Navigation – Plan du site

Une discrète naturalisation de la maternité : le for intérieur féminin face aux aléas de la reproduction

A discreet naturalization of motherhood: Feminine subjectivity in the face of the hazards of reproduction
Dominique Memmi

Résumés

Le milieu du xxesiècle a vu la généralisation autour de pratiques jusque‑là interdites ou impossibles (avortement, contraception, procréation médicalement assistée, changement de sexe) ou dans des lieux où l’autorité traditionnelle s’était vue fortement contestée (école, famille) d’un nouveau gouvernement des conduites « par la parole ». Une décennie après en avoir fait le constat et la théorie (Memmi, 2003), que peut‑on dire aujourd’hui de ce dispositif, en ce qui concerne tout au moins, l’administration du début de la vie ? Trois constats sont à faire. Ce dispositif a plutôt continué à étendre son empire. Il a continué à délaisser certaines de ses cibles potentielles. Il a enfin révélé une de ses significations profondes : la naturalisation de la vocation féminine à la maternité doit désormais passer par d’autres voies que par le passé. Lesquelles ?

A discreet naturalization of motherhood: Feminine subjectivity in the face of the hazards of reproduction

The middle of the twentieth century saw the generalization of hitherto forbidden or impossible practices (abortion, contraception, medically assisted procreation, sex change), or, in places where traditional authority was seen as strongly contested (school, family), of a new government of people “through words.” More than a decade after having observed (Memmi, 2003) and developed the theory of this way of regulating conduct, what could be said about it today, at the least with respect to the administration of the beginning of life? Three observations have to be stressed. This device went on to expand its empire, relatively ignoring, despite some certain developments – and non‑negligible ones – its potential targets, and thus revealed one of its deep meanings: that the naturalization of women’s vocation to motherhood should now pass through other ways than in the past. Which ones?

Haut de page

Accès au texte / extrait

Plan

L’attention au for intérieur féminin face à la reproduction : un produit de l’histoire
L’attention croissante et quasi exclusive au for intérieur féminin
Un monde de femmes
Naturaliser autrement la parentalité

Aperçu du début du texte

Le milieu du XXesiècle a vu la généralisation autour de pratiques jusque‑là interdites ou impossibles (avortement, contraception, procréation médicalement assistée, changement de sexe) ou dans des lieux où l’autorité traditionnelle s’était vue fortement contestée (école, famille) d’un nouveau gouvernement des conduites « par la parole ». Une décennie après en avoir fait le constat et la théorie (Memmi, 2003), que peut‑on dire aujourd’hui de ce dispositif, en ce qui concerne tout au moins, l’administration du début de la vie ? Trois constats sont à faire. Ce dispositif a plutôt continué à étendre son empire. Il a continué à délaisser certaines de ses cibles potentielles. Il a enfin révélé une de ses significations profondes : la naturalisation de la vocation féminine à la maternité doit désormais passer par d’autres voies que par le passé. Lesquelles ?

Pour mieux l’appréhender, on passera par une notion – celle de for intérieur – et par un constat le concernant. Il s’agit de la pro...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Memmi, « Une discrète naturalisation de la maternité : le for intérieur féminin face aux aléas de la reproduction », Sociologie [En ligne], N°4, vol. 7 |  2016, mis en ligne le 03 janvier 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/sociologie/2957

Haut de page

Auteur

Dominique Memmi

Dominique.MEMMI@cnrs.fr
Directrice de recherche au CNRS, Cresppa-CSU - 59-61 rue Pouchet, 75849 Paris cedex 17, France

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page