Navigation – Plan du site

Associations : les nouveaux guichets de l’immigration ?

Du travail militant en préfecture
Are non-profit organizations the new offices of immigration services? Activists’ work in a local administration
Mathilde Pette

Résumés

Cet article montre dans quelle mesure le travail militant dans la cause des étrangers entretient une relation ambigüe à l’État, ses institutions et ses représentants. Destiné à influer sur les politiques migratoires et à accompagner et défendre les étrangers, le travail militant se trouve dans le même temps façonné et conditionné par ces politiques migratoires. Les associations adaptent leurs activités en fonction du contexte politique qui structure leur cadre d’action. De ce fait, c’est la nature du travail militant qui évolue : il se routinise, se juridicise, s’individualise et se formalise. Cet article montre ensuite comment ce processus de juridicisation participe à une diminution de la distance entre les associations et l’État. L’application des politiques migratoires par les administrations compétentes se fait dans ce cas avec, et en partie par, les associations de la cause des étrangers. Ces tendances apparaissent ainsi constitutives d’un processus d’institutionnalisation de la cause des étrangers. Cet article s’appuie sur des observations menées dans des associations de la cause des étrangers et lors de réunions d’une commission préfectorale de réexamen d’étrangers sans‑papiers.

Are non-profit organizations the new offices of immigration services? Activists’ work in a local administration

This article shows to what extent the work of activists on behalf of illegal immigrants has an ambiguous relation with state institutions. While intended to influence immigration policies and accompany and defend immigrants, the work of activists is at the same time designed and conditioned by these very same policies. Non‑profit organizations thus have to adapt their activities to the political context that structures their action frame. As a consequence, the nature of the activists’ work evolves towards a more routinized, law‑centered, individualized and formalized orientation. The article then focuses on how this law‑centered orientation makes non‑profit organizations and state institutions less distant from one another. Immigration policies are therefore enforced together with, and partly by, non‑profit organizations. These evolutions create a process of institutionalization of the cause on behalf of illegal immigrants. The analysis is based on observations led during local administrative commissions and at the offices of non‑profit organizations.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Introduction
Le travail militant sous les traits du travail administratif
Les effets du droit : juridiciser, individualiser et techniciser le travail militant
Vers une standardisation des dossiers
Trier et faire du chiffre : les « bons » dossiers valorisés
Évaluation du travail militant et subventions
Ce que les relations État‑associations font au travail militant
Encadrement et reconfiguration dans l’espace local militant
Un outil de réduction de la conflictualité
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

La réunion commence par l’annonce des résultats des dossiers présentés lors de la séance précédente. Le directeur de la réglementation et des libertés publiques prend la parole : « n° 8, M. F., titre VPF... n° 17, Mme P., DCEM... n° 19, Mme L., titre visiteur... n° 33, M. T., salarié... ». L’annonce des résultats se fait vite et les numéros de dossier s’enchaînent. Les militants présents notent les résultats. Viennent ensuite les dossiers refusés, l’ambiance change : « n° 3, M. T., dossier non convaincant… n° 4, M.R., promesse d’embauche non crédible… n° 7, Mme A., concubinage récent… ». Puis, la présentation des dossiers de la séance du jour commence immédiatement, dans la foulée. Là aussi, le rythme est soutenu. Un des représentants de la préfecture annonce « n° 1, M. A. ». Un militant prend alors la parole pour présenter succinctement la situation de la personne concernée et les éléments principaux du dossier. Cela dure deux ou trois minutes. Les dossiers s’enchaînent...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Pette, « Associations : les nouveaux guichets de l’immigration ? », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 5 |  2014, mis en ligne le 20 décembre 2014, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/2275

Haut de page

Auteur

Mathilde Pette

mathilde.pette@gmail.com
Postdoctorante au CLERSE (Université Lille 1) – Chercheuse associée au CERAPS - CLERSÉ‑CNRS / Université Lille1 – Cité scientifique – 59655 Villeneuve d’Ascq Cedex

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page