Navigation – Plan du site

La quête de l’autonomie littéraire en contexte autoritaire

Le cas des écrivains tunisiens
Seeking literary autonomy in an authoritarian regime: a case study of Tunisian writers
Abir Kréfa

Résumés

L’article analyse les modalités de contrôle de la production littéraire par le régime autoritaire tunisien et dans le même temps, les formes d’arrangements, de résistances et d’indifférence des écrivains aux immixtions du politique dans leurs œuvres. Le matériau empirique est constitué d’une soixantaine d’entretiens auprès d’écrivains tant francophones qu’arabophones et d’éditeurs, ainsi que de témoignages et d’une vingtaine d’œuvres de création co‑éditées en Tunisie. L’article se propose d’expliquer les conceptions du littéraire par les expériences socialisatrices et les dispositions des écrivains. Les conceptions de la littérature s’éclairent ainsi au regard des origines sociales, des socialisations politique et littéraire, ainsi que de la profession exercée. Certains écrivains particulièrement politisés à gauche et ayant fait l’expérience de la censure se sont engagés dans la défense collective de l’autonomie littéraire. Les écrivains arabophones originaires des classes populaires, ayant eu, ou non, une expérience militante et occupant les professions de journalistes, tendent à définir l’autonomie comme la transgression des tabous sociaux et politiques. Enfin, les écrivains originaires des milieux culturellement favorisés, exerçant les métiers d’enseignants de lettres du secondaire ou du supérieur et qui n’ont pas eu d’expérience militante mettent l’accent sur l’œuvre comme l’expression d’une individualité et d’un investissement esthétique.

Seeking literary autonomy in an authoritarian regime: a case study of Tunisian writers

The article analyzes both the forms of control of literary production by the Tunisian authoritarian regime and the forms of arrangements, resistance and indifference the Tunisian writers have developed towards the political interference into their writings. The empirical material is composed of sixty interviews with editors and writers publishing in Arabic or French, enriched by testimonies and a corpus of twenty creative writings (co)published in Tunisia. The article attempts to explain the writers’ literary visions by the reconstruction of their socializing experiences and by their dispositions. Thus, social origins, political and literary socializations, and occupations throw light on the diversity of these visions. Some of the writers with deep political dispositions and who experienced censorship have been involved in the collective defense of literary autonomy. Writers publishing in Arabic, coming from poor classes and who are journalists, whether they have had or not an activist experience, often define literary autonomy as a transgression of the social and political taboos. Writers issued from culturally privileged classes, who are teachers or scholars, and who have not experienced an activist engagement seem to emphasize literature as an expression of individuality and as an aesthetic work.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Une production littéraire contrôlée
Le contrôle étatique par les rouages administratifs
Le contrôle par les incitations et les sanctions économiques
Hétéronomie et détermination de la forme
La contestation publique de l’hétéronomie : « être indépendant, c’est être dans l’opposition »
Des écrivains fortement politisés
Des expériences communes de censure
La littérature fellaga [adab fellâg] comme principal répertoire d’action
L’autonomie littéraire comme « transgression »
Enfreindre la trilogie de l’interdit
Des éditeurs valorisant « l’audace transgressive »
Coûts et effets différenciés des « transgressions »
L’autonomie littéraire comme singularité
Conclusion

Aperçu du début du texte

En 1986, l’écrivain de langue arabe Hassan Ben Othman comparaissait devant la Justice, à Tunis, sous la triple accusation « d’outrage à l’ordre public, à l’État et aux bonnes mœurs », dans un procès intenté par le ministère de l’Intérieur. Il fut mis en cause pour un recueil de nouvelles, prévu pour parution en auto‑édition (Ben Othman, 1986). Condamné, au cours d’un procès très médiatisé, à trois mois de prison avec sursis, Hassan Ben Othman fut acquitté en appel un peu plus d’un an plus tard. Cette « affaire » est instructive à plus d’un titre. Elle constitue d’abord un cas unique en Tunisie depuis l’indépendance : il s’agit, jusqu’à aujourd’hui, de la seule fois où un écrivain fut condamné en raison du contenu de son œuvre littéraire. Le contrôle de la production littéraire en contexte autoritaire ne s’est donc pas principalement effectué par la mobilisation de l’appareil judiciaire. Par ailleurs, en première instance, comme en appel, les avocats d’Hassan Ben Othman ont mis en av...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abir Kréfa, « La quête de l’autonomie littéraire en contexte autoritaire », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 4 |  2013, mis en ligne le 28 janvier 2014, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/2023

Haut de page

Auteur

Abir Kréfa

abir.krefa@ens‑lyon.fr
Docteure en sociologie et agrégée de sciences sociales (Université Lyon 2/Centre Max Weber) - ENS de Lyon – 15 Parvis Descartes – BP 1000 69342 Lyon Cedex 07

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page