Navigation – Plan du site

La France dans les comparaisons internationales

A propos d’A. Chenu & L. Lesnard (dir.), La France dans les comparaisons internationales. Guide d’accès aux grandes enquêtes statistiques en sciences sociales (Presses de Sciences Po, 2011)
Olivier Martin
Référence(s) :

Alain Chenu & Laurent Lesnard (dir.) (2011), La France dans les comparaisons internationales. Guide d'accès aux grandes enquêtes statistiques en sciences sociales, Paris, Les Presses de Sciences Po, 221 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage est le bienvenu car il constitue, conformément à ce que son sous-titre annonce, un « guide d’accès aux grandes enquêtes statistiques en sciences sociales ». Mais une première chose frappe le lecteur, avant même de parcourir le détail des pages : la taille relativement modeste de l’ouvrage, composé de 220 pages, de 12 chapitres et d’une introduction. Les directeurs de l’ouvrage auraient-ils oublié des pans entiers des bases de données d’enquêtes ? Auraient-ils volontairement occulté les productions de telle ou telle institution, ou de tel ou tel domaine des sciences sociales ? À ces questions, les réponses sont négatives. Si la taille de l’ouvrage est relativement modeste, il faut en trouver les raisons dans ce constat, bien formulé par Dominique Joye dans un des chapitres de cet ouvrage : « présenter les grandes enquêtes internationales, initiées ou utilisées principalement par les sciences sociales, est simple dans la mesure où ces projets de recherches sont finalement peu nombreux et peuvent donc être énumérés » (p. 21). En effet, l’ouvrage permet de bien mesurer à quel point les grandes enquêtes statistiques à vocation internationale ou utilisables à des fins de comparaison internationale sont finalement peu nombreuses. Ce qui rend d’autant plus précieuses celles qui existent. Le coût financier et temporel des grandes enquêtes statistiques explique leur relative rareté et, par conséquence, leur intérêt.

2Avant d’examiner le détail du contenu de l’ouvrage, deux précisions s’imposent, afin de bien saisir le domaine couvert. Premièrement, l’ouvrage ne s’arrête pas à la présentation des enquêtes européennes, même si celles-ci sont évidemment très présentes et plus nombreuses que les enquêtes d’envergure plus grande. Deuxièmement, il ne se limite pas à la présentation des enquêtes qui sont conçues dans le cadre d’une coopération internationale, comme les enquêtes de l’International Social Survey Programme (ISSP), les enquêtes sur les systèmes de valeur (European Values Survey), les European Social Survey (ESS) ou encore les European Election Studies (EES). L’ouvrage présente également, en effet, les enquêtes conçues dans un cadre national mais dont les caractéristiques permettent parfois d’envisager un usage pour un travail comparatif international : c’est par exemple le cas des enquêtes « Emploi » ou des enquêtes « Budget de famille » de l’INSEE, présentées en détail par Louis-André Vallet ; ou les enquêtes sur les pratiques culturelles et de loisirs, finement présentées par Philippe Coulangeon. L’utilisation de ces sources à des fins comparatives ne va pas nécessairement de soi, et suppose un travail de traduction, de recodage ou de normalisation important, en intégrant progressivement des nomenclatures internationales ou des volets internationaux à des questionnaires nationaux. Le sociologue familier des seuls dispositifs d’enquête français mesurera alors la relative richesse des données nationales, mais aussi la faible intégration de la France dans les processus d’internationalisation ou de normalisation à des fins comparatives.

3L’introduction, signée par Alain Chenu, permet de bien saisir les objectifs de l’ouvrage, conçu comme « une invitation au voyage dans l’univers des enquêtes comparatives, et une initiation à une pratique moderne des sciences sociales fondée sur la mise en commun de dispositifs d’observation de qualité et à grande échelle ». La métaphore du voyage, suggérée par Alain Chenu, s’ouvre sur une autre métaphore : celle du guide de voyage. Le livre constitue effectivement un guide de voyage dans la mesure où, dans une première grande partie, pour chaque grand domaine thématique, il offre une description générale des enquêtes, de leur origine, de leurs principales caractéristiques méthodologiques et théoriques. Après un premier chapitre de Dominique Joye offrant une mise en perspective générale des sources, chaque grand domaine thématique fait l’objet d’un chapitre spécifique, rédigé par les utilisateurs de ces enquêtes  et spécialistes du thème : comportements et attitudes politiques (Nonna Meyer et Nicolas Sauger) ; pratiques et croyances religieuses (Pierre Bréchon) ; modes de vie et usage du temps (Laurent Lesnard et Anne Cornilleau) ; pratiques culturelles et de loisir (Philippe Coulangeon) ; formation, emploi, carrières et mobilité (Louis-André Vallet) ; démographie (Aline Désesquelles et Olivier Thévenon). Regrettons au passage le choix de regrouper dans un chapitre consacré aux « évolutions démographiques » la présentation des enquêtes dans le domaine de la santé, au lieu d’en faire un chapitre à part et de donner toute la visibilité que mérite ce thème.

4Comme tout guide de voyage, ces descriptions sont accompagnées des informations pratiques sur les adresses et coordonnées utiles au lecteur et futur visiteur : sites web hébergeant les enquêtes, leur description précise, les questionnaires et les conditions d’accès aux données ; repères bibliographiques essentiels… Le lecteur, qui est ou sera utilisateur des données, y trouvera tous les renseignements nécessaires pour ne pas se perdre sur le chemin de l’accès pratique aux données, tout en acquérant les informations (sur leurs caractéristiques méthodologiques et conceptuelles) nécessaires à leur utilisation. Quelques éléments, parfois un peu sommaires, permettent saisir les difficultés méthodologiques et conceptuelles posées par la comparaison de sources conçues dans des contextes culturels, sociaux ou économiques distincts.

5L’ouvrage ne constitue toutefois pas qu’un guide de présentation des thèmes des enquêtes susceptibles d’intéresser les sociologues. Dans une seconde partie, il propose aussi plusieurs éclairages sur les principaux enjeux qui traversent les enquêtes par questionnaire : l’échantillonnage et la pondération (Dominique Joye) ; le comparatisme (Dominique Joye et Ekkehard Mochmann) ; les sources de données longitudinales (Mirna Safi) ; l’archivage et la documentation des enquêtes (Ekkehard Mochmann et Mary Vardigan) ; la protection des données individuelles (Roxane Silberman).

6Le chapitre consacré à l’échantillonnage rappelle que les modèles d’échantillonnage ont des conséquences directes sur la connaissance des estimations des grandeurs et l’appréciation de leur fiabilité. Il évoque également les différences nationales dans les cultures professionnelles, dans les réglementations et dans les conditions pratiques de constitution des échantillons. Dans le chapitre suivant, Dominique Joye et Ekkerhard Mochmann reprennent de manière générale (quoiqu’un peu rapide) les enjeux du travail de comparaison, qui sont également traités de manière spécifique dans chacun des chapitres thématiques : le travail d’harmonisation (ex ante ou ex post), la traduction, la standardisation, la documentation. Quant à Mirna Safi, elle consacre un chapitre aux questions spécifiques de l’analyse longitudinale en soulignant les apports de ce type de données à l’analyse des causalités et à une meilleure prise en compte des hétérogénéités individuelles dans la production de résultats sociologiques en coupe.

7Terminons en nous arrêtant plus longuement sur le remarquable chapitre que Roxane Silberman consacre à une présentation très claire des divers débats liés à la protection des données individuelles. Tout en offrant une clarification du vocabulaire (données individuelles, données personnelles, identification, ré-identification, données indirectement nominatives, protection de la vie privée, confidentialité, attente aux intérêts des personnes, données sensibles), elle décrit les évolutions du droit mais aussi des sensibilités croissantes des opérateurs sur ces questions : les débats restent vifs et l’inquiétude des citoyens est légitime. La lecture de ce chapitre sera utile à tout producteur ou utilisateur de données statistiques individuelles, non seulement parce que Roxane Silberman propose un résumé des procédures « que doivent suivre les chercheurs en France pour collecter ou accéder à de telles bases de données individuelles » (p. 196) mais aussi parce qu’une bonne connaissance de ces enjeux et questions est une condition nécessaire à la recherche, à la fois pour bien identifier les points cruciaux et pour ne pas se tromper et exagérer les difficultés.

8Au total, cet ouvrage constitue un exemple des efforts de valorisation et de diffusion des bases de données statistiques, afin d’en permettre un accès plus facile, d’en établir une documentation assurant la pérennité des données. Ces efforts sont finalement assez récents en France et procèdent en grande partie de la mise en application des recommandations du rapport de Roxane Silberman de 1999 : le Comité de Concertation pour les Données en Sciences Humaines et Sociales (CCDSHS), en charge de la politique nationale de données au Ministère de la Recherche en partenariat avec différents ministères (économie et emploi) a été créé en 2001 ; tout comme le Réseau Quetelet, constitué comme une unité mixte de service du CNRS, et qui constitue le portail français d’accès aux données pour les sciences humaines et sociales (grandes enquêtes, recensements et autres bases de données issues de la statistique publique française ; grandes enquêtes françaises provenant de la recherche ; accès privilégié à des enquêtes internationales). Ces dispositifs ont seulement un peu plus de dix ans ! Le lecteur intéressé par ses aspects institutionnels pourra se reporter à l’article d’Alain Chenu, « Une infrastructure pour les données en sciences humaines et sociales », dans le Courrier des statistiques (n° 107, septembre 2003)

9Parmi ces actions de valorisation des enquêtes, pensons également à la collection d’ouvrages « Grandes enquêtes » de l’INED créée en 2009 et dirigée par Cécile Lefèvre, qui vise à rassembler les résultats et les méthodologies de grandes enquêtes en sciences sociales réalisées par l'INED comme par d'autres organismes.

10Tous ces efforts visent à valoriser ce « patrimoine immatériel », qui vient s’ajouter aux archives, ouvrages et revues conservés dans des bibliothèques, centres de documentation ou sites d’hébergement de ressources numérisées. Que chacun, utilisateur ou non de ces sources de données, mesure l’importance de ce patrimoine !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Martin, « La France dans les comparaisons internationales », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2013, mis en ligne le 29 janvier 2013, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/1565

Haut de page

Auteur

Olivier Martin

olivier.martin@parisdescartes.fr
Professeur à l’Université Paris-Descartes, Centre de Recherches sur les liens sociaux (CERLIS) - 45, rue des Saints-pères – 75270 Paris cedex 06  

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page