrés dans le volontarisme. En quoi consiste donc cette caractéristique fondamentale de la culture américaine? Il s’agit d’abord d’une croyance dans l’idée que chaque personne est un individu souverain, indépendant et responsable de lui‑même. À cette première idée en est associée une seconde: la personne ne peut s’épanouir qu’en investissant de manière soutenue et élective des groupes et communautés. La promotion historique de ce volontarisme est rapportée dans l’ouvrage à la culture matérielle, dans les deux premiers chapitres consacrés à la sécurité et aux biens, puis aux relations sociales elles‑mêmes (l’étude des groupes) et enfin aux espaces publics et aux mentalités. L’architecture de l’ouvrage déploie différents éléments depuis l’infrastructure économique ou le soubassement matériel jusqu’à l’étude des sensibilités et de la vie psychique en suivant la logique d’une monographie classique.

Une entreprise de démystification

7La grande réussite de l’ouvrage est de parvenir à inscrire un riche matériau dans une perspective sociologique qui, sans céder à la téléologie, démontre le renforcement des caractéristiques fondamentales de la culture américaine. La mise au jour de cette dynamique d’accroissement indissociablement quantitative et qualitative apparaît comme une véritable entreprise de démystification. Celle‑ci est annoncée dès l’introduction. Elle permet de congédier plusieurs mythes qui se sont progressivement élaborés, sédimentés au point de devenir partie prenante de l’histoire que l’Amérique se raconte à elle‑même. Claude Fischer en liste cinq: les Américains sont de plus en plus mobiles au cours de leur histoire; les Américains se sont détournés de la religion; les Américains sont devenus plus violents; les Américains sont de plus en plus aliénés par leur travail; les Américains sont de plus en plus indifférents aux pauvres.

8La façon dont le propos évite tant la linéarité que l’homogénéité dans ce développement, alors même que ces deux traits semblent inhérents à la thèse annoncée, est visible dès les premières pages. Les considérations sur la sécurité matérielle font en effet apparaître les différences entre groupes (noirs et blancs) et des ruptures dans la dynamique d’accumulation du capital permettant une emprise sur le monde et la confiance dans un environnement incertain. Ainsi, la période d’avant la guerre de Sécession est‑elle marquée par une rupture de l’amélioration des conditions matérielles, dégradation dont l’explication est rapportée par les historiens à des causes diverses mais à laquelle échappent les rejetons de l’élite… et les esclaves considérés par leurs maîtres comme un investissement à rentabiliser.

9La nuance dont l’auteur fait preuve dans le traitement des thèses pour évoquer – et souvent dénoncer – le sentiment de déclin ambiant sur ce thème du caractère américain est particulièrement appréciable. La discussion du consumérisme supposé est révélatrice de la méthode employée. Après avoir retracé avec soin les étapes de la constitution de l’arrière‑plan matériel dans lequel vivent les Américains, tant du point de vue des biens disponibles que des circuits de transport, de distribution, de packaging et de publicité, l’auteur discute le consumérisme de la société américaine de manière particulièrement fine. Ainsi, il évoque d’abord les arguments, pour l’essentiel, moraux avancés pour dénoncer ce consumérisme (émulation; caractère incontrôlable des désirs; dimension expressive de la consommation) avant de se tourner vers la mise en cause de l’idée même de surconsommation par les économistes. Finalement, Fischer démontre l’effectivité et surtout l’historicité de cette distinction en évoquant l’évolution de ce qui est considéré comme le strict nécessaire par les organisations caritatives et les agences de l’État au fil du temps. Ainsi, il apparaît qu’une distinction entre le nécessaire et le superflu est indispensable pour comprendre les perceptions des Américains ici renseignées par le recours à des enquêtes statistiques. Cette distinction est relative au mode de vie des Américains. Cette précision a l’avantage de faire apparaître la différence entre la perception sociale du nécessaire (que les Américains situent à la moitié du revenu médian) par rapport à la définition officielle de ce nécessaire qui est, elle, absolue (la poverty line qui correspond à trois fois la valeur d’un panier de biens).

10La surconsommation, encouragée par le crédit et les signaux envoyés par la publicité, est donc un fait irrécusable qu’il convient d’expliquer. Ici, Fischer balaie un certain nombre d’hypothèses avant de conclure que c’est l’augmentation des moyens et donc des aspirations qui a conduit les Américains à surconsommer plus à mesure que le xxe siècle s’écoulait. L’élévation d’un nombre croissant d’Américains au rang de la classe moyenne par le biais de la (sur)consommation, phénomène d’autant plus important pour ceux qui ont été privés de l’accès aux biens du fait de la ségrégation et en sont implicitement tenus à l’écart par le préjugé racial, donne la raison ultime de ce processus qui ne nécessite pas de céder à la déploration morale de la perte de l’éthique puritaine de l’épargne au profit de la pratique de la consommation à crédit. C’est in fine la redéfinition du lien social qui est en jeu dans ce qui apparaît, de l’extérieur, comme une frénésie d’achat.

11Remarquable enfin est la façon dont Fischer met à distance l’ethnocentrisme de classe qui traverse nombre de jugements de valeur sur le matérialisme des Américains. Au travers de réflexions, il égalise et rapporte au même phénomène des faits (mettre sa fierté dans l’achat de jantes pour une voiture ou dans celui d’un tableau d’art contemporain) que les hiérarchies culturelles – auxquelles s’accordent, au moins sur un mode hypothétique, les goûts de ses lecteurs – auraient tendance à séparer. Ainsi, l’histoire sociale, matérielle et psychique du caractère américain ne se laisse pas aveugler par la complainte moralisatrice à laquelle donne lieu une partie, et sans doute la partie la plus connue car la plus influente, de la littérature dans les cercles académiques ou intellectuels – ceux‑là mêmes qui confondent par exemple matérialisme et (leur conception du) mauvais goût dans l’exemple précédent.

12Après les deux premiers chapitres consacrés aux dimensions matérielles de la confiance en soi des Américains, l’auteur aborde le chapitre central, à tous points de vue, consacré aux groupes. Il commence en montrant que la volonté des puritains de recréer une communauté représente une anomalie au sein de l’expérience coloniale. La dynamique sociale décisive de la société américaine est inverse de celle des autres sociétés modernes: celle‑ci débute par une sorte d’anarchie individualiste le long de la frontière, l’influence collective des groupes ne se faisant sentir sur des individus d’abord dispersés que dans un second temps. Replacée dans cette perspective, l’individualisation par déprise de la règle collective qui a caractérisé les sociétés puritaines (et l’ensemble des autres sociétés occidentales) est une dynamique inverse à celle de la société dans son ensemble. Si les puritains ont eu une influence, c’est d’abord du point de vue idéologique, par le contractualisme qu’ils ont véhiculé et qui portait d’ailleurs en lui‑même l’individualisation qui allait succéder à la fondation.

13Cette idéologie a contribué au volontarisme que Fischer évoque comme la solution typiquement américaine pour résoudre la tension entre l’individu et le groupe: «a person best reaches his or her personal ends with others in freely chosen relationships» (p. 95). Plus précisément, «Americans managed the tension between their commitment to personal ends and their commitment to community through the evolving idea and practices of volontarism, a covenant or contract between person and group» (p. 96). L’auteur affirme donc, à la suite d’une école d’historiens, que les conditions matérielles et culturelles de la jeune Amérique ont promu le volontarisme, «this combination of individualism, group‑orientation, contract and egalitarianism» (p. 100). Ce volontarisme s’est répandu et approfondi au fil des ans. Il a entraîné un transfert de pouvoir du groupe, au travers de son leader, vers les membres de celui‑ci. Ici, la dimension profondément sociable du volontarisme américain apparaît en pleine lumière. Cette sociabilité est d’autant plus forte qu’elle est libre de toute contrainte imposée de l’extérieur et de l’antériorité d’une histoire commune. C’est le contrat social au quotidien qui est ici décrit dans toute la précision d’un séquençage historique très documenté.

14Cette histoire sociale qui s’appuie sur l’expérience des Américains moyens, si elle prend ses distances avec la politique, les grands hommes et les grandes dates, n’en croise pas moins la grande histoire par au moins deux biais. Tout d’abord, comme l’ouverture sur le climat moral – éminemment traumatique – dans lequel Abraham Lincoln a vécu le montre, la connaissance de la vie personnelle des hommes d’État alimente, avec d’autres sources, la chronique de la vie ordinaire. Ensuite, c’est en mesurant les tendances de longue portée en matière démographique que les effets ou l’absence d’effets des systèmes de santé par exemple peuvent être mesurés. Ainsi, le xxe siècle a eu la singularité de permettre un allongement de l’espérance de vie des classes populaires et en même temps, il fut le siècle où la dynamique de dépassement de l’état de santé général des Américains sur les Européens s’est brisée. En effet, dans la plupart des domaines, la dynamique sociale décrite est celle d’un arc, c’est‑à‑dire d’une courbe ascendante jusqu’à la fin des années 1960 puis déclinante, notamment à partir du tournant des années 1970, en matière de sécurité économique et de prévisibilité, comme en matière d’investissement de l’espace public ou de participation aux associations auxquels succède un repli sur la sphère privée.

15Dans le prolongement de la tradition de l’école des Annales, l’histoire culturelle trouve un ancrage social dans les tendances de longue portée de l’évolution de la société. Ainsi, la responsabilité individuelle est associée à la mortalité infantile et à la plus grande maîtrise qu’il est possible d’avoir sur elle. Elle est également associée à l’action du Gouvernement fédéral qui a, paradoxalement, sapé les fondements de sa propre légitimité en dotant les citoyens d’un sens de l’indépendance individuelle contradictoire avec la réalité de l’organisation sociale sous‑jacente.

16Enfin, l’auteur, qui a travaillé sur cette question dans de précédents ouvrages, évoque avec précision et netteté les tendances contradictoires qui traversent la société américaine contemporaine. Celle‑ci est caractérisée à la fois par un risque d’involution historique profonde liée à l’accroissement des inégalités et à leurs conséquences en termes d’accès à l’éducation et à la santé, comme par les manifestations éclatantes de l’élargissement du cercle de la culture américaine (l’élection de Barack Obama par exemple qui a donné lieu à une acmé d’autocongratulation). Malgré ces écarts croissants et les risques qu’ils font courir à la capacité inclusive de la société américaine, Fischer rappelle que c’est l’esprit même du volontarisme de penser que l’avenir peut être maîtrisé et le cercle continûment élargi. Il termine sur l’idée particulièrement raisonnable selon laquelle si les propriétaires blancs ont beaucoup perdu en pouvoir et en influence, peut‑être ont‑ils également beaucoup gagné aux transformations des mœurs qui ont accompagné l’ouverture du cercle de la culture américaine. En bref, du point de vue du caractère et de la culture, il n’est jamais de contrainte qui n’aille sans opportunité et réciproquement.

17Nul doute ici sur le fait que les contre‑arguments sont posés et exposés avec le poids qui leur est dû par un sociologue très aguerri. Ainsi, la démarche de requalification de l’exceptionnalisme américain (comme une particularité et non plus comme les héritiers de l’historiographie inspirée par Frederick Jackson Turner l’entendaient, c’est‑à‑dire comme une supériorité) est‑elle particulièrement convaincante, étant donné le soin que met Fischer à comparer les grandes variables de la société américaine avec celles des autres pays développés. On peut cependant regretter sur ce point que, par souci de lisibilité pour le lecteur non intéressé par la discussion théorique, Claude Fischer ait renvoyé en notes de fin de texte (qui composent à elles seules un second livre de plus de cent pages) les principaux éléments de la discussion. L’auteur ne s’embarrasse pas toujours des précautions qui auraient pu être intéressantes pour administrer la preuve des conclusions qu’il tire, parfois de manière lapidaire, au sujet de débats importants dans la sociologie américaine contemporaine, laissant le lecteur face à des synthèses, certes crédibles, mais dont les éléments de démonstration ne lui sont pas fournis.

18De même, la place de l’histoire sociale ici déployée dans la discussion sur la théorie de la modernisation est limitée à une page d’introduction et deux en notes de fin d’ouvrage. Même si, sur la forme, la volonté de ne pas écraser les faits avec la théorie est louable et si, sur le fond, l’auteur affirme que le cadre de la théorie de la modernisation reste, par défaut, celui qui est le plus heuristique, une telle discussion aurait sans doute mérité une place plus large que celle qui lui est consacrée dans l’ouvrage.

L’insuffisante prise en compte des contradictions internes du volontarisme américain

19En affirmant qu’une culture américaine existait et que, malgré les aléas liés à son historicité, elle s’étendait progressivement, rendant accessible le volontarisme qui la caractérise à des couches de plus en plus larges de la population, l’auteur néglige peut‑être les contradictions internes de ce volontarisme. D’abord, les dynamiques d’évolutions contemporaines marquées par le renforcement des inégalités ne sont pas les seules à mettre en péril l’extension de la culture du volontarisme. Le volontarisme lui‑même peut être source de nouvelles formes de ségrégation.

20Dès son introduction, l’auteur évoque les objections possibles telles que la survivance, voire la reviviscence, des particularismes ethniques, pour montrer qu’elles ne sont que des manifestations superficielles d’hétérogénéité dans un contexte d’élargissement de la culture américaine. Ce point de vue tient peut‑être à un contexte qui valorise, au début du xxie comme au début du xxe siècle, la perception d’une assimilation possible dans le mainstream américain, conduisant ainsi l’auteur à valider sa capacité intégratrice dans la longue durée.

21L’autre aspect est celui de l’expérience des populations qui vécurent la contrainte et la servitude. La formulation de l’existence de la principale contradiction sociohistorique du volontarisme, à savoir la question du système de castes comme le dilemme américain justifie a contrario les valeurs qui sous‑tendent son progressif effacement. Peut‑être la démonstration comporte‑t‑elle une sous‑estimation de l’importance des Autres pour la définition de ce cercle en accroissement permanent de la culture américaine. Ainsi, ce n’est pas la quantité des problèmes connus qui limiterait la portée de la démonstration mais la qualité de la relation qui lie la culture à ces Autres.

22Pour le comprendre, il faut repartir des contradictions internes du volontarisme, qui sont peut‑être plus profondes que le propos ne le laisse parfois penser. L’auteur donne néanmoins des éléments pour les penser. Ainsi, l’une des pistes pour les saisir réside précisément dans le rapport complexe, souligné par Fischer à plusieurs reprises, du volontarisme et/ou de l’indépendance avec l’État-providence. D’une part, comme il le dit justement, mais au sujet d’époques passées, c’est l’action du Gouvernement qui a donné aux Américains une sécurité, une confiance et un sens de l’indépendance qui leur permettent aujourd’hui de la rejeter. Mais peut‑être la prise en compte de ces contradictions ne va‑t‑elle pas aussi loin qu’elle le pourrait.

231) La première objection qu’il est possible de faire à Fischer est celle d’une sous‑estimation des écarts persistants entre les catégories, notamment entre hommes et femmes ainsi qu’entre les Blancs et les Afro‑Américains. Elle repose sur le constat des différences d’accès au volontarisme. Cette objection ne résiste cependant pas à l’analyse. En effet, Fischer y répond par anticipation en décrivant la culture américaine, tant matérielle que psychique, comme un cercle en expansion permanente. Et il prend acte de la non‑linéarité de cette expansion, en montrant à quel point les évolutions contemporaines de la famille ou de la participation citoyenne sont particulièrement préjudiciables aux plus défavorisés, relançant une dynamique de ségrégation que le xxe siècle avait contribué à endiguer, fût‑ce de manière incomplète.

  • 4 . Voir la conclusion de David Hollinger (1996), Postethnic America. Beyond Multiculturalism, Basic (...)
  • 5 . Daniel Sabbagh, «Les ambivalences de l’intégration. Les Juifs aux États‑Unis depuis 1945», in Ant (...)

242) L’auteur ne tire cependant pas toujours toutes les conséquences des limites qu’il identifie. En effet, celles‑ci ne sont peut‑être pas tant des limites externes que des contradictions internes du volontarisme. En effet, l’abolition des barrières institutionnelles à la pleine participation de tous a été accompagnée par un renouvellement des formes de marginalisation et de ségrégation. Comme des analystes «critiques» de la société américaine l’ont souligné, notamment à partir des perspectives normatives du féminisme, l’égalisation de l’accès à la participation à la société a produit une redéfinition, sous une modalité psychologique, des barrières sociales. Ce phénomène est à peine évoqué par Fischer. Si l’on peut considérer qu’il ne met pas en cause l’accroissement des opportunités, il n’en reste pas moins que l’affaiblissement des barrières sociolégales comporte un envers dans le décalage entre la liberté formelle et les inégalités réelles, redoublées par l’incapacité de ceux et celles qui les subissent à les imputer à la société et non à eux‑mêmes. Un autre exemple peut être pris avec la ségrégation. Ainsi, on constate qu’après les politiques de déségrégation scolaire, politiques archétypiques de l’élargissement de la participation à la culture américaine puisqu’elles sont directement associées à l’abolition de la ségrégation, d’autres formes de ségrégation se sont constituées qui trouvent leur origine dans la classe sociale. Or, celles‑ci ne peuvent se développer que parce qu’elles sont positivement associées à la liberté volontariste de créer des entre‑soi protecteurs vis‑à‑vis des plus démunis. Un dernier exemple de l’insuffisante prise en compte des limites peut être pris dans les politiques de lutte contre la pauvreté où les effets de la révolution conservatrice en matière de politiques de revenus pour les plus démunis ont sans nul doute relativisé la générosité croissante au fil du temps que l’auteur souligne en introduction. Les remises en cause successives de l’assistance sociale ont à la fois marqué un renforcement des idées centrales dans le volontarisme (notamment la responsabilité individuelle) mais ont affecté la dynamique d’expansion de la société et les représentations que celle‑ci se donne d’elle‑même. L’élargissement des opportunités et l’ouverture culturelle qui concernent le mainstream de la société américaine vont de pair avec une nouvelle ère d’emprisonnement de masse des Afro‑Américains4. Même au sein des populations qui ont, de fait, rejoint le courant central de la société américaine, le volontarisme peut prendre la signification d’une affirmation identitaire particulariste qui ne peut être réduite à un symptôme ou à un résidu de l’assimilation5.

  • 6 . Charles Murray & Robert J. Herrnstein (1994), The Bell Curve. Intelligence and Class Structure in (...)
  • 7 .Lawrence W. Mead (2001), Beyond Entitlement. The Social Obligations of Citizenship, Free Press, 3 (...)
  • 8 . Charles Murray (1984), Losing Ground. American Social Policy 1950‑1980, Basic Books, 323 p.

253) Ces contradictions internes au niveau social se reflètent enfin au niveau de l’idéologie politique. D’abord, c’est au nom de l’extension du volontarisme que les néoconservateurs américains ont prôné une limitation de l’État-providence qui a, de fait, conduit à une involution historique profonde au niveau de la capacité de maîtrise des Américains sur leur avenir économique. Fischer, qui a coordonné il y a quelques années la réplique au livre de Charles Murray et Robert Herrnstein, The Bell Curve6, connaît mieux que quiconque le premier point et il souligne le second à de nombreuses reprises. Néanmoins, sans doute parce qu’il ne s’agissait pas de son objet, il ne remarque pas que l’une des contradictions les plus frappantes est que le volontarisme, ainsi appliqué de force, doit se nier lui‑même pour faire advenir les formes sociales qui peuvent lui être associées (qu’il s’agisse de modèles familiaux ou de comportements sur le marché du travail). Le «nouveau paternalisme» envers les assistés se justifie ainsi précisément par l’égalité fondamentale de ceux‑ci avec les autres, au nom de leur intégration volontariste (au sens d’une action politique délibérée et qui soumet la volonté de ceux sur qui elle s’applique) dans la culture américaine7. Charles Murray adoptait une ligne d’argumentation strictement identique dans la préface de son ouvrage majeur, Losing Ground8. L’entreprise de Fischer consiste précisément à partir de la vie des Américains moyens et non à faire l’histoire par les événements ou les idéologies politiques. On peut cependant se demander si les deux sont, au moins au niveau des transformations du Welfare State depuis l’arrivée au pouvoir de Ronald Reagan, tellement dissociables qu’il soit possible d’écrire l’histoire de l’une sans évoquer les autres.

  • 9 . Michèle Lamont & Pierre Fournier (1992), Cultivating Differences: Symbolic Boundaries and the Mak (...)
  • 10 . Peter Wagner (1993), A Sociology of Modernity. Liberty and Discipline, Routledge, 326 p.

26La préoccupation ponctuelle pour la prise en compte de l’impact du démantèlement de l’État social conduit ici à une remarque de fond sur le processus de modernisation en question dans l’ouvrage. L’avancée de la modernité ne se fait pas – et là encore Fischer en est plus conscient que n’importe qui – de manière linéaire. Elle avance sous la poussée de ce que Peter Wagner appelait des «offensives de modernisation» promues par des groupes précis ayant des intérêts précis et dans des contextes historiques déterminés. L’introduction de cette catégorie – comme d’autres issues de l’analyse typologique des séquences historiques de la modernité, on pense notamment à la notion de frontières, travaillée par des sociologues comme Lamont et Fournier9 mais aussi comme Peter Wagner10 dans l’ouvrage déjà cité – aurait pu apporter des éléments de réintroduction de l’histoire événementielle dans cette histoire des structures. Elle aurait aussi permis d’assurer une plus grande comparabilité de la trajectoire américaine ainsi dessinée avec les travaux qui en constituent le pendant pour les sociétés européennes.

27Ces remarques ne retirent rien à l’immense intérêt de ce livre qui appartient d’ores et déjà à la prestigieuse lignée des ouvrages qui déchiffrent le caractère singulier de l’Amérique. Il constitue en soi une mine d’informations décisives pour tous ceux qui sont intéressés par la société américaine et par son destin dans la modernité.

Haut de page

Notes

1 .Claude S. Fischer (2010), Made in America. A Social History of American Culture and Character, Chicago University Press, 528 p.

2 . Alexis de Tocqueville, De la démocratie en Amérique, t. I, 1835; t. II, 1840; Garnier‑Flammarion, 1993 et 1999, 569 p. et 414 p.

3 . Robert N. Bellah with Richard Madsen, William M. Sullivan, Ann Swidler and Steven M. Tipton (1985), Habits of the Heart. Invidividualism and Commitment in American Life, University of California Press, 355 p.

4 . Voir la conclusion de David Hollinger (1996), Postethnic America. Beyond Multiculturalism, Basic Books, 288 p.

5 . Daniel Sabbagh, «Les ambivalences de l’intégration. Les Juifs aux États‑Unis depuis 1945», in Antoine Germa, Benjamin Lellouch & Évelyne Patlagean (2011), Les Juifs dans l’histoire. De la naissance du judaïsme au monde contemporain, Champ Vallon, Paris.

6 . Charles Murray & Robert J. Herrnstein (1994), The Bell Curve. Intelligence and Class Structure in American Life, Free Press, 912 p.; Claude S. Fischer et al. (1996), Inequality by Design: Cracking the Bell Curve Myth, Princeton University Press, 324 p.

7 .Lawrence W. Mead (2001), Beyond Entitlement. The Social Obligations of Citizenship, Free Press, 324 p.

8 . Charles Murray (1984), Losing Ground. American Social Policy 1950‑1980, Basic Books, 323 p.

9 . Michèle Lamont & Pierre Fournier (1992), Cultivating Differences: Symbolic Boundaries and the Making of Inequality, Chicago, University Press of Chicago, 364 p.

10 . Peter Wagner (1993), A Sociology of Modernity. Liberty and Discipline, Routledge, 326 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Duvoux, « Made in America », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2012, mis en ligne le 15 juin 2012, consulté le 13 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/1241

Haut de page

Auteur

Nicolas Duvoux

nicolas.duvoux@parisdescartes.fr
Maître de conférences à l'université Paris-Descartes (CERLIS)- 45, rue des Saints-Pères- 75006 Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page