Navigation – Plan du site

La Vie en réseau

A propos de Claire Bidart, Alain Degenne, Michel Grossetti, La vie en réseau. Dynamique des relations sociales (PUF, 2011)
Alexis Ferrand
Référence(s) :

Claire Bidart, Alain Degenne, Michel Grossetti, La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Paris, PUF, coll. « Le lien social », 2011, 356 p.

Texte intégral

1Écartons d’abord un malentendu possible : il ne s’agit pas des réseaux sociaux numériques, mais des réseaux de relations interpersonnelles beaucoup plus complexes qui émergent au fil des jours à travers des interactions et dans des contextes très variés. « Qui émergent », en un mot, en un verbe, l’originalité de l’ouvrage est annoncée. Il y a largement quarante ans que l’analyse des réseaux de relations s’est développée, massivement en Amérique du Nord, plus tardivement dans l’Europe méditerranéenne. Mais longtemps la structure (le modèle global d’organisation des liens) a été photographiée de manière instantanée. Aujourd’hui, la structure est conceptualisée et observée comme une propriété dynamique, l’organisation des liens, c’est le processus de (re)production de leur organisation. C’est le sous‑titre « dynamique des relations sociales » qui indique le mieux l’apport de ce livre.

2Une première partie est consacrée à quelques fondements d’une sociologie des relations. Il peut paraître évident de commencer par l’unité élémentaire : que dire d’une relation ? Mais tel n’a pas toujours été le cas. L’effervescence structurale des débuts a privilégié la forme, l’organisation, en considérant souvent la relation comme un « allant de soi ». Ici elle est bien un objet à questionner et à construire. Et on rappelle également les propriétés, désormais classiques, permettant de caractériser des réseaux. La deuxième partie analyse les dynamiques des relations et des réseaux, c’est‑à‑dire construit des interprétations et des débuts de formalisations théoriques dans une confrontation pointilleuse avec des corpus de données originaux. Il s’agit de comprendre comment se « fabriquent » les réseaux, comment évoluent les relations qui les constituent, et comment leur organisation peut changer. La troisième partie éclaire les inscriptions des réseaux dans trois champs sociaux : celui des proximités territoriales, des choix amoureux, des solidarités interpersonnelles. Un chapitre terminal questionne la contribution des réseaux à la reproduction des inégalités sociales et à l’enfermement des acteurs dans des jeux plus ou moins contraints.

3Les auteurs ont une grande expérience des enquêtes empiriques. Deux corpus de données irriguent principalement les analyses, et il est à la fois très intéressant et très pédagogique de les retrouver de chapitre en chapitre, car on suit l’approfondissement des analyses et la diversification des perspectives. D’un côté, un véritable panel initié à Caen en 1995 et rassemblant 87 jeunes qui ont été interrogés à nouveau quatre fois (tous les trois ans) selon un protocole permettant une description approfondie de l’ensemble de leur réseau de relations. Une enquête sur une si longue période est très rare (on trouve plus souvent des durées de quelques mois) et les âges concernés permettent de relier des transformations des réseaux aux passages ou ruptures biographiques qui conduisent au statut d’adulte. D’un autre côté, une enquête ponctuelle réalisée en 2001 auprès de 399 habitants de l’agglomération de Toulouse décrit, selon une technique éprouvée sur une large population en Californie, principalement le réseau « proche » des enquêtés. Des indications sur la manière dont les gens se sont rencontrés introduisent une petite profondeur historique. Dans les deux cas, il s’agit d’observer des « réseaux personnels », c’est‑à‑dire les relations dans lesquelles l’enquêté se sent engagé, et parfois la manière dont il perçoit les relations entre ses partenaires. Chaque enquêté décrit son environnement relationnel proche, mais le chercheur ne connaît rien des vastes réseaux dont chaque enquêté ne livre que sa toute petite portion, séparée des autres. Ceci est considéré par certains analystes comme une faiblesse méthodologique dirimante, car on ne peut étudier la structure globale. L’enjeu est en fait théorique. Si on admet qu’une relation est créée, maintenue, détruite, dans le jeu des interactions entre des acteurs qui disposent de certaines alternatives, alors le chercheur peut considérer le réseau personnel comme le cadre au sein duquel et en fonction duquel l’acteur développe ses choix et ses pratiques relationnelles. Et cet ouvrage nous montre la fécondité de cette hypothèse et de cette approche.

4La deuxième partie s’ouvre par une affirmation, « aucune relation ne naît hors d’un contexte social », qui conduit plus largement les auteurs à caractériser l’histoire d’une relation par ses inscriptions structurelles successives (existe‑t‑elle dans un seul contexte d’interaction ou bien les mêmes partenaires se retrouvent‑ils dans plusieurs contextes ; la relation est‑elle isolée ou bien est‑elle reliée à d’autres relations formant une portion du réseau). Un schéma et quelques paragraphes parviennent à décrire de manière très claire les types de processus qui modifient ces inscriptions structurelles. Et on voit d’emblée qu’il s’agira bien d’un cadrage sociologique des phénomènes relationnels. Ce cadre est confronté aux données d’enquête et les conclusions sont synthétisées dans deux reprises exemplaires du schéma initial. Le chapitre suivant aborde la disparition des relations entre les vagues d’enquête du panel et examine en détail les manières dont les enquêtés expliquent leur interruption. Ce sont des éclairages instructifs. Les jeunes du panel de Caen perdent en trois ans près de 80 % des relations citées la fois d’avant. L’hémorragie se calme légèrement entre les deux dernières vagues avec 67 % de perte (hors relations familiales). On observe ainsi les effets relationnels des événements qui ponctuent les parcours biographiques des jeunes. Mais des tendances analogues peuvent être discernées à Toulouse, conduisant à valider l’image de réseaux dont le noyau est stable, entouré de relations plus fugitives (chap. 6 et 7). Les contextes de formation des relations sont différents selon les cadres sociaux qui dominent chacun des âges de la vie : études, travail, nouvelle famille, associations. Caricaturons, vieillir, c’est très peu diminuer le nombre de ses relations, mais beaucoup en changer la nature : la famille vient occuper la place majoritaire que les amis ont délaissée, et à la retraite, les associations fournissent le petit contingent permettant de compenser la disparition des collègues. Peut‑on en conclure que le réseau personnel serait le simple produit des cadres sociaux, au fond sans dynamique propre ? Sans doute pas. Examinons la mise en couple et la rupture du couple : ce sont des événements relationnels qui résultent de décisions des acteurs et qui représentent un test intéressant d’action endogène du réseau sur lui‑même. Les effets sont souvent massifs aussi bien sur la taille, la composition, que sur la structure des réseaux. Si aucune régularité interprétable ne peut être dégagée de la variété des changements observés, on voit en revanche que des décisions relationnelles des acteurs ont également des effets majeurs sur leurs réseaux, irréductibles aux opportunités et contraintes caractéristiques de leurs conditions d’existence.

5La troisième partie sera très utile à ceux qui ont peu fréquenté la sociologie structurale, car elle développe des analyses qui forment des « classiques » du domaine. L’enquête californienne de C. S. Fischer, dont le protocole est reproduit à Toulouse, évaluait en 1982 les transformations de la vie sociale introduites par l’urbanisation. Les faits montrent qu’en Midi‑Pyrénées les différences rural/urbain, de même que les effets de la mobilité géographique, sont moindres que l’imaginaire sociologique n’a tendance à le penser. Le chapitre 9 examine, pour toutes les sortes de relations, ce qu’A. Girard avait démontré pour les relations conjugales : la tendance à épouser quelqu’un de « proche », proche en termes socioprofessionnels ou résidentiels. Ici, les auteurs mettent en évidence quelque chose de plus complexe : une tension entre la tendance à l’homogénéité que favorisent certains contextes et, au contraire, la diversification des partenaires qu’entraînent d’autres contextes ou les événements biographiques qui font diverger les trajectoires des partenaires. La discussion de différentes approches du « capital social »  introduit bien l’exploration de ses deux composantes : quelles relations ? Pour quelles ressources ? Les auteurs parcourent la mobilisation des relations lors de la recherche d’emploi,  de la création d’entreprise, de l’entraide ou de la recherche de conseils. La perspective dynamique prouve ici aussi sa fécondité : elle permet par exemple de montrer comment l’utilisation des « liens forts » ou des « liens faibles » varie en fonction de l’insertion progressive des jeunes dans le marché de l’emploi. Mais, plus globalement, l’interdépendance entre statut social et efficacité du capital social, analysée au dernier chapitre, oblige à admettre que la faiblesse des ressources personnelles n’est pas compensée par les ressources relationnelles : les pauvres ont des réseaux pauvres en ressources. Comme l’écrivent les auteurs, ces analyses sont « un peu accablantes » car le renforcement réticulaire des inégalités sociales contredit l’image que l’on aimerait se former des réseaux comme un monde « de solidarité, de réciprocité… et de beaux sentiments ».

  • 1 . Lévi‑Strauss (1973), Anthropologie structurale deux, Paris, Plon, p. 154 (le texte date de 1960).

6J’espère avoir donné l’envie de rentrer dans le détail de l’ouvrage dont je ne pouvais indiquer ici que les contours. Détails importants car ils traduisent l’extrême attention des auteurs à la complexité des faits analysés, attention polymorphe aimerais‑je dire, faite à la fois de sensibilité aux « bifurcations » inattendues et de mise en évidence de régularités partielles, attention aux faits sous‑tendus par une intention théorique qui vise une sociologie générale et non le simple pré carré des matrices d’interconnaissance propres à la sociabilité. Le pari est gagné en ce qui concerne la présentation des hypothèses de recherche sur les relations dans les cadres de quelques « grandes questions » de la sociologie. La présentation des résultats, elle, est bien un « défi à la quiétude du lecteur ». Après la modélisation des transformations des inscriptions structurales des relations que je saluais au début de ce texte, j’ai eu le sentiment d’affronter des résultats dont les diversités et les contingences sont difficiles à intégrer dans quelques lignes de forces intellectuelles. Je souhaite qu’on ne prenne pas ceci comme une critique, mais comme le fondement d’une question théorique. La différence « de degré » que Claude Lévi‑Strauss identifiait entre le mythe et le conte m’est revenue à l’esprit : le conte est moins structuré, « les permutations y deviennent relativement libres… si le conte travaille avec des oppositions minimisées, celles‑ci seront d’autant plus difficiles à identifier1 ». Ne faudrait‑il pas que nous réfléchissions aux différents degrés de contrainte socio‑logique qui pourraient caractériser différents phénomènes relationnels ? Les logiciels d’analyse des données relationnelles nous fourniront toujours des indices « structuraux » instantanés. Là n’est pas la question. Mais si, comme l’ambitionnent les auteurs, la sociologie cherche à identifier des processus, c’est‑à‑dire des modèles de (re)production, elle doit se demander quels types d’objets (les réseaux personnels pris globalement, ou bien un sous‑réseau formé par un type de lien particulier, ou peut‑être même un agencement minimal comme la triade), et sur quelle séquence temporelle (en réponse à un événement vs en longue période biographique), pourraient être supposés répondre à des logiques internes assez fortes pour que des modèles de transformation soient identifiables. Par la qualité de ses analyses, il me semble que cet ouvrage nous oblige à poser cette question qui n’est pas faite pour la quiétude des chercheurs.

7Je ne vais pointer ici ni les réserves ni les satisfactions que m’inspirent tels ou tels paragraphes : elles devraient être situées chaque fois dans leurs contextes, trop longs à présenter. Je terminerai par quelques mots sur la forme de l’ouvrage : que dire du livre comme livre ? Il est lisible, pédagogique. Il mobilise la terminologie sociologique classique, il définit aussi simplement que possible les notions spécialisées qu’il doit introduire. La compréhension des résultats quantitatifs ne demande pas d’expertise statistique particulière (est‑ce pour rester accessibles que les analyses ne comportent pas de modélisation multiniveaux, ou parce qu’il fallait privilégier l’axe du temps ?). Les descriptions de réseaux « complets » font souvent appel à des représentations graphiques spectaculaires (par exemple des flux financiers mondiaux !) mais, selon moi, totalement incapables d’étayer une quelconque idée sociologique. Ici, les quelques représentations graphiques de réseaux personnels permettent en revanche de visualiser (de manière très « parlante », ai‑je envie de dire) des propriétés structurales comme la densité, la segmentation ou la centralité. Le paradoxe intéressant est que ces graphes dans lesquels le lecteur a envie de se projeter n’ont jamais existé dans la conscience d’aucun acteur. Toujours dans le domaine de « l’illustration » des observations sociologiques, les citations d’extraits d’interviews me semblent fort nombreuses : j’ai tendance à croire la parole de mes collègues sans avoir besoin de l’effet de réel produit par la parole des enquêtés. Mais les étudiants apprécieront, et ce livre pourra figurer dans les recommandations de lecture en licence aussi bien que pour les futurs chercheurs.

Haut de page

Notes

1 . Lévi‑Strauss (1973), Anthropologie structurale deux, Paris, Plon, p. 154 (le texte date de 1960).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Ferrand, « La Vie en réseau », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2012, mis en ligne le 25 septembre 2012, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/1332

Haut de page

Auteur

Alexis Ferrand

alexis.ferrand@univ‑lille1.fr
Professeur émérite en sociologie à l’université Lille-1 Centre lillois d’études et de recherches sociologiques et économiques (cnrsclerse)

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page