Navigation – Plan du site

Politique « d’ouverture sociale », ségrégation et inégalités urbaines : le cas de Sciences Po en Île-de-France

“Social diversity” program, segregation and urban inequalities: the case of Sciences Po in Île-de-France
Marco Oberti

Résumés

Le dispositif « d’ouverture sociale » de Sciences Po – Convention Éducation Prioritaire – repose sur un ciblage territorial des lycées, et donc des élèves potentiellement bénéficiaires de cette voie spécifique d’admission. Plus que sa capacité à « diversifier » le recrutement sur l’ensemble du spectre social, mais aussi en termes de lycée d’origine ou de lieu de résidence, c’est son impact sur la part d’élèves d’origine populaire qui été mesuré et commenté. Or, en région parisienne, si le CEP a contribué à élargir le vivier d’établissements d’origine, le recrutement, surtout hors CEP, reste concentré dans un nombre limité de lycées eux‑mêmes situés dans un nombre restreint d’arrondissements et de communes favorisées de la banlieue. On constate également, étant donné la forte concentration des lycées conventionnés en Seine‑Saint‑Denis, l’inégal recrutement des élèves d’origine populaire selon les départements. Enfin, les petites classes moyennes ne semblent pas avoir tiré avantage de ce dispositif, surtout dans les espaces urbains et scolaires les plus sélectifs. Tous ces éléments indiquent une sélectivité sociale différenciée de l’admission à Sciences Po selon les territoires à milieu social équivalent.

“Social diversity” program, segregation and urban inequalities: the case of Sciences Po in Île-de-France

The Sciences Po program for “social diversity” – the so‑called “Convention éducation Prioritaire” (CEP) – is based on territorial dimensions: it focuses on pupils attending high schools located in depressed areas. More than its capability to “diversify” recruitment from all social backgrounds, its impact has been essentially measured for students of the working‑class and hence rarely in terms of the high school and residence of origin. This paper shows that, in spite of the increase in the number of high schools pupils are coming from, recruitment, especially outside of the CEP program, remains highly concentrated in few high schools located in a limited number of “arrondissements” and wealthy municipalities in the suburbs. Because of the high concentration of high schools concerned by the CEP in Seine‑Saint‑Denis, there is an unequal spatial recruitment of pupils with working‑class background. Finally, the lower middle classes seem not to take advantage of this program, especially in the more selective urban and school spaces. All these elements suggest a differentiated social process of Sciences Po admission by space.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Le choix de Sciences Po et de la métropole
parisienne
L’hégémonie parisienne
Une banlieue très contrastée
La banlieue ouest (Hauts‑de‑Seine et Yvelines) : une forte concentration du recrutement dans quelques communes et lycées privés et publics
La position marginale de la banlieue « moyenne‑populaire »
La Seine‑Saint‑Denis : une banlieue populaire au cœur de la discrimination positive territoriale
L’inégal recrutement des élèves d’origine populaire
L’invisibilité sociale et spatiale des « petites classes moyennes »
Le CEP : voie hégémonique d’accès à Sciences Po en Seine‑Saint‑Denis
Conclusion : Discrimination positive et injustice spatiale

Aperçu du début du texte

Face à la très forte reproduction sociale des élites françaises à travers le système des grandes écoles et des filières les plus sélectives de l’enseignement supérieur, de nombreux dispositifs « d’ouverture sociale » ont vu le jour au cours des dix dernières années (van Zanten, 2010). Qu’il s’agisse d’agir en amont sur la préparation aux concours, et/ou de réformer les conditions d’accès à ces écoles, l’objectif est bien d’agir sur le recrutement des institutions formant ces élites pour à terme en « diversifier » le profil social, et indirectement ethnique et territorial. Cette dimension territoriale est importante, car elle est au fondement du ciblage des populations concernées, à travers le label « Zone d’Éducation Prioritaire » (ZEP) accordé à certains établissements scolaires. En centrant les actions sur ces « zones », l’objectif est bien de cibler prioritairement des élèves d’origine populaire, pour une part issus de l’immigration, tout en ne limitant pas formellement cette mes...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marco Oberti, « Politique « d’ouverture sociale », ségrégation et inégalités urbaines : le cas de Sciences Po en Île-de-France », Sociologie [En ligne], N°3, vol. 4 |  2013, mis en ligne le 04 novembre 2013, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/1920

Haut de page

Auteur

Marco Oberti

Professeur des universités – Chercheur à l’Observatoire sociologique du changement (Sciences Po-CNRS) – 27, rue saint Guillaume – 75007 Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page