Navigation – Plan du site

Qui rêve du logement social ?

Who dreams of a living in a council house?
Pascale Dietrich-Ragon

Résumés

Dans un contexte de crise du logement, le nombre de demandeurs de logements sociaux ne cesse d’augmenter dans les grandes villes françaises. Il n’y a pourtant pas d’équivalence automatique entre les difficultés de logement et la demande. Beaucoup de personnes, notamment issues des classes moyennes, préfèrent ne pas effectuer de démarche quand bien même leurs conditions de logement laissent à désirer. Cet article s’intéresse aux motivations et aux conditions d’expression de la demande de logement social en Île-de-France, où les tensions immobilières sont les plus fortes. Quels sont les parcours et les expériences conduisant à rejoindre la liste des candidats ? Quels sont les justifications, les représentations et les arbitrages dans ce choix ? Au-delà du besoin, différentes conditions sont nécessaires à l’entrée dans une « carrière » de demandeur. La socialisation dans un milieu populaire est en premier lieu déterminante, de même que les expériences négatives sur le marché immobilier et les ruptures professionnelles et familiales. Parallèlement, il faut construire une représentation positive du logement social. Dans ce processus, l’entourage, souvent logé dans ce secteur, joue un rôle primordial. Aux yeux des demandeurs, cet habitat représente un moyen d’échapper à l’humiliation vécue sur le marché privé ainsi qu’un gage de sécurité et de qualité de vie. Ils y voient même une porte de sortie à la condition populaire et à la précarité et une façon de faire face au déclassement et aux injustices sociales.

Who dreams of a living in a council house?

In a context of chronic housing shortage, the number of applicants for social housing in France’s major cities is constantly increasing. And yet there is no automatic equivalence between housing difficulties and social housing demand. Many people, notably those from the middle classes, are reluctant to apply, even when their housing conditions are poor. This article examines the motives of social housing applicants and the conditions in which demand is expressed in the Paris region (Ile-de-France) where the housing shortage is most severe. What are the histories and experiences of individuals who put their name on the waiting list? What are the justifications, representations and trade-offs underlying this decision? Beyond actual need, various conditions must be satisfied to enter the “career” of a social housing applicant. Socialization in a working-class environment is a first prerequisite, along with negative experiences on the housing market and an unstable employment and family history. In parallel, a positive representation of social housing must be constructed. In this process, family and friends, often already housed in the social sector, play a vital role. In the eyes of applicants, social housing provides a means to escape humiliation on the private market while acquiring security and quality of life. They even see it as means to break away from the working class condition and from economic insecurity, and to counter downward mobility and social injustice.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Lignes de fractures et points communs au sein de la population demandeuse
Les épreuves sur le marché immobilier
Allers-retours sur le marché immobilier
L’épreuve de la sélection
Un habitat de seconde catégorie
Le logement ou la vie ?
Les épreuves dans la vie sociale
Les épreuves dans la sphère professionnelle
Les épreuves dans la sphère familiale
La valorisation du logement social
L’importance de la socialisation
La justice, la sécurité et la qualité
Rendre le logement social honorable
Conclusion
Liste des entretiens cités

Aperçu du début du texte

En Île-de-France, se loger est devenu pour beaucoup de personnes un véritable problème. Du fait de la crise du logement et de l’explosion des prix tant à l’achat qu’à la location, une partie importante des classes populaires et moyennes ne parvient plus à habiter dans la capitale et est reléguée dans une banlieue toujours plus lointaine. Dans ces conditions, le parc social, où les loyers sont très inférieurs à ceux pratiqués dans le privé, est largement sollicité. Le nombre de ménages demandeurs franciliens est passé de 264 000 en 1973 à 406 000 en 2010. Le délai d’attente théorique pour un logement est de 5,4 ans, alors qu’en 1978 il était de 3,1 ans (IAU, 2011). Il n’y a cependant pas d’équivalence automatique entre les diffi­cultés de logement et la demande. Alors que 89 % de la population francilienne peut prétendre en droit à un logement social (IAU, 2011)5, beaucoup de personnes préfèrent ne pas effectuer de demande quand bien même leurs conditions de logement laissent à désir...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Dietrich-Ragon, « Qui rêve du logement social ? », Sociologie [En ligne], N°1, vol. 4 |  2013, mis en ligne le 23 mai 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/1512

Haut de page

Auteur

Pascale Dietrich-Ragon

pascale.dietrich@ined.fr
Sociologue, chargée de recherche à l’INED, chercheuse associée à l’ERIS – INED - 133, boulevard Davout - 75980 Paris Cedex 20

Articles du même auteur

  • Elire domicile [Texte intégral]
    A propos de Jean-Yves Authier, Catherine Bonvalet et Jean-Pierre Lévy (dir.), Elire domicile. La construction sociale des choix résidentiels (PUL, 2010)
    Paru dans Sociologie, Comptes rendus, 2011
Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page