Navigation – Plan du site

Se sentir français et se sentir vu comme un Français

Les relations entre deux dimensions de l’appartenance nationale
Feeling French and feeling being seen as French. The relations between two dimensions of national belonging
Cyril Jayet

Résumés

Cet article examine au moyen de l’enquête Trajectoires et Origines (TeO) la relation entre le sentiment d’être français et le sentiment d’être vu comme un Français. Il met en lumière leur décalage et la façon dont l’origine, le mode d’acquisition de la nationalité et le temps passé en France influencent cette relation. Pour les populations d’origine européenne, le sentiment d’appartenance, au départ plus faible, semble ainsi se renforcer avec le temps et évoluer conjointement avec le sentiment d’acceptation. Au contraire, pour les populations originaires d’Afrique et d’Asie du Sud‑Est, les résultats mettent en lumière le décalage entre sentiment d’appartenance et sentiment d’acceptation, ces populations se sentant ainsi toujours plus françaises qu’elles ne se sentent vues comme françaises. Ce décalage persiste avec l’acquisition de la nationalité ainsi que chez les secondes générations.

Feeling French and feeling being seen as French. The relations between two dimensions of national belonging

In this article I investigate the relation between the feeling of being French and the feeling of being considered as French. I shed light on the gap between these two feelings and how this gap varies with origin, how people acquire nationality, and the time they have lived in France. For the population of European ancestry, the feeling of belonging, while weaker at the beginning, gets stronger with time and is correlated with the feeling of being accepted. On the contrary, for people of African and Southeastern Asian ancestry, the results shed light on the gap between the two feelings: The feeling of being French is always stronger than the feeling of being accepted. This gap persists with the acquisition of nationality as well as among the second generation of immigrants.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

Les représentations de l’appartenance à la nation
Intégration, sentiment d’appartenance et reconnaissance
La construction du sentiment d’appartenance
Données et population étudiée
Sentiment d’appartenance et d’acceptation chez les étrangers
Sentiment d’appartenance selon le temps et l’origine
Sentiment d’acceptation selon le temps et l’origine
Sentiments d’appartenance et d’acceptation selon le temps et l’origine
Sentiment d’appartenance et d’acceptation chez les étrangers, Français par acquisition et les natifs
Sentiment d’appartenance selon l’origine et le statut
Sentiment d’acceptation selon l’origine et le statut (immigré, acquis et natif)
Sentiments d’appartenance et d’acceptation chez les Français par acquisition et les natifs
Discussion des hypothèses
Hypothèses de l’origine
Hypothèse institutionnaliste
Hypothèse de la socialisation et hypothèse nativiste
Hypothèse de l’étiquetage
Conclusion

Aperçu du début du texte

La communauté nationale que le sociologue Benedict Anderson (1983) imaginait comme une « fraternité » ou même une « camaraderie profonde » est aussi un espace de rejet comme le montre les nombreux débats autour de l’« identité nationale » (Noiriel, 2007 ; Detienne, 2008). Dans ces débats, les assignations à des appartenances raciales, ethniques, religieuses ou culturelles sont souvent autant de manière d’inclure ou d’exclure de la nation en raison de caractéristiques jugées comme étrangères. Cette exclusion constitue une violence symbolique qui peut souvent viser des individus se considérant comme membres de la nation et qui se voient ainsi dénier la légitimité de leur appartenance. D’après François Dubet et al. (2013), ce décalage entre la manière dont l’on se voit et dont les autres nous voient constitue une dimension essentielle de l’expérience de discrimination. En outre, cette exclusion hors du groupe participe d’un manque de reconnaissance, sentiment dont l’importance dans la ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyril Jayet, « Se sentir français et se sentir vu comme un Français », Sociologie [En ligne], N°2, vol. 7 |  2016, mis en ligne le 26 septembre 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/2766

Haut de page

Auteur

Cyril Jayet

cyril.jayet@paris sorbonne.fr
Maître de conférences en sociologie, Paris‑Sorbonne, Groupe d’étude des méthodes de l’analyse sociologique de la Sorbonne (GEMASS) - Maison de la Recherche, Département de sociologie, 28 rue Serpente, 75006 Paris, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page