Navigation – Plan du site

Le livret de Caisse d’épargne (1818-2008)

A propos de S. de Coninck, Le Livret de Caisse d’épargne (1818-2008). Une « passion » française (Economica, 2012)
Baptiste Coulmont
Référence(s) :

Séverine de Coninck, Le Livret de Caisse d’épargne (1818-2008). Une « passion » française, Paris, Economica, coll. « Économies et Sociétés contemporaines », 2012, 410 p.

Texte intégral

Trouscaillon avait de nouveau revêtu son uniforme de flicmane. (...)

– Nom prénoms date de naissance lieu de naissance numéro d’immatriculation de la sécurité sociale numéro de compte en banque livret de caisse d’épargne quittance de loyer quittance d’eau quittance de gaz quittance d’électricité carte hebdomadaire de métro carte hebdomadaire d’autobus facture Lévitan prospectus frigidaire trousseau de clé cartes d’alimentation blanc-seing laissez-passer bulle du pape et tutti frutti aboulez-moi sans phrase votre documentation. Et encore j’aborde pas la question automobile carte grise lampion de sûreté passeport international et tutti quanti parce que tout ça, ça doit pas être dans vos moyens (Raymond Queneau, Zazie dans le métro).

1Le XIXe siècle fut, pour reprendre les termes de Norbert Elias, un moment d’allongement des chaînes d’interdépendance entre individus. Ce fut un moment, étudié notamment par Gérard Noiriel, d’encartement, d’inscriptions sur des registres : l’État national puis l’État social constitua ses citoyens et ses ayant-droits en les identifiant de manière précise. De fait, l’histoire actuelle de l’identification des personnes se lit comme une histoire de la solidification des États (About & Denis, 2010 ; Scott et al., 2002 ; Scott, 1998 ; Noiriel, 1993). Des travaux récents cherchent à poursuivre cette histoire de l’identification en étudiant un autre allongement de chaînes d’interdépendance : pas l’allongement de celles qui lient l’État central à l’individu, citoyen ou ayant droit, mais l’allongement de celles qui relient l’individu à des institutions économiques qui construisent le « crédit » des personnes en situation d’identification à distance (Laferté, 2010b ; Lauer, 2010 et 2008).

2L’identification économique apparaît alors comme le compagnon de route discret de l’identification étatique. La « relation de pouvoir mettant aux prises des individus qui ont les moyens de définir l’identité des autres et ceux qui sont les objets de leurs entreprises » (Noiriel, in Crettiez & Piazza, 2006, p. 31) se diffracte aussi sur un mode non-étatique. La « mise en carte » a fait l’objet d’une série d’études. Les documents les plus « étatisés » ont suscité un grand intérêt : le passeport a été étudié par Torpey (2005, 1998), la carte d’identité et le carnet anthropométrique par Piazza (2004, 2002), les cartes électorales par Offerlé (1993). L’extension du droit social, qui génère de nouvelles catégories d’ayants droit, poursuit la mise en carte : le « carnet de santé des enfants », comme l’a montré Catherine Rollet, combine les formes des « écrits du for privé » (livres de compte) et une tradition administrative (livret du militaire...) (Rollet 2008 et 2005). Les formes non-étatiques d’identification ont peu suscité d’intérêt : si l’on trouve quelques éléments au sujet de la carte de visite (Souchier & Jeanneret, 2000), la carte d’abonnement (une formule qui permet la stabilisation d’une relation commerciale, le partage d’information entre entreprises...) reste peu connue.

3L’ouvrage de Séverine de Coninck, Le livret de Caisse d’épargne, s’inscrit partiellement dans cette socio-histoire de l’identification, et c’est sur ce point que je me concentrerai dans ce compte-rendu. Les caisses d’épargnes furent inventées au début du XIXe siècle comme des institutions philanthropiques visant à aider les classes populaires à se constituer une épargne. Cette épargne est conçue comme devant être relativement liquide : il fallait que l’argent déposé puisse être restitué à volonté tout en étant rémunéré à l’intérêt. Ces philanthropes choisissent de consigner les opérations de dépôt et de retrait sur un petit carnet qui reste en possession des épargnants, le « livret », qui devient rapidement, par synecdoque, le nom même du compte d’épargne : le support devient le nom du placement. Vers 1913, un siècle après la création des caisses d’épargne, 38 % de la population française possède un tel livret.

4Ce livret identifie les épargnants uniquement à partir de leur nom et de leur prénom : les autres caractéristiques individuelles (année de naissance, profession, lieu de résidence, exemplaire de la signature...) sont consignées dans un registre conservé dans la caisse d’épargne. Le diptyque « carte / registre » sur lequel repose souvent l’identification étatique a donc son pendant économique. Le livret, de plus, est conçu pour pouvoir être porté au plus près de soi, à la différence des reçus ou des relevés de compte sur feuille volante pratiqués par les banques. Ce livret « fait entrer les populations laborieuses (...) dans l’ère des écritures bancaires » et il s’inscrit dans un ensemble nouveau de « titres individuels inconnus jusqu’alors pour faire preuve d’une identité ou d’un droit » (p. 81).

5Le livret est investi, dans les discours de ses promoteurs et de ses détracteurs, au XIXe siècle, de pouvoirs élargis. Il doit par exemple servir « d’aide mémoire » et de sécurité psychologique pour une population qui n’est pas habituée au maniement de la monnaie scripturale et qui, au début du XIXe siècle, peut avoir encore en mémoire les faillites et les escroqueries de la période révolutionnaire et doute donc de la réalité de la monnaie sous d’autres formes que la pièce de métal. D’un autre côté, parce que l’épargne est perçue par les philanthropes comme un instrument de moralisation des classes laborieuses, le livret apparaît comme le badge d’honneur de l’ouvrier à la vie réglée. Il pourrait montrer le degré d’attachement à l’ordre tal.bli (laboeire qr s un e la sople iéglulre pnt )La «ssession desun auvret ap( dout de une idpargne e la plant qu visuees classes ladiqunts , lenère de u crédit » decial, . Po les mocial, te nsur les rivxes clars d. Cp>

5<6span>Le livret esvient leors popidement, n instrument de mor lvelitce, La «ssliuxyrouve quranfsisn inéiv="e endu XIvret esvrier à d moden ou visrioder" ’identité desune idrsonnes : l camiqbrses (.nt les oblte r de la pétdifeure L pouvliuxae tèd à sehiant dénèrl à la pisse d’épargne (1 laris, our unsoir ensiel ls r dl ls rrsonnes ...) dayossède uit moverinelle dnt, n invret », p. 8113. LÀa pfinu XIXe<ésup> siècle, pel « éCsses d’épargne, osstes p» desisse snd’une fiier &antral ésébumultie ia les obssèilisas coidentification o. é livret de Caisse d’épargne

4<7span>LeEnfunle novret est suionésmme unpport dessèillpour un caistruiscon d’une reentité demmlctore (Une  livret u druse nincer» et spar exemple seetdi psydant é caSeist rGriermoratvies . Tre qacongemu XIXe si u drXsup>e siècle, peunt ê donbumaristisation demptelèteu XIvret es( fctore (lds les dinée d191390-00), la eetit carnet qut su objet dpratiqué inspcisefies. CeIlst coscributosmme uncadu d: pas des repaong>s des invrier sétaran p, ler leséparo ee des inlémve ler les inmres à ses inbbuts cler lesréglimr rViieyeaconns de sinfte sinmrcenh, te

4<8span>Lers 191388, trouve qu53ivret detur un100abituts un mFrce, La earnet qut suvieend mojet dotatidnt . Cest suunes instrêt. se l’ouvriee de Séde Coninck, pratos der,n méernr &anhnpaireun sin>Lalimaes inuses/fe celltnstrument de identification éi permet la gaz rderes «acteeinmrristles (,récise. sla plaaèd (Moulni, 201008): les aueuête s co souvennt nt de la motureisation desu vs 1ent des chstrêt. s,e l’outomonnuait etde sehipargne quitto somaristisatpar lee reuvelles ivrgnsur leceivret. : le suvret appee re dentapn émoirstles », quboeire qr s un e gv maislé dl, audsuvret e compte su(l non- sinmrn.oas épaets théoruement àterdéi , leis ltolré es

5<9span>Le livret esviaisse d’épargnee siècle, peinscrit dant de s un esocio-histoire de l’identification, sdividuelles pr les indrgiemsion céconomiques qLa «maristisa de la objet d( petit carnet quniquntficelien d l registre c)n mit en la vifsisn inéciss d. des refférencet cartes édividuelles (alien d à seceentreprises  (rtes d’alinnement ( ledge dde sesargin d..) rleis lssi su inéciss d. des relevés de identité dencaires (RIB),ans la caqeie Loù c documents le djout le noiô etune rerte d’identité etconomiques », p.ferté, 2010b ap. 31144 Les fouses/fevgin d.u XIvret espper"l endut esquan peia sotoyen oné pat suunt êire qfinir eer lesépat ce(ecentral ent par GÀoutc de vis- s),ales pt s,oncenrètent, pait eaussi suencagament dreffvs 1voiec modee rconomique ap(dee rofession, n, 19lation c1voiecdeentreprises ),alagament dreitto étudli (ent des un cabasd’une o crédit » de(R de1998)9p. 31166 Lauy, li1009p. 3124

div>

Pour citer cet article

Référence électronique

Baptiste Coulmont, « Le livret de Caisse d’épargne (1818-2008) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2013, mis en ligne le 22 août 2013, consulté le 12 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/1880

Haut de page

Auteur

Baptiste Coulmont

coulmont@gmail.com
Sociologue, Maître de conférences à l’Université de Paris 8 – Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris-Cultures et sociétés urbaines (CRESPPA-CSU) – 59-61 rue Pouchet – 75017 Paris.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page