Navigation – Plan du site

Loïc Wacquant, “Marginality, ethnicity and penality in the neoliberal city: An analytic cartography” (Ethnic & Racial Studies, 2014)

François Bonnet
Référence(s) :

Loïc Wacquant (2014), “Marginality, ethnicity and penality in the neoliberal city: An analytic cartography”, Ethnic & Racial Studies, vol. 37, no 10, pp. 16871711, ainsi que les commentaires de William Julius Wilson, Andreas Wimmer, Andy Clarno, Robert J. Sampson, Amy E. Lerman, Douglas S. Massey, Mara Loveman, Matthew Desmond, Michael C. Dawson et Dorothy Roberts.

Texte intégral

1La revue Ethnic and Racial Studies a publié un article de Loïc Wacquant qui synthétise le projet théorique développé dans son travail depuis une vingtaine d’années et a fait commenter cet article par dix collègues de haute stature académique. Cette recension rend compte de l’article de L. Wacquant et des débats qu’il suscite.

2Pour L. Wacquant, la révolution néolibérale a bouleversé les modes de vie des classes populaires dont la stabilité sur le plein emploi et l’État social. Face à l’émergence du précariat, l’État en quête de légitimité a démantelé l’État social pour contraindre les classes populaires au travail précaire et mal payé et a mis en œuvre une politique pénale punitive pour dissuader les récalcitrants. Cette politique pénale est tout particulièrement destinée aux minorités raciales dont la stigmatisation et le maintien dans la pauvreté permet de solidifier la légitimité du nouvel ordre néolibéral auprès du reste de la population. Ce nouvel État est donc libéral pour les classes favorisées de la société et punitif pour les classes populaires dont il organise la relégation spatiale – d’où la métaphore « d’État‑centaure ».

3La première critique soulevée par les commentateurs concerne le rôle de l’État dans la « cartographie analytique » de L. Wacquant. L’État joue un rôle central comme producteur de politiques pénales punitives et de politiques sociales disciplinaires, mais aussi comme organisateur des règles de la société néolibérale. Cette conception est en décalage avec un certain nombre de travaux qui au contraire souligne une redéfinition à la baisse du rôle des États dans la structuration des sociétés. En particulier, Michael C. Dawson, professeur de science politique à l’université de Chicago, s’interroge sur l’absence du capitalisme dans la théorie de L. Wacquant. Michael C. Dawson dit en substance : comment peut‑on réfléchir à la pauvreté et au néolibéralisme sans s’intéresser au capitalisme ? Le capitalisme comme dynamique proprement économique produit les inégalités qui structurent les divisions sociales et urbaines, et les transformations du capitalisme ne peuvent qu’intéresser un sociologue de la pauvreté. Surtout, les dernières années ont vu une floraison de travaux qui montrent l’influence politique déterminante des multinationales, des groupes d’intérêts économiques, des milliardaires, du 1 %, etc., c’est‑à‑dire des capitalistes. La focalisation de L. Wacquant sur l’État comme lieu central du pouvoir et comme agent relativement autonome est, de ce point de vue, un peu déconcertante. C’est également ce que souligne Andy Clarno, assistant professor de sociologie à l’université de l’Illinois, sur la question plus étroite des modalités du contrôle coercitif des pauvres. Que ce soit en Afrique du Sud ou en Israël/Palestine, des combinaisons d’acteurs non‑étatiques sont impliquées : sécurité privée, armées privées, mise à disposition des forces de polices du non‑État colonisé, etc.

4Une deuxième critique est le manque d’intérêt de L. Wacquant pour les questions de genre. C’est la critique de Douglas S. Massey, professeur de sociologie à Princeton, qui s’interroge sur la quasi‑omission du genre dans un domaine, la pauvreté, dont les mécanismes sont genrés : la désindustrialisation, l’échec scolaire et l’incarcération de masse touchent plutôt les hommes, tandis que les expulsions locatives, la baisse des politiques sociales envers les enfants et la dualisation de l’économie affectent plutôt les femmes. L’appel de L. Wacquant à une analyse qui intègre différents modes de domination rappelle, selon D. S. Massey, les études déjà bien établies de l’intersectionnalité, ce que Dorothy Roberts, professeur de droit à l’université de Pennsylvanie, constate également. Elle souligne le pouvoir des stéréotypes sexistes et racistes sur les femmes noires et appelle à une analyse féministe de ces questions.

5Douglas S. Massey s’interroge aussi sur la focalisation de L. Wacquant sur le ghetto noir, alors que les populations latinos sont largement menacées de rejoindre l’underclass par des mécanismes spécifiques, à savoir la politique migratoire qui produit massivement des sans‑papiers dont les chances de vie sont systématiquement amoindries.

6Une troisième critique porte sur le degré de spécification de la « théorie » de L. Wacquant. William J. Wilson et Robert Sampson, tous les deux professeurs de sociologie à Harvard, aimeraient que L. Wacquant formule son cadre théorique sous la forme d’hypothèses et de mécanismes mesurables et falsifiables. En particulier, R. Sampson voudrait voir comment les aspects spatiaux de la « cartographie analytique » (le ghetto, les banlieues, la ségrégation) pourraient être précisés. En effet, R. Sampson a publié en 2012 Great American City, un livre important qui fait la synthèse de ses recherches sur, entre autres, les effets de quartier (neighborhood effects). William J. Wilson, directeur de thèse de L. Wacquant à l’université de Chicago où R. Sampson a longtemps enseigné, reproche d’ailleurs à L. Wacquant de ne pas citer et de ne pas discuter Great American City. Au‑delà de la stricte question de la spécification des mécanismes spatiaux des inégalités, cette troisième critique pose le problème plus général du type de « théorie » que pratique L. Wacquant.

7Qu’est‑ce qu’une théorie ? Pour R. Sampson et W. J. Wilson, une théorie produit des hypothèses testables. Loic Wacquant n’utilise jamais le mot « théorie » pour parler de sa « cartographie analytique » : ce qui est « théorique », c’est toujours les « fondements », les « implications, « l’architecture », les « leviers ». Ce que L. Wacquant propose est plutôt de l’ordre de l’ensemble de concepts dont la mise en relation forme, au niveau empirique, un diagnostic narratif sur comment fonctionnent les sociétés contemporaines et, au niveau théorique, la construction d’un objet et donc la constitution d’un champ. C’est d’ailleurs sur ce point que L. Wacquant attire les louanges, en particulier de la part de Matthew Desmond, assistant professor à Harvard, et Amy E. Lerman, associate professor de politiques publiques à Berkeley. Selon M. Desmond, l’intérêt du travail de L. Wacquant est de ne pas se limiter à l’étude d’un groupe social, d’un espace ou d’un problème social particulier, mais d’étudier « l’espace entre des institutions cruciales impliquées dans la reproduction de la pauvreté urbaine et de l’inégalité raciale » (p. 1763).

8La quatrième critique découle de l’ambition du cadre analytique de L. Wacquant, que Mara Loveman, associate professor de sociologie à Berkeley, trouve insuffisamment attentif aux trajectoires historiques locales. Mara Loveman est spécialiste du Brésil, un exemple que L. Wacquant mobilise pour suggérer la portée universelle de son propos. Elle montre comment le cas brésilien ne rentre pas dans le cadre de L. Wacquant. Au Brésil, l’opération de « pacification » des favelas (le meurtre systématique des criminels ou supposés tels par la police militaire) et la croissance forte du taux d’incarcération se sont accompagnés d’une expansion sans précédent des politiques sociales, sous la présidence Lula. Le Brésil est un cas particulier du fait de l’importance de l’armée au sein du pouvoir politique et de la société brésilienne. La pauvreté brésilienne n’est pas la conséquence du néolibéralisme ; elle a toujours existé, de même que la répression militaire. En somme, dès que l’on étudie l’histoire d’une société donnée, on trouve les cadres généraux toujours inadéquats.

9Andreas Wimmer, professeur de sociologie à Princeton, note une tension dans le texte de L. Wacquant entre les raisonnements fonctionnalistes et globalisants et les raisonnements attentifs à la contingence historique. D’un côté, l’État néolibéral « transforme la crise sociale que ses politiques économiques créent en panique morale au sujet des pauvres/criminels » que la politique pénale punitive vient écraser (p. 1721). De l’autre, L. Wacquant insiste sur le fait que le néolibéralisme n’est pas un projet planifié par des élites omniscientes. Andreas Wimmer remarque également que l’essentiel de la crise du régime de l’asile politique en Europe ne provient pas des nécessités fonctionnelles de la société néolibérale, mais d’un événement géopolitique contingent (les guerres en ex‑Yougoslavie).

10Au final, ce symposium de Ethnic and Racial Studies montre qu’il faut remercier Loïc Wacquant d’avoir œuvré depuis plus de vingt ans à la création d’un champ organisé autour des problématiques urbaines, pénales et raciales, mais que la synthèse ne peut éluder une discussion du capitalisme.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Bonnet, « Loïc Wacquant, “Marginality, ethnicity and penality in the neoliberal city: An analytic cartography” (Ethnic & Racial Studies, 2014) », Sociologie [En ligne], Comptes rendus, 2016, mis en ligne le 27 avril 2016, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/2841

Haut de page

Auteur

François Bonnet

francois.bonnet@umrpacte.fr
Chargé de recherche (CNRS, Pacte) - UMR Pacte, Institut d’études politiques, BP 48, 38040 Grenoble cedex 9, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page