Navigation – Plan du site

La force de la différence

A propos de Norbert Alter, La force de la différence. Itinéraires de patrons atypiques (Puf, 2012)
Constance Perrin-Joly
Référence(s) :

Norbert Alter (2012), La Force de la différence. Itinéraires de patrons atypiques, Paris, Puf, 276 p.

Texte intégral

Un éclairage sur les parcours réussis de la diversité ?

1Dans son ouvrage, Norbert Alter se propose de tirer une ficelle du métier de sociologue : étudier ce qui est à la marge. Cette marge est constituée des individus qui apparemment échappent au déterminisme social : les patrons « atypiques ». Par ce terme, l’auteur inclut des entrepreneurs ou cadres dirigeants qui ne sont pas à la fois des hommes, blancs, hétérosexuels, diplômés, en pleine possession de leurs moyens physiques et mentaux, et issus d’une classe sociale favorisée. Norbert Alter s’intéresse à ces « exceptions de la diversité », ces dirigeants qui ont dépassé à la fois les obstacles de la discrimination (légale, pour les femmes, les personnes en situation de handicap, les minorités visibles ou les homosexuels) mais aussi de l’exclusion sociale et organisationnelle (pour les autodidactes et les dirigeants issus de milieu populaire). Son matériau réunit ainsi une soixantaine d’entretiens de ceux qu’il nomme « les différents », qui bien souvent cumulent les handicaps.

2Dans un ouvrage facile à lire, qui se veut accessible à un grand public, Norbert Alter va décrire le processus commun au parcours de ces patrons qui ont su dépasser les mécanismes de la reproduction sociale et professionnelle. Cette description met l’accent sur le vécu individuel et le processus de construction identitaire que l’ensemble de ces interviewés ont suivi. Commençant par décrire l’expérience partagée de la stigmatisation, il montre ensuite comment ils sont devenus des « étrangers », comment ils ont tiré profit de leur différence.

3Si Norbert Alter indique que son ouvrage aurait pu se nommer « sociologie de l’étranger », c’est parce que c’est cette figure simmelienne qu’il va convoquer pour comprendre le vécu de ces dirigeants (« les différents »). Il montre ainsi de quelle manière la stigmatisation qu’ils ont expérimentée durant l’ensemble de leur parcours perdure en dépit de leur indéniable réussite professionnelle, vivant toujours sous la surveillance de ceux qu’ils considèrent comme des « normaux ». Les patrons atypiques qu’il décrit se trouvent en perpétuelle tension identitaire. Refusant le communautarisme mais jamais complètement acceptés dans leur milieu d’arrivée, ils ont acquis une identité de « l’entre‑deux » qui, pour l’auteur, trouve sa source dans un parcours leur permettant de rapidement considérer leur différence comme une ressource plutôt qu’un frein (chapitre 1). C’est cette expérience de la différence qui fait leur point commun au‑delà de profils objectivement très divers. Mais c’est aussi cette dernière qui explique leur réussite : elle leur permet d’investir sur des créneaux non identifiés par les « normaux », de développer un management anti‑conformiste, d’être plus libres de penser, d’agir, d’innover, car se détachant volontairement du modèle culturel dominant dans le management et la direction des entreprises. « Ils réussissent parce qu’ils connaissent les codes, mais ne les respectent pas en tant que tels » (p. 141). Leur curiosité leur permet de tenter l’aventure, et a contrario des analyses classiques de la mobilité sociale, de trouver une place de « passeur », leur permettant de faire le lien entre le monde d’où ils viennent et le monde où ils sont arrivés (chapitre 2). L’auteur décrit ensuite leur parcours comme marqué par le goût du risque (risque relatif car ils ont peu à perdre, si ce n’est de rester dans une position de dominé) et de l’effort qui leur permet d’affirmer leur éthique dans leur façon de mener leurs affaires, éthique que l’auteur considère là encore décalée par rapport aux valeurs classiques des dirigeants (chapitre 3). Dans le chapitre 4, il souligne la spécificité du discours de ces enquêtés : leur réflexivité, leur sens de l’humour mettant à distance les conventions, en définitive leur « plasticité sociale » qui leur permet de naviguer entre différents registres et de faire le lien entre différents mondes. Alter applique la théorie maussienne du don pour décrire la relation aux autres de « ces marginaux sécants », ces autres qui les ont d’une manière ou d’une autre aidés à devenir ce qu’ils sont (chapitre 5). C’est sur ce dernier point, le rapport à soi‑même (chapitre 6), que se clôt l’analyse du parcours de ces différents qui inversent le déterminisme social censé présider à leur destin. L’auteur termine sa démonstration en montrant comment la construction de l’identité de ces patrons atypiques est fondée sur leur capacité à maîtriser le (et jouer du) stigmate.

4La sociologie que propose ici Norbert Alter est une digne héritière de l’approche de Simmel, pleine d’intuition philosophique, apte à décrire des processus subjectifs. En ce sens, elle peut être considérée comme particulièrement novatrice. Elle constitue sans doute une manière de répondre aux interrogations grandissantes de la sociologie sur la subjectivité. Si elle est stimulante, cette sociologie n’en appelle pas moins aussi une lecture critique, notamment du fait de son caractère décontextualisé qui fait perdre de vue une partie des processus sociaux.

5L’ensemble des frustrations du lecteur sociologue est pour partie en lien avec le format de l’ouvrage. Le choix d’un ouvrage grand public invite peu à inscrire sa recherche dans l’état de l’art sur le sujet. Ainsi, si l’ouvrage d’Alter est facile à lire, se fondant sur les apports de la discipline tout en ne noyant pas son lecteur sous des références de spécialiste, c’est justement ce qui manque au lecteur aguerri de sociologie. On aurait aimé savoir en quoi ces patrons atypiques sont différents des entrepreneurs décrits par d’autres auteurs. De la même manière que Boris Cyrulnik (que Alter cite abondamment) n’explique pas ce qui fait que certains individus développent leur résilience en ayant vécu des événements traumatisants, Alter ne nous dit pas clairement quels facteurs expliquent que ces atypiques deviennent patrons alors que tant d’autres à l’expérience sociale semblable restent à la place qui leur est assignée (celle de dominés) ou intègrent corps et âme les valeurs et les comportements attendus dans la nouvelle position qu’ils ont atteinte.

6Plus fondamentalement, on devine (parce que pas toujours explicités par l’auteur) des choix tant méthodologiques que théoriques qui tendent à occulter l’analyse du contexte et des contraintes sociales. Dans L’Innovation ordinaire (Alter, 2005), Norbert Alter avait réussi à brosser les processus complexes de coopération et du changement dans les organisations. L’ouvrage articulait à la fois les dimensions relationnelles, interindividuelles ; les dimensions temporelles (notamment en évoquant les dyschronies de l’organisation) et systémiques invoquant, dans la lignée de Simmel, les formes (normes, règles…) qui perdurent après les individus qui ont contribué à leur construction. Dans ce nouvel ouvrage, Norbert Alter revendique le fait de laisser parler les dirigeants, s’appuyant sur leur capacité réflexive et refusant sans doute la position facilement surplombante du sociologue. Mais sa démarche rencontre deux écueils : le premier tient à la manière dont sont construits les discours dans le cadre des entretiens et de l’enquête ; le second (sans doute une des conséquences du premier écueil souligné précédemment) tient à la faiblesse du travail de distanciation et d’objectivation des parcours des enquêtés.

7Le premier écueil tient donc en une lacune méthodologique. L’annexe détaille en effet la manière dont l’auteur a eu accès (que l’on comprend difficile) à des enquêtés. Cet accès et sa présentation de l’enquête l’ont forcément amené à rencontrer en majorité des entrepreneurs ou des patrons qui se reconnaissaient comme « différents », terme qu’il a choisi pour son enquête. Leur aptitude réflexive qu’il souligne est donc le résultat de la formation de l’échantillon. Ce travail réflexif des enquêtés sur leur parcours aurait pu participer à alimenter un débat non résolu mais encore fertile en sociologie des parcours de vie : celui de l’Illusion biographique (Bourdieu, 1986) par exemple. En présentant de manière brute les discours de ces enquêtés, l’auteur fait l’impasse (du moins dans ce dont il rend compte dans cet ouvrage), sur le travail de reconstruction et de mise en cohérence de patrons qui ont passé sans doute leur vie à se justifier ou à présenter leur différence, en en faisant ainsi un pivot de leur discours. Il est difficile, et de nombreux chercheurs s’y appliquent sans jamais trancher la question, d’analyser la construction a posteriori des discours sur soi, mais à défaut de réponse, il est dommage de les présenter comme évidents, spontanés, sans en interroger le caractère construit.

8Le second écueil tient au renversement des équilibres dans l’analyse : tout semble réduit aux interactions individuelles même s’il est souligné que ces dernières sont porteuses des normes sociales. Adopter une approche biographique n’exclut pas de resituer le cadre dans lequel s’inscrivent les parcours, ni d’interroger les effets des organisations sur ces carrières. Ainsi ne peut‑on interpréter la discrimination que comme le résultat d’une stigmatisation, de préjugés et de croyances qui mettent à distance le différent ? De nombreux travaux soulignent au contraire ses aspects systémiques : comment les femmes sont écartées d’une gestion des carrières construite pour des parcours masculins, comment les cadres homosexuels peuvent être mis au ban, non pas selon ce qu’on pense de leur orientation sexuelle, mais parce que leur discrétion sur leur vie familiale et affective les fait percevoir comme des personnes froides et interroge leur capacité relationnelle... etc. (Falcoz, 2004).

9Quand Alter décrit le vécu de ces patrons atypiques, il rend parfaitement le sentiment d’illégitimité qu’ils continuent à ressentir (ou le stigmate qu’on continue de leur faire sentir) en dépit d’une réussite professionnelle incontestable. Cependant, sans la description des parcours, il est difficile de comprendre les étapes, événements et bifurcations qui expliquent que ceux que l’on n’attendait pas à ces postes‑là y soient arrivés. On ne sait pas quels ont été les déclencheurs par exemple de l’abandon de l’école pour les autodidactes, du choix de monter son entreprise, des postes significatifs pour faire carrière pour ceux qui sont dirigeants salariés… On n’a que des éléments parcellaires pour juger des positions sociales d’origine des patrons (on ne les connaît que pour certains enquêtés d’origine modeste). Les verbatim ne permettent pas toujours de confirmer la cohérence et le caractère massif du discours que l’auteur défend (par exemple, sans doute pour des raisons de respect de l’anonymat, les verbatim ne sont pas indexés de manière à pouvoir tracer les personnes interrogées pour reconstituer leur parcours).

10De plus Alter décrit un vécu commun, envers lequel le lecteur manque d’éléments pour juger de sa pertinence. On s’interroge sur la manière dont chaque stigmate spécifique joue un rôle différent dans le parcours : quid du cumul des handicaps ou de leur compensation ? Un telle analyse permettrait sans doute de distinguer des processus subjectifs selon les positions différentes des patrons étudiés : la violence sociale que nécessite l’acculturation des dirigeants issus de classe populaire est‑elle comparable à la volonté de rendre invisible son handicap ou son origine ethnique, en dépit d’une disjonction entre identité pour soi et identité sociale ?

11La figure du patron atypique repose finalement sur une description globalisante qui ne présente pas les données concrètes du parcours qui permettraient d’appuyer la démonstration. Il reste que cet ouvrage éclaire une zone d’ombre en sociologie, celle de ceux qui dépassent les processus de reproduction sociale, redonnant aux acteurs et à leur subjectivité une place de choix en éclairant de quelle manière ils font de leurs handicaps un atout. Si l’on manque de données sur ce que sont concrètement ces parcours atypiques, et sur les processus sociaux qui ont permis leur réussite, cet ouvrage saisit avec brio les mécanismes psychosociologiques de construction de l’identité de « passeur » qui caractérise ces patrons « différents ».

Haut de page

Bibliographie

Alter N. (2000), L’innovation ordinaire, Paris, Puf.

Bourdieu P. (1986), « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, 62 (1), pp. 69‑72.

Falcoz C. (2004), « Virilité et accès aux postes de pouvoir dans les organisations », Travail, genre et sociétés, n° 12, pp. 145‑170.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Constance Perrin-Joly, « La force de la différence », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2014, mis en ligne le 30 novembre 2014, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/2349

Haut de page

Auteur

Constance Perrin-Joly

cperrinjoly@gmail.com
Maîtresse de conférences en Sociologie – IRIS / Université Paris 13 – Sorbonne Paris Cité - EHESS IRIS – 190-198 avenue de France – 75244 Paris Cedex 13

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page