Navigation – Plan du site

La crise sanitaire du chikungunya : une épreuve de recomposition des rapports sociaux à La Réunion

Health crisis of chikungunya: a test of recomposition of social relations in Reunion
Pascal Duret, Sylvain Cubizolles et Marie Thiannbo

Résumés

En 2006, une épidémie de chikungunya fit plus d’une centaine de morts sur l’île de La Réunion. Cette crise sanitaire fut un moment de recomposition des rapports sociaux entre Créoles, Zoreils et touristes. Le moustique défini, avant la crise sanitaire, comme un allié par les Créoles, car il servait à marquer des frontières entre eux, les Zoreils et les touristes, bascula vers un statut d’ennemi sous l’effet de l’épidémie. Le moustique a alors rapproché touristes et autochtones unis face à la menace commune. L’épidémie constitua une épreuve qui permit d’élaborer un cadre partagé de conduites louables. Le principe d’engagement auprès des malades et le principe de retenue pour les malades permettaient de capter de la reconnaissance indépendamment de l’origine ethnique. Six ans après la crise, les représentations d’avant l’épidémie se sont en partie rétablies au niveau politique mais ont été durablement modifiées au niveau des échanges interindividuels.

Health crisis of chikungunya: a test of recomposition of social relations in Reunion

In 2006, an epidemic of chikungunya caused more than one hundred deaths on Reunion Island. This health crisis constituted a test on several levels. The mosquito, defined before the health crisis as a local ally by the Creoles, as it was used to mark boundaries between them, the Zoreils and tourists, took on the status of foreign enemy during the epidemic. The mosquito thus led tourists and locals to join against a common threat. The epidemic constituted a test that allowed for the development of a shared framework of commendable behavior: the principle of engagement to relieve the sick and the principle of restraint made it possible to obtain recognition regardless of ethnic origin. Six years after the crisis, the representations before the epidemic are partly restored at the political level but have been permanently modified on the level of inter‑individual exchanges.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

Santé, Lien social, Réunion
Haut de page

Texte intégral

  • 1 . Les natifs réunionnais « de souche ».
  • 2 . Les métropolitains vivant à temps plein sur l’île.

1Les épidémies constituent un objet d’étude majeur des sciences sociales (Le Goff & Biraben, 1969 ; Pollak, 1988 ; Bourdelais, 2001, 2003). Elles permettent de comprendre les rapports des individus à leur corps (Vigarello, 1993 ; Memmi, Guillo & Martin, 2009) et leurs relations aux autres (Fassin, 1996 ; Dodier 2003 ; Fassin & Bourdelais 2005). Histoire et sociologie des épidémies suggèrent que le constat de fragilité de la vie met régulièrement en tension la tentation du repli sur soi et celle de l’élan collectif et de la mobilisation militante. Dans tous les cas, la confrontation à la mort renvoie au sens du lien social tissé par ceux qui affrontent l’épidémie (Vigarello, 1993). Le projet de ce texte est de comprendre plus spécifiquement comment l’épidémie du chikungunya a transformé les rapports sociaux à La Réunion et d’envisager, six ans plus tard, l’état de ces transformations. L’originalité de ce travail est de se focaliser sur le changement des rapports entre catégories d’autochtone (Créole1) et d’allochtone (Zoreil2 et touriste). Peu d’enquêtes sur les épidémies traitent de cet aspect. L’objectif est de répondre à la question de savoir pourquoi, loin de rigidifier les relations entre les communautés, l’épidémie a au contraire permis de dépasser les stéréotypes attachés aux Créoles (natifs de l’île), aux Zoreils (métropolitains vivant sur l’île), et aux touristes.

2En effet, en rupture avec les images enchantées célébrant une convivialité exemplaire, les travaux anthropologiques et sociologiques sur la société réunionnaise montrent que le vivre‑ensemble est problématique et offre une gradation de relations allant des plus cordiales aux plus tendues (Ghasarian, 2002, 2008 ; Malbert, 2005). La notion de créolité est là pour servir de ciment unificateur à la pluri‑ethnicité (Vergès, 2001 ; Marimoutou, 2010). La culture créole repose moins sur une interculturalité débonnaire entre Cafres, Malbares, Chinois, Z’arabes que sur un socle minimal permettant de faire front face aux Zoreils et aux touristes. La créolité est donc un communautarisme de second niveau qui sert à agréger des communautés, les Créoles ne formant pas un tout indifférencié (Labache, 1996). Or l’épidémie a mis à l’épreuve ces relations. Ainsi, pendant l’été austral 2006, le chikungunya a touché près d’un tiers de la population réunionnaise et a causé le décès de cent quarante personnes. Ce n’était certes pas la première épidémie à frapper les Réunionnais habitués à la dengue ou même jadis à la grippe espagnole (Vaxelaire, 1999). Mais par la violence et l’étendue de la contamination, elle a constitué une crise sanitaire hors du commun. Le mode de transmission par les moustiques semblait remettre en question le succès des Réunionnais vainqueurs du paludisme, qui sévit encore en raison de la pauvreté dans les îles voisines, Comores, Seychelles, Madagascar et même Maurice (Lombard, 2006). C’est donc le statut global des Réunionnais en tant qu’individus protégés par leur niveau de développement économique comme par leurs « cuirasses vaccinatoires » (Bourdelais, 2001) qui a été globalement remis en question. Ce sentiment de vulnérabilité était d’autant plus vif qu’il n’existait pas de remède efficace contre la maladie.

  • 3 . Au‑delà de 1 400 mètres, il n’y a plus de moustiques Aedes Albopictus. Cet exil vers les sites le (...)

3À l’inverse des grandes épidémies de peste ou de choléra, le chikungunya n’a entraîné ni fuite ni exil. Une bonne raison à cela : l’île est un espace clos qu’il est très difficile de fuir. Seule la mobilité des personnes en altitude3 dans les hauteurs de La Réunion aurait pu les protéger. Mais il n’y a pas eu d’exode en montagne et l’épidémie s’est rapidement développée, les moustiques créant partout ailleurs des foyers épidémiques. Mesure sanitaire courante durant la peste et autres grands fléaux, la mise en quarantaine des personnes contaminées n’a pas été ici envisagée. Les malades n’étaient guère plus isolés à l’intérieur des familles, elles‑mêmes en contact avec le reste de la population. Contrairement à certaines épidémies (telles la rougeole, la méningite, la toxoplasmose, le SIDA), il n’existait pas de segments de population plus particulièrement concernés comme populations à risque. L’épidémie paraissait frapper indistinctement, riches et pauvres, Créoles, Zoreils et touristes. La maladie ne fauchait pas que des enfants ou des vieillards, mais aussi des personnes dans la force de l’âge. Tous semblaient menacés.

  • 4 . Il n’y pas de classe qui réussisse avec les mêmes notes à un concours, pas de sprinters qui, part (...)

4Comme nul ne pouvait se penser à l’abri du danger, nul ne pouvait se soustraire à l’épreuve. La notion d’épreuve est une référence commune à un ensemble de travaux en sociologie. Ils postulent que le devenir de chacun emprunte un parcours d’épreuves (Martuccelli, 2006 ; Boltanski, 2009). La question théorique en débat est de savoir si les résultats des épreuves ont pour fonction principale d’individualiser (Martuccelli, 2001), ou si le fait d’être soumis à une épreuve collective ne contribue pas davantage à créer un sentiment de communauté (Rosanvallon, 2011). Par définition, les résultats de l’épreuve individualisent4. Mais en même temps, par sa dimension collective, l’épreuve peut renforcer les liens entre ceux qui s’y confrontent. L’épreuve a donc une double fonction : elle permet le classement d’individus singuliers mais en même temps elle contribue à l’existence d’une communauté.

5Il ne peut y avoir d’épreuve sans une incertitude portant sur l’état des individus. L’épreuve obéit donc à un postulat d’indétermination. Ainsi, introduisant une forte incertitude sur les catégories de Réunionnais et sur leurs modes de classement, l’épidémie a constitué un moment où s’ouvrait la possibilité pour les individus de percevoir (et d’être perçus) autrement qu’à travers des stéréotypes. Elle a en effet permis de faire ressortir les contradictions entre les conduites attendues car conformes aux stéréotypes et les conduites avérées. Dans une épreuve, chacun se trouve en effet défini par des qualités et des puissances qui se révèlent uniquement en acte et en situation, c’est‑à‑dire défini à l’opposé des définitions substantialistes qui disent a priori connaître les personnes à partir de critères objectivés (telle l’origine réunionnaise ou métropolitaine).

  • 5 . Duret P. & Augustini M. (2006), Réunionnais et touristes face au chikungunya, Saint‑Denis, Univer (...)

6Nous étudierons donc les transformations des relations entre Créoles, Zoreils, touristes et moustiques en nous appuyant sur trois enquêtes, dont deux menées à partir d’entretiens semi‑directifs, qui dans une perspective « compréhensive » (Kaufmann, 1996) laissent la parole aux enquêtés et permettent ainsi de saisir le processus de redéfinition des catégories. La première enquête commanditée par la Région fut conduite de février à juillet 2006, en pleine épidémie5. Elle a été réalisée auprès d’un groupe de 63 personnes. Elle visait à dégager l’effet de la maladie sur les représentations globales de l’île de La Réunion. Cette population a été retenue à partir de deux variables : le lieu de résidence (à La Réunion ou en métropole) et l’état de santé (a eu le chikungunya ou ne l’a pas eu). La variable de position sociale des individus a été partiellement « neutralisée » ; en effet, nous n’avons retenu que des professions intermédiaires, des cadres de la fonction publique ou du privé. Il fallait éviter que cette variable explicative n’écrase les autres par des écarts trop criants entre les positions sociales des touristes et celles des Réunionnais. Les principaux thèmes
des entretiens portaient sur les habitudes sanitaires (les soins du corps, l’exercice physique, la prévention et le suivi médical), sur la transformation de la relation aux autres (les comportements inattendus, les comportements louables rencontrés, les comportements critiquables rencontrés), sur le rapport à la douleur, et enfin sur le rapport à la nature (positionnement par rapport aux moustiques, la place de la nature dans la vie). Les entretiens se sont déroulés en face à face, soit dans des hôtels ou des gîtes de la zone allant de Saint Gilles à l’Étang salé, soit au domicile de Réunionnais de la même zone géographique.

7La deuxième enquête regroupe des mémoires d’étudiants de master « corps et communication » des promotions 2008‑2009, 2009‑2010 et 2010‑2011, qui traitent du rapport entre les Réunionnais et les touristes. Il s’agissait à partir d’entretiens semi‑directifs de constituer soit des biographies de personnes vivant du tourisme (tenanciers de petit hôtel, chambre d’hôte ou gîte), soit des récits de vacances de touristes métropolitains.

  • 6 . Duret P., Augustini M. & Thiannbo M. (2011), Étude sur la connaissance et la perception du chikun (...)

8La troisième enquête reproduit dans ses grandes lignes celle par questionnaire réalisée par Setbon et Raude en 2006. La passation s’est déroulée d’octobre à novembre 2010 auprès de 547 personnes réunionnaises6 (Créoles et Zoreils). La mise en rapport des questionnaires 2006 (Setbon et Raude) et 2011 apporte des éléments de comparaison sur les techniques de prévention. L’échantillon 2010 se compose de 51 % d’hommes et de 49 % de femmes, de 42 % de personnes ayant eu le chikungunya, de 7 % de personnes n’étant pas sûres de l’avoir eu, et enfin de 51 % de personnes ne l’ayant pas eu. Il compte aussi 35 % de Zoreils, 52 % de Réunionnais, et 13 % de Mahorais. Le questionnaire visait à recueillir des données sur les principaux thèmes suivants : la connaissance de la prévention et les pratiques de prévention, l’entretien et l’hygiène du corps, les risques perçus (amplitude et gravité), le degré de fatalisme (fatalisme versus volontarisme), l’attention différentielle portée à la santé des membres de la famille (enfants, adultes, personnes âgées), les croyances autour de la contamination, la réception des campagnes de prévention et l’action des services publics.

  • 7 . Dans les années 1950 et 1960, le paludisme était la première cause de mortalité à La Réunion. Les (...)

9Enfin, pour donner une lecture synoptique de la chronologie de l’épidémie, nous avons réalisé un tableau qui regroupe trois catégories de faits : des faits sanitaires qui retracent le nombre de victimes de la maladie et les dispositifs mis en place, des faits politiques qui montrent comment se mobilisent les personnalités politiques locales et nationales, des Unes et annonces de la presse locale qui viennent souligner le traitement médiatique local des faits précédents. 7

10Dans un premier temps, nous envisagerons comment, avant l’épidémie, les moustiques étaient mobilisés par les autochtones pour nuire à l’image des allochtones et renforcer la séparation entre les groupes. Dans un second temps, nous verrons comment, sous l’effet de l’épidémie, les certitudes se dérobent et comment il devient nécessaire d’établir et en même temps de tester une forme de grandeur morale. Les épreuves auxquelles sont soumis les individus pendant l’épidémie ne sont donc pas directement ni prioritairement sanitaires. L’enjeu n’est pas de valoriser ceux qui, suivant les conseils de prévention, échappent au chikungunya tout en stigmatisant ceux qui au contraire contractent la maladie. Il s’agit globalement d’une épreuve testant l’engagement aux côtés de ceux qui souffrent (dont l’enjeu est la reconnaissance). Plusieurs principes servent de base à la construction d’un socle commun d’évaluation du mérite : conserver une proximité par la présence physique auprès des malades, faire preuve de compassion, être capable de partager, faire preuve de courage quand on est soi‑même malade. L’épidémie a également largement transformé les représentations du moustique qui devient l’ennemi commun qui ne sépare plus les groupes mais les fédère contre lui. Dans un troisième temps, nous verrons comment s’opère après l’épidémie le retour à une situation routinière, avec des relations stabilisées. Il ne s’agit pas d’un strict rétablissement des stéréotypes valant avant l’épidémie, mais de la mise en place de nouvelles petites épreuves visant à vérifier que les relations se sont bien déplacées. Il s’agit en particulier de tester la durabilité du lien comme constituant une preuve de l’authenticité des relations engagées.

11Globalement, notre thèse est que l’épidémie a rapproché touristes et autochtones parce qu’ils se sont mis d’accord sur les actes attestant d’une morale commune. Le fondement de cette morale partagée reposait sur la capacité à s’accorder sur l’ensemble des actions louables qui témoignaient du respect entre les personnes et de l’engagement auprès des malades. L’épidémie suscita un élan compassionnel. Mais pour que la compassion servît le lien social, il fallut la distinguer de la pitié. La pitié n’est pas un sentiment réciproque. Elle instaure une relation asymétrique entre celui qui la procure et celui qui la suscite. À la pitié répond l’envie. Le malheur des autres, dès qu’on en est soi‑même exempt, appelle la pitié ; le bonheur des autres, dès qu’il nous échappe, attise la convoitise. Heureux et malheureux vivent des émotions complémentaires mais dissemblables. La compassion est au contraire un sentiment partagé parce que les individus qui la vivent peuvent tous connaître le malheur. L’identification aux malades durant l’épidémie fut à la source de cette compassion.

Créoles, Zoreils, touristes et moustiques avant l’épidémie

12Le moustique Aedes prend part à un jeu à quatre principaux actants : lui‑même, les Créoles, les Zoreils et les touristes métropolitains. Pour les Créoles, l’Aedes était perçu comme utile et « amical ». Trois raisons principales soutenaient ce jugement. Premièrement, sa piqûre était nettement moins douloureuse que celle de son cousin l’anophèle. Ce dernier était, comme les fourmis rouges et les grosses fourmis noires, lié étroitement à la culture professionnelle de la canne à sucre (Benoist, 1981). Les piqûres de l’anophèle rappelaient aux Créoles le travail de forçat que représente la coupe de la canne et les années où La Réunion connaissait le paludisme7. L’Aedes au contraire était (et reste) un moustique des « cases » (maisons) et des « cours » (jardins), un moustique du soir et des temps hors travail, sorte de voisin inoffensif dont la piqûre chatouille à peine.

  • 8 . L’amalgame est aisé entre espèce envahissante et espèce allochtone.
  • 9 . Les Carnets de voyages de Gaston : Balade à La Réunion, une BD humoristique qui grossit les trait (...)
  • 10 . En effet, La Réunion représente dans l’océan Indien un îlot de prospérité qui est censé aviver to (...)

13Deuxièmement, l’Aedes était presque agréable aux Créoles parce qu’il leur permettait de faire la distinction entre les vrais Réunionnais et les autres. L’Aedes servait aux Créoles à se définir face aux touristes et aux Zoreils (Duret & Augustini, 2006). Ce moustique était perçu comme autochtone et avait une réputation (erronée) de moustique du terroir. Tant qu’il était considéré comme local, l’Aedes pouvait difficilement être considéré comme invasif8. Bénéficier d’un label de moustique local jouait de manière très importante sur sa catégorisation. Du moment qu’il était perçu comme autochtone, il était dispensé d’avoir à faire les preuves de son utilité. Son origine était le plus sûr gage de confiance que les Créoles pouvaient lui porter. Son utilité tenait moins à son rôle objectif sur l’écosystème (pollinisation des plantes) qu’aux piqûres qu’il infligeait (prétendument) de préférence aux Zoreils et aux touristes. Un folklore local toujours vivace attribue au moustique la capacité de repérer le sang des Métropolitains et des Zoreils parce que ce dernier serait plus sucré que le sang des Créoles. Ainsi, les Créoles se disent volontiers protégés des piqûres par la présence d’un Zoreil. Effet d’évidence lié à cette croyance : pour les Créoles, il est fort utile d’amener un Zoreil lors d’une sortie en pleine nature, pour qu’il attire à lui tous les moustiques. Comme la société réunionnaise polysegmentaire s’appuie également sur la gamme chromatique des couleurs de peau pour classer socialement les individus (Paillat‑Jarousseau, 2004), les moustiques (là encore par anthropomorphisme) seraient capables d’en faire autant et de préférer les peaux claires aux peaux foncées. Cette croyance s’accompagne d’une autre conviction : celle du moustique chargé de la mission divine de rétablir un semblant de justice en ce monde. Le Zoreil et le touriste, tous deux en position sociale dominante9, se feraient piquer bien plus régulièrement que les Créoles. Leur peau claire leur donnerait des privilèges, mais en contrepartie, elle serait une cible idéale pour les piqûres. Les moustiques offrent alors aux Créoles une petite revanche face à l’arrogance supposée du Zoreil ou du touriste. Le moustique est une nuisance, mais pour ceux qui considèrent les touristes ou les Zoreils comme une nuisance, alors il devient très utile. Le capital « d’autochtonie » (Retière, 2003) ou « d’indigénéité » (Maris, 2010) joue sur les jugements envers les humains mais aussi envers les animaux. Il active ou désamorce le sentiment d’envahissement. Local, l’Aedes est pensé comme un défenseur de La Réunion face aux envahisseurs, qu’ils soient touristes métropolitains (perçus peu ou prou en néo‑colonialistes) ou immigrés des îles voisines (perçus en profiteurs malveillants10).

14Troisièmement, les moustiques Aedes et Anopheles paraissaient envoyer un message de portée générale aux touristes leur disant que la découverte de l’île avait un coût. Les moustiques semblaient là pour défendre les trésors naturels de La Réunion. Les moustiques constituaient donc une barrière qui tenait à l’écart ceux qui n’acceptaient pas, pour découvrir l’île, d’en payer le prix en piqûres. Cet usage symbolique du moustique comme garde‑frontière a été également repéré par Claeys‑Mekdade en Camargue (Claeys‑Mekdade, 2002) et par Huneau dans le golfe du Morbihan (Huneau, 2006). À La Réunion, les Créoles y voient en outre une occasion de critiquer la conduite paradoxale des touristes, toujours en quête d’authenticité, de découverte de la « vraie » Réunion, alors qu’ils refusent une de ses composantes : les piqûres vraies et authentiques du moustique.

  • 11 . Ville balnéaire où résident les catégories les plus fortunées de la population réunionnaise et où (...)

15Pour les Zoreils, vivre en cohabitation tranquille avec le moustique était un signe d’intégration. Ne plus être gêné outre mesure par ses piqûres est une manière de se sentir devenir vraiment réunionnais par opposition aux touristes recouverts de crème, aspergés de sprays répulsifs, et couverts de pied en cap dans des habits ne laissant pas la peau à l’air libre. L’Aedes était une épreuve identitaire classant ceux qui s’y adaptent et ceux qui ne le supportent pas. Cette épreuve triait aussi les Zoreils entre eux. Les plus anciens sur l’île ne souhaitaient pas être confondus avec ceux fraîchement débarqués de métropole (Duret & Augustini, 2006). Le moindre degré de sensibilité aux piqûres constituait un indicateur d’adaptation à la vie sur l’île. L’accoutumance progressive aux moustiques, tout comme dans un domaine proche, l’absence de répugnance face aux cafards, marquait le processus d’acculturation des nouveaux habitants sous les tropiques. Pour prendre le contre‑pied de l’image stigmatisante du « gros zozo », portrait du Zoreil imbu, méprisant et dédaigneux, habitant « Zoreiland » (St Gilles‑les‑bains)11, la plupart des Zoreils installés sur l’île visent au contraire l’assimilation (Ghasarian, 2002). Pour se sentir intégrés, ils se comportent en Créoles jusqu’à ce que vienne le compliment tant attendu : « aou lé pas un gros Zoreil » (toi t’es pas un gros Zoreil). Dans ce cadre, l’Aedes était donc d’autant plus apprécié par les Zoreils qu’il leur permettait de se rapprocher des Créoles en raillant les pratiques de surprotection des touristes. Toutes ces précautions avaient comme avantage de rendre les touristes ridicules en leur ôtant une bonne part de leur virilité : « seules des chochottes se plaignent des moustiques, des coups de soleil, du grain de sable dans leur chaussure » (Daniel, 56 ans, Zoreil, artisan, 12 ans d’ancienneté à La Réunion, entretien 2006).

  • 12 . Le touriste qui vient La Réunion ne peut souhaiter, comme c’est souvent le cas pour d’autres dest (...)

16Pour les touristes, le moustique contribuait à l’exotisme de l’île. La spécificité des touristes qui viennent à La Réunion est qu’ils sont très majoritairement métropolitains et souhaitent retrouver la France au bout du monde (Musso, 2004 ; Dalama, 2005 ; Folio, 2009). Les touristes métropolitains se sentent sécurisés non seulement par la maîtrise de la langue, mais aussi parce qu’ils savent pouvoir compter sur les mêmes infrastructures (en particulier sanitaires) que dans tout autre département français. En outre, ils apprécient de pouvoir penser les rencontres avec les autochtones comme des interactions de Français à Français12. Mais les touristes ne veulent pas pour autant renoncer à l’exotisme (Duret & Augustini, 2002). Si l’étrangeté n’est pas à rechercher dans les rencontres avec des humains pensés en semblables, elle l’est dans les moindres contacts avec la faune et la flore. En quête de figurants pour jouer dans le petit film de leurs vacances aventureuses, les touristes font tenir au moustique et autres tangue (porc‑épic local) et margouillat (lézard nocturne local), les premiers rôles dans cette fiction sur l’exotisme. Ainsi, sont élevés au rang de bêtes insolites, voire hostiles, les petits animaux familiers des Réunionnais. Les touristes attendent du moustique le dépaysement auquel concourent aussi les rites de protection (pulvérisation de spray, enduisage de crème) qui les aident à créer de l’altérité entre La Réunion et chez eux. Ainsi, dans la salle d’accueil de l’hôtel où nous rencontrons Lucie (lyonnaise, 38 ans, cadre dans les assurances) flotte une odeur de lotion anti‑moustique. Elle s’en excuse mais ajoute avec humour qu’elle n’est pas particulièrement intéressée par l’idée de se faire piquer :

Je n’ai pas la peau fragile, bon au ski je ne mets pas de crème par exemple, mais ici on est sous les tropiques. Il faut faire attention. Les habitants du coin ne se mettent rien contre les moustiques, ça les regarde, mais moi j’ai toujours ma fiole dans mon sac avec moi. Pourquoi prendre le risque de se faire bouffer ? Déjà sur la Côte d’Azur les moustiques m’énervent alors ici carrément ils me font presque peur, oui c’est bête mais j’assume sans problème ! Alors le matin avant de sortir c’est un coup de spray, à midi encore un petit coup et le soir même si je ne suis pas à l’hôtel une bonne dose ! 

17Lucie ne sortirait pas de l’hôtel sans avoir dans son sac sa précieuse lotion protectrice. Elle prend tout un ensemble de petites protections qui, mises bout à bout, créent une différence radicale entre son voyage à La Réunion et ses autres vacances en Europe. En ne buvant que de l’eau en bouteille, en se pulvérisant du matin au soir de lotion anti‑moustique, en visitant la forêt uniquement avec des habits à manches longues, elle construit son environnement comme menaçant. Du point de vue des touristes, se pulvériser de produits anti‑moustique n’a donc rien de ridicule, c’est exécuter une sorte de rituel, finalement moins pour conjurer que pour figurer un danger (Duret & Augustini, 2006).

Les moustiques comme « envahisseurs »

18Au début de l’épidémie, les Réunionnais imputaient la contamination par le chikungunya à diverses causes n’ayant parfois aucun lien avec le moustique. Faire du moustique le vecteur de la maladie n’était une évidence que pour 56 % des Réunionnais (Setbon & Raude, 2008). Encore faut‑il préciser que le chikungunya était perçu de surcroît comme un virus étranger venu parasiter un moustique local. Mais ces croyances se sont rapidement heurtées à une large diffusion de l’information scientifique. Presse, radio, télévision insistaient : le moustique‑tigre est le vecteur du chikungunya, mais lui‑même n’a jamais été un autochtone. Le statut du moustique a rapidement basculé dans celui de l’étranger nuisible. Le processus de traduction (Callon, 1989) du risque épidémique du chikungunya est alors aisé car les informations scientifiques ne sont pas de nature à remettre en cause la croyance, bien installée chez les Réunionnais, de la dangerosité des étrangers (Flahault, 2009 ; Moreau & Marszek, 2012).

  • 13 . Le caractère allochtone des moustiques a fait naître une rumeur sur leur origine. Ils seraient ve (...)
  • 14 . Le chik ne passera pas l’aéroport, Le JIR, 30 décembre 2006.

19La mise en forme de la menace formalisée par les scientifiques à propos du moustique s’impose donc d’autant plus aisément qu’elle permet aux Réunionnais de trouver une explication conforme à leurs convictions. Que ce soit le virus ou bien les moustiques eux‑mêmes qui viennent d’ailleurs, finalement le constat reste le même en ce qu’il permet d’alimenter une logique du rejet des étrangers de la zone Océan Indien. Biologie et entomologie du moustique Aedes font d’autant plus autorité que l’hostilité envers les étrangers humains va pouvoir se transposer dans celle envers les non‑humains13. Dès le 14 mai 2005, le journal Le Quotidien fait sa Une sur le moustique : alerte aux envahisseurs. Pour l’ouverture de la première grande campagne de démoustication (dirigée par l’armée et non par les services de la DRASS), ce même journal titre le 22 novembre, « Chikungunya : la guerre a commencé ». Durant plus de six mois, articles de journaux, émissions de radio et de télévision vont quasi quotidiennement être consacrés au thème de la lutte anti‑moustique présentée comme une guerre aux intrus. Les courriers des lecteurs du Journal de l’île de La Réunion (JIR) et du Quotidien, les deux principaux journaux de l’île, font pression pour un renforcement des contrôles à l’arrivée sur l’île, souhaitant un pouvoir de surveillance accru sur les étrangers pour vérifier s’ils ne sont pas contaminés14. Le lien d’analogie entre la politique sanitaire et la politique de l’immigration est clair (Remy & Beck, 2008). Pour le sens commun local, une sorte de dogme semble régir les rapports aux hommes et aux animaux : venus d’ailleurs, il faut s’en méfier, indigènes, il faut les protéger. Le 30 décembre 2006, le JIR titre ainsi : « Le chik ne passera pas l’aéroport ».

20Perçu en étranger, l’image de l’Aedes se transforme du tout au tout. Le 4 février 2006, le JIR faisait sa première page d’une photo de moustique Aedes avec comme seul commentaire : » Il tue ! ». La veille, décédait la première victime de l’épidémie, le jeune Dylan Fahin (neuf ans). À partir de février, les journaux allaient régulièrement afficher en Une le décompte des morts. Comme l’animal tue même des enfants, ce massacre d’innocents fait de lui un monstre. Les envahisseurs n’étaient plus les touristes, mais les moustiques partant à la conquête de l’île. Cette inversion imposait aux touristes et aux autochtones de se liguer pour faire front ensemble. Les moustiques, loin de séparer les touristes, Zoreils et Créoles, les rapprochaient. Ainsi, les personnes présentes sur l’île entre novembre 2005 et juin 2006 ont eu le sentiment d’appartenir à un même et seul groupe, tant les appartenances semblaient gommées par la proximité du danger.

Des individus incarnés

21Le chikungunya a constitué une expérience commune des maux du corps. L’épidémie en modifiant les capacités physiques rend les corps plus semblables. Pendant les journées les plus dures, elle impose aux souffrants d’être recroquevillés sur eux‑mêmes. Cet état douloureux est à la fois une fermeture au monde extérieur par réduction des possibles mais en même temps, une ouverture à tous ceux qui connaissent la même meurtrissure corporelle. L’expérience de la maladie avive l’acuité au semblable. Les séquelles du mal, aussi ténues soient‑elles (démarche hésitante, raideur, regard qui tolère mal la lumière, articulations des mains gonflées), fonctionnent comme les signes de reconnaissance de la confrérie somatique des « chikungunyés ».

Enquêteur : Vous savez reconnaître les malades ?

Nadia : Oui, pas la peine d’être docteur, je peux les reconnaître sans effort. Bon, il y a le fait qu’avec le chik, on a du mal à tenir debout et à prendre le soleil en face, ça fait plus mal aux yeux que d’habitude. Et puis il y a la douleur aussi, ça se voit sur le visage. Les gens qui ont le chik, ils ne peuvent pas accélérer, ils marchent comme des petits vieux. Moi c’est pareil, on a tous des corps de vieux. Ça porte sur le moral, on a envie de rien. Passer un coup de téléphone, ça me fatigue. Tout me fatigue, je ne peux pas me faire à manger. On a des corps de vieux mais on est dépendant comme des bébés ! Il faut qu’on s’occupe de moi. Hier, ça été épouvantable, je n’étais même pas capable de m’habiller toute seule » (employée dans une agence de téléphonie mobile, 32 ans, avril 2006).

22Qu’ils soient Créoles, Zoreils ou touristes, les malades n’étaient que des corps douloureux, affaiblis et dépendant des autres. Comme l’individu est toujours incarné, le processus de transformation du corps est un processus de transformation de soi. Prenons par exemple la discussion entre Daniel (touriste, 55 ans) et Jimmy (Créole, 43 ans), telle que nous la rapporte le premier (client dans l’hôtel où le second est barman depuis des années) :

Je suis un des rares touristes de l’hôtel à l’avoir eu ! Pas de chance ! Je venais pour trois semaines et clac ! Au bout de la deuxième semaine, fièvre, plus moyen de bouger, je descends juste de ma chambre jusqu’au bar. Jimmy sort juste de l’avoir. Quand je lui raconte ce que j’ai, il me dit que lui aussi ça a été pareil (février 2006). Le corps de Daniel est un peu celui de Jimmy. La proximité se crée dans cette connivence corporelle : Jimmy, continue Daniel, peut me dire précisément ce que je vais ressentir demain. À un moment, il m’a dit là ça m’étonnerait qu’on te voie au bar demain. Et il ne s’est pas trompé ; je suis resté cloué au lit pour deux jours. J’ai repoussé mon départ d’une semaine histoire de pouvoir prendre l’avion plus confortablement.

23Cette attention pour le corps se traduit aussi par des discussions sans fin sur la « meilleure position » à adopter pour rendre la douleur plus supportable. Ces débats passionnés pour faire gagner à l’autre un peu du confort qu’on a pu soi‑même grappiller entre des moments de souffrance est bien un témoignage de compassion. Ce qui se raconte dans ces discussions, ce sont des expériences corporelles de sujets incarnés. Le corps, qui était jusque‑là un marqueur social pour tenir à distance les groupes entre eux, est alors investi d’une fonction de rapprochement entre les personnes occultant les distances sociales ou groupales. Ce ne sont plus les différences que les corps donnent à voir mais les similitudes. « Té quand mi voi un tourist y marche lé Kassé, mi voi pas poukoué li ressemble pas a zot quand rent zot kaz » (quand je vois un touriste qui marche tout courbé, je ne vois pas pourquoi il ne nous ressemblerait pas quand on rentre chez nous) suggère Jimmy (février 2006). Les corps se ressemblent plus aussi parce que chacun y recherche de nouveaux indices : on passe de la couleur de peau, immédiatement visible et primordiale pour séparer les groupes, aux indices témoignant de la douleur comme événement privé mais partageable.

  • 15 . Duret P. & Augustini M. (2006), Réunionnais et touristes face au chikungunya, Saint‑Denis, Univer (...)

24D’où l’apparition de deux nouveaux groupes qui déconstruisaient les clivages habituels entre Créoles, Zoreils et métropolitains : celui des « ayant eu le chikungunya » et celui des « n’ayant pas eu le chikungunya ». Les premiers partageaient une expérience commune de la maladie. Les seconds partageaient une peur commune de l’attraper. La douleur ou l’inquiétude, poussant à l’empathie, garantissaient une forme d’authenticité du lien. Finalement, le rapprochement s’est fait grâce aux moustiques. La vie en chambre d’hôtes fournit un bon exemple des nouveaux échanges entre touristes et Créoles. Remplaçant le « bonjour‑bonsoir », la conversation incontournable entre touristes et ceux qui les accueillaient consistait à soupeser les mérites respectifs de tel ou tel produit. Le moustique était « le » sujet idéal de conversation15. Accueillants et accueillis collaboraient sans retenue à une même lutte.

La fin des certitudes

25L’épidémie marque la fin des certitudes attachées aux représentations et aux stéréotypes. Les préjugés ont pour effet de produire des anticipations. Cette épreuve permet de faire ressortir les contradictions entre les conduites attendues et les conduites avérées. Ces dernières remettent d’autant plus en cause les préjugés qu’elles ne peuvent laisser place à une interprétation permettant de les conforter. Marie‑Hélène (Créole, 34 ans, responsable de rayon dans une grande surface du sud de l’île) a connu cet état d’effondrement de ses évidences de pensée : « Moi je croyais que les moustiques ne piquaient que les touristes à la peau rose, j’avais déjà été piquée mais je ne pensais pas que ça pourrait nous tomber dessus » (juin 2006). Elle égratigne volontiers les Zoreils qui se conduisaient selon elle de manière moins solidaire que les « vrais » Réunionnais. Mais l’épidémie va remettre en question cette conviction :

Quand il y a des arrivages de spirales (produit fumigène anti‑moustique) tout le monde, Zoreils ou pas, se jette dessus comme des malades. Au lieu d’être raisonnables, d’en prendre deux ou trois boites, ils en prenaient de pleins caddies. Oui, tu vois des caddies entiers. Sans rire, ils sont complètement fous. Ils s’en fichent bien pas mal qu’il en reste pas pour les autres. Là, c’est clair c’est chacun pour soi. Il n’y a pas de Zoreils qui tiennent, les Créoles font bien pareil. Moi ça m’a atteint ce truc là, je dois être un peu naïve, je m’imaginais que les gens d’ici allaient être cool, tu parles. Bon après, c’est vrai l’ambiance est plutôt sympa. Depuis le début de l’épidémie, on rigole avec les clients. Mais en tout cas on ne peut pas dire que les Zoreils aient été pires que les Créoles, ça non (juin 2006).

26Reconnaître que les Zoreils ne sont pas pires que les Créoles atteste du changement de Marie‑Hélène. Ses anciens préjugés lui deviennent encombrants quand elle admet avoir été aidée par des Zoreils :

J’ai un fils de quatre ans et demi. Je vis sans son père, lui je le vois jamais. Pendant l’épidémie, il y a beaucoup de malades dans le personnel du magasin et je suis obligée de faire des remplacements. Ça complique pas mal les choses d’avoir à quitter la maison sans être prévenue à l’avance. Heureusement, je peux compter sur Jérémie et Sylvie, un couple de voisins sympas. Ils m’ont gardé mon petit à chaque fois que je ne pouvais pas faire autrement. Je ne m’attendais pas à ce qu’ils soient aussi cool. Autant il y a des gens de ma famille qui m’ont déçue, ils ne pouvaient soi‑disant pas se rendre disponibles, autant eux, sympas ! Sans rien demander du tout, ils m’ont souvent tirée d’affaire. Ce sont des Zoreils, avant j’aurais dis ce sont des Zoreils mais sympas quand même, maintenant je dis ils sont sympas tout court (juin 2006).

27L’épidémie introduit donc de l’incertitude sur la grandeur des personnes qui ne peuvent plus être jugées par avance mais en fonction des faits.

Principes de jugement de la grandeur morale

28Dire que le chikungunya a été une épreuve commune suppose que l’ensemble des groupes présents sur l’île se soit accordé sur les comportements louables attendus, comme sur ceux plus critiquables et enfin sur ceux totalement indignes. L’épidémie aura permis de s’accorder sur des critères qui témoignent de principes à même de juger de la grandeur des personnes. L’épidémie a donc promu un ensemble de conduites honorant des valeurs communes. L’épidémie, en dramatisant le quotidien, fait ressortir ce que les individus attendaient des autres et du lien social. On a pu repérer parmi les individus de l’enquête 2006 plusieurs principes de grandeur morale.

Premier principe : condamnation de la pitié

29Créoles, comme Zoreils et touristes, mettent à distance le sentiment de pitié. C’est cette condamnation dont tient à nous parler Georges (instituteur créole, a eu le chik en novembre 2005) :

Les mamans me traitaient comme si je n’étais plus capable de rien, je les entends encore : « oh le pauvre, je ne voudrais pas être à sa place », au début, ça va un peu, mais après, c’est lourd, il y en a qui en font trop, ça me foutait un peu les boules (juillet 2006).

30On retrouve cet agacement chez Hervé, un Zoreil retraité, qui supporte mal d’être traité comme quelqu’un de diminué :

Il y en a qui dégoulinent de pitié, ils te voient comme un handicapé, ce qui doit être terrible, quand tu es handicapé, d’être regardé comme ça tout le temps, la pitié c’est dur à supporter, ça t’enfonce encore plus (mai 2006).

  • 16 . Le privilège de recevoir un don sans avoir à le rendre n’est pas chose enviable. Cet avantage a u (...)
  • 17 . Revault d’Allonnes montre que la compassion n’est pas un sentiment altruiste. Rousseau l’avait dé (...)

31Mais les critiques les plus récurrentes contre la pitié touchent à sa dimension politique. La pitié, quand certains Zoreils l’adressent aux Créoles, est perçue comme un sentiment condescendant porté par l’imaginaire colonial. « Moi j’en ai rien à foutre de la pitié des gros zozos, ça j’accepte pas » (mai 2006) : Agnès (enseignante, Créole) voit dans la pitié des « gros Zoreils de Saint Gilles » une offense qui rappelle l’humiliation par les bonnes œuvres coloniales. Dans ce cadre, la pitié est jugée dégradante pour la dignité des Créoles. Être l’objet de la pitié stigmatise, faire pitié n’est guère enviable : cela revient en effet à éveiller un sentiment inacceptable car incompatible avec la fierté d’être Réunionnais16 ; c’est‑à‑dire d’une part être égal en droit à tout autre citoyen français et d’autre part, paradoxalement, être plus chez soi à La Réunion que les Français de métropole. Ainsi, la pitié ne nourrit pas un sentiment de communauté égalitaire. À l’inverse, la compassion en tant que co‑souffrance est d’abord un sentiment partagé. C’est aussi un sentiment privé qui revient simplement à s’ouvrir à la souffrance de l’autre. La compassion est un sentiment de vulnérabilité commune qui établit dans l’urgence la reconnaissance du semblable chez l’autre
(Revault d’Allonnes, 2008)17. Si l’épidémie a autorisé un nouveau mode de relation entre Réunionnais et entre Réunionnais et touristes, c’est que la compassion a pour condition la reconnaissance. Constatant que l’autre souffre ou est menacé du même mal que moi, je peux accepter l’idée que notre souffrance ou sa menace nous rapprochent, et que ce lien personnel peut être généralisé à tous ceux qui souffrent ou sont menacés par l’épidémie.

Deuxième principe : la présence physique comme source de rapprochement

32Être physiquement présent au côté des malades, c’est faire valoir un principe de rapprochement. Pour être présent, il faut ne pas avoir peur de la contamination. Rester en présence des malades est perçu comme une forme de courage. Du coup, les Réunionnais reconnaissent que les touristes venant durant cette période de crise font preuve de courage. Prendre pied à La Réunion était perçu comme le témoignage d’une réelle solidarité. D’où le changement de statut accordé aux touristes qui acceptent de partager avec les locaux le risque d’être gravement malade alors qu’ils auraient pu aller passer leurs vacances ailleurs :

Quand tu vois un métro qui débarque et que l’avion est aux trois quarts vide, tu te dis qu’il ne fait pas ça simplement pour aller au volcan ou se faire bronzer, mais qu’il vient pour pas nous laisser seuls dans notre coin. Là je dis oui, il y a touriste et touriste, ceux qui sont venus pendant l’épidémie, je n’ai rien à leur reprocher (Armand, 43 ans, Créole, propriétaire de chambre d’hôtes, février 2006).

33De fait, la dénonciation du touriste en tant que néo‑colonialiste méprisant devenait beaucoup plus difficile à tenir. Le principe de présence peut amener à braver les conseils sanitaires de la DRASS quand les compatissants n’hésitent pas, pour réconforter les malades, à s’approcher d’eux, à respirer le même air et à les toucher. Le touché va jusque qu’à rendre tangible le désir de rapprochement. Le témoignage d’Alexis (Zoreil, enseignant en collège, avril 2006) est à cet égard très éclairant :

La contagion, on ne sait pas trop comment ça se passe. Les scientifiques disent que c’est le moustique, il faut voir, on saura plus tard, en attendant quand j’ai chopé le chik, il y en a qui me considéraient comme un lépreux. J’ai des collègues qui sont venus me voir mais en restant à distance, d’autres ils me serraient la main. Ça fait une différence. Là t’sais quand on te serre la main, ça te fait plaisir, ça te touche sans jeu de mot, ça fait partie des poignées de mains que tu ne peux pas oublier.

Troisième principe : l’engagement

34Passer avec succès l’épreuve de l’épidémie ne revient donc pas à réussir à échapper au virus mais à saisir sa chance d’être reconnu et accepté. Prenons l’exemple de Martine (Zoreil enseignante arrivée à La Réunion en 2004). Elle est très bien intégrée dans son collège mais a plus de mal à s’engager dans la relation avec ses voisins créoles :

Devant mes voisins créoles, j’avais toujours un peu peur de décevoir, on a toujours tendance à se dire qu’il faut être irréprochable quand on arrive quelque part, alors là en plus, si c’est loin de la métropole… et je faisais très gaffe à leur réaction, et là, pendant le chik, je me suis sentie beaucoup plus à l’aise. On avait tous le même problème et j’ai eu le sentiment de devenir quelqu’un pour eux. Jusque‑là personne ne faisait vraiment attention à moi. Je n’étais pas Martine, j’étais la Zoreil du bout de la rue. Pendant l’épidémie, on s’est occupé les uns des autres, et un truc qui a fait déclic, c’est qu’ils pouvaient s’inquiéter pour moi. Je sentais que le courant passait, je n’avais plus peur de déplaire. Avant le chik, je me disais il faut que tu sois irréprochable, là j’ai compris que ce n’était pas ça l’important, je pouvais dire des bêtises sans craindre quoi que ce soit (mai 2006).

35La peur de décevoir et d’être rejetée conduit Martine à rester sur sa réserve face aux voisins mais ce comportement entraîne un frustrant sentiment d’invisibilité sociale. Or, l’épidémie, en lui imposant une peur supérieure à celle de déplaire, lui permet de s’engager sans hésitation. L’épreuve, quand elle est réussie, permet au moi fragile de se révéler et de s’exposer sans crainte. Il faut souligner l’étayage réciproque entre l’engagement et la reconnaissance. L’engagement permet d’être reconnu et la reconnaissance facilite l’engagement dans la situation. Les personnes peuvent se sentir imparfaites ou insuffisantes dans la comparaison sociale aux autres, et comprendre que cela ne les empêchera pas d’être reconnues. Le changement de relation passe par l’attribution de signes publics de reconnaissance. Martine est sûre d’être acceptée par ses voisins parce que « dans la ville, quand on se croise dans Saint‑Louis en voiture maintenant, c’est toujours des grands signes, des coups de klaxon, avant on faisait comme si on ne se voyait pas » (mai 2006).

Quatrième principe : prendre soin des membres de sa famille

36Le fait que des membres d’une famille prennent soin de son ou de ses malades les valorise. Les Zoreils sont souvent perçus par les Créoles comme « trop individualistes » (au sens commun dépréciateur de synonyme d’égoïstes) même avec les membres de leur propre famille. Ils sont dépeints comme indifférents au devoir familial. Mais les faits peuvent aider à revenir sur ces représentations. Ainsi, que Marie (58 ans, cadre zoreil dans une agence d’assurance) s’occupe bien de Didier (son conjoint, 63 ans, retraité) lui donne une bonne image : 

Sans moi, il peut rien faire, on est fatigué et on a des problèmes de santé tous les deux, mais là, il a le chikungunya, il faut bien assurer. Je fais à peu près tout, je lui fais ses tartines, je l’aide à aller se laver, à s’habiller. Le docteur, il me dit « ménagez‑vous ». Ménagez‑vous ? Pour le moment, je n’ai pas le temps, il faut que je pense à son confort. Il déguste. Je n’ai pas l’impression d’en faire plus qu’une autre mais les gens sont sensibles à ça. Le voisin (créole) aussi l’a eu (le chikungunya). Sa femme me disait, mais tu es patiente, je n’aurais pas cru à ce point, comment tu fais pour rester là toute la journée ? Qu’est‑ce qu’elle croit, qu’il n’y a que les Créoles qui savent s’occuper de leur famille ? (avril 2006).

37Ce principe de priorité à la famille peut entrer en contradiction avec un principe plus général de partage (on se souvient de la critique de Marie‑Hélène à propos des rayons de grande surface pris d’assaut lors de l’arrivage des produits anti‑moustique). Mais le plus important est que de tels exemples d’assistance familiale réussie rendent très difficiles les jugements globalisants. La persistance d’un étiquetage « anti‑zoreil » peut alors à son tour être critiquée. Loin de stigmatiser celui qui en est la cible, il discrédite celui qui tente de l’imposer. Coller une étiquette indue ou abusive peut entraîner une sanction pour ceux qui catégorisent injustement :

J’ai un cousin qui traite les touristes moins que rien. Quoi qu’ils fassent, il les considère comme de la merde. Moi maintenant je me gêne pas pour lui faire remarquer qu’il déconne. Moi pareil à une époque, avec les touristes, y avait toute une dimension personnelle dans laquelle je ne voulais pas entrer. Maintenant je comprends qu’il ne faut pas hésiter à échanger. Et je ne peux pas revenir dessus, maintenant je leur montre l’album de photos de famille (Michel, hôtelier, 50 ans, Créole, mars 2006).

Cinquième principe (pour les malades) :
faire preuve de retenue
18

  • 18 . Par exemple Lucien, Créole, 28 ans, responsable de station service raconte : » Tu aurais vu mes r (...)

38L’exigence majeure pour devenir un malade modèle revient à ne pas succomber à la tentation de se faire plaindre. La plainte est légitime dès qu’elle n’est pas calculée. Ne pas se plaindre revient d’abord à une prise de distance permettant de réaliser qu’un tiers de la population de l’île est dans le même cas que soi. Contenir sa douleur vaut ensuite comme preuve de courage. Cela revient à remporter une première victoire sur la maladie qui cherche à envahir le corps douloureux. Indépendamment de son origine, le malade courageux emporte l’admiration et est cité en exemple :

Bertrand m’épate il ne se plaint jamais (Mauricette, Créole, 41 ans, février 2006).

Anne avait les articulations déformées mais elle disait non ça va, c’est supportable, franchement chapeau (Yannick, Créole, 29 ans, mars 2006).

Michael, c’est un lama, un moine bouddhiste, son truc, c’est je l’ai attrapé, c’est que je devais l’attraper, on ne peut rien y faire, donc il n’y a pas de raison de s’inquiéter » (Nathalie, 48 ans, Zoreil, juillet 2006).

39Enfin, l’ultime raison d’apprécier le courage du malade, c’est qu’il est paradoxalement le représentant de sa famille. Alors qu’il devrait être isolé et soustrait aux regards, le malade est beaucoup visité. La maladie accroît sa visibilité. Le malade ne devient pas subitement une célébrité dans son quartier puisque l’épidémie a banalisé le mal, et que de nombreuses familles ont leurs propres malades. Mais le malade devient le représentant de sa famille face aux autres. Le jugement sur son comportement n’est pas incompatible avec la compassion.

40Toutefois ce principe de retenue est entré en conflit avec un principe de tolérance aux exagérations dans les narrations des convalescents qui, après coup, créaient des connivences par des récits où la douleur s’exhibait, mais associée à l’humour et à l’auto‑dérision. Il s’agissait de dédramatiser les moments difficiles par un fort degré de facétie dans les récits. Autant d’ordinaire, il vaut mieux ne pas trop insister entre voisins ou collègues de travail (et même parfois en famille) sur le récit de ses « petits bobos » sous peine de passer pour quelqu’un d’incapable de prendre sur soi, autant la situation épidémique invitait à la narration facétieuse18.

De nouveaux rapports sociaux

41Cette épreuve commune a tout d’abord permis aux Zoreils d’affirmer l’existence d’une communauté globale les liant aux Créoles. Mais les relations avec les touristes ont également été modifiées. Ces nouveaux rapports sociaux se sont appuyés sur une plus grande reconnaissance mutuelle. On l’a vu, la grandeur dans l’épreuve pour les touristes revient à une prise de risque consentie pour venir à La Réunion. De leur côté, les touristes apprécieront la grandeur des Créoles et des Zoreils face à l’épreuve par leur capacité à conserver leur calme et leur dignité.

42En outre, l’incapacité du corps médical à fournir des repères efficaces et à déterminer un traitement, et un seul, ouvrit la porte à toutes les supputations. Prendre conseil auprès du plus grand nombre amena Créoles, Zoreils et touristes à se livrer à une intense activité d’échange sur les remèdes potentiels. La conviction dominante fut que, dans le doute, le plus sage consistait à cumuler les différents types de soins possibles plutôt que de se fixer sur un seul. Ni Créoles, ni Zoreils, ni touristes ne détenaient alors le monopole du savoir légitime. Mais ensemble, ils construisaient un savoir partagé. Aucune conception des soins n’est restée imperméable aux autres. Un consensus se dessinait sur la nécessité d’accroître la capacité combative du corps rendant possible le cumul des pratiques. Stimuler les défenses immunitaires mettrait à l’abri du chikungunya, ou au pire permettrait au malade de mieux y faire face. D’où une recrudescence de pratiques les plus diverses : prise de vitamines, d’anti‑inflammatoires, d’oligoéléments. Les soins traditionnels à base de tisanes étaient, eux aussi, réputés efficaces dans l’activation des défenses corporelles. Le JIR du 7 février 2006 titrait ainsi : « Essayer les plantes médicinales ».

43Les actions de protection, même dans l’espace du domicile (comme la pulvérisation de produit insecticide sur les plantes du jardin), étaient conditionnées par des contraintes collectives ; les voisins se coordonnaient pour pulvériser leur jardin le même jour et éviter ainsi de simplement déplacer les moustiques d’un jardin à un autre. Le souci immédiat pour sa maisonnée ne pouvait se penser sans envisager le sort commun à l’échelle du quartier. La lutte ne pouvait se penser ni au seul niveau singulier, ni même à celui segmentaire de telle ou telle communauté. Pour se sauver soi‑même, il faut contribuer à sauver les autres dans une mobilisation collective, au niveau de la rue et du quartier, pour mener ensemble les opérations de démoustication. Elle a permis aux personnes de se tourner les
unes vers les autres pour maudire ensemble le moustique, rire de la démarche claudicante d’un proche touché par le mal, rire aussi pour masquer sa peur.

44Enfin, l’ultime transformation concerna le regard porté par les touristes sur les Réunionnais. La gravité de la situation sanitaire amena les touristes à repenser les rapports de la métropole et de La Réunion. Jusque-là, les touristes jugeaient volontiers les Réunionnais comme des « assistés », bénéficiant de la manne envoyée par l’État. Les touristes leur reprochaient leur dépendance économique, leur absence d’industrie, leur taux de chômage et surtout de se complaire dans cette situation.

Moi, ça fait quatre fois que je reviens à La Réunion ; j’ai mes habitudes. Jusque‑là, quand je rentrais en Métropole, je faisais toujours le même résumé : ils sont gentils, mais heureusement qu’on est là, ils vivent de nos aides ! Je ne dis pas qu’ils n’ont pas raison d’en profiter, mais ils en profitent. Ce coup‑ci, quand je vais rentrer chez moi, je vais changer de disque : attends, on aurait la même épidémie en métropole, je vous dis pas l’émeute générale que ça serait. Ici, ils ont un tiers des Réunionnais au tapis et ce n’est pas la grosse pagaille. Les gars se plaignent mais ils sont dignes. Voilà, en rentrant chez moi, je dirai ça : ils sont dignes et on est salaud si on les laisse tomber (Laurent, enseignant, 38 ans, touriste marseillais, entretien 2006).

45Les Réunionnais passaient pour des gens qui coûtent cher et qui rapportent peu. L’épidémie en a fait des Français abandonnés par les pouvoirs publics et la mère patrie. Les touristes déploraient alors l’absence d’ampleur des plans sanitaires mis en place. Ils s’indignaient de la toxicité des produits employés pour démoustiquer. Le calcul comptable cédait face à la fraternisation.

Normalisation ou disparition des représentations des temps de crise après l’épreuve ?

46Durant l’épidémie, les certitudes que les groupes créole, zoreil et touriste pouvaient entretenir les uns sur les autres se sont déplacées. En effet, ce ne sont pas des groupes mais des individus qui se révèlent dans l’épreuve. L’épisode a modifié les relations aux touristes. Mais la fin de l’épidémie et la disparition du risque d’une nouvelle crise sanitaire marquent‑elles un rétablissement des rapports d’avant crise ? Les nouvelles représentations doivent pour s’ancrer dans le temps bénéficier de confirmations et de revalidations. La reconnaissance est un processus de consolidation continue (Honneth, 2001). Or si la situation extraordinaire de l’épidémie a favorisé le changement de relations, le retour à une situation de routine peut aussi voir refluer ces transformations. Le changement n’est alors plus mis au crédit des personnes mais à celui d’une situation hors du commun. Pour satisfaire l’impératif d’une revalidation des représentations, se mettent en place de nouvelles épreuves visant à vérifier que les relations se sont bien déplacées. Il s’agit en particulier de tester l’authenticité du lien entre touristes et Créoles. Cette authenticité est éprouvée d’une part à l’aune de la durabilité du lien, et d’autre part par comparaison entre les touristes venus durant l’épidémie et les touristes actuels.

47Le premier critère pour juger de la force de la relation établie durant l’épidémie est celui du retour des mêmes touristes sur l’île (à condition toutefois qu’ils reviennent dans la même structure d’accueil car le retour dans le même lieu mais chez un concurrent signale au contraire le mécontentement). Pierre (55 ans, gérant d’un hôtel à Saint‑Paul) constate qu’il a conservé depuis l’épidémie « un petit groupe d’habitués ». Cette clientèle a deux caractéristiques spécifiques : elle vient le voir tout autant que voir l’île et elle a des liens avec lui tout au long de l’année :

Ils m’écrivent, ils me téléphonent beaucoup, bon là, je ne peux plus vraiment parler de « clients ». On a très envie de se voir. Leur séjour chez nous, ça les booste pour le reste de l’année. Je ne joue pas l’amitié pour leur faire plaisir, ça je sais faire aussi mais pas là, on est vraiment bien ensemble. Je n’imagine pas qu’ils ne donnent plus de nouvelles. De toutes les façons quand j’ai pas de nouvelles, c’est moi qui les appelle (2010).

48D’où la déception causée par les clients de métropole qui, ayant vécu l’épreuve, ne conservent aucun contact. Par exemple Victoire (créole, responsable de gîte au Tampon) constate que tous ses clients n’ont pas tenu parole :

Pendant l’épidémie plusieurs petits couples me disaient qu’ils reviendraient, c’était promis juré, avec de grandes promesses en plus, et patati et patata, et ben je les attends toujours, alors bon je sais que c’est la crise, qu’ils étaient sans doute sincères au moment où ils le disaient, en plus, c’est la vie qui veut ça, les gens sont pris dans leurs affaires mais ç’est quand même dommage (2010).

49On note chez Victoire l’ambivalence entre la critique et la compréhension. Vexée par la défection de ses clients, elle trouve quand même des arguments pour les excuser. Elle impute leur absence aux aléas de la vie. Mais le fait qu’elle soit déçue et meurtrie témoigne de son attachement. Le jugement sur les touristes actuels passe pour les hôteliers par la comparaison avec les clients rencontrés durant l’épidémie. Le jugement positif sur les touristes des années 2005‑2006 est difficile à reproduire parce que les nouvelles expériences viennent restaurer les anciens préjugés. Les touristes des années épidémiques sont alors considérés comme « une génération » exceptionnelle à laquelle va être comparée la génération des touristes actuels. Michel (52 ans, hôtelier à Saint‑Denis) reconnaît sa déception :

Moi j’ai été déçu par les touristes ces dernières années. Ils viennent en terrain conquis, c’est reparti. Ceux du temps du chikungunya ne se seraient jamais permis de se conduire comme ça. Souvent ils ne cherchent pas à discuter, ils ne restent qu’entre eux. Cette année surtout, ce n’est vraiment pas une bonne cuvée (2009).

50Mais Michel confesse que lui‑même n’a pas le temps de s’occuper de ses clients comme il le voudrait. Même si les voyageurs actuels ne lui semblent pas à la hauteur, même si le processus de normalisation de leur accueil et ses charges de travail ne sont pas favorables aux échanges, cela n’empêche pas que sa manière de voir les touristes se soit modifiée :

Moi je ne regrette pas qu’il y ait plus le chik, l’hôtel était aux trois quarts vide. En même temps, c’était quelque chose. Ce n’étaient pas des touristes qui venaient, c’étaient comme des amis, des braves types. Aujourd’hui les choses sont rentrées dans la normale. Les touristes, je les traite en touristes. Mais en même temps, je suis un peu plus curieux qu’avant le chik. Tu vois, quand je parle avec, je les écoute. Bon évidement, ça me prend un peu plus de temps et des fois, le temps, il me manque (2009). 

51Au niveau de l’évolution des relations Créoles/Zoreils, il faut distinguer deux niveaux : le niveau politique global (qui s’est peu modifié) et le niveau des relations interpersonnelles de voisinage qui, lui, s’est durablement transformé. Au niveau politique, les appels à la préférence régionale sont encore aujourd’hui très présents. Les Zoreils restent largement stigmatisés et dévalorisés en raison de l’identité de « profiteurs » qui leur est encore attribuée. Inversement, les relations de voisinage restent marquées de manière positive par l’épreuve de l’épidémie. Par exemple, Martine, si peu sûre d’elle dans ses premières années à La Réunion, se sent maintenant « totalement intégrée », et insiste sur l’importance de l’épreuve du feu constituée par l’épidémie :

Depuis le chik, on fait des fêtes, on se passe de la bouffe. Les voisins m’amènent des parts de gâteaux, moi quand je rentre en métropole quand je reviens ici, je fais un grand repas avec des spécialités de chez moi (2008). On notera l’ambiguïté : Martine se sent intégrée mais elle ne sent toujours pas chez elle. Les voisins testent encore de temps en temps la relation : « Ils ne me demandent rien et puis une semaine ça les prend, ils me prennent pour Assistance 24/24. Martine, tu pourrais garder les enfants, Martine, tu pourrais m’amener à Saint‑Denis, Martine, est‑ce que tu pourrais m’aider à remplir ces papiers ? Ils me testent inconsciemment peut‑être mais ils me testent. Juste pour voir comment je réagis, comme je réponds présente, ça les rassure, ils savent qu’ils peuvent compter sur moi, alors ils arrêtent. Moi je suis indépendante et je n’aime pas demander des choses mais je me force pour qu’ils voient que ce n’est pas à sens unique, je leur demande des petits trucs sur le jardinage, mais jamais dans l’urgence (2008).

52Une autre manière pour Martine de conforter la relation de confiance est de passer les clés de sa maison aux voisins quand elle part en vacances. Ce qui la rend fière est d’avoir elle‑même obtenu en retour la charge des clés et la responsabilité des animaux domestiques de la part de deux familles de voisins.

  • 19 . Menée par questionnaires auprès d’un échantillon de 547 Réunionnais entre 14 et 78 ans, dont 51 % (...)

53Le rapprochement le plus consensuel au niveau des modes de vie entre Créoles et Zoreils se fait sur la question des pratiques de prévention face aux chikungunya. Nous avons mené, en 201119, une enquête (Duret, Augustini & Thiannbo, 2011) pour l’Agence régionale de santé, reprenant les grands thèmes de l’enquête de Setbon et Raude menée en 2006. Son principal résultat est le recul des conduites de prévention. La disparition de l’inquiétude pour soi limite ou même annihile les pratiques de prévention. Les deux enquêtes montrent que l’acte de prévention est étroitement lié à la perception du risque. Le fait de connaître la norme de protection (veiller à ne pas garder chez soi d’eaux stagnantes, renverser les coupelles des cache‑pots de fleurs, se passer de la lotion anti‑moustique, dormir sous une moustiquaire) n’entraîne pas une application de cette norme quand Créoles comme Zoreils ont le sentiment que la menace s’éloigne. Ainsi, entre l’enquête 2006 et 2011, le nombre de personnes ayant un comportement de protection chute radicalement, puisque en 2006, seulement 32 % des personnes interrogées répondaient par l’item « je n’ai rien fait de particulier », alors qu’en 2011, c’est 79,9 % des répondants qui le choisissent.

Conclusion

54Le moustique, avant l’épidémie de 2006, traçait des frontières entre Créoles, Zoreils et touristes. Il servait aux Créoles à évaluer la grandeur des touristes avec un autre outil de mesure que celui fourni par l’argent. Se moquer de la crainte des touristes et par extension des Zoreils face aux moustiques était une manière pour les Créoles de les priver de leur dignité et de prendre leur revanche face aux « envahisseurs ». Pour les Créoles, se gausser de l’inquiétude jugée exagérée des touristes ruinait leur superbe et leur fatuité. L’égalité que réclamaient touristes et Zoreils vis‑à‑vis des autochtones leur était refusée en raison de leur incapacité à s’intégrer à l’environnement réunionnais. Les touristes faisaient pitié face au moustique.

55L’épidémie a amené les Créoles, les Zoreils et les touristes à se regarder différemment. Au lieu de figer l’identité des groupes, la crise sanitaire a desserré l’emprise des stéréotypes par lesquels ils s’entre‑définissaient. L’épreuve a permis de qualifier les individus non pas en essence mais en situation, non pas en puissance mais en acte. Elle a donc eu comme principal effet de faire partager un cadre commun pour juger des conduites des uns et des autres.

56Le concept d’épreuve utilisé sur le terrain de l’épidémie du chikungunya nous a permis de repérer qu’un enjeu majeur de la période épidémique était que l’ensemble des groupes présents sur l’île s’accordent sur des principes permettant de faire le tri entre les comportements louables et les conduites indignes (principes de condamnation de la pitié, de présence physique, d’engagement, de soins, de retenue). Globalement, l’épidémie a constitué une épreuve d’engagement permettant d’accéder à la reconnaissance (être décrit comme quelqu’un de bien). Il faut souligner l’étayage réciproque entre l’engagement et la reconnaissance. L’engagement facilitant la reconnaissance et la reconnaissance stimulant l’engagement. L’épreuve de l’épidémie a donc rendu bien plus difficiles les jugements fondés à partir de la seule propriété objectivée de l’origine. L’épreuve a fractionné les groupes, individualisé les jugements. Après l’épreuve, il devint quasiment impossible de dire pour les Créoles que tous les Zoreils se conduisent toujours de la même façon, ou même qu’un touriste ne peut avoir qu’une attitude de touriste. L’épidémie a donc dé‑essentialisé l’identité des groupes.

57Mais, en même temps qu’elle mettait les individus en avant, l’épreuve a permis aux membres des différents groupes de se penser à travers leur corps douloureux en semblables. L’expérience de la douleur a favorisé une reconnaissance mutuelle. L’épidémie a créé une solidarité d’expérience forgée par une « galère commune ». En cela, l’épreuve a bien déplacé le référent pour porter un jugement sur les personnes. Il faut le souligner, la disposition à soulager la souffrance d’autrui n’est pas activée en toute généralité mais dépend d’interactions singulières. Le changement de représentation se nourrit des relations interindividuelles avant de remonter en généralité pour porter dans un second temps sur l’ensemble de la communauté concernée. Pour que cette montée en généralité opère, il faut nécessairement que les individus qui portent assistance et soulagent la souffrance continuent à être qualifiés par leur origine. Il faut que le voisin, le collègue de travail ou le client qui se sont engagés face à l’épidémie reste le voisin zoreil ou collègue de travail créole, ou le client métropolitain, pour que le changement de représentation puisse se généraliser de la personne au groupe (car la personne reste une représentante de son groupe). Si ceux qui prodiguent des soins et du réconfort doivent être rattachés à leur communauté, les malades, eux, n’ont pas besoin d’une telle qualification. La douleur corporelle les réunit et les affranchit de leur communauté.

Haut de page

Bibliographie

Benoist J. (1981), Paysans de La Réunion, Aix, Presses Universitaires d’Aix‑Marseille.

Boltanski L. (2009), De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard, « NRF essais ».

Bourdelais P. (2001), Les Hygiénistes, Paris, Belin.

Bourdelais P. (2003), Les Épidémies terrassées, Paris, La Martinière.

Callon M. (1989), La Science et ses réseaux, Paris, La Découverte.

Claeys‑Mekdade C. (2002), « Être ou ne pas être entre les deux bras du Rhône : identité(s) camarguaise(s) aujourd’hui », Faire Savoirs, n° 2, pp. 23‑35.

Dalama M‑G. (2005), « L’île de la Réunion et le tourisme : d’une île de la désunion à la Réunion des Hauts et Bas », L’Espace géographique, n° 34, pp. 342‑349.

Dodier N. (2003), Leçons politiques de l’épidémie du SIDA, Éditions de l’EHESS, Paris.

Duret P. & Augustini M. (2002), « Sans l’imaginaire balnéaire que reste‑t‑il de l’exotisme de La Réunion », Ethnologie française, n° 32, pp. 439‑448.

Duret P. & Augustini M. (2006), Réunionnais et touristes face au chikungunya, Saint‑Denis, Université de La Réunion/Conseil Régional.

Duret P. (2010), Sociologie de la compétition, Paris, Armand Colin.

Duret P., Augustini M. & Thiannbo M. (2011), Étude sur la connaissance et la perception du chikungunya, Saint‑Denis, Graphica.

Fassin D. (1996), L’espace politique de la santé, Paris, Puf.

Fassin D. & Bourdelais P. (2005), Les Constructions de l’intolérable, Paris, La Découverte.

Flahault A. (2009), « Gestion d’une crise sanitaire : l’exemple du chikungunya », Presses de Sciences Po, n° 22, pp. 53‑66.

Folio F. (2009), « Réalités et singularités du tourisme réunionnais : entre utopie et motifs d’espoir », Les Cahiers d’Outre‑Mer, n° 245, pp. 77‑91.

Gaston (2007), Les Carnets de voyages de Gaston : Balade à La Réunion, Orphie Éditions.

Ghasarian C. (2002), « La Réunion : Acculturation, créolisation et réinventions culturelles », Ethnologie française, 4, vol. 32, pp. 663‑676.

Ghasarian C. (2008), Anthropologies de La Réunion, Éditions des archives contemporaines.

Honneth A. (2001), « Personal Identity and Disrespect », in Seidman (dir.), The social Theory Reader, New‑York, Routledge, 2001.

Huneau V. (2006), Enquête et analyse sociologique d’une zone non démoustiquée du Morbihan. Rapport pour l’entente interdépartementale pour la démoustication du littoral Atlantique.

Kaufmann J.‑C. (1996), L’entretien compréhensif, Paris, Nathan.

Labache L. (1996), L’ethnicité à La Réunion : vers un melting‑pot ?, thèse EHESS.

Le Goff J. & Biraben J.-N. (1996), La peste dans le Haut Moyen Âge, Annales ESC, n° 6, pp. 1484-1510.

Lévêque C., Mounolou J.C., Pavé A. & Lainé C. (2010), « À propos des introductions d’espèces : écologie et idéologie », Études rurales, vol. 1, 185, pp. 219‑234.

Lombard J. (2006), L’épidémie moderne et la culture du malheur, petit traité du Chikungunya, Paris, L’Harmattan.

Malbert T. (2005), « Hérédité, enjeux identitaires à La Réunion », in Médéa L. (dir.), Identité et société réunionnaise : Nouvelles perspectives et nouvelles approches, Paris, Karthala, pp. 109‑126.

Marimoutou C. (2010), « Écrire le postcolonial depuis la langue française », Ruptures postcoloniales, pp. 178‑186.

Maris V. (2010), Philosophie de la biodiversité, Paris, Buchet Castel.

Martuccelli D. (2001), Grammaires de l’individu, Paris, Gallimard.

Martuccelli D. (2006), Forgé par l’épreuve, Paris, Armand Colin.

Martuccelli D. (2010), La Société singulariste, Paris, Armand Colin.

Memmi D., Guillo D. & Martin O. (2009), La Tentation du corps, Paris, Éditions de l’EHESS.

Moreau S. & Marszek A. (2012), « Géopolitiques mahoraise et réunionnaise : De la crise actuelle à un état des lieux régional », Hérodote, 2, n° 145, pp. 150‑160.

Musso I. (2004), Les tourismes à La Réunion, Thèse de Géographie, Saint‑Denis, Université de La Réunion.

Paillat‑Jarousseau H. (2004), « La résidence au cœur des pratiques de transmission de la terre à l’île de La Réunion », Sociétés contemporaines, n° 56, pp. 91‑109.

Pollack M. (1988), Les Homosexuels et le sida : sociologie d’une épidémie, Paris, Anne-Marie Métailié.

Remy E. & Beck C. (2008), « Allochtone, autochtone, invasif », Politix, n° 82, pp. 193‑209.

Retière J.‑N. (2003), « Autour de l’autochtonie. Réflexions sur la notion de capital social populaire », Politix, 163, n° 63, pp. 121‑14.

Revault d’Allonnes M. (2008), L’homme compassionnel, Paris, Seuil.

Rosanvallon P. (2011), La Société des égaux, Paris, Seuil.

Rousseau J.‑J. (1971 [1755]), Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, Paris, Flammarion.

Setbon M. & Raude J. (2008), « Le chikungunya à La Réunion, facteurs sociaux, environnementaux, et comportementaux en situation épidémique », Populations, vol. 63, pp. 555‑583.

Shea K. & Chesson P. (2002), « Community Ecology Theory as a Framework for Biological Invasions », Trends in Ecology and Evolution, n° 17, pp. 170‑176.

Thévenot L. (1994), « Le régime de familiarité, des choses en personne », Genèses, vol. 17, pp. 72‑101.

Vaxelaire D. (1999), Histoire de La Réunion, vol. 2, Éditions Orphy.

Vergès F. (2001), « Vertigo and Emancipation, Creole Cosmopolitanism and Cultural Politics », Theory, culture & society, vol. 18, n° 2‑3, pp. 169‑183.

Vigarello G. (1993), Le Sain et le malsain, Paris, Seuil.

Warren C.‑R. (2007), « Perspectives on the “Alien” versus “Native” Species Debate: A Critique of Concepts, Language and Practice », Progress in Human Geography, vol. 31, pp. 427‑446.

Haut de page

Notes

1 . Les natifs réunionnais « de souche ».

2 . Les métropolitains vivant à temps plein sur l’île.

3 . Au‑delà de 1 400 mètres, il n’y a plus de moustiques Aedes Albopictus. Cet exil vers les sites les plus reculés de l’île avait été pratiqué par les plus

riches habitants de Saint‑Denis durant l’épidémie de grippe espagnole. Ainsi le cirque de Salazie avait accueilli plusieurs grandes familles de la capitale dionysienne. Ce n’a pas été le cas lors de l’épidémie de chikungunya.

4 . Il n’y pas de classe qui réussisse avec les mêmes notes à un concours, pas de sprinters qui, participant à la même épreuve, arrivent tous dans le même temps sur la ligne d’arrivée, pas de groupe dont les membres réagissent de manière parfaitement identique à une épidémie (Boltanski, 2009 ; Duret, 2010 ; Martuccelli, 2010).

5 . Duret P. & Augustini M. (2006), Réunionnais et touristes face au chikungunya, Saint‑Denis, Université de La Réunion/Conseil Régional.

6 . Duret P., Augustini M. & Thiannbo M. (2011), Étude sur la connaissance et la perception du chikungunya, Saint‑Denis, Graphica.

7 . Dans les années 1950 et 1960, le paludisme était la première cause de mortalité à La Réunion. Les foyers de contamination étaient essentiellement les marais côtiers insalubres, les bras de rivières stagnants et les champs de

canne. Mais de 1970 à 1980, une décennie de campagnes de démoustication ont eu raison de la maladie (Benoist, 1981).

8 . L’amalgame est aisé entre espèce envahissante et espèce allochtone.

9 . Les Carnets de voyages de Gaston : Balade à La Réunion, une BD humoristique qui grossit les traits et les habitudes culturels de La Réunion, résume cette relation aux Zoreils et à leur position sociale : « Les Créoles n’apprécient pas toujours les Zoreils… Quand ils représentent le pouvoir et le fric […] ou les touristes de base » (Gaston, 2007).

10 . En effet, La Réunion représente dans l’océan Indien un îlot de prospérité qui est censé aviver toutes les convoitises. Les Comoriens, en particulier, font l’objet d’incessantes critiques de la part des Créoles qui se sentent mis en danger par cette population donnée pour avide de leurs emplois. Moreau et Marszek (2012) notent ainsi qu’une certaine forme de xénophobie est apparue sur l’île, des tags « Komor Dehor » (« Comores Dehors » en créole phonétique) se multipliant dans certaines villes réunionnaises.

11 . Ville balnéaire où résident les catégories les plus fortunées de la population réunionnaise et où se concentrent les Zoreils.

12 . Le touriste qui vient La Réunion ne peut souhaiter, comme c’est souvent le cas pour d’autres destinations, se faire lui‑même « indigène ». Il

réaffirme au contraire son identité française pour parler d’égal à égal avec l’autochtone. Il est chez lui à La Réunion parce que La Réunion, c’est la France. Cette attitude est souvent interprétée comme du néo‑colonialisme par les locaux.

13 . Le caractère allochtone des moustiques a fait naître une rumeur sur leur origine. Ils seraient venus des Comores. La peur de l’invasion des moustiques comoriens renforce et figure celle de l’invasion par les Comoriens eux‑mêmes. Des auteurs comme Shea & Chesson (2002), Warren (2007), Lévêque et al. (2010) déconstruisent pourtant le mythe d’un écosystème édénique à condition d’être replié sur lui‑même. Ils montrent, au contraire, que les écosystèmes n’ont jamais cessé de se transformer et que leur

survie est avant tout le produit de l’introduction de nouvelles espèces. Voulant contrer le registre de l’immigration décrite comme une menace, ces chercheurs, en valorisant la biodiversité, n’en continuent pas moins à prolonger l’analogie entre l’introduction des espèces animales ou végétales et l’immigration.

14 . Le chik ne passera pas l’aéroport, Le JIR, 30 décembre 2006.

15 . Duret P. & Augustini M. (2006), Réunionnais et touristes face au chikungunya, Saint‑Denis, Université de La Réunion/Conseil Régional.

16 . Le privilège de recevoir un don sans avoir à le rendre n’est pas chose enviable. Cet avantage a un prix qui est de rompre avec la triple obligation, mise en évidence par Marcel Mauss, de donner, de recevoir (d’accepter le don), et de rendre.

17 . Revault d’Allonnes montre que la compassion n’est pas un sentiment altruiste. Rousseau l’avait déjà repéré mais il avait aussi souligné qu’elle était la base de la sociabilité (Rousseau, 1971).

18 . Par exemple Lucien, Créole, 28 ans, responsable de station service raconte : » Tu aurais vu mes rougeurs, j’éclairais la chambre, on se serait cru à l’Appolo Night » (boîte de nuit de Ravine des Cabris).

19 . Menée par questionnaires auprès d’un échantillon de 547 Réunionnais entre 14 et 78 ans, dont 51 % d’hommes, 49 % de femmes, 53 % de Créoles, 34 % de métropolitains et 13 % de Mahorais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Duret, Sylvain Cubizolles et Marie Thiannbo, « La crise sanitaire du chikungunya : une épreuve de recomposition des rapports sociaux à La Réunion », Sociologie [En ligne], N°3, vol. 4 |  2013, mis en ligne le 01 novembre 2013, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/1935

Haut de page

Auteurs

Marie Thiannbo

Thiannbomarie@gmail.com
ATER DIMPS EA 4075 - Université de La Réunion

Pascal Duret

pascal.duret@univ-reunion.fr
Professeur, Directeur du DIMPS EA 4075 - Université de La Réunion

Sylvain Cubizolles

sylvain.cubizolles@univ-reunion.fr
MCF DIMPS EA 4075 - Université de La Réunion.

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page