Navigation – Plan du site

L’appel du texte

A propos de Pierre Lassave, L’appel du texte. Sociologie du savoir bibliste (PUR, 2012)
Céline Béraud
Référence(s) :

Lassave Pierre, L’appel du texte. Sociologie du savoir bibliste, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Sciences des religions », 208 p.

Texte intégral

1Dans la continuité d’un parcours de recherche original qui l’a conduit de la sociologie urbaine à la sociologie de la littérature, Pierre Lassave se saisit ici d’un objet singulier : l’exégèse ou plus largement la « nébuleuse » bibliste. Le propos est centré sur la France, pays de séparation de l’Église et de l’État, qui fut d’abord dans les années 1880 une séparation de l’Église et de l’enseignement. La théologie y est tenue institutionnellement à distance des autres disciplines universitaires. Mais la Bible y connaît depuis une quinzaine d’années un regain d’intérêt auprès d’un grand public cultivé. Dans une langue élégante et claire, Pierre Lassave développe une analyse au croisement de la sociologie des sciences, des religions, des professions et de la culture. Sans oublier de faire les rappels historiques qui tracent la genèse de cette « science historique des textes sacrés » (p. 107) et qui nous font remonter à la « crise moderniste » et au-delà (en prenant largement appui sur les travaux de François Laplanche à qui un hommage est rendu), il s’intéresse aux exégètes et à leurs publics, ainsi qu’à différents événements qui donnent à voir leur rencontre. Le plan est finement ciselé, les titres des chapitres choisis avec soin.

2Les biblistes (terme que les acteurs semblent préférer à celui plus traditionnel d’exégète) forment « une étrange population érudite », comme les qualifie Pierre Lassave en introduction (p. 7). Travaillés par la tension entre neutralité et engagement, ils se trouvent aux frontières entre le monde académique des historiens et le monde ecclésiastique des théologiens, entre le savoir et la foi (ce qui en fait une forme d’ « engagement savant »). Si elle emprunte à différentes disciplines (histoire, bien sûr, mais également sémiologie, narratologie, anthropologie…), l’exégèse ne se réduit à aucune d’elle. Elle ne saurait d’ailleurs faire l’objet d’une définition univoque. Ses spécialistes appartiennent en France à deux pôles : un pôle laïque (dont la section des « sciences religieuses » de l’EPHE est emblématique) et un pôle confessionnel (établissements privés catholiques, protestants, orthodoxes, juifs également). Dans l’espace dit concordataire (à Strasbourg et à Metz), existent également des facultés publiques de théologie. Les biblistes disposent en outre de réseaux et d’associations, plus ou moins ouverts à l’international et à l’œcuménisme. Ils forment ainsi une « communauté communicationnelle de spécialistes » (p. 103).

3Pierre Lassave souligne les limites à la professionnalisation de l’exégèse (qui semblait rendue possible par l’émancipation par rapport aux cadres cléricaux qui en détenaient à l’origine le monopole), au sens de la définition qu’en donnent les sociologues fonctionnalistes : « dissolution » dans les disciplines auxquelles elle emprunte, ancrage institutionnel fragile, projet qui oscille entre histoire critique des textes et quête de sens. Pour qualifier ce « savoir qui fait métier sans devenir profession » (p. 13), Pierre Lassave s’inspirant des travaux de Florent Champy, parle « d’une forme de métier à expertise prudentielle ». À l’image du clergé français, ses membres sont vieillissants. On compte aujourd’hui parmi les biblistes une part importante de laïcs, dont de nombreuses femmes (on peut regretter que l’auteur ne s’intéresse pas davantage aux effets de cette féminisation du rapport au savoir). Par sa démarche ethnographique, Pierre Lassave rend compte d’un monde étonnement foisonnant et vivant. Cette posture méthodologique lui permet notamment de souligner subtilement le rôle de la liturgie qui suit les journées de colloques marquées par les controverses exégétiques : « Le chant qui s’élève à l’unisson dans le chœur célèbre alors l’accord de fond nécessaire à l’expression antérieure de désaccord de forme. » (p. 99)

4Dans les colloques auxquels il assiste, Pierre Lassave rencontre une assistance nombreuse aux cheveux le plus souvent blancs, au sein de laquelle on compte parfois presque autant de femmes que d’hommes. À la sécularisation interne de la population de biblistes, répond ainsi celle des étudiants et des nombreux auditeurs libres. Les publics de l’exégèse dépassent les limites strictes du champ académique, comme en témoignent le succès de la « Bible des écrivains » éditée par Bayard en 2000 (à laquelle Pierre Lassave a consacré une recherche antérieure), des documentaires de Prieur et Mordillat, des cours du soir, des croisières savantes et autres magazines.

5Au cours des quinze dernières années, plusieurs « aventures médiatiques » ont donné une visibilité au monde des biblistes, tout en contribuant en partie à les déposséder de leur objet. Pierre Lassave s’attache à trois « affaires » en particulier, qui ont suscité enthousiasme d’un côté, critiques de l’autre : les séries d’Arte, le Da Vinci Code et l’Évangile de Judas.  Ainsi, les émissions diffusées sur la chaîne franco-allemande avec un score inattendu d’audience provoquent certaines réserves chez les autorités catholiques, voire une franche hostilité chez les traditionnalistes. Par contre, les milieux intellectuels plutôt situés à gauche soutiennent avec chaleur la démarche des deux documentaristes, comme en témoignent les articles parus dans Libération, Télérama, Le Nouvel Observateur ou encore Les Inrockuptibles.

6Pierre Lassave dit n’avoir aucune formation biblique particulière et n’entretenir « qu’un lien de sympathie curieuse avec les significations vivantes que les livres sacrés ont engendrées jusqu’à aujourd’hui » (p. 16). Il n’en fait pas moins preuve d’une grande érudition. Son propos est toujours vivant. Par les comptes rendus qu’il livre de son enquête de terrain et les portraits qu’il dresse (qui permettent de dessiner des « carrières » de biblistes au sens des interactionnistes, carrières au profil changeant selon les générations), il donne chair à sa problématique, au plus grand plaisir de ses lecteurs. Surtout, en étudiant cet objet qui pourrait sembler marginal, il aborde la question du devenir du christianisme dans une société très sécularisée, où le religieux se trouve souvent réduit à un héritage de type patrimonial mais où il travaille encore les imaginaires et suscite de fait la curiosité. Il donne également à voir les crispations identitaires qui marquent le champ catholique depuis une bonne vingtaine d’années : la compétence de l’exégète, mise en avant au moment du concile de Vatican II, nourrit aujourd’hui le soupçon jusqu’au plus haut niveau de l’Église (Benoît XVI a ainsi pu parler de la critique historique comme d’un « cimetière d’hypothèses contradictoires »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Béraud, « L’appel du texte », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2012, mis en ligne le 29 janvier 2013, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/1539

Haut de page

Auteur

Céline Béraud

celine.beraud@gmail.com
Maître de conférences à l’Université de Caen - Centre d’étude et de recherche sur les risques et les vulnérabilités (CERReV – Maison de la Recherche en Sciences Humaines) – Université de Caen Basse-Normandie – Esplanade de la Paix – Campus 1 – 14032 Caen Cedex

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page