Navigation – Plan du site

Protester avec violence. Les actions militantes non conventionnelles des chasseurs

Protesting with violence. Hunters’ unconventional acts of activism
Julian Mischi

Résumé

À partir du cas de la mobilisation des chasseurs d’une région rurale et industrielle, cet article aborde la question de l’usage de la violence dans les mouvements de contestation populaire. De l’extérieur, la violence de certains chasseurs peut apparaître comme l’expression d’une force non maîtrisée et irréfléchie. Or, l’analyse des pratiques et des discours que tiennent ces acteurs met au jour les significations qu’elle revêt et l’organisation qui la rend possible. Le recours à la violence s’intègre dans un dispositif contestataire non conventionnel structuré autour de relations d’interconnaissance dont une visée ethnographique peut rendre compte. C’est donc un aspect du rapport des classes populaires au politique – le recours à l’action directe et violente – que l’on éclaire en soulignant en quoi ce mode de protestation est marqué, dans le cas des chasseurs de gibier d’eau, par une double socialisation, professionnelle (ouvrière) et résidentielle (rurale). À l’opposé d’une approche se contentant d’évoquer l’irrationalité des comportements violents, il s’agit d’éclairer les processus d’apprentissage propices au déploiement d’actions militantes non conventionnelles (incendies, menaces physiques, braconnage, etc.). Les modalités d’entrée dans des formes radicales de protestation se nourrissent d’expériences quotidiennes qui les rendent légitimes. Elles sont à relier à la résistance de certaines fractions des classes populaires face à une perte d’emprise sur leur espace de vie. C’est donc un aspect du rapport des classes populaires au politique – le recours à l’action directe et violente – que l’on éclaire en soulignant en quoi ce mode de protestation est marqué, dans le cas des chasseurs de gibier d’eau, par une double socialisation, professionnelle (ouvrière) et résidentielle (rurale). À l’opposé d’une approche se contentant d’évoquer l’irrationalité des comportements violents, il s’agit d’éclairer les processus d’apprentissage propices au déploiement d’actions militantes non conventionnelles (incendies, menaces physiques, braconnage, etc.). Les modalités d’entrée dans des formes radicales de protestation se nourrissent d’expériences quotidiennes qui les rendent légitimes. Elles sont à relier à la résistance de certaines fractions des classes populaires face à une perte d’emprise sur leur espace de vie.

Based on a case of hunters’ mobilization in a rural industrial region of France, this article addresses the question of the use of violence in working‑class protest movements. Seen from the outside, certain hunters’ violence may appear to be the expression of an unmastered and unreflective physical force. But an analysis of the actors’ practices and discourse reveals the meanings it holds for them and the organization that makes it possible. Resorting to violence is part of a non‑conventional protest mechanism structured around relations of mutual acquaintanceship, which can be accounted for by using an ethnographic approach. We shed light on an aspect of the working classes’ relationship with politics –resorting to direct and violent action– by highlighting how, for waterfowl hunters, this mode of protest is marked by a double socialization: professional (worker) and residential (rural). In contrast to approaches that content themselves with invoking the irrationality of violent behaviours, we show the processes of apprenticeship that favour the deployment of unconventional activist actions (fires, physical threats, poaching, etc.). Daily experiences contribute to pathways of entry into radical forms of protest, thereby legitimating them. They are tied to the resistance of some fractions of the working classes, faced with a loss of influence over their living space.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Les ressorts d’une protestation radicale
S’organiser pour défendre la chasse au gibier d’eau
« Nous ne nous nourrissons pas de mots mais de faits »
Les formes concrètes du recours à la violence
La violence et sa mise en scène
L’organisation militante de la violence : les « ouvertures sauvages »
Une violence multiforme
Les significations du recours à la violence : une « légitime défense »
Défendre un territoire et son usage « traditionnel »
Contrôler le marais
L’encadrement de la violence
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le 17 août 2001 au matin, 110 oiseaux appartenant à des espèces protégées (hérons, ibis et aigrettes) sont retrouvés morts dans le marais de Brière (Loire‑Atlantique). Les auteurs du massacre, probablement une dizaine de personnes, ont sciemment laissé les volatiles en évidence. Ils ont agi quelques jours après que le tribunal administratif de Nantes a ordonné le report de l’ouverture de la chasse au gibier d’eau, donnant ainsi raison à la Ligue pour la protection des oiseaux (lpo) qui avait intenté un recours en référé. Du fait de cette mesure, prise deux jours avant l’ouverture attendue de la saison de chasse, l’été 2001 est l’un des plus « chauds » dans ce territoire où se déroulent de nombreuses manifestations, la plupart non déclarées à la préfecture et impulsées par un collectif de « chasseurs en colère ». Certains chasseurs, devenus braconniers sous l’effet du changement de la réglementation, sont impliqués dans des heurts avec les gardes de l’Office national de chasse. La si...

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julian Mischi, « Protester avec violence. Les actions militantes non conventionnelles des chasseurs », Sociologie [En ligne], N°2, vol. 3 |  2012, mis en ligne le 30 mai 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/1287

Haut de page

Auteur

Julian Mischi

mischi@dijon.inra.frChargé de recherche, sociologie - inra – cesaer – 26, bd Docteur Petitjean – bp 87999 – 21079 Dijon Cedex

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page