Navigation – Plan du site

Rapports de sexe, genre et rapports sexuels

A propos de « Masculin/Féminin » (Esprit, novembre 1993)
Christine Delphy

Notes de la rédaction

Au cours du débat « Genre à la française ? », organisé avec Pascale Molinier, Christine Delphy indiqua que selon elle, Eric Fassin avait défendu dans un article de la revue Esprit1 la thèse selon laquelle « les rapports sexuels échappaient à la hiérarchie de genre » (Sociologie, vol. 3, n° 3, 2012, http://sociologie.revues.org/1392). Dans sa « réponse à Christine Delphy », publiée dans le même numéro de Sociologie, Eric Fassin estima de son côté que c’était là mal interpréter ses propos, et l’invita « au lieu de se fier à ses souvenirs (d’où l’absence de citation précise), à relire [son] texte avant d’en proposer la critique ».

En réponse à la réponse, Christine Delphy souhaite aujourd’hui que Sociologie reproduise un extrait de son ouvrage Un universalisme si particulier2, dans lequel elle discute de façon plus détaillée ce numéro de la revue Esprit en général, et l’article d’Eric Fassin en particulier. Nous publions donc ici cet extrait, avec l’autorisation des éditions Syllepse.

Afin de préciser le contexte de production de ce texte, signalons qu’il est issu d’un éditorial de Christine Delphy pour le numéro 4 de la revue Nouvelles Questions Féministes, datant de 1993 : « L'affaire Hill-Thomas, le harcèlement sexuel et l'identité nationale française ». Ce numéro était consacré à l'affaire Hill-Thomas et à son traitement par la presse française qui avait débouché sur une discussion de la notion de ‘harcèlement sexuel’.

Texte intégral

1La culture française est exceptionnelle, plus exceptionnelle que les autres - comme si ce n’était pas la définition même d’une culture que d’être unique ! Les Français n’ont pas de mal à croire cette bêtise, ni à croire que le monde entier partage cette perception qui n’est que le résultat abruti d’une éducation cocardière et abrutissante. Et tout ce qui fait partie de cette culture « exceptionnelle » est à préserver jalousement du complot international visant à nous dénier notre supériorité. Maintenant, grâce aux campagnes anti-Hill et anti-PC, l’antiféminisme aussi est devenu un bien uniquement français. Sous peu, il devrait être classé monument historique, protégé par la Mission du patrimoine.

2Révélateur à cet égard, le numéro de la revue Esprit de novembre 1993. D’abord, son titre « Masculin/Féminin », qui à lui tout seul dit qu’on peut - qu’on doit - penser les réalités nouvelles dans les vieux cadres. Qui écrit dedans ? En majorité des hommes, et aucune femme connue pour être féministe, même si aucune n’est connue non plus pour être antiféministe. Ces hommes se répondent. François de Singly contredit Claude Fischler (qui à la réflexion, pourrait être une femme qui se fait appeler « directeur » ; pourquoi pas « George Sand » ?) ; il écrit que non, il n’y a pas « féminisation des mœurs », mais plus subtile domination masculine. Il dit des choses intelligentes, qu’il n’a pas inventées, sur l’équivalence faite entre le masculin et le neutre. Mais il répond à un faux débat ; à part son comparse, et Élisabeth Badinter, abondamment citée, elle, dans l’ensemble du numéro, qui pense qu’il y a une « féminisation des mœurs » ? D’ailleurs, qui pense encore en termes de « mœurs » ? Enfin, le masculin se faisant passer pour le neutre, l’universel, en quoi est-ce nouveau ?

3Plus intéressant encore, un mini-dossier sur le harcèlement sexuel, réalisé cette fois entièrement par trois hommes. Les trois auteurs se livrent, sujet oblige, à des exégèses du mouvement féministe qui - incompétence oblige - sont truffées d’erreurs factuelles et probablement dues à l’ignorance, mais aussi d’erreurs dues à la malveillance. Les articles d’Éric Fassin et d’Alain Ehrenberg expriment une ambivalence et un malaise certains. Avant le vote de la loi, ils étaient prêts à dire que le harcèlement sexuel est un phénomène purement américain. Après, ils commentent avec embarras les sondages et les opinions exprimées au parlement, selon lesquelles il existe en France aussi. Ehrenberg pédale dans la semoule tout au long d’un article filandreux, où il parle absolument de tout - et il aurait parlé de plus que tout si son article n’avait pas « été raccourci pour tenir compte des contraintes éditoriales », ce qui nous met dans la situation paradoxale d’avoir quand même à remercier la rédaction d’Esprit.

4On arrive toutefois à déchiffrer, en dépit de ses efforts pour noyer le poisson, qu’il ne comprend pas pourquoi « un comportement autrefois accepté ou toléré socialement ne l’est plus... pourquoi ce changement dans les sensibilités collectives qui ne voyaient pas là autrefois un vrai problème » (p. 77) ? Il ne lui vient pas à l’idée que ces sensibilités collectives peuvent être différentes selon qu’il s’agit des femmes ou des hommes, même si les sondages ne révèlent pas en effet une grande différence d’appréciation entre les deux populations. Il semble surtout vouloir se rassurer que si le harcèlement sexuel est devenu un délit, cela n’a rien à voir avec le mouvement féministe, avec la conscience accrue des femmes qu’elles n’ont pas à supporter cela, ni le reste. Bien qu’il dise lui-même que le domaine du privé est celui de l’autorité absolue du père de famille (p. 81), il ne se fait pas à l’idée que la domination incontrôlée qui sévit dans le privé soit dénoncée - que le privé soit rendu public (p. 96). Il affirme que tout est différent entre la France et les États-Unis (« les relations hommes-femmes ne font pas partie, contrairement à la société américaine, des clivages symboliques français »), mais ne termine pas sa démonstration qui dévie vers une longue litanie sur la fragilité masculine, illustrée par le cas tragique de Julio Iglesias. Parlant de « sensibilité », c’est extraordinaire les accents mouillés que les hommes peuvent trouver pour parler de « la souffrance typiquement masculine, qui a beaucoup de mal à s’exprimer parce que les hommes ne font pas partie, à la différence des femmes et des enfants, des catégories que le sens commun pense devoir être protégées ». Il ne semble pas réaliser ni qu’il est rare qu’on « protège » les dominants, et qu’il n’est donc pas si enviable de faire partie des catégories « protégées » ; ni que les hommes sont au contraire extraordinairement « protégés » dans leurs privilèges. En revanche, c’est avec une insensibilité totale à l’expérience des victimes que les hommes continuent de s’interroger sur les problèmes de définition du harcèlement sexuel qu’ils perçoivent comme « tendu entre séduction et domination » (Ehrenberg) - la différence n’est pas claire pour eux - et si on se met à parler de domination, ils se demandent quelle place il restera à la séduction (« C’est ce qui fait défaut », Fassin, p. 109). La différence n’est vraiment pas claire pour eux.

5On ne saura jamais en quoi la situation, et en particulier le harcèlement sexuel, est si différente en France. C’est de la magie incantatoire. Ehrenberg se répète pour se rassurer : « la guerre des sexes n’aura pas lieu », le féminisme qui « n’a pas survécu à la fin du gauchisme » et qui « n’a jamais eu qu’un écho limité », n’est pour rien dans cette nouvelle loi. Pour rien l’AVFT (Association contre les violences faites aux femmes au travail), qui a poussé le projet de loi pendant des années ?

6Fassin, lui, connaît le genre, terme qu’il emploie en français tout en prétendant qu’il est impossible à traduire ! Il sait que c’est un rapport de domination dans la théorie de référence, mais il s’étonne que ce rapport s’applique aussi... aux rapports sexuels entre les sexes. Cet étonnement est étonnant, mais il ne vient pas comme une surprise. On pourrait dire que c’est, face aux progrès de la façon de penser féministe, toute la « théorie » de l’intelligentsia française, ou plutôt, toute sa défense : le postulat d’« une séparation radicale entre le genre et le sexe, entre l’inégalité des sexes et le commerce amoureux, entre les enjeux politiques et les jeux érotiques » (p. 107).

7Mais qui a, ou avait, cette illusion ? « En France on s’enorgueillit de la civilité des rapports entre les sexes », dit Fassin. Mais qui s’enorgueillit ? Qui les trouve « civils » ? Ces auteurs masculins, dans cette revue neutre, disent comme une découverte, qu’il faudrait peut-être remettre en cause cette « évidence ». Comme si des femmes ne l’avaient pas fait, et de ce côté-ci de l’Atlantique, et dès le début. C’est donc vingt ans d’histoire intellectuelle que ces gens effacent avec leurs prétendument nouvelles « interrogations », implicitement, comme ils condamnent explicitement le mouvement social (« le féminisme radical, celui qui postule deux natures et fait de tout homme un ennemi potentiel » [Ehrenberg, p. 92]). Mais de surcroît, ils se servent de cette interrogation comme d’une interrogation. Faut-il penser avec tant de hardiesse que le genre, qui a à voir avec le sexe, aurait aussi à voir avec la sexualité, ou n’est-ce pas tomber sur la pente glissante de l’exemple américain où « le rapport sexuel est toujours présenté comme un rapport de domination entre des sexes séparés » (Fassin, cité par Ehrenberg, p. 96) ?

8La « complicité » entre les sexes, justement - ô miraculeuse coïncidence ! - dans le domaine sexuel, voilà bien la ligne Maginot de l’intelligentsia française en proie au féminisme. De Sullerot à Badinter en passant par les hommes, à trente ans d’écart, on nous serine toujours cette « exceptionalité » (de la France, ou de l’hétérosexualité ?). Les rapports sexuels sont des « rapports de civilité » ; et s’ils ne le sont pas - eh bien on fera comme si, jusqu’au bout. Les statistiques sur le viol, les sondages, tous les faits remettent cela en cause ? Qu’importe. On ne reconnaîtra, de ce que Fassin est bien obligé appeler une « illusion », que ce qu’il faut absolument concéder. II faudra une autre bataille pour qu’ils admettent qu’entre « égaux hiérarchiques » l’égalité des sexes n’est pas garantie, qu’une femme contrôleur de la SNCF harcelée par dix « collègues » masculins de même rang, bien qu’adulte, ne peut pas s’en tirer « avec une bonne gifle » comme le prétend Véronique Neiertz (de qui on attendait mieux).

9L’essentiel du dossier d’Esprit tend à essayer, non pas de prouver, mais de dire, ce qui est difficile parce que c’est contradictoire, que le harcèlement sexuel existe, mais que le féminisme n’a pas lieu d’exister, qu’il n’y a pas d’antagonisme entre les sexes - ou qu’il n’y en a plus - depuis hier ; depuis la loi, qui résout tout. Avant il n’y en avait pas non plus, mais maintenant, il y en a encore moins. Moins que rien quoi.

10En dépit de leurs bafouillements - « cette loi est bonne, quoiqu’on en n’ait pas besoin » résume leur opinion - on s’aperçoit que, tout étriquée et honteuse qu’elle soit, la discussion de la loi a fait un trou dans ce qui est finalement le principal barrage idéologique au féminisme. Il suffit de voir combien ils se sentent dépourvus, maintenant que l’antagonisme d’intérêts entre femmes et hommes, y compris dans la sexualité, que les féministes dénoncent depuis des lustres, a été légalement reconnu, maintenant que leur digue fait eau.

11Cela ne signifie pas qu’ils, qui sont aussi des elles, finiront par regarder les choses en face. On l’a vu avec la vraie ligne Maginot, avec le « plan informatique français », avec Concorde, avec maints projets fondés sur des illusions, la capacité française à s’obstiner dans l’erreur, à refuser le principe de réalité, à n’importe quel coût, est faramineuse.

12Par contraste, l’Américain Michel Feher discute, dans « Érotisme et féminisme aux États-Unis » des thèses féministes.

13Il n’est pas forcément d’accord, mais il sait qu’il doit les prendre en compte, qu’il ne peut pas les ignorer. Ce qui est proprement pathologique chez les deux Français, c’est la tentative d’exclure les femmes de la définition des termes d’une question - dès lors qu’elle devient politique, c’est-à-dire enjeu de décision, alors même qu’en l’occurrence, cette question a été créée par les femmes. Ainsi elles pourraient être admises jusqu’au point où la question existe, mais pas après. Comme cela est impossible à soutenir, il ne leur reste comme solution que de prétendre que la question s’est posée « d’elle-même », en l’absence de groupes et d’intérêts sociaux. D’où la négation de l’existence d’un féminisme indigène (français). Ils préfèrent accepter l’hypothèse, pourtant douloureuse, d’une colonisation par des problématiques venues d’ailleurs et au goût étrange, que reconnaître que c’est avec celles qui posent les problèmes qu’il faut en discuter - ne serait-ce que parce que dès lors qu’une question est acceptée comme question politique, les termes du débat sont largement définis par ceux de la question et que la marge de manœuvre ultérieure est minime ; mais enfin, même si c’est un espace restreint, ils prétendent encore l’occuper seuls.

14Que ce mini-dossier ait été confié uniquement à des hommes qui en profitent pour évacuer la problématique de départ n’est pas seulement une espèce de revanche après coup ; cela reflète aussi l’état du rapport de forces qui a régné pendant la discussion de la loi. Les féministes, représentée par l’AVFT, n’étaient pas assez fortes pour faire prévaloir leur définition du harcèlement sexuel - la définition adoptée aux États-Unis et préconisée par le parlement européen - et n’ont pu s’opposer à une redéfinition en termes de « rang professionnel » qui nie implicitement l’existence de toute asymétrie de pouvoir autre - et donc qui nie tout simplement la domination de sexe.

15Ce qui à un niveau apparaît comme un déni de réalité qui, s’il n’était collectif et organisé, ressortirait du psychopathologique, est, à un autre niveau, l’un des éléments d’une stratégie tout à fait rationnelle pour contrôler les termes du débat sur les rapports de sexe et, ultimement, les évolutions légales de ces mêmes rapports.

Haut de page

Notes

1  Fassin Éric (1993), « Dans des genres différents : le féminisme au miroir transatlantique », Esprit, n° 11, pp. 99‑112.

2  Delphy Christine (2010), Un universalisme si particulier. Féminisme et exception française 1980-2010, Paris, Syllepse, pp. 118-122.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Delphy, « Rapports de sexe, genre et rapports sexuels », Sociologie [En ligne], N°3, vol. 3 |  2012, mis en ligne le 28 février 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/1629

Haut de page

Auteur

Christine Delphy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page