Navigation – Plan du site

Hommages

Homages
Serge Paugam

Texte intégral

1Deux grands sociologues français sont décédés à un mois d’intervalle au début de l’année 2013, Alain Desrosières, le 15 février à l’âge de 72 ans et Robert Castel, le 12 mars à l’âge de 79 ans. L’un et l’autre ont joué un rôle important dans les sciences sociales, et leurs œuvres, à n’en point douter, continueront à imprégner le travail des sociologues. Nous avons tenu ici à leur rendre hommage.

Alain Desrosières

2Après avoir été élève à l’École polytechnique et à l’Ensae, Alain Desrosières est devenu administrateur de l’INSEE. Sa carrière aurait pu se résumer à des fonctions administratives, mais, sans y renoncer, il tint à se livrer au sein de cet institut à un travail d’historien et de sociologue. Il y rencontra Pierre Bourdieu – qui fut aussi son professeur à l’Ensae – et dont l’influence a été déterminante à partir des années 1960 et 1970 lorsque l’INSEE s’ouvrit aux thèmes classiques de la recherche sociologique. Les chercheurs associent au nom d’Alain Desrosières la nomenclature des Professions et des Catégories socioprofessionnelles qu’il contribua à faire évoluer au début des années 1980. Régulièrement réédité aux éditions La Découverte, l’ouvrage Les catégories socioprofessionnelles qu’il a publié en 1988 avec Laurent Thévenot est devenu une référence incontournable pour étudier les classes sociales, mais aussi pour réfléchir sur les effets du travail de représentation politique des groupes sociaux. Mais l’œuvre d’Alain Desrosières est surtout connue pour son apport considérable à l’histoire et à l’épistémologie de la production statistique.

3Soucieux de transmettre au plus grand nombre une information statistique de qualité, ce qu’il concevait comme la mission essentielle du corps d’État auquel il appartenait, il s’est employé toute sa vie à étudier les conditions sociales de la production et de l’usage des chiffres, à en débusquer les risques de raccourcis abusifs et d’interprétations erronées, mais aussi à y voir un mode d’exercice du pouvoir politique, le contrôle des chiffres étant une forme de régulation de la société. Il organisa en 1976 avec Jacques Mairesse un grand colloque sur l’histoire de la statistique, d’où sortit un ouvrage en deux tomes, intitulé Pour une histoire de la statistique, véritable bible pour tous les spécialistes des enquêtes. Dans les années 1980, il participa à l’EHESS à la réflexion menée au sein du séminaire de Luc Boltanski et de Laurent Thévenot sur les économies de la grandeur. Il suivit aussi avec intérêt les travaux de ce dernier et de Robert Salais, Olivier Favereau et François Eymard‑Duvernay, menés au sein de ce qu’on appelle l’École de l’économie des conventions. Il puisa aussi sa réflexion dans les travaux de l’École de Bielefeld sur la notion de « révolution probabiliste ». Riche de ces divers compagnonnages, il poursuivit sa propre recherche qui le conduisit à la publication en 1993 de son grand livre, traduit en de nombreuses langues, La politique des grands nombres, qui est l’ouvrage français de référence sur l’histoire longue de la statistique, alliant aussi bien la statistique administrative que la statistique mathématique et probabiliste. Dans les années 2000, il mena ses travaux au sein du Centre Alexandre Koyré d’histoire des sciences et des techniques. Il publia ses derniers travaux en 2008 dans un ouvrage en deux volumes intitulé L’Argument statistique.

4Celles et ceux qui ont eu le plaisir de travailler ou d’échanger avec lui gardent le souvenir d’une personne attachante, à la fois engagée au service de sa mission et soucieuse en même temps de maintenir une distance critique à l’égard des institutions. Passeur d’idées, ouvert au dialogue et à la confrontation des points de vue, Alain Desrosières était doté d’une rare érudition.

Robert Castel

5D’origine modeste, Robert Castel a grandi à Brest. Muni d’un diplôme d’ajusteur mécanicien, il était destiné à devenir ouvrier de l’arsenal. Le sort en décida autrement. Il n’a que 10 ans lorsque sa mère décède d’un cancer, 12 ans quand son père décide de mettre fin à ses jours. Ce drame familial le conduit très tôt à prendre sa vie en main. Un de ses professeurs découvre ses capacités et l’encourage à poursuivre ses études. Ce qu’il fait avec brio puisqu’il devient agrégé de philosophie en 1959 après avoir fait ses études à Strasbourg. « Miraculé de la République » comme il le reconnaîtra lui‑même par la suite, il est nommé maître‑assistant de philosophie à la Faculté des Lettres de Lille où il rencontre Pierre Bourdieu et avec qui il collabore jusqu’en 1967 au Centre de Sociologie Européenne. Il rejoint ensuite la Sorbonne où il prépare une thèse de doctorat sous la direction de Raymond Aron. C’est au cours de cette période qu’il se métamorphose en sociologue, ce que reconnut son directeur de thèse. Professeur de sociologie à l’Université de Vincennes après 1968, il devient directeur d’études à l’EHESS en 1990 où il dirige le Centre d’Étude des Mouvements Sociaux jusqu’en 1999.

6Les sociologues ne choisissent jamais totalement par hasard les thèmes de leur recherche tant ils sont influencés par leurs propres expériences vécues. Robert Castel n’échappe pas à cette règle si souvent vérifiée. Son parcours ne pouvait pas ne pas avoir de conséquences directes sur la détermination de ses objets d’étude. Deux périodes intellectuelles se distinguent dans son œuvre. La première renvoie au monde de la psychiatrie, la seconde au salariat. La sensibilité de Robert Castel pour la psychiatrie se manifeste tout d’abord par l’intérêt qu’il accorde à Asiles, l’ouvrage majeur d’Erving Goffman, dont il écrit la longue préface à l’édition française en 1968 aux Éditions de Minuit. Il fréquente aussi Michel Foucault et s’inspire de sa démarche généalogique. Dans ses premiers livres, il livre un regard critique sur le traitement et la prise en charge des malades mentaux. Il publie tour à tour Le psychanalysme, l’ordre psychanalytique et le pouvoir (Maspero, 1973), L’ordre psychiatrique (Minuit, 1977), La société psychiatrique avancée (avec sa femme Françoise Castel et Anne Lowell, Grasset, 1979) et La gestion des risques (Minuit, 1981). Avec son ami Franco Basaglia, il soutient les communautés thérapeutiques et les droits des personnes en traitement psychiatrique.

7Si Robert Castel tenait beaucoup aux travaux qu’il a réalisés au cours de cette période et notamment au concept de psychanalysme qu’il était fier d’avoir élaboré et qui lui est resté associé pendant de nombreuses années, il a néanmoins réorienté ses travaux dans les années 1980 pour se consacrer à l’étude de la condition salariale et à ses métamorphoses. Il travaille alors en bibliothèque et dévore les ouvrages d’histoire pour retracer minutieusement les étapes de ce qu’il appelle la société salariale. Il publie en 1995 aux éditions Fayard le livre clé de sa carrière Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, dont le succès est immédiat, aussi bien en France qu’à l’étranger. Le concept de désaffiliation qu’il utilise pour qualifier le déficit de protection des salariés contribue à nourrir le débat dans les cercles académiques, mais aussi parmi les professionnels du social. Plusieurs autres livres suivront : Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi (avec Claudine Haroche, Fayard, 2001), L’insécurité sociale : qu’est‑ce qu’être protégé ? (La République des Idées/Seuil, 2003), La discrimination négative. Citoyens ou indigènes ? (La République des Idées/Seuil, 2007), La montée des incertitudes : travail, protection, statut de l’individu, (Le Seuil, 2009). Notons aussi le bel ouvrage collectif qu’il a dirigé avec Claude Martin, Changements et pensées du changement. Échanges avec Robert Castel (La Découverte, 2012), dans lequel ses proches lui ont rendu hommage sous la forme d’un débat ouvert, parfois critique, auquel il répondu avec précision et de façon toujours chaleureuse. Enfin, son dernier livre, qu’il a édité en 2013 avec Nicolas Duvoux, porte sur L’avenir de la solidarité (Puf, « La Vie des idées »).

8Robert Castel était pour beaucoup un guide intellectuel. Il nous a merveilleusement appris à nous nourrir de l’histoire longue pour interpréter le présent. Son œuvre est connue partout dans le monde, notamment en Amérique du Sud où il était apprécié, non seulement des intellectuels, mais aussi des syndicalistes et des militants. Nombreux parmi nous sont ceux qui ont eu l’occasion de le croiser dans les multiples colloques auxquels il participait, de l’écouter prononcer ses conférences, de façon toujours modeste, avec cette voix à la fois rocailleuse et délicate qui le caractérisait. Jusqu’au dernier jour, Robert Castel s’est plié à cette exigence morale d’être disponible au plus grand nombre, de répondre aussi bien aux nombreuses sollicitations universitaires prestigieuses qui lui étaient faites, qu’aux invitations à participer au débat public avec les acteurs de terrain et en présence des personnes humbles desquelles il n’a jamais cessé de se sentir proche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Serge Paugam, « Hommages », Sociologie [En ligne], N°2, vol. 4 |  2013, mis en ligne le 28 septembre 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/1772

Haut de page

Auteur

Serge Paugam

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page